Pays de la Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pays de la Loire
Détail
Détail
Administration
Pays Drapeau de la France France
Préfecture Nantes
Départements Loire-Atlantique (44)
Maine-et-Loire (49)
Mayenne (53)
Sarthe (72)
Vendée (85)
Chefs-lieux Nantes
Angers
Laval
Le Mans
La Roche-sur-Yon
Arrondissements 17
Cantons

Communes
192

1 503
Conseil régional Conseil régional des Pays de la Loire
Président Jacques Auxiette (PS)
2010-2015
Préfet Henri-Michel Comet
ISO 3166-2 FR-R
Démographie
Gentilé voir section Gentilé
Population 3 601 113 hab. (2011)
Densité 112 hab./km2
Langues
régionales
Angevin, breton, gallo, mayennais, poitevin, sarthois
Géographie
Superficie 32 082 km2
Localisation
Localisation de Pays de la Loire
Liens
Site web http://www.paysdelaloire.fr

Les Pays de la Loire sont une région de l’ouest de la France regroupant les départements de la Loire-Atlantique, de Maine-et-Loire, de la Mayenne, de la Sarthe et de la Vendée.

La préfecture de région est Nantes, qui est aussi la ville la plus peuplée.

Bordée à l’ouest par le golfe de Gascogne, elle est délimitée au nord par les régions Bretagne et Basse-Normandie, à l’est par le Centre avec qui elle partage la région naturelle du Val de Loire, et au sud par la région Poitou-Charentes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire des Pays de la Loire.
Carte des Pays de la Loire avec ses cinq départements, montrant les provinces qui existaient sur son territoire au XVIIIe siècle.

La région des Pays de la Loire fut créée en 1955 par arrêté ministériel du 28 novembre 1956 signé sous la Quatrième République en même temps que les autres régions lors de l'instauration des régions de programme, publié au Journal officiel du 6 décembre 1956[1], dont les compétences furent peu à peu étendues pour donner les régions françaises actuelles.

Elle est différente de la région d'Angers issue du décret 2727 du gouvernement de Vichy en 1941 (elle-même calquée sur l'un des « groupements économiques régionaux » de 1919, couramment appelés « régions Clémentel »), puisque la Vendée n'était pas incluse dans celle-ci et que par contre l'Indre-et-Loire s'y trouvait pour sa partie occupée : le terme Pays de la Loire n'existait pas à l'époque.

À la différence d'autres régions, les Pays de la Loire ne correspondaient, à leur création, à aucune entité administrative qui aurait préexisté : les cinq départements furent regroupés sur des critères arbitraires[2], purement administratifs et politiques. Historiquement, les Pays de la Loire recouvrent des morceaux des anciennes provinces d'Anjou, de Bretagne, du Maine, du Perche et du Poitou. L'appartenance de la Loire-Atlantique à cette région (plutôt qu'à la Bretagne) est par ailleurs un sujet de débat.

La région de Nantes est marquée au Moyen Âge par son appartenance à la Bretagne. En 851, le traité d'Angers met au comté de Nantes et le Pays de Retz dans le royaume breton. Il fera ensuite partie du duché de Bretagne, Nantes deviendra une des villes de résidence des ducs de Bretagne en 937. Le comté de Nantes restera dans le duché sauf au moment de l'expansion du domaine angevin. Au Xe siècle, les comte d'Anjou agrandissent leur territoire par conquêtes. En 907, Foulque Ier d'Anjou reçoit le comté de Nantes et prend le titre de comte d'Anjou et de Nantes avant que le comté ne retombe à nouveau dans le duché de Bretagne. Par la suite, la dynastie des Plantagenêts domine le comté du Maine et l'Anjou (1129 - 1204), le Comté de Nantes (1156-1203), puis la Normandie (1154), grâce au mariage en 1113 de Foulque V d'Anjou et d'Erembourg du Maine. Cette dynastie règne sur l'Angleterre (1154-1399) puis doit abandonner ses provinces continentales au domaine royal (1204). À son apogée sous Henri II, on parle d'un empire Plantagenêt, son domaine allant des borders écossais aux Pyrénées grâce à son mariage avec Aliénor d'Aquitaine. C'est au XVe siècle, avec le duc François II que Nantes devient la capitale administrative du duché.

Néanmoins, dans son histoire, le comté de Nantes a parfois été détaché de la Bretagne, par alliance et protection des souverains Plantagenêt ou par annexion à l'Anjou entre le Xe siècle et le XIIIe siècle. Ainsi en 907, le comté fut attribué à Foulque Ier d'Anjou jusqu'en 938 mais celui-ci tomba sous domination viking vers 919 et perdura jusqu'en 937. Durant cette période, les Vikings ont probablement constitué un royaume viking de Bretagne comprenant la Bretagne mais également le nord de la Vendée et une région correspondant à peu près au département actuel de la Manche. Par la suite, le comté resta marqué par la domination angevine. À travers mariages et alliances, les comtes d'Anjou, puis la dynastie Plantagenêt maintiendront leur souveraineté sur le comté nantais, jusqu'en 1203.

En Loire Atlantique était parlé au XXe siècle le breton de Batz-sur-Mer, une langue celtique.

Article détaillé : Breton de Batz-sur-Mer.

La toponymie révèle un maintien de la langue bretonne jusqu'au début du XVIIIe siècle (frontière ker/ville) à l'ouest d'une ligne joignant La Roche-Bernard à La Baule. De nombreux autres noms de lieux indiquent l'usage de la langue bretonne à des périodes plus anciennes (Guémené-Penfao, les communes finissant en -ac et nom en -é ou -ay, des noms de baptême breton: Mulan, Brevin, Muzon, etc.). Voir à ce sujet l'article sur la question du rattachement de la Loire-Atlantique à la Région Bretagne. La région, ainsi découpée, a permis à la fois à Rennes et Nantes de devenir des capitales administratives régionales.

Le nom de Pays de la Loire est en partie trompeur car, évoquant le cours majestueux du fleuve roi, elle en exclut néanmoins des départements emblématiques, avec leurs châteaux, comme l'Indre-et-Loire et le Loir-et-Cher, situés eux en région Centre.

En 1532, le duché de Bretagne est réuni au Royaume de France par un décret royal d'union perpétuelle. La région est marquée au moment de la Révolution par la guerre de Vendée (1793-1796) et la Chouannerie. Ces événements constituent le plus grand soulèvement contre le pouvoir central de l'histoire de France.

La région connaît au XIXe siècle un renouveau culturel et urbanistique par la création de l'actuel lycée Clemenceau de Nantes ou encore la ville nouvelle de La Roche-sur-Yon

En 1859, le diocèse de Nantes n'est pas rattaché au nouvel archidiocèse de Rennes, issu du démembrement de celui de Tours. Il reste, comme les diocèses d'Angers, Laval, Le Mans et diocèse de Luçon, rattaché à l'archidiocèse de Tours.

La région connaît encore la guerre en 1870 avec une incursion prussienne en Sarthe. La guerre de 1939-1945 est marquée par la Résistance conséquence de l'occupation allemande, les bombardements de Saint-Nazaire et la Libération (juillet 1944) par la 3e armée américaine commandée par le général Patton, contournant l'armée allemande occupant la poche de Falaise après l'opération Cobra. La 2e DB traverse la Mayenne et la Sarthe dans ce mouvement.

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

Conseil PDLL 2010.png
Les arrondissements des Pays de la Loire.

Région de tradition catholique et rurale, les Pays de la Loire étaient traditionnellement dirigés par la droite. Cependant, celle-ci en a perdu pour la première fois le contrôle lors des Élections régionales françaises de 2004, la gauche a conservé la majorité au conseil régional aux Élections régionales françaises de 2010.

La majorité de gauche a élu le socialiste Jacques Auxiette, alors maire de la Roche-sur-Yon, président du conseil régional. Il a été réélu à ce poste en 2010.

L'année suivante, en 2005, le nouveau Conseil régional lance un magazine bimestriel d'information régionale Pays de la Loire Magazine qui deviendra L'esprit grand ouvert en 2008 à la suite de la création en 2006 du nouveau logo régional et de sa nouvelle devise.

Election / collectivités Droite Gauche
Élection présidentielle de 2012 (2nd tour)[4] 48,87 % (Nicolas Sarkozy) 51,13 % (François Hollande)
Conseillers régionaux 30 (AC-NC-PCD-UMP-MPF) 63 (PS-EÉLV-PCF-PRG-Divers gauche-MRC)
Conseils généraux 4 (1 AC, 2 UMP, 1 MPF) 1 (PS)
Députés 11 (7 UMP, 2 DVD, 1 CNIP, 1 MPF) 19 (16 PS, 2 DVG, 1 EELV)
Sénateurs 12 (3 AC, 1 NC, 7 UMP, 1 MPF) 5 (3 PS, 2 EÉLV)
Villes chefs-lieux de département 0 5 (PS)

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie des Pays de la Loire.
Les cinq départements et leur chef-lieu
Carte des Pays de la Loire

La région des Pays de la Loire s'étend sur 32 082 km2. Elle tire son nom de la Loire qui traverse deux des cinq départements qui la composent avant de se jeter dans l'océan Atlantique. Les derniers affluents du fleuve irriguent la région : le Loir, la Sarthe et la Mayenne qui se rassemblent pour former la Maine à Angers, l'Erdre, au nord ; le Thouet et la Sèvre nantaise au sud. Au total, on recense 18 000 kilomètres de cours d'eau dans la région.

Le relief de la région est constitué par des collines de Vendée au sud, et au nord de la Sarthe et de la Mayenne par les Coëvrons, les Alpes Mancelles, la Forêt de Perseigne et les collines du Perche. Le point culminant est le mont des Avaloirs (417 mètres). Le Sillon de Bretagne, qui est la continuité des landes de Lanvaux du Morbihan, se termine au promontoire de la butte Sainte-Anne à Nantes. La plus grande partie de la région est située sur le massif armoricain. Seule la partie Est, est sur un bassin sédimentaire : la moitié est du département de Maine-et-Loire et le département de la Sarthe à l'est des hauteurs de Coëvrons, soit les trois quarts de ce département. Cette partie de la région est d'un point de vue topographique très proche de la région centre.

La région est bordée par l'océan Atlantique sur une longueur de 368 kilomètres et possède deux îles importantes, l'île de Noirmoutier et l'île d'Yeu. Les côtes sont alternativement rocheuses et sablonneuses, Côte Sauvage au nord de l'embouchure de la Loire, Côte de Jade entre la Loire et l'île de Noirmoutier, Côte de Lumière en Vendée.

Plusieurs marais gagnés sur la mer au cours des siècles ponctuent le littoral, la Brière près de Saint-Nazaire, le Marais Breton au nord de la Vendée et le Marais Poitevin au sud.

La région est la 5e de France en termes de superficie (1re : Midi-Pyrénées, 2e : Rhône-Alpes, 3e : Aquitaine, 4e : Centre).

Transports[modifier | modifier le code]

Trains TGV et Interloire en gare du Croisic
Article détaillé : TER Pays de la Loire.

Destineo est un site web d'information aux voyageurs de la région.

La carte TIVA : le conseil régional des Pays de La Loire en partenariat avec la SNCF, ont créé une carte de transport réservée à tous les jeunes de 15 à 25 ans résidant en région des Pays de La Loire, quel que soit leur statut.
Cette carte Tiva, coûte 15 euros et offre 50 % de réduction sur tous les voyages dans la région.

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie des Pays de la Loire.

La région est la 5e de France en termes de population et de produit intérieur brut.

Très présent notamment dans l’agro-alimentaire (3e de France) avec 51 % de la production de viande 19 % pour le lait et 20 % dans le travail du grain, 67 % du territoire est occupé par l’agriculture. Les Pays de la Loire sont la première région française pour la production de viande bovine, volaille (label rouge), lapin, canard et 2e pour le lait, volaille (simple), porc et pomme de terre.

Les Pays de la Loire sont la première région horticole de France[réf. nécessaire], avec une production représentant près de 20 % de la production totale française. Six cents entreprises travaillent dans ce secteur économique, faisant travailler près de 6 000 personnes et générant plus de six cent millions d'euros de chiffres d'affaires[5].

Population et société[modifier | modifier le code]

Gentilé[modifier | modifier le code]

Le Petit Larousse 2009 à l'article Loire (Pays de la) ne donne pas d'appellation pour ses habitants. Le terme Ligériens est un néologisme faisant débat, utilisé par le Conseil régional des Pays de la Loire. Son appropriation par les habitants et par la presse locale est controversée.[réf. nécessaire]

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie des Pays de la Loire.

Au 1er janvier 2011, la population des Pays de la Loire était de 3 601 113 habitants[6], contre 3 571 495 en 2010[7]. Les grandes concentrations de population s'organisent autour des sept grands pôles urbains qui dépassent les 100 000 habitants : Nantes, Angers, Le Mans, La Roche-sur-Yon,Cholet, Saint-Nazaire et Laval. Ces trois premières villes font partie des vingt plus grandes métropoles françaises. La Loire-Atlantique et la Vendée sont les deux départements qui ont apporté du dynamisme à la démographie régionale. Nantes, Saint-Nazaire et La Roche-sur-Yon ont été les plus florissantes. Angers a considérablement augmenté en vingt ans (350 000 habitants dans son aire urbaine). Le Mans a subi de plein fouet la régression de l'économie industrielle[réf. nécessaire], avec le recul du transport par voie ferrée dès le milieu des années 1970, mais la ville a rebondi et compte maintenant plus de 300 000 habitants dans son aire urbaine. La nouvelle impulsion est arrivée grâce au TGV en 1989 et à la construction d'autoroutes qui relient les Pays de la Loire à Paris, la Normandie et le Centre.

Aires urbaines
(redéfinies en 2010)
Date du recensement
1982 1990 1999 2007 2008 2010 Code insee

aire urbaine 2010

Nantes[8] 597 734 644 317 711 241 768 305 772 406 862 111 insee 008
Angers[9] 283 473 308 387 332 737 345 788 345 071 394 710 insee 023
Le Mans[10] 276 684 283 849 293 094 304 938 305 949 338 981 insee 028
Saint-Nazaire 163 299 166 586 172 421 186 195 185 787 207 559 insee 046
Laval 92 009 97 758 102 560 109 727 110 952 119 475 insee 069
La Roche-sur-Yon 86 233 90 893 98 179 109 454 111 488 113 619 insee 075
Cholet 72 379 74 309 74 068 74 716 74 517 103 289 insee 084
Les Sables-d'Olonne[11] 35 318 38 769 42 950 47 272 47 455 47 401 insee 152
Saumur[12] 48 399 47 853 47 504 46 430 46 653 45 285 insee 158
Sablé-sur-Sarthe[13] 24 398 26 005 28 276 30 440 30 440 31 102 insee 195
Fontenay-le-Comte[14] 25 544 25 399 24 935 26 625 26 644 27 642 insee 205
Mayenne[15] 23 033 24 050 25 254 26 407 26 373 27 579 insee 206
Saint-Hilaire-de-Riez[16] 16 935 19 323 22 207 26 549 26 987 27 212 insee 209
Challans[17] 12 845 14 203 16 136 18 035 18 338 25 507 insee 226
Château-Gontier[18] 19 004 20 381 21 528 22 987 23 349 24 843 insee 227
Châteaubriant[19] 24 115 23 334 22 423 23 827 23 722 24 125 insee 229
Ancenis[20] 16 580 17 134 17 390 19 801 20 220 10 211 insee 375
La Flèche[21] 16 929 17 294 17 657 18 182 18 357 17 122 insee 277
Saint-Brevin-les-Pins 13 880 14 312 16 335 20 189 21 224 21 607 insee 245
La Ferté-Bernard[22] 16 113 16 601 16 931 17 852 17 953 21 298 insee 247
Pornic 11 196 12 382 14 940 17 886 insee 273
Clisson[23] 12 612 13 637 14 427 16 737 17 032
Les Herbiers[24] 12 049 13 413 13 937 14 893 14 811 17 494 insee 279
Montaigu 9 682 10 330 11 451 12 977 insee 329
Saint-Jean-de-Monts 8 461 9 019 10 227 12 047 insee 347
Luçon 10 516 10 890 11 180 11 930 insee 348
Segré[25] 10 720 10 293 10 342 10 898 11 003 10 393 insee 371

Les résidences secondaires[modifier | modifier le code]

Ce tableau indique les communes des Pays de la Loire qui comptaient en 2008 plus de 3 000 résidences secondaires[26].

Ville département Rés. secondaires
La Baule-Escoublac Loire-Atlantique 12 488
Saint-Jean-de-Monts Vendée 12 426
Les Sables-d'Olonne Vendée 10 989
Saint-Hilaire-de-Riez Vendée 10 632
La Tranche-sur-Mer Vendée 8 794
Pornichet Loire-Atlantique 6 201
Bretignolles-sur-Mer Vendée 5 767
Pornic Loire-Atlantique 4 644
Noirmoutier-en-l'Île Vendée 4 481
Saint-Gilles-Croix-de-Vie Vendée 3 890
Saint-Brevin-les-Pins Loire-Atlantique 3 733
Le Pouliguen Loire-Atlantique 3 606
Piriac-sur-Mer Loire-Atlantique 3 325
Nantes Loire-Atlantique 3 261
La Faute-sur-Mer Vendée 3 251
Le Croisic Loire-Atlantique 3 196
L'Île-d'Yeu Vendée 3 173
Saint-Michel-Chef-Chef Loire-Atlantique 3 034

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'Académie de Nantes regroupe cinq inspections académiques représentant chacune un des départements de la région : Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe et Vendée.

Son territoire est de 32 000 km2 et compte un peu plus de 3 500 000 d'habitants.

L'Académie de Nantes emploie plus de 60 000 agents dont 86 % d'enseignants, plus de 700 000 élèves et apprentis ainsi que plus de 100.000 étudiants.

Recherche[modifier | modifier le code]

Au 1er janvier 2008, les deux INRA (Institut national de la recherche agronomique), l'INRA d'Angers et l'INRA de Nantes ont fusionné pour donner naissance au premier établissement public scientifique des Pays de la Loire : son nom est « INRA d'Angers-Nantes ».

Le 13 mai 2010, la diffusion télévisuelle dans les Pays-de-la-Loire est passée définitivement au numérique ; la diffusion en signal hertzien classique a été arrêtée.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture des Pays de la Loire.

Patrimoine culturel et naturel[modifier | modifier le code]

Le patrimoine des Pays de la Loire est hérité des anciennes provinces d'Anjou, du duché de Bretagne, du Maine et du Poitou.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Plusieurs langues endogènes sont parlées dans la Région :

L'élément culturel majeur de la région est l'Orchestre national des Pays de la Loire. Il compte dix mille abonnés et deux centaines de concerts annuels qui rassemblent près de 200 000 spectateurs par an. L'Orchestre national des Pays de la Loire est l'un des orchestres rencontrant la plus forte audience en Europe. Il bénéficie du soutien financier du conseil régional des Pays de la Loire, du ministère de la Culture, des cinq préfectures de département ainsi que des cinq conseils généraux de la région.

Les villes d'Angers, de Fontenay-le-Comte, de Laval, du Mans, de Guérande, de Nantes et de Saumur sont labelisées villes d'art et d'histoire. Elles bénéficient d'un patrimoine culturel d'exception avec de nombreux musées et galeries d'art comme la galerie David d'Angers à Angers, le musée de Tessé au Mans, le musée des Sciences de Laval, ou encore le musée Jules-Verne de Nantes. Les musées de la région regroupent un patrimoine d'exception à l'image de la Tenture de l'Apocalypse ou du Chant du monde de Jean Lurçat.

Une partie de la région est classée au patrimoine mondial de l'UNESCO sous l'appellation Val de Loire. La zone classée s'étend sur le département de Maine-et-Loire jusqu'à Chalonnes-sur-Loire. Ce classement permet la protection du patrimoine culturel du Val de Loire (parcs, châteaux et villes), partagé entre les régions Centre et des Pays de la Loire. La région comprend une partie des châteaux de la Loire : le château de Montreuil-Bellay, le château de Montsoreau, le château de Saumur, le château de Brissac, le château Le Lude, le château de Baugé, le château de Serrant, le château d'Angers et le château du Plessis-Bourré.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le Val de Loire classé au patrimoine mondial de l'UNESCO permet la protection des espaces naturels des bords de Loire. La grande variété des biotopes du fleuve et de ses rives : berges et bancs sableux, îlots de gravier recouverts de végétation, berges boisées inondables, digues de protection, terrasses du lit majeur, forêts, accueillent une grande variété d’habitats naturels, dont profitent une flore et une faune riches et abondantes. Le parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine, situé entre les villes d'Angers et de Tours, est inclus dans le classement Val de Loire.

Le parc naturel régional Normandie-Maine permet la protection de la faune et la flore au Sud de la Basse-Normandie et au Nord des Pays de la Loire. Il comprend le point culminant de la région, le Mont des Avaloirs qui culmine à 416,3 mètres d’altitude[27]. Le belvédère des Avaloirs aménagé au sommet du mont offre un panorama sur les environs.

Le Parc naturel régional de Brière est situé au nord de l'estuaire de la Loire et couvre une vaste zone de marais. Il s'étend sur 490 km2 et est riche de nombreuses espèces animales et végétales.

Plusieurs réserves naturelles nationales permettent la protection d'autre site de la région[28] :

Événements majeurs[modifier | modifier le code]

Loire-Atlantique[modifier | modifier le code]

Le Hellfest attire tous les ans plus de 100 000 festivaliers à Clisson.

Maine-et-Loire[modifier | modifier le code]

Mayenne[modifier | modifier le code]

  • Le salon Laval Virtual est le plus grand rendez-vous européen consacré aux technologies de la réalité virtuelle et de la 3D en temps réel. Il se déroule à Laval au mois d'avril pendant 5 jours.
  • Les 3 Éléphants, festival de musiques actuelles et d'arts de la rue se déroulant à Laval.
  • Au Foin De La Rue, festival de musiques actuelles ayant lieu à Saint-Denis-de-Gastines chaque été depuis l'année 2000.

Sarthe[modifier | modifier le code]

  • Les 24 Heures du Mans (auto, moto et camion) qui ont lieu tous les ans au Mans
  • Le Grand Prix moto de France qui a lieu tous les ans sur le circuit Bugatti au Mans
  • La Nuit des Chimères, dans la ville du Mans, met en scène en lumière et musique tout l'été l'histoire et le patrimoine de la Cité Plantagenêt
  • L'Europa Jazz Festival réunit en mai les acteurs majeurs du Jazz
  • Le Mans fait son cirque est un moment populaire mettant à l'honneur l’univers circassien
  • Le Festival Artec à la Ferté-Bernard, fin mai, est une compétition des nombreuses écoles d'ingénieurs de l’hexagone
  • Les Nuits D'été ; Le Festival Baroque et Rockyssimomes qui ont lieu tous les étés au parc du château de Sablé
  • Le Festival Les Affranchis de La Flèche propose chaque année le deuxième week-end du mois de juillet, un grand moment de fête dans la rue. Il réunit des compagnies de théâtre et des arts de la rue représentatifs de la diversité de cet art
  • La 25e Heure du Livre, au Mans, qui accueil écrivains et poètes pour faire dédicacer leurs livres tous les ans

Vendée[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Commentaires : Blason proposé par l'héraldiste Robert Louis

Annexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Journal officiel du 6 décembre 1956, p. 11649
  2. dixit leur concepteur (Jean Vergeot), cf. Georges Pierret, Régions d'Europe, la face cachée de l'Union, Apogée (1997) - ISBN 2-909275-89-2
  3. Voir la photo de la Z9621 en gare de Sablé, arborant le blason.
  4. Résultats du second tour présidentielle 2012 en Pays-de-Loire Article de www.francesoir.fr, publié le 6 mai 2012
  5. Revue du Conseil régional des Pays de la Loire, n° 26, mai-juin 2009, p.13
  6. « Population légale 2011 des régions », sur insee.fr (consulté le 1er janvier 2014).
  7. « Population légale 2010 des régions », sur insee.fr (consulté le 31 décembre 2012).
  8. « Aire urbaine 1999 : Nantes (008) », sur insee.fr (consulté le 26 juillet 2011)
  9. « Aire urbaine 1999 : Angers (023) », sur insee.fr (consulté le 26 juillet 2011)
  10. « Aire urbaine 1999 : Le Mans (028) », sur insee.fr (consulté le 26 juillet 2011)
  11. « Aire urbaine 1999 : Sables-d'Olonne (152) », sur insee.fr (consulté le 26 juillet 2011)
  12. « Aire urbaine 1999 : Saumur (142) », sur insee.fr (consulté le 26 juillet 2011)
  13. « Aire urbaine 1999 : Sablé-sur-Sarthe (205) », sur insee.fr (consulté le 26 juillet 2011)
  14. « Aire urbaine 1999 : Fontenay-le-Comte (227) », sur insee.fr (consulté le 26 juillet 2011)
  15. « Aire urbaine 1999 : Mayenne (224) », sur insee.fr (consulté le 26 juillet 2011)
  16. « Aire urbaine 1999 : Saint-Gilles-Croix-de-Vie (243) », sur insee.fr (consulté le 26 juillet 2011)
  17. « Aire urbaine 1999 : Challans (298) », sur insee.fr (consulté le 26 juillet 2011)
  18. « Aire urbaine 1999 : Château-Gontier (252) », sur insee.fr (consulté le 26 juillet 2011)
  19. « Aire urbaine 1999 : Châteaubriant (241) », sur insee.fr (consulté le 26 juillet 2011)
  20. « Aire urbaine 1999 : Ancenis (283) », sur insee.fr (consulté le 26 juillet 2011)
  21. « Aire urbaine 1999 : Flèche (280) », sur insee.fr (consulté le 26 juillet 2011)
  22. « Aire urbaine 1999 : Ferté-Bernard (291) », sur insee.fr (consulté le 26 juillet 2011)
  23. « Aire urbaine 1999 : Clisson (314) », sur insee.fr (consulté le 26 juillet 2011)
  24. « Aire urbaine 1999 : Herbiers (321) », sur insee.fr (consulté le 26 juillet 2011)
  25. « Aire urbaine 1999 : Segré (346) », sur insee.fr (consulté le 26 juillet 2011)
  26. Site du recensement de l’INSEE, chiffres au 01/01/2008
  27. Fiche de nivellement consultée le 29 novembre sur le site geodesie.ign.fr
  28. http://www.reserves-naturelles.org/reserves/region.asp?arbo=1.0&id=22
  29. http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Festival-international-du-film-de-la-Roche-sur-Yon-_85191-ild-20121023-3574292-222_actuLocale.Htm
  30. http://www.allocine.fr/festivals/festival-2844/edition-18355186/
  31. http://www.lemonde.fr/culture/article/2012/10/23/a-la-roche-sur-yon-degustation-de-mythologies-cinephiles_1779123_3246.html