Cité-jardin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cité-jardin Le Logis, Watermael-Boitsfort (Bruxelles)

La Cité-jardin est un concept théorisé par l'urbaniste britannique Ebenezer Howard en 1898, dans son livre To-morrow : A peaceful path to real reform. C'est une manière de penser la ville qui s'oppose à la ville industrielle polluée et dont on ne contrôle plus le développement pendant la révolution industrielle et qui s'oppose également à la campagne (considérée comme trop loin des villes). Son concept est mis en application par Raymond Unwin dans la réalisation des villes de Letchworth Garden City et de Welwyn Garden City, à proximité de Londres, ainsi que d'une « banlieue-jardin » immédiatement au nord du quartier londonien de Hampstead, baptisée Hampstead Garden Suburb. Puis le modèle se répand un peu partout dans le monde.

Le concept initial[modifier | modifier le code]

En 1898, Ebenezer Howard fait paraître son ouvrage To-morrow : A Peaceful Path to Real Reform (Demain, une vraie réforme par une voie pacifique) dans lequel il y décrit son concept de cité-jardin. Son projet est une critique directe de la concentration du système capitaliste anglais. Il s'inspire pour cela d'expériences urbanistiques patronales anglaises réalisées par des industriels novateurs, tels que William Lever, créateur de Port Sunlight fondée en 1888 à proximité de Liverpool ou George Cadbury, créateur de Bournville, dans la banlieue de Birmingham, dans les années 1890[1].

Diagramme des trois aimants d'Ebenezer Howard qui représente comment la cité-jardin associe les avantages de la ville et de la campagne sans les désagréments des deux

La cité-jardin de Howard est définie par les principaux points suivants :

  • une maîtrise publique du foncier (ce dernier appartient à la municipalité afin d'éviter la spéculation financière sur la terre) ;
  • la présence d'une ceinture agricole autour de la ville (pour l'alimenter en denrées) ;
  • une densité relativement faible du bâti (environ 30 logements à l'hectare, bien que ce point ne soit jamais mentionné, mais seulement déduit) ;
  • la présence d'équipements publics situés au centre de la ville (parcs, galeries de commerces, lieux culturels) ;
  • la maîtrise des actions des entrepreneurs économiques sur l'espace urbain : Howard est un partisan de la liberté d'entreprendre tant que l'activité ne nuit pas à l'intérêt collectif. La présence ou non d'une entreprise dans la ville est validée ou refusée par les habitants via la municipalité.

À terme, la cité-jardin ne devait pas rester un élément solitaire, mais devait faire partie d'un réseau plus large constitué de cités-jardins identiques de 30 000 habitants sur 2400 hectares, elles-mêmes situées autour d'une cité-jardin plus grande d'environ 58 000 habitants. L'ensemble étant relié par un réseau ferré dense.

Dès 1903, Howard cherche à mettre en application ses principes urbanistiques, en réalisant la cité-jardin de Letchworth, à 60 km au nord de Londres, ville dont les plans seront réalisés par Barry Parker et Raymond Unwin. En 1919, il renouvelle l’expérience et crée Welwyn, d’après les plans de Louis de Soissons.

L'idée de décentralisation sera reprise au cours des années d'après-guerre comme base théorique du plan de développement du Grand Londres. De même, la réalisation des villes nouvelles autour de Paris ou de Lille sera fondée sur ce principe.

En dehors des réalisations effectuées en Angleterre, aucune autre ne reprendra le concept dans son intégralité. C'est ainsi que l'on qualifiera, par erreur, de cité-jardin, toutes les réalisations urbaines mariant construction et nature.

Les cités-jardins en France[modifier | modifier le code]

La cité-jardin de Stains
La cité-jardin de Drancy
La cité-jardin des Grésillons à Asnières-sur-Seine

En France, une cité-jardin est selon le Service de l'Inventaire du patrimoine, un "lotissement concerté, où les habitations et la voirie s'intègrent aux espaces verts publics ou privés, et destiné généralement en France à un usage social"[2]. Elle désigne un ensemble de logements sociaux individuels ou collectifs locatifs avec aménagement paysager et jardin autour de l'habitat. Elle comprend, dans la plupart des cas, des équipements collectifs (école, crèche, commerce, maison commune voire église), ce qui la distingue d'un simple lotissement concerté ou d'un ensemble de logements sociaux classique.

Georges Benoît-Lévy (1880-1970), juriste et journaliste de métier, à la suite d'un séjour en Angleterre à la demande du Musée social, publie son ouvrage fondateur La Cité-jardin, en 1904, préfacé par le théoricien du coopératisme Charles Gide[3] . Il fonde la même année l'Association des cités-jardins, à laquelle adhèrent notamment l'architecte Henri Sauvage ou l'homme politique Jules Siegfried. Il contribue par ses écrits à la diffusion de ce modèle d'urbanisme en France et y voit une solution aux problèmes chroniques de logements que connaît le pays.

Dans le bassin minier du Nord, la Cité Bruno à Dourges[4] est peut-être la première cité jardin construite en France en 1904. Les corons en sont la préfiguration dès la seconde moitié du XIXe siècle, et probablement avant [5]

Les cités-jardins de l'Office HBM de la Seine[modifier | modifier le code]

Les plus célèbres cités-jardins de la région parisienne sont celles réalisées à l’initiative de l’Office public d’habitations à bon marché (HBM) de la Seine, entre les Première et Seconde Guerres mondiales à l’extérieur de Paris. L’objectif était « d’édifier des agglomérations propres à assurer le décongestionnement de Paris et de ses faubourgs » selon le président de cet OPHBM, l’emblématique Henri Sellier. Une quinzaine de cités sont ainsi construites autour de Paris.

Parmi ces cités-jardins toujours existantes, on compte :

  • La cité-jardin de l’Aqueduc à Arcueil (1921-1923) : 228 logements sous la forme de pavillons regroupés de 2 à 6 construits par l’architecte Maurice Payret-Dortail. Le projet comporte alors par ailleurs un groupe scolaire, une coopérative d'alimentation et un stade. Il subsiste encore 43 pavillons d’origine.
  • La cité-jardin, rue de la République à Drancy (1921-1929) : 210 logements individuels et des logements collectifs par les architectes Bassompierre et de Rutte.
  • La cité-jardin de Stains (1921-1933) : 1 676 logements (456 individuels et 1 220 collectifs) par les architectes Gonnot et Albenque[6].
  • La cité-jardin de Suresnes (1921-1939) : construite par les architectes Alexandre Maistrasse, Julien Quoniam, Félix Dumail et Louis Bazin, Henri Sellier étant maire de Suresnes. La cité comprend, en plus des logements collectifs et individuels (au nombre de 2 500 avant-guerre, dont 2 327 collectifs), un dispensaire, une crèche, des groupes scolaires, des équipements sportifs, des lieux de culte catholique et protestant, un théâtre, un magasin coopératif, un foyer pour célibataires et une maison pour personnes âgées. La cité comprend des commerces, une crèche, une école maternelle et une maison pour tous. Dumail puis Bazin reconstruisent des logements et agrandissent la cité (de plus de 500 logements) après la Seconde Guerre mondiale
  • La cité-jardin d’Asnières-sur-Seine, située 100 avenue des Grésillons, est composée de 730 logements environ. Ce sont des immeubles en brique rouge, séparés d'espaces verts et construits sur les anciens champs d'épandage. Cette cité est gérée de nos jours par la ville de Paris.
  • La cité-jardin de Gennevilliers (1923-1934) : 237 pavillons individuels et 186 logements en immeubles construits par les architectes Ernest-Michel Ebrard et Félix Dumail.
  • La cité-jardin du Plessis-Robinson (1924-1939) : construite par les architectes Maurice Payret-Dortail, Jean Demay, et Jean Festoc, comprenant logements individuels et collectifs (241 à la fin des années 1930), ainsi que des commerces. Une partie de la cité a été détruite[7] .
  • La cité-jardin du Pré-Saint-Gervais - Pantin - Les Lilas (1927-1933 puis 1947-1952) : construite par l'architecte Félix Dumail, constituée de 1200 logements collectifs et de 56 pavillons individuels (contre 243 prévus à l'origine), essentiellement situés sur les communes de Pantin et du Pré-Saint-Gervais. Une partie de la cité est construite à Pantin après la Seconde Guerre mondiale mais dans un style très différent, partie appelée de nos jours "cité des auteurs" (228 logements). La cité comporte comme équipements collectifs des boutiques, une école (actuelle école Jean Jaurès) et un stade. Mais le projet d'édifier en plus une maison des services sociaux, un dispensaire et un théâtre de plein air ne sera pas réalisé. La cité est partiellement protégée au titre des sites.
  • La cité-jardin de Champigny-sur-Marne (1931-1933) par les architectes Pelletier et Tesseire comprenant un théâtre et une école.
  • La cité-jardin de la Butte-Rouge à Châtenay-Malabry (1931-1939 puis 1949-1965) : construite par les architectes Joseph Bassompierre-Sewrin, Paul Sirvin, Paul de Rutte et André Arfvidson, sur 74 hectares, en 7 tranches successives. Plus on avance dans le temps, plus les immeubles construits s’agrandissent et leur construction se préfabrique. 1 573 logements sont construits à la fin des années 1930.

D’autres cités ont été construites par l'OPHBM de la Seine mais sont aujourd’hui détruites, car dès cette époque considérées comme provisoires. Elles étaient situées à Bagnolet (détruite dans les années 1930), Dugny (détruite pendant la Seconde Guerre mondiale), Les Lilas (détruite dans les années 1970), Vitry-sur-Seine

Progressivement, la tendance à une industrialisation des modes de construction de ces cités et l’évolution vers l’habitat tout collectif, dans un but de réduction des coûts. Les équipements collectifs sont de plus en plus réduits et les espaces verts inexistants. C’est le cas des réalisations de l’OPHBM à Boulogne-Billancourt, Vanves, Maisons-Alfort… L’une des dernières "cités-jardins" lancées par l’OPHBM de la Seine est la cité de la Muette à Drancy (construite par Eugène Beaudouin, Marcel Lods et Jean Prouvé entre 1931 et 1934), qui constitue en réalité une transition vers les grands ensembles, dont c’est le premier exemple en région parisienne.

Les Cités-jardins à Reims[modifier | modifier le code]

Georges Charbonneaux, né à Reims, le 21 septembre 1865, décédé à Paris le 13 mars 1933, industriel et philanthrope, dont la famille avait fait fortune dans le verre et la production de vinaigre dans les Deux-Sèvres. En 1910, il accompagne Jean-Baptiste Langlet, maire de Reims, en Angleterre à Bournville, cité-jardin dans la banlieue de Birmingham[8], il fonde dans la foulée le Foyer Rémois avec plusieurs industriels qui appartenaient à la tradition du catholicisme social et entretenaient néanmoins des relations suivies avec la haute société protestante locale. Ainsi, il associe Joseph Krug à la création du Foyer rémois qui dès 1911, commença à Reims l’édification de logements destinés aux familles ouvrières et nombreuses. Commencé avant la guerre un premier projet, dans le quartier Charles Arnould (Trois Fontaines), fut abandonné. La ville de Reims a été détruite à 80 % durant la Première Guerre mondiale. La municipalité élue en novembre 1919 et son maire Charles Roche firent appel au major de l'armée américaine Georges B. Ford. Celui-ci élabora un plan de reconstruction ambitieux, le plan "Ford" retenu par le conseil municipal, le 5 février 1919, et qui prévoyait de créer une douzaine de cités-jardins, reliées entre elles par une ceinture verte de parcs destinés à séparer les quartiers d'habitation des zones industrielles. Ces cités-jardins sont organisées en villages avec une Maison Commune.

Les terrains étant destinés à l'origine par le plan Ford à une zone industrielle. Avec 324 logements, dans une 1re tranche, elle est moins importante que la cité du Chemin Vert. La maison commune fermée au début des années 1950 est aujourd'hui Maison des Compagnons du Devoir.

  • Cité-jardin du Chemin Vert
Article détaillé : Quartier Chemin Vert - Europe.

La plus importante et la plus aboutie. Construite par l'architecte Jean-Marcel Auburtin à l'initiative d'un groupe de patrons catholiques constitué en une société HBM : le Foyer rémois. 600 logements sont construits sur 30 hectares, dans un style régionaliste, logements répartis en 14 types de maisons, isolées ou groupées, toutes dotées d'un jardin. La cité est équipée d'écoles et de commerces et d'une maison commune abritant les bains-douches, une bibliothèque, une salle des fêtes, une école ménagère et l'administration de la cité. Elle possède surtout en son centre l’église Sainte-Nicaise, décorée par les peintres Gustave-Louis Jaulmes et Maurice Denis, le verrier René Lalique. La cité est toujours propriété de la même société de logement social.

  • Cité-jardin de la Maison-Blanche

Pour accorder les mêmes subventions qu'au Foyer rémois à un organisme public, la municipalité créa l'Office Public d'Habitation à bon marché, devenu OPHLM, qui entreprit, à la fin des années 1920, la construction de 600 logements dans le quartier Maison-Blanche. L'architecture basco-landaise est caractéristique des pavillons les plus anciens de la cité Maison-Blanche, organisée autour de la place du Souvenir. La moitié seulement du plan initial fut réalisé.

Les cités-jardins du Grand-Lyon[modifier | modifier le code]

La région lyonnaise du début du XXe siècle a vu plusieurs cités-jardins créés lors de son développement industriel. Un inventaire non exhaustif de ces ensembles comprend :

Autres réalisations[modifier | modifier le code]

  • Cité Coopérative Paris-Jardins de Draveil

C'est l'une des toutes premières cités-jardins, créée en 1911 dans le parc du château de Draveil, par la société Cité Coopérative Paris-jardins. C'est un cas particulier dans le sens où il ne s'agit pas à proprement parler de logements sociaux mais d'un lotissement concerté. Conçue par l'architecte Jean Walter, elle est la dernière cité-jardin coopérative toujours en activité : composée de 45 hectares, dont 322 propriétés et 17 hectares (parc, château et voirie). Les 17 hectares sont gérés par les 322 coopérateurs, réunis en société anonyme coopérative. C'est déjà l'ancêtre des cités d'auto-constructeurs castors[9].

La Cité des Cheminots du Nord à Tergnier
Cité-jardin d'Épinay-sur-Seine construite par la Fondation Blumenthal. Elle était dotée de cette salle de spectacle, d'un dispensaire de la Croix-rouge, récemment fermé, d'un bureau de poste...

En 1919, Raoul Dautry, ingénieur en chef de la compagnie est chargé de la reconstruction des voies et de l'infrastructure ferroviaire anéantie dans la partie occupée par les Allemands lors de la Première Guerre mondiale. Pour fixer la main-d'œuvre, il met en chantier la construction de cités-jardins pour loger une partie des employés à proximité des gares dont le service requiert un personnel nombreux. Raoul Dautry s'inspire pour cela des exemples développés par Georges Benoît-Levy. En 1923, on compte déjà 32 cités. Parmi celles-ci, Tergnier (Aisne) est la cité la plus importante et la plus célèbre, avec 1 400 logements abritant 4 500 personnes[10].

Cité-jardin destinée à reloger les populations du centre ville et réalisée par l'architecte Edouard Schimpf. Elle a été totalement rénovée en 2005[11]. (Inscrite ISMH)

  • La cité-jardins de Saint Just Marseille (1930)

Cité-jardins construite dans les années 1930 dans le quartier Saint Just (13e arrondissement) de Marseille. Elle est une des dernières H.B.M. (Habitations Bon Marché) de la ville, gérée par "Habitat Marseille Provence". Bon nombre de loyers sont soumis à la loi de 1948. Il faut noter que cette cité-jardin comptait une boulangerie, une boucherie, une alimentation générale, et son école maternelle il y a encore quelques années. Un concept architectural simple : une bâtiment divisé en quatre proposant deux appartements en rez-de-chaussée avec jardins et deux appartements au-dessus. La politique de l'office d'H.L.M. étant de se séparer de cette cité vieillissante et non rentable, ce dernier ne propose plus à la location les logements libres. Ces derniers sont donc proposés à la vente (sans grand succès au vu des démarches) et depuis une quinzaine d'années la « cité Saint-Just » est devenue Copropriété « les Jardins de Saint-Just ».[réf. nécessaire]

Son édification principale s'effectua de 1921 à 1931 sous la direction de l'architecte Georges Hennequin. La C.G.C.E.M. et la compagnie de chemin de fer P.L.M. (Paris Lyon Marseille) sont à l'origine de cet ensemble comprenant notamment plus de 350 maisons, une église et deux écoles. La cité prend place sur les 70 hectares acquis par la Société Immobilière Nivernaise (SIN) en mai 1920. Dans les années 1930 la cité comptait environ 2500 habitants. La cité cheminote, en référence à la population qu'elle abritait, s'inscrit pleinement dans les précepts de cité-jardin tels que théorisés par Ebenezer Howard. Le véritable nom de cet ensemble est cité de la Bonne Dame de l'Orme en référence à un ancien lieu de culte. Avant 1945 la plupart des rues de la cité de la Bonne Dame de l'Orme portait le nom d'une essence d'arbre.

Des cités-jardins qui n'en sont pas[modifier | modifier le code]

D'autres quartiers ou villes, désignés sous le terme de "cités-jardins", ne sont absolument pas des logements sociaux, mais au contraire des lotissements concertés de luxe, sans réels équipements collectifs, destinés à une clientèle aisée. Le fait que ces lotissements se trouvent au cœur d'un vaste parc paysager explique peut-être ce rapprochement d'un "modèle anglais". En fait, il se rapproche plus des jardins anglais dans leur aménagement et des lotissements de luxes mis en place à l'époque au Royaume-Uni pour leur philosophie que du modèle d'Ebenezer Howard. Les deux plus célèbres exemples de ces lotissements de luxe en France sont :

Les cités-jardins en Belgique[modifier | modifier le code]

Comme en France, dans un premier temps, seule une minorité d'hommes politiques et d'urbanistes s'intéressent aux thèses développées par Ebenezer Howard. La situation change après la Première Guerre mondiale.

Contexte[modifier | modifier le code]

On estime alors à 200 000 le nombre de logements manquants en 1919. Le gouvernement décide donc d'une politique volontariste de construction de logement social.

L'État belge décide notamment de subventionner des coopératives de locataires pour la mise en œuvre de ces logements sociaux par l'intermédiaire des dommages de guerre allemands.

Un certain nombre de concours sont organisés dans l'immédiat après-guerre afin de proposer des modèles d'urbanisme pour ces nouveaux quartiers périphériques des villes et surtout de nouveaux modèles d'habitats avec des contraintes techniques, de coût et de confort moderne.

Les modèles développés[modifier | modifier le code]

Les cités-jardins belges s'inspirent dans leur forme aux modèles venus d'Angleterre et des Pays-Bas, un certain nombre d'architectes belges ayant connu l'exil dans ces pays pendant la guerre. Cependant, contrairement au modèle d'Howard, ces quartiers ne sont pas des villes autonomes, mais des banlieues résidentielles avec des équipements collectifs.

Les formes des bâtiments sont très différentes d'une cité à l'autre : on retrouve des formes très traditionnelles d'habitat de style néo rural (cité du Logis Floréal à Watermael-Boitsfort par Jean-Jules Eggericx) à des formes très modernes et avant-gardistes (comme à Berchem-Sainte-Agathe par l'architecte Victor Bourgeois).

Parmi les différentes cités-jardins construites, on peut citer :

  • la cité Batavia à Roulers : construite à partir de 1919 par les architectes Bodson et Pompe ainsi que Doom et Vermeersch (100 logements) ;
  • la cité de Hautrage-Nord, dans la province de Hainaut, construite à partir de 1921 par l'architecte Antoine Pompe ;
  • la cité Kleine Rusland à Zelzate construite de 1921 à 1928 par l'urbaniste Louis Van der Swaelmen et les architectes Huib Hoste, Charles Hoge et Gerald Hoge
  • la cité Zuid-Australië à Lierre, en Flandre-Occidentale : construite avec une aide financière du Comité d'aide australien à partir de 1923 par l'architecte Flor Van Reeth (70 logements) ;
  • la Cité Mallar, située dans le quartier des Hougnes à Verviers, en province de Liège : réalisée en 1921 par l’architecte Carlos Thirion.

Mais les cités-jardins les plus célèbres ont été implantées dans ce qui était alors la banlieue de Bruxelles.

Article détaillé : Cité-jardin à Bruxelles.

La fin des cités-jardins belges[modifier | modifier le code]

Plusieurs facteurs concourent à abandonner ce type d'urbanisme :

  • La fin des paiements des dommages de guerre par les Allemands qui supprime un apport financier non négligeable dans les projets, et qui engendre des difficultés financières aux projets déjà entamés ;
  • La peur de voir se développer des "banlieues rouges", notamment autour de Bruxelles ;
  • En 1930, le 3e Congrès International d'Architecture Moderne (CIAM) qui se tient à Bruxelles préconise les constructions en hauteur et rejette le modèle des cités-jardins. L'avant-garde architecturale se détourne de ces constructions.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ginette Baty-Tornikian, op. cit., 2001, p. 35-37
  2. Thésaurus de la base Mérimée du Service de l'Inventaire général du patrimoine.
  3. Voir aussi Georges Benoît-Lévy, "La Cité-jardin", dans La Gazette des Beaux-Arts, janvier-juin 1910, pp. 157-168, à lire sur Gallica
  4. Cité Bruno à Dourges
  5. PDF - L’habitat minier en région Nord - Pas-de-Calais - HISTOIRE ET ÉVOLUTION 1825-1970. --JluK ch'ti photographe 2 mars 2013 à 11:00 (CET)
  6. Voir L’exposition virtuelle de la ville de Stains sur l’histoire de cette cité
  7. Un nouveau quartier de style néo-régionaliste appelé "nouvelle cité-jardins" (sic), inauguré la 15 mai 2008, se veut une prolongation de l’ancienne cité-jardin avec promenades, rivières et espaces verts. Cependant, on est loin de la cité des années 1920 puisque moins de 20 % des logements sont des logements sociaux. Cf. Journal de la cité-jardin
  8. Gaëlle Collet, « Chemin-Vert: La campagne au cœur de la ville », Le journal des paroisses de Reims et son agglomération, no 197,‎ décembre 2010, p. 16
  9. Voir un site Internet sur l'histoire du lotissement du parc du château de Draveil
  10. Patrick Kamoun, La brique et le rail, des cités de cheminots aux logements pour tous, éd. Public histoire, 2007, p. 59-67
  11. Voir un site Internet sur la cité jardin de Stockfeld (très complet)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages anciens

  • (en) Ebenezer Howard, To-Morrow, A peaceful Path to real Reform (Demain, une voie pacifique vers la réforme sociale), Routeledge, Londres, New York, 2003, 220 p. (1re edition 1898)
  • (en) Ebenezer Howard, Garden Cities of To-Morrow (Cités-jardins de demain), Book for business, New York, 2001, 167 p. (1re edition 1902, édition française : éd. Sens & Tonka, 1998)
  • Georges Benoît-Lévy, La cité-jardin, éd. H. Jouve, 1904, 287 p., rééd. et augmenté en 1910 [Sommaire de l'édition de 1910]

Ouvrages et articles contemporains

  • Thierry Paquot, « Ebenezer Howard et la cité-jardin », Urbanisme, no 343, juillet-août 2005
  • Annie Fourcaut, « La cité-jardin contre le lotissement. 1900-1930 », Urbanisme n° 309, Le XXe siècle : de la ville à l'urbain, novembre-décembre 1999, p. 22-24.
  • Collectif, La cité-jardin, Une histoire ancienne, une idée d'avenir, Les Cahiers de l'APIC n°3, Collection Patrimoine Ressources, éd. du CRDP de Champagne-Ardenne, 2003, 156 p. + CD-Rom [Sommaire et extraits']
  • Benoît Pouvreau, Marc Couronné, Marie-Françoise Laborde, Guillaume Gaudry, Les cités-jardins de la banlieue du nord-est parisien, Éditions du moniteur, Paris, 2007, 143 p. (ISBN 978-2-281-19331-2)
  • Ginette Baty-Tornikian (dir.) avec la collaboration d'Amina Sellali, Cités-jardins. Genèse et actualité d'une utopie, Paris, Editions Recherches/IPRAUS, 2001, 157 p. [présentation en ligne extraite de CAES Magazine]
  • Thierry Roze, « Les cités-jardins de la région d'Île-de-France », Cahiers de l'IAURIF, vol.51, mai 1978, 2 vol.
  • Eric Hennaut et Liliane Liesens (Dir.), Cités-jardins en Belgique, 1920-1940, éd. Archives d'architectures modernes, Bruxelles, 1994, 110 p.
  • Stephen Musgrave, « Le Rheu: Letchworth in Brittany? », Town and Country Planning, vol. 71, no 11, pp. 289–292, Town and Country Planning Association, London, décembre 2002
    Cet article établit un parallèle entre le développement du Rheu et celui de Letchworth, en Grande-Bretagne, inspirés du même modèle des cités-jardins.
  • MUMFORD, Lewis, La cité à travers l'Histoire (1961, rééd. 1989), Marseille, Agone, 2011. (page consacrée au livre sur le site de l'éditeur). A reçu le National Book Award

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]