Bâle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bâle (homonymie) et Bale.
Bâle
Basel
Blason de BâleBasel
Héraldique
Le Mittlere Brücke sur le Rhin.
Le Mittlere Brücke sur le Rhin.
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Bâle-Ville
NPA 4000–4059
N° OFS 2701
Démographie
Gentilé Bâlois
Population 166 173 hab. (31 décembre 2009)
Densité 6 950 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 34′ 01″ N 7° 34′ 59″ E / 47.567, 7.58347° 34′ 01″ Nord 7° 34′ 59″ Est / 47.567, 7.583  
Altitude 268 m (min. : 244 m) (max. : 363 m)
Superficie 2 391 ha = 23,91 km2
Divers
Nom officiel Basel
Langue allemand[1]
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Bâle-Ville

Voir sur la carte administrative du Canton de Bâle-Ville
City locator 14.svg
Bâle
Basel

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Bâle
Basel

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Bâle
Basel
Liens
Site web www.basel.ch
Sources
Référence population suisse[2]
Référence superficie suisse[3]

Bâle (/bɑ:l/) (Basel en allemand) est la troisième ville de Suisse et le chef-lieu du canton de Bâle-Ville. La commune de Bâle compte 166 173 habitants en 2009[2]. Elle est située dans le nord-ouest de la Suisse, où le Rhin se dirige en direction du nord. Au niveau politique, le gouvernement du canton est également l'organe exécutif de la ville de Bâle. Cette particularité existe depuis 1876[4],[5].

L'agglomération bâloise est tri-nationale, puisqu'elle englobe notamment les villes de Saint-Louis et Huningue en Alsace et de Weil-am-Rhein et Lörrach au Bade-Wurtemberg. L'Eurodistrict de Bâle compte 830 000 habitants[6], sa zone urbaine élargie 784 000 habitants[7]. En allemand, la région est connue sous le nom de Dreiländereck (littéralement : l'angle des trois pays), en français « District des trois frontières ».

À Bâle se trouve le dernier port du Rhin accessible aux péniches. Quelques dizaines de kilomètres en amont, à Schaffhouse, les chutes du Rhin sont un obstacle majeur à la navigation.

La ville de Bâle est célèbre pour son carnaval riche en couleur, pour Baselworld, une foire annuelle dédiée à l'horlogerie et à la bijouterie, et pour Art Basel, la plus importante foire annuelle d'art contemporain d'Europe, qui se tient vers la mi-juin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La ville de Bâle se situe au nord-ouest de la Suisse, à la frontière avec la France (communes de Saint-Louis et Huningue dans le Haut-Rhin) et avec l'Allemagne (Weil-am-Rhein dans le district de Lörrach/Bade-Wurtemberg). La ville s'étend sur les deux rives du Rhin qui y forme un coude car il quitte à cet endroit le Moyen Pays pour le fossé rhénan, une plaine qui s'étend vers le nord entre les Vosges et la Forêt-Noire.

Bâle est à 70 kilomètres au nord de Berne, à 75 kilomètres au nord-ouest de Zurich, frontalière à Saint-Louis, à 27 kilomètres au sud de Mulhouse[8], à 60 km au sud de Colmar et à 115 km au sud de Strasbourg. Elle fait partie de la métropole Rhin-Rhône en compagnie de l'Eurodistrict trinational de Bâle et de huit villes françaises.

La ville de Bâle forme quasiment une enclave suisse entre l'Allemagne et la France. Elle est aussi isolée du reste de la Suisse par le massif du Jura, qui est longtemps resté une importante barrière naturelle. Cette situation atypique, à l'extérieur de la Suisse mais dans un espace d'échanges commerciaux et culturels, a donné à la ville un caractère particulier. Ce caractère est amplifié par sa fonction de porte d'entrée vers la Suisse ainsi que par sa dimension internationale[9].

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le Rhin dans le centre de Bâle.

Le Rhin, qui prend sa source dans les Alpes sur les flancs du massif du Saint-Gothard, traverse la ville de Bâle et poursuit son cours pour se jeter dans la mer du Nord. Eaux internationales, le Rhin est navigable de son embouchure jusqu'à Bâle, ce qui en fait pour la Suisse l'unique voie d'accès à la mer. Le centre historique de la ville se situe sur la rive gauche du fleuve. Le Rhin est rejoint par la Birs et le Saint Albanteich au sud de la ville.

Bâle se trouve sur la limite entre deux parties distinctes de la vallée du Rhin. En effet, la ville est située à l'endroit où le fleuve quitte un environnement montagneux pour la plaine du fossé rhénan, qui s'étale vers le nord jusqu'à Francfort-sur-le-Main. En amont de Bâle, le Rhin est surtout alimenté par l'Aar et il est fortement soumis au cycle de la fonte des neiges. Son niveau est donc à son maximum au début de l'été, et à son minimum en hiver. Des sécheresses hivernales ont souvent été observées à Bâle, avec des niveaux d'eau extrêmement bas, laissant apparaître le lit du fleuve par endroit. Néanmoins, ces sécheresses sont devenues rares au XXe siècle, avec l'augmentation des températures et des précipitations hivernales[10]. À l'inverse, le fleuve peut connaître de fortes crues, avec des débits atteignant 5 000 et 6 000 m³ s-1. Elles sont cependant peu communes et aucun événement sévère n'a eu lieu entre 1877 et 1998, par exemple[11].

Géologie[modifier | modifier le code]

À cause d'un relief marqué, certaines rues sont en forte pente.

La ville est située à l'extrémité sud du fossé rhénan qui sépare les Vosges de la Forêt-Noire. À cet endroit, les massifs montagneux environnants s'affaissent donc peu à peu et forment un ensemble de collines. Bâle est donc une ville au relief prononcé. La cathédrale se trouve par exemple à 277 mètres d'altitude, tandis qu'en contrebas, le niveau du Rhin atteint en moyenne 248 mètres[12]. Le Dreiländereck, où le fleuve quitte le territoire suisse, est l'endroit le plus bas de Bâle, avec 244 mètres d'altitude[13].

Le sous-sol de Bâle est composé de strates du Mésozoïque recouvert par des sédiments tertiaires. Ces sédiments ont une épaisseur comprise entre 500 et 1 000 mètres et forment un synclinal irrégulier dont l'axe est parallèle à une faille qui court de Sankt-Jakob, au sud-est du centre-ville, jusqu'au village allemand de Tüllingen, situé à l'est de Weil-am-Rhein. Les sédiments sont masqués par des graviers du Pléistocène et de l'Holocène, apporté par le Rhin et ses affluents comme la Birse. Le Rhin a aussi laissé du lœss en certains endroits[14].

La ville est directement bordée par le massif du Jura, qui se développe de part et d'autre de Bâle selon une orientation sud-ouest - nord-est. Le massif est lui-aussi recouverts de graviers, mais en quantité plus faible, ainsi que par de la marne. Cette couche de marne peut atteindre 70 mètres d'épaisseur[14]. Cette roche est exploitée depuis l'époque romaine pour la construction et elle donne un aspect particulier aux bâtiments de la ville[15].

La faille Sankt-Jakob-Tüllingen, qui traverse l'est de la ville est responsable de tremblements de terre réguliers. Le séisme le plus fort enregistré à Bâle a eu lieu en 1356, il avait atteint entre neuf et dix degrés sur l'échelle macrosismique. Jusqu'au XVIIe siècle, un tremblement de terre d'une intensité d'au moins sept degrés se produisait tous les cent ans en moyenne. Depuis, l'activité tectonique s'est estompée, avec des maximums de six degrés seulement[14].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Bâle est semi-continental : le contraste est important entre les hivers généralement froids et rigoureux, et les étés souvent chauds et ensoleillés[16]. L'ensoleillement annuel moyen est de 1598 heures[17]. En été se produisent parfois des orages puissants, ce qui explique que la plus grande quantité des précipitations tombe durant cette période de l'année.

Nuvola apps kweather.png Climat Bâle, Suisse[18] + Historique pour Basel, Suisse [19]
Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Record des températures maximales (°C) 15,0 18,0 25,0 28,0 32,0 35,0 36,0 39,0 31,0 29,0 20,0 17,0 39,0
Températures maximales moyennes (°C) 4,0 6,0 10,0 14,0 18,0 22,0 24,0 24,0 20,0 15,0 8,0 5,0 15,0
Températures minimales moyennes (°C) -2,0 -1,0 2,0 4,0 8,0 11,0 13,0 13,0 10,0 7,0 2,0 -1,0 5,5
Record de température minimale (°C) -19,0 -20,0[21] -16,0 -6,0 0,0 1,0 6,0 3,0 0,0 -6,0 -11,0 -17,0 -20,0
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 51,0 49,0 51,0 64,0 84,0 87,0 79,0 87,0 62,0 51,0 59,0 54,0 778,0

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Une portion conservée des remparts qui ont entouré la ville jusqu'en 1859.

Bâle a conservé une apparence médiévale pendant longtemps puisque ses remparts n'ont été détruits qu'en 1859. Ensuite, elle s'est largement développée pendant un essor industriel tardif, qui n'a commencé qu'en 1880[9]. Le centre ancien, plutôt étendu, comprend les principales artères commerçantes, un grand nombre de maisons à pans de bois typiques ainsi que des hôtels particuliers du XIXe siècle. Les quartiers au sud et à l'est sont résidentiels, avec des maisons individuelles et des espaces verts, tandis que l'ouest est surtout constitué de barres d'immeubles et de zones industrielles. L'industrie se concentre aussi au nord de la ville, au contact de l'Allemagne et de la France[22].

Les quartiers les plus recherchés sont les rives du Rhin et les quartiers périphériques de Sankt Alban, Wettstein, Gellert et Bachletten. Les zones pavillonnaires situées sur les hauteurs de la ville, notamment Bruderholz et les communes limitrophes de Riehen et Binningen sont également attractives[22].

Zone industrielle au nord de la ville.

L'essor industriel du XIXe siècle a aussi concerné des localités étrangères voisines comme Huningue et Lörrach, et le réseau des tramways bâlois a été étendu en Alsace et dans le Bade après 1900. Une véritable agglomération transfrontalière apparaît enfin à partir des années 1930. Néanmoins, la forte croissance démographique des années 1950 et 1960 a surtout concerné la partie suisse de l'agglomération, qui reste ancrée de ce côté de la frontière. La ville a ainsi largement dépassé les limites du canton de Bâle-Ville, le plus petit du pays, avec seulement 37 km². L'aire urbaine s'est d'abord étalée dans le canton de Bâle-Campagne, puis dans l'Argovie et la Soleure en polarisant de nombreux villages[9].

L'agglomération manque aussi de cohérence à cause de sa situation sur trois pays. Chaque État a une vision différente de l'urbanisme et fait appliquer des structures administratives qui n'ont pas toujours d'équivalent de l'autre côté de la frontière. La ville de Bâle polarise toutes les activités économiques et relègue ses banlieues françaises et allemandes à des rôles de cités-dortoirs, les migrations pendulaires transfrontalières sont donc très importantes, avec 30 000 frontaliers français et 15 000 frontaliers allemands qui vont travailler à Bâle chaque jour. Des différences de prix entre pays motivent enfin d'importants déplacements ponctuels, notamment de la Suisse vers l'Allemagne[9].

Avec l'augmentation du pouvoir d'attraction de Bâle, notamment avec son aéroport, la ville envisage de continuer à se développer. Un quartier doit notamment voir le jour sur les bords du Rhin, un quartier d'affaire déjà baptisé Rheinhattan[3], à l'image de Mainhattan à Francfort, qui fait référence à l'île de Manhattan à New York.

Quartiers[modifier | modifier le code]

La ville de Bâle n'a pas de districts, mais est divisée en 19 quartiers[23], répartis sur les deux rives du Rhin :

Quartiers de Bâle
Quartiers du Grand-Bâle ha Quartiers du Petit-Bâle ha
Grossbasel Altstadt 37,63 Kleinbasel Altstadt 24,21
Vorstädte 89,66 Clara 23,66
Am Ring 90,98 Wettstein 75,44
Breite 68,39 Hirzbrunnen 305,32
St. Alban 294,46 Rosental 64,33
Gundeldingen 123,19 Matthäus 59,14
Bruderholz 259,61 Klybeck 91,19
Bachletten 151,39 Kleinhüningen (incorporée en 1893) 136,11
Gotthelf 46,62
Iselin 109,82
St. Johann 223,90

La ville compte également un certain nombre de lieux-dits répartis sur plusieurs quartiers, tel que Neubad qui fait partie des quartiers Bachletten et Gotthelf, Kannenfeld qui fait partie du quartier St. Johann, Lehenmatt qui fait partie du quartier Breite ou encore Gellert, Dreispitz et St. Jakob qui font partie du quartier St. Alban.

Histoire[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom de Bâle est incertaine. Plusieurs hypothèses fantaisistes ont été émises, comme une déformation du latin passus, parce que les Romains auraient établi un passage sur le Rhin à l'emplacement de la ville actuelle, ou bien le fait qu'on y aurait découvert un basilic enterré lors de sa fondation. Selon une autre hypothèse souvent émise, le nom de Bâle aurait été donné par l'empereur romain Julien, de passage dans la région vers 357, en souvenir de sa mère, Basilina[24]. L'explication la plus probable voudrait que Basilea, le nom sous lequel la ville est mentionnée pour la première fois en 374, signifie « la royale », en hommage à Valentinien, qui visite la région la même année. L'usage d'un terme grec, basileios, au lieu de l'équivalent latin rex reste toutefois mystérieux[25].

Des origines au XIIe siècle[modifier | modifier le code]

La statue de Lucius Munatius Plancus, fondateur de Bâle

Il y a plus de 2000 ans, les Celtes occupaient déjà ce territoire où vinrent s'installer successivement plusieurs peuplades, dont les Rauraques. Cependant, c'est l'Empire romain qui donne à Bâle ses plus beaux vestiges.

À l'origine, un avant-poste défensif était installé sur la colline où s'élève aujourd'hui la cathédrale. En 44 av. J.-C., Lucius Munatius Plancus fonde une colonie romaine, Colonia Raurica, rebaptisée plus tard Augusta Raurica, située à Augst, à une dizaine de kilomètres de Bâle. Ce lieu est actuellement un site touristique très fréquenté. Ce n'est qu'après sa destruction par les Alamans, au IVe siècle, que Bâle commence à prendre de l'importance. Le nom de Basilea est mentionné pour la première fois à l'occasion de la visite de l'empereur Valentinien Ier, en 374. À cette époque, la ville est considérablement réduite en taille : la superficie enclose par la muraille romaine du Bas-Empire n’est que de 5 ha[26].

Dans le monde chrétien, Bâle est vers 740, au temps des Carolingiens, le siège administratif de l'évêché de Bâle et le reste jusqu'à la Réforme au XVIe siècle. Pendant plusieurs siècles, Bâle est gouverné par des évêques qui devinrent, sous le règne de l'empereur Henri II, des princes d'Empire.

En 917, la ville est ravagée par les Magyars, mais rapidement reconstruite[27].

De 1006 à 1648, Bâle fait partie du Saint-Empire romain germanique. Henri II préside à la consécration de la cathédrale en 1019, et l'évêque Burkhard von Hasenburg fait construire le deuxième mur d'enceinte de la ville en 1080. Vers 1200, un troisième mur comprenant cinq grandes portes est érigé.

Du XIIIe siècle au XIVe siècle[modifier | modifier le code]

Le tremblement de terre qui a eu lieu en 1356

En 1225, le prince-évêque de la ville Heinrich von Thun entreprend de faire construire le premier pont fixe sur le Rhin. Ce sera le seul pont entre Constance et la mer qui permettra, durant 600 ans, de traverser le fleuve à pied sec, sans transbordement de marchandises. Il contribua à l'essor économique de la ville. Grâce à un négoce florissant, Bâle est au temps de sa splendeur, mais deux catastrophes interrompent cette évolution prometteuse. En 1348, une épidémie de peste emporte plus de la moitié des habitants et, le 18 octobre 1356, un tremblement de terre réduit en cendres et en ruines la ville et plus de soixante châteaux dans les environs.

L'année 1392 voit le gouvernement de la ville passer aux mains de la bourgeoisie. Celle-ci, plus aisée, peut acquérir le Petit-Bâle situé de l'autre côté du Rhin, ainsi qu'une partie des terres environnantes appelées Bâle-Campagne[28]. À la même époque, en 1397, les Juifs sont chassés de la ville, et ce pour quatre siècles.

Le XVe siècle[modifier | modifier le code]

En 1417, un nouvel incendie détruit de nombreux bâtiments datant du Moyen Âge, mais Bâle connaît ensuite, de 1430 à 1530, une autre période de prospérité, l'âge d'or de l'Art rhénan.

Le Grand Concile de Bâle (1431 - 1448) donne un puissant élan à la ville. L'assemblée des évêques ose s'opposer à Rome et proclame sa supériorité sur le pape. Vingt-cinq sessions ont été tenues et ont grandement contribué à la prospérité de la cité qui hébergea non seulement des dignitaires ecclésiastiques, mais également un grand nombre de nobles et même l'Empereur germanique Sigismond Ier. En 1439, sur le parvis de la cathédrale, le très pieux Duc Amédée VIII de Savoie est couronné pape sous le nom de Félix V, devant une foule enthousiaste de 50 000 personnes. En fait, il fut l'un des nombreux antipapes de cette époque, c'est-à-dire qu'il n'a jamais été reconnu comme pape par la chrétienté entière et il se retira en 1449.

Cependant, ce ne fut pas une période de paix puisque le 26 août 1444, la bataille de la Birse voit la défaite des Confédérés face aux troupes françaises et autrichiennes. Plus tard, lors de la guerre de Souabe, des combats eurent lieu le 22 mars sur la colline du Bruderholz et le 22 juillet marqua la date d'une défaite à Dornach. L'issue de cette guerre vit néanmoins la victoire finale des Confédérés et l'indépendance de fait de la Confédération suisse.

Bâle en 1493

S'ouvrit également pour la ville la grande époque de l'humanisme et de l'imprimerie. En 1440, au Riehentor dans le Petit-Bâle, mise en service par Heinrich Halbysen (mort en 1451, victime de la peste) du premier moulin à papier baptisé Allenwinden. Le moulin actuel, sis St-Alban-Tal 37, devenu papeterie en 1453 grâce aux frères Gallician, connut de nombreuses transformations et acquit le titre de Musée suisse du Papier en 1985. En 1460, c'est le nom de Pie II, soucieux de la défense spirituelle de l'Occident, qu'est attachée la fondation de l'Université de Bâle, la plus ancienne de Suisse et l'une des rares en Europe à avoir été érigée et financée par les citoyens de la ville. Son renom attira les humanistes, parmi lesquels Érasme de Rotterdam, mais également les professeurs Friedrich Nietzsche et Karl Jaspers. En 1463, Berthold Ruppel, un collaborateur de Gutenberg, introduit l'art de l'imprimerie à Bâle, et en 1491 Johann Fust imprime la Bible latine.

L'essor culturel, mais aussi économique de la ville est tel qu'en 1471 l'Empereur germanique Frédéric III permet aux Bâlois de tenir chaque année deux foires commerciales, la Foire d'automne et la Foire de printemps, toutes deux encore très actives de nos jours.

Le XVIe siècle[modifier | modifier le code]

Le portrait d’André Vésale, auteur du livre De humani corporis fabrica.

Le 13 juillet 1501 représente une date historique puisque Bâle décide d'entrer dans l'alliance des Confédérés, en raison de sa situation limitrophe très exposée. Les délégués suisses sont accueillis par la formule : Soyer les bienvenus à Bâle, sur territoire suisse. Contre l'engagement de neutralité en cas de conflit contre les Confédérés, Bâle reçoit une place à part parmi les autres cantons. La ville peut ainsi jouir pendant des siècles d'une tangible évolution. En 1504 commence la construction de l'hôtel de ville (Rathaus), sis sur la place du Marché (Marktplatz), au centre-ville, et siège actuel du gouvernement de Bâle-Ville.

La situation politique évolue. Le 12 mars 1521, les statuts du Conseil sont révisés. L'évêque est écarté de la nomination des autorités urbaines. C'est ainsi la fin de son pouvoir temporel dans la cité. Le dernier évêque fut Christoph von Utenheim. En 1585, paiement de 200 000 florins à l'Évêque en échange de sa renonciation à l'ensemble de ses droits sur la ville.

Pendant ce temps, le prédicateur Œcolampade devient en 1515, l'organisateur de l'Église selon les principes de la Réforme, et André Vésale (15141564) – le fondateur de l'étude scientifique de l'anatomie humaine – fait imprimer, à Bâle en 1543, son chef-d'œuvre De humani corporis fabrica.

Du XVIIe siècle au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

De 1618 à 1648, la guerre de Trente Ans secoue toute l'Europe. En 1648, le bourgmestre de Bâle, Johann Rudorf Wettstein, obtient, à l'occasion de la signature du traité de Westphalie, la reconnaissance juridique de l'indépendance de la Confédération suisse envers l'Empire allemand, indépendance qui existait déjà de fait depuis environ 150 ans (guerre contre les Souabes en 1499).

La ville de Bâle, qui avait généreusement ouvert ses portes aux huguenots persécutés, voit de nouvelles industries s'implanter sur son sol. Dès 1670, la percée de l'industrie de la soie – et du ruban de soie en particulier – entraîne le développement d'entreprises connexes telles que la filature, le tissage du velours et de la soie, la passementerie, la teinturie, et constitue une source de prospérité pour le commerce, les transports, les banques, les assurances. En 1758, Johann Rudoft Geigy-Gemuseus (17331793) fonde la maison de commerce Joh. Rudoft Geigy pour l'importation et la vente de denrées coloniales (épices, produits médicaux et colorants naturels). S'y ajoutera vers 1830 la production de quelques colorants naturels. Mais l'industrie chimique bâloise ne verra vraiment le jour que dans la deuxième moitié du XIXe siècle siècle. À côté de l'industrie, la culture n'est pas oubliée puisqu'en 1777, Isaak Iselin crée la fondation pour la Promotion du bien et des valeurs d'intérêt général, ancêtre de la grande bibliothèque publique générale actuelle.

Vue de Bâle en 1761

Les idées véhiculées par le siècle des lumières - aboutissant à la Révolution française de 1789 - eurent un grand retentissement dans toute l'Europe, et bien entendu en Suisse et à Bâle. Peter Ochs (1752 - 1821), né à Nantes en France, mais élevé en Allemagne, arriva à Bâle, patrie de son père, en 1769. Homme politique, grand admirateur de la Révolution française, il prépara la constitution de la République helvétique, donnant naissance à un état unitaire. C’est dans sa maison, le Holsteinerhof, que fut signée en 1795 la Paix de Bâle, mettant provisoirement fin aux hostilités entre la France, l’Espagne et la Prusse. Le 24 novembre 1797, le général Bonaparte – alors âgé de 28 ans – séjourne à Bâle à l’hôtel des Trois Rois. Il vient d’Italie et se rend au Congrès de Rastatt. Il profite de ce passage dans la ville pour rencontrer son grand-oncle Werner Fesch et ses cousins Fesch de Bâle, famille de son oncle, le futur cardinal Fesch.

Le 12 août 1798, la République helvétique ‘‘une et indivisible’’ est proclamée par le Bâlois Peter Ochs qui négocia l’alliance avec la France de Bonaparte.

Le XIXe siècle est agité par une période de guerres et de bouleversements politiques. Au centre de l'Europe, Bâle se retrouve confronté aux événements extérieurs et aux dissensions intérieurs. Ainsi, en 1813, 80 000 soldats autrichiens, prussiens et russes venant d'Allemagne traversant le pont Mittlere Rheinbrücke et se dirigent vers la France pour combattre l'armée de Napoléon. En 1814, le Roi de Prusse Frédéric-Guillaume III, l'Empereur d'Autriche François Ier et le Tsar Alexandre Ier se rencontrent dans la Maison bleue de la Martinsgasse pour s'entretenir de l'avenir de l'Europe. En 1870, la guerre éclate entre la France et la Prusse. Le Général Hans Herzog assure le commandement de l'armée suisse et les frontières sont surveillées.

Le Monument de Strasbourg à Bâle

Sur le plan intérieur, les événements se succèdent. En 1815 est signé le Pacte des 22 cantons attribuant les terres de l'Évêché à Berne. Neuf communes cependant deviennent bâloises. En 1833, les conflits permanents entre Bâle-Ville et Bâle-Campagne et l'incompréhension réciproque conduisent le 23 août à la création de deux demi-cantons.

Au cours de ces années, la vie de la ville fut également marquée par des événements économiques ou exceptionnels. Ainsi, Bâle est la première ville suisse à posséder un chemin de fer. En 1844, est construite la première gare bâloise située dans le quartier Saint-Jean. Elle permettait de relier Strasbourg par Saint-Louis et Mulhouse en quatre heures et vingt minutes. La gare allemande Badischer Bahnhof sera achevée en 1858. En 1859 est proclamé le décret relatif au démantèlement des fortifications de la ville. Bâle s'ouvre à l'extérieur et crée de nouveaux quartiers. L'industrie chimique naissante en profitera grandement. La ville ouvre en 1864 la deuxième bourse des valeurs de Suisse[29], 14 ans après Genève.

Durant la guerre franco-prussienne de 1870, Bâle aida les populations alsaciennes réfugiées. Le monument de Strasbourg (Strassburger Denkmal), érigé dans le petit parc Sainte-Élisabeth (Elisabethenanlage), commémore ces événements. Enfin, du 29 au 31 août 1897, Bâle accueille le Premier congrès sioniste présidé par Theodor Herzl. Il s'en tiendra neuf autres jusqu'en 1946 qui aboutiront à la création de l'État d'Israël en 1948.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La première moitié du XXe siècle fut marquée par les deux guerres mondiales qui ravagèrent nombre de pays. Malgré sa neutralité, la Suisse fut touchée par la mobilisation, les restrictions et l’accueil des réfugiés. De 1914 à 1918, le commandement de l’armée suisse fut confié au général Ulrich Wille. Durant la Seconde Guerre mondiale, de 1939 à 1945, le Général Henri Guisan assume ce rôle. Pendant ces deux guerres, la ville de Bâle, particulièrement exposée – et même une fois bombardée – eut à cœur d’aider ses voisins alsaciens et d’accueillir ceux qui recherchaient un asile.

Le buste d'Henri Guisan, général de l'armée suisse

Jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, certains événements importants s'y déroulent. En 1912 Jean Jaurès fait un discours dans la cathédrale de Bâle à l’occasion du Congrès de l’Internationale socialiste qui se propose d’empêcher l’éclatement d’une guerre généralisée. En 1918-1919 une grève générale des ouvriers perturbe le pays du 11 au 14 novembre 1918 et se ravive à Bâle du 31 juillet au 9 août 1919. De 1929 à 1936, la Suisse, comme de nombreux pays, est touchée par la crise économique mondiale.

Sur le plan politique, des changements interviennent. Ainsi, en 1958, la bourgeoisie de Bâle et la commune de Riehen sont les premières, en Suisse alémanique, à reconnaître le droit de vote aux femmes. Mais, ce n’est qu’en 1966 que les Bâloises bénéficieront du droit de vote cantonal. En 1969, Bâle-Ville tente de relancer la réunification des deux Bâle. Mais le vote, positif pour Bâle-Ville, est repoussée par Bâle-Campagne. En 1991, Bâle participe au 700e anniversaire de la Confédération à travers diverses manifestations telles que discours, plantations d’arbres, ventes d’objets de collection, spectacles et feux d’artifice. Lors du référendum de 1992 sur l’Europe, Bâle est l’un des rares cantons alémaniques à voter ’’oui’’ au projet d’adhésion de la Suisse à l’Espace économique européen. Le territoire bâlois se modifie quelque peu puisque le 1er janvier 1994, neuf communes du Canton de Berne sont rattachées au demi-canton de Bâle-Campagne. De nos jours, Bâle offre une qualité de vie appréciable grâce à la prospérité de son industrie et de son négoce et à une activité culturelle florissante.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bâle

D'argent, à la crosse stylisée de sable.

Bâle est l'une des rares villes épiscopales à avoir choisi la crosse comme emblème. Il s'agirait peut-être de celle de Saint-Germain de Trèves, fondateur de l'abbaye de Moutier-Grandval. Cet emblème est apparu vers 1100 sur les monnaies de l'évêché, puis le dessin de la crosse s'est stabilisé au XIVe siècle. La ville en fait usage dès 1385, et la colore en noir afin de distinguer ses armes de celles de l'évêque, qui portent une crosse rouge. En 1512, le pape Jules II permet aux Bâlois de changer leur crosse noire en or, ceci afin de les remercier de leur aide lors des Guerres d'Italie. Cependant, la crosse redevient noire pendant la Réforme[30]. Depuis 1452, le blason de la ville est parfois accompagné d'un basilic en ornement extérieur. Auparavant, un lion était utilisé[24].

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Bâle compte 166 173 habitants en 2009[2]. Sa densité de population atteint 6 949,9 hab./km². Entre 2000 et 2010, la population a augmenté de 0,9 %, avec un taux migratoire positif (4,4 %) mais un taux d'accroissement naturel négatif (-2,8 %). La variation de population de Bâle est nettement moins forte que celle de la Suisse entière, qui a gagné près de 10 % d'habitants en plus pendant le même intervalle[31].

En 2010, les résidents étrangers représentaient 34,1 % de la population et l'allemand était la langue principale de 77,8 % des habitants, devant l'italien (5,4 %) et le français (2,6 %). Les religions protestante et catholique sont à égalité, avec chacune 25,2 % de membres parmi la population en 2000. Les autres appartenances religieuses concernent 31,4 % de la population. Ce taux dépasse largement la moyenne suisse, qui est de seulement 11 %[31]. Au niveau du canton de Bâle-Ville, 31 % de la population n'a aucune appartenance religieuse[32], et ce pourcentage est probablement très similaire dans la ville de Bâle proprement dite, puisqu'elle regroupe 90 % de la population cantonale.

La population de Bâle est légèrement plus vieille que celle de la Suisse entière. Les moins de 19 ans représentent 16,3 % des Bâlois, mais 20,9 % des Suisses, et les plus de 64 ans forment 20,1 % de la population de la ville, mais seulement 16,9 % de la population nationale[31].

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Bâle entre 1850 et 2008[33] :

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

L’hôtel de ville de Bâle, sur la place du Marché (Marktplatz)

Bâle forme, avec deux autres communes, le canton de Bâle-Ville. En raison de sa petite taille, le canton n'est pas divisé en districts. La ville est la seule en Suisse à ne pas avoir d'administration propre et elle est directement administrée par les deux institutions cantonales : le Conseil d'État (Regierungsrat en allemand) et le Grand Conseil (Grosser Rat). Le premier est l'organe exécutif donc le gouvernement, le second l'organe législatif, donc le parlement.

Le Conseil d'État est élu au suffrage universel direct tous les quatre ans et compte sept membres dont un président du gouvernement. Le Grand Conseil compte de son côté 100 membres eux-aussi élus tous les quatre ans au suffrage universel direct. Ce type de scrutin est aussi utilisé pour choisir les hauts responsables des tribunaux du canton. Le Grand Conseil se réunit à l'hôtel de ville de Bâle et ses séances sont publiques.

L'administration du canton, et donc de la ville, est divisée en plusieurs départements dirigés par les membres du Conseil d'État, qui font office de ministres. Ces départements concernent par exemple la culture, l'égalité des chances, l'économie, l'emploi, la justice, la sécurité, l'éducation ou les transports.

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

L'électorat de Bâle est plutôt orienté à gauche. En effet, les Bâlois ont élu des membres du Parti socialiste pour les représenter au Conseil des États depuis au moins 1995. De même les députés bâlois au Conseil national sont généralement majoritairement socialistes. Le canton est représenté Conseil des États par Anita Fetz, du PS, depuis 2008, et au Conseil national par deux députés du PS, un de l'Union démocratique du centre, un du Parti démocratique chrétien et un du Parti radical-démocratique[34],[35].

Au niveau local, les élections de 2012 ont permis le maintien de l'alliance des Socialistes et des Verts. Au Grand Conseil, les principaux partis sont le Parti socialiste, qui possède 33 sièges, l'Union démocratique du centre, avec 15 sièges, et l'alliance verte, avec 13 sièges. Au Conseil d'État, il y a trois ministres socialistes, deux ministres radical-démocrates, un ministre vert et un ministre démocrate-chrétien[36].

Transport[modifier | modifier le code]

Ponts[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ponts bâlois.

14 ponts franchissent le Rhin et la Birsig. Le plus connu est le Mittlere Brücke, central. Les deux ponts les plus empruntés sont le Dreirosenbrücke, composé de 2 routes superposées, et le Schwarzwaldbrücke, composé d'une partie autoroutière et d'une partie routière.

Transport national et international[modifier | modifier le code]

La gare de Bade à Bâle, couramment appelée « gare allemande » en français.

Par les airs, Bâle est desservie par l'aéroport international de Bâle-Mulhouse, également connu sous son nom commercial, Euroairport. Il a la particularité d'être binational (suisse/français), l'Allemagne étant également représentée au conseil d'administration à titre consultatif.

La ville de Bâle comporte cinq gares ferroviaires, dont trois sont desservies par plusieurs lignes internationales. La gare Bâle CFF appartient au réseau SBB/CFF/FFS et est desservie par les TGV et les ICE. La gare de Bâle SNCF est desservie par les TER. La gare de Bade dite « gare allemande » fait partie du réseau DB et est desservie par les DB Regio et les ICE. En plus de ces trois grandes gares, la ville dispose de deux autres haltes de chemin de fer desservies par divers trains régionaux : « Bâle St-Jean » en direction de Saint-Louis et Mulhouse et « Bâle-Dreispitz » en direction de Delémont et Porrentruy.

Bâle et ses environs internationaux sont aussi un important nœud autoroutier.

  • Côté suisse : l'A3 en direction de Zurich et Coire, l'A2 en direction de Lucerne, Chiasso et Milan. Cette autoroute suisse dispose au sud de Bâle d'une jonction de type autoroutier sur la route cantonale 1 en direction de Delémont.
  • Côté allemand : l'A5 en direction de Fribourg-en-Brisgau et Francfort. Cette autoroute allemande dispose au nord de Bâle d'une jonction autoroutière sur l'A98 en direction de Rheinfelden (Bade) en Allemagne et de Rheinfelden (Argovie) en Suisse et qui rejoint ensuite l'A3 mentionnée plus haut. Ce dernier et court tronçon correspond donc indirectement à un contournement autoroutier de la ville de Bâle via l'Allemagne.
  • Côté français : l'A35 en direction de Mulhouse, Colmar et Strasbourg.

La création d'une autoroute souterraine[12] (tangente nord) de 3,5 km permet de relier les réseaux autoroutiers français au réseau suisse, déjà relié au réseau autoroutier allemand. Cette autoroute souterraine, ouverte depuis juin 2007, relie le quartier de Provolta à celui d'Erlenmatt et a restructuré ceux-ci en reconvertissant les friches industrielles. La traversée du Rhin s'effectue grâce au premier pont à deux étages de Suisse, la Dreirosenbrücke[13].

Le port de Bâle, unique port marchand du pays, est un port fluvial à grand gabarit communiquant par le Rhin avec l'Allemagne, la France et les Pays-Bas. Il représente indirectement l'unique accès de la Suisse à la mer pour le transport de marchandises, ce qui fait de Bâle la « porte d'or de la Suisse ».

La gare CFF de Bâle est également le lieu de départ de trois routes cyclistes nationales : la Route du Rhin qui mène à Andermatt, la Route Nord-Sud qui conduit à Chiasso et enfin la Route du Jura qui mène à Nyon.

Transport local et régional[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tramway de Bâle.
Tramways de Bâle.

La cité rhénane dispose d'un dense réseau de tramways urbains et suburbains. Les premiers, de couleur verte, sont exploités par la compagnie BVB (Basler Verkehrsbetriebe : transports publics bâlois) ; les seconds, jaunes à bande rouge, appartiennent aux BLT (Baselland-Transport : transport de Bâle-Campagne, l'autre demi-canton, avec celui de Bâle-Ville)

De nos jours, les 8 lignes urbaines des BVB totalisent 65,9 km et les véhicules circulent sur 46,58 km de voies et les 4 lignes suburbaines des BLT totalisent 51,8 km.

Pendant le Fasnacht, le célèbre carnaval de Bâle, lorsque le centre-ville est complètement bloqué par les festivités, les BVB mettent alors en service des lignes spéciales avec des itinéraires détournés et portant des numéros en vingtaine (21, 24...).

À partir de 1907, la campagne bâloise est sillonnée de lignes de tramways vicinaux. Fait rare dans l'histoire des transports ferroviaires, toutes ces lignes sont encore en service. Les quatre compagnies ont fusionné au 1er janvier 1974 pour devenir les transports de Bâle-Campagne. Les agglomérations de Bâle et de Pratteln se sont tellement étendues qu'elles finirent par se rencontrer. Par ce fait l'exploitation de la ligne de Pratteln, entièrement en site urbain, a été cédée aux BVB.

Les quatre lignes des BLT (lignes 10, 11, E11 et 17) traversent également la ville en empruntant les voies des BVB et sont aussi par ce fait des tramways urbains.

La ligne 10 des BLT dessert le village français de Leymen. La gare elle-même est en territoire français et lorsque l'on quitte la station d'Ettingen on peut apercevoir un panneau annonçant que l'on sort du territoire fédéral, ainsi on roule pour quelques minutes sur sol français. Le terminus, Rodersdorf, est de nouveau en territoire Suisse.

Ligne Parcours Mise en service Tracé actuel
depuis le
Longueur
en km
Nombre de
stations
Fréquentation
en millions (2011)
Exploitant
1 Dreirosenbrücke ↔ Bahnhof SBB / Badischer Bahnhof1 6 mai 1895 14 octobre 2002 6,852 20 8,54 BVB
2 Binningen Kronenplatz ↔ Eglisee / Riehen Dorf1 14 avril 1897 14 octobre 2002 5,871 22 8,77 BVB
3 Burgfelden Grenze ↔ Birsfelden Hard 10 mai 1897 22 mai 1932 6,419 20 9,62 BVB
6 Allschwil ↔ Riehen Grenze 1er juillet 1905 1er août 2002 12,491 35 18,41 BVB
8 Neuweilerstrasse ↔ Kleinhüningen 5 juillet 1912 30 septembre 2002 7,558 25 19,80 BVB
10 Rodersdorf ↔ Flüh ↔ Ettingen ↔ Dornach Bahnhof 6 octobre 1902 30 septembre 2002 25,974 40 15,986 BLT
11 St-Louis Grenze ↔ Aesch 7 décembre 1907 14 octobre 2002 14,235 34 20,942 BLT
E11 Reinach-Süd ↔ Theater 14 octobre 2002 14 octobre 2002 9,85 29 ? BLT
14 Dreirosenbrücke ↔ Muttenz ↔ Pratteln 1918 14 octobre 2002 12,578 31 14,81 BVB
15 Messeplatz ↔ Bruderholz 17 décembre 1910 30 septembre 2002 5,351 21 5,35 BVB
16 Bruderholz ↔ Schifflände 15 mai 1930 30 septembre 2002 5,364 18 6,87 BVB
17 Wiesenplatz ↔ Ettingen 1914 1er août 2002 12,215 26 2,040 BLT
21 Bahnhof St. Johann ↔ Badischer Bahnhof 18 février 2002 9 mars 2009 3,170 10 0,16 BVB

1 : À certaines heures seulement


Transports doux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : EuroVelo 6.

L'EuroVelo 6 ou EV6, également connue sous le nom d' « Eurovéloroute des Fleuves », est une véloroute de type EuroVelo qui traverse Bâle en reliant Saint-Nazaire à Constanţa[37]. C'est la plus célèbre véloroutes européennes, longue de 3 653 km, elle traverse l'Europe d'Ouest en Est, de l'Océan Atlantique à la Mer Noire en passant par dix pays. Elle suit l'itinéraire de trois des plus grands fleuves européens : la Loire, le Rhin et le Danube.

Économie[modifier | modifier le code]

Le port de Bâle.

Au XVIe siècle, de grands chercheurs en médecine, tels que Paracelse, André Vésale, et des penseurs comme Érasme de Rotterdam viennent à Bâle et y font imprimer leurs thèses ou traités. En effet, des artisans de la ville ont commencé à fabriquer du papier dès 1433. La ville participe ainsi au courant humaniste de la Renaissance et à ses progrès scientifiques[38].

Au XVIe siècle, Bâle accueille un grand nombre de Huguenots français, qui fuient leur pays après la révocation de l'Édit de Nantes, ainsi que des Protestants du nord de l'Italie. Parmi ces réfugiés, il y a un certain nombre de tisserands et de négociants en soie. Sous leur impulsion, la région bâloise se tourne vers la fabrication des rubans de soie et devient un centre international pour cette activité. Elle apporte de substantiels revenus à la région jusqu'au début du XXe siècle. Le besoin de teintures pour les rubans favorisa d'ailleurs l'implantation de l'industrie chimique qui, finalement, se substitua à cette spécialité locale. Au XIXe siècle, la ville se dota aussi d'un grand port fluvial et participa à l'établissement des groupes bancaires suisses[38]. L'écoulement de la marchandise vers le nord ou le sud s'effectuait sans problème grâce à un réseau fluvial bien adapté. Le Rhin fut très utilisé et contribua grandement au développement de la ville.

L'industrie chimique[modifier | modifier le code]

Le Rhin et le campus Novartis à l'arrière-plan.

Les industries de fabrication de rubans tombées en désuétude, l'industrie chimique et pharmaceutique prit son essor et aboutit à la formation d'importants complexes qui font de Bâle une des premières places au monde dans ce domaine :

  • La première maison implantée fut Ciba (Gesellschaft für Chemische Industrie in Basel) - dénomination prise en 1884 - dont l'origine remonte en fait à 1859, date à laquelle Alexandre Clavel-Linder (1805 - 1873), natif de Lyon et spécialiste de la teinture de la soie, vint s'établir à Bâle, afin d'exploiter un brevet mis au point en France par les frères Renard. À la même époque, vers 1864, un chimiste suisse, Johann Rudoft Geigy-Merian (1830 - 1917) y élaborait des colorants. L'association de ces deux grands - Ciba-Geigy - se fit en 1970.
  • Sandoz, son plus grand concurrent, fut fondé en 1886 sous la dénomination Kern & Sandoz par Alfred Kern et Édouard Sandoz. Orienté à l'origine vers la production de colorants synthétiques, le groupe s'est ensuite dirigé vers le secteur pharmaceutique.
    Le 7 mars 1993, les dirigeants de Ciba-Geigy et de Sandoz annonçaient la fusion de leurs deux sociétés (départements pharmaceutiques et agrochimiques) pour former Novartis. Ce géant occupe les tout premiers rangs mondiaux dans le domaine de l'industrie du médicament et celui de l'agrochimie.

La biotechnologie représente un autre domaine en plein développement. Bâle se trouve au centre de la Biovalley, liant des entreprises de biotechnologie et de recherches dans le triangle des trois pays. Environ 7 000 frontaliers travaillent dans le domaine de la chimie, qui occupe dans la région de Bâle à peu près 12 % de la population active. Tournée vers l'extérieur et vers l'avenir, la chimie accueille continuellement des chercheurs du monde entier. Le commerce, quant à lui, emploie 36 % des actifs, tandis que les services représentent 23 %, l'industrie 26 % et le service public 15 %.

Banques et compagnies d'assurances[modifier | modifier le code]

Toutes ces grandes entreprises ne pourraient fonctionner sans un tissu très performant de banques et assurances.

À Bâle, la première banque fut ouverte par les Médicis venus d’Italie à l’occasion du Grand Concile. Il convient de signaler que c'est sur une initiative bâloise que fut créée en 1912 l’Association suisse des banquiers. Le 8 décembre 1997 est intervenue la fusion des deux grandes banques suisses Union des Banques Suisses et Société de banque suisse pour former l’UBS, avec deux sièges sociaux, l’un à Zurich et l’autre à Bâle. De nos jours, la ville compte 14 établissements et une centaine de succursales. Elle est également le siège de la Banque des règlements internationaux dont le rôle principal est de promouvoir la coopération entre les banques centrales. Les accords prudentiels qui régissent le fonctionnement des banques ont fait l'objet d'accords signés par les membres du comité de Bâle et baptisés accords Bâle I, Bâle II et Bâle III.

Le développement de l’industrie a également entrainé au XVIIIe siècle l’apparition de Sociétés d’entraides mutuelle, ancêtres des compagnies d’assurances actuelles, nombreuses et puissantes (Bâloise, Helvetia, Winterthur).

Culture[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Les toits de la cathédrale.
La Spalentor.

La vieille ville de Bâle regroupe un grand nombre de maisons anciennes et d'édifices emblématiques des divers courants architecturaux de la région. La cathédrale, construite en grès rouge, a été fondée en 1049. Endommagée par le tremblement de terre de 1356, elle a été reconstruite dans un style gothique du XIVe siècle au XVe siècle. Elle a ensuite été lourdement restaurée au XIXe siècle[39].

L'hôtel de ville, autre lieu emblématique de la ville, date de 1514. Il a été agrandi vers 1608 puis le beffroi a été ajouté au début du XXe siècle. L'ensemble combine de riches décorations murales avec une architecture mêlant styles gothique et Renaissance[40].

Toutes les églises médiévales de Bâle ont été reconstruites après le tremblement de terre de 1356, puis certaines ont été transformées pour devenir des lieux de culte protestants.

Les remparts ont été construits à partir du XIIIe siècle puis finalement détruits au XIXe siècle pour faciliter les transports et l'extension urbaine de la ville. Quelques vestiges ont cependant été gardés, comme la Spalentor, une porte qui a obtenu son aspect définitif au XVe siècle, et la porte St-Alban, de 1400, qui a conservé sa herse. À côté, l'Alban Dych (canal St-Alban) date du XIIe siècle. Il ne compte plus qu'une seule roue à aube, mais il a longtemps servi aux scieries, aux moulins, au forges, puis aux manufactures de papier qui se trouvaient autour[41].

La vieille ville regroupe trois grands types de constructions civiles. Il y a d'abord des maisons gothiques, parfois en pierre, parfois à pans de bois. Ensuite, il y a les hôtels particuliers du XVIIIe siècle, construits par les marchands de soie. Les plus connus sont la Maison bleue et la Maison blanche. Enfin, le quartier a été profondément modifié au XIXe siècle, lorsque de nouveaux immeubles aux styles hétéroclites ont été construits. Les plus emblématiques sont les grandes gares et la poste centrale. La vieille-ville est aussi ponctuée de fontaines. Les plus vieilles datent de la Renaissance et la plus récente est une œuvre de Jean Tinguely.

La Synagogue de Bâle date du milieu du XIe siècle. Elle atteste d'une communauté forte de nos jours de plus de 1600 âmes. les origines de la communauté juive de Bâle remontent au XIIe siècle[42].

Enfin, Bâle est un foyer important pour l'architecture contemporaine. Les réalisations les plus connues sont le siège de la banque UBS et le musée Tinguely par Mario Botta, la fondation Beyeler par Renzo Piano, une caserne de pompiers par Zaha Hadid, une usine d'Álvaro Siza Vieira et un hall de conférence par Tadao Ando. En dehors de la ville, à Weil-am-Rhein, le Vitra Design Museum a été dessiné par Frank Gehry. La Messeturm, qui fait 105 mètres de haut, a été le plus haut gratte-ciel de Suisse jusqu'en 2010.

Musées[modifier | modifier le code]

Les musées de Bâle couvrent une vaste palette de collections diverses, l’accent étant mis sur les arts plastiques. Les musées de Bâle abritent de nombreuses œuvres d’importance internationale. Avec ses quelque trente-six maisons d’exposition qui enregistrent chaque année plus d’un million de visiteurs, Bâle présente une densité de musées extrêmement élevée par rapport à d’autres villes de même grandeur.

Ces musées, qui jouent un rôle essentiel dans la culture et la politique culturelle de Bâle, sont portés par un réseau serré de collectionneurs d’œuvres d’art et de promoteurs culturels tant privés que publics, qui remonte jusqu’au XVIe siècle. La première collection publique est née en 1661. Vers la fin des années 1980, différentes collections privées sont devenues accessibles dans des bâtiments neufs, reconnus comme architecture de musée avant-gardiste.

Art[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Manifestations[modifier | modifier le code]

Pavillon d'Art Basel en 2011.

Sport[modifier | modifier le code]

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2009). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

À Bâle sont liés :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Courvoisier, Les monuments d'art et d'histoire de la Suisse, vol. XXXIII : Canton de Neuchâtel - I - ville, Bâle, Éditions Birkäuser,‎ 1955
    Description détaillée des bâtiments de la ville et de la région

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. art. 76 Constitution du canton de Bâle-Ville
  2. a, b et c « Bilan de la population résidante permanente (total) selon les districts et les communes, en 2009 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 1er septembre 2010)
  3. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  4. « Bâle (-Ville) » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  5. Autorités et politique site basel.ch, consulté le 2 mai 2009.
  6. « http://www.eurodistrictbasel.eu/index.php?id=26&L=1 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-25
  7. http://www.statregio-francosuisse.net/telechargements/publications/fiches/Fiche_2_2013.pdf
  8. Distances à vol d'oiseau calculées grâce au site lexilogos
  9. a, b, c et d Bernard Reitel et Cécile Tannier, « 2.3.2 Bâle », Université de Franche-Comté
  10. (fr) (en) Christian Pfister, Rolf Weingartner et Jürg Luterbacher, « Hydrological winter droughts over the last 450 years in the Upper Rhine basin: a methodological approach », Journal des Sciences Hydrologiques, numéro 51,‎ Octobre 2006 (consulté le 22 février 2013)
  11. (fr) (en) « Les plus grandes crues du bassin du Haut-Rhin depuis 1268 évaluées à partir de données documentaires et de mesures instrumentales », Journal des Sciences Hydrologiques, numéro 51,‎ 2011 (consulté le 22 février 2013)
  12. Revue catholique d'Alsace, vol. 12,‎ 1870, p. 254
  13. (fr) « Situation et climat », Ville de Bâle (consulté le 22 février 2013)
  14. a, b et c (en) Thomas Noack et Donat Fäh, « Earthquake Microzonation: site effects and local geology. A case study for the Kanton of Basel-Stadt », Departement Erdwissenschaften der ETH Zürich (consulté le 22 février 2013)
  15. Les monuments d'art de d'histoire de la Suisse, pp. 187 .. 222
  16. (fr) « Bâle Aperçu - Climat », Hotel Travel (consulté le 18-06-2010)
  17. (fr) « Climat (Bâle) » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-25
  18. (fr) « http://www.reseaumeteo.fr/climat.php?ville=Bale » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-25 ]
  19. (fr) [1]
  20. (en) « History:Weather Underground for Basel,Switzerland », Weather Underground (consulté le 17-06-2010)
  21. (en) « History:Weather Underground for Basel,Switzerland », Weather Underground (consulté le 17-06-2010)
  22. a et b (fr) « Des quartiers pour tous les goûts », Ville de Bâle (consulté le 22 février 2013)
  23. Quartiers des grandes villes et des villes moyennes de Suisse - OFS
  24. a et b (fr) Louis Moréri, Le grand dictionaire historique, ou Le mêlange curieux de l'histoire sacrée et profane ..., vol. 2, Brunel,‎ 1711, p. 98
  25. (de) « Herkunft des Namens Basel (?) », Altbasel,‎ 2004 (consulté le 22 février 2013)
  26. Gérard Coulon, Les Gallo-Romains : vivre, travailler, croire, se distraire - 54 av. J.-C.-486 ap. J.-C., Paris : Errance, 2006. Collection Hespérides, ISBN 2-87772-331-3, p. 21
  27. Andreas Heusler, Geschichte der Stadt Basel, 6e édition, Frobenius, Basel 1969, p. 5-6.
  28. Kleinbasel (Petit Bâle)
  29. Histoire de la Bourse - Site de la bourse suisse [2]
  30. (fr) « Les armoiries du canton de Bâle-Ville et de la ville de Bâle », Basel-Virtuell (consulté le 22 février 2013)
  31. a, b et c (fr) « Chiffres clés, Basel », Office fédéral de la statistique (consulté le 22 février 2013)
  32. « Religions », Office fédéral de la statistique,‎ 2008 (consulté le 25 novembre 2008)
  33. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13 janvier 2009)
  34. (fr) « Election du Conseil des Etats », L'Assemblée fédérale - Le Parlement suisse (consulté le 22 février 2013)
  35. (fr) « Election du Conseil national », L'Assemblée fédérale - Le Parlement suisse (consulté le 22 février 2013)
  36. (fr) « Le canton de Bâle-Ville reste aux mains de la gauche », L'Alsace,‎ 31 novembre 2012 (consulté le 22 février 2013)
  37. EV6 c'est quoi ? - Eurovelo6.org Site édité par le Conseil Régional du Centre. L’EuroVelo 6 Atlantique-Mer Noire est l’un des 12 itinéraires du réseau EuroVelo 6 né à l’initiative de la Fédération européenne des cyclistes (ECF) (...). Son objectif est de suivre trois des plus grands fleuves européens, creusets de la civilisation européenne : la Loire, le Rhin et le Danube. Elle traverse donc la France, la Suisse, l’Allemagne, l’Autriche, la Slovaquie, la Hongrie, la Serbie, la Croatie, la Bulgarie et la Roumanie.
  38. a et b (fr) « Histoire », Ville de Bâle (consulté le 22 février 2013)
  39. (de) Cathédrale de Bâle- Architecture du XXe siècle
  40. (fr) « L' Hôtel de ville de Bâle sur la Place du Marché », Basel-Virtuell (consulté le 22 février 2013)
  41. (fr) « Alban Dych (Canal de Saint-Alban) », Basel-Virtuell (consulté le 22 février 2013)
  42. BÂLE, histoire de la communauté juive

Liens externes[modifier | modifier le code]