Cette page est un article de qualité. Cliquez pour plus d'informations.
Cette page est en semi-protection longue.
Le titre de cette page ne peut être modifié.

France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le pays européen aujourd'hui appelé « République française ». Pour d’autres usages du nom « France », voir France (homonymie). Pour une présentation générale du régime politique de la République française, voir Régime républicain en France.

République française (fr)

Drapeau
Drapeau de la France
Blason
Armoiries de la France
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Territoire de la France métropolitaine en Europe

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Territoire de la République française dans le monde

Devise nationale Liberté, Égalité, Fraternité
Hymne national « La Marseillaise »  
Administration
Forme de l'État République constitutionnelle unitaire semi-présidentielle (voir Régime républicain en France)
Président de la République François Hollande
Premier ministre Manuel Valls
Président du Sénat Gérard Larcher
Président de l’Assemblée nationale Claude Bartolone
Président du Conseil constitutionnel Jean-Louis Debré
Langues officielles Français
Capitale Paris

48° 52′ N 2° 19.59′ E / 48.867, 2.3265

Géographie
Plus grande ville Paris
Superficie totale 671 308[N 1] km2
(classé 41e[1])
Superficie en eau 0,26%
Fuseau horaire UTC +1 (HEC, heure d'hiver)
UTC+2 (HAEC, heure d’été)
Histoire
Traité de Verdun Août 843
Royaume de France 987
Révolution française 5 mai 1789
Première République 22 septembre 1792
Fondation de la CEE (aujourd'hui l'Union européenne) 1er janvier 1958
Actuelle constitution 4 octobre 1958
Démographie
Gentilé Français(e)
Population totale (2014) 68 630 267[N 2][I 1] hab.
(classé 20e)
Densité 99,2[N 3] hab./km2
Économie
PIB nominal (2013) en augmentation 2 059,9 milliards d'euros (5e)
PIB (PPA) (2013) en augmentation 1 831,7 milliards d'euros[2] (8e)
PIB (PPA) par hab. (2013) en augmentation 27 860 euros[2] (18e)
IDH (2012) en augmentation 0,893 (très élevé[3]) (20e)
Monnaie Euro et Franc CFP[N 4] (EUR​)
Divers
Code ISO 3166-1 FRA, FR​
Domaine Internet .fr[N 5]
Indicatif téléphonique +33 (métropole)
590 (Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélémy)
594 (Guyane)
596 (Martinique)
262 (La Réunion, et depuis 2007, Mayotte)
508 (Saint-Pierre-et-Miquelon)
687 (Nouvelle Calédonie)
689 (Polynésie Française)
Organisations internationales ONU : 24 octobre 1945[4]
UE : 25 mars 1957
OTAN : 4 avril 1949

La France, en forme longue la République française, est un pays d'Europe de l'Ouest, mais qui comprend également plusieurs régions et territoires d'outre-mer disséminés sur plusieurs océans. Politiquement, il s'agit d'une république constitutionnelle unitaire ayant un régime semi-présidentiel. Elle a pour capitale Paris, pour langue officielle le français et pour monnaie l'euro. Sa devise est « Liberté, Égalité, Fraternité », et son drapeau est constitué de trois bandes verticales respectivement bleue, blanche et rouge. Son hymne est La Marseillaise.

La France est un pays formé à la fin du Haut Moyen Âge, tirant son nom du peuple franc. Du début du XVIIe siècle à la première moitié du XXe siècle, elle possède un vaste empire colonial. À partir des années 1950, elle est l'un des acteurs de la construction de l’Union européenne. Elle est une puissance nucléaire, l'un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies et l'un des membres de l'OTAN. Elle est également membre du G7, du G20, de la zone euro, de l'Espace Schengen et abrite le siège du Conseil de l'Europe, du Parlement européen et de l'UNESCO. La France possède une influence considérable en matière politique, économique, militaire et culturelle en Europe et dans le reste du monde.

Seul pays aux côtés du Royaume-Uni à posséder des territoires d'outre-mer simultanément sur trois océans[5],[N 6],[N 7], sa présence géopolitique est l'une des plus importantes au niveau mondial, elle s’appuie sur un réseau d'ambassades et de consulats étendu, le deuxième au monde derrière celui des États-Unis et dispose de bases militaires dans toutes les mers de la planète. La France est classée deuxième zone économique exclusive (espace maritime) mondiale, première puissance maritime mondiale par sa diversité et sa biodiversité, deuxième puissance économique européenne et cinquième puissance économique mondiale. Elle figure parmi les premiers mondiaux dans les secteurs de l’agroalimentaire, de l’aéronautique, de l’automobile, des produits de luxe, du tourisme et du nucléaire. Peuplée de 68,6 millions d’habitants[N 2],[I 1], la France est le plus grand pays de l'Union européenne et le troisième pays le plus grand d'Europe[6].

Ancienne puissance coloniale, sa culture et sa civilisation sont diffusées par les pays francophones à travers le monde, unis dans l'Organisation internationale de la francophonie. Le français est l'une des langues avec la plus grande diffusion, traditionnellement utilisé comme langue de la diplomatie. Elle est une des six langues officielles et une des deux langues de travail avec l'anglais de l'Organisation des Nations unies, et langue officielle ou de travail de plusieurs organisations internationales ou régionales, dont l'Union européenne.

Sommaire

Géographie

Article détaillé : Géographie de la France.

Localisation et frontières

Une carte physique de la France, simplifiée à l’extrême.
Carte physique simplifiée de la France métropolitaine.

La France métropolitaine est située à l’une des extrémités occidentales de l’Europe. Elle est bordée par la mer du Nord au nord, la Manche au nord-ouest, l’océan Atlantique à l’ouest et la mer Méditerranée au sud-est. Elle est frontalière de la Belgique et du Luxembourg au nord-est, de l’Allemagne et de la Suisse à l’est, de l’Italie et de Monaco au sud-est, de l’Espagne et d’Andorre au sud-ouest.

Si les frontières du sud du pays correspondent à des massifs montagneux, les frontières du nord-est ne correspondent à aucune limite géographique[N 8] ni linguistique [N 9].

La France métropolitaine comprend plusieurs îles, notamment la Corse et des îles côtières. La métropole est comprise entre les latitudes 42°19'46" N et 51°5'47" N, ainsi que les longitudes 4°46' O et 8°14'42" E. Sa partie continentale s’étend sur environ 1 000 km du nord au sud et d’est en ouest.

La France est composée de nombreux territoires situés en-dehors du continent européen, couramment appelés territoires d’outre-mer, naguère DOM-TOM, qui lui permettent d’être présente dans tous les océans sauf l'Arctique.

Ces territoires ont des statuts variés dans l'administration territoriale de la France et sont situés :

À travers ses collectivités ultra-marines, la France possède également des frontières terrestres avec le Brésil et le Suriname, ainsi qu’avec les Pays-Bas via la partie française de Saint-Martin.

La superficie de la France métropolitaine est de 552 000 km2[7] soit environ un hectare par habitant. En comptant la totalité des terres émergées d'outre-mer, la superficie totale est de 675 000 km2.

Elle est le 42e plus grand État du monde par sa surface terrestre. Elle est en outre le troisième plus grand pays d’Europe, après la Russie et l’Ukraine, deuxième si on inclut les départements ultra-marins, et le plus grand de l’Union européenne.

L’étendue de son littoral, outre-mer inclus, est de 8 245 km.

Géologie, topographie et hydrographie

Géologie de la France métropolitaine
Articles détaillés : Géologie de la France et Relief de la France.

Le territoire métropolitain de la France offre une grande variété d’ensembles topographiques et de paysages naturels[b 1]. De larges parties du territoire actuel de la France ont été soulevées lors de plusieurs épisodes tectoniques, notamment la surrection hercynienne à l’ère paléozoïque qui est à l’origine des massifs armoricain, central, morvandeau, vosgien, ardennais et corse[b 2]. Les massifs alpin, pyrénéen et jurassien sont eux beaucoup plus jeunes, et possèdent des formes moins érodées[b 2] — les Alpes culminent à 4 810 mètres d’altitude au Mont Blanc[8]. Bien que 60 % des communes soient classées comme présentant des risques sismiques, ces risques restent modérés[9].

Ces massifs délimitent plusieurs bassins sédimentaires, notamment le bassin aquitain au sud-ouest et le bassin parisien au nord[b 2] — ce dernier comprend plusieurs régions au sol particulièrement fertile, notamment les plateaux limoneux de la Beauce et de la Brie[b 3]. En outre, diverses voies de passage naturelles, telles que la vallée du Rhône, permettent des communications aisées[b 4]. Les littoraux offrent des paysages assez contrastés ; il s’agit tantôt de retombées de massifs montagneux (la Côte d’Azur par exemple), de plateaux se terminant sur des falaises (la Côte d’Albâtre), des régions humides et forestière comme la Sologne ou de larges plaines sableuses (la plaine du Languedoc)[b 5].

Le réseau hydrographique de la France est principalement organisé autour de quatre grands fleuves, la Loire, la Seine, la Garonne et le Rhône[b 6], auxquels on peut ajouter la Meuse et le Rhin, moins importants en France mais majeurs à l’échelle européenne. Le bassin versant français des quatre premiers correspond à plus de 62 % du territoire métropolitain[b 6].

La France dispose de 11 millions de km² d’eaux marines sous sa juridiction, sur trois océans et à 97 % en outre-mer[10].

Climat

Ici figure une carte des six grands domaines climatiques français, décrits dans le paragraphe ci-contre.
Carte des grands domaines climatiques de France métropolitaine.
Article détaillé : Climat de la France.

Le climat de la France métropolitaine est tempéré[b 7], influencé par l’anticyclone des Açores comme le reste de l’Europe de l’Ouest[11], avec des variantes régionales ou locales assez marquées. La typologie actuelle retient six grands domaines climatiques[b 7] :

  • le quart nord-ouest du pays appartient au domaine breton, avec ses nuances parisiennes et flamandes ; celui-ci est caractérisé par des températures douces, une amplitude thermique faible et des précipitations relativement importantes ;
  • au sud de celui-ci, le domaine aquitain reprend les caractéristiques du domaine breton, mais avec des températures plus élevées ;
  • au nord-est du pays, le domaine lorrain possède des caractéristiques semi-continentales, avec un hiver froid et des précipitations plus faibles qu’à l’ouest ;
  • au bord de la mer Méditerranée, le domaine provençal connaît un ensoleillement important, des étés chauds et secs et des hivers doux et humides ;
  • entre les domaines lorrain et provençal, le domaine danubien fait office de zone de transition, avec une amplitude thermique forte ;
  • le domaine montagnard, qui correspond aux régions d’altitude élevée, est caractérisé par des hivers froids et humides aux précipitations nivales importantes.

Une grande partie de la France d’outre-mer est en revanche soumise à des climats tropicaux (avec de fortes variantes)[b 8], auxquels il faut ajouter les exceptions de la Guyane (climat équatorial)[12], de Saint-Pierre-et-Miquelon (climat océanique)[13] et des Terres australes et antarctiques françaises (climats polaire et océanique)[14].

La France métropolitaine connaît des événements climatiques aux conséquences importantes : des tempêtes (celles de décembre 1999 ont abattu 7 % des arbres des forêts françaises[b 9]), des canicules (la canicule européenne de 2003 fit 15 000 morts[b 9]), des incendies et des inondations.

La température moyenne en France s’est élevée de 0,1 °C en moyenne par décennie au cours du XXe siècle[b 10].

Paysages et environnement

La France métropolitaine possède une grande variété de paysages, entre des plaines agricoles ou boisées, des chaînes de montagnes plus ou moins érodées, des littoraux diversifiés et des vallées mêlant villes et espaces néo-naturels. La France d’outre-mer possède quant à elle une importante biodiversité, par exemple dans la forêt équatoriale guyanaise ou dans les lagons de Nouvelle-Calédonie[15]. La France est un des pays les plus boisés d’Europe occidentale, les forêts occupant 28 % de la surface nationale[b 11]. La superficie forestière en métropole est constituée de 65% de feuillus, 22% de conifères et 13 % de peuplement mixte[16]. Les forêts publiques (domaniales, communales) et privées occupent respectivement 25 % et 75 % de la propriété forestière métropolitaine.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Cette diversité des paysages et des écosystèmes est menacée par la fragmentation écologique des milieux par un dense réseau routier[17], par l’artificialisation des côtes et par la pollution de son eau et de ses sols. Un tiers des eaux de surface sont de mauvaise voire de très mauvaise qualité, principalement à cause des pollutions industrielles[b 12] ; les pollutions agricoles liées à l’usage d’engrais et de pesticides ont quant à elles fortement détérioré la qualité des nappes phréatiques dans plusieurs régions, en particulier la Bretagne[b 13]. La littoralisation du peuplement et des activités[b 14] entraîne une extension et une densification du bâti sur les côtes[b 15], malgré la loi littoral de 1986 et l’intervention du Conservatoire du littoral[b 16] et le caractère inondable de certains secteurs. Quant aux infrastructures de transport, notamment routières, elles exposent leurs riverains à une pollution atmosphérique, sonore et visuelle importante[17].

Néanmoins, les pouvoirs publics tentent depuis plusieurs décennies de répondre à ces défis environnementaux. Aux réserves naturelles et aux parcs nationaux se sont ajoutés depuis 1968 les parcs naturels régionaux[18], qui mêlent conservation et mise en valeur du patrimoine naturel et culturel[c 1] et couvrent en 2007 13 % du territoire français[19]. Six agences de l’eau ont été mises en place pour gérer et protéger les ressources en eau du pays[b 12]. Grâce à une politique de limitation de l’usage des produits pétroliers et à l’importance de l’énergie nucléaire, les émissions françaises de CO2 par tête sont inférieures à celles de la plupart de ses voisins européens, et a fortiori de celles des États-Unis[20]. Cependant, selon une étude du ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer publiée en 2010, « sur plusieurs points, le bilan environnemental demeure préoccupant, voire se détériore »[21].

Répartition spatiale des hommes et des activités

Article détaillé : Aire urbaine (France).
Ici figure une carte démographique de la France, montrant les densités de population par département et faisant figurer la « diagonale du vide » et la ligne Le Havre-Marseille.
Carte synthétique de la répartition de la population en France en 2010. Sont indiquées les densités de population par département, les 18 aires urbaines de plus de 400 000 habitants, la ligne Le Havre-Marseille et les limites approximatives de la « diagonale du vide ».
  •      + de 5 000 hab/km2
  •      de 300 à 1 000 hab/km2
  •      de 100 à 250 hab/km2
  •      de 70 à 100 hab/km2
  •      de 40 à 70 hab/km2
  •      - de 40 hab/km2
Topographie et densité de population par km2 en 2001.

La France métropolitaine est marquée par des déséquilibres spatiaux multiples. D’une part, elle possède l’originalité d’avoir une capitale six fois plus peuplée que la deuxième aire urbaine du pays[N 11], et qui regroupe un quart des étudiants[I 2] et la quasi-totalité des sièges de grandes entreprises du pays[22]. D’autre part, la ligne Le Havre - Marseille est souvent considérée comme la limite entre un ouest longtemps resté agricole et qui bénéficie aujourd’hui d’un important essor démographique et économique[n 1], et un est à l’industrie et à l’urbanisation anciennes. Enfin, des Ardennes au nord-est aux Landes au sud-ouest se dessine une « diagonale des faibles densités », caractérisée par un peuplement faible comparé au reste du pays et une économie souvent en difficulté[23].

Après un long exode rural au XIXe siècle et jusque dans la deuxième moitié du XXe siècle[n 2], le solde migratoire des campagnes françaises est redevenu positif dans les années 1990[n 1]. L’essentiel de la croissance urbaine se fait dans les zones périurbaines, de plus en plus éloignées de l’agglomération-centre[n 2]. Le tableau ci-dessous liste les principales villes du pays en 2011, classées par défaut en fonction de la population de leur aire urbaine (plus de 500 000 habitants).

Ville Aire urbaine[I 3] Pôle urbain[I 3] Commune[I 4]
Paris 12 292 895 10 516 110 2 249 975
Lyon 2 188 759 1 567 537 491 268
Marseille et Aix-en-Provence 1 720 941 1 560 921 850 636
140 684
Toulouse 1 250 251 892 115 447 340
Lille 1 159 547 1 018 809 227 533
Bordeaux 1 140 668 851 071 239 399
Nice 1 003 947 943 665 344 064
Nantes 884 275 597 879 287 845
Strasbourg 764 013 451 522 272 222
Rennes 679 866 313 480 208 033
Grenoble 675 122 501 045 157 424
Rouen 655 013 464 237 111 553
Toulon 606 987 556 920 163 974
Montpellier 561 326 400 470 264 538
Douai et Lens 542 946 508 070 41 915
34 190
Avignon 515 123 445 501 90 194
Saint-Étienne 508 548 369 586 170 049

Axes de communication et transports

Article détaillé : Transport en France.

En raison de sa situation de carrefour, la France est un pays de passage[b 17]. Elle est en effet le passage obligé pour les hommes et les marchandises circulant par voie terrestre entre la péninsule Ibérique et le reste de l’Europe, et, depuis l’ouverture en 1994[24] du tunnel sous la Manche, entre le Royaume-Uni et le reste de l’Europe[b 17]. Héritages de l’histoire, les réseaux de transports français sont très centralisés autour de Paris[b 18] ; cette centralisation est particulièrement forte dans les transports ferroviaires et aériens, même si elle commence à diminuer[25].

Le principal moyen de transport utilisé en France est la route, qui représentait en 2007 respectivement 86,5 % et 79,9 % des trafics voyageurs et marchandises[N 12],[26]. La France compte plus d’un million de kilomètres de routes en 2005, dont la quasi-totalité sont revêtues[27]. Depuis la Libération, la France s’est dotée d’un réseau autoroutier étendu, qui totalise 10 991 km en 2007[27]. Depuis quelques décennies, les politiques publiques s’attachent à réduire les accidents mortels sur la route, dont les principales causes identifiées sont la vitesse et l’alcool[j 1], et cherchent à réduire la dépendance des Français vis-à-vis de la voiture, au profit d’autres moyens de transport moins polluants[i 1].

Le réseau ferroviaire français, de son côté, date pour l’essentiel du milieu et de la fin du XIXe siècle ; en 2009, il compte 29 473 km de lignes, dont plus de la moitié sont électrifiées[28]. L’essentiel du trafic est géré par l’entreprise publique SNCF, sur les lignes appartenant au gestionnaire d’infrastructure Réseau ferré de France (RFF). Depuis les années 1980, le trafic voyageurs augmente en France, grâce d’une part à la prise en charge par les régions du trafic régional et local, et surtout à la naissance et à l’extension continue du réseau de lignes à grande vitesse parcouru par le TGV[29]. D’autre part, les principales villes du pays sont dotées d’un réseau ferroviaire urbain, de type métro, tramway ou RER ; le métro de Paris, né en 1900, forme l’un des réseaux les plus denses au monde[30].

Quant au transport aérien, il est particulièrement centralisé : les deux aéroports parisiens — Roissy-Charles-de-Gaulle et Orly — ont accueilli en 2008 plus de 87 millions de passagers, quand le premier aéroport de province, Nice-Côte d’Azur, en accueillait à peine plus de 10 millions[31]. Les aéroports de province sont en effet concurrencés par le TGV pour le trafic domestique, tandis que les aéroports parisiens accueillent la quasi-totalité du trafic long-courrier[b 19]. La France est le siège de l'une des premières compagnies aériennes mondiales en nombre de passagers transportés (Air France-KLM[32]) et du premier constructeur aéronautique civil (Airbus[b 20],[N 13]) d’Europe.

D’autres modes de transport sont utilisés en France, mais ils sont plus marginaux. Le trafic fluvial assure une part négligeable du trafic voyageurs, et très secondaire du trafic marchandises, en raison principalement de l’inadaptation d’une grande partie du réseau au trafic moderne[27]. Le trafic maritime est plus important, mais les ports de Dunkerque, du Havre, de Nantes - Saint-Nazaire et de Bordeaux font pâle figure face à leurs rivaux de la mer du Nord comme celui de Rotterdam ou celui d’Anvers[33] ; seul le port de Marseille tire son épingle du jeu, en étant le premier port de la Méditerranée en tonnage expédié[33]. Quant au vélo, il connaît aujourd’hui une nouvelle jeunesse, notamment grâce à la préoccupation environnementale des Français et à la mise en place de systèmes de location de bicyclettes dans plusieurs villes du pays[i 2].

Histoire

La France actuelle occupe la plus grande partie des anciennes Gaules celtiques, conquises par Jules César au Ier siècle av. J.-C., mais elle tire son nom des Francs, un peuple germanique qui s’y installa à partir du Ve siècle. La France est un État à l’unification ancienne, et fut l’un des premiers pays de l’époque moderne à tenter une expérience démocratique.

Préhistoire, protohistoire et Antiquité

La présence humaine sur le territoire de la France actuelle remonte au Paléolithique inférieur ; les traces les plus anciennes de vie humaine datent d’il y a environ 1 800 000 ans[e 1]. L’homme est alors confronté à un climat rude et variable, marqué par plusieurs ères glaciaires qui modifient son cadre de vie[e 1]. La France compte un nombre important de grottes ornées du Paléolithique supérieur, dont l’une des plus célèbres est celle de Lascaux[e 1] (Dordogne, -18 000 environ[34]).

Vers -10 000, à la fin de la dernière ère glaciaire, le climat s’adoucit[e 1]. À partir de -7 000 environ, cette partie de l’Europe occidentale entre dans le Néolithique et ses habitants se sédentarisent, même si l’évolution est différente selon les régions[e 2]. Après un fort développement démographique et agricole aux IVe et IIIe millénaires, la métallurgie fait son apparition à la fin du IIIe millénaire, d’abord avec le travail de l’or, du cuivre et du bronze, puis avec celui du fer au VIIIe siècle[e 3].

En -600, des Grecs originaires de la ville de Phocée fondent la ville de Marseille, au bord de la Méditerranée[e 4] ; à la même époque, quelques peuples celtes pénètrent dans le territoire de la France actuelle, mais cette occupation ne se généralise à la totalité de ce territoire qu’entre les Ve et IIIe siècles av. J.-C.[e 5]. La notion de Gaule apparaît alors ; elle correspond aux territoires de peuplement celte compris entre le Rhin, l’Atlantique et la Méditerranée[e 6]. La Gaule est alors un pays prospère, dont la partie méridionale est de plus en plus soumise aux influences grecques et romaines[e 7].

À partir de -125, le sud de la Gaule est peu à peu conquis par la République romaine, qui y fonde les villes d’Aix-en-Provence, Toulouse et Narbonne[e 8]. En -58, Jules César se lance à la conquête du reste de la Gaule, et vainc en -52 une révolte menée par le chef gaulois Vercingétorix[e 9]. Les territoires nouvellement conquis sont répartis par Auguste en neuf provinces romaines, dont les principales sont la Narbonnaise au sud, l’Aquitaine au sud-ouest, la Lyonnaise au centre et la Belgique au nord[e 10]. De nombreuses villes sont fondées durant la période gallo-romaine, dont Lyon, appelée à être une capitale des Gaules[e 11] ; celles-ci sont conçues à l’image des villes romaines, avec un forum, un théâtre, un cirque, un amphithéâtre et des thermes[e 12]. La religion romaine se superpose aux cultes gaulois sans les faire disparaître, les divinités se confondant peu à peu dans un même syncrétisme[e 13].

Au IIIe siècle, la Gaule romaine connaît une crise grave, le limes, frontière fortifiée protégeant l’Empire des incursions germaniques, étant franchi à plusieurs reprises par les Barbares[e 14]. Le pouvoir romain, pendant ce temps, semble chancelant : un Empire des Gaules est proclamé en 260 et échappe à la tutelle romaine jusqu’en 274[e 15]. Néanmoins, la situation s’améliore dans la première moitié du IVe siècle, qui est une période de renouveau et de prospérité pour la Gaule[e 16]. En 312, l’empereur Constantin Ier se convertit au christianisme ; les chrétiens, persécutés jusque là, se multiplient[e 17]. Mais les invasions barbares reprennent à partir de la seconde moitié du IVe siècle[e 18] ; le 31 décembre 406, les Vandales, Suèves et Alains franchissent le Rhin et traversent la Gaule jusqu’en Espagne[e 19]. Au milieu du Ve siècle, les Alamans et les Francs, deux peuples païens, s’installent au nord-est de la France actuelle et exercent une forte pression sur les généraux romains qui subsistent dans le nord-est de la Gaule[e 20].

Naissance, crises et transformations du royaume de France au Moyen Âge

Une représentation artistique du baptême de Clovis, dans la Sainte-Chapelle à Paris.
Le baptême de Clovis, représenté dans la Sainte-Chapelle à Paris (anonyme).

La conversion au christianisme du chef franc Clovis fait de lui l’allié de l’Église et lui permet de conquérir l’essentiel de la Gaule au tournant des Ve et VIe siècles[e 21]. La fusion des héritages gallo-romains, des apports germaniques et du christianisme est longue et difficile, les Francs constituant originellement une société guerrière aux lois très éloignées du droit romain et des principes chrétiens[e 22]. Tandis que la faiblesse démographique que connaît le Royaume des Francs entraîne un déclin des villes, le christianisme s’installe par la fondation d’églises rurales et surtout de très nombreux monastères[e 23]. Si le pouvoir de Clovis semblait originellement solide, la dynastie mérovingienne doit bientôt faire face à de graves difficultés[e 24] ; elle disparaît en 751 lorsque Pépin le Bref est sacré roi des Francs, fondant ainsi la dynastie carolingienne[e 25].

Pépin le Bref et son fils Charlemagne agrandissent considérablement le royaume des Francs, qui s’étend à la fin du VIIIe siècle sur plus d’un million de kilomètres carrés[e 26]. L’immense empire carolingien est contrôlé par une administration centralisée basée à Aix-la-Chapelle, des comtes représentant Charlemagne dans tout l’empire et étant surveillés par les missi dominici[e 27]. Charlemagne, couronné en 800 empereur d’Occident, relance les arts libéraux dans l’éducation, et le Palais d’Aix-la-Chapelle accueille une activité intellectuelle et artistique de haut niveau[e 28]. Néanmoins, après la mort de l’empereur, les comtes et les vassaux de celui-ci parviennent peu à peu à rendre leur fonction héréditaire, et les petits-fils de Charlemagne se partagent l’Empire au traité de Verdun (843) ; Charles obtient la Francie occidentale, qui correspond approximativement aux deux tiers occidentaux de la France actuelle et dont les frontières varieront peu jusqu’à la fin du Moyen Âge[e 29]. Le nouveau royaume doit toutefois affronter trois vagues d’invasions différentes aux IXe et Xe siècles, menées par les musulmans, les Vikings et les Hongrois[e 30]. À la même époque, les pouvoirs des anciens comtes continuent d’augmenter tandis que le pouvoir royal diminue[e 31] ; une société féodale se met en place, caractérisée par sa division en trois ordres : le clergé, la noblesse et le Tiers état[e 32].

En 987, Hugues Capet est élu roi par ses pairs, c'est-à-dire les nobles du royaume[N 14] ; la monarchie redevient héréditaire[e 33], et les Capétiens règneront sur la France pendant plus de 800 ans. Néanmoins, les premiers rois capétiens ne contrôlent directement qu’une portion très faible du territoire français, appelée le domaine royal, et certains de leurs vassaux sont beaucoup plus puissants qu’eux[e 34]. Au XIIe siècle, le pouvoir royal commence à s’affirmer contre les princes du royaume, mais doit faire face à partir des années 1150 à la naissance d’un « empire Plantagenêt » regroupant dans un même ensemble l’Angleterre et le tiers ouest de la France[e 35].

Le royaume capétien atteint un apogée au XIIIe siècle, la monarchie reprenant le pouvoir qu’elle avait perdu[e 36] tandis que l’art et la culture française s’affirment en Europe[e 37]. Philippe Auguste (1180-1223) parvient à conquérir l’essentiel des possessions françaises des Plantagenêt, mettant temporairement fin à la menace anglaise et agrandissant considérablement le domaine royal par la même occasion[e 38]. Louis IX (1226-1270) se comporte en arbitre de la chrétienté et participe aux septième et huitième croisades, ce qui l’amènera à être très vite canonisé par l’Église catholique[e 39].

Le XIVe et la première moitié du XVe siècle voient la France plonger dans une crise grave, dont les expressions sont multiples[e 40]. La guerre de Cent Ans, menée contre l’Angleterre et née d’un problème de succession à la tête du Royaume de France, ravage le pays[e 41]. Mais la crise des XIVe et XVe siècles n’est pas seulement politique ou militaire : elle est aussi démographique — la peste noire tue à partir de 1347 au moins un tiers de la population du royaume[N 15] —, sociale — les insurrections paysannes et urbaines se multiplient —, économique et religieuse[e 42]. Néanmoins, si la monarchie est également touchée par cette crise, elle n’en sort que renforcée : le pouvoir central, qui s’est déplacé dans la vallée de la Loire, se dote de nouvelles institutions et met en place une armée et un impôt permanents[e 43].

Renaissance et monarchie (XVIe au XVIIIe siècle)

À partir de 1494, les souverains français mènent de multiples guerres en Italie puis contre l’empereur Charles Quint[35]. Mais les règnes de François Ier (1515-1547) et de son fils Henri II (1547-1559) sont surtout marqués par un renforcement du pouvoir royal, qui tend à devenir absolu[36], et par une Renaissance littéraire et artistique fortement influencée par l’Italie[37].

En 1539, l’ordonnance de Villers-Cotterêts fait du français la langue administrative et judiciaire du Royaume[e 44]. Mais l’unité de la France autour de la personne du roi est bousculée dans la deuxième moitié du XVIe siècle par le problème religieux : entre 1562 et 1598, huit guerres de religion se succèdent entre catholiques et calvinistes[e 45]. Cette crise religieuse se double d’une crise économique et surtout politique[38]. En 1598, le roi Henri IV (1589-1610) donne par l’édit de Nantes une liberté partielle de culte aux protestants[e 46].

Louis XIII (1610-1643) et ses ministres Richelieu et Mazarin doivent faire face à l’opposition de nobles soucieux de reprendre leurs anciens pouvoirs[e 47]. À la même époque, la France mène plusieurs guerres victorieuses (dont la Guerre de Trente Ans) et commence à former un premier empire colonial, principalement en Nouvelle-France, aux Antilles et sur la route des Indes[e 48]. Louis XIV affirme plus que jamais le caractère absolu de son pouvoir[N 16] : le « Roi-soleil » se considère comme le « lieutenant de Dieu sur Terre[e 49] » et fait construire le Château de Versailles, symbole de son pouvoir[e 50]. Il s’entoure d’artistes et de savants, et travaille à l’unité religieuse de son royaume[e 51], en reprenant la persécution des protestants et en révoquant l’édit de Nantes. Malgré la situation financière critique de la monarchie, Louis XIV mène plusieurs guerres face à une Europe coalisée contre lui[e 52], tandis que le marquis de Vauban fait construire un réseau de villes fortifiées aux frontières du Royaume[e 53]. Si ces guerres aboutissent dans un premier temps à des victoires françaises, plusieurs défaites militaires et des famines ternissent la fin de son règne[e 54].

Son arrière-petit-fils Louis XV (1715-1774) mène lui aussi plusieurs guerres, aux résultats contrastés[e 55]. La France abandonne en 1763 au traité de Paris ses possessions en Amérique du Nord, mais acquiert dans la même décennie la Lorraine et la Corse[e 56]. Pendant ce temps, la France connaît une forte vitalité démographique et économique. La croissance de la production agricole s’accompagne d’une proto-industrialisation, notamment dans le secteur textile, mais aussi d'un essor dans les domaines intellectuel et culturel[e 57]. Louis XVI, qui accède au trône en 1774, se révèle incapable de trouver une solution au surendettement de la monarchie et doit convoquer les états généraux en 1788[e 58].

Le siècle des révolutions (1789 - début XXe siècle)

Les délégués envoyés aux États généraux qui s’ouvrent le 5 mai 1789 outrepassent rapidement les pouvoirs qui leur sont attribués, et s’érigent en une Assemblée nationale constituante[e 59]. Le Roi ne peut alors empêcher l’assemblée constituante de décider l’abolition des privilèges dans la nuit du 4 août, puis d’adopter le 26 août la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen[e 60]. Après un essai de monarchie constitutionnelle, la République naît en septembre 1792, et Louis XVI, accusé de trahison, est guillotiné par jugement de la Convention nationale le 21 janvier 1793[e 61]. La France révolutionnaire connaît alors plusieurs années de guerres et d’exécutions, jusqu’à l’instauration du Directoire en 1795[e 62]. C'est le 27 pluviôse An II (15 février 1794), que le drapeau tricolore est instauré par la Convention Nationale, par décret indiquant que ’’le pavillon et le drapeau National seront formés des trois couleurs Nationales disposées en trois bandes égales de manière à ce que le bleu soit attaché à la garde du pavillon, le blanc au milieu et le rouge flottant’’.[39]

Le 9 novembre 1799, le général Napoléon Bonaparte renverse le Directoire par un coup d’État et lui substitue le Consulat ; cinq ans plus tard, il est couronné Empereur des Français[e 63]. Napoléon Ier crée ou réforme de nombreuses institutions[N 17], et ses multiples victoires militaires mettent la moitié de la population européenne sous son contrôle au début des années 1810[e 64]. Le déclin sera néanmoins rapide : après une éphémère abdication puis un bref retour au pouvoir, l’Empereur est définitivement vaincu à Waterloo le 18 juin 1815[e 65].

La France entame alors une seconde expérience de monarchie constitutionnelle, pendant laquelle les rois Louis XVIII (1814-1824) et surtout Charles X (1824-1830) remettent en question une partie des acquis de la Révolution[e 66]. Quelques semaines après avoir conquis Alger, Charles X est renversé en 1830 par les Trois Glorieuses, un mouvement révolutionnaire qui amène sur le trône Louis-Philippe[e 67]. Si ce dernier est alors considéré comme réformateur, la contestation monte bientôt, malgré l’essor économique que connaît la France à cette époque[e 68].

En février 1848, une nouvelle révolution éclate, dont les objectifs ne sont plus seulement politiques mais aussi sociaux[e 69]. L’éphémère Seconde République qui est alors mise en place instaure le suffrage universel masculin, abolit l’esclavage dans les colonies et la peine de mort pour raison politique[e 70], mais est renversée par son président Louis-Napoléon Bonaparte, qui est couronné empereur en 1852[e 71].

Si les premières années du Second Empire sont celles d’un régime autoritaire, Napoléon III entame un tournant libéral en 1860, qui n’empêche pas une montée des oppositions politiques, tandis que le développement industriel et ferroviaire s’accélère[e 72]. La défaite de la France face à une Allemagne en cours d’unification, en 1870-1871, est un double tournant dans l’histoire du pays : l’empereur capitule le 2 septembre 1870 et la République est proclamée le 4, tandis que la Prusse annexe l’Alsace-Lorraine[e 73].

Malgré sa naissance chaotique, la Troisième République est le plus long des régimes politiques qu’a connus la France depuis 1789[e 74]. Les républicains mettent peu à peu en place leur projet politique : l’école est rendue gratuite, laïque et obligatoire en 1881-1882, les libertés de presse et de réunion sont accordées en 1881, le divorce et les syndicats sont autorisés en 1884, et les Églises sont séparées de l’État en 1905[e 75]. À la même époque, la France se dote d’un vaste empire colonial, qui sera le deuxième au monde après celui du Royaume-Uni en 1914[e 76]. Si plusieurs crises politiques se succèdent — crise boulangiste, scandale des décorations, scandale de Panama, affaire Dreyfus —, la menace principale pour la République vient désormais de l’extérieur, où la guerre apparaît de plus en plus imminente[e 77].

La France dans les deux guerres mondiales

Une carte représentant la division du territoire français, durant la Seconde Guerre mondiale, entre une zone libre correspondant à un large tiers sud-est du pays et une zone occupée correspondant au nord du pays et au littoral atlantique.
Durant la Seconde Guerre mondiale, le territoire français était divisé entre une « zone occupée » au nord et une « zone libre » au sud, auxquelles s’ajoutaient d’autres zones de taille plus restreinte au statut spécial.

Par le jeu des alliances, la France entre en guerre au début du mois d’août 1914 contre l’Allemagne, aux côtés du Royaume-Uni et de l’Empire russe[e 78]. La Première Guerre mondiale, qui fait 1,4 million de victimes françaises et entraîne de nombreuses destructions dans le nord-est du pays, se conclut le 11 novembre 1918 en faveur de la Triple-Entente[e 79]. Outre le retour de l’Alsace-Lorraine, la France recevra une partie des réparations allemandes prévues par le traité de Versailles tout en obtenant des garanties de sécurité qui s'éteindront tragiquement en 1940 lors de la nouvelle invasion de la Belgique par l'Allemagne à la suite de la reconstruction de l'armée allemande et de la remilitarisation de la rive gauche du Rhin.

Après quelques années de reconstruction laborieuse, marquée par un effort d'immigration et de productivité pour pallier la pénurie de main-d'œuvre dans les mines, l'acier ou l'automobile, la France peine à retrouver sa vigueur économique d’avant-guerre[e 80], puis vit une forte croissance à partir de 1924. Elle sera touchée bien après la plupart des autres puissances par la crise des années 1930[40]. Mais si cette crise est tardive, elle est durable et profonde. Aux difficultés économiques s’ajoute une crise politique, malgré l’espoir suscité par l’arrivée au pouvoir en 1936 du Front populaire[41]. Finalement, lorsque la France déclare le 3 septembre 1939 la guerre à l’Allemagne nazie, elle sort tout juste de la plus grave crise qu’ait connue la Troisième République[e 81].

Après huit mois sans combats (la « Drôle de guerre »), la Wehrmacht envahit le 10 mai 1940 le nord-est de la France, et le maréchal Philippe Pétain demande l’armistice le 22 juin[e 82]. Ce dernier obtient les pleins pouvoirs le 10 juillet, signant ainsi la fin de la Troisième République et la naissance du Régime de Vichy, qui mène une politique conservatrice, traditionaliste et antisémite et collabore avec le Troisième Reich, malgré l’action de la Résistance à l’intérieur et à l’extérieur du pays[e 83]. Le débarquement allié du 6 juin 1944 en Normandie sonne la fin de l'occupation nazie et le début de la Libération de l’Europe[e 84]. Au total, ce conflit aura tué moins de militaires que le précédent[N 18], mais les victimes civiles sont nombreuses – au moins 330 000 victimes civiles dont 75 000 Juifs installés sur le territoire français qui ont été tués lors de la Shoah[42],[N 19] – et les blessures psychologiques et politiques dues à la débâcle de 1940, à la collaboration puis aux règlements de compte lors de l'épuration, sont longues à cicatriser[e 84].

Depuis la Libération

Une période de renouveau commence alors pour la France[e 85]. Si le Général de Gaulle, chef de la France libre, ne peut empêcher l’adoption d’une constitution proche de celle de la Troisième République, l’après-guerre voit la création de la Sécurité sociale et le droit de vote accordé aux femmes[e 86]. La Quatrième République choisit le camp occidental dans la Guerre froide qui s’ouvre à cette époque, entame la décolonisation de l’Asie et de l’Afrique et participe aux débuts de la construction européenne[e 87]. La France entame dans le même temps une période de forte croissance économique, que l’économiste Jean Fourastié appellera « Trente Glorieuses[e 88],[43] ».

Le 1er juin 1958, lors d’une grave crise politique liée à la guerre d’Algérie, le général de Gaulle est investi Président du Conseil par l’Assemblée Nationale avec pour mission de donner à la République une nouvelle constitution : la Cinquième République donne au président des pouvoirs plus larges face au Parlement[e 89]. Charles De Gaulle poursuit et achève la décolonisation de l’Afrique, et affirme l’indépendance de la France face aux États-Unis[e 90]. À cette fin, Il dotera la France du nucléaire civil et militaire.

Mais la crise étudiante et sociale de mai 1968 met en avant l’archaïsme d’un régime qui semble déconnecté des aspirations de la jeunesse. Cependant de Gaulle réussi à retourner la situation en provoquant la dissolution de l'Assemblée nationale le 30 mai 1968 au terme de laquelle les Français lui donnent une large majorité présidentielle[44]. Le général de Gaulle démissionna en 1969 à la suite de l'échec du référendum sur la réforme du Sénat et de la régionalisation[45]. Toutefois le gaullisme se maintient au pouvoir cinq ans de plus, sous la figure du président de la République Georges Pompidou[e 91].

En 1974 s’ouvre l’ère post-gaulliste, avec l’arrivée d’une personnalité issue du centre, Valéry Giscard d’Estaing, au poste de président[e 92]. Alors que la France entre peu à peu dans la crise des années 1970, les premières années de son mandat sont marquées par plusieurs lois actant les mutations de la société française, comme la loi Veil, qui légalise l’interruption volontaire de grossesse (IVG), ou l’abaissement de 21 à 18 ans de l’âge de la majorité[e 93]. Mais le véritable tournant a lieu en 1981, lorsqu’un président socialiste, François Mitterrand, est élu[e 94]. Face à la situation économique qui s’aggrave, celui-ci tente dans un premier temps une politique de relance[e 95], tout en adoptant des mesures symboliquement fortes comme l’abolition de la peine de mort[46]. Si François Mitterrand est réélu en 1988, la France connaît entre 1986 et 1988 puis entre 1993 et 1995 deux périodes de « cohabitation », situation jusque là inédite où le Président n’appartient pas au même parti que son gouvernement et qui offre une lecture nouvelle des institutions[e 96]. Cette situation se reproduit entre 1997 et 2002, mais de façon inversée, alors qu’un président de droite, Jacques Chirac, a été élu en 1995, et que des élections législatives de 1997 ont amené le socialiste Lionel Jospin à la tête du gouvernement[e 97]. La France adopte dans le même temps la monnaie unique européenne[47].

L’élection présidentielle de 2002 est marquée par une surprise électorale, avec l’élimination de Lionel Jospin dès le premier tour au profit de Jean-Marie Le Pen, candidat de l’extrême droite[48]. Jacques Chirac est alors logiquement réélu[48], et les gouvernements Raffarin puis Villepin sont marqués par l’opposition de la France à la guerre d'Irak[49], le « non » au référendum sur la ratification du traité établissant une constitution pour l’Europe[50] et les émeutes urbaines de novembre 2005[51]. Si Nicolas Sarkozy, président à partir de 2007, dirigeait le parti de son prédécesseur au moment de son élection et était membre de son gouvernement, la politique qu’il mène se veut de « rupture[52] ». Le gouvernement « d’ouverture » que François Fillon forme avec des personnalités issues non seulement de la droite, mais aussi du centre et de la gauche[52], doit cependant faire face à la crise économique venue en 2008-2009 des États-Unis[53]. Le 6 mai 2012, le socialiste François Hollande est élu président de la République. Au terme de débats houleux et de virulentes polémiques, une loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe est adoptée le 15 mai de l'année suivante.

Politique et administration

Article détaillé : Régime républicain en France.

La France est une démocratie libérale, dont le gouvernement a la forme d’une république. Les fondements de l’organisation politique et administrative actuelle de la France ont été fixés en 1958 par la Constitution de la Cinquième République. Selon l’article premier de cette constitution, « la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale ». Depuis 2003, ce même article affirme en outre que « son organisation est décentralisée ».

Organisation des pouvoirs

Article détaillé : Cinquième République.
Un organigramme des institutions de la Cinquième République, reproduisant et enrichissant le fonctionnement décrit ci-dessus.
Organigramme des institutions de la Cinquième République.

L’organisation des pouvoirs en France est définie par la constitution de 1958, amendée à plusieurs reprises[k 1] ; le rôle de chaque institution est cependant défini tant par la pratique observée depuis 1958 que par le texte de la Constitution[k 1]. La France possède un régime politique original par le large pouvoir dont disposent à la fois le Parlement et le Président de la République, ce qui a amené les constitutionnalistes à parler de « régime parlementaire présidentialisé », de « régime semi-présidentiel » ou encore de « régime parlementaire bireprésentatif[N 20] ».

Le pouvoir législatif appartient au Parlement, formé de deux chambres, l’Assemblée nationale et le Sénat[k 2]. L’Assemblée nationale, chambre basse du Parlement, est formée de 577 députés en 2011[54], élus pour cinq ans au suffrage universel direct au scrutin uninominal majoritaire à deux tours dans des circonscriptions découpées au sein des départements[k 3]. L’Assemblée nationale a le dernier mot en cas de désaccord prolongé avec le Sénat sur l’adoption d’une loi[k 4]. Ce dernier est formé en 2011 de 348 sénateurs[55] élus pour six ans par 150 000 grands électeurs (principalement des élus locaux)[56] et est de ce fait considéré comme moins représentatif que l’Assemblée nationale[k 5].

Le pouvoir exécutif appartient en premier lieu au Président de la République[k 6], élu pour cinq ans[57] au suffrage universel direct au scrutin uninominal majoritaire à deux tours[k 7]. Le Président de la République est le chef de l’État et le chef des armées, il promulgue les lois et peut dissoudre l’Assemblée nationale[k 8]. Il nomme le Premier ministre, et, sur proposition de celui-ci, les membres du gouvernement[k 9]. Le gouvernement peut être renversé par une motion de censure adoptée par l’Assemblée nationale[k 4]. Lorsque la majorité parlementaire et le Président n’appartiennent pas au même parti politique, on parle alors de cohabitation[k 2].

Le pouvoir judiciaire, quant à lui, est séparé des deux autres, bien que le Président de la République dispose d’un droit de grâce[58]. Il est lui-même subdivisé entre un ordre administratif, dont la plus haute juridiction est le Conseil d’État, et un ordre judiciaire, dont la plus haute juridiction est la Cour de Cassation[k 10]. Le droit français, de tradition romano-civiliste[59], stipule que tout accusé, avant d’être condamné, est présumé innocent, et qu’une affaire peut être rejugée en appel sur demande d’une des parties[N 21],[60].

La conformité des lois à la Constitution, la régularité des scrutins et, plus largement, le respect des institutions sont contrôlés par le Conseil constitutionnel[k 11].

Découpage territorial et décentralisation

Corse Languedoc-Roussillon Provence-Alpes-Côte d'Azur Rhône-Alpes Bourgogne Franche-Comté Alsace Lorraine Champagne-Ardenne Midi-Pyrénées Aquitaine Limousin Auvergne Poitou-Charentes Centre Pays de la Loire Bretagne Basse-Normandie Haute-Normandie Île-de-France Picardie Nord-Pas-de-Calais Cliquez pour avoir accès aux métadonnées de l'image : auteur, licence
Carte des régions de France métropolitaine.

La France métropolitaine est divisée en de multiples collectivités territoriales, de trois niveaux, la commune, le département et la région. Ces collectivités territoriales sont en même temps des circonscriptions administratives dans lesquelles l’État intervient au travers de ses services déconcentrés. Les communes, au nombre de 36 570 en métropole au 1er janvier 2009[I 5], correspondent généralement au territoire d’une ville ou d’un village ; elles sont dirigées par un conseil municipal[k 12], qui élit un maire, à la fois agent de la collectivité territoriale et représentant de l’État dans la commune[k 13]. Depuis les années 1990, la coopération entre les communes a été renforcée par l’émergence d’établissements publics de coopération intercommunale, dont le rôle s’accroit[k 14]. Les départements, créés pendant la Révolution française[k 15], sont aujourd’hui au nombre de 96 en métropole où ils sont dirigés par un conseil général, dont les membres sont élus au sein des cantons[k 16], l’État y étant représenté par un préfet[k 17]. Quant aux 22 régions de métropole, dont l’existence est plus récente[k 17], elles sont dirigées par un conseil régional[k 18], et l’État y est représenté par un préfet de région[k 12]. À ces collectivités territoriales s’ajoutent d’autres divisions territoriales de la France, tels que le canton, l’arrondissement ou plus récemment le pays, mais elles ne possèdent pas de dirigeants élus[N 22].

Comparée à ses voisins européens, la France a longtemps été marquée par une forte centralisation politique, les collectivités territoriales disposant de pouvoirs relativement faibles[k 15]. Néanmoins, cette situation a beaucoup évolué depuis le début des années 1980, d’abord en 1982-1983 avec les lois Defferre, puis en 2002-2004 sous le gouvernement Raffarin[61]. En 2010, les compétences des collectivités territoriales sont nombreuses, et concernent notamment les établissements scolaires, les transports, le développement économique et l’action sociale[62]. Néanmoins, la superposition de multiples échelons et la limite souvent floue entre les compétences des différentes collectivités territoriales est la source de débats sur l’avenir de la décentralisation, sur lequel le gouvernement Fillon s’est penché entre 2008 et 2010[63].

France d’outre-mer

Une carte de la France d’outre-mer, montrant que la France est présente dans tous les océans.
France métropolitaine et d’outre-mer (bleu)
Un diagramme montrant l’évolution des pourcentages des suffrages exprimés obtenus par chaque courant politique au premier tour de chaque élection présidentielle de 1965 à 2007. On peut notamment observer une diminution de l’influence des centristes et une hausse de celle de l’extrême-droite, même si ces deux tendances ont été nuancées lors de l’élection de 2007.
Diagramme représentant le pourcentage des suffrages exprimés obtenu par chaque courant politique au premier tour de chaque élection présidentielle de 1965 à 2012[N 23],[64].
  •      Communistes, extrême gauche
  •      Socialistes, divers gauche
  •      Écologistes
  •      Centristes
  •      Droite
  •      Extrême droite
  •      Divers
Article détaillé : France d’outre-mer.

Les territoires français situés hors d’Europe, qui correspondent à d’anciennes colonies restées françaises, sont quant à eux soumis à des régimes administratifs et juridiques très différents les uns des autres[65]. Ces territoires, dont la situation économique est globalement moins bonne que celle de la métropole, bénéficient de nombreuses aides de l’État[66].

La Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, La Réunion et depuis 2011 Mayotte[N 24] sont à la fois des départements et des régions d’outre-mer, au statut similaire à celui des départements et régions métropolitaines, bien que les lois françaises puissent prévoir des dispositions spécifiques les concernant[67]. Ces départements, sauf Mayotte, font partie des régions ultrapériphériques de l’Union européenne, et sont soumis à la législation européenne[68].

En revanche, les autres territoires français d’outre-mer, à l’exception des collectivités de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin, ne font pas partie de l’Union européenne, bien que leurs habitants disposent de la citoyenneté européenne[69]. Il s’agit tout d’abord des cinq collectivités d’outre-mer, aux statuts très variés, la Polynésie française, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon et Wallis-et-Futuna[70]. Bien que l’État y conserve certaines prérogatives exclusives, elles sont soumises en grande partie à une législation spécifique et bénéficient de la spécialité législative[65]. La Nouvelle-Calédonie, de son côté, est une collectivité territoriale sui generis, à l’autonomie très poussée, et où un référendum sur l’indépendance doit être organisé entre 2014 et 2018[71]. Enfin, les Terres australes et antarctiques françaises et l’île de Clipperton, qui n’accueillent aucun habitant permanent, sont gérées directement par l’État ou son représentant[71],[72].

Tendances politiques, partis et élections

Sans être comparable au système américain, le système politique français, et notamment le suffrage uninominal majoritaire qui prévaut lors des élections présidentielles et législatives, tend à une bipolarisation ou à une tripolarisation de la vie politique[n 3]. Par conséquent, on observe depuis les débuts de la Cinquième République une tendance au regroupement des partis avec de fréquents retours en arrière[k 19], et l’audience des principaux partis tend à diminuer au profit des petites formations[N 25]. Le paysage politique français a connu trois évolutions majeures depuis les années 1980 : la chute de l’audience du Parti communiste français[n 4], la baisse progressive de l’électorat centriste et la hausse du vote pour des partis d'extrême droite[n 3]. Ces deux dernières évolutions ont cependant été en partie contredites lors de récents scrutins. Par ailleurs, l’abstention concerne un nombre de plus en plus élevé d’électeurs[73].

Depuis les années 1990, les deux principaux partis français sont l’Union pour un mouvement populaire (UMP) — Rassemblement pour la République (RPR) avant 2002 — et le Parti socialiste (PS)[74]. L’Union pour un mouvement populaire est un parti de droite et de centre-droit[75], membre du Parti populaire européen. Le Parti socialiste est un parti de gauche et de centre-gauche[75], membre du Parti socialiste européen. En 2012, le Président de la République, le Premier ministre, la plupart des ministres, des députés, des sénateurs et des présidents de conseils régionaux ou généraux en sont membres. De nombreux autres partis participent à la vie politique de la France : les plus importants sont le Front national (FN, droite nationaliste), l'Union des démocrates et indépendants (UDI, centre-droit), le Mouvement démocrate (MoDem, centre), le Parti radical de gauche (centre-gauche), Europe Écologie Les Verts (écologistes)[N 26],[n 5] et le Front de gauche (gauche antilibérale).

Dirigeants actuels

Le 6 mai 2012, à l'issue de l'élection présidentielle française de 2012, François Hollande est élu président de la République face au président sortant, Nicolas Sarkozy. Il prend ses fonctions le 15 mai 2012[76] et nomme le jour même Jean-Marc Ayrault au poste de premier ministre. Depuis le 31 mars 2014, le gouvernement en place est le gouvernement Manuel Valls, à la suite de la nomination de l'ex-ministre de l'Intérieur au poste de Premier Ministre.

Gérard Larcher est président du Sénat depuis octobre 2014, et Claude Bartolone président de l'Assemblée nationale depuis juin 2012.

Finances publiques

En France, les prélèvements obligatoires représentaient 44,4 % du PIB en 2006[a 1], le sixième taux le plus élevé parmi les pays membres de l’OCDE[a 1], et ce taux a tendance à augmenter[a 2]. Les cotisations sociales représentent près de 38 % du total, dix points de plus que la moyenne des pays de l’OCDE[a 3] ; à l’inverse, la France est le pays développé où les impôts sur le revenu et sur les sociétés représentent la part la plus faible du total des prélèvements obligatoires[a 4].

Malgré le taux élevé des prélèvements obligatoires, les dépenses publiques les dépassent nettement, totalisant 53,9 % du PIB en 2006[a 5]. Dès lors, le déficit public est élevé, atteignant 2,7 % du PIB en 2007[I 6] et même 7,9 % en 2009 du fait de la conjoncture économique[77]. La dette publique de la France, quant à elle, atteignait 1 457,4 milliards d’euros fin 2009, soit 75,8 % du PIB[I 7], contre 20,7 % en 1980[a 6]. La France est néanmoins tenue de respecter les critères du Pacte de stabilité et de croissance de la zone euro, qui limite le déficit budgétaire à 3 % du PIB et la dette publique à 60 % du PIB[a 7].

Ici sont visibles deux diagrammes : le premier montre la répartition des recettes fiscales de l’État par impôt et permet d’observer la prépondérance de la Taxe sur la valeur ajoutée, de la Contribution sociale généralisée, de l’Impôt sur le revenu des personnes physiques et de l’Impôt sur les sociétés ; le deuxième permet d’observer le poids des prélèvements obligatoires dans le PIB, et leur répartition, principalement au bénéfice de la Sécurité sociale et de l’État.
Répartition des prélèvements obligatoires et des bénéficiaires institutionnels en 2007 (sources[78] et précisions[N 27]).

Protection sociale

Depuis sa création en 1945[a 8], la Sécurité sociale est au cœur du système de protection sociale français, bien que l’État, les collectivités territoriales et les mutuelles aient également un rôle important[a 9]. Le maintien des régimes de protection sociale dont disposaient certaines professions avant 1945 explique la grande complexité du système[a 10], qui ne compte pas moins de 120 régimes de base et 1 200 régimes complémentaires[a 11]. Le régime général de la Sécurité sociale, qui compte de loin le plus grand nombre d’affiliés[a 10], est divisé en quatre branches correspondant aux quatre risques majeurs, la maladie, les accidents du travail et maladies professionnelles, les risques liés à la vieillesse et la famille[a 10]. Si cette protection sociale ne concernait dans un premier temps que les personnes actives, elle s’est peu à peu étendue à toute la population active comme inactive dans beaucoup de domaines, par exemple lors de la création de la couverture maladie universelle (CMU) en 1999[a 8]. En outre, à la fin des années 1990, six millions de personnes dépendaient des minima sociaux[d 1].

Les prestations sociales sont principalement financées par les cotisations sociales versées par les actifs (65,5 % du total en 2005[a 12]), mais aussi — et de plus en plus — par l’État et les collectivités territoriales[a 12]. En 2005, les dépenses de protection sociale — au sens le plus large du terme[N 28] — représentaient près de 30 % du PIB et plus de 45 % du revenu disponible ajusté des ménages[a 13]. Malgré les efforts menés par les gouvernements successifs pour maîtriser les dépenses sociales[a 14], celles-ci augmentent rapidement[a 15], du fait notamment de l’augmentation des dépenses de santé des ménages[a 16] et du vieillissement de la population[a 17] — le rapport actifs sur inactifs de plus de 60 ans, qui était de 3 en 1970, devrait atteindre 2,07 en 2010 et 1,36 en 2050 en métropole, selon l’Insee[a 18]. Enfin le fort taux de chômage, persistant, contribue à l’augmentation du déséquilibre car les chômeurs ne cotisent pas. Les dépenses sociales expliquent à elles seules la quasi-totalité de la progression des dépenses publiques (en pourcentage du PIB) depuis 1960[a 19], et la Sécurité sociale affiche en 2009 un déficit de 23,5 milliards d’euros[79].

Défense

Une photographie représentant des soldats français engagés dans l’opération Tempête du désert en 1991.
Forces françaises engagées dans l’opération Tempête du désert en 1991.
Article détaillé : Forces armées françaises.

La France a le troisième budget de la Défense au monde selon l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, derrière les États-Unis et la Chine[80], et fait partie des cinq pays qui sont juridiquement reconnus comme « États dotés de l’arme nucléaire » par le traité sur la non-prolifération des armes nucléaires[81]. L’Armée française est, avec celle du Royaume-Uni, l’une des plus dotées financièrement en Europe[82]. La France lui consacre 2,5 % de son PIB (soit un budget de 39 milliards d’euros en 2010[83]), là où ses homologues européens (hors Royaume-Uni et Grèce) y consacrent 1,5 % de leur PIB en moyenne[82].

Les forces militaires sont divisées en quatre armées principales : l’Armée de terre, la Marine nationale, l’Armée de l’air et la Gendarmerie nationale[84].

Depuis 1996, l’Armée est devenue professionnelle et le service militaire obligatoire a été remplacé par une Journée défense et citoyenneté mixte[85]. D’une capacité d’environ 350 000 hommes[84], elle est déployée à travers le monde, dans des pays comme l’Afghanistan, le Liban, le Tchad, la Côte d’Ivoire et le Kosovo[86], mais aussi en vertu de traités internationaux à Djibouti, au Sénégal[N 29] et au Gabon[87], sans oublier les troupes positionnées dans la France d’outre-mer[88]. Elle mobilise en outre plus de 1 000 hommes dans le cadre du plan Vigipirate[89].

Appartenance à des organisations internationales

Schéma des pouvoirs exécutif et législatifs Français depuis le traité de Lisbonne

La France est un des membres fondateurs de l’Union européenne, de l’espace Schengen et de la zone euro. Elle est également un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies. Enfin, elle est membre de multiples organisations internationales, comme l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), l’Organisation mondiale du commerce (OMC), l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le G8, le G20, l’Organisation internationale de la francophonie, etc.

Depuis 1945, quelle que soit la majorité au pouvoir, l’Europe est un axe majeur de la politique étrangère française. Deux des sept Pères de l’Europe, Jean Monnet et Robert Schuman, sont français[90],[91] ; l’un des objectifs était alors d’éviter une nouvelle guerre mondiale en facilitant la réconciliation franco-allemande[92]. Néanmoins, le positionnement de la France et des Français vis-à-vis de l’Europe a souvent été ambigu : du rejet par l’Assemblée nationale du traité créant la Communauté européenne de défense en 1954[93] à celui par référendum du traité établissant une constitution pour l’Europe en 2005[50], les coups d’arrêt français à la construction européenne ont été nombreux.

Depuis le traité de Maastricht en 1992, les domaines dans lesquels l’Union européenne a compétence exclusive sont de plus en plus nombreux[k 20]. Une grande partie du droit applicable en France est en 2010 d’origine européenne[k 21], d’autant plus que le droit européen prime sur le droit national[k 22],[d 2]. La France, puissance moyenne, ne peut peser sur la scène mondiale dans beaucoup de domaines que grâce à l’Union européenne[d 3]. L’unification du marché européen et l’instauration d’une monnaie unique en 1999 ont entraîné de profondes mutations de l’économie française[d 4], dont le caractère bénéfique fait débat[d 5],[94]. Même si a France est le premier bénéficiaire de la Politique agricole commune[95], elle fait partie des pays contributeurs net au budget de l'Union européenne[96].

Politique étrangère et diplomatie

Depuis la présidence du général de Gaulle (1958-1969), la politique étrangère de la France est caractérisée par une volonté d’indépendance, notamment vis-à-vis des États-Unis[97], ce qui s’est traduit par la mise au point par la France d’armes nucléaires et par le retrait de la France du commandement intégré de l’OTAN de 1966 à 2009[97]. La France est vue des années 1960 au début des années 2000 comme un allié du monde arabo-musulman, critique vis-à-vis de la politique de l’État d’Israël[98].

Le réseau des représentations diplomatiques de la France est le deuxième du monde[99], avec actuellement 156 ambassades et 97 postes consulaires répartis sur les cinq continents[99].

La France mène une politique active d’aide aux pays en voie de développement, notamment d’Afrique[N 30],[100]. L’aide publique au développement représente 0,39 % du revenu national brut français en 2007, un des taux les plus élevés d’Europe occidentale[101].

Symboles républicains

Le logotype du gouvernement français, adopté en 1999.
Le logotype du gouvernement français, adopté en 1999.
Article détaillé : Emblèmes de la France.

Selon la constitution de la Cinquième République, la France possède plusieurs emblèmes, datant pour l’essentiel de la Révolution française. Le drapeau de la France est constitué de trois bandes verticales d’égale largeur, de couleurs bleu, blanc et rouge[102]. L'hymne national est la Marseillaise[102], un chant composé par Rouget de Lisle pendant la Révolution française et parfois critiqué depuis pour la violence de son texte[103]. Enfin, la République française a pour devise les trois mots « Liberté, Égalité, Fraternité[102] ».

En outre, plusieurs symboles officieux existent pour représenter la France. En particulier, le buste de Marianne, une femme portant le bonnet phrygien, orne les mairies, et son visage est représenté sur les timbres-poste et les faces françaises des centimes d’euro[N 31],[104].

Depuis 1999, le gouvernement français s’est doté d’un logotype rappelant le drapeau et la devise du pays, ainsi que la figure de Marianne. Ce logo figure en entête de tous les documents publiés par l'administration française.

Population et société

Démographie

Évolution de la population de la France métropolitaine depuis 1801, comparée aux populations allemande et britannique (base 100 = 1800 ou 1801)[105].

D'après l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), 66 millions de personnes vivent en France au 1er janvier 2014 (hors COM et Nouvelle-Calédonie), dont 63,9 millions en métropole et 2,1 millions dans les départements d’outre-mer (y compris Mayotte)[I 1]. Si on inclut également les 600 000 habitants des collectivités d’outre-mer (Polynésie française, Saint-Pierre-et-Miquelon, Wallis-et-Futuna, Saint-Martin et Saint-Barthélemy) et de Nouvelle-Calédonie, la population de l’ensemble des territoires français atteint 66,6 millions, soit environ 1 % de la population mondiale[106]. Un recensement national général était organisé à intervalles réguliers depuis 1801, mais depuis janvier 2004, le recensement est réalisé tous les ans dans les communes de 10 000 habitants ou plus, hors collectivités d’outre-mer, et tous les cinq ans ailleurs[I 8].

Après avoir été relativement faible au XIXe et au début du XXe siècle — la France a connu une transition démographique rapide et peu marquée[i 3] —, la croissance démographique de la France est devenue l’une des plus fortes d’Europe, combinant un taux de natalité supérieur à la moyenne européenne (821 000 naissances en 2009 contre 536 000 décès) et un solde migratoire positif (environ 71 000 individus en 2009) : la population de la France s’est accrue de 0,54 % en 2009[I 9].

En 2010, le taux de fécondité en France est d'environ 2,01[107] et 27,3 % des nouveau-nés en métropole avaient au moins un parent né à l'étranger dont 23,9 % un parent né hors de l'Union européenne[108].

En outre, la pyramide des âges voit depuis le début du XXIe siècle sa structure évoluer. La part de la population la plus âgée augmente, en raison à la fois de la progression de l’espérance de vie (la France jouit d’une des plus grandes espérances de vie au monde[N 32]) et de l’arrivée au troisième âge de la génération du baby boom — phénomène communément appelé le papy boom. La proportion des plus de 60 ans dans la population française est ainsi passée de 17 à 22 % entre 1980 et 2009, et devrait dépasser le tiers en 2050 selon l'Insee[i 4].

Immigration, population étrangère et minorités visibles

Article détaillé : Immigration en France.

Selon la démographe Michèle Tribalat, 14 millions de personnes (soit un quart de la population française) en 1999 avaient au moins un parent ou un grand-parent immigré[i 5]. Gérard Noiriel estimait en 2002 cette proportion à environ un tiers si l'on remonte jusqu'aux arrière-grands parents[109].

En 2010, la France accueille, selon la définition internationale des Nations unies (« personne née dans un autre pays que celui où elle réside »), 7,2 millions d’immigrés soit 11,1 % de la population dont 5,1 millions (7,8 %) nés hors de l'Union européenne. Elle se classe au sixième rang mondial, derrière les États-Unis (42,8 millions), la Russie (12,3), l'Allemagne (9,8), l'Arabie saoudite (7,3), le Canada (7,2) mais elle devance en revanche le Royaume-Uni (7,0), l'Espagne (6,4) et l'Italie (4,8)[110],[111]. La France également est l'un des pays de l'Union européenne qui compte proportionnellement le plus de personnes issues de l'immigration (1re et 2e générations) parmi les personnes âgées de 25 à 54 ans avec 13,1 % d'immigrés et 13,5 % d'enfants d'au moins un immigré, soit un total de 26,6 %, devant notamment le Royaume-Uni (24,4 %), les Pays-Bas (23,5 %), la Belgique (22,9 %), l'Allemagne (21,9 %) et l'Espagne (20,2 %)[112].

Selon la définition française, plus restrictive (nés étrangers hors du territoire), la France métropolitaine comptait en 2008, 5,3 millions d’immigrés, soit 1 100 000 de plus qu’en 1999 et 8,3 % de la population totale. 40 % d’entre eux avaient la nationalité française, qu’ils ont pu acquérir par naturalisation ou par mariage. Les immigrés sont principalement originaires de l'Union européenne (34 %), du Maghreb (30 %), d'Asie (14 %, dont le tiers de la Turquie) et d'Afrique subsaharienne (11 %)[113],[114]. Les enfants d’immigrés, descendants directs d’un ou de deux immigrés, représentaient, en 2008, 6,5 millions de personnes, soit 11 % de la population. Trois millions d’entre eux avaient leurs deux parents immigrés. Au total, immigrés et enfants d'immigrés (seconde génération) sont au nombre de 11,8 millions en 2008, soit 19 % de la population (dont un peu plus de 5 millions d'origine européenne et 4 millions d'origine maghrébine)[115],[114],[I 10].

Les immigrés perçoivent des revenus inférieurs d’un tiers en moyenne à ceux des non-immigrés[i 6] ; ils sont deux fois plus nombreux à ne pas être diplômés[i 6] et trois fois plus nombreux à vivre sous le seuil de pauvreté[i 6]. Toutefois, à situation sociale égale, leur formation scolaire et leurs revenus sont proches de ceux des Français nés en France[i 7].

Les populations d’origine immigrée, et celles qui appartiennent à des minorités visibles, sont parfois victimes de discriminations en France[i 8]. Pour des raisons indéterminées et sujettes à débats, une partie de cette population se tourne vers le fondamentalisme religieux[i 9]. Pourtant, on assiste à une certaine convergence des modes de vie des populations immigrées et des Français de longue date[i 10].

Famille, sexualité et égalité des sexes

La France est en 2009 le pays le plus fécond d’Europe après l’Islande et l’Irlande[116], avec une descendance finale des femmes nées en 1959 de 2,12 enfants et un indicateur conjoncturel de fécondité de 1,99 enfant par femme (1,98 en France métropolitaine)[I 11].

Les mutations qu’a connues la famille en France entre les années 1960 et les années 2000 sont aussi nombreuses que profondes. Les naissances sont dans la majeure partie des cas voulues, en raison du développement de la contraception et de l’avortement — plus de 200 000 interruptions volontaires de grossesse sont pratiquées chaque année en France[I 12]. Une partie grandissante des couples préfère au mariage l’union libre, le concubinage, ou le Pacte civil de solidarité (PACS), un contrat d’union plus souple que le mariage[i 11]. Quant aux divorces, leur nombre a été multiplié par 3,2 entre le début des années 1970 et la fin des années 2000[i 12].

Quant aux différentes formes d’altersexualité, elles sont dans l’ensemble acceptées en France, même si la loi précède souvent les mentalités dans la tolérance vis-à-vis des minorités sexuelles[N 33],[i 13]. Le mariage des couples de même sexe, ainsi que l'adoption d'enfants par ces mêmes couples, est légale en France depuis le 18 mai 2013[117].

Si la place des femmes dans la société française a beaucoup évolué au cours du XXe siècle, favorisées à la fin du siècle par de nombreuses lois contre les discriminations qu’elles subissent, la France est en 2009 loin de l’égalité hommes-femmes[i 14]. Pour un emploi à temps plein, les femmes touchent en 2008 un salaire en moyenne 19 % inférieur à celui des hommes, et la discrimination salariale pure serait de 6 à 7 % selon le ministère de l'Emploi[N 34],[i 15]. Quant aux fonctions de décision, les femmes y accèdent peu : elles ne dirigent que 8 % des entreprises de plus de 200 salariés[i 16], et ne représentent que 18,5 % des députés élus en 2007 et 13,1 % des conseillers généraux élus en 2008[i 16].

Langues

Le français est la langue très majoritairement parlée en France, et est officiellement « la langue de la République » depuis la loi constitutionnelle de 1992. La France est le deuxième pays francophone le plus peuplé du monde, après la République démocratique du Congo[118], mais le premier en termes de locuteurs. La France mène une politique linguistique active en faveur du français[119]. Celle-ci peut être visible entre autres au sein de l'Organisation internationale de la francophonie dont la France fait partie de même qu'au sein de l'Assemblée parlementaire de la francophonie dont la France fait aussi partie.

Les villes du Havre, Lyon, Strasbourg, Bordeaux, Lille, Marseille, Nantes, Paris, Saint-Denis de La Réunion, Tours, les villes associées d'Angoulême, Nice et Poitiers, les membres associés que sont la communauté d'agglomération Évry Centre Essonne et la communauté urbaine de Bordeaux de même que l'Association des communes et collectivités d'Outre-Mer sont membres de l'Association internationale des maires francophones.

Selon un rapport du linguiste Bernard Cerquiglini 1999, soixante-quinze autres langues, autres que le français, sont parlées en France, en comptant les langues régionales, les langues issues de l’immigration et les dialectes parlés dans l'outre-mer[120].

Religions

Article détaillé : Religion en France.

Depuis la loi du 9 décembre 1905, les Églises sont strictement séparées en droit de l’État en France. « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte […][121] », exception faite en Alsace-Moselle où le culte catholique, deux cultes protestants et le culte israëlite sont reconnus[122]. La religion catholique est également toujours reconnue dans certains départements et territoires d'outre-mer. La notion de laïcité et la réglementation qui en découle sont l’objet de débats comme, en 2003-2004, au sujet de la loi française sur les signes religieux dans les écoles publiques[123].

La France, est un pays de tradition catholique ancienne, mais où le poids de l’Église a considérablement diminué. Seules 51 %[124] à 64 %[125] des personnes interrogées se déclaraient catholiques lors de sondages publiés en 2007, et une large part de la population se dit agnostique, athée ou sans religion. De plus, d’autres religions sont présentes dans des proportions moins importantes, notamment le judaïsme depuis l’Antiquité, différentes branches du protestantisme depuis la Réforme et l’islam depuis l’arrivée en France d’immigrés du Maghreb et du Moyen-Orient au XXe siècle. Diverses religions chrétiennes (Église néo-apostolique, Église apostolique arménienne, gallicanisme, mormons, Témoins de Jéhovah, mennonitisme…) ou non chrétiennes (hindouisme, bouddhisme, bahaïsme, alévisme…) sont également présentes sur le territoire national.

Par principe, l’État français s’interdit les recensements à caractère religieux ou philosophique ; les estimations du poids de chaque confession, de l'athéisme et de l'agnosticisme restent imprécises et difficiles à réaliser. Toutefois, plusieurs instituts réalisent régulièrement des sondages pour évaluer l'appartenance religieuse des Français.

Au-delà de ces valeurs, la perte d’influence des religions est un aspect majeur de l’évolution de la société française aux XIXe et XXe siècles. Près de 80 % des hommes et 70 % des femmes qui se disent d’origine catholique n’assistent jamais à un service religieux[i 17]. Même chez les catholiques les plus fervents, l’obéissance aux préceptes de l’Église diminue : 31 % des pratiquants assidus ayant eu des enfants entre 1995 et 2004 les ont eus hors mariage[i 18]. En 2006 un peu plus du quart de la population dit « croire en un dieu » alors que plus de 60 % se déclarent athées ou agnostiques[126].

Souhaitant « conscientiser l'opinion au-delà de la sphère pratiquante habituelle », la Conférence des évêques de France a proposé pour la fête de l'Assomption 2012 une prière pour la France[127].

Éducation

Article détaillé : Système éducatif français.
Organisation de l’enseignement supérieur français.
Organisation de l’enseignement secondaire français.

En France, l’instruction est obligatoire de six à seize ans, et l’école publique est laïque et gratuite[i 19]. Si la formation et la rémunération des enseignants, ainsi que le choix des programmes, sont du ressort de l’État, la gestion des établissements scolaires primaires et secondaires est du ressort des collectivités territoriales[N 35],[128].

L’enseignement primaire se déroule en deux phases. L’école maternelle, qui accueille les très jeunes enfants, se donne pour but leur éveil, leur socialisation et la mise en place des outils fondamentaux que sont le langage et le nombre[129]. Puis, vers l’âge de six ans, les enfants sont accueillis par l’école élémentaire, dont les premiers objectifs sont l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et du calcul, et l’éducation civique[130].

L’enseignement secondaire se déroule lui aussi en deux cycles. Le premier est dispensé au collège et aboutit au diplôme national du brevet[131]. Le deuxième est dispensé au lycée et aboutit à des examens finaux et nationaux : le baccalauréat (professionnel, technologique ou général) et le certificat d’aptitude professionnelle (CAPA dans l’enseignement agricole)[132].

L’enseignement supérieur français présente la particularité de faire cohabiter les universités et le système des grandes écoles, où l’on entre généralement par concours à l’issue des classes préparatoires[133]. Les enseignements supérieurs pour le brevet de technicien supérieur et les classes préparatoires aux grandes écoles sont dispensés dans des lycées[133] ou dans des établissements privés. Les Grandes écoles sont souvent considérées comme à la fois plus performantes et plus élitistes que les universités.

Par ailleurs, près de 17 % des élèves de l’enseignement primaire et secondaire sont scolarisés dans des établissements privés[134], la plupart sous contrat d’association avec l’État et souvent confessionnels.

La France a connu depuis la Libération un élargissement considérable de la scolarisation. En 1936, moins de 3 % d’une classe d’âge obtenait le baccalauréat ; ce pourcentage est passé à 30 % en 1985 et 60 % en 1995[i 19]. Néanmoins, cette démocratisation de l’enseignement ne supprime pas les inégalités sociales : 25 % des enfants d’ouvriers nés entre 1974 et 1978 sont diplômés de l’enseignement supérieur, contre 77 % des enfants de cadres[i 20]. Ces inégalités sont encore plus fortes dans les grandes écoles : seuls 2,9 % des étudiants admis à l’École nationale d’administration en 2008 avaient un parent ouvrier[i 21].

Selon le programme PISA de comparaison des systèmes éducatifs nationaux, les résultats du système éducatif français sont décevants par rapport aux autres États membres de l’OCDE[135], en particulier par l'accroissement des inégalités depuis l'enquête PISA de 2003. Malgré les plans de prévention, l’illettrisme touche 3,1 millions de personnes, soit 9 % de la population âgée de 18 à 65 ans ayant été scolarisée en France[136].

Santé

Article détaillé : Système de santé français.

Le système de santé français est en grande partie financé par la branche maladie de la sécurité sociale. Le nombre de médecins pour 1 000 habitants était de 3,22 en 2008, un des taux les plus élevés au monde[137]. Les Françaises et les Français bénéficient également d’une des espérances de vie les plus longues du monde[i 22], même si le taux de mortalité prématurée (avant 65 ans) est élevé[i 23]. Les dépenses de santé par habitant étaient de 4 719 $ par an en 2008[138], ce qui place la France au-dessus de ses grands voisins européens, mais en dessous de la Suisse, de la Norvège, du Danemark, du Luxembourg, et des États-Unis. De 1950 à 2006, la dépense consacrée aux soins et aux biens médicaux est passée de 2,5 à 8,8 % du PIB[i 24].

Néanmoins, la santé des habitants de la France n’est pas optimale dans tous les domaines. Malgré la chute de la consommation de vin depuis les années 1960[i 24], les Français demeurent les seconds consommateurs d’alcool d’Europe occidentale, après les Irlandais[i 23]. 29 % des 18-75 ans fumaient quotidiennement en 2005, malgré les intenses campagnes de lutte contre le tabagisme[i 25]. Quant aux drogues illicites, la plus consommée est le cannabis : 39 % des hommes de 18 à 25 ans en auraient consommé en 2005, selon l'Observatoire français des drogues et toxicomanies[i 25].

De plus, la France est un des pays d’Europe qui connaît le plus de troubles dépressifs[i 26]. La France est le plus gros consommateur d’antidépresseurs en Europe[i 26], et l’un des pays européens où le taux de suicide est le plus élevé[i 23].

Médias

Audiences TF1 (bleu foncé), France 2 (rouge), France 3 (bleu clair) et M6 (jaune)

En France, c’est la loi du 29 juillet 1881 qui a institué et en même temps encadré la liberté de la presse[k 23].

Si les presses régionale, hebdomadaire et thématique se vendent bien en France[N 36],[139], la presse quotidienne nationale d’information généraliste est peu diffusée hors de la capitale. Dès lors, les cinq principaux titres de cette catégorie (Le Figaro, Le Monde, Aujourd’hui en France, Libération et La Croix) ne vendent réunis que moins d’un million d’exemplaires chaque jour[140], quand le quotidien japonais Yomiuri shinbun en vend à lui seul plus de 14 millions[141].

Depuis 1981 et la légalisation des « radios libres[142] », les stations de radio publiques gérées par Radio France sont concurrencées par des stations privées, souvent propriétés de grands groupes de médias[143]. Dès lors, parmi les quatre premières stations de radio en audience cumulée en novembre-décembre 2009 (RTL, NRJ, France Inter et Europe 1[144]), seule la troisième est publique. De même, depuis l’apparition de la première chaîne de télévision privée (Canal +) en 1984, plusieurs centaines de chaînes de télévision privées ont vu le jour, diffusées par le canal hertzien, par câble, par satellite ou plus récemment par la télévision numérique terrestre (TNT). Les trois principales chaînes sont TF1, France 2 et M6[145], seule France 2 appartient au groupe public France Télévisions.

Quant à l’accès au réseau internet, il ne s’est vraiment démocratisé qu’au début des années 2000[146]. En décembre 2009, 65 % des Français de 11 ans et plus étaient internautes[147].

Entre 2002 et 2009, la France est passée de la 11e à la 43e place du classement de la liberté de la presse dans le monde de Reporters sans frontières[148].

Sport

La joueuse de tennis Amélie Mauresmo était en 2004 puis en 2006 le numéro un mondial selon le classement WTA.
Article détaillé : Sport en France.

Le sport en France est caractérisé par une tradition sportive ancienne et une grande variété de disciplines pratiquées à haut niveau. La France a un rôle prépondérant dans l’organisation du sport moderne[N 37] et son palmarès, depuis la fin du XXe siècle, en fait l’une des meilleures nations au monde dans de nombreux sports. Pour l'année 2012, la France est quatrième du classement mondial établi par Havas Sports & Entertainment (et deuxième nation européenne derrière la Russie)[N 38] qui comptabilise plus de 1 600 événements sportifs[149],[150].

Le football est le sport le plus populaire, avec plus de 2,3 millions de licenciés (dont 97 % d’hommes)[151], une popularité accrue par la double victoire de la France lors de la coupe du monde en 1998 puis du championnat d’Europe en 2000. Le tennis (deuxième sport en termes de licenciés), l’équitation, le judo, le basket-ball, le handball et le golf sont également très pratiqués, sans oublier le rugby et la pétanque, essentiellement dans le sud du pays[152].

Près de sept millions de Français pratiquent le ski chaque hiver, le plus souvent en dehors de toute organisation sportive[153]. Quant à l’escrime et au cyclisme, il s’agit des disciplines dans lesquelles la France est la plus titrée (respectivement 44 et 41 titres olympiques après les Jeux de Vancouver en 2010[154]).

Le tournoi de tennis international de Roland Garros à la porte d'Auteuil à Paris et le Tour de France cycliste sont des événements annuels importants, ainsi que l'Euro de football attendu en 2016.

Engagement associatif, syndical et politique

Manifestation contre le CPE à Paris en 2006.

Si les taux de participation aux élections diminuent, la participation protestataire, en revanche, se développe[i 27]. En 2008, 42 % des Français ont participé à une manifestation, contre 25 % en 1981[i 27]. En comparaison des autres pays développés, la France est souvent vue comme un pays où les manifestations et les grèves sont fréquentes[155],[156].

Mais cette participation ponctuelle à des événements contestataires ne se traduit pas, tant s’en faut, par un engagement important dans les partis politiques[k 24]. Quant au taux de syndicalisation (8 %), il est le plus faible des pays riches, même s’il est plus important dans le secteur public[i 28]. En revanche, les Français sont très impliqués dans le milieu associatif : 14 millions de bénévoles sont membres de plus d’un million d’associations[i 28], qui bénéficient du statut accordé par la loi du 1er juillet 1901[157],[k 25].

Économie

L'économie de la France est une économie sociale de marché fondée sur la propriété privée. Il y a une intervention étatique relativement forte depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, bien que celle-ci soit remise en cause depuis les années 1980[c 2]. L’économie française est principalement une économie de services[158],[j 2].

Sur l’étude publiée par l’Insee, la valeur du patrimoine national était évaluée à 12 513 milliards d'euros en 2007[159]. En 2010, le seul patrimoine des Français atteignait à la fin de l'année dernière un chiffre proche de 11 000 milliards d'euros, soit plus de huit fois le montant de leurs revenus ; leur taux d'épargne atteint le niveau exceptionnel d’environ 16 % de leurs revenus[160].

Revenus de la population et développement humain

Article connexe : Pauvreté en France.

Les revenus des Français et leur pouvoir d’achat ont augmenté durant l'ensemble du XXe siècle et des années 2000[j 3], mais de façon inégale, ce qui accroît les inégalités économiques entre ménages[d 6]. En moyenne, les salariés à temps plein du secteur privé ont touché, en 2007, 29 279 euros bruts, soit 1 997 euros nets par mois, contre 31 266 euros bruts, soit 2 182 euros nets par mois pour les agents de la fonction publique[j 4]. Les revenus du patrimoine ne représentent que 9 % du revenu primaire brut des ménages, mais cette part est très variable selon les ménages[j 5].

En 2007, 7,2 % des Français disposaient d'un revenu inférieur à 50 % du revenu médian (seuil de pauvreté défini par la France)[N 39], bien que la moitié d’entre eux aient alors un emploi[j 6], souvent à temps partiel et sur la base du salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC). Le SMIC concerne 3,4 millions de personnes en juillet 2008[j 7] et équivaut à 9,40 euros bruts par heure en 2012[I 13]). De 200 à 300 000 personnes sont sans domicile fixe en 2009, principalement à Paris et dans les grandes villes[j 8].

En 2007, l’indice de développement humain de la France était de 0,961, ce qui place la France au huitième rang mondial[161]. Néanmoins, la même année, la France n’était qu’au douzième rang des pays de l’Union européenne pour le PIB par habitant en dollars américains aux taux de change courants, alors qu’elle occupait le septième rang en 1987, un recul qui s’explique principalement par une croissance faible du PIB français[j 9].

Emploi

Graphique montrant l’évolution du taux de chômage en France (au sens du Bureau international du travail) entre 1975 et 2009. De 3 % environ en 1975, on est passé à près de 10 % en 2010, avec de nombreuses fluctuations entre temps.
Évolution du taux de chômage en France (au sens du Bureau international du travail) entre 1975 et 2009.

Si la France a connu durant les Trente Glorieuses une situation proche du plein emploi — au cours des seules années 1960, l’économie française a créé 1,6 million d’emplois[i 29] —, elle fait face depuis la fin des années 1970 à une situation de chômage élevé, malgré des fluctuations qui ont fait espérer le retour du plein emploi[i 29]. Au troisième trimestre 2013, 10,5 % de la population active française est au chômage au sens du bureau international du travail[I 14]. Le chômage touche particulièrement les jeunes, les moins diplômés, les étrangers, et, dans une moindre mesure, les femmes[N 40],[i 30] En 2012, 9,7 % des femmes actives étaient au chômage, contre 10 % des hommes actifs[162]. Les chômeurs de longue durée représentent un tiers de l’ensemble des chômeurs et sont ceux pour qui la réinsertion est souvent la plus difficile[d 7].

La situation de l’emploi en France est également marquée par des mutations profondes et structurelles en termes de statut et de secteur d’activité. Le salariat est devenu la principale forme d’emploi en France, représentant 89,5 % des emplois en 2008[I 15]. 5,7 millions de personnes, soit un actif sur cinq, travaillaient fin 2007 dans la fonction publique[163]. Surtout, l’emploi se tertiarise : l’agriculture ne représente plus depuis la fin des années 1970 que moins de 2 % des emplois[i 29], et la part de l’industrie a été divisée par deux entre 1978 et 2007, de 28 à 14 % des emplois[i 29], faisant de la France une économie post-industrielle[164].

Principaux secteurs d’activité

Photographie d’une récolte de maïs à Épône, près de Paris.
Une récolte de maïs à Épône, près de Paris.

Malgré le maintien à un haut niveau de l’agriculture et de l'industrie, l’économie française est aujourd’hui principalement une économie de services. Le secteur tertiaire s’autonomise peu à peu et devient le principal moteur de la croissance économique du pays[158].

Agriculture et agroalimentaire

La France a connu, comme d'autres pays industrialisés, des phénomènes d’exode rural et de chute de l'emploi agricole[b 21] ; ce dernier reste plus important que dans les autres pays d’Europe occidentale : l’agriculture employait 3 % des actifs en 2006, contre 2,5 % en Allemagne et 1,3 % au Royaume-Uni[b 22]. L’agriculture française a été considérablement modernisée et mécanisée dans la seconde moitié du XXe siècle[b 23], notamment grâce à la politique agricole commune[b 21].

La France compte 520 000 exploitations[b 22] de 51 hectares en moyenne en 2006[b 21], faisant d’elle la première puissance agricole européenne[b 24]. La spécialisation régionale de la France par type de production s’accentue[b 21], et les produits agricoles français sont souvent protégés par des appellations d’origine contrôlée, délimitant un terroir agricole[b 25]. La France est le premier producteur de vin au monde, malgré la concurrence récente des vins des « nouveaux mondes[b 26] » ; elle figure également parmi les premiers producteurs mondiaux de céréales, de sucre, de produits laitiers et de viande bovine[b 26]. Plus de 80 % des produits exportés ont été transformés par une des premières filières agroalimentaires au monde[b 27]. Néanmoins, dans les années 2000, l’agriculture française fait face à des difficultés liées à la surproduction, à la pollution qu’elle suscite et à des revenus très inégaux entre les exploitants[b 23]. De même, la pêche apparaît comme un secteur en crise[b 28].

Industrie

La France est la quatrième puissance industrielle mondiale. Malgré la tertiarisation de l’économie française, les entreprises industrielles représentaient 71,4 % du PIB et 79 % des exportations françaises en 2006[b 29].

Son industrie est caractérisée par des évolutions contrastées : à côté d’industries modernes et dynamiques, qui font de la France un des leaders mondiaux dans de nombreux domaines (automobile, aéronautique, aérospatiale, agro-alimentaire, électronique, nucléaire civil, pharmacie, cosmétique, luxe…)[b 30], de nombreuses industries traditionnelles (mines, textile, bois, chaussure, construction navale, sidérurgie…) voient leurs effectifs et leurs chiffres d’affaires chuter[b 31], obligeant des régions entières (Nord-Pas-de-Calais et Lorraine notamment) à une douloureuse reconversion[b 32]. À la décentralisation industrielle des années 1960, qui a permis le développement de nombreuses villes de l’ouest et du sud du pays[b 33], a succédé une période de croissance faible de la production industrielle[b 34], qui s’explique parfois par des délocalisations vers des pays à la main d’œuvre peu onéreuse[b 34].

Mais si la production se fait de plus en plus souvent à l’étranger, les entreprises françaises restent prédominantes dans de nombreux domaines[b 35].

Certaines occupent la première place du marché mondial dans leur domaine (par exemple Areva dans la construction de centrales nucléaires[165], Danone dans les produits laitiers[b 27], L’Oréal dans les cosmétiques[166] ou Michelin dans les pneumatiques[167]).

Énergie

Article détaillé : Énergie en France.
Une photographie de la Centrale nucléaire de Chooz, construite par Alstom et opérée par EDF.
Une photographie de la Centrale nucléaire de Chooz, construite par Alstom et opérée par EDF.

Après la disparition complète de la production française de charbon en 2005[b 31], le pétrole, le gaz et surtout l’électricité sont les principales énergies consommées en France[b 31]. Si la France ne produit plus de pétrole brut que de façon marginale[168], les treize raffineries implantées sur le territoire permettent de satisfaire plus de 90 % de la demande nationale[b 31]. Le groupe français Total, qui possède des concessions dans le monde entier, est la sixième entreprise mondiale et la cinquième du secteur[169]. La part du gaz dans la consommation énergétique française a fortement augmenté depuis les années 1970[b 31], mais il s’agit à 97 % de gaz importé, notamment de Russie, d’Algérie et de la mer du Nord[b 31]. En revanche, la France produit plus d’électricité qu’elle n’en consomme[I 16], notamment grâce à 59 réacteurs nucléaires[170] (le second parc mondial après le parc américain)[171] qui produisaient en 2008 plus de 76 % de l’électricité du pays[I 16], mais dont le bilan environnemental est l’objet de débats[172]. Quant aux énergies renouvelables, leur part dans la production électrique française augmente et s’établit en 2008 à plus de 13 %[I 16], en grande partie grâce à l’hydroélectrique.

Commerce et artisanat

Depuis les années 1970, le secteur du commerce a été bouleversé par l’irruption de la grande distribution, qui représente les deux tiers des dépenses alimentaires des Français en 2008[j 10]. Par conséquent, de nombreux petits commerces ont disparu, même si l’on assiste en 2009 à une timide reprise, notamment dans les centres-villes[j 11]. La puissance de quelques grandes entreprises de la grande distribution — Carrefour par exemple est le deuxième groupe mondial du secteur[169] — leur permet d’imposer, dans une certaine mesure, des prix bas aux producteurs[j 10].

Malgré la concurrence des entreprises industrielles, l’artisanat de son côté est parvenu à conserver une place importante dans l’économie française[j 10].

Tourisme

Article détaillé : Tourisme en France.
La tour Eiffel à Paris, le monument payant le plus visité au monde.

La France est le pays le plus visité au monde par les touristes étrangers avec près de 82 millions de visites en 2007[173], mais le troisième pays au monde pour les recettes liées au tourisme international[N 41],[173]. Le secteur du tourisme représentait en 2005 près de 900 000 emplois directs, et au moins autant d’emplois indirects[b 14]. Plus de 1,3 milliard de nuitées ont été effectuées par des touristes en France en 2007[173], dont une partie dans les 3,178 millions de résidences secondaires du pays[I 17]. Les motifs de ce tourisme sont variés : il s’agit tout à la fois d’un tourisme culturel (notamment à Paris)[b 15], balnéaire (notamment sur la Côte d’Azur[b 15]), naturel[b 15], d’affaires (Paris est la première destination mondiale pour ce type de tourisme[b 15]), de loisirs (Disneyland Paris est de loin le parc d’attractions le plus fréquenté d’Europe[174]) et de sports d’hiver (dans les Alpes du Nord notamment[c 3]). Les sites touristiques payants les plus fréquentés sont dans leur majorité situés en Île-de-France (Disneyland Paris, Musée du Louvre, Tour Eiffel, Château de Versailles …)[175] ; quelques sites de province attirent néanmoins de nombreux touristes, comme les châteaux de la Loire, le mont Saint-Michel, Rocamadour, le Château du Haut-Kœnigsbourg, le musée Unterlinden de Colmar, le Centre Pompidou-Metz ou le parc du Futuroscope[175].

Recherche

Article détaillé : Recherche scientifique en France.

La France consacre une part moyennement élevée de son PIB à la recherche et développement[h 1] (2,02 % en 2009[176]), mais ces dépenses sont davantage financées par le secteur public[h 1] (41 % en 2008[177]) et consacrées à la recherche fondamentale[h 2] que dans les autres pays de l’Union européenne et a fortiori de l’OCDE. Si la recherche française est à l’origine de nombreuses découvertes et a été récompensée à de multiples reprises (voir infra), le nombre de brevets déposés par des entreprises françaises est relativement faible[h 3], d’autant que les relations entre les entreprises privées et la recherche publique sont souvent jugées médiocres[h 2].

La plupart des chercheurs travaillent dans des centres de recherche publics[h 1], comme le CNRS (Centre national de la recherche scientifique). Depuis 2002, la plupart de ces centres de recherche sont organisés en réseaux avec des universités et des entreprises, pour former des pôles de compétitivité (71 en 2007[178]).

Finance et assurance

Le secteur bancaire français a longtemps été caractérisé par sa faible concentration, par la ferme réglementation qui l’encadrait et par la part importante du secteur public, mais cette situation a changé au cours des années 1990[h 4] et 2000. Les banques françaises BNP Paribas, Société générale et Crédit agricole se placent respectivement aux quatrième, neuvième et dixième places mondiales du secteur en 2009[179]. Le secteur des assurances occupe également une place importante dans l’économie française, Axa étant la première compagnie d’assurance européenne[180].

La bourse de Paris, filiale d’Euronext depuis 2000, est le marché officiel des actions en France. L’indice CAC 40, qui regroupe les cours de 40 actions parmi les plus échangées, représentait une capitalisation totale de plus de 1 000 milliards d’euros fin 2009[181].

Place de la France dans l’économie mondiale

En 2009, la France est la cinquième puissance économique mondiale par le PIB nominal[182] ou la neuvième à parité de pouvoir d’achat[1]. La France est en 2010 le quatrième pays au monde par le nombre d’entreprises figurant parmi les 500 premières entreprises mondiales[183].

L’économie française est fortement extravertie[a 20], notamment vis-à-vis de ses partenaires européens (65 % des exportations françaises[184]). Cette situation est en partie liée à l’épuisement ou à l’insuffisance des ressources minières et énergétiques du pays, qui l’obligent à importer[d 8], et à la taille relativement réduite de ce pays. Mais elle s’explique également par l’importance des exportations. Selon une étude du cabinet d’audit KPMG publiée en 2006, « la France offre globalement des coûts d’implantation plus faibles que ses grands voisins européens, non seulement sur l’énergie, les transports et l’immobilier, mais aussi sur la main d’œuvre[a 21] ». Avec une part de marché mondiale d’environ 8 %, la France est le second exportateur de produits agroalimentaires produits sur place, notamment grâce aux exportations d’alcools[a 22].

Néanmoins, le commerce extérieur de la France connaît d’importantes difficultés. Depuis 2004, la France connaît un déficit de sa balance commerciale, de plus en plus creusé[a 23] (- 75,4 milliards de dollars en 2009[1]), une situation qui s’explique en partie par le niveau élevé de l’euro face au dollar[a 23]. Entre 1990 et 2006, la part de marché mondiale de la France dans les exportations de marchandises est passée de 6,3 à 4,1 %[a 24] ; la France n’est plus en 2009 que le cinquième importateur et le sixième exportateur mondial[1]. Selon Eurostat, cette dégradation du commerce extérieur français serait en partie due à une augmentation des coûts salariaux horaires[a 25].

Le 13 janvier 2012, l'agence de notation Standard & Poor's annonce la dégradation de la note de la France, qui disposait du AAA, la meilleure note. Elle ne dispose plus que du AA+, avec perspective négative[185]. Néanmoins, les agences de notation Fitch et Moody's lui maintiennent son triple A jusqu'à nouvel ordre.

Culture

La galerie des Glaces du Château de Versailles, chef-d’œuvre de l’architecture baroque du XVIIe siècle.

Patrimoine architectural

La France possède un patrimoine architectural riche, témoin d’une longue histoire et de la rencontre de différents traits civilisationnels.

Classés au patrimoine mondial

Sur les 753 biens culturels[N 42] classés au patrimoine mondial par l’UNESCO au 27 janvier 2012, 34 sont français, ce qui fait de la France le troisième pays du monde en nombre de sites culturels classés au patrimoine mondial[N 43],[186]. Le patrimoine architectural français classé au patrimoine mondial comporte à la fois des édifices d’architecture religieuse (l’abbaye de Fontenay par exemple), civile (les châteaux de la Loire), industrielle (la saline royale d’Arc-et-Senans), militaire (les villes fortifiées par Vauban) et urbaine (la place Stanislas de Nancy, le centre-ville de Strasbourg). Il comporte des exemples d’architecture de toutes les époques, de l’architecture romaine (le pont du Gard) à l’architecture d’après-guerre (le centre-ville du Havre), en passant par des chefs-d’œuvre de l’architecture romane (l’abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe), gothique (la cathédrale de Chartres) et classique (le canal du Midi).

Bâtiments d’intérêt historique

En France, depuis 1840, les bâtiments d’intérêt historique, architectural, patrimonial ou culturel peuvent être inscrits ou classés au titre des monuments historiques par l’État, de même que certains biens mobiliers (cloches), ce qui leur assure une protection juridique, ainsi que des aides à la restauration et à l'entretien. À la date du 31 décembre 2008, il y a en France 43 180 monuments historiques inscrits ou classés[187]. La France a compté des architectes qui ont participé à façonner le patrimoine architectural français et européen à toutes les époques de son histoire, avec des figures telles que Pierre de Montreuil au Moyen Âge, Lescot, Delorme et Androuet du Cerceau à la Renaissance, Mansart, Le Vau, Hardouin-Mansart, Gabriel et Claude-Nicolas Ledoux aux époques classique et néoclassique, Viollet-le-Duc, Garnier et Eiffel au XIXe siècle et Le Corbusier et Perret à l'époque moderne.

Patrimoine artistique et événements culturels

Si des productions artistiques sont attestées dans l’espace correspondant à la France actuelle dès la Préhistoire[m 1], on ne peut parler d’« art français » avant le début du IIe millénaire de notre ère, à l’époque où un État et une nation commencent à se former[f 1]. À partir de cette époque, les Beaux-Arts français vont être en grande partie similaires à ceux du reste de l’Europe occidentale, voyant se succéder un art roman aux XIe et XIIe siècles et un art gothique du XIIe au XVe siècles[m 2] ; la célébration de la puissance de la monarchie française[f 2], d’un « espace privilégié » (A. Chastel)[f 3] et la représentation du sacré[f 4] font partie des thèmes privilégiés d’un art principalement commandé par le pouvoir politique ou religieux. La Renaissance et le développement du classicisme au XVIIe siècle puis du néoclassicisme au XVIIIe siècle sont l’expression à la fois d’une recherche de l’ordre et de l’apparat et d’influences antiques et italiennes[m 3] ; c’est également à l’époque moderne qu’émergent des figures individuelles d’artistes, telles les peintres Fouquet, Poussin, La Tour, le Lorrain, Watteau, Boucher, Chardin, Fragonard, Greuze, David, Gros et Ingres, ou les sculpteurs Goujon, Girardon, Coysevox, Puget et Houdon[m 4]. Aux XIXe et XXe siècles, la France joue un rôle majeur dans les grands courants et révolutions artistiques occidentaux : le romantisme (Delacroix et Géricault), le réalisme (Courbet), l’impressionnisme (Monet, Renoir, Manet, Degas) et le néo-impressionnisme (Seurat, Van Gogh, Cézanne, Gauguin), le fauvisme (Matisse, Derain, Vlaminck), le cubisme (Braque, Picasso, Léger) ou encore le surréalisme (Duchamp) comptent des artistes français parmi leurs principaux représentants[m 4],[m 5]. Auguste Rodin, de son côté, révolutionne la sculpture à la fin du XIXe siècle[m 6].

Contrairement à plusieurs pays qui s’incarnent dans une grande figure d’écrivain, la littérature française compte de nombreuses figures à l’importance et à la renommée à peu près équivalentes[m 7]. Il serait vain de tenter d’en faire la liste, mais on peut citer au Moyen Âge les poètes Chrétien de Troyes et Villon[m 4] ; au XVIe siècle, le romancier Rabelais, l’essayiste Montaigne et les poètes Du Bellay et Ronsard marquent la Renaissance[m 4]. Au XVIIe siècle, les dramaturges Corneille, Racine et Molière, le poète Boileau, le fabuliste La Fontaine et l’inclassable Pascal s’attachent à maintenir ou rétablir l’ordre par la raison[m 4] ; au XVIIIe siècle, les auteurs des Lumières Voltaire, Diderot et Rousseau, les romanciers Prévost, Laclos et Sade et les dramaturges Marivaux et Beaumarchais fustigent la société de leur époque tout en abordant des sujets jusque là prohibés[m 4]. Au XIXe siècle, le roman connaît un apogée avec Stendhal, Balzac, Hugo, Dumas, Flaubert et Zola, mais les autres genres ne sont pas en reste, comme le montrent le mémorialiste Chateaubriand et les poètes Lamartine, Musset, Baudelaire, Vigny, Rimbaud et Mallarmé[m 4]. Au XXe siècle, le manque de recul rend plus difficile la perception de figures majeures ; on peut néanmoins citer les poètes Apollinaire, Éluard, Aragon, Char et Prévert, les romanciers Proust, Gide, Céline, Sartre, Camus et Sarraute, et les dramaturges Giraudoux, Cocteau, Beckett et Ionesco[m 4].

Divisée au Moyen Âge entre un art religieux inspiré du chant grégorien et le chant profane des troubadours et trouvères[188], la musique française atteint un certain apogée à partir de l’époque classique, avec des compositeurs comme Lully et Charpentier au XVIIe siècle, Rameau au XVIIIe siècle, Berlioz, Gounod et Bizet au XIXe siècle, ou Maurice Ravel, Gabriel Fauré, Debussy au XXe siècle — beaucoup de ces artistes composent des opéras[188]. La période contemporaine est représentée par Olivier Messiaen, Henri Dutilleux, Francis Poulenc, Gilbert Amy et plus récemment Thierry Escaich.

À partir du début du XXe siècle, la musique dite « populaire » prend son essor[189], mêlant des genres propres à la France (la chanson française) à des genres importés (rock et rap en particulier), et permettant à des vedettes comme Claude François, Johnny Hallyday, Sheila, Michel Sardou ou Jean-Jacques Goldman[190] de vendre des dizaines de millions de disques.

Descente des marches des acteurs du film français Entre les murs, lauréat de la palme d’or au Festival de Cannes 2008.

Le cinéma, inventé en 1895 à Lyon par les frères Lumière, reste une activité importante en France malgré la concurrence hollywoodienne : la France est en 2005 le sixième producteur mondial[N 44] et le premier producteur européen de longs-métrages[191]. Le cinéma français, principalement tourné depuis les années 1980 vers la comédie et le cinéma d’auteur, a produit dans les années 2000 quelques films au succès mondial, comme Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain[N 45] ou La Marche de l’empereur[N 46],[192]. Le Festival international du film, organisé chaque année à Cannes, est l’événement culturel le plus médiatisé au monde[193].

Attachée à l’idée d’une « exception culturelle », la France protège sa culture, notamment par le biais de quotas de films français à la télévision et d’œuvres musicales françaises à la radio[194].

Science et technologies

La France est depuis le Moyen Âge un foyer de connaissances et de découvertes majeur. L’université de Paris, créée en 1200, a été dès son origine et jusqu’à l’époque contemporaine l’une des plus importantes d’Occident[195]. Au 1er septembre 2010, 56 Françaises et Français se sont vu décerner un prix Nobel[N 47],[196] et onze ont obtenu la médaille Fields[197].

Au XVIIe siècle, René Descartes définit une méthode pour l’acquisition d’un savoir scientifique, tandis que Blaise Pascal resta célèbre pour son travail sur les probabilités et la mécanique des fluides. Le XVIIIe siècle fut marqué par les travaux du biologiste Buffon et du chimiste Lavoisier, qui découvrit le rôle de l'oxygène dans la combustion, tandis que Diderot et D’Alembert publiaient l’Encyclopédie. Au XIXe siècle, Augustin Fresnel fut le fondateur de l’optique moderne, Sadi Carnot posa les bases de la thermodynamique, et Louis Pasteur fut un pionnier de la microbiologie. Au XXe siècle, on peut citer le mathématicien et physicien Henri Poincaré, les physiciens Henri Becquerel, Pierre et Marie Curie, restés célèbres pour leurs travaux sur la radioactivité, le physicien Paul Langevin ou encore le virologue Luc Montagnier, codécouvreur du virus du sida.

Gastronomie

Une tranche de roquefort, l’un des fromages français les plus réputés.
Article détaillé : Cuisine française.

La cuisine française est renommée, notamment grâce à ses productions agricoles de qualité : nombreux vins (champagne, vins de Bordeaux ou de Bourgogne etc.) et fromages (roquefort, camembert etc.)[198],[199], et grâce à la haute gastronomie qu’elle pratique depuis le XVIIIe siècle[g 1]. Néanmoins, la cuisine française est extrêmement variée, et est essentiellement constituée de spécialités régionales ayant conquis l’ensemble du territoire[g 2], comme la choucroute alsacienne, la quiche lorraine, les rillettes du Mans, le bœuf bourguignon, le foie gras périgourdin, le cassoulet languedocien, la tapenade provençale ou les quenelles lyonnaises. De plus, de véritables frontières culinaires se dessinent dans le pays, entre un nord utilisant le beurre et l’échalote et un sud leur préférant l’huile et l’ail[g 3],[l 1], et entre des régions à la cuisine terrienne (le Périgord par exemple) et d’autres à la cuisine résolument tournée vers la mer (la Provence)[g 4]. Néanmoins, ces frontières ont tendance à disparaître aujourd’hui, en raison de la jonction des modes de vie et de l’essor d’une cuisine mondialisée[g 5].

Le « repas gastronomique des Français » a été inscrit le 16 novembre 2010 à la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'UNESCO[200].

Influence internationale

Carte du monde francophone.
  •      langue maternelle
  •      langue administrative
  •      langue de culture
  •      minorités francophones

Depuis le Moyen Âge, la France possède un rôle décisif dans l’histoire artistique, culturelle, intellectuelle et politique de nombreux pays[l 2]. En particulier, beaucoup de ses anciennes colonies utilisent encore aujourd'hui sa langue, son droit, ses institutions politiques ou encore son système fiscal[l 2]. La politique culturelle est depuis le milieu du XXe siècle un aspect majeur de la politique étrangère de la France[201].

L’influence culturelle mondiale de la France passe notamment par le français, langue de l’élite européenne et de la diplomatie jusqu’au début du XXe siècle[l 3]. La France est le deuxième pays francophone du monde, après la République démocratique du Congo[118]. Le français, parlé par quelque 220 millions de locuteurs dans le monde[N 48],[l 3], est une des deux langues de travail de l’Organisation des Nations unies et de ses agences, une des trois principales langues de travail de la Commission européenne et de l’Union africaine. La France est un membre fondateur de l’Organisation internationale de la francophonie, qui regroupe 75 pays en 2011 et promeut la langue française, ainsi que les valeurs démocratiques et les droits de l’homme[202].

La présence culturelle de la France à l’étranger est entretenue non seulement par ses représentations diplomatiques, mais aussi par le réseau étendu de l’Alliance française[203] et par les plus de 400 établissements scolaires français à l’étranger[204]. De plus, la France est à l’origine de la création de médias à vocation internationale, tels que la radio RFI ou les chaînes de télévision TV5 Monde (commune à plusieurs pays) et France 24[205].

Codes pays

La France a pour codes :

Notes et références

Notes

  1. 551 695 km2 pour la France métropolitaine, 89 490 km2 pour les DOM-ROM et 30 711 km2 pour les autres territoires d'outre-mer (COM, Nouvelle-Calédonie, TAAF et Clipperton). La Terre Adélie est exclue de ce décompte.
  2. a et b Au 1er janvier 2014, 68.6 millions de personnes vivent en métropole et 2,1 millions dans les départements d’outre-mer (y compris Mayotte), soit 68 millions d'habitants. Si on inclut également les 600 000 habitants des collectivités d’outre-mer (Polynésie française, Saint-Pierre-et-Miquelon, Wallis-et-Futuna, Saint-Martin et Saint-Barthélemy) et de Nouvelle-Calédonie, la population de l’ensemble des territoires français atteint 68,6 millions.
  3. Cette valeur concerne toute la France : métropolitaine et départements d'outre-mer. La densité de population en France métropolitaine est de 115.8 habitants/km².
  4. Franc CFP dans les collectivités du Pacifique :
    1 000 XPF = 8,38 EUR exactement, soit EUR119,3317 XPF environ (source officielle IEOM)
  5. .gp, .mq, .gf, .re, .pm, .yt, .tf, .wf, .pf et .nc pour les départements, régions et collectivités d’outre-mer, ainsi que .eu (partagé avec les autres pays de l’Union européenne).
  6. France-sur-Mer, un empire oublié de Philippe Folliot et Xavier Louy
  7. La France est présente sur les continents européens, africains (Réunion, Mayotte), américains (Guyane, Guadeloupe, Martinique) et océaniens (Polynésie française, Wallis-et-Futuna). Ni les États-Unis, ni la Chine, ni l'Inde, ni la Russie ne se trouvent dans cette situation, seul le Royaume-Uni revendique cette présence simultanée
  8. Une partie de la frontière de la France avec l’Allemagne correspond néanmoins au cours du Rhin.
  9. Des populations francophones résident en Belgique et en Suisse, des populations germanophones résident en Alsace et Lorraine et des populations néerlandophones résident en Nord-Pas-de-Calais.
  10. La souveraineté de la France sur ce territoire, contestée par l’Australie, est en outre limitée par les clauses du traité sur l’Antarctique.
  11. L’aire urbaine parisienne comptait en 2010 12 223 100 habitants, contre 2 165 785 pour l’aire urbaine lyonnaise. À titre de comparaison, Rome est la troisième aire urbaine d’Italie et compte 1,75 fois moins d’habitants que la première Milan ; Berlin possède une population comparable à celles de Francfort, Munich, Stuttgart et Hambourg ; Barcelone est proche de Madrid en termes d’aire urbaine.
  12. Ces valeurs concernent l’année 2007, et correspondent à la part du transport routier dans le total des transports de voyageurs et marchandises cette année-là, respectivement en voyageurs-km et en tonnes-km.
  13. Airbus est issu de la coopération de la France avec ses voisins allemand, espagnol et britannique.
  14. Depuis la fin du IXe siècle, les rois sont élus par les grands du royaume et ne sont plus systématiquement carolingiens.
  15. Cette valeur est issue des chroniques du contemporain Jean Froissart. Mais, selon des travaux récents portant sur quelques provinces du royaume, la population de ces provinces aurait été divisée par deux, voire par trois entre 1315 et 1450, la peste étant le principal facteur de cette chute démographique.
  16. Derrière cet absolutisme apparent, le pouvoir de Louis XIV reste néanmoins limité par les multiples franchises, privilèges et libertés qu’ont obtenus au cours des siècles précédents de nombreuses entités politiques régionales ou locales.
  17. Napoléon Ier est notamment à l’origine de la création de la Banque de France, des lycées, des chambres de commerce, des cours d’appel, de la Légion d’honneur ou encore des préfectures. C’est également sous son règne que sera adopté le code civil français.
  18. 238 000 militaires français auraient été tués au cours de la Seconde Guerre mondiale, selon Histoire : Le monde de 1939 à nos jours (manuel scolaire de terminale), Nathan, 1998.
  19. Jacob Robinson donne le nombre de 83 000 Juifs exterminés en France ou à partir du territoire français (Jacob Robinson, Encyclopaedia Judaica, cité par Léon Poliakov, Histoire de l’antisémitisme, t. 2, Seuil,‎ 1993, p. 527).
  20. L’expression de « régime semi-présidentiel » est due à Maurice Duverger, celle de « régime parlementaire bireprésentatif » à Marie-Anne Cohendet.
  21. Néanmoins, ce droit d’appel n’existe pas dans certains cas où le litige ou les réquisitions du plaignant sont considérées comme de faible importance. Le pourvoi en cassation reste cependant toujours possible. Voir à ce sujet l’article Organisation juridictionnelle (France).
  22. Il faut cependant ajouter à cette liste le cas de certaines entités au statut particulier. La Collectivité territoriale de Corse possède un statut à part, distinct de celui des régions. Quant aux trois plus grandes communes du pays (Paris, Marseille et Lyon), elles sont divisées en arrondissements municipaux, au sein desquels un conseil d’arrondissement est élu, mais ce conseil d’arrondissement ne possède que des pouvoirs limités et généralement subordonnés à l’accord du conseil municipal.
  23. En 1965 et 1974, le parti communiste n’avait pas présenté de candidat aux présidentielles. Par ailleurs, Édouard Balladur, dissident du RPR investi par l’UDF lors de l’élection présidentielle de 1995, est comptabilisé dans les voix du centre.
  24. En 2009, les habitants de Mayotte se sont prononcés par référendum pour la départementalisation de leur collectivité, dont le statut était déjà proche de celui des départements.
  25. Entre 1974 et 2002, au premier tour de chaque élection présidentielle, la part des suffrages exprimés obtenues par les trois premiers candidats cumulés n’a cessé de diminuer, de presque 91 % en 1974 à un peu moins de 53 % en 2002. Néanmoins, cette évolution a été contredite par l’élection présidentielle de 2007 : les trois premiers candidats ont obtenu plus de 75 % des suffrages exprimés, un résultat qui s’explique en partie par la peur des électeurs de ne pas voir, comme en 2002, le candidat d’un des deux principaux partis se qualifier pour le second tour.
  26. Depuis 2009, les Verts sont associés à d’autres partis écologistes dans l’alliance électorale Europe Écologie.
  27. Le diagramme de gauche représente les principaux impôts en pourcentage des recettes fiscales de l’État en 2007. Le diagramme de droite représente la part du PIB français revenant aux administrations publiques et de sécurité sociale après prélèvements obligatoires et transferts. IR = Impôt sur le revenu des personnes physiques ; CSG = Contribution sociale généralisée ; IS = Impôt sur les sociétés ; TVA = Taxe sur la valeur ajoutée ; TIPP = Taxe intérieure sur les produits pétroliers.
  28. C’est-à-dire en incluant les prestations sociales stricto sensu, les prestations des services sociaux (l’accès gratuit ou à tarif réduit à l’hospitalisation publique, aux transports en commun pour les RMIstes, les personnes âgées et les jeunes enfants, etc) et les prestations fiscales (notamment l’application du quotient familial dans le calcul de l’impôt sur le revenu), mais sans prendre en compte les dépenses des mutuelles de santé.
  29. Un retrait prochain des forces françaises du Sénégal est annoncé.
  30. En 2008, 41 des aides et 49 % du personnel à l’étranger de l’Agence française de développement concernaient l’Afrique subsaharienne. Parmi les sept principaux États bénéficiaires des fonds de l’AFD (Afrique du Sud, Chine, Sénégal, Maroc, Indonésie, Égypte et Tunisie), cinq sont africains et trois sont d’anciennes colonies françaises
  31. La France possède de nombreux autres symboles officieux, notamment le coq gaulois, l’hexagone, les majuscules associées « RF » ou encore la figure de Jeanne d’Arc.
  32. Le CIA World Factbook l’estime à 80,97 ans, ce qui place la France au huitième rang mondial (source).
  33. Selon une enquête de SOS Homophobie, en 2004, deux tiers des homosexuels ont fait l’objet de remarques désagréables.
  34. Cette différence salariale pure correspond à des comparaisons à secteur d’activité, expérience, qualification, diplôme, situation familiale et passé dans le monde du travail équivalents.
  35. Les communes gèrent des écoles maternelles et élémentaires, les départements gèrent les collèges et les régions les lycées.
  36. Selon l’OJD, le quotidien régional Ouest-France est vendu à plus de 762 000 exemplaires chaque jour, le magazine hebdomadaire TV Mag à plus de 6 millions d’exemplaires et le quotidien sportif L’Équipe à plus de 303 000 exemplaires (en ne comptant que son édition générale).
  37. C’est à Paris que s’est réuni le premier congrès olympique en 1894, sous la direction du Français Pierre de Coubertin, qui décida le rétablissement des Jeux olympiques.
  38. « The Great Nations of Sport »
  39. et 13,2 % à 60 % du revenu médian (seuil de pauvreté défini par l’Union européenne)
  40. L’écart entre hommes et femmes en termes de taux de chômage tend à se résorber. Fin 2008, 8,8 % des femmes actives étaient au chômage, contre 7,6 % des hommes actifs.
  41. La faible importance des recettes touristiques par rapport au nombre de touristes en France s’explique par la durée des séjours, souvent courte : en effet, il s’agit très majoritairement de touristes européens (qui viennent souvent pour un week-end), ou, lorsqu’il s’agit de touristes extra-européens, ceux-ci visitent souvent plusieurs pays européens dans le même voyage.
  42. En incluant les sites dits mixtes, à l’intérêt à la fois naturel et culturel.
  43. Derrière l’Italie et l’Espagne.
  44. En nombre de films produits, derrière l’Inde, le Nigeria, les États-Unis, le Japon et la République populaire de Chine.
  45. La comédie romantique Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain, réalisé par Jean-Pierre Jeunet et sorti en 2001, a engrangé 23 115 858 entrées à l’étranger au 31 décembre 2009.
  46. Le documentaire La Marche de l'empereur, réalisé par Luc Jacquet et sorti en 2005, a engrangé 19 962 345 entrées à l’étranger au 31 décembre 2009.
  47. Dont une l’a reçu deux fois (Marie Curie). Ce chiffre inclut l’unique lauréat français du prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel, couramment appelé prix Nobel d’économie.
  48. Ces valeurs ne concernent que les personnes parlant effectivement le français (et non celles vivant dans un pays francophone sans parler cette langue) et sont des estimations de l’Organisation internationale de la francophonie.

Références

  • Lahsen Abdelmalki, Daniel Dufourt et René Sandretto, L’Économie française : Éléments fondamentaux, Paris, Séfi, coll. « Les Classiques Économie-Gestion »,‎ 2008, 352 p. (ISBN 978-2-895-09111-0, OCLC 494148084)
  1. a et b p. 131.
  2. p. 133.
  3. p. 140.
  4. p. 138.
  5. p. 135.
  6. p. 212.
  7. p. 214.
  8. a et b p. 180.
  9. p. 179.
  10. a, b et c p. 182.
  11. p. 181.
  12. a et b p. 188.
  13. p. 184.
  14. p. 189.
  15. p. 190.
  16. p. 194-195.
  17. p. 193-194.
  18. Insee, « Projections de population active pour la France métropolitaine 2006-2050 », Synthèses de résultats, juillet 2006, cité p. 194.
  19. p. 187.
  20. p. 28.
  21. p. 33.
  22. p. 269.
  23. a et b p. 291.
  24. p. 295.
  25. p. 296.
  • Vincent Adoumié (dir.), Christian Daudel, Didier Doix, Jean-Michel Escarras et Catherine Jean, Géographie de la France, Paris, Hachette supérieur, coll. « HU Géographie »,‎ 2007, 288 p. (ISBN 978-2-011-45772-1)
  1. p. 19 et 38-39.
  2. a, b et c p. 39.
  3. p. 178.
  4. p. 194.
  5. p. 41-42.
  6. a et b p. 35-36.
  7. a et b p. 31-32.
  8. p. 227.
  9. a et b p. 29-30.
  10. p. 32-33.
  11. p. 33.
  12. a et b p. 37.
  13. p. 128.
  14. a et b p. 161.
  15. a, b, c, d et e p. 162-163.
  16. p. 43.
  17. a et b p. 155.
  18. p. 153-154.
  19. p. 158.
  20. p. 141-142.
  21. a, b, c et d p. 120.
  22. a et b p. 121.
  23. a et b p. 118.
  24. p. 119.
  25. p. 122.
  26. a et b p. 125-126.
  27. a et b p. 123.
  28. p. 129.
  29. p. 138.
  30. p. 136-141.
  31. a, b, c, d, e et f p. 140.
  32. p. 186.
  33. p. 142
  34. a et b p. 143.
  35. p. 139-140.
  1. p. 250.
  2. p. 19-30.
  3. p. 252.
  1. p. 22.
  2. p. 81.
  3. p. 84.
  4. p. 82-83 et 86-87.
  5. p. 84-85.
  6. p. 14-16.
  7. p. 21.
  8. p. 7.
  1. a, b, c et d p. 17.
  2. p. 18.
  3. p. 20-24.
  4. p. 25.
  5. p. 29.
  6. p. 28.
  7. p. 34-41.
  8. p. 41-42.
  9. p. 44-45.
  10. p. 53-55.
  11. p. 53-54.
  12. p. 66-67.
  13. p. 70-72.
  14. p. 76-77.
  15. p. 77.
  16. p. 79-82.
  17. p. 81.
  18. p. 84.
  19. p. 84-88.
  20. p. 88-89.
  21. p. 89-90.
  22. p. 92-93.
  23. p. 92-94.
  24. p. 91.
  25. p. 98.
  26. p. 99-100.
  27. p. 100-101.
  28. p. 100-104.
  29. p. 105-106.
  30. p. 110.
  31. p. 111.
  32. p. 120-121.
  33. p. 112.
  34. p. 115.
  35. p. 116-118.
  36. p. 131.
  37. p. 139-142.
  38. p. 134.
  39. p. 135.
  40. p. 145.
  41. p. 147-149.
  42. p. 150-152.
  43. p. 153-154
  44. p. 175.
  45. p. 184-186.
  46. p. 187-188.
  47. p. 193-198.
  48. p. 201-202 et 231.
  49. p. 206-208.
  50. p. 214-215.
  51. p. 209-214.
  52. p. 207-209 et 212-213.
  53. p. 211.
  54. p. 212-213.
  55. p. 232-233.
  56. p. 233.
  57. p. 219-225.
  58. p. 234-237.
  59. p. 238-242.
  60. p. 242-243.
  61. p. 243-246.
  62. p. 245-248.
  63. p. 250-257.
  64. p. 255-258.
  65. p. 259.
  66. p. 267-269.
  67. p. 269-270.
  68. p. 270-274.
  69. p. 278.
  70. p. 279.
  71. p. 282.
  72. p. 282-285.
  73. p. 286-290.
  74. p. 290-294.
  75. p. 294-298.
  76. p. 319.
  77. p. 295-299.
  78. p. 322-323.
  79. p. 325.
  80. p. 325-329.
  81. p. 333.
  82. p. 335-336.
  83. p. 336-342.
  84. a et b p. 344-345.
  85. p. 345.
  86. p. 345-347.
  87. p. 346-351.
  88. p. 378-380.
  89. p. 351-357.
  90. p. 358-363.
  91. p. 363-368.
  92. p. 368-369.
  93. p. 369-370.
  94. p. 372.
  95. p. 373.
  96. p. 373-375.
  97. p. 375.
  • André Chastel, Introduction à l’histoire de l’art français, Paris, Flammarion, coll. « Champs arts »,‎ 1993, 226 p. (ISBN 978-2-081-21746-1)
  1. p. 26.
  2. p. 88-95.
  3. p. 19-28.
  4. p. 96-100.
  • Raymond Dumay (préf. Jean-Claude Pirotte), De la gastronomie française, Paris, La Table Ronde, coll. « La petite Vermillon »,‎ 2009, 211 p. (ISBN 978-2-710-33137-7)
  1. p. 53 et 62.
  2. p. 160-161.
  3. p. 119.
  4. p. 111.
  5. p. 163-167.
  1. a, b et c p. 408.
  2. a et b p. 411.
  3. p. 409.
  4. p. 452-455.
  1. p. 266.
  2. p. 265.
  3. p. 17-18.
  4. p. 26-27.
  5. p. 84.
  6. a, b et c p. 81.
  7. p. 80-83.
  8. p. 88-89.
  9. p. 87.
  10. p. 83.
  11. p. 48-50.
  12. p. 50.
  13. p. 288-289.
  14. p. 57.
  15. Lara Muller, « Les écarts de salaires entre hommes et femmes. Des disparités persistantes », Premières informations, ministère de l’Emploi, no 44.5,‎ octobre 2008, cité p. 63-64.
  16. a et b p. 66.
  17. p. 323.
  18. p. 324.
  19. a et b p. 116.
  20. p. 123.
  21. p. 125.
  22. p. 274.
  23. a, b et c p. 276.
  24. a et b p. 275.
  25. a et b Observatoire français des drogues et toxicomanies, Drogues, chiffres clés,‎ 2007, cité p. 280-281.
  26. a et b p. 277.
  27. a et b p. 333.
  28. a et b p. 335.
  29. a, b, c et d p. 144.
  30. p. 148.
  • Gérard Mermet, Francoscopie 2010, Paris, Larousse, coll. « Essais et documents »,‎ 2009, 13e éd., poche, 544 p. (ISBN 978-2-035-84538-2)
  1. p. 58-62.
  2. p. 290.
  3. p. 339-340.
  4. p. 321.
  5. p. 342.
  6. p. 344.
  7. p. 326.
  8. p. 346.
  9. OCDE, cité p. 341.
  10. a, b et c p. 291-292.
  11. p. 291-293.
  1. a et b p. 13.
  2. a et b p. 21.
  3. p. 22.
  4. a et b p. 23.
  5. p. 22-23.
  6. p. 14.
  7. p. 15.
  8. p. 16-19.
  9. p. 19-20.
  10. p. 100-103.
  11. p. 26-27.
  12. a et b p. 88.
  13. p. 90.
  14. p. 91-93.
  15. a et b p. 84.
  16. p. 85.
  17. a et b p. 86.
  18. p. 87.
  19. p. 79-80.
  20. p. 50-53.
  21. p. 54.
  22. p. 57.
  23. p. 72.
  24. p. 78-79.
  25. p. 76.
  1. p. 58.
  2. a et b p. 191-192.
  3. a et b p. 194-195.
  1. p. 80.
  2. p. 81-83.
  3. p. 84-88.
  4. a, b, c, d, e, f, g et h Les noms cités dans l’article sont tous cités dans les pages 85 à 95.
  5. p. 89-90.
  6. p. 90.
  7. p. 92.
  1. a et b p. 310.
  2. a et b p. 309.
  3. a et b p. 215-216.
  4. p. 217.
  5. Les partis indiqués ici sont ceux dont l’analyse est détaillée dans les pages 217 à 224.
  • Autres
  1. a, b, c et d (en) « Country comparison : Population », sur the CIA World Factbook (consulté le 15 septembre 2010)
  2. a et b http://www.banque-france.fr/fileadmin/user_upload/banque_de_france/Economie_et_Statistiques/base_de_donnees/chiffres-cles-zone-euro/zoneeuro.pdf
  3. [PDF] "Classement à l'IDH", à partir de la page 157, sur le site undp.org
  4. Site de l’ONU
  5. « Pourquoi la France doit enfin se doter d'une politique maritime » (consulté le 28 juillet 2014)
  6. [PDF] Rapport sur le développement humain 2010, sur le site des Nations unies.
  7. Insee
  8. « L’altitude du Mont Blanc reste stable », sur Le Figaro.fr,‎ 5 novembre 2009 (consulté le 2 avril 2010)
  9. « Zonage sismique de la France », sur planseisme.fr,‎ 2011 (consulté le 4 septembre 2011)
  10. La Polynésie : La mer, source de vie et d’énergie mercredi 22 juin 2011
  11. « Vos questions sur le climat » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 2 avril 2010, sur cnrs.fr
  12. « Géographie », sur tourisme-guyane.com (consulté le 2 avril 2010)
  13. « Questions courantes », sur st-pierre-et-miquelon.com (consulté le 2 avril 2010)
  14. « Terres australes et antarctiques françaises » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur tlfq.ulaval.ca. Consulté le 2 avril 2010
  15. Institut français de l’environnement, L’environnement en France, Paris, La Découverte,‎ 1998 (ISBN 978-2-7071-2894-2, LCCN 99172330), p. 110
  16. la composition des peuplements sur inventaire-forestier.ign.fr consulté le 16 février 2014
  17. a et b Institut français de l’environnement, op. cit., p. 365-367.
  18. [PDF] « Les parcs naturels régionaux : 40 ans d’histoire ... », sur parcs-naturels-regionaux.tm.fr (consulté le 5 avril 2010)
  19. [PDF] Parcs naturels régionaux de France, « Données de base Parcs naturels régionaux »,‎ mis à jour le 28 août 2007 (consulté le 5 avril 2010)
  20. (en) United Nations Statistics Division, « Carbon dioxide emissions (CO2), metric tons of CO2 per capita (CDIAC) », sur mdgs.un.org (consulté le 5 avril 2010)
  21. L’environnement en France - Édition 2010 - COll. Références Commissariat général au développement durable, juin 2010 par le service de l’observation et des statistiques
  22. Daniel Noin, L’espace français, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus »,‎ 1995 (ISBN 978-2-200-21638-2), p. 126
  23. « Les dynamiques de l’espace français (4) », sur ac-dijon.fr (consulté le 31 mars 2010)
  24. « Inauguration du tunnel sous la Manche », sur linternaute.com (consulté le 25 mai 2010)
  25. Daniel Noin, op. cit., p. 90-91.
  26. [PDF]Emmanuel Caicedo, Carlo Colussi, Karine Gormon, Françoise Jacquesson, Guillaume Wemelbeke et Frédéric Boccara (SOeS), « En 2007, hausse de la mobilité des voyageurs et des transports de marchandises », sur statistiques.equipement.gouv.fr,‎ 2008 (consulté le 24 janvier 2010)
  27. a, b et c [PDF] « Les comptes des transports en 2008 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), p. 93, 2008, sur equipement.gouv.fr. Consulté le 24 février 2010
  28. « Un réseau étendu », sur rff.fr,‎ 2009 (consulté le 24 janvier 2010)
  29. Clive Lamming, Larousse des trains et du chemin de fer, Paris, Larousse,‎ 2005 [détail des éditions], p. 72-81
  30. Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes, Paris, La Vie du Rail,‎ 2004 [détail des éditions], p. 17 et 28
  31. Union des aéroports français, « Statistiques de trafic 2008 », sur www.aeroport.fr (consulté le 15 février 2010)
  32. (en) Association internationale du transport aérien, « Scheduled Passenger - Kilometres Flown », sur iata.org,‎ 2012 (consulté le 10 novembre 2013)
  33. a et b (en) « World port rankings 2007 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 2007. Consulté le 25 février 2010
  34. « Datation des figures de Lascaux », sur lascaux.culture.fr (consulté le 12 janvier 2010)
  35. Bartolomé Bennassar et Jean Jacquart, Le 16e siècle, Paris, Armand Colin, coll. « U »,‎ 2002, 4e éd. (ISBN 978-2-200-25275-5), p. 240-244.
  36. Bartolomé Bennassar et Jean Jacquart, op. cit., p. 179-184.
  37. Bartolomé Bennassar et Jean Jacquart, op. cit., p. 83-85.
  38. Bartolomé Bennassar et Jean Jacquart, op. cit., p. 296-305.
  39. « Faire connaître, comprendre et respecter les valeurs et symboles de la République et organiser les modalités d’évaluation de leur connaissance, La Documentation française »
  40. Pierre Milza, De Versailles à Berlin. 1919-1945, Paris, Armand Colin, coll. « U »,‎ 2003, 7e éd. (ISBN 978-2-200-01683-8), p. 167.
  41. Pierre Milza, op. cit., p. 168-176.
  42. Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, vol. III, Gallimard, coll. « Folio »,‎ 2006, p. 2273
  43. Jean Fourastié, Les Trente Glorieuses : Ou la révolution invisible de 1946 à 1975, Paris, Fayard,‎ 1979, 300 p.
  44. Voir élections législatives françaises de 1968
  45. Voir Référendum sur la réforme du Sénat et la régionalisation
  46. « L’abolition de la peine de mort en France », sur LaDocumentationFrançaise.fr,‎ 2002 (consulté le 11 janvier 2010)
  47. « L’euro, monnaie unique européenne », sur Gralon.net,‎ 2007 (consulté le 11 janvier 2010)
  48. a et b Jean-Luc Parodi, « Sur quelques énigmes des élections françaises du printemps 2002 », Revue française de science politique (consulté le 11 janvier 2010)
  49. « Dominique de Villepin, Premier ministre français », sur DroitPublic.net (consulté le 11 janvier 2010)
  50. a et b Dominique Reynié, « 29 mai 2005, un paysage dynamité », sur constitution-europeenne.info (consulté le 11 janvier 2010)
  51. « Clichy-sous-Bois : heure par heure », sur NouvelObs.com,‎ 3 novembre 2005 (consulté le 11 janvier 2010)
  52. a et b (en) Patrice de Beer, « Nicolas Sarkozy, rupture and ouverture », sur opendemocracy.net,‎ 31 juillet 2007 (consulté le 11 janvier 2010)
  53. Collection de textes sur la crise économique de 2008-2009
  54. « Le député », sur assemblee-nationale.fr (consulté le 3 décembre 2011)
  55. « Vos sénateurs », sur senat.fr (consulté le 3 décembre 2011)
  56. « Mode d’élection des sénateurs », sur senat.fr (consulté le 27 février 2010)
  57. « Les institutions », sur elysee.fr (consulté le 27 février 2010)
  58. « Article 17 de la constitution du 4 octobre 1958 », sur Légifrance (consulté le 18 septembre 2010)
  59. « Systèmes de droit civil et systèmes mixtes avec tradition civiliste », sur juriglobe.ca (consulté le 7 septembre 2010)
  60. « Article 542 du Code de procédure civile », sur Légifrance (consulté le 27 février 2010)
  61. « La décentralisation : Acte II », sur vie-publique.fr,‎ 17 février 2005 (consulté le 28 février 2010)
  62. « Comprendre les collectivités territoriales », sur cyber-base.org (consulté le 28 février 2010)
  63. Catherine Gouëset, « Chronologie de la réforme des collectivités territoriales », sur lexpress.fr,‎ 3 février 2010 (consulté le 28 février 2010)
  64. « Les élections présidentielles sous la Ve République, temps forts de la vie politique française », sur laDocumentationFrançaise.fr (consulté le 1er mars 2010)
  65. a et b « Existe-t-il différents types de collectivités en outre-mer ? », sur vie-publique.fr (consulté le 28 février 2010)
  66. AP, « Outre-mer : 200 à 250 millions d’euros d’aides de l’État », sur nouvelobs.com,‎ 5 mars 2009 (consulté le 28 février 2010)
  67. « Qu’est-ce qu’un département d’outre-mer et une région d’outre-mer ? », sur vie-publique.fr (consulté le 28 février 2010)
  68. « La Politique régionale et les régions ultrapériphériques » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ec.europa.eu. Consulté le 28 février 2010
  69. « Les relations de l’UE avec les territoires d’outre-mer (PTOM) » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ec.europa.eu. Consulté le 28 février 2010
  70. « Quels sont les statuts des collectivités d’outre-mer ? », sur vie-publique.fr (consulté le 28 février 2010)
  71. a et b « Qu’en est-il de la Nouvelle-Calédonie et des TAFF ? », sur vie-publique.fr (consulté le 28 février 2010)
  72. Secrétariat d’État à l’outre-mer, « Clipperton », sur senat.fr,‎ 2009 (consulté le 28 février 2010)
  73. Bruno Cautrès, « L’abstention », sur scienceshumaines.com (consulté le 2 mars 2010)
  74. Gérard Grunberg et Florence Haegel, La France vers le bipartisme ? : La présidentialisation du PS et de l’UMP, Paris, Presses de Sciences-Po, coll. « Nouveaux débats »,‎ 2007 (ISBN 978-2-7246-1010-9, LCCN 2007444041)
  75. a et b « Partis politiques », sur lepolitique.com (consulté le 2 mars 2010)
  76. AP, « La passation de pouvoir Sarkozy-Hollande aura lieu le 15 mai », sur Le Nouvel Observateur,‎ 7 mai 2012 (consulté le 8 mai 2012)
  77. « Le déficit public de la France s’élève à 7,9 % du PIB en 2009 », sur lemonde.fr,‎ 20 janvier 2010 (consulté le 5 mars 2010)
  78. * [PDF] « Projet de loi de finances pour 2009 - Rapport sur les prélèvements obligatoires et leur évolution, Annexe 3 : Liste des impôts et taxes constitutifs des prélèvements obligatoires en 2007 », sur performance-publique.gouv.fr (consulté le 22 février 2010)
  79. [PDF]« Les comptes de la Sécurité sociale », sur securite-sociale.fr,‎ octobre 2009 (consulté le 5 mars 2010), p. 8
  80. Base de donnée du SIPRI des dépenses militaires
  81. Les Cahiers français, « La Conférence d’examen du Traité de non-prolifération des armes nucléaires (24 avril - 19 mai 2000, New York) », sur ladocumentationfrancaise.fr (consulté le 3 mars 2010)
  82. a et b [PDF] Organisation du traité de l’Atlantique Nord, « Compendium Otan-Russie sur les données économiques et financières concernant la défense », sur nato.int,‎ 8 décembre 2005 (consulté le 3 mars 2010), p. 7
  83. [PDF] ministère de la Défense, « Budget de la Défense - Les 10 principales mesures et chiffres clés pour 2010 », sur defense.gouv.fr (consulté le 3 mars 2010)
  84. a et b ministère de la Défense, « Personnel militaire », sur defense.gouv.fr,‎ 2006 (consulté le 3 mars 2010)
  85. ministère de la Défense, « Journée d’appel de préparation à la défense (JAPD) », sur defense.gouv.fr (consulté le 3 mars 2010)
  86. [PDF] « Carte des forces françaises déployées en opérations extérieures », sur defense.gouv.fr,‎ février 2010 (consulté le 3 mars 2010)
  87. « Forces de présence », sur defense.gouv.fr (consulté le 3 mars 2010)
  88. « Forces de souveraineté », sur defense.gouv.fr (consulté le 3 mars 2010)
  89. « Vigipirate », sur defense.gouv.fr (consulté le 3 mars 2010)
  90. Paul F. Smets (dir.) et Mathieu Ryckewaert (dir.), Les Pères de l’Europe : cinquante ans après, perspectives sur l’engagement européen, Bruxelles, Émile Bruylant, coll. « Bibliothèque de la Fondation Paul-Henri Spaak »,‎ 2001 (ISBN 978-2-8027-1443-9, LCCN 2004624707)
  91. Gérard Bossuat, Les fondateurs de l’Europe Unie, Paris, Belin, coll. « Belin sup »,‎ 2001, 286 p. (ISBN 978-2-7011-2962-4)
  92. « Du traité de Rome au projet de traité constitutionnel européen : les apports des traités », sur ladocumentationfrancaise.fr (consulté le 10 mars 2010)
  93. Philippe Buton, « La CED, L’Affaire Dreyfus de la Quatrième République ? », sur cairn.info, Vingtième siècle : Revue d'histoire,‎ avril 2004 (consulté le 10 mars 2010), p. 43-59
  94. (en) « Europe’s single market under threat », The Economist, rubrique « Charlemagne », 12 novembre 2009
  95. « La Politique agricole commune, PAC », sur touteleurope.fr (consulté le 10 mars 2010)
  96. Comment la France participe-t-elle au financement de l'Union Européenne, sur le site vie-publique.fr
  97. a et b Isabelle Lasserre, « Quand Mitterrand, déjà, négociait le retour dans l’Otan », sur lefigaro.fr,‎ 10 mars 2009 (consulté le 10 mars 2010)
  98. Freddy Eytan, La France, Israël et les Arabes : le double jeu ?, Paris, Picollec,‎ 2004, 560 p. (ISBN 978-2-86477-211-8)
  99. a et b ministère des Affaires étrangères, « Ambassades et consulats », sur diplomatie.gouv.fr (consulté le 28 février 2010)
  100. Agence française de développement, « L’AFD annonce une nouvelle croissance de ses activités en 2008 et place l’année 2009 sous le signe d’une relance verte et solidaire » (consulté le 10 mars 2010)
  101. [PDF] OCDE, « Aide publique au développement nette en 2007 », sur oecd.org (consulté le 10 mars 2010)
  102. a, b et c « Article 2 de la constitution », sur Wikisource (consulté le 27 février 2010)
  103. Faut-il changer la Marseillaise ? - Archives de l'INA, journal télévisé France 3 (19/20) du 13 juillet 1990, sur ina.fr. Consulté le 27 février 2010]
  104. « Marianne », sur elysee.fr (consulté le 27 février 2010)
  105. (en) « World POPClock Projection », sur U.S. Census Bureau (consulté le 1er février 2010)
  106. La France retrouve son niveau de fécondité du baby-boom
  107. « Les parents nés en France comprennent les parents nés dans les collectivités d'outre-mer (COM) », Naissances selon le pays de naissance des parents 2010, Insee, septembre 2011.
  108. Gérard Noiriel, Atlas de l'immigration en France (2002), éd. Autrement, 2002, p. 11
  109. Les immigrés constituent 11 % de la population française, TF1, Alexandra Guillet, le 24 novembre 2010, source : Ined
  110. Ici selon la définition des Nations unies : « personne née dans autre pays que celui où elle réside », « La proportion d’immigrés est plus élevée que celle publiée par l’Insee, qui contrairement aux Nations unies ne compte pas dans les immigrés les Français nés à l’étranger. En ne comptant que les personnes nées étrangères à l’étranger, la proportion n’est que de 8 % en France », Note de l'Ined, Populations et société, no 472.
  111. Migrants in Europe - A statistical portrait of the first and second generation, Eurostat, décembre 2011, p. 122
  112. Populations étrangère et immigrée en 2008, Insee, octobre 2011
  113. a et b Enquêtes annuelles de recensement 2004 et 2005 - Près de 5 millions d’immigré à la mi-2004, Insee Première no 1098, Catherine Borrel, 2006
  114. Être né en France d’un parent immigré, Insee Première, no 1287, mars 2010, Catherine Borrel et Bertrand Lhommeau, Insee
  115. « Taux de fécondité en Europe », Eurostat (consulté le 26 janvier 2010)
  116. LOI no 2013-404 du 17 mai 2013 ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe, sur le site legifrance.gouv.fr du 17 mai 2013
  117. a et b « Le français, enjeu du XXIe siècle », sur le site de l'Organisation internationale de la francophonie,‎ 20 mars 2009 [PDF]
  118. « La politique linguistique du français », sur tlfq.ulaval.ca (consulté le 12 septembre 2010)
  119. Bernard Cerquiglini, « Les langues de la France — Rapport au ministre de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie, et à la ministre de la Culture et de la Communication », sur culture.gouv.fr,‎ avril 1999 (consulté le 12 septembre 2010)
  120. « Loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l’État », sur legifrance.gouv.fr (consulté le 23 février 2010)
  121. Institut du Droit Local Alsacien-Mosellan
  122. Loi no 2004-228 du 15 mars 2004 encadrant, en application du principe de laïcité, le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics
  123. Sondage CSA 2006 publié en janvier 2007 dans Le Monde des religions
  124. Sondage IFOP 2007 pour La Vie, no 3209 du 1er mars 2007
  125. (en) Voir : TABLE 1 - BELIEF IN GOD OR SUPREME BEING, sur le site harrisinteractive.com paru dans le Financial time du 20 décembre 2006
  126. Proposition de prière pour l'Assomption 2012 sur le site de l'Église catholique en France
  127. « Les collectivités territoriales », sur education.gouv.fr (consulté le 22 février 2010)
  128. « L’école maternelle », sur education.gouv.fr (consulté le 22 février 2010)
  129. « L’école élémentaire », sur education.gouv.fr (consulté le 22 février 2010)
  130. « Le collège », sur education.gouv.fr (consulté le 22 février 2010)
  131. « Le lycée », sur education.gouv.fr (consulté le 22 février 2010)
  132. a et b « L’enseignement supérieur », sur education.gouv.fr (consulté le 22 février 2010)
  133. « Les établissements d’enseignement privés », sur education.gouv.fr (consulté le 22 février 2010)
  134. « Résultats de la France à l'enquête PISA 2012 scolaires », Le Monde du 07/12/2013, Olivier Rollot
  135. Agence nationale de lutte contre l’illettrisme, des chiffres pour éclairer les décisions
  136. Nombre de médecins pour 1000 habitants par ordre alphabétique des pays
  137. Dépenses de santé par habitant par ordre alphabétique de pays
  138. Presse quotidienne régionale et départementale, Presse magazine, Presse quotidienne nationale - Sport, OJD. Consulté le 24 février 2010.
  139. « Bureau Presse Payante Grand Public - Presse quotidienne nationale », sur ojd.com (consulté le 24 février 2010)
  140. (en) World Association of Newspapers, « World’s 100 Largest Newspapers », sur wan-press.org (consulté le 24 février 2010)
  141. « La régulation : les radios locales privées (RLP) », sur SchooP.fr (consulté le 24 février 2010)
  142. « La FM aujourd’hui », sur SchooP.fr (consulté le 24 février 2010)
  143. [PDF] Médiamétrie, « ENQUÊTE MEDIAMÉTRIE 126 000 RADIO - L’audience de la Radio en novembre-décembre 2009 », sur mediametrie.fr,‎ janvier 2010 (consulté le 24 février 2010), p. 2
  144. [PDF] Médiamétrie, « L’Audience de la TV en janvier 2010 », sur mediametrie.fr (consulté le 24 février 2010), p. 2
  145. René Trégouët, « Connexion des foyers français à Internet », sur senat.fr (consulté le 24 février 2010)
  146. Médiamétrie, « Repère - les chiffres clés d’internet », sur mediametrie.fr (consulté le 24 février 2010)
  147. « Classement mondial 2009 », sur rsf.org (consulté le 20 septembre 2010)
  148. « La France se rapproche », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 23 mars 2013 (consulté le 23 mars 2013)
  149. (en) « Havas Sports & Entertainment unveils the 8th edition of the Great Nations of Sport ranking », sur havas-se.com, Havas Sports & Entertainment,‎ 28 janvier 2013 (consulté le 23 mars 2013)
  150. « no 1 : le football », sur linternaute.com,‎ septembre 2008 (consulté le 24 février 2010)
  151. Il s’agit des neuf sports comptant le plus de licenciés en France, selon « Les 20 sports qui comptent le plus de licenciés », sur linternaute.com,‎ septembre 2008 (consulté le 24 février 2010)
  152. « no 19 : le ski », sur linternaute.com,‎ septembre 2008 (consulté le 24 février 2010)
  153. (en) « Olympic Sports », sur sports-reference.com (consulté le 20 septembre 2010)
  154. (en) Time, « Why the French Love to Strike », sur time.com,‎ 16 avril 2009, cité par Anthony Bellanger, « Pourquoi les Français font-ils toujours grève ? », sur courrierinternational.com,‎ 24 avril 2009 (consulté le 2 mars 2010)
  155. Jean-Benoît Nadeau et Julie Barlow, Pas si fous, ces Français !, Paris, Points Seuil,‎ 2006, 2e éd., poche (ISBN 978-2-7578-0152-9), cité par Annet Sauty de Chalon, « Pas si fous ces Français ! », sur canalacademie.com,‎ 27 septembre 2006 (consulté le 2 mars 2010)
  156. Loi du 1er juillet 1901 (Loi relative au contrat d’association)
  157. a et b Centre d’analyse stratégique, « Sortie de crise : vers l’émergence de nouveaux modèles de croissance ? », sur lesechos.fr,‎ octobre 2009 (consulté le 9 avril 2010), p. 45
  158. Entre 1978 et 2007, la valeur des actifs détenus par les ménages, les entreprises et l'État a été multipliée par deux, en termes réels.
  159. En 2010, les Français ont plus que jamais épargné: leurs économies de l'année représentaient 16 % de leurs revenus.
  160. (en) [PDF] Programme des Nations-Unies pour le Développement, « Human Development Report 2009 », sur hdr.undp.org (consulté le 29 mars 2010)
  161. http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATnon03323 Insee, Nombre de chômeurs et taux de chômage selon la nationalité, le sexe et l'âge en 2012
  162. [PDF] Cour des Comptes, « Les effectifs de l'État — 1980-2008 »,‎ 9 décembre 2009 (consulté le 20 septembre 2010)
  163. Daniel Cohen, Trois leçons sur la société post-industrielle, Paris, Seuil,‎ 2006
  164. Areva s'allie avec des Chinois pour sauver le programme nucléaire britannique
  165. Bettencourt a cédé l'île d'Arros pour 60 millions de dollars
  166. « Michelin : de la balle de caoutchouc au roi du pneumatique », sur lefigaro.fr,‎ 19 juin 2007 (consulté le 4 avril 2010)
  167. DGEMP-DIREM, BEPH, « Les repères sur l’exploration et la production de pétrole et de gaz en France », sur developpement-durable.gouv.fr,‎ novembre 2007 (consulté le 4 avril 2010)
  168. a et b (en) « Global 500 », sur money.cnn.com,‎ 2009 (consulté le 4 avril 2010)
  169. [PDF] « Chiffres clés de l’énergie », sur developpement-durable.gouv.fr,‎ 2009 (consulté le 4 avril 2010), p. 5
  170. Autorité de sûreté nucléaire, « La sûreté nucléaire et la radioprotection en France en 2008 », sur asn.fr (consulté le 4 avril 2010)
  171. Voir par exemple le site du réseau Sortir du nucléaire
  172. a, b et c [PDF] « Chiffres-clés du tourisme », sur dgcis.gouv.fr,‎ 2008 (consulté le 5 avril 2010)
  173. « Top des parcs d’attraction en France : Le Puy du Fou ravit la 2ème place en 2013 », sur www.parc-attraction-loisirs.fr (consulté le 18 juin 2014)
  174. a et b [PDF] « Sites touristiques en France », sur dgcis.gouv.fr,‎ 2009 (consulté le 5 avril 5010)
  175. (en) Eurostat, « Gross domestic expenditure on R&D (GERD) », sur epp.eurostat.ec.europe.eu (consulté le 23 mai 2010)
  176. (en) Eurostat, « Gross domestic expenditure on R&D (GERD) by source of funds », sur epp.eurostat.ec.europe.eu (consulté le 23 mai 2010)
  177. « 71 pôles de compétitivité », sur competitivite.gouv.fr (consulté le 23 mai 2010)
  178. (en) « Banks : Commercial and Savings », sur money.cnn.com,‎ 2010 (consulté le 23 mai 2010)
  179. [PDF] Association Internationale des Sociétés d’Assurance Mutuelle, « Les assureurs mutuels restent forts », sur aisam.org (consulté le 23 mai 2010)
  180. (en) [PDF] NYSE-Euronext, « CAC 40 », sur euronext.com (consulté le 23 mai 2010)
  181. (en) Fonds monétaire international, « World Economic Outlook Database », sur imf.org,‎ avril 2010 (consulté le 12 septembre 2010)
  182. (en) « Global 500 », sur money.cnn.com,‎ 2010 (consulté le 4 avril 2010)
  183. Émilie Lévêque, « Commerce extérieur : les raisons de la débâcle », sur lexpansion.com,‎ 6 février 2009 (consulté le 1er avril 2010)
  184. La perte du triple A était une question de temps
  185. Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO, « Liste du patrimoine mondial », sur whc.unesco.org (consulté le 27 janvier 2012)
  186. [PDF] statistiques du ministère de la Culture, sur le site culture.gouv.fr
  187. a et b « La musique française », sur memo.fr (consulté le 1er juin 2010)
  188. « La musique française: artistes connus, histoires et paroles de chansons », sur musique-franco.com (consulté le 1er juin 2010)
  189. Ces chanteurs, classés en ordre chronologique de naissance, sont les cinq meilleurs vendeurs de disques en France entre 1955 et 2009, selon « Les Ventes par Artiste de 1955 à fin 2009 », sur infodisc.fr (consulté le 1er juin 2010)
  190. UNESCO, « Cinéma : Production de films de longs métrages », sur stats.uis.unesco.org (consulté le 1er juin 2010)
  191. [PDF] « Le cinéma français à l’étranger : Résultats de l’année 2009 et de la décennie », sur unifrance.org (consulté le 1er juin 2010), p. 10
  192. (fr) Macha Séry, « L’événement culturel le plus médiatisé au monde », Le Monde,‎ 2007 (consulté le 1er juin 2010)
  193. Serge Regourd, L’exception culturelle, Paris, PUF,‎ 2004
  194. André Thuilier, Histoire de l’université de Paris et de la Sorbonne, Paris, Nouvelle librairie de France,‎ 1994
  195. (en) The Nobel Foundation, « All Nobel Prizes », sur nobelprize.org (consulté le 13 juin 2010)
  196. (en) International Mathematical Union, « List of Fields Medallists », sur mathunion.org (consulté le 1er septembre 2010)
  197. (en) « Top 10 Most Tasty Cuisines in the World », sur trifter.com (consulté le 14 juin 2010)
  198. (en) Dave Emery, « Top 10 Most Tasty Cuisines in the World », sur hotelclub.com (consulté le 14 juin 2010)
  199. La Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité s’enrichit de 46 nouveaux éléments.
  200. Frédéric Gimello-Mesplomb, « L’État et la politique culturelle, cours à l’université de Metz », sur fgimello.free.fr (consulté le 12 juin 2010)
  201. Organisation internationale de la francophonie, « Qui sommes-nous ? », sur francophonie.org (consulté le 12 juin 2010)
  202. « Les Alliances françaises dans le monde », sur fondation-alliancefr.org (consulté le 12 juin 2010)
  203. « Missions, actions, moyens », sur aefe.fr (consulté le 12 juin 2010)
  204. « TV5, France 24, RFI : quel avenir pour l’audiovisuel francophone à l’étranger ? », sur francaisdumonde.com (consulté le 12 juin 2010)

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : France.

Bibliographie

Voir l’article : Bibliographie sur la France.

Liens externes

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 29 octobre 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.