Abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe
Image illustrative de l'article Abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe
Présentation
Culte Catholique
Type Abbaye
Rattachement Ordre de Saint-Benoît
Début de la construction IXe siècle
Style dominant Roman
Protection  Patrimoine mondial (1983)
Monument historique classé :
Abbatiale en 1840[1]
Abbaye en 1974 et 1978[2]
Site web www.capitalmuseum.org.cn/
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Vienne
Commune Saint-Savin
Coordonnées 46° 34′ 01″ N 0° 51′ 52″ E / 46.5669, 0.8644 ()46° 34′ 01″ Nord 0° 51′ 52″ Est / 46.5669, 0.8644 ()  

Géolocalisation sur la carte : Vienne

(Voir situation sur carte : Vienne)
Abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe

Géolocalisation sur la carte : Poitou-Charentes

(Voir situation sur carte : Poitou-Charentes)
Abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe
Abbatiale de Saint-Savin sur Gartempe *
Patrimoine mondial de l'UNESCO
Abbaye Saint-Savin-sur-Gartempe 2006-07-10 3.jpg
Pays Drapeau de la France France
Subdivision Vienne, Poitou-Charentes
Type Culturel
Critères (i) (iii)
Superficie 0,16 ha
Zone tampon 149 ha
Numéro
d’identification
230bis
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 1983 (7e session)
Autre protection Monument historique classé :
Abbatiale en 1840[1]
Abbaye en 1974 et 1978[2]
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

L’abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe est située à Saint-Savin dans le département de la Vienne. Elle est classée au patrimoine mondial de l'Unesco car elle abrite un très bel ensemble de peintures murales romanes très complet, bien conservé et unique en Europe.

Un peu d'histoire[modifier | modifier le code]

La fondation et les premières années[modifier | modifier le code]

La charte de fondation de l'abbaye ayant disparu lors des guerres de religion en 1598, la date de sa fondation reste imprécise mais celle-ci a été fondée sous Charlemagne au début du IXe siècle. Elle fut édifiée pour les saints Savin et Cyprien dont on ignore beaucoup de choses encore aujourd'hui. Au XIe siècle a été créé un ouvrage : La Passion de saint Savin et saint Cyprien qui tient surtout du genre épique.

D'après la tradition c'est au Ve siècle que deux frères Savin et Cyprien, qui fuyaient la Macédoine où ils étaient persécutés car ils étaient chrétiens, furent finalement rejoints sur les bords de la Gartempe. Ils y furent martyrisés et décapités. Savin fut inhumé par des prêtres non loin de la ville actuelle, en un endroit appelé Cerisier.

Trois cents ans plus tard, les reliques des deux martyrs ayant été retrouvées sur les lieux de leur massacre, Badillus, clerc à la cour de Charlemagne, décida d'y fonder une église abbatiale pour y conserver les précieuses reliques. Saint Benoît d'Aniane, en 821, y fit appliquer la règle de saint Benoît et y fit installer une vingtaine de moines. Il désigna l'abbé Eudes Ier, qui fit construire la première église.

Une période de prospérité de trois cents ans[modifier | modifier le code]

En 1010 Aumode, comtesse du Poitou et d'Aquitaine, fit un don considérable à l'abbaye pour le salut de son âme et celui de sa famille.Cette somme d'argent permit de construire l'église abbatiale actuelle. La construction et la décoration durèrent de 1040 à 1090 sous la direction des abbés Odon et Gervais.

Au XIIIe siècle, le comte Alphonse de Poitiers, frère de Saint-Louis, finança la construction des bâtiments conventuels.

Durant de très nombreuses années, Saint-Savin est restée l'une des plus influentes abbayes de France.

Un lent déclin[modifier | modifier le code]

La guerre de Cent Ans sonna le glas de la prospérité du monastère qui changea plusieurs fois de main, (Anglais, Français, Prince noir). En 1371, le Prince Noir met à feu et à sang le monastère.

Durant les guerres de religion, catholiques et protestants se disputèrent sa possession. Elle fut dévastée d'abord par les huguenots en 1562 et 1568 qui incendièrent les stalles médiévales, les deux orgues, les reliques, les archives et la charpente, puis, ensuite, par l'armée royale en 1574. Puis des abbés laïcs furent nommés. Ceux-ci étaient plus soucieux d'empocher les revenus de l'abbaye que de faire entretenir les bâtiments. Vers 1600, un de ces abbés, le vicomte de la Guerche, fit démanteler les bâtiments, pour en vendre les pierres ! C'est ainsi que disparurent en grande partie les bâtiments conventuels et le cloître.

À partir de 1611, un de ces abbés, Henri de Neuchèze, chassa les moines, et s’installa dans l’abbatiale dont il fit son logis. Il en fut, à son tour, chassé sur ordre du roi Louis XIII en 1640.

Une première renaissance[modifier | modifier le code]

C'est aussi en 1640 que l'installation par le roi de religieux de la congrégation de Saint-Maur venus de l'abbaye de Nouaillé permit de mettre fin à cette longue période de destruction.

Entre 1682 et 1692, commencèrent la restauration de l'abbatiale et la construction de nouveaux bâtiments conventuels. Les moines participent à sauver les murs de l'église, mais ils la rendent aussi « moderne » en remplaçant les autels et en construisant des bâtiments monastiques contemporains. Pendant un siècle l'abbaye retrouva sa fonction première, puis éclata la Révolution française.

En 1792, l'église abbatiale devint église paroissiale et les quatre derniers moines quittèrent l'abbaye. Les bâtiments conventuels devinrent logement d'instituteur, gendarmerie jusqu'en 1971, et le cloître devint le théâtre de fêtes révolutionnaires.

En 1820, la foudre détruisit en partie la flèche du XVe siècle, située au-dessus de la tour-porche. Elle s'effondra sur la toiture de l'abbatiale ce qui lézarda la voûte de la nef sur toute sa longueur.

Une deuxième renaissance[modifier | modifier le code]

En 1833, suite à une visite du préfet du département, Alexis de Jussieu au moment où le maire faisait boucher une fissure de la nef et badigeonner les peintures murales, l’alerte fut donnée par celui-ci auprès du premier inspecteur général des monuments historiques, Ludovic Vitet. On prit alors conscience de la valeur de Saint-Savin et sa sauvegarde fut entreprise. Prosper Mérimée, deuxième Inspecteur général des Monuments historiques, para aux restaurations les plus urgentes dès 1836.

Dans un appel adressé à Guizot, ministre de l'Instruction Publique et des Cultes, Prosper Mérimée écrira le 31 octobre 1835 : « Je n'hésite pas à dire, Monsieur le Ministre, que dans aucun pays je n'ai vu de monument qui méritât à un plus haut degré l'intérêt d'une administration amie des arts. Si l'on considère que ces fresques de Saint-Savin sont à peu près uniques en France, qu'elles sont le monument le plus ancien de l'art de la peinture dans notre pays, on ne peut balancer à faire des sacrifices même considérables pour les conserver »[3].

Pendant dix ans, Prosper Mérimée devra se battre pour la protéger de la destruction ou de la détérioration par des restaurateurs abusifs.

En 1840, l’église fut classée, et de nombreuses restaurations des maçonneries furent entreprises pour mettre hors d’eau le bâtiment et ainsi stopper la dégradation des peintures. C’est ainsi que grâce à Prosper Mérimée, en 1849, elle est considérée comme provisoirement sauvée.

En 1877, la flèche est reconstruite par l'architecte Jean Fromigé qui intervint aussi sur l'église Sainte-Radegonde de Poitiers pour la construction du buffet d'orgues.

De 1967 à 1974, des restaurations ont été effectuées, sur la voûte de la nef et sur ses peintures, dans les cryptes, le chœur et sur la tribune.

Autres événements importants pour l’abbatiale, son classement par l’UNESCO en 1983 et la création en 2006 de l'Établissement Public de Coopération Culturelle de l'Abbaye de Saint-Savin sur Gartempe et Vallée des Fresques, chargé de la gestion touristique et économique de ce site unique en Europe.

L'ensemble abbatiale et ses peintures ont connu un important chantier de restauration entre 2005 et 2008 afin d'améliorer la conservation des peintures (éclairage par fibres optiques, nettoyage et traitement des peintures, réfection des vitraux, ...) et l'accueil des visiteurs.

L'église abbatiale[modifier | modifier le code]

L'église abbatiale de Saint-Savin-sur-Gartempe.

L'abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe est caractéristique de la maturité du style roman. L'abbatiale Notre Dame est connue pour ses peintures murales mais elle est aussi une référence en architecture avec une nef visant à la magnificence. Elle crée une symbiose entre architecture et peinture murale, chapiteaux et autels, alliance qui confère aux églises romanes leur caractère incomparable.

L'église abbatiale est classée monument historique depuis 1840, c'est-à-dire depuis la création de la protection patrimoniale en France par Prosper Mérimée[1]..

L'aspect extérieur[modifier | modifier le code]

De manière générale la construction est datée du XIe siècle. On trouve trois campagnes de constructions :

  • la première dans la première moitié du XIe siècle a vu la construction du transept puis du chœur.
  • une deuxième campagne à la fin du XIe siècle concerne la construction des trois premières travées de l'ouest.
  • une dernière campagne vers 1090 a permis l'édification du clocher-porche puis des six dernières travées de la nef.
  • Les peintures datent de 1100.

L’église est bâtie selon un plan en forme de croix latine, ce qui était la règle pour les églises romanes. La croix est tournée vers l’est pour indiquer aux fidèles le levant, la lumière, symboles du Christ[4].

Elle frappe par l'ampleur de ses dimensions : 76 mètres de longueur totale, 77 mètres de hauteur pour la flèche et 31 mètres de longueur pour le transept.

Elle commence à l'ouest avec un clocher porche. Il a été plaqué sur la première façade de l'abbatiale. Le clocher, carré, décoré d'arcatures, a été couronné au XIIe siècle de deux étages percés de baies. Il est surmonté d'une haute flèche à crochets, pinacles et parapet, datée du XIVe siècle, très restaurée au XIXe siècle.

La nef à trois vaisseaux qui comporte 9 travées. Le transept vient dans la continuité, long et étroit. Le bras sud est plus court que le bras nord car les bâtiments monastiques y étaient accolés. Des chapelles orientées sont jointes sur chacun des bras.

Le transept se caractérise par son aspect austère. Le soubassement de ses deux chapelles orientées sont dépourvues d'arcatures et leur unique fenêtre est décorée seulement d'un cordon d'archivolte. Au-dessus d'elles, s'élèvent les hauts murs du transept renforcés d'étroits contreforts et percé de fenêtres non ébrasées.

Le chevet est caractérisé par l'étagement des volumes du déambulatoire avec ses cinq chapelles rayonnantes de même hauteur et des volumes du sanctuaire. L'unité du premier niveau est souligné par la présence, au soubassement, d'une arcature aveugle continue. Les courbes dominent. Les fenêtres sont surmontées par des archivoltes moulurées et elles sont encadrées par des colonnettes. En revanche, l'austérité règne au niveau supérieur. Les murs sont articulés en pans coupés. Ils sont renforcés par de petits contreforts et les fenêtres, non ébrasées, sont dépourvues de décor. Cette modification des traitements des différentes parties du chevet n'est pas connue : changement du parti pris en cours de construction ? Volonté de hiérarchiser les volumes ?

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Le porche et le narthex[modifier | modifier le code]

Le porche n'est pas perpendiculaire au transept. Il est désaxé. En effet il restait l'ancienne nef carolingienne entre eux deux lors de sa construction, ce qui ne permettait pas d'évaluer les distances et l'axe de construction.

Le rez-de-chaussée est un narthex bas, abritant un sas d'entrée (datant des derniers travaux de conservation du début du XXIe siècle). Il est couvert d'une voûte en berceau plein cintre doublé par deux grands arcs doubleaux.

Au tympan qui surmonte la porte donnant accès à la nef figure un grand Christ en Gloire, assis sur un trône, dans une mandorle circulaire. Il ouvre les bras comme pour accueillir les fidèles et les bénir de la main droite à la manière byzantine, c'est-à-dire pouce et annulaire joints. À sa droite, deux anges présentent un des instruments de la Passion du Christ: la croix.

Sur la première voussure, par groupe de trois, douze anges adorateurs se prosternent devant le Christ et douze Apôtres (six ont disparu) sont représentés assis sur des globes, tenant un livre.

Sur la deuxième voussure, de la droite vers la gauche :

  • La Vierge encadrée par deux anges qui l'encensent est assise sur un trône. À sa droite se trouvent l'abbé et la communauté monastique de Saint-Savin. À sa gauche, de gauche à droite, quatre grands personnages ayant un rapport avec l'histoire de l'abbaye, se présentent à elle: Charlemagne, Louis le Pieux, Saint Benoit d'Aniane et Guillaume V comte du Poitou et duc d'Aquitaine.
  • Saint Jean, assis à gauche, voit apparaître dans le ciel l'Arche d'Alliance dans son sanctuaire. Il voit aussi une femme qui va donner le jour à un enfant mâle. Un dragon rouge ayant sept têtes et dix cornes attend que l'enfant naisse pour le dévorer mais un ange le prend et l'emmène en sécurité dans le ciel. Pour se venger, le dragon vomit un fleuve afin de noyer la femme mais la terre engloutit le fleuve. Pour échapper au dragon, la femme est munie des ailes de l'aigle et va se réfugier dans le désert. Cette scène est tirée de l'Apocalypse de Saint-Jean[B 1].
  • La scène décrite est de nouveau tirée de l'Apocalypse de Saint-Jean[B 2]. Dieu remet à sept anges une trompette. En jouant de l'instrument, chaque ange va faire s'abattre sur la terre des fléaux destructeurs. La scène sculptée représente ce qui arrive au son de la cinquième trompette : l'ange ouvre le puits de l'Abîme et libère les locustes ou sauterelles à corps de cheval et à tête d'homme couronnée portant une chevelure de femme, des dents de lion et une queue de scorpion. Ces monstres vont pendant cinq mois tourmenter les hommes qui n'ont pas le sceau de Dieu sur le front.
  • Dans cette partie centrale, dans les douze médaillons étaient représentés les signes du zodiaque.
  • Le sixième ange de l'Apocalypse sonne de la trompette. Il est chargé de libérer les quatre cavaliers enchaînés sur le fleuve Euphrate afin qu'ils créent une armée qui se composera de deux cents millions de cavaliers. La force de leurs montures vient de leurs queues-serpents qui crachent feu, fumée et qui détruiront le tiers de l'humanité.
  • Monté sur un cheval blanc et accompagné d'anges armés d'épée, Saint Michel terrasse le dragon[B 3].

Les peintures ont été soumises aux intempéries et sont partiellement détruites, on peut quand même y admirer un Christ en gloire entouré d'anges portant les instruments de la Passion et salué par des groupes d'Apôtres peints sur les parois voisines, et des épisodes de l'Apocalypse : Combat de l'Archange et de la Bête, le Fléau des sauterelles évocation saisissante de la Vision de Saint Jean. La luminosité est plus faible que dans la nef. De ce fait, les artistes ont choisi des couleurs plus contrastées et plus vives. Les scènes d'Apocalypse sont un thème généralement dévolu au Moyen Âge à la partie occidentale de l'église, comme c'est le cas ici.

Cinq marches conduisent du narthex à la nef.

La tribune[modifier | modifier le code]

Elle est située au-dessus du porche auquel elle est reliée par un escalier assez étroit. C'est une salle qui fait le double de la hauteur du rez-de-chaussée. Cette salle présente la même couverture en voûte que pour le narthex. Une grande fenêtre ouvre sur la nef.

Les peintures qui représentent quelques scènes de la Passion et de la Résurrection du Christ y sont aussi assez dégradées car soumises aux intempéries, les fenêtres ayant été dépourvues de vitraux jusqu'au XIXe siècle. Une peinture représente une Descente de la Croix, les autres des portraits de saints, d'Apôtres, et d'évêques.

La descente de la Croix a été restaurée de 1999 à 2000. Le style est pur et linéaire. C'est un des chefs-d’œuvre de l'abbaye. La Descente compte neuf personnages, ce qui est beaucoup par rapport à la représentation traditionnelle de ce thème. La Vierge pose sa joue sur le bras du Christ, autant par tendresse que pour constater sa mort.

Les peintures sont considérées comme les plus anciennes de Saint-Savin et dateraient de la fin du XIe siècle.

La nef[modifier | modifier le code]

Description de son architecture[modifier | modifier le code]

C’est la pièce maîtresse de cet ensemble. Elle mesure 42 mètres de long sur 17 mètres de large avec ses collatéraux (6 mètres sans ces derniers) et 18 mètres de hauteur. Elle est le lieu de rassemblement des fidèles. Elle est en contrebas de cinq marches par rapport au narthex. La sol va en s'inclinant donnant cette impression d'élévation lorsqu'on regarde vers le chœur.

Un des chapiteaux de l'église abbatiale.

La nef est divisée en trois vaisseaux par deux rangées de colonnes d'une hauteur de 15 m décorées en faux marbre, dans des tons doux rosés et pastels. Les colonnes montent jusqu'à la voûte et la supportent directement. Le vaisseau central n'est pas éclairé directement mais indirectement par les collatéraux. En effet, conformément à la tradition poitevine, les vaisseaux latéraux, percés de hautes fenêtres, sont presque aussi élevés que le vaisseau central et en permettent l'éclairage. C'est le cas pour Saint-Jean de Montierneuf de Poitiers. Toutefois, pour l'abbatiale Notre-Dame, les fenêtres sont plus hautes que dans les autres églises poitevines ayant le même plan. La pénombre caractéristique a cédé la place à une luminosité qui met en valeur la zone peinte de la voûte.

La voûte du vaisseau central est en berceau et couvre une superficie de 412 m². Elle est entièrement peinte. Elle est épaulée par les voûtes d'arêtes des collatéraux. Ces voûtes reposent à la fois sur les colonnes et les demi colonnes engagées dans le mur.

La construction de la nef au cours de deux campagnes est à l'origine de la différence entre les trois premières travées et les six suivantes. Elles sont désaxées. Les unes sont dans l'axe du porche, les autres dans l'axe du chœur. La transition est soulignée par des piliers plus importants. La première partie est composée de voûte avec des arcs doubleaux alors que la seconde partie est en voûte en berceau plein cintre. Ce parti pris a permis d'obtenir une surface lisse et continue, appelée à devenir le support idéal d'un cycle peint. Les premiers supports sont des piles quadrilobées et, ensuite, des colonnes cylindriques assurent une meilleure pénétration de la lumière dans la seconde partie de la nef.

Les murs des collatéraux sont renforcés par de fortes colonnes engagées sur dosseret et par des contreforts à double ressaut réunis par des arcs de décharge. L'architecte fit confiance dans le système d'épaulement de la nef. Toutefois, il s'avéra insuffisant et il fallut à l'époque gothique, renforcer les murs du côté nord.

Les peintures[modifier | modifier le code]

Compartimentation des fresques de l'Église de Saint-Savin
Fresque de la nef de l'Église de Saint-Savin (Compartiments A1 à D2)
Fresque de la nef de l'Église de Saint-Savin (Compartiments A3 à D5)
Fresque de la nef de l'Église de Saint-Savin (Compartiments A5 à D6)

L'intérieur est orné de peintures murales datant des XIIe et XIIIe siècles qui font la célébrité du lieu. Elles ont été peintes directement sur les murs par un procédé intermédiaire entre la fresque et la détrempe. Les couleurs employées sont peu nombreuses, ocre jaune, ocre rouge et le vert, mélangées au blanc et au noir (et peu de bleu dont les pigments étaient très coûteux à l'époque).

Les peintures murales représentent uniquement des scènes de l'Ancien Testament issues des deux premiers livres du Pentateuque : la Genèse et de l'Exode. Elles se lisent comme un grand livre. Deux registres de peinture se déploient de chaque côté d'une frise qui divise la voûte dans toute sa longueur.

On peut y voir des scènes évoquant :

La Création et la Chute[modifier | modifier le code]

La Création et la Chute : sur 16 tableaux, 8 ont disparu. Il reste :

  • La création, le quatrième jour, du soleil, de la lune et des étoiles[B 4]
  • La création de la femme, le sixième jour[B 5],[B 6]
  • Dieu présente Ève et Adam[B 7]
  • Ève est tentée par le serpent de goûter au fruit défendu[B 8]
  • Adam et Ève mangent le fruit défendu et commettent ainsi le péché originel[B 9] (Scène très abîmée)
  • Dieu sermonne Adam et Ève pour lui avoir désobéi[B 10] (Scène très abîmée)
  • En châtiment, Adam et Ève sont chassés du jardin d'Éden[B 11] (Scène très abîmée)
  • Ève file sa quenouille, travail manuel courant des femmes du Moyen Âge.
L'histoire d'Abel et de Caïn[modifier | modifier le code]
  • Abel et Caïn, les fils d'Adam et Ève, font une offrande à Dieu : Abel, le berger, lui offre un agneau et Caïn, l'agriculteur, lui offre une gerbe de blé. Dieu bénit uniquement l'offrande d'Abel. Abel se reconnait par son nimbe[B 12]
  • Caïn, jaloux, tue Abel[B 13]
  • Dieu maudit Caïn et le chasse[B 14]. Dans l'iconographie chrétienne, Caïn est le symbole des Juifs condamnés à l'errance. En revanche, Abel préfigure le Christ, d'où son nimbe.
Hénoch[modifier | modifier le code]
  • À l'âge de 365 ans, suite à une vie fidèle envers Dieu, Hénoch est enlevé vivant au ciel. Il tend les bras vers Dieu[B 15]
L'histoire de Noé[modifier | modifier le code]
  • Dieu annonce à Noé le Déluge et lui donne ses instructions pour la construction de l'Arche[B 16],[B 17]
  • L’Arche de Noé est une des scènes les plus fameuses de cet ensemble. Elle a une allure de drakkar, sans rames, ni voiles. Elle vogue sur une eau jonchée de cadavres. Le corbeau est envoyé pour voir si la terre est sèche. La toiture de l'Arche est ôtée afin que tous les animaux et les hommes survivants puissent débarquer[B 18],[B 19]. Le dessin de l'Arche est conforme à la description donnée par la Bible : elle a trois étages, deux pour les animaux et un couple humain est représenté sous chaque arcade du troisième étage. Sa proue est ornée d'une tête de monstre qui lorgne sur le corbeau volant dans le ciel. Ce type de représentation se retrouve à Château-Gontier en Mayenne. Cette scène est un bon exemple des couleurs utilisées par les peintres romans.
  • À la sortie de l'Arche, Dieu bénit la famille de Noé[B 20],[B 21]
  • Pour remercier Dieu de sa bénédiction, Noé lui offre en sacrifice deux colombes et un agneau, animaux purs pris dans le bateau[B 22]
  • Noé vendange sa vigne[B 23] (Scène très abîmée)
  • Noé goute son vin[B 24]
  • Le corbeau et le renard (fable)
  • Sam et Japhet recouvrent, à reculons, la nudité de leur père, Noé, pendant son ivresse alors que son troisième fils, Cam, à gauche du lit, se moque de lui en le pointant du doigt. C'est Cam qui a surpris puis dévoilé à ses frères la nudité de Noé[B 25]
  • Arbres et animaux
  • Noé maudit son petit-fils, Canaam, à cause du comportement de son père Cam. Il le réduit en esclavage et le met au service de ses deux autres fils[B 26].
L'histoire de la Tour de Babel[modifier | modifier le code]
  • Cette scène raconte la construction de la tour de Babel: les hommes tentent de construire une tour pour monter à l'égal de Dieu. Pour stopper leurs travaux, Dieu répand sur eux la confusion des langues. Ne pouvant plus se comprendre, les hommes abandonnent la construction de la tour[B 27].
L'histoire d'Abraham[modifier | modifier le code]
  • Dieu dit à Abraham de quitter son pays pour aller vers la Terre Promise[B 28].
  • Suite à une dispute entre leurs bergers, Abraham et son neveu, Lot, décident de se séparer et de partir vers deux régions différentes pour faire paître leur troupeau[B 29].
  • Capture de Lot qui est emmené en prison.
  • L'ange de Dieu bénit Abraham[B 30] puis Abraham fait don de ses troupeaux à son fils Isaac[B 31] (Scène très abîmée)
  • Isaac et Ismaël ensevelissent leur père, Abraham[B 32]
L'histoire de Jacob[modifier | modifier le code]
  • Jacob, se faisant passer pour son frère ainé Esaü, offre un plat de lentilles à son père Isaac, avancé en âge et presque aveugle. Isaac, victime de cette supercherie, donne sa bénédiction à Jacob[B 33].
L'histoire de Joseph[modifier | modifier le code]

Joseph n'est pas, ici, le père du Christ mais de l'arrière-petit-fils d'Abraham, le fils cadet de Jacob et de Rachel. C'est son préféré. Par jalousie, ses frères décident de le vendre à des marchands[B 34]. Les marchands emmènent Joseph avec eux en Égypte où ils le revendront à Putiphar, officier et chef des gardes du Pharaon[B 35].

  • Joseph, devenu intendant de la maison de Putiphar, repousse les avances de la femme de son maître. Par vengeance, elle l'accuse d'avoir tenté d'abuser d'elle[B 36]
  • Putiphar punit Joseph et l'envoie en prison[B 37]
  • Joseph fournit au Pharaon l'interprétation de ses songes[B 38]
  • Pour récompenser Joseph, Pharaon le nomme commandant de toute l'Égypte et lui donne son propre anneau[B 39]
  • Joseph triomphe sur le char du Pharaon au milieu de la foule[B 40]
  • Joseph revend le froment accumulé dans les greniers pendant 7 années de prospérité aux Égyptiens pendant la famine[B 41]
L'histoire de Moïse[modifier | modifier le code]
  • Moïse devant le buisson ardent[B 42] (Scène très abîmée).
  • Moïse et son frère, Aaron, demandent au Pharaon de libérer le peuple juif[B 43] (Scène très abîmée).
  • La traversée de la Mer Rouge : La Mer Rouge est en train de se refermer sur l'armée du Pharaon. Cavaliers et chars vont être engloutis dans les flotst[B 44].
  • Moïse guide le peuple juif dans le désert[B 45]. Pour éviter qu'il s'égare, Dieu a placé devant lui une colonne de nuée le jour et une colonne de feu la nuit[B 46]
  • Moïse recevant de Dieu les Tables de la Loi[B 47]. Des anges sonnent de la trompette pour célébrer ce moment solennel.
Autres peintures de la nef[modifier | modifier le code]

Quelques prophètes sont apparus sur plusieurs écoinçons des grandes arcades de la nef, après que le badigeon ait été enlevé.

L'entrée est surmontée d'une Vierge en Majesté accompagnée de figures de donateurs datant du troisième quart du XIIe siècle. Les contours imprécis révèlent que l'avènement du gothique marqua aussi la fin de l'âge d'or de la fresque romane.

À l'origine, les murs des collatéraux étaient peints eux aussi.

Commentaires sur la technique et le style[modifier | modifier le code]

Si quelques différences apparaissent entre les peintures, leur étude approfondie révèle un grand nombre d'analogies. Elles pourraient donc avoir été exécutées sous la direction d'un seul atelier dans un temps relativement court. Les différences de proportions, de composition et de couleur s'expliquent par la diversité des emplacements, des distances et des éclairages. Les peintres ont utilisé les techniques "a fresco", "a semi-fresco" et "a secco".

Bien que la gamme de couleur utilisée demeure aussi restreinte que par le passé (époque carolingienne), les peintres de Saint-Savin jouent en virtuose les contrastes, en plaçant, à des intervalles variables, des panneaux ocre jaune, ocre rouge ou verts sur lesquels se détachent, en totalité ou en partie, certaines figure et en juxtaposant sans souci de vraisemblance, tons clairs et foncés, froids et chauds, vifs et éteints. Ainsi, les peintres n'hésitent-ils pas à adopter selon les scènes, des couleurs différentes pour le costume d'un même personnage.

Chaque figure est animée d'un dynamisme contenu : les têtes s'inclinent, les cous se tendent, les tailles se cambrent, les mains s'agitent, les jambes se plient. Les articulations sont fortement soulignées par des vêtements collés au corps ou inversement, s'envolent des pans de draperie. Cette gestuelle, alors que les visages restent inexpressifs, donne une intensité dramatique aux récits.

Ce nouveau mode d'expression marque la fin d'une tradition tributaire des idéaux esthétiques de l'époque carolingienne.

L'abbaye peut être considérée comme "la chapelle Sixtine du Moyen Age français" (H. Focillon).

La réputation des fresques fait aisément oublier les autres éléments architecturaux de l'abbatiale, notamment ses chapiteaux. Ceux des trois premières travées sont exclusivement ornées de simples volutes. Les modifications apportées au plan initial se répercutèrent aussi sur les chapiteaux des six autres travées qui furent décorés de rinceaux et de feuillages variés, mais également de quelques scènes historiées. Ces chapiteaux sont de style typiquement poitevin, que l'on retrouve dans de nombreuses grandes églises du Poitou construites au cours du XIe siècle.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Le transept[modifier | modifier le code]

Le transept, à nef unique, donne à l'église son plan en croix latine. Il est étroit avec une croisée couverte par une charpente. Ses bras abritent des stalles qui datent du XVIIIe siècle. La croisée du transept est supporté par quatre massifs importants qui bouchent le déambulatoire du chœur.

Lors des travaux effectués en 1884 dans le croisillon nord, le long du mur oriental, près de l'absidiole, fut découvert le sarcophage de l'abbé Odon (1040-1050). Le sarcophage est en calcaire. Il porte l'inscription latine "HIC REQUIEZCIT ODDO ABBAS" (Ci-git l'abbé Odon)

Les chapelles du bras nord sont dédiées aux archanges, celles du bras sud aux Apôtres.

Le transept était autrefois peint comme la nef.

Le chœur[modifier | modifier le code]

Chœur de l'église de Saint-Savin.

Le plan du chœur est dicté par la présence de deux cryptes, l'une sous l'abside et l'autre sous le déambulatoire qui explique sa position surélevée d'un mètre.

Le chœur est doté d'un sanctuaire délimité par dix colonnes aux chapiteaux sculptés de lions affrontés et de feuilles d'acanthe qui rappellent ceux de l'église Sainte-Radegonde de Poitiers. Il est directement éclairé par une rangée de baies. Le chœur est entouré par un étroit déambulatoire de deux mètres de large, avec une voute à pénétration divisée en onze travées. Il permet d'accéder aux cinq chapelles rayonnantes qui ont conservé leurs tables d'autel du XIe siècle, gravées d'inscription. Celles-ci sont dédiées, du nord au sud, aux vierges, aux martyrs, à Saint Marin de Maurienne. Les chapelles sont hautes et étroites et des fenêtres comprimées entre celles-ci permettent toutefois d'éclairer le déambulatoire.

Sa voute a été recouverte d'un semis d'étoiles au XIXe siècle.

Les vitraux du chœur, des chapelles et des baies du déambulatoire sont au nombre de 14. Ils ont été commandés à l'atelier Lobin de Tour, en 1873. Les saints patrons de l'église sont représentés à deux reprises aux places d'honneur: de part et d'autre du Christ dans le chœur, de la Vierge dans la chapelle absidiale. Ces grands personnages en pied sont imposants. Leurs noms sont écrits en latin dans un style médiéval, imitant celui des inscriptions des peintures murales romanes de l'église. Ils sont, également, représentés sous des architectures semblables à celles servant de cadre aux scènes des peintures médiévales de la crypte.

Les stalles sont en bois de chêne. Elles datent des années 1665-1670. Elles étaient destinées au chœur des moines mauristes. Elles étaient probablement disposées initialement dans les trois travées orientales de la nef.

Les cryptes[modifier | modifier le code]

L'une est dédiée à Saint Marin. Elle a une courte nef voûtée en berceau.

La seconde crypte, dédiée aux saints Savin et Cyprien est située sous l'abside. Elle est couverte de peintures. Elle est voûtée en berceau surbaissé. Au fond, on trouve une niche contenant un autel et une ouverture à l'est communiquant avec le déambulatoire. La crypte a été le lieu de la conservation des reliques des saints Savin et Cyprien. Toutes ont disparu.

Sur la voute du sanctuaire ont été peints un Christ en Majesté et sur les murs du vaisseau, les légendes de Saint Savin et de Saint Cyprien qui racontent leur vie et leur martyre. L'histoire des Saints est représentée en quatre registres, répartis de part et d'autre d'une bande faîtière. Il s'agit d'un système de narration en frise continue comme pour la nef principale. Contrairement aux autres peintures de l'église, de nombreuses scènes sont inscrites dans un décor d'architectures peintes.

Dans l'ensemble des scènes, les deux saints sont identifiés grâce à leur nimbe. Saint Savin, étant l'aîné, est représenté avec une barbe.

Bien conservées, ces peintures témoignent de la stylisation de l'art roman basée sur un découpage graphique des formes ainsi que sur un système de rehauts appliqués sur des fonds de couleur, notamment pour les plis des vêtements, les yeux et les cheveux.

Les fresques n'ont, toutefois, pas la qualité de celles de la nef. On en a, d'abord conclu, qu'elles étaient d'époques différentes. Pourtant, on admet aujourd'hui qu'elles sont contemporaines, mais que celles de la crypte furent exécutées par des artistes de second rang. Cette équipe n'eut sans doute le droit d'intervenir que dans la crypte, moins fréquentée que le vaisseau central.

Le Musée des monuments français, à la Cité de l'architecture et du patrimoine, possède une reproduction des peintures murales de la voûte dans ses collections. Elle est présentée au plafond de la Bibliothèque de la Cité de l'architecture et du patrimoine (Palais de Chaillot, Paris) dont l’entrée est gratuite.

Le bâtiment conventuel[modifier | modifier le code]

L'abbaye vue depuis le pont neuf.

Il fut construit à partir de 1682, à la demande des moines de la congrégation de Saint-Maur, par l'architecte François Le Duc.

Le plan obéit à la disposition traditionnelle des monastères bénédictins. Les différentes pièces sont, ici, rassemblées dans un même bâtiment. Le rez-de-chaussée accueille le réfectoire, la salle capitulaire et la cuisine. À l'étage, se trouvent les cellules des moines. Toutes les fenêtres sont disposées selon un alignement classique du XVIIe siècle. Elles donnent à l'est.

Du bras sud du transept, les moines accédaient directement à la sacristie. L'escalier monumental qui s'y trouve est un escalier tournant à gauche, dont les piliers sont soutenus par des colonnes toscanes. Il permettait aux moines de se rendre directement au premier étage dans les cellules. Celles-ci sont aménagées aujourd'hui en un parcours scénographique.

La salle capitulaire est située à côté de la sacristie. Elle abrite aujourd'hui l'espace accueil-librairie.

Le réfectoire, contiguë aux deux autres salles, a été en partie construit sur la salle capitulaire du XIIIe siècle. Les fouilles effectuées en 1979 ont permis d'en dégager des vestiges. De nombreux chapiteaux y ont été retrouvés en comblement. La plupart date du XIe siècle. Mais certains sont du XIIe siècle, notamment un chapiteau qui représente un basilic roman. Le basilic a un corps serpentiforme et des ailes accrochées aux pattes. Cette chimère satanique est un des symboles de l'orgueil de l'homme. Il est souvent représenté dans les églises romanes comme à Nieul-sur-l'Autise.

Il est possible de voir dans le réfectoire, deux scènes peintes provenant de la voûte de la nef de l'abbatiale Notre-Dame :

  • La première représente un passage du livre de la Genèse : Abraham, informé que Lot est prisonnier, aidé de 318 serviteurs, attaque les quatre rois qui ont attaqué Sodome : Amraphel, Tidéal, Arjoc et Kedorlaomer. L'attaque a lieu la nuit. Abraham réussit à libérer Lot[B 48].
  • La seconde raconte la rencontre entre Abraham et le roi de Salem, Melchisédech[B 49]. Puis Dieu et deux anges se présentent à Abraham sous les traits de trois hommes[B 50]. Ils viennent annoncer la future maternité de Sarah ainsi que la destruction de Sodome et de Gomorrhe[B 51].

Le cloître, pourtant prévu dans le projet de 1675, n'a pas été construit par manque d'argent.

Les bâtiments conventuels sont classés Monument Historique depuis 1974 et la dernière travée du grand bâtiment conventuel l'a été en 1978[2].

Le logement de l'abbé[modifier | modifier le code]

Le logement a été reconstruit entre 1682 et 1692 par les moines mauristes sur des fondations médiévales. Il devient un bien national à la Révolution.

Félix Léon Edoux, l'inventeur du monte-charge hydraulique, l'achète vers 1892. Il y installe l'un des premiers ascenseurs privés en France. La tour crénelée reste le seul vestige encore visible de cette invention.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références bibliques des œuvres d'art de l'abbaye[modifier | modifier le code]

  1. Apocalypse Segond 1910, « Chapitre XII, versets 1-18 », pages 1611-1612.
  2. Apocalypse Segond 1910, « Chapitre VIII, verset 2 », pages 1611-1612.
  3. Apocalypse Segond 1910, « Chapitre XII, versets 7-9 », page 1607.
  4. Genèse Segond 1910, « Chapitre I, versets 14-19 ».
  5. Genèse Segond 1910, « Chapitre I, verset 27 », pages 38-39.
  6. Genèse Segond 1910, « Chapitre II, versets 21-23 », page 39.
  7. Genèse Segond 1910, « Chapitre II, versets 22-25 ».
  8. Genèse Segond 1910, « Chapitre III, versets 1-6 », page 39.
  9. Genèse Segond 1910, « Chapitre III, verset 6 », page 39.
  10. Genèse Segond 1910, « Chapitre III, versets 9-19 », pages 39-40.
  11. Genèse Segond 1910, « Chapitre III, versets 23-24 », page 40.
  12. Genèse Segond 1910, « Chapitre IV, versets 3-5 », page 40.
  13. Genèse Segond 1910, « Chapitre IV, verset 8 », page 40.
  14. Genèse Segond 1910, « Chapitre IV, versets 9-16 », pages 40-41.
  15. Genèse Segond 1910, « Chapitre V, verset 24 », page 42.
  16. Genèse Segond 1910, « Chapitre VI, versets 13-21 », pages 42-43.
  17. Genèse Segond 1910, « Chapitre VII, versets 1-15 », pages 42-43.
  18. Genèse Segond 1910, « Chapitre VII, versets 7-24 », pages 42-43.
  19. Genèse Segond 1910, « Chapitre VIII, versets 1-14 », page 44.
  20. Genèse Segond 1910, « Chapitre VIII, verset 18 », page 44.
  21. Genèse Segond 1910, « Chapitre IX, versets 1-17 », pages 44-45.
  22. Genèse Segond 1910, « Chapitre VIII, versets 20-22 », page 44.
  23. Genèse Segond 1910, « Chapitre IX, verset 20 », page 45.
  24. Genèse Segond 1910, « Chapitre IX, verset 21 », page 45.
  25. Genèse Segond 1910, « Chapitre IX, versets 21-23 », page 45.
  26. Genèse Segond 1910, « Chapitre IX, versets 24-27 », page 45.
  27. Genèse Segond 1910, « Chapitre XI, versets 4-9 », pages 46-47.
  28. Genèse Segond 1910, « Chapitre XII, versets 1-3 », pages 47-48.
  29. Genèse Segond 1910, « Chapitre XIII, versets 1-18 », pages 48-49.
  30. Genèse Segond 1910, « Chapitre XXII, versets 15-18 », page 58.
  31. Genèse Segond 1910, « Chapitre XXV, verset 5 », page 61.
  32. Genèse Segond 1910, « Chapitre XXV, verset 9 », page 62.
  33. Genèse Segond 1910, « Chapitre XXVII, versets 18-29 », pages 64-65.
  34. Genèse Segond 1910, « Chapitre XXXVII, versets 27-28 », page 78.
  35. Genèse Segond 1910, « Chapitre XXXVII, verset 36 », page 79.
  36. Genèse Segond 1910, « Chapitre XXXIX, versets 7-19 », page 80.
  37. Genèse Segond 1910, « Chapitre XXXVII, verset 20 », page 81.
  38. Genèse Segond 1910, « Chapitre XLI, versets 14-36 », pages 82-83.
  39. Genèse Segond 1910, « Chapitre XLI, versets 37-42 », page 83.
  40. Genèse Segond 1910, « Chapitre XLI, verset 43 », page 83.
  41. Genèse Segond 1910, « Chapitre XLI, verset 56 », pages 84.
  42. Exode Segond 1910, « Chapitre III, versets 1-22 », pages 99-100.
  43. Exode Segond 1910, « Chapitre VII, versets 8-13 », page 103.
  44. Exode Segond 1910, « Chapitre XIV, versets 26-28 », page 113.
  45. Exode Segond 1910, « Chapitre XV, verset 22 », page 115.
  46. Exode Segond 1910, « Chapitre XIII, versets 21-22 », page 112.
  47. Exode Segond 1910, « Chapitre XXXI, verset 218 », page 134.
  48. Genèse Segond 1910, « Chapitre XIV, versets 13-16 », pages 49-50.
  49. Genèse Segond 1910, « Chapitre XIV, versets 18-20 », page 50.
  50. Genèse Segond 1910, « Chapitre XVIII, versets 1-5 », page 52.
  51. Genèse Segond 1910, « Chapitre XVIII, versets 10-14 », page 53.

Autres références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Source primaire[modifier | modifier le code]

Sources secondaires[modifier | modifier le code]

  • Robert Favreau (sous la direction de), Saint-Savin, l'abbaye et ses peintures murales, Éditions CPPPC, Poitiers 1999.
  • Yves-Jean Riou, L'abbaye de Saint-Savin, Éditions CPPPC , Poitiers 2000.
  • Emmanuelle Jeannin, Abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe, Éditions Gaud.
  • Jean Taralon et Jacques Madaule, La France des Abbayes, Hachette Réalités, octobre 1983, pages 102-105; et pour la restauration des peintures murales mention page 104.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :