Guadeloupe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la région française d'outre-mer. Pour les autres significations, voir Guadeloupe (homonymie).
Guadeloupe
Blason de Guadeloupe
Héraldique
Guadeloupe
Administration
Pays Drapeau de la France France
Code département 971
Préfecture Basse-Terre
Sous-préfectures Pointe-à-Pitre
Arrondissements 2
Cantons 40
Communes 32
Conseil régional Conseil régional de la Guadeloupe
Président Victorin Lurel -
2014-2015
Conseil général Conseil général de la Guadeloupe
Président Jacques Gillot - GUSR
2001-
Préfet Marcelle Pierrot
ISO 3166-2 FR-GP
Démographie
Gentilé Guadeloupéen / enne
Population 405 739 hab. (2013)
Densité 249 hab./km2
Langue officielle Français
Langues régionales Créole
Géographie
Coordonnées 16° 15′ N 61° 35′ O / 16.25, -61.583 ()16° 15′ Nord 61° 35′ Ouest / 16.25, -61.583 ()  
Superficie 1 628,43 km2
Fuseau horaire UTC -4
Domaine Internet .gp
Indicatif téléphonique 590
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe

Voir la carte administrative de Guadeloupe
Guadeloupe

Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe

Voir la carte topographique de Guadeloupe
Guadeloupe

La Guadeloupe (Gwadloup en créole et Karukera en amérindien) est à la fois une région monodépartementale de l'Outre-mer français et une région ultrapériphérique européenne, située dans les Caraïbes ; son code départemental officiel est le « 971 ».

Ce petit territoire des Antilles situé dans la mer des Caraïbes, se trouve à environ 6 200 km de la France métropolitaine, à 600 km au nord des côtes de l'Amérique du Sud, à 700 km à l'est de la République dominicaine et à 2 200 km au sud-est des États-Unis. Il se compose d'îles et îlets, dont deux majeures habitées : la Grande-Terre et la Basse-Terre formant la Guadeloupe proprement dite. Plusieurs terres voisines, Marie-Galante, l'archipel des Saintes (Terre-de-Haut et Terre-de-Bas) et La Désirade sont rattachées administrativement à ce territoire.

D'abord nommée « Karukéra », (« île aux belles eaux », en langue caraïbe[1]) par les Amérindiens qui l'habitent, l'île prend le nom de Guadeloupe lorsque Christophe Colomb y aborde le 4 novembre 1493, en hommage à la Vierge protectrice des navigateurs, « Santa-Maria de Guadalupe  ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie de la Guadeloupe.

Localisation[modifier | modifier le code]

Position de la Guadeloupe dans la mer des Caraïbes.

La Guadeloupe est un territoire de l'hémisphère nord situé dans les Caraïbes, entre le tropique du Cancer et l'équateur. Elle est positionnée à 16°15' de latitude Nord, soit la même latitude que la Thaïlande ou le Honduras, et à 61°35' de longitude Ouest, à peu près celle du Labrador et des îles Malouines.

Cette localisation place l'île à 6 200 km de la France métropolitaine, à 2 200 km au sud-est de la Floride, à 600 km des côtes de l'Amérique du Sud, et plus précisément en plein cœur de l’arc des petites Antilles.

Description[modifier | modifier le code]

La Guadeloupe et ses dépendances dévoilent des paysages aussi bien variés que contrastés sur un ensemble composé de 1 628 km2 de terres émergées.

D'une superficie de 1 434 km2, la « Guadeloupe continentale » se compose de deux terres distinctes, qui sont séparées par un fin bras de mer n'excédant pas 200 mètres de large, appelé « la Rivière Salée ».

  • La Basse-Terre à l'ouest, 848 km2 (massif ovale de 45 km sur 20), est montagneuse et recouverte d'une forêt tropicale très dense du nord au sud, où abondent de nombreuses rivières et cascades.
D'origine volcanique (comme certaines îles voisines de Dominique, Martinique et Sainte-Lucie), son plus haut sommet est le volcan en activité de la Soufrière culminant à 1 467 mètres, soit la plus haute altitude des petites Antilles. Comme dans la plupart des îles volcaniques, on y trouve aussi de nombreuses plages de sable noir et de sable roux.
  • La Grande-Terre à l'est, 586 km2 (triangle d'environ 40 km de côté) est plate. L'eau douce de consommation y est amenée de l'île de Basse-Terre par des canalisations sous le pont traversant la Rivière Salée qui sépare les deux terres.
Sur un substrat calcaire (comme les îles voisines d'Antigua ou Barbade), elle se compose d'une plaine bordée d'une mangrove au sud-ouest, d'une succession irrégulière de mornes appelée les Grands Fonds au centre, et d'un plateau aride dentelé de côtes rocheuses et sauvages au nord. C'est sur le littoral sud de la Grande-terre, parsemé de plages de sable blanc à l'abri des récifs coralliens, que se concentrent les grandes stations balnéaires.
La Rivière Salée coulant sur un axe nord-sud selon les courants de marée constitue un bras de mer séparant les deux îles, dont la configuration font qu'elles sont souvent comparées aux ailes d'un « papillon » déployé sur la mer.

À peu de distance, les « dépendances administratives » (ou les îles du sud) se composent de plusieurs îles, d'une superficie globale de 194 km2 qui ne diffèrent pas beaucoup culturellement de la « Guadeloupe continentale », à l'exception des Saintes. Très récemment est apparu l'expression « archipel de la Guadeloupe » ou « îles de Guadeloupe » dans l'essor du tourisme, mais officiellement la Guadeloupe n'est pas reconnue comme étant un archipel au sens propre du terme. Dès lors, on parle de la Guadeloupe et de ses dépendances.

  • La Désirade, 21 km2, est une île calcaire de forme allongée (11 km sur 2 km), qui se présente comme un vaste plateau incliné vers le nord-ouest. La Grande Montagne, qui atteint 275 mètres d'altitude, est son point culminant.
  • Petite-Terre, sont un petit archipel de 2 km2 constitué de deux îlots Terre de Haut et Terre de Bas fermés par un récif corallien, situé à une dizaine de kilomètres au sud de la Pointe des Châteaux et de la Désirade dont il dépend administrativement.
  • Marie-Galante, 158 km2, est une grande île formée sur un substrat calcaire vallonné, arrosé par l'alizé. Par rapport à sa forme arrondie (15 km de diamètre), elle est surnommée la « Grande Galette ou l'île aux cent moulins ».
  • Les Saintes se présentent comme un petit archipel de 9 îles arides et escarpées. Les deux plus grandes îles sont habitées : Terre-de-Haut, un îlet allongé de 5 km2 à l'est, et Terre-de-Bas, l'îlet le plus grand de 8 km2 à l'ouest de l'archipel et de forme plus arrondie.

La Basse-Terre et les Saintes à l'ouest, sont issues de la formation d'une chaîne volcanique récente qui culmine à la Soufrière, alors que les autres îles à l'est sont d'origine corallienne. En raison de ses caractéristiques géologiques, les îles du département de la Guadeloupe sont classées en zone III d'après le zonage sismique de la France.

Climat[modifier | modifier le code]

Station météorologique du Raizet, Les Abymes
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 20,7 20,6 21 22,2 23,6 24,3 24,3 24,1 23,8 23,3 22,4 21,3 22,6
Température maximale moyenne (°C) 29,2 29,2 29,7 30,3 30,9 31,4 31,6 31,9 31,7 31,3 30,5 29,7 30,6
Précipitations (mm) 83 60 67,9 96,5 134,1 107,8 129,6 169,1 206,2 214,5 213,9 134 1 616,6
Source : « Données climatiques de la station de Le Raizet », sur meteofrance.gp (consulté le 07/07/2014)


Les îles des Caraïbes, sur le trajet des ouragans tropicaux.

La Guadeloupe bénéficie d’un climat tropical tempéré par les influences maritimes et les alizés. On distingue deux saisons en Guadeloupe et dans les îles voisines :

Côté température, avec une moyenne de 27 °C, il n'y a que peu de différence entre les mois les plus chauds (de 25 °C à 32 °C) et les mois les plus froids (de 23 °C à 29 °C). La géographie spécifique de l'archipel, le contraste entre la Basse-Terre et la Grande-Terre, entraîne également un climat spécifique sur chacune de ces îles. La Grande-Terre et ses plateaux calcaires connaissent régulièrement de sévères sécheresses, alors que dans le même temps, le relief perpendiculaire au flux des alizés de la Basse-Terre régule le régime des pluies. La température moyenne de l’eau de mer est de 28 °C.

L'île est sujette au passage des ouragans de mai à novembre. Ceux-ci se forment soit localement dans les Antilles, soit au large du Cap-Vert en Afrique et dérivent dans les alizés d'est.

Risques naturels[modifier | modifier le code]

L'archipel de la Guadeloupe est soumis à de nombreux risques naturels tels que les séismes, les tsunamis, les éruptions volcaniques ou les cyclones tropicaux. Il a fait l'objet d'un plan de prévention des risques spécifique[2].

Séismes et tsunamis[modifier | modifier le code]

Le 21 novembre 2004, les îles du département, notamment l'archipel des Saintes, furent frappées par un violent séisme atteignant la magnitude de 6,3 sur l'échelle de Richter et causant la mort d'une personne ainsi que de nombreux dégâts matériels [3].
Le séisme du 8 février 1843 est, à ce jour, le séisme connu le plus violent. Il a causé la mort de plus d'un millier de personnes ainsi que de très importants dégâts à Pointe à Pitre[4],[5].

Éruptions volcaniques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Soufrière (Guadeloupe).

Cyclones tropicaux et marées de tempêtes[modifier | modifier le code]

Situé dans une région très exposée, la Guadeloupe et ses dépendances doit faire face à de nombreux cyclones. En 1995, trois cyclones (Iris, Luis et Marilyn) ont frappé l'archipel en moins de 3 semaines.
Le 16 septembre 1989, le cyclone Hugo inflige de sérieux dégâts aux îles de l'archipel.
L'ouragan le plus meurtrier à avoir frappé la Guadeloupe est celui de Pointe-à-Pitre en 1776 qui a fait au moins 6 000 morts[réf. nécessaire].

Ouragans meurtriers ayant frappé la Guadeloupe au XXe siècle[6][modifier | modifier le code]
  • 12 septembre 1928 : ouragan de classe 4 (plus de 1200 morts) ;
  • 11 août 1956 : ouragan BETSY (6 morts) ;
  • 26 octobre 1963 : tempête tropicale HELENA (5 morts) ;
  • 22 août 1964 : ouragan CLEO, classe 3 (14 morts) ;
  • 27 septembre 1966 : ouragan INEZ, classe 3 (25 morts) ;
  • 16 septembre 1989 : ouragan HUGO, classe 4 (11 morts).

Environnement[modifier | modifier le code]

Importation de pesticides en Guadeloupe.
Vanille Banane de Guadeloupe - Basse-Terre
Vanille Banane de Guadeloupe - Basse-Terre

La Guadeloupe et les Antilles constituent un point chaud de biodiversité. Comme les autres Petites Antilles, la Guadeloupe a émergé de l'océan il y a moins de cinq millions d'années. Cet isolement a favorisé l'émergence d'un fort taux d'endémisme. L'archipel était entièrement recouvert de forêt avant l'arrivée des européens au XVIe siècle. Cette arrivée s'est accompagnée d'invasions biologique et de défrichements qui ont eu un impact sévère sur la biodiversité.

De nombreuses espèces ont disparu de l'île telles que le Ara des Antilles, l'Amazone de la Guadeloupe, la Perrique de la Guadeloupe, le rat mondoungue, le lamantin des Caraïbes, le phoque moine des Caraïbes, l'agouti doré, l'améive de Guadeloupe, le Boa constricteur ou encore le crapaud de la Dominique.

Les milieux naturels de Guadeloupe souffrent des prélèvements (chasse et pêche en particulier), du recul de la forêt, de l'urbanisation, d'une périurbanisation accélérée ces dernières décennies, ainsi que du fait du développement des cultures, en particulier, celles, intensives, (de banane et canne à sucre surtout) qui ont atteint leur apogée dans les années 1955-75 après avoir longtemps coexisté avec des modes plus extensifs (exploitation en colonat, parcs pour l'élevage), tous ces modes d'exploitation ayant restreint l'importance de la forêt tropicale et l'ayant même fait disparaître à faibles altitudes. Les cultures de la banane et de la canne à sucre ont marqué les paysages non montagneux et sont sources de pollutions sensibles.

Malgré le développement de procédés modernes d'élimination (méthanisation), un certain nombre d'effluents intéressant de petites distilleries sont encore peu ou mal traités. Cette agriculture (majoritairement exportatrice) de sucre de canne, alcool (rhum) et bananes est depuis toujours très grosse importatrice d'engrais de pesticides, dont d'insecticides ; ces consommations ont heureusement une forte tendance à se restreindre, plus encore en volume global (forte régression des surfaces cultivées et des productions). Cette agriculture reste fortement encouragée, pour la rendre plus « durable » et ralentir sa récession par l'Europe, l’État et les collectivités locales (Région et Département).

Les séquelles de l'utilisation de ces produits, pour certains très toxiques et rémanents (chlordécone, paraquat en particulier) posent aujourd'hui problème. Depuis 1973, dans les Antilles françaises, son utilisation était destinée à protéger les bananeraies d'un charançon. Son autorisation à la vente avait été retirée en 1990 par le gouvernement français, mais une dérogation en permettra l'usage jusqu'en 1993, à la suite de la demande pressante des producteurs de banane, relayée par le député de la Martinique, Guy Lordinot. Son usage se poursuivra en réalité jusqu'aux années 2005-2007. Son utilisation a pollué l'ensemble de l'écosystème antillais et se retrouve à des concentrations supérieures à 100 fois la norme, notamment dans les eaux et les sols. Selon le BRGM du fait des 1 250 tonnes de chlordécone épandues avant que l'usage ne soit définitivement interdit (1993), et donc sans même tenir compte des utilisations frauduleuses qui ont perduré jusqu'en 2007, la pollution ne devrait disparaître que dans 7 000 ans. Outre une pollution durable, de nombreux sols et des écosystèmes (dans les zones dédiées aujourd'hui ou anciennement aux bananeraies, ainsi que l'aval des émissaires intéressés jusqu'à la mer), une contamination sensible de certains réseaux d'eau potable par des organochlorés, confirmée à la fin des années 1990[7]. Des mesures ont été prises pour maintenir l'accès à une eau potable, mais les sols de certaines régions du territoire guadeloupéen et des autres îles bananières (françaises, anglophones et hispanophones) des Antilles sont durablement pollués par certains produits, dont le chlordécone. Des études sont en cours pour mieux mesurer les impacts de ces produits sur la santé. Des arrêtés d’interdiction de la pêche sont à respecter en Martinique et en Guadeloupe (poissons et crustacés d'eau douce genre ouassous, certaines espèces de poissons de lagon et de langouste), rappelle l'AFSSA, de même qu'il faut en zone contaminée éviter de consommer les légumes racines du jardin plus de 2 fois par semaine.

Les récifs sont dégradés au moins à 50 % autour des grandes îles, et de nombreux herbiers marins sont également très dégradés. L'environnement végétal et les paysages restent préservés sur quelques parties des îles, constituant un atout sensible pour le tourisme. Ces espaces sont pour partie classés en ZNIEFF[8] et protégés[9], pour certaines avec un statut de réserve naturelle guadeloupéenne[10], dont plusieurs grottes abritant des chiroptères protégés. Des cartes d'habitats sous-marins[11] permettent d'envisager une meilleure gestion et protection de ces habitats fragiles et des corridors biologiques sous-marins, vulnérables aux pollutions (nitrates, turbidité, pesticides…), aux pressions anthropiques[12] et aux aléas climatiques qui pourraient devenir plus fréquents et aigus dans le contexte du changement climatique global. Le site du Grand Cul-de-sac Marin est inscrit depuis le 8 décembre 1993 en tant que zone humide d’importance internationale (Convention de Ramsar)[13]. À Marie-Galante, aux Saintes et à la Désirade les palétuviers et mangroves ont presque disparu.

Le 15 février 1993 la Guadeloupe et ses dépendances sont classées Réserve de la Biosphère (label UNESCO) avec une superficie de 69 707 ha d'espace protégés et sont inscrites au patrimoine mondial de L'UNESCO. Elle devient le Département d'outre-mer ayant le plus d'espaces protégés, avec notamment un parc national[13].

Transports[modifier | modifier le code]

La première phase relierait, en 2019, le nord des Abymes au centre ville de Pointe à Pitre. La deuxième phase, en 2023, complèterait la première en desservant l'université. A l'horizon 2030, il est prévu deux lignes: la ligne 1 de Lauricisque à Baie-Mahault et la ligne 2 jusqu'à Belle plaine au Gosier.

Histoire[modifier | modifier le code]

Peuplements amérindiens[modifier | modifier le code]

Pétroglyphe précolombien à Baillif.

À l'instar d'autres îles des Petites Antilles, la Guadeloupe est probablement occupée par des groupes amérindiens précéramiques à partir de 3000 avant J.-C. comme semble l'indiquer la découverte récente de traces de culture sur brûlis sur l’île de Marie-Galante[15]. Cette période est dénommée Mésoindien ou Age Archaïque dans la nomenclature archéologique américaine. Vers le début du premier millénaire, des groupes amérindiens agro-céramistes migrent depuis le nord du Venezuela dans tout l'arc antillais. Cette période, le Néoindien ancien ou Age Céramique ancien comprend deux cultures bien identifiables par le style de leur production céramique : Huecan- et Cedrosan Saladoïde (anciennement dénommés Arawaks par les archéologues).

Vers le IXe siècle, ils laissent la place à la culture troumassoïde qui inaugure la période du Néoindien récent. Ces groupes ne proviennent pas d'une migration mais d'une transformation sur place des groupes antérieurs, profonde mutation encore mal expliquée mais où le climat, la démographie et des modifications sociétales pourraient avoir joué un rôle. La céramique troumassoïde est dérivée de la céramique cedrosan saladoïde, avec une extrême simplification du registre décoratif qui disparaît presque totalement. C'est sans doute tardivement, peut-être autour du XVe siècle, qu'une nouvelle population migre dans l'arc antillais depuis le Plateau des Guyanes. Ces peuples, les Kalinagos ou Caraïbes insulaires décrits par les Espagnols à leur arrivée dans les Petites Antilles, pourraient correspondre aux cultures dénommées Suazoïde et Cayo par les archéologues. Cette période tardive est marquée par l'évidence de contacts avec les Taïnos des Grandes Antilles. Selon une thèse aujourd'hui sujette à controverse, les « Arawaks » auraient été massacrés à l'arrivée des Indiens Caraïbes, un peuple décrit par les chroniqueurs espagnols comme guerrier et pratiquant le cannibalisme.

Ces Indiens baptisèrent l’île Karukera (« île aux belles eaux » en langue caraïbe[16]) ; ils sont les principaux occupants des lieux jusqu'au milieu du XVIIe siècle, c'est-à-dire peu de temps après l'installation des Français en 1635, mais bien après l'arrivée des premiers Européens.

Conquête espagnole et expulsion des Amérindiens[modifier | modifier le code]

Les cinq îles de la Guadeloupe clairement identifiées et nommées (Isla de Guadalupe, Isla Deserada, Marígalante et Todos Santos) sur le planisphère de Cantino datant de 1502.

L'histoire moderne de la Guadeloupe commence en novembre 1493, lorsque Christophe Colomb aperçoit, lors de son deuxième voyage, La Désirade puis Marie-Galante et arrive sur l'île de la Basse-Terre le 4 novembre où il débarque[17]. Il note l'importance de la présence de l'eau, notamment en voyant les chutes du Carbet. Il nomme l'île Santa Maria de Guadalupe de Estremadura en hommage au monastère espagnol où Christophe Colomb fit un pèlerinage après son premier voyage au Nouveau Monde en 1492 et vint remercier pour cette découverte[16]. Dès 1502, l'archipel de la Guadeloupe est précisément indiquée dans toutes ses composantes (les cinq îles) sur le planisphère de Cantino indiquant l'importance et la connaissance du lieu par les premiers navigateurs européens. La Guadeloupe est alors peuplée par les Caraïbes, peuple amérindien présent sur l'île depuis le VIIIe siècle.

En 1641, se termine la guerre entre colons et Caraïbes. Ces derniers, déjà diminués par les maladies et les massacres depuis les premiers colons espagnols, sont envoyés sur l'île de la Dominique.

Première colonisation française et développement de la traite des Noirs[modifier | modifier le code]

La plage de Sainte-Anne, en Guadeloupe.

À partir de 1635, Charles Liènard de l'Olive et Jean du Plessis d'Ossonville en prennent possession au nom de la Compagnie française des îles de l'Amérique. C'est le début de la colonisation de l'archipel.

Les débuts de la colonisation sont difficiles, quatre compagnies commerciales font faillite en tentant de coloniser les îles guadeloupéennes. La population augmente cependant rapidement et l'esclavage se développe. En 1656, les esclaves sont déjà 3 000 à travailler sur l'archipel, pour une population de 15 000 personnes[18].

La Guadeloupe et la Martinique passent sous l'autorité directe du roi de France Louis XIV, qui décide alors de développer la culture de la canne à sucre, plus onéreuse mais beaucoup plus rentable [Quoi ?], en donnant des terres à des officiers supérieurs et en les encourageant à y importer des esclaves ; cependant la population d'esclaves diminue en Guadeloupe entre 1664 et 1671 (passant de 6 323 à 4 627 personnes).

Dès 1671, le monopole de la Compagnie des Indes occidentales est aboli pour ouvrir la concurrence à tous les ports français, dans la traite négrière, dont le développement massif, par des Français et des Anglais, fait flamber le prix des esclaves mais abaisse le coût de leur transport et satisfait les planteurs de sucre. La Guadeloupe est encore habitée par de nombreux colons blancs qui cultivent du tabac, sur des plantations nécessitant peu de capitaux.

Après 1671, le nombre de planteurs blancs diminue rapidement et en 1674, la création de la ferme du tabac entraîne leur ruine. Moins taxé, le tabac produit en Virginie par des planteurs jacobites profite de la contrebande et prend son essor.

L'augmentation rapide de la population d'esclaves correspond aussi à la création en 1673 de la Compagnie du Sénégal, ancêtre de la Compagnie de Guinée, dans le sillage de la Compagnie royale d'Afrique, fondée en 1672. Face à cette concurrence, la Compagnie des Indes occidentales sera dissoute en 1674.

L‘essor de l'esclavage en Guadeloupe est cependant moins rapide qu'à la Martinique, à qui la traite négrière réserve les esclaves les plus résistants et où Louis XIV a installé plus de nobles de rang élevé et où la population noire double entre 1673 et 1680[19]. Dès 1700, la population d'esclaves en Guadeloupe est remontée à 6 076 personnes, beaucoup moins qu’en Martinique. Cette différence explique aussi qu'un siècle plus tard, en 1794, Victor Hugues ait pu se rendre maître de la Guadeloupe pour le compte de la Révolution française alors que la Martinique est restée sous la domination des grands planteurs de sucre alliés aux Anglais dans le cadre du traité de Whitehall.

Conflits franco-britanniques et abolition temporaire de l’esclavage[modifier | modifier le code]

Proclamation de Victor Hugues, en novembre 1794.

Après des tentatives infructueuses en 1666, 1691 et 1703, les Britanniques s'emparent une première fois de la Guadeloupe en 1759. Ils ne la conserveront que quatre ans, jusqu'en 1763 (traité de Paris).

À partir de 1775, la Guadeloupe n'est plus rattachée à la Martinique mais reste sous l'autorité du gouverneur des îles du Vent.

En avril 1794, profitant des troubles provoqués par la Révolution française, les Britanniques reprennent brièvement possession de l'île, après la défaite le 20 avril de Basse-Terre et la capitulation du général et gouverneur depuis 1792, Georges Henri Victor Collot.

Victor Hugues, nommé Commissaire national en Guadeloupe, les en chasse dès le mois de mai 1794, aidé par les esclaves, auxquels il avait promis la liberté. Ce dernier annonce, le 7 juin 1794, l'abolition de l'esclavage (adopté par la Convention nationale au mois de février par la loi du 16 pluviôse an II). Victor Hugues, dit « Le Terrible », met en place les lois de la Convention et par conséquent le tribunal révolutionnaire. Les planteurs (dont certains soutenaient l'Angleterre) ne se soumettant pas au nouveau régime, sont traduits devant ce tribunal. La répression du commissaire de la Convention sera étendue aux « anciens » esclaves qui se révoltèrent pour ne pas avoir été payés. En 1798, le Directoire le rappelle en France.

Il est remplacé par le général Desfourneaux, mais malgré sa volonté de réforme de la gestion locale, ce dernier est également remis en cause par la population et par une partie de l'armée. C'est aussi l'époque de l'expansion des corsaires guadeloupéens.

En 1802, le premier Consul Bonaparte nomme Lacrosse gouverneur. Ce dernier tente de renvoyer de l'armée les officiers noirs, qui y avaient été intégrés après l'abolition de l'esclavage. Une révolte de ces officiers monte. Le propre aide de camp de Lacrosse, Louis Delgrès, métis, deviendra un des chefs de cette rébellion avec Joseph Ignace.

Bonaparte dépêche alors une expédition de 4 000 hommes dirigés par le général Richepance pour mater la rébellion. Après une défense héroïque, beaucoup de révoltés préfèrent se suicider plutôt que de se rendre. « Vivre libre ou mourir » dernières paroles de Louis Delgres[20]. La loi du 16 pluviôse an II qui avait aboli l'esclavage est annulée le 16 juillet 1802 par Bonaparte.

En 1808, les Anglais mènent une nouvelle campagne d'invasion des Antilles, prenant Marie-Galante et la Désirade, puis en 1809, les Saintes. Entre le 28 janvier et le 6 février 1810, les troupes britanniques fortes de 6700 hommes et dirigées par George Beckwith, et soutenues par la Royal Navy commandée par l'amiral Cochrane, envahissent l'île en débarquant sur les plages du Gosier, de Sainte-Marie et de Capesterre. Les Britanniques se dirigent alors vers Basse-Terre où les troupes françaises peu nombreuses (entre 3000 et 4000 soldats), mal équipées et commandées par le gouverneur Ernouf sont rapidement prises en tenaille après un nouveau débarquement à Vieux-habitants, et sont obligées de capituler le 5 février 1810. L'aigle du 66e régiment impérial est un trophée rapporté à Londres, en même temps que de nombreuses troupes prisonnières.

La Grande-Bretagne intègre la Guadeloupe dans ses possessions coloniales antillaises tandis que la guerre s'intensifie en Europe (Guerre d'indépendance espagnole, Sixième Coalition) et en Amérique du Nord (Guerre contre les États-Unis, de juin 1812 à février 1815). Afin d'assurer l'intégration de la Suède dans la sixième coalition, les Britanniques signent un traité avec Bernadotte, nouveau prince héritier de Suède, le 3 mars 1813 : la Guadeloupe est cédée à ce prince, pour lui et ses descendants, en dédommagement de l'effort de guerre que la Suède doit fournir pour abattre Napoléon et pour dédommager Bernadotte d'avoir abandonné ses titres dans l'Empire français. En réaction, l'Empire français fait promulguer le 14 octobre 1813 un Sénatus-consulte « concernant l'ile française de la Guadeloupe » : « il ne sera conclu aucun traité de paix entre l'Empire français et la Suède, qu'au préalable la Suède n'ait renoncé à la possession de l'île française de la Guadeloupe »[21]. L'écroulement rapide de l'empire napoléonien, quelques mois plus tard (avril 1814), et le traité de paix de Paris ne laissent pas le temps aux Suédois de remplacer les Britanniques sur l'île : l'article 9 du traité confirme que la Suède laisse la Guadeloupe à la France. L'épisode des Cent-jours replace la Guadeloupe sous occupation anglaise, et le deuxième traité de Paris de novembre 1815, redonne la souveraineté française sur la Guadeloupe. Pour l'anecdote, la Grande-Bretagne dédommagea la Suède de ces retournements de situation avec une somme de 24 millions de francs au profit du trésor suédois, versée sous forme de rente à perpétuité aux monarques suédois (Guadeloupefonden[22], en langue suédoise), rente qui fut close en 1983, après accord entre le roi de Suède et le parlement suédois.

Institutionalisation républicaine dans l’empire colonial[modifier | modifier le code]

Entre 1816 et 1825 une série de lois propres à l'île sont promulguées. Les institutions municipales voient le jour en 1837.

En 1848, sous la Deuxième République, l'esclavage est finalement aboli définitivement.

Saint-Barthélemy est cédée de nouveau par le Royaume de Suède à la France qui l’incorpore dans l’Empire français au sein de la Guadeloupe.

Le 24 décembre 1854, à bord de l'Aurélie, les premiers indiens arrivent en Guadeloupe. Ils viennent de la Côte de Coromandel, Pondichéry, de Madras, de la côte de Malabar ou de Calcutta. En 1925, Raymond Poincaré décide d'octroyer définitivement la nationalité française aux ressortissants indiens ainsi que le droit de vote[23].

Des Guadeloupéens participent à la Seconde Guerre mondiale en rejoignant les Forces françaises libres.

Départementalisation et régionalisation[modifier | modifier le code]

Le 19 mars 1946, les anciennes colonies de l’Empire français font place à l’Union française, mais celle des Antilles françaises se rapprochent du statut de la métropole et deviennent des départements d’outre-mer : la Guadeloupe et la Martinique (le département de la Guadeloupe intégrera aussi Saint-Barthélemy et Saint-Martin dans un arrondissement spécial).

Avec l'arrivée des Socialistes au pouvoir en France, la loi de décentralisation est votée en 1982 et la région de la Guadeloupe est créée, s'intégrant aux 22 régions de France métropolitaine. Dans la foulée, le Conseil régional de la Guadeloupe voit le jour en 1983.

Conflits sociaux[modifier | modifier le code]

Le 14 février 1952, dans la commune du Moule, une grève est organisée par les ouvriers de l'usine Gardel pour une hausse de leurs salaires. Des barrages sont érigés par les grévistes. Finalement, les militaires français sur place reçoivent l'ordre de tirer sur la foule et le bilan est de 4 morts et 14 blessés. Selon certains témoignages[réf. nécessaire], certaines victimes n'avaient pas de lien direct avec la grève. Localement ces événements sont appelés le Massacre de la Saint-Valentin[24].

De nouvelles émeutes ont lieu les 25, 26 et 27 mai 1967 lors des manifestions ouvrières en vue d'obtenir une augmentation salariale de 2,5 %. Ces manifestations donnent lieu à des affrontements avec les CRS, et entraînent la mort de 5 à 87 personnes, selon les sources, dont Jacques Nestor, un célèbre militant du GONG et plusieurs blessés. Les personnes arrêtées seront relâchées par la cour.

Évolution statutaire de la Guadeloupe[modifier | modifier le code]

Le 1er décembre 1999, la « Déclaration de Basse-Terre » est signée. Les présidents de Région des DFA proposent au président de la République et au Gouvernement une modification législative voire constitutionnelle, visant à créer un statut nouveau de Région d'Outre-mer doté d'un régime fiscal et social spécial pour la Guadeloupe, la Guyane et la Martinique, dans le cadre de la République française d'une part, et de l'Union européenne d'autre part (article 299-2 du Traité d'Amsterdam).

Le 7 décembre 2003, les électeurs de Guadeloupe ont rejeté à 73 %, le projet de création d'une collectivité unique se substituant au département et à la région qui coexistent sur le même territoire. Le même jour, les électeurs de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin ont voté en faveur de l'autonomie de leurs communes, devenues par la loi organique du 21 février 2007 deux Collectivités d'outre-mer (COM) distinctes des autres dépendances et de la Guadeloupe.

Le 20 janvier 2009, débutent les grèves générales du L.K.P Liyannaj Kont Pwofitasyon qui dureront jusqu'au 4 mars. Ces 44 jours de paralysie affaiblissent l'économie de la Guadeloupe et révèlent un profond malaise social sur fond de crise économique. En avril 2009, pour trouver des réponses à la crise sociale en outre-mer, Nicolas Sarkozy ouvre les États généraux ; de nombreux ateliers dont l'atelier gouvernance propose un projet d'évolution statutaire à caractère autonome (art. 74 de la constitution) et un projet d'évolution institutionnel (simplification administrative) relevant de l'assimilation législative (art.73 de la constitution)[25] soumis à consultation référendaire, à l'instar de la Martinique et la Guyane[26]. Les populations de ces dernières se sont prononcées en deux référendums en janvier 2010, rejetant l'autonomie en faveur la simplification administrative (fusion des assemblées départementale et régionale).

À la demande du président de région, Victorin Lurel, la Guadeloupe décide un report de dix-huit mois des consultations populaires[27], vu la proximité des scrutins régionaux et la pluralité des évolutions statutaires sollicitées par elle-même et par ses dernières dépendances. Ce délai supplémentaire accordé par le chef de l'État, devait permettre la finalisation du projet guadeloupéen et celui ou ceux des îles du sud[28],[29][réf. insuffisante]. Mais en définitive, la Guadeloupe et ses dépendances s'inscriront dans la réforme nationale des collectivités territoriales.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de la Guadeloupe.

(Les données démographiques ne tiennent pas compte de Saint-Martin et Saint-Barthélemy)

Démographie du département de la Guadeloupe
Année 1664 1789 1879 1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2010
Habitants 11 437 106 593 174 231 276 545 305 312 315 848 317 269 353 431 386 566 400 736 403 355

Population : au 1er janvier 2008, la population était estimée à 401 784 habitants, alors qu'en 1999, la Guadeloupe comptait 386 566 habitants ; sur ces neuf années, la croissance démographique a été de l'ordre de +3,94 %, croissance inférieure à celle de la France métropolitaine (+6,18 %), sur la même période.

Densité de population : en 2008, la densité moyenne était de 247 hab./km2 contre 100 au niveau national ; de plus, un tiers des terres de l'archipel est consacré à l'agriculture et les zones montagneuses ne sont pas habitables, ainsi l'espace et le logement viennent à manquer. Située à la jonction des deux grandes îles de la Guadeloupe, l'agglomération pointoise (soit Pointe-à-Pitre, les Abymes, Baie-Mahault, le Gosier), regroupe à elle seule 33 % de la population ; dans cette zone, la densité moyenne est de 772 hab./km2, tandis qu'à Marie-Galante elle n'est que de 75 habitants/km².

Composition de la population[30] : 72 % des Guadeloupéens sont noirs ou mulâtres, 14 % sont indo-caribéens, 9 % sont caucasiens, 2 % de la population est originaire du Moyen-Orient, enfin, les autres, représentent près de 3 % des habitants. De plus, ce département est plutôt jeune par rapport aux autres départements français.

Immigration dans la collectivité : la richesse de la Guadeloupe contraste avec la très grande pauvreté de plusieurs îles de la région des Caraïbes ; ainsi, la collectivité s'apparente à un Eldorado pour les populations de ces territoires. De plus, d'autres facteurs, comme l’instabilité politique, et les catastrophes naturelles expliquent cette immigration. Dès les années 1970, les premiers immigrés clandestins d’origine haïtienne arrivèrent en Guadeloupe pour satisfaire un besoin de main-d'œuvre dans le secteur agricole ; à côté de cette immigration haïtienne, plus visible parce que plus nombreuse, la Guadeloupe a également connu l’arrivée et l’installation de populations de l’île de la Dominique et de la République dominicaine. En 2005, la préfecture qui représente l’État en Guadeloupe, avance les chiffres de 50 000 à 60 000 étrangers dans le département[31].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les îles de la Guadeloupe comptent au total:

  • 41 collèges et 30 lycées (dont 13 d'enseignement général, 1 lycée agricole, 1 lycée hôtelier et 7 lycées privés).
  • Deux campus locaux de l'université des Antilles et de la Guyane.
  • La « cité de la connaissance » comprenant un campus sanitaire et social, l'« Université des métiers » qui comporte un Centre de formation pour apprentis (CFA), un Pôle régional des arts et des spectacles, ainsi qu'une résidence étudiante.
  • Trois antennes de l'École régionale de la deuxième chance.

Sport[modifier | modifier le code]

Événements sportifs

Santé[modifier | modifier le code]

La Guadeloupe dispose de :

Les îles de Guadeloupe[modifier | modifier le code]

Rang Îles Pop. (2010) Pop. (99) Croissance Superficie(km²) Densité
1 Grande-Terre 197 620 196 767 en augmentation +0,43 % 586,68 km² 337
2 Basse-Terre 189 713 172 693 en augmentation +9,86 % 847,82 km² 224
3 Marie-Galante 11 561 12 488 en diminution -7,42 % 158,01 km² 73
4 Terre-de-Haut 1 787 1 729 en augmentation +3,35 % 5,22 km² 342
5 La Désirade 1 579 1 620 en diminution -2,53 % 21,42 km² 74
6 Terre-de-Bas 1 095 1 269 en diminution -13,7 % 7,58 km² 144
7 Petite-Terre 0 0 _ 1,70 km² _

Principales agglomérations[modifier | modifier le code]

# Agglomérations Pop.(10) Pop. (99) Croissance Activités Îles
1 Pointe-à-Pitre - [SP] 131 523 132 751 en diminution -0,93 % Pôle Économique Grande-Terre
2 Basse-Terre - [P] 35 545 36 126 en diminution -1,61 % Pôle Administratif Basse-Terre
3 Sainte-Anne 24 192 20 410 en augmentation +18,5 % Tourisme Grande-Terre
4 Petit-Bourg 23 199 20 528 en augmentation +13,0 % Agriculture Basse-Terre
5 Le Moule 22 381 20 827 en augmentation +7,46 % Agriculture Grande-Terre
6 Sainte-Rose 20 155 17 574 en augmentation +14,7 % Agriculture Basse-Terre
7 Capesterre-Belle-Eau 19 321 19 568 en diminution -1,26 % Agriculture Basse-Terre
8 Morne-à-l'Eau 16 725 17 154 en diminution -2,50 % Agriculture Grande-Terre
9 Lamentin 15 913 13 434 en augmentation +18,5 % Agriculture Basse-Terre
10 Saint-François 14 797 10 659 en augmentation +38,8 % Tourisme Grande-Terre

Médias[modifier | modifier le code]

Presse écrite 
  • France-Antilles Guadeloupe
  • Nouvelles Semaines
  • Nouvelles Étincelles
  • www.caraibcreolenews.com

Radios :

Télévision' :

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Organisation administrative[modifier | modifier le code]

Les territoires en blanc font partie de la région Guadeloupe (hormis Saint-Barthélemy & Saint-Martin).

Depuis la réforme constitutionnelle du 28 mars 2003, qui a supprimé les appellations DOM et TOM, la Guadeloupe est un DOM-ROM (Département d'Outre-Mer numéro 971 et Région d'Outre-Mer). Elle est donc à la fois une région administrative et un département français d'Outre-Mer (l'expression DOM reste utilisée aujourd'hui) on parle alors de région monodépartementale pour qualifier cette particularité administrative. Cependant, seul un préfet de région est nommé et siège à Basse-Terre, chef-lieu du département. Elle constitue avec la Martinique, située à environ 150 km plus au sud, et la Guyane, située au nord de l'Amérique du Sud, les départements français d'Amérique (DFA).

Aujourd'hui, la Guadeloupe fait partie de l'Union européenne au sein de laquelle elle constitue une RULP région ultrapériphérique, ce qui lui permet de bénéficier de « mesures spécifiques », consistant à faire des adaptations du droit communautaire en tenant compte des caractéristiques et contraintes particulières de la région.

L'administration de la Guadeloupe s'organise comme celle des autres régions de la France métropolitaine et s'inscrit donc dans l'application stricte de la séparation des pouvoirs et l'héritage jacobin de l'État, timidement décentralisé.

Les collectivités territoriales se composent en trois degrés: les Communes, le département et la Région depuis la loi de décentralisation « Defferre » et représente l'exécutif local dans la limite des prérogatives qui leur sont attribuées. Comme toutes démocraties représentatives, les pouvoirs sont attribués par le peuple aux conseils municipaux qui élisent à leurs tours un maire, dans chacune des 32 communes. Les citoyens élisent aussi leurs conseillers généraux au scrutin uninominal majoritaire à deux tours dans chaque canton (40 pour la Guadeloupe). Les conseillers régionaux, eux, sont élus au suffrage universel direct par scrutin de liste à la proportionnelle à deux tours pour occuper les 41 sièges de l'hôtel de région Guadeloupe ; une prime majoritaire de 25 % est attribuée à la liste arrivée en tête, depuis la loi du 11 avril 2003.

Le référendum du 7 décembre 2003, où le non l'a emporté, proposait de mettre en place une nouvelle collectivité territoriale, gérée par une assemblée unique regroupant les compétences de la région et du département. Cette nouvelle collectivité devait rester dans le cadre de l'article 73 de la Constitution avec un régime dit d'assimilation législative.

Le représentant de l'État est le Préfet de Région, installé à Basse-Terre, qui, malgré la suppression du 3e arrondissement, conserve encore certaines prérogatives dans les collectivités de Saint-Barthélemy et Saint-Martin où un Préfet délégué a été nommée. Il représente, avec les collectivités territoriales, l'exécutif local dans l'exercice des prérogatives qui lui sont conférées. Un sous-préfet siégeant à Pointe-à-Pitre administre le 2e arrondissement. Le préfet de région rend compte à l'exécutif national, aux différents ministres du Gouvernement qui rendent compte au Président de la République. Il prend les différents arrêtés et déclenche les différents plans de secours et d'alertes (ORSEC, plan rouge, alertes cycloniques…). Il exerce les pouvoirs régaliens de l'État et dirige les différentes directions départementales secondé par des hauts commissaires (Sécurité et Santé publique, défense, éducation nationale…). Il prend des arrêtés. Le chef des armées est le chef de l'État. Toutefois la Guadeloupe fait partie de la zone de défense et de sécurité Antilles basée à Fort-de-France sous l'autorité du Préfet de la Martinique occupant les fonctions de Haut fonctionnaire de zone de défense et de sécurité. La Guadeloupe forme une académie placée sous l'autorité d'un recteur rendant compte au Préfet de Région.

Ce sont les 4 députés, élus au même mode de scrutin que les cantonales dans chacune des circonscriptions, et les 3 sénateurs, élus au suffrage universel indirect par les grands électeurs, au scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour la Guadeloupe, qui seront chargés de représenter la population au parlement à Paris (Assemblée Nationale et Sénat) et de porter les doléances du territoire. Ils participent au système législatif de la nation. (ex: déclaration de zones sinistrées cycloniques ou sismique).

Le scrutin des élections présidentielles est organisé la veille de celui de la métropole, pour une meilleure cohésion du suffrage, compte tenu du décalage horaire. Le dépouillement n'est dévoilé que le jour officiel en même temps que la métropole.

La Guadeloupe est représentée au parlement européen par un député européen (section Atlantique).

Les pouvoirs judiciaires sont placées sous l'autorité du procureur de la République nommé par le garde des sceaux. Toutes les juridiction du premier degré sont présentes. (Tribunaux d'instance, de grande instance, chambre correctionnelle, cour d'assise, tribunal de police, Conseil des Prud'hommes, tribunal de commerce…) Une cour d'appel dans le département représente le deuxième degré de l'ordre judiciaire. Le troisième degré est la Cour de cassation à Paris.

Les deux premiers degrés de l'ordre administratif sont également présents à Basse-Terre qui héberge le tribunal administratif et la cour administrative d'appel. Le troisième degré est le conseil d'État à Paris.

Symboles[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Politique en Guadeloupe.
Résultats régionaux des présidentielles
Année PS UMP
2007 51,57 % _ 91 529 48,43 % _ 85 946
2012 71,94 % _ 123 737 28,06 % _ 48 271

La Guadeloupe moderne, malgré une organisation administrative et une gouvernance lourde, complexe et confuse par le bicaméralisme de son exécutif, mène une politique active utilisant pleinement ses institutions qui l'intègrent au reste du territoire français en application des directives assimilationnistes que prévoient la départementalisation et l'intégration à l'Union Européenne. Cette orientation qui la rapproche de l'Europe et de la France, limite sa capacité décisionnelle, bride ses responsabilités en faveur d'une mise sous tutelle d'un État providence fort et omniprésent, provoque d'importantes disparités de peuplement, d'aménagement et de développement économique sur son territoire particulièrement entre le continent et les dépendances, et tend à l'isoler de son environnement local, le bassin caribéen, d'où la volonté de changement institutionnel ou statutaire formulée par les élus locaux. La politique internationale (CARICOM, CARIFORUM, Association des États de la Caraïbe (AEC)…) est entretenue par Paris, même si cette dernière délègue depuis peu la représentation française dans la zone caraïbe au Président de région des trois départements français d'Amérique. Cependant, malgré une organisation institutionnelle parfois inadaptée à la réalité guadeloupéenne, ce schéma politique a permis d'améliorer et d'aligner les infrastructures et les services publics, sanitaires et sociaux au même niveau que la métropole. La Guadeloupe se place donc dans le profil d'un pays développé pour sa qualité et son niveau de vie et se situe au même degré économique qu'un pays en voie de développement. Sa population active qui s'inscrit principalement dans un cadre ouvrier et agricole est un électorat sensiblement ancré à gauche, comme le démontre les scrutins territoriaux.

Les principaux partis qui animent la scène politique locale sont de souche nationale ou des partis locaux affiliés aux familles nationales. (Objectif Guadeloupe (UMP), Guadeloupe uni réalisme et solidarité (PS), Parti progressiste Guadeloupéen (PPDG), Parti Communiste Guadeloupéen (PC), les Verts, Modem, Front National…). Toutes les grandes familles politiques françaises sont représentées. Quelques minorités indépendantistes n'excédant pas les 1 % de suffrages se présentent aux divers scrutins, elles arrivent tout de même à être élues à la tête de petites municipalités ( Union Pour la Libération nationale de la Guadeloupe (UPLG)…) La tendance politique générale actuelle de la Guadeloupe moderne est principalement à Gauche, même si la droite fut active pendant de très nombreuses années aux assemblées départementale et régionale, elle fut sanctionnée par une grave crise dont les prémices commencèrent après la déclaration de Basse-Terre en 1999 (La Guadeloupe inquiétée par la position autonomiste de la présidente de région Lucette Michaud-Chevry (Objectif Guadeloupe) et du « Oui » qu'elle soutient lors du rififi référendaire de 2003 la sanctionne par un « non » et amène Victorin Lurel(PS) à sa place au élections régionales de 2004) ). Le déclin s'accentue avec les frictions entre les ténors du parti (Départ de Philippe Chaulet en 2002 après sa défaite aux législatives, puis démarcation de Gabrielle Louis Carabin, députée, maire du Moule, créant l'UMP Guadeloupe contre l'objectif Guadeloupe de Lucette Michaud-Chevry) et le poids montant de la popularité de Victorin Lurel qui enchaîne les victoires pour la gauche (législatives 2002, régionales 2004, législatives 2007, municipales et cantonales 2008, régionales 2010). Le départ de la présidente de la section locale de l'UMP, Gabrielle Louis Carabin, députée maire du Moule, en juin 2009, à la suite de tensions provoquées par des directives prises par le parti national en faveur de Lucette Michaud-Chevry sa « rivale », et la nomination de la fille de cette dernière Marie-Luce Penchard au ministère de l'Outre-Mer par Nicolas Sarkozy quelques mois avant les régionales de 2010, achève la droite guadeloupéenne qui s'enlise dans une guerre de succession qui nécessitera l'arbitrage de Paris[33]. La Députée Maire du Moule se rapprochant du socialiste Victorin Lurel fait basculer une importante partie de la Guadeloupe et provoque la réélection de la gauche dès le premier tour des régionales par une écrasante victoire, ce malgré la présence de la Ministre de l'outre-mer sur la liste de droite[34]. La droite conserve néanmoins quelques communes qui lui sont fidèles traditionnellement, surtout dans les dépendances. (ex. : Terre-de-Haut)

Conseil régional de la Guadeloupe Logo de la région Guadeloupe. (2010-2015)

Groupe Sièges Statut Résultats (1er Tour)
PS - PPDG - Les Verts - MoDem 31 Majorité 56,51 % _ 78 261
Majorité présidentielle 4 Opposition 14,01 % _ 19 405
DVG - GUSR - PCG - PSG - UPLG 4 Opposition 12,40 % _ 17 175
CDI 2 Opposition 6,96 % _ 9 634

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie de la Guadeloupe.
La culture de la banane.

La situation économique difficile de la Guadeloupe est traduite par deux chiffres significatifs : le taux de chômage (22,7 % de la population active en 2007[35]), et le taux de couverture des importations par les exportations (6 % en 1996) ; elle se classe au second rang des régions les plus touchées par le chômage dans l'Union européenne[36]. En janvier 2010 le nombre de demandeurs d'emploi est de 51 860 personnes ce qui augmente le taux de chômage à 23,7 % de la population totale soit une hausse de près de 11,5 % par rapport à 2009. De plus, un jeune Guadeloupéen sur deux est sans emploi.

L'agriculture (canne à sucre, banane, melon, café, vanille, ananas, avocat, orange, citron, carambole, etc.), autrefois moteur économique de l'île, ne survit que grâce aux subventions de l'État et des collectivités locales. « La canne, c'est notre sidérurgie », ont coutume de dire les Guadeloupéens et pour cause les industries, peu nombreuses, appartiennent essentiellement au secteur agroalimentaire (sucreries, rhumeries, conserveries). La canne à sucre et la banane, les deux plus grosses productions de l'île, sont en crise. Quant aux cultures fruitières et maraîchères, elles ne parviennent pas à couvrir les besoins des 400 000 habitants ; chaque année, la Guadeloupe doit importer plus de dix mille tonnes de fruits et de légumes.

L'industrie représentait selon l'INSEE, 5,4 % de la valeur ajoutée totale du département en 2006 (contre 6,5 % en 1993) et 6,9 % des emplois. Son développement est partiellement dû aux lois de défiscalisation. La Guadeloupe compte une dizaine de zones industrielles réparties sur tout le territoire ; les activités se concentrent dans l’agglomération pointoise principalement sur le site de Jarry (325 hectares), commune de Baie-Mahault. Cette zone d'activité industrielle (l’une trois premières zones industrielles de France) regroupe 80 % des créations d’emplois des dix dernières années.

Le tourisme est le seul secteur économique à conserver un certain dynamisme ; les bons résultats de l’année 2007 confirment l’orientation favorable de la conjoncture du secteur. Le trafic des passagers à l'aéroport Pôle Caraïbes (hors transit) a progressé de 6,2 %, notamment sous l’effet du développement du tourisme de croisière, en hausse de 26,9 % sur l’exercice ; hors croisiéristes, le nombre de passagers arrivés dans l'archipel a crû de 3,6 %. L’hôtellerie classée a également bénéficié de l’augmentation de la fréquentation ; la Guadeloupe est visitée par une majorité de voyageurs en provenance de l'Hexagone (92 % des flux) devant ceux de l’Italie et de la Belgique[37].

Malgré sa situation économique la Guadeloupe fait partie des îles les plus riches et les plus stables des Caraïbes.

La Guadeloupe est partie intégrante du territoire douanier de l'Union européenne mais est exclue de son territoire fiscal ; elle a donc été érigée en zone défiscalisée.

Grands projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture de la Guadeloupe.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

En matière de gastronomie, la Guadeloupe se sert surtout de ses produits agricoles, comme le poyo (de la famille de bananes plus communément appelées bananes vertes ou ti-nain), du fruit de l'arbre-à-pain, de gombos, de choux et des produits de la mer. Comme plat typique, on citera par exemple le blaff où le poisson, préalablement assaisonné, est cuit dans un petit bouillon agrémenté de cives (sorte d'oignons du pays), de persil, piment, thym… et l'on peut également citer le colombo qui est l'équivalent du curry indien. La cuisine guadeloupéenne est souvent épicée et assaisonnée en faisant macérer la viande ou le poisson pendant des heures avant de les faire cuire pour relever le goût.

La Guadeloupe est une terre de métissage entre l'Europe, l'Afrique et l'Asie (Moyen-Orient, Inde). Ainsi la communauté indienne longtemps effacée, tient à faire reconnaître son identité. La présence de la couleur indienne que ce soit par le colombo (épice) ou par le tissu emblématique de la tenue traditionnelle, le madras, rappelle leur contribution très ancrée dans l'identité guadeloupéenne.

La communauté indienne a d'ailleurs une tradition qui lui est propre et qui vient d'Inde. Il s'agit des mayé men, prononciation déformée du nom de la déesse indienne mariamman.

Festivités[modifier | modifier le code]

Outre la cuisine, la Guadeloupe est connue pour son grand goût des festivités. Ainsi en période de Noël, les familles et amis se réunissent lors de chanté nowel occasion de chanter des cantiques et de faire la fête. Après les périodes de fêtes de fin d'année débutent les répétitions du Carnaval. Les groupes de carnaval défilent tous les dimanches soir, dans les rues jusqu'au vacances de Carnaval qui arrivent en février ou en mars.

Les groupes à peaux, par exemple, Akiyo (qui signifie, « qui sont-ils ? ») sont des groupes composés uniquement de grosses percussions, et d'instruments de coque de lambi. Ils ont la particularité de ne pas avoir de cuivres dans l'orchestre, ni de chorégraphie, défilent souvent sans costumes thématiques.

Le Mardi gras, c'est la grande fête où les groupes de carnaval concourent dans le chef-lieu Basse-Terre ou à Pointe-à-Pitre pour les meilleurs costumes, meilleure musique ou meilleure chorégraphie dont le thème est imposé par les comités de carnaval. Puis le lendemain, le mercredi des Cendres, jour qui termine le carnaval, la mascotte de roi du carnaval surnommée Vaval est brûlée, ce qui signe la fin des festivités, tout le monde défile en noir et blanc (pour marquer le deuil de Vaval), et débutent alors les 40 jours de carême.

La population majoritairement catholique, respecte cette période, ainsi les boites de nuit se vident, les gens évitent de faire la fête, certains ne mangent que du poisson ou alors s'en privent. Mais, étant donné le grand engouement pour les fêtes, le « jeudi mi-carême », un défilé en rouge et noir identique au carnaval donc avec des groupes de musiciens précédés de personnes qui défilent est organisé.

Après cette période de privation, ce sont les fêtes de Pâques, lors desquelles les familles vont souvent camper sur la plage et mangent des plats à base de crabes : matété (riz cuit avec du crabe), calalou (crabes avec des feuilles de madères accompagné de riz blanc) ou dombrés aux crabes (petites boules de farine cuites avec du crabe).

La jeunesse guadeloupéenne soucieuse de son patrimoine culturel a fait naître un nouveau courant nommé Gwada Style, du diminutif que donnent les jeunes à l'île, la « Gwada ». On retrouve souvent cette expression dans la musique reggae/dance-hall, genres musicaux très populaires aux Antilles.

Fêtes et jours fériés
Date Nom Remarques
1er janvier Jour de l’an Premier jour de l’année ; Pour les catholiques, fête de Sainte Marie (avant le concile Vatican II, Circoncision de Jésus-Christ).
Lendemain du dimanche de Pâques (lundi 21 avril en 2014, lundi 6 avril en 2015) Lundi de Pâques Pâques (fête chrétienne commune aux catholiques et aux protestants) est le premier dimanche qui suit la première pleine lune fictive de printemps.
1er mai Fête du Travail D'abord journée de protestations et grèves pour la journée de travail de 8 heures; traditionnellement le jour de nombreuses manifestations syndicales et politiques en France. Journée devenue fériée sous le régime de Vichy. Depuis 1947, l’appellation « Fête du Travail » n’est que coutumière, i.e. non officielle).
8 mai Fête de la Victoire 1945 Commémoration de la capitulation allemande et de la fin de la Seconde Guerre mondiale (1945).
27 mai Abolition de l’esclavage Dans le département de Guadeloupe uniquement.
39 jours après Pâques (jeudi 29 mai en 2014, jeudi 14 mai en 2015) jeudi de l'Ascension Fête chrétienne célébrant la montée de Jésus aux cieux.
lendemain du septième dimanche après Pâques (lundi 9 juin en 2014, lundi 25 mai en 2015) Lundi de Pentecôte Lundi férié (seul le dimanche garde une signification religieuse particulière).
14 juillet Fête nationale Commémoration de la Fête de la Fédération du 14 juillet 1790 (elle-même anniversaire de la prise de la Bastille en 1789).
21 juillet Fête Victor Schoelcher Commémoration de la naissance (en fait le 22 juillet 1804) du député Victor Schoelcher qui fut à l'origine de l'abolition de l'esclavage, spécifique à la Guadeloupe et à la Martinique.
15 août Assomption Fête catholique célébrant la montée de la Vierge Marie aux cieux.
1er novembre Toussaint Fête de tous les saints de l’Église catholique.
2 novembre Fête des Morts Uniquement dans le département de la Guadeloupe.
11 novembre Armistice de 1918 Commémoration de l’armistice mettant fin à la Première Guerre mondiale.
25 décembre Noël Naissance de Jésus-Christ.
Paysage du nord de la Grande-Terre, surnommée « la petite Bretagne des Antilles ».

Langue[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Créole guadeloupéen.
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2014). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

La Guadeloupe étant un département français, le français en est la langue officielle. Les représentants des plus vieilles générations ne parlent pas toujours couramment le français, mais le créole guadeloupéen. Le créole guadeloupéen est considéré comme une langue régionale, langue ancienne née d'un métissage de français, d'anglais et de langues africaines et de certains mots amérindiens.

Le lien avec les langues africaines sont souvent ignorés. Quelques exemples :

  • « accras » les célèbres beignets antillais, en Bambara (MALI) Akara signifie « beignet »
  • « awa » signifie « non » en Créole et « awo », a le même sens en Mina (dérivé de l'Ewe parlé à Ghana, Togo & Bénin). De même, en Guinée, le mot « awa » signifie « iyo » en Soussou. Ce qui correspond à « non » en français.
  • « bonda » signifie « fesses ou postérieur » en Créole et correspond au mot « nbonda » en ki-kongo

Quelques exemples de rapprochements souvent ignorés avec l'espagnol :

  • En créole le verbe ni ou tini est le verbe avoir. En Espagnol tener est le verbe avoir.

Quelques exemples de rapprochements souvent ignorés avec l'anglais :

  • En créole, lorsque l'on dit de quelqu'un qu'il a biguidi, cela signifie se défiler, perdre ses forces ou son sang-froid. En anglais to be giddy peut signifier être étourdi, fébrile, avoir le vertige.
  • En créole, un tré désigne le plateau d'une marchande. En anglais a tray est un plateau.
  • En créole, on lo moun veut dire « beaucoup de monde ». En anglais, on dirait a lot of people (soit littéralement un lot de personnes, beaucoup de monde). Également l'expression méré lékol (sécher les cours), vient de my way sous-entendu I go my way (Je suis ma route ailleurs qu'à l'école).

Le créole a été créé pour que tous les groupes ethniques puissent se comprendre, il s'agit des européens (majoritairement français), africains et amérindiens. Le créole est ainsi un mélange. Il fut créé dès le XVIIe siècle en réponse à une urgence communicative. Contrairement aux Espagnols dont seuls les Castillans avaient au départ le droit de coloniser l'Amérique, et aux Anglais, les Français ne possédaient pas à l'époque de la colonisation de la Guadeloupe de langue unifiée. Les Normands parlaient le normand, les Bretons le breton, etc. C'est pourquoi ils ne pouvaient pas imposer leur langue. Le créole est dès le départ la langue de toutes les « races » créé pour que tous puissent communiquer ensemble. Par ailleurs Terre-de-Haut et Terre-de-Bas dans l'archipel des Saintes, de par leur histoire de peuplement (colons bretons, normands et poitevins), ont leurs créoles propres qui se distinguent du créole Guadeloupéen de par leurs prononciations francisées, leurs expressions particulières, leurs syntaxes et leurs sonorités. Bien que non transcrit, ces insulaires qualifient leur créole de « patois » ou « parler saintois » et assurent activement sa transmission et sa pérennité par leurs descendances de manière vernaculaire.

Les habitants de la Dominique et Sainte-Lucie et un petit groupe en Louisiane et à Trinidad parlent un créole à base lexicale francophone car leurs îles (et territoire), à l'exception de Trinidad, ont été colonisé par les Français. Les créoles de la Guadeloupe, de la Dominique, de Martinique et de Ste Lucie sont très proches et les habitants créolophones de ces îles se comprennent aisément. Le créole haïtien est un peu moins proche que le créole guadeloupéen.

La syntaxe du créole guadeloupéen (comme celui des autres îles de la Caraïbe) ne considère pas le vouvoiement, exprimé par la 2e personne du pluriel en français. Le créole est aussi une langue très imagée, et très philosophique par ses expressions. Le créole est une langue rude, les expressions sont souvent crues, ce qui traduit littéralement en français peut facilement porter à confusion. Pourtant leur utilisation en langue créole ne traduit pas la violence qui lui équivaut en français. Par exemple an ke limmé di fé si'w qui mot à mot se traduirait « je vais allumer du feu sur toi » ne signifie pas l'envie du locuteur d'incendier la personne avec laquelle il dialogue, mais plutôt son intention de l'impressionner de par sa prestation, comme quelqu'un dirait « je vais te laminer » ou « je vais te donner une leçon » lorsqu'il est sûr de gagner à une partie de jeu vidéo.

Quelques éléments de phonétique : le créole a été écrit pour la toute première fois par un béké guadeloupéen à la fin du XVIIe siècle. À l'époque, il l'avait retranscrit à partir de l'orthographe française. Maintenant la lettre « c » n'existe pas, ni l'association « qu », le son [k] s'écrit avec un K. Le son « in » (de matin) s'écrit « en », et le son « an » (de enfant) s'écrit « an ». Le retour aux sources de la population guadeloupéenne a créé un véritable intérêt pour le créole, des livres de contes et de poésies sont, depuis une dizaine d'années, édités en créole et en français. Hector Poullet est notamment un pionnier des dictées médiatisées en créole.

Les Guadeloupéens qui ont aujourd'hui 50 ans ont connu une période de répression du créole. En effet, le créole était considéré comme une langue rappelant des origines modestes, donc les parents et les instituteurs interdisaient à leurs enfants de s'exprimer en créole. Cela n'empêchait pas les enfants de s'exprimer en créole entre eux.

Il est encore aujourd'hui considéré comme impoli pour un enfant de s'adresser directement en créole à un adulte ; pour autant le créole n'a pas disparu. Maintenant les jeunes intègrent des mots anglais, notamment provenant de l'anglais jamaïcain au créole. Ainsi les adultes ont parfois du mal à « comprendre » le créole parlé par leurs enfants, comme les parents de l'hexagone ne saisissent pas toute une conversation en verlan ou en argot des jeunes adolescents.

Certaines personnes âgées qui n'ont pas eu la chance d'être scolarisées très longtemps préfèrent s'exprimer en créole, et de ce fait parlent créole, alors que le reste de la population parle le plus souvent français que créole pour engager une conversation. Le créole est facilement parlé entre amis et en familles.

Musique[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2012). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Article détaillé : Musique des Antilles françaises.
Musique traditionnelle gwoka jouée au marché aux épices de Basse-Terre.

Terre de métissage musical, les îles de l'archipel ont développé divers style musicaux traditionnels tels que la kadans, le zouk, le gwoka, la biguine et ainsi que le style FWI, « French West Indies ».

Le quadrille et la biguine sont toutes deux des danses de couple sur un air de musique entraînant. Le gwoka, datant de l'esclavage, est la racine musicale guadeloupéenne prenant pleinement ses racines dans l'héritage musical africain. Le gwo ka était joué par les esclaves au XVIIIe siècle constituant un moyen d'expression spécifique, au même titre que le créole, aussi bien qu'une musique identitaire. Il permettait aux esclaves noirs de communiquer pour les hommes de brousse. Le gwoka est une musique simple jouée avec un instrument à percussion, le ka, qui est un gros tambour joué sur sept rythmes différents : toumblak, woulé, pajenbel, graj, kaladja, menndé, lewoz. Chaque rythme correspond à un état d'esprit et une ambiance particulière. Aujourd'hui encore, il existe des soirées « lewoz », où musiciens, les « tambouyè », chanteurs, les « répondè » et danseurs improvisent une conversation rythmée pendant des heures. Le terme « ka » viendrait de quart, le nom donné aux tonneaux à partir desquels ces « tambours » étaient fabriqués.

Le zouk originellement est une dérive du rythme de la kadans. La percussion du zouk reprend les temps forts du rythme de la batterie de la biguine. Bien qu'il désigne un bal populaire, le créateur du zouk est l'artiste guadeloupéen Roland Louis[réf. nécessaire], mais il est admis que ce sont les groupes comme Kassav' (dont faisait partie Patrick Saint-Éloi), Zouk Machine, Expérience 7, Gilles Floro et Francky Vincent) qui ont été les premiers à exporter ce style musical en dehors de l'archipel guadeloupéen. Le plus gros succès du zouk fut néanmoins Maldon, chanson interprétée par les trois filles de Zouk Machine, parmi lesquelles se trouvait la chanteuse Jane Fostin. Au fil de l'évolution s'est créé une nouvelle variante du zouk, le zouk-love dans les années 1990, plus lent et plus sensuel.

Les jeunes musiciens guadeloupéens sont actuellement orientés vers le zouk-love (Medhy Custos, Slaï), vers le dance-hall ou Reggae-dancehall (Admiral T) et vers la création de label indépendants (Mozaik Kreyol « MK » d'Admiral T, G Prod de Missié GG…)

Principales salles de spectacle[modifier | modifier le code]

Principaux équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Personnalités de Guadeloupe[modifier | modifier le code]

Codifications[modifier | modifier le code]

La Guadeloupe a pour codes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [Histoire de Karukera l'île aux belles eaux "VIIIème siècle : ce sont les indiens Caraïbes qui débarquent en Guadeloupe. Peuple guerrier, ils déciment les Arawaks, bien qu'originaires des mêmes contrées. À cette époque, on nommait la Guadeloupe "Karukéra", en indien Caraïbe " l'île aux belles eaux "".]
  2. Préventions des risques et nuisances > Risques naturels > Les plans de prévention des risques naturels - DEAL Guadeloupe - 28 juin 2012
  3. Séisme ressenti en Guadeloupe
  4. [1]
  5. [2]
  6. HISTOIRE des CYCLONES de la GUADELOUPE - Météo France
  7. Rapport sur la présence de pesticides dans les eaux de consommation humaine en Guadeloupe (Inspection générale des affaires sociales (IGAS), et Inspection générale de l'environnement (IGE), France, 5 juillet 2001 [PDF]
  8. Carte des ZNIZFF et liste et fiches des ZNIEFF (INPN)
  9. Carte
  10. Réserve naturelle guadeloupéenne [PDF]
  11. Cartes d'habitats sous-marins
  12. Mémoire de fin d'études sur la cartographie des biocénoses marines côtières de la Basse-terre de Guadeloupe (Diagnostic écologique et pressions anthropiques
  13. a et b http://www.uicn.fr/IMG/pdf/05_UICN_2003_Biodiv_OM_-_Guadeloupe.pdf
  14. Tramway, un projet sur les rails pour 2019 - France Antilles - 10 septembre 2013
  15. Siegel et al - Analyse préliminaire de prélèvements sédimentaires en provenance de Marie-Galante. Bilan scientifique 2006-2008. Service régional de l’archéologie Guadeloupe- Saint-Martin – Saint-Barthélemy 2009
  16. a et b La Guadeloupe face à son patrimoine : Itinéraires et modalités d'une reconnaissance et d'une revalorisation, par Jean-Pierre Giordani, éditions Karthala, 1996, (ISBN 9782865376414), pp. 25-26.
  17. À l'actuel lieu-dit de Sainte-Marie sur la commune de Capesterre-Belle-Eau.
  18. Karaibes.
  19. books.google
  20. Louis Delgres, sur atout-guadeloupe.com
  21. Bulletin des lois du 2e semestre 1813, pages 257-258 : gallica.bnf.fr. Ce Sénatus-consulte est promulgué par la régente, l'impératrice Marie-Louise, puisque Napoléon, à cette date, est en campagne en Saxe autour de Leipzig où il sera défait le 19 octobre.
  22. Voir article Wikipedia en anglais : Guadeloupe Fund.
  23. * 7 octobre 2011 - Commémoration du 59ème anniversaire du décès de Henry Sidambarom (PDF)
  24. 14 février 1952: une grève en Guadeloupe réprimée dans le sang, France24.com, 14 février 2009
  25. www.etatsgenerauxdeloutremer.fr.
  26. www.cyberpresse.ca.
  27. www.google.com.
  28. www.agoravox.fr.
  29. www.caraibcreolenews.com.
  30. Les statistiques fondées sur l'origine ethnique étant interdites en France, les données sur la composition de la population sont de simples estimations
  31. L'immigration en Guadeloupe, sur islandscommission.org
  32. http://www.radiotransat.com/ Site officiel
  33. http://www.guadeloupe.franceantilles.fr/regions/departementales/ump-paris-tacle-chaulet-et-missionne-blaise-aldo-06-01-2010-62388.php
  34. http://www.domactu.com/actualite/12518517917232/guadeloupe-regionales-2010-carabin-sur-la-liste-de-lurel/
  35. Lepoint.fr
  36. http://www.geopopulation.com/20090219/guadeloupe-martinique-et-reunion-possedent-les-taux-de-chomage-les-plus-eleves-europe-en-2007/
  37. http://www.outre-mer.gouv.fr/?economie-guadeloupe.html
  38. Hegesippe Légitimus.
  39. Georges Brédent.
  40. Daniel Maximin

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Guadeloupe.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Juliette Sméralda, Guadeloupe Martinique, des sociétés en révolte. Morphologie d'un conflit social. Kéditions, mars 2009.
  • La Guadeloupe, les Antilles et la Révolution française. Itinéraires, Office régional du patrimoine guadeloupéen, 1991, 156 pages