Haute-Saône

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Haute-Saône
Image illustrative de l'article Haute-Saône
Haute-Saône
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Création du département 4 mars 1790
Chef-lieu
(Préfecture)
Vesoul
Sous-préfecture(s) Lure
Président du
conseil général
Yves Krattinger
Préfet Arnaud Cochet
(Décret du 16 février 2012)
Code Insee 70
Code ISO 3166-2 FR-70
Démographie
Population 239 548 hab. (2010)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Superficie 5 360 km2
Subdivisions
Arrondissements 2
Circonscriptions législatives 2
Cantons 32
Intercommunalités 30
Communes 545

La Haute-Saône est un département français appartenant à la région de Franche-Comté. L'Insee et la Poste lui attribuent le code 70. La plus grande ville du département est Vesoul, qui est également la préfecture. Le département possède la particularité d'avoir 5 pôles urbains, Vesoul, Héricourt, Lure, Luxeuil-les-Bains et Gray.

Le département a vu naître de grandes personnalités comme Jules Rimet, fondateur de la Coupe du monde de football et Jean-Léon Gérôme, peintre et sculpteur, emblème de la peinture académique, natif de Vesoul. Le département détient de nombreuses spécialités culinaires reconnues nationalement telles que le Biscuit de Montbozon ou le Kirsch de Fougerolles.

Économiquement, la Haute-Saône a pour principale entreprise l’Usine PSA de Vesoul, qui emploie près de 5 000 travailleurs.

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie de la Haute-Saône.

Localisation[modifier | modifier le code]

La Haute-Saône fait partie de la Région Franche-Comté. Elle est limitrophe des départements de la Côte-d'Or, de la Haute-Marne, des Vosges, du Territoire de Belfort, du Doubs et du Jura. Elle est divisée en 32 cantons.

Le département de la Haute-Saône présente une forme allongée d'orientation sud-ouest nord-est. C'est un territoire de transition, entre des régions dépressionnaires de l'est de la France, la dorsale européenne (banane bleue) qui de Londres à Gênes en passant par la vallée du Rhin concentre un maximum de richesses et de services, et l'axe de développement de la vallée du Rhône.

Paysage de Haute-Saône

En Haute-Saône, quand on traverse le département d'ouest en est, on peut distinguer 5 grandes unités géographiques:

  • une zone de plaine traversée par la Saône en provenance des Vosges;
  • une zone en fer à cheval de plateaux calcaires touchant au nord au plateau de Langres et séparé au sud-est des prémices du massif Jurassien par la vallée de l'Ognon;
  • une zone de collines gréseuses se développant vers le nord;
  • la dépression sous-vosgienne;
  • les bombements cristallins des Vosges du Sud qui marquent la limite nord-est du département.

À la limite Sud des Vosges, la trouée de Belfort est la voie de passage traditionnelle vers l'Alsace, entre ce massif et celui du Jura.

Les forêts occupent 2 250 km2, dont 1 220 km2 de forêts communales.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Voiries[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste de ponts de la Haute-Saône.

Transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Réseau routier de la Haute-Saône.

Réseau ferroviaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Réseau ferré de la Haute-Saône.

Réseau aérien[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la Haute-Saône.

Le département a été créé à la Révolution française par la loi du , à partir d'une partie de la province de Franche-Comté, l'ancien bailliage d'Amont.

Après la victoire des coalisés à la bataille de Waterloo (18 juin 1815), le département est occupé par les troupes autrichiennes de juin 1815 à novembre 1818 (voir occupation de la France à la fin du Premier Empire).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’azur semé de billettes d’or au lion couronné du même, armé et lampassé de gueules, tenant entre ses pattes antérieures un croissant d’argent, brochant sur le tout ; au chef ondé cousu de gueules chargé d’une fasce aussi ondée d’argent.
Commentaires : Armoiries composées par la direction des archives de France en 1965, à la demande du conseil général. Elles sont basées sur les armoiries comtoises avec un croissant provenant des armoiries de Vesoul. La fasce et le chef ondés rappellent la Saône.

Hôtels particuliers[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Administration de la Haute-Saône.

Politique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Politique en Haute-Saône.

Le Conseil général est présidé par M. Yves Krattinger (également Sénateur PS) depuis 2001. Le Département de la Haute-Saône est administré par les 32 conseillers généraux représentant les 32 cantons du département. Les élus regroupés au sein du Groupe de Gauche et Apparentés, au nombre de 25, sont majoritaires au sein de l'Assemblée départementale. Le Groupe est présidé par M. Michel WEYERMANN, par ailleurs Premier Vice-président du Conseil général.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de la Haute-Saône.

Population[modifier | modifier le code]

Les habitants de la Haute-Saône sont les Haut-Saônois et Haut-Saônoises.

C'est un département rural, dont la population urbaine ne représente que 44 % du total (101 078 habitants). Seules 15 communes ont plus de 2 000 habitants (totalisant 81 003 habitants), tandis que 457 communes en ont moins de 500 (totalisant 82 322 habitants). La densité de 43 habitants par km2 n'atteint pas la moitié de la moyenne nationale.

Évolution démographique du département entre 1872 et 2005 (source : Insee)

Comme la plupart des départements ruraux, il a connu une forte baisse de sa population. De près de 350 000 habitants au milieu du XIXe siècle, puis 272 891 en 1896, le chiffre de la population est tombé à 250 000 à la veille de la Première Guerre mondiale, et à peine plus de 200 000 au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. La population a alors un peu augmenté jusqu'à la fin des années 1970, atteignant 229 891 en 1999 (-1,04 % entre 1982 et 1990, 0 % entre 1990 et 1999). Aujourd'hui la plupart des villes, déjà peu peuplées, voient leur population diminuer. Seul le nord-est du département, près de Belfort, et les cantons limitrophes de ceux de la capitale régionale, connaissent encore un certain dynamisme démographique.

L'Insee estime la population de la Haute-Saône à 239 194 habitants au .

Principales villes[modifier | modifier le code]

Ville Population (2009) Agglomération (2009) Aire urbaine (2009)
Vesoul 15 925 29 494 59 288
Héricourt 10 481 11 480 Commune multipolarisée (Belfort-Montbéliard)
Lure 8 295 10 709 11 889
Luxeuil-les-Bains 7 370 13 427 15 632
Gray 6 050 10 273 18 296

Éducation[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sport en Haute-Saône.

La Haute-Saône compte de multiples clubs de sport et d'équipements sportif majeur, dont la majorité sont réunis à Vesoul, qui a été élue « Ville la plus sportive de France » en 2001. Les clubs sportifs haut-saônois les plus notables sont le Vesoul Haute-Saône Football, le Cercle Sportif Vesoul Haute-Saône, l'Avant-garde de la Motte de Vesoul ou encore le Tri Val de Gray.

Quant aux installations sportives, on en trouve également de nombreuses en Haute-Saône, dont notamment le Stade René-Hologne, la Maison des associations et le palais des sports de Luxeuil-les-Bains.

Santé[modifier | modifier le code]

Justice[modifier | modifier le code]

Le département compte qu'un tribunal de grand instance, qui est situé à Palais de justice de Vesoul. De même qu'un seul maison d'arrêt subsiste sur le territoire haut-saônois, la maison d'arrêt de Vesoul.

Économie[modifier | modifier le code]

Le siège du Crédit Agricole de Haute-Saône à Vesoul
Article détaillé : Économie de la Haute-Saône.

Département très rural, il n'est pourtant pas un département agricole. C'est un département de tradition industrielle et en particulier de tradition métallurgique ancienne. Son passé économique a également été très marqué par les houillères de Ronchamp.

Activité économique[1] :

  • agriculture : 4 919 emplois ;
  • construction : 4 504 emplois ;
  • secteur industriel : 18 747 emplois ;
  • secteur tertiaire : 44 865 emplois.

En 2010, la médiane du revenu fiscal des ménages par unité de consommation du département s'élevait à 17 242 euros, cachant des disparités importantes, de Raincourt (12 245 euros) à Errevet (25 901 euros).

Zones commerciales[modifier | modifier le code]

Les plus grosses entreprises[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Évènements[modifier | modifier le code]

Festival international des cinémas d'Asie de Vesoul
Festival Jacques Brel de Vesoul
Foire de la Sainte-Catherine
Cox Party de Vesoul
  • Autres villes
Les Journées Artisanales et Artistiques de Fondremand
Les Pluralies de Luxeuil-les-Bains
Le festival Rolling Saône de Gray
Cirque équestre Pagnozoo

Bibliothèques[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Films tournés[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Religion[modifier | modifier le code]

Christianisme[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Protestantisme à Vesoul.
Vesoul


Autres villes
Juif[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Histoire des Juifs à Vesoul.
Musulman[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Cimetières[modifier | modifier le code]

Places[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tourisme dans la Haute-Saône.
La chapelle de Ronchamp

La Haute-Saône est surtout un lieu de paix et d'espaces champêtres propices à la promenade en forêt, notamment en été où la température reste agréable. Mondialement connu grâce à la chapelle Notre-Dame-du-Haut érigée en 1955 par Le Corbusier au sommet de la colline de Bourlémont à Ronchamp. Le département possède un riche patrimoine, notamment construit aux XVIIIe et XIXe siècles, période faste pour ce territoire (églises avec leurs retables classiques et baroques, bâtiments et ouvrages publics, châteaux et demeures). Treize bourgs et villages font partie du réseau des « Petites cités comtoises de caractère » (Vauvillers, Faverney, Scey-sur-Saône, Villersexel, Fondremand, Ray-sur-Saône, Champlitte, Bucey-lès-Gy, Gy, Marnay, Pesmes et Faucogney-et-la-Mer).

La Saône est une rivière très appréciée. La qualité de ses paysages et de son environnement en fait une rivière très appréciée des pêcheurs et des touristes fluviaux. Le tourisme en péniche est prisé sur cette rivière. La Région des Mille étangs est fréquemment survolée pour ses paysages.

Les résidences secondaires[modifier | modifier le code]

Selon le recensement général de la population du 1er janvier 2008, 7,0 % des logements disponibles dans le département étaient des résidences secondaires.

Ce tableau indique les principales communes du département de la Haute-Saône dont les résidences secondaires et occasionnelles dépassent 10 % des logements totaux.

Personnalités liées au département[modifier | modifier le code]

Plusieurs personnalités mondialement connues sont nées en Haute-Saône. Parmi ces dernières, on peut citer le fondateur de la Coupe du monde de football Jules Rimet, le créateur de la marque de cosmétiques Lancôme Armand Petitjean, le pilote de rallye-raid Stéphane Peterhansel, l'artiste Jean-Léon Gérôme, l'actrice Edwige Feuillère, le maître Jacques de Molay, l'inventeur Édouard Belin...

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Max François et Christian Rénet, La Haute-Saône, Alan Sutton, Mémoire en Images, 2005 (ISBN 2-84910-274-1).
  • La Route des Communes de Haute-Saône no 3, Spécial sentiers, Prim Édition, 2003 (ISBN 2-915193-02-9).
  • La Haute-Saône… à pied, F.F. Randonnée, 2006 (ISBN 2-7514-0145-7).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Communes
Politique
Administration
Économie
Autres

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sites institutionnels