Oise (département)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oise.
Oise
Image illustrative de l'article Oise (département)
Oise (département)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Création du département
Chef-lieu
(Préfecture)
Beauvais
Sous-préfecture(s) Clermont
Compiègne
Senlis
Président du
conseil général
Yves Rome (PS)
Préfet Nicolas Desforges
Code Insee 60
Code ISO 3166-2 FR-60
Code Eurostat NUTS-3 FR222
Démographie
Gentilé Isarien, Isarienne
Population 823 668 hab. (2012)
Densité 141 hab./km2
Géographie
Superficie 5 860 km2
Subdivisions
Arrondissements 4
Circonscriptions législatives 7
Cantons 41
Intercommunalités 27
Communes 693

L'Oise (prononcé [waz]) est un département français de la région Picardie, qui doit son nom à la rivière qui le traverse, l'Oise. L'Insee et la Poste lui attribuent le code 60. Ses habitants sont appelés Isariens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie de l'Oise.

Situation[modifier | modifier le code]

L'Oise fait partie de la région Picardie. Le département est situé à 30 km au nord de Paris, ce qui en fait le département non-francilien le plus proche de la capitale. Il est limitrophe des départements de la Somme, de l'Aisne, de Seine-et-Marne, du Val-d'Oise, de l'Eure et de la Seine-Maritime.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Brêche, rivière affluente de l'Oise.

La rivière de l'Oise, qui donne son nom au département, est le principal affluent de la Seine.

L’Epte est un affluent en rive droite de la Seine.

Le Thérain est une rivière affluente de rive droite de l'Oise du bassin de la Seine.

L'Aisne prend sa source dans l'Argonne à Sommaisne, près de la limite entre les départements de la Meuse et de la Marne, et se jette dans l'Oise à Compiègne, après un long parcours de 353 kilomètres.

L'Automne, qui coule dans les départements de l'Aisne et de l'Oise, est un affluent de l'Oise en rive gauche qui conflue à Verberie.

La Noye est une rivière française dans les département de l'Oise et département de la Somme, et un affluent de l'Avre en rive gauche.

L'Aunette est un affluent de la Nonette en rive droite.

La Bresle est un fleuve côtier se jetant dans la Manche au Tréport sur la Côte d’Albâtre.

La Brêche ou Brèche est un affluent de l'Oise.

Le Matz (prononcé /ma/) est une rivière affluente de l'Oise.

La Viosne est une rivière affluente de l'Oise.

L'Esches est une affluente de la rive droite de l'Oise.

Le Plan d'eau du Canada est un lac situé au nord-ouest de Beauvais et le long du Thérain.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Les couches albiennes, que l’on retrouve dans le pays de Caux, se prolongent jusqu’au pays de Bray. Ces couches sont mises à jour grâce aux carrières, nombreuses dans le pays de Bray. Ces carrières servent à la fabrication de briques et de tuiles, avec les argiles dites du Gault, qui se déposèrent pendant l’Albien.

Climat[modifier | modifier le code]

L'Oise est situé dans zone où le climat est un climat océanique dégradé[réf. nécessaire].

Transport[modifier | modifier le code]

Débordement du réseau de transport de l'Île-de-France[modifier | modifier le code]

Rame de la Ligne H du Transilien desservant le sud du département le reliant ainsi à l'Île-de-France.

Le département de l'Oise est desservi par quatre lignes du réseau francilien. Il s'agît de la ligne D du RER d'Île-de-France, avec les stations RER de La Borne Blanche, Orry-la-Ville - Coye, Chantilly - Gouvieux et Creil, de la Ligne H du Transilien, avec les gares transilien de Boran-sur-Oise, Précy-sur-Oise, Saint-Leu-d'Esserent et Creil, de la Ligne J du Transilien, avec les gares de Lavilletertre, Liancourt-Saint-Pierre, Chaumont-en-Vexin, et Trie-Château, et de la Ligne K du Transilien, avec les gares du Plessis-Belleville, Nanteuil-le-Haudouin, Ormoy-Villers et Crépy-en-Valois.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Salle d'enregistrement du terminal T1 de l'aéroport de Paris Beauvais.

L'aéroport de Paris Beauvais (nom commercial de l'aéroport de Beauvais-Tillé) est situé sur la commune de Tillé, à 2 km au nord-est de Beauvais et à environ 70 km de Paris à vol d'oiseau.

Il a pour code AITA les trois lettres BVA.

Le premier terminal est ouvert en novembre 1979, le second en décembre 2010 afin de pouvoir augmenter le trafic passagers. En 2012, l'aéroport était le neuvième de France en termes de passagers avec 3 862 562 millions de passagers. L'aéroport est entièrement tourné vers le trafic à bas coût dit Low-Cost.

Des liaisons régulières par autocar sont organisées entre l'aéroport et Paris-Porte Maillot et Amiens-Gare routière.

Transport fluvial[modifier | modifier le code]

Le transport fluvial s'organise dans le département autour de la rivière Oise qui connecte le Canal du Nord et le Canal latéral à l'Oise.

Réseau routier[modifier | modifier le code]

(Sections les plus chargées)

  • Autoroute A 1, assurant la liaison entre Paris et Lille.
  • Autoroute A 16, assurant la liaison entre L'Isle-Adam et la Belgique via Beauvais, Amiens, Abbeville, Boulogne-sur-Mer, Calais, Dunkerque.
  • Route départementale D 1016, assurant la liaison entre Clermont et Creil, mais aussi avec l'autoroute A 1 (Paris).
  • Route départementale D 1330, assurant la liaison entre Creil et l'autoroute A 1 (Senlis) (33 000 véhicules/jour).
  • Route départementale D 1017, assurant la liaison de délestage de l'autoroute A 1 notamment au sud de Senlis (jusqu'à 17 000 véhicules/jour).
  • Route départementale D 200, assurant la liaison entre Creil et Compiègne (jusqu'à 30 000 Véhicules/jour).
  • Route départementale D 901, dans le rôle de la rocade nord de Beauvais (jusqu'à 26 000 véhicules/jour).
  • Route nationale N 2, assurant la liaison entre Paris et Soissons (jusqu'à 22 000 véhicules/jour).
  • Route nationale N 31, assurant la liaison entre Beauvais et Compiègne (20 000 véhicules/jour).
  • Route départementale D 1001, assurant la liaison à Beauvais et à Paris par le sud de l'Oise (de 13 000 à 23 000 véhicules/jour).
  • Route départementale D 1032, assurant la liaison entre Compiègne et Noyon (jusqu'à 16 000 véhicules/jour).
  • Route départementale D 1324, assurant la liaison de Senlis à Crépy-en-Valois (environ 12 000 véhicules/jour).
  • Route départementale D 924, assurant la liaison entre Chantilly et Senlis (jusqu'à 11 000 véhicules/jour).
  • Route départementale D 916, assurant la liaison vers Clermont et Creil des communes des alentours de Saint-Just-en-Chaussée et Breteuil (jusqu'à 10 000 véhicules/jour).
  • Route départementale D 932A, assurant la liaison entre Senlis et Compiègne (jusqu'à 9 500 véhicules/jour).
  • Route départementale D 92, assurant la liaison entre Creil et Saint-Leu-d'Esserent.

Toponymie[modifier | modifier le code]

C'est la rivière de l'Oise qui donne son nom au département.

La rivière Isara est citée par César, puis par l'auteur latin Lucain. Le géographe Vibius Sequester nous informe qu'à son époque, l'appellation est simplement Esia. L'évolution se poursuit avec une diphtongaison de la voyelle initiale qui donne Oysia, forme attestée en 886. La forme médiévale apparue probablement au XIIe siècle mais déjà très répandue au XIIIe siècle est Oise ou Oyse.

Il reste pour les clercs la forme latine savante et ses variantes Ysera, Isera, Isara... Nombreux sont les lettrés qui aiment discourir sur la rivière navigable et flottable. Ils prennent en référence l'abbé Folcuin de Lobbes qui écrit en latin au Xe siècle : « Hysa nunc fluvii nomen est qui antiquitus Hysara dicebatur ». La forme latine hysa est donc employé avant l'an mil dans le monde savant. De l'écriture avec un h antéposé, nous pouvons déduire que le latin médiéval proche de la prononciation germanique, mais aussi peut-être gauloise encore relictuelle au IXe siècle, insiste sur l'aspiration de la première voyelle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de l'Oise.

Paléontologie[modifier | modifier le code]

Des tribus gauloises[modifier | modifier le code]

À l'époque de la conquête romaine, le territoire de l'Oise est partagé entre différentes tribus gauloises. La plus importante est celle des Bellovaques qui occupent la partie la plus vaste située sur la rive droite de l'Oise (Isara). La ville de Beauvais tire son nom de celui des Bellovaques. Les Silvanectes vivent sur la rive gauche de la rivière. La ville de Senlis tient son nom de cette tribu.

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Le 1er juin 987 après la mort de Louis V le Fainéant, Hugues Capet comte de Paris est élu roi à Senlis.

Détachement de l'Île-de-France à la Révolution française[modifier | modifier le code]

L'Île-de-France sous l'Ancien Régime, avec les départements et communes de 2014.

Le département a été créé à la Révolution française, le en application de la loi du , principalement à partir d'une partie de la province d'Île-de-France.

Après la victoire des coalisés à la bataille de Waterloo (18 juin 1815), le département est occupé par les troupes britanniques de juin 1815 à novembre 1818 (voir occupation de la France à la fin du Premier Empire).

Vingtième siècle[modifier | modifier le code]

Photo prise juste après la signature de l'Armistice avec au premier plan le maréchal Foch, encadré par les amiraux britanniques Hope et Rosslyn Wemyss
Photo prise juste après la signature de l'Armistice avec au premier plan le maréchal Foch, encadré par les amiraux britanniques Hope et Rosslyn Wemyss.

L'Armistice du 11 novembre 1918 entre l'Allemagne, la France et ses alliés, puis celui du 22 juin 1940 entre l'Allemagne et la France, furent signés tous deux à la clairière de Rethondes dans la forêt de Compiègne dans l'Oise.

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de l'Oise.

Les habitants de l'Oise sont les Isariens, Isariennes (Oisiens et Oisiennes est un abus de langage) .

On trouve parmi les villes les plus importantes de plus de 10 000 habitants : Creil, Beauvais, Compiègne, Méru, Senlis, Chantilly, Crépy-en-Valois, Nogent-sur-Oise, Noyon, Montataire, Clermont, Chambly, Gouvieux, Lamorlaye.

Quelques villes de moins de 10 000 habitants et des villages : Breteuil, Précy-sur-Oise, Neuilly-en-Thelle, Blaincourt-lès-Précy, Balagny-sur-Thérain, Hermes, Berthecourt, Mouy, Cires-lès-Mello, Mello, Ercuis, Crouy-en-Thelle, Villers-sous-Saint-Leu, Dieudonné, Bouillancy, Brenouille, Cuigy-en-Bray, Laboissière-en-Thelle, Sainte-Geneviève, Le Coudray-Saint-Germer, Saint-Aubin-en-Bray, Lachapelle-aux-Pots, Saint-Léger-en-Bray, Goincourt, Saint-Martin-le-Nœud, Rainvillers, Puiseux-en-Bray, Lalande-en-Son, Lalandelle, Sérifontaine, Senantes, Morvillers, Valdampierre, Montjavoult, Jonquières, Breteuil, Saint-Leu-d'Esserent, Amblainville, Chaumont-en-Vexin.

Les résidences secondaires[modifier | modifier le code]

Selon le recensement général de la population du 1er janvier 2008, 2,9 % des logements disponibles dans le département étaient des résidences secondaires.

Ce tableau indique les principales communes de l'Oise dont les résidences secondaires et occasionnelles dépassent 10 % des logements totaux.

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Politique locale[modifier | modifier le code]

Les intercommunalités[modifier | modifier le code]

Le département de l'Oise compte 3 communautés d'agglomération et 24 communautés de communes. Six communes ne font partie d'aucune intercommunalité.

Découpage administratif[modifier | modifier le code]

L'Oise est divisé en quatre arrondissements : l'arrondissement de Beauvais, qui compte 14 cantons, l'arrondissement de Clermont, 7 cantons, l'Arrondissement de Compiègne, 10 cantons, et l'Arrondissement de Senlis, 10 cantons.

Découpage électoral[modifier | modifier le code]

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

Centre Pierre-Guillaumat de l'UTC.

L’université de technologie de Compiègne (UTC) est un établissement public d’enseignement supérieur et de recherche situé à Compiègne. Elle est membre de l'alliance Sorbonne Universités (Sorbonne University) et partage avec les autres membres, Paris-Sorbonne, Pierre et Marie Curie, Muséum National d'Histoire Naturelle et INSEAD son ambition de développement à l'international et de mutualisation des efforts. Elle compte 4200 étudiants.

L'Institut polytechnique LaSalle Beauvais est une école privée d'enseignement supérieur, située à Beauvais. Elle délivre le titre d'ingénieur ainsi que des diplômes nationaux dans les domaines de l'agriculture, de l'alimentation et santé et de la géologie. L'école délivre également un diplôme de Technicien supérieur professionnel en géologie. Il compte 1600 étudiants.

Santé[modifier | modifier le code]

Vie quotidienne dans l'Oise[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Musée Condé, salle des porcelaines (Chantilly).

Le musée Condé est situé dans le château de Chantilly. Il possède la plus grande collection de porcelaine de Chantilly.

Le musée Gallé-Juillet, est un musée d'arts décoratifs et de faïence du XIXe siècle situé à Creil.

Le musée Antoine-Vivenel est l'un des musées municipaux de la ville de Compiègne. Ce musée d'art et d'archéologie a été fondé en 1839, à la suite d'un don important d'Antoine Vivenel, entrepreneur-architecte et grand collectionneur. C'est un musée de France au sens de la loi du .

Le musée départemental de l'Oise est un musée situé au cœur de Beauvais, au pied de la cathédrale, dans l'ancien palais épiscopal, classé monument historique.

Le musée de la Nacre et de la Tabletterie, labellisé musée de France, se situe à Méru, au sud du département, berceau d'une activité tabletière intense aujourd'hui disparue et dont le musée conserve une partie du savoir-faire.

Festivals et spectacles[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

La ville de Chantilly est reconnue au niveau international pour ses activités hippiques : outre son hippodrome, sur lequel se déroulent notamment deux courses hippiques prestigieuses, le Prix du Jockey Club et le Prix de Diane, la ville et ses environs abritent le plus grand centre d'entraînement de chevaux de course de France.

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie de l'Oise.

Géographie de l'économie isarienne[modifier | modifier le code]

Trois grands groupes sont implantés dans le département. Il s'agit d'ArcelorMittal, à Montataire, de Spontex, à Beauvais et de Mapa, à Liancourt.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tourisme dans l'Oise.
Le Parc Astérix compte plus d'1,5 million de visiteurs annuels depuis 1995.

L'Oise compte différents parcs de divertissement dont le Parc Astérix, depuis le 30 avril 1989, sur la commune de Plailly. Le département abrite également le Parc Saint-Paul depuis 1983 sur la commune de Saint-Paul et La Mer de sable depuis 1963 à Ermenonville.

Grands centres commerciaux[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture dans l'Oise.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Le parc Jean-Jacques-Rousseau est un parc à l'anglaise situé à Ermenonville.

Le Potager des Princes, ou Parc de la Faisanderie, est un parc situé à Chantilly. Il est inscrit monument historique depuis 1975[1].

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Le département, anciennement dans le domaine royal (Île-de-France) sur sa plus grande partie, compte de nombreux châteaux.

Vue générale du Château de Chantilly.

L'Oise abrite le Château de Chantilly du style Renaissance-Éclectisme, construit entre 1358 et 1882, classé et inscrit aux monuments historiques depuis 1988, sur la commune de Chantilly.

Le Château de Pierrefonds, décor de nombreux films et séries.

Le Château de Pierrefonds, qui est un château fort se situe sur la commune de Pierrefonds. Il a été constuit entre 1396 et 1885, et est de type médiéval. Classé aux monuments historiques depuis 1862, le château a servi de lieu de tournages de films et séries françaises et américaines, notamment La Vie de Polichinelle en (1907), Le Bossu en (1959), Papy fait de la résistance en (1983), Les Visiteurs en (1993), Sydney Fox, l'aventurière en (1999) ou encore Merlin, sur BBC One en (2008).

Le Château de Pierrefonds a aussi inspiré le château du roi Miraz dans Le Monde de Narnia : Le Prince Caspian sorti en (2008).

Façade côté jardin du Château de Compiègne.

Le Château de Compiègne, sur la commune de Compiègne, est classé aux monuments historiques depuis 1994. Il fut construit entre 1751 et 1788, et est de style néoclassique. C'est une ancienne résidence royale et impériale.

Le château de Boury est situé sur la commune de Boury-en-Vexin, près de Gisors, dans l’Oise, sur terrain plat. Il occupait une position stratégique aux confins du Vexin français et du Vexin normand, côté français. Le château, son parc et ses annexes sont classés monument historique depuis 1931[2].

Le château de Trie se situe dans la commune de Trie-Château dans le département de l'Oise, à soixante kilomètres au nord-ouest de Paris. Il est inscrit monument historique partiellement depuis 1956[2].

Le château Mennechet est un château de la fin du XIXe siècle construit sur la commune de Chiry-Ourscamp, dans l'Oise, au sommet de la colline du Montconseil.

Le château de Montvillargenne est situé à Gouvieux à proximité de Chantilly, dans l'Oise.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Crème Chantilly

L'Oise est le berceau d'un produit phare de la gastronomie, la Crème chantilly, dont l'invention est usuellement attribuée à François Vatel, maître d'hôtel du Château de Chantilly au XVIIème siècle.

L'Oise dans la culture et les arts[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Peinture et photographie[modifier | modifier le code]

Bateaux sur l'Oise par Charles-François Daubigny.

Le peintre Charles-François Daubigny, considéré comme un des précurseurs de l’impressionnisme, a représenté le département au XIXème siècle.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Dans l'histoire[modifier | modifier le code]

À travers le Château de Chantilly :

À travers le Château de Compiègne :

À travers le Château de Pierrefonds :

À travers le Château d'Ermenonville :

En politique[modifier | modifier le code]

quatrième circonscription de l'Oise depuis 2010

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Taillé : au premier d’or aux trois bandes d’azur, au second aussi d’azur semé de fleurs de lys d’or ; à la barre d’argent brochant sur la partition.
Commentaires : les armoiries combinent les armoiries de l'ancienne province du Ponthieu avec celles de l'ancienne province d'Île-de-France. La barre représente la rivière Oise.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00114580 », base Mérimée, ministère français de la Culture : arrêté du portant sur les façades et les toitures du bâtiment ; le jardin en terrasses ; le parc
  2. a et b « Notice no PA00114545 », base Mérimée, ministère français de la Culture.