Hautes-Pyrénées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hautes-Pyrénées
Image illustrative de l'article Hautes-Pyrénées
Hautes-Pyrénées
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Création du département 4 mars 1790
Chef-lieu
(Préfecture)
Tarbes
Sous-préfecture(s) Argelès-Gazost
Bagnères-de-Bigorre
Président du
conseil général
Michel Pélieu (PRG)
Préfet Anne-Gaëlle Baudoin-Clerc
Code Insee 65
Code ISO 3166-2 FR-65
Démographie
Population 237 440 hab. (2014)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Superficie 4 464 km2
Subdivisions
Arrondissements 3
Circonscriptions législatives 2
Cantons 34
Intercommunalités 33
Communes 474

Les Hautes-Pyrénées (prononcé [ot.pi.ʁe.ne ] en français standard, [ˈɔ.tə.pi.ʁe.ne ] localement) sont un département français de la région Midi-Pyrénées. Sa préfecture est la ville de Tarbes. L'Insee et la Poste lui attribuent le code 65.

Les habitants des Hautes-Pyrénées sont les Haut-Pyrénéens ou les Bigourdans.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire des Hautes-Pyrénées.

Le département a été créé à la Révolution française, le 4 mars 1790 en application de la loi du 22 décembre 1789, à partir d’une partie de la province de Gascogne, la dite Bigorre et le Pays des Quatre-Vallées (Aure, Barousse, Nestès et le Magnoac).

Le conventionnel vicquois Bertrand Barère s’est particulièrement battu en ce sens : « Si ce pays, la Bigorre, est trop petit pour former un département, il convient de l’agrandir. Mais il serait très inique de n’en faire que des districts dépendant d’une ville étrangère ; ce serait un meurtre politique que de faire de Tarbes le misérable chef-lieu d’un district. » Il est alors baptisé « Hautes-Pyrénées ».

On notera l’étonnante géographie de ce département qui possède deux petites enclaves dans le département voisin des Pyrénées-Atlantiques. C’est une survivance du Moyen Âge : en effet, à la fin du XIe siècle, Gaston IV le Croisé, vicomte de Béarn, épouse Talèse d’Aragon, vicomtesse du Montaner, petit territoire située entre Béarn et Bigorre ; le Montaner reste au Béarn mais Talèse garde pour elle cinq paroisses qui constituent toujours les deux enclaves dans les Pyrénées-Atlantiques.

Les Hautes-Pyrénées et les pays qui occupaient son territoire avant la Révolution. Ceux-ci faisaient tous partie de la province de Gascogne.
.

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Blason[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« D'or à deux lions léopardés de gueules, armés et lampassés d'azur, passant l'un sur l'autre. »

Drapeau[modifier | modifier le code]

Flag of Hautes-Pyrénées.svg

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie des Hautes-Pyrénées.
Carte topographique des Hautes-Pyrénées.

Le département des Hautes-Pyrénées fait partie de la région Midi-Pyrénées. Il est limitrophe des départements des Pyrénées-Atlantiques, du Gers, de la Haute-Garonne, et de la province de Huesca (Espagne) .

Trois régions naturelles bien distinctes composent le paysage haut-pyrénéen : la montagne et ses vallées, les coteaux et les plaines.

La montagne, c’est-à-dire les Pyrénées, recouvre, au sud, la moitié du territoire du département. Elle forme une barrière naturelle entre la France et l’Espagne, ne permettant qu’un seul accès routier vers l’Aragon par le tunnel Aragnouet-Bielsa. 35 de ses pics dépassent 3 000 m et le pic du Vignemale, à 3 298 m, en est le point culminant.

Deux zones géologiques distinctes caractérisent cette région de montagnes :

  • la chaîne dite « axiale », où l’on trouve les plus hauts sommets des Pyrénées françaises comme le Vignemale, qui culmine à 3 298 m ;
  • une zone de chaînons plissés sédimentaires.

Moins élevées mais plus massives que les reliefs alpins, elles isolent de nombreuses vallées encaissées et « cul-de-sac » naturels, véritables microcosmes conservés par ces murailles de pierre.

L’altitude des Pyrénées s’estompe progressivement en remontant vers le nord, et les montagnes cèdent la place au piémont, limité à l’est par le vaste plateau de Lannemezan (à 600 m environ), véritable château d’eau du département où naissent de nombreuses rivières des bassins de la Garonne et de l’Adour (Gers, Baïse, Save, Gimone, Midou, Douze). Ce plateau morainique formé au Quaternaire par la débâcle des glaciers est sujet à un climat relativement rude.

Plus à l’ouest et au nord, le piémont laisse filtrer des vallées plus larges qui attirent la majorité de la population du département. C’est là un pays vallonné, au climat plus clément.

À l’ouest, le bassin du gave de Pau ou Lavedan forme une large vallée de Lourdes à Argelès-Gazost.

Au centre, on trouve la vallée de Campan dominée par le pic du Midi, le col du Tourmalet, les massifs du Néouvielle et de l’Arbizon.

À l’est, la vallée de la Neste se déroule jusqu’à Arreau où se rejoignent les vallées d'Aure et du Louron.

Les vallées sont reliées entre elles par des cols d’altitude parfois élevée tel le Soulor, le Tourmalet, l’Aspin ou encore le Peyresourde.

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat des Hautes-Pyrénées.

Il est radicalement divisé en deux : au nord les plaines et bas plateaux, doux et peu ventés, au sud les montagnes, rigoureuses et longtemps enneigées (à l'exception des basses vallées).

Économie[modifier | modifier le code]

TARMAC et les champs avoisinant à Ossun.
Article détaillé : Économie des Hautes-Pyrénées.

Les Hautes-Pyrénées, territoire de culture du maïs et d’élevage, sont largement tournées vers la production alimentaire. Elles comptent de nombreuses productions fameuses tel l’oignon de Trébons, le haricot tarbais...

L’activité industrielle se concentre dans la plaine de Tarbes, autour de Lourdes, Lannemezan et Bagnères-de-Bigorre. L'agglomération tarbaise et Bagnères-de-Bigorre s'illustrent dans le secteur ferroviaire. Alstom Transports possède un site à Séméac. Entre Lourdes et Tarbes, Ossun abrite plusieurs entreprises tournée vers l'aéronautique. EADS y fabrique des jets privés. TARMAC démantèle des avions. Lannemezan s'est tourné vers l'industrie chimique. Enfin, SEB possède un site à Lourdes.

Le thermalisme et le thermoludisme ont une importance économique considérable à Bagnères-de-Bigorre, Barèges, Argelès-Gazost, Cauterets, Capvern ou encore Loudenvielle.

Le tourisme constitue la première activité économique. Il s’est développé autour de Lourdes, centre de pèlerinage, des stations de ski, telle la station du Tourmalet, ou encore des sites tels le cirque glaciaire de Gavarnie, de réputation mondiale, ou l’observatoire du pic du Midi de Bigorre.

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie des Hautes-Pyrénées.

Les habitants des Hautes-Pyrénées sont les Haut-Pyrénéens.

La ville principale et chef-lieu est Tarbes qui a réuni autour d’elle une agglomération, le Grand Tarbes, comprenant des communes secondaires telles qu’Ibos, Aureilhan, Orleix ou Séméac.

La ville mariale, Lourdes, est la seconde plus grande ville.

Bagnères-de-Bigorre, Argelès-Gazost sont des villes thermales de moindre importance.

Les communes de Vic-en-Bigorre, Rabastens-de-Bigorre, Maubourguet, Lannemezan, Cauterets, Saint-Laurent-de-Neste, Arreau ou Luz-Saint-Sauveur pourraient encore être citées.

Évolution de la population
1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846 1851 1856
180 669 212 077 222 379 233 031 239 688 244 196 248 800 250 934 245 127
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
240 179 240 252 235 156 236 026 236 474 231 248 225 865 219 162 215 546
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
209 993 206 105 185 760 187 637 189 993 194 331 201 954 203 544 211 413
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2009 2011
225 730 227 222 227 922 224 759 222 673 227 736 229 079 229 670 229 228
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture dans les Hautes-Pyrénées.

Principaux établissements culturels[modifier | modifier le code]

Tarbes, chef-lieu de département, centralise les principaux établissements culturels.

Le musée Massey renferme plusieurs types de collection. Il abrite ainsi le musée des Beaux-Arts mais encore le musée international des Hussards. La salle d'exposition du Carmel lui est complémentaire.

Aux lieux d'exposition, s'ajoutent les différentes scènes de la ville dont celle de la Gespe consacrées aux musiques actuelles. La Pari, scène du spectacle vivant, est encore un lieu destiné à la créativité contemporaine. Le principal théâtre tarbais reste celui des Nouveautés mais le Parvis, établissement culturel pluridisciplinaire alliant musique, danse et cinéma situé en périphérie au cœur du centre commercial Le Méridien, voit lui aussi se jouer en son sein de nombreuses pièces.

Le Parvis est encore à l'origine d'un réseau local de cinémas de proximité alimentant les salles d'Argelès-Gazost, d'Arrens-Marsous, de Bagnères-de-Bigorre, de Barèges, de Capvern-les-Bains, de Cauterets, de Cizos, de Gourette, de Laruns, de Loudenvielle, de Lourdes, de Luz-Saint-Sauveur, de Saint-Laurent-de-Neste et de Val-Louron.

Aussi, tout comme Tarbes, Bagnères-de-Bigorre est également dotée d'un musée des Beaux-Arts dit musée Salies.

Principales manifestations culturelles[modifier | modifier le code]

Tarbes accueille, en juillet, le festival d’équitation Equestria et, en août, un festival de tango. Tous les deux ans, un festival de musique militaire se déroule à Tarbes durant le mois de septembre (dernière édition : du 19/09/2008 au 21/09/2008).

Tourisme[modifier | modifier le code]

Sanctuaires de Lourdes

Le tourisme est la première activité économique en Hautes-Pyrénées et revêt donc une importance toute particulière.

Lourdes est un centre majeur de pèlerinage dans la Chrétienté.

Mais outre cela, les Pyrénées offrent un espace privilégié pour la pratique du ski, du thermalisme et pour le tourisme vert...

Les stations de ski sont nombreuses et on peut citer celles de Cauterets, de Saint-Lary-Soulan, du Tourmalet, de Luz-Ardiden, de Piau-Engaly, du Hautacam...

L’activité thermale, à Luz-Saint-Sauveur,Bagnères-de-Bigorre, Barèges ou encore Cauterets s’accompagne de la pratique du jeu dans les casinos.

La réputation de sites tels le cirque glaciaire de Gavarnie, le Parc national des Pyrénées, l’observatoire du pic du Midi de Bigorre sont encore là source de tourisme.

Politique[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Médias locaux[modifier | modifier le code]

Presse écrite[modifier | modifier le code]

Le groupe La Dépêche du Midi dispose d'une seconde édition locale : le quotidien La Nouvelle République des Pyrénées.

Le groupe Sogemedia édite l'hebdomadaire La Semaine des Pyrénées.

Une version de l'hebdomadaire Le Petit Journal est également disponible dans le département.

Radio[modifier | modifier le code]

Les ondes FM comptent plusieurs radios locales : Pic FM, Atomic Fm, Ràdio País, Fréquence Luz...

D'autres radios de la région diffusent des programmes de proximité telles que 100 % Radio, Radio Présence...

Certaines radios nationales ont encore des studios dans le département telle que Fun Radio...

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]