Météo-France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Météo-France

alt=Description de l'image LogoMeteoFrance.png.
Création 18 juin 1993
Forme juridique Etablissement public administratif
Slogan Toujours un temps d'avance.
Siège social Drapeau de France 73 avenue de Paris 94160 Saint-Mandé
42 avenue Gaspard Coriolis 31100 Toulouse. (France)
Direction Jean-Marc Lacave
Actionnaires ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer
Activité Météorologie
Effectif 3 500
Site web www.meteofrance.com

Météo-France est l'organisme français de météorologie, un établissement public administratif, chargé de la prévision et de l'étude des phénomènes météorologiques. Il est également chargé de l'émission des vigilances météorologiques.

Histoire et structure[modifier | modifier le code]

Cet établissement, créé par le décret n° 93-861 du 18 juin 1993, est placé sous la tutelle du ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer (MEEDDM), par transformation des statuts de ce qui était, depuis 1976[1], la direction de la météorologie nationale (DMN) au sein du ministère des Transports.

Auparavant, le service national français de météorologie a existé sous plusieurs noms :

Météo-France est dirigé par Jean-Marc Lacave depuis le 1er janvier 2014[2]. Le directeur général adjoint est Olivier Gupta. Parmi les anciens directeurs, on peut citer :

  • Pierre-Étienne Bisch, de novembre 2005 à mars 2009
  • André Lebeau, de 1986 à 1994. C'est la période du changement de statut : André Lebeau a donc été successivement directeur de la Météorologie Nationale, puis de Météo-France.
  • Jean Labrousse[3], de 1982 à 1986.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Ancien siège de Météo-France, quai Branly à Paris (2011).

Son budget de 349,01 millions d'euros (2010)[4] est alimenté par l'État français (52,81 %), les redevances aéronautiques (23,85 %), les recettes commerciales (11,46 %), Eumetsat (7,8 %), et par d'autres recettes (4,1 %).

Son siège est situé à Saint-Mandé depuis novembre 2011, une grande partie de ses services (1 200 salariés, sur un effectif total de 3 500) sont installés à Toulouse depuis 1982. En plus de ses opérations en France métropolitaine, l'établissement fournit des mesures, prévisions et bulletins de vigilance pour les départements et collectivités d'outre-mer. Il contrôle ainsi quatre directions outre-mer, basées en Martinique (assurant la gestion et la coordination pour la Guadeloupe, les îles du nord Saint-Martin, et St-Barthélemy et la Guyane), en Nouvelle-Calédonie, Polynésie française et à la Réunion.

Météo-France est signataire du Pacte PME.

Le nom officiel de l'établissement contient un trait d'union et des accents dans ses statuts, même si les accents sont supprimés de la plupart des documents publiés par Météo-France (ainsi que de son site internet officiel et de son logo), qui a enregistré les marques commerciales Meteo-France™ et Meteo France™ (ainsi que les mêmes noms entièrement en majuscules), afin de faciliter le référencement de ses publications sous un nom unique (le plus souvent écrit sans trait d'union simplement METEO FRANCE).

Responsabilités et coopérations internationales[modifier | modifier le code]

Au niveau international, Météo-France est membre de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), institution spécialisée de l’ONU. Météo-France représente aussi la France auprès :

Météo-France assume des responsabilités opérationnelles dans le cadre d'institutions internationales :

  • Surveillance des nuages de cendre volcanique, et production de messages d'avertissement à l'aéronautique, sur une grande partie de l'Europe de l'ouest, et l'Afrique, en tant que VAAC désigné par l'OACI.
  • Production des bulletins de prévision météorologiques pour le Système mondial de détresse et de sécurité en mer (SMDSM), sur les zones MetArea II et III.
  • Suivi de dispersion atmosphérique de polluants, en tant que Centre Météorologique Régional Spécialisé pour l'Agence Internationale à l'Energie Atomique (AIEA)

Certaines divisions en outre-mer ont des responsabilités importantes au niveau international :

Prévision numérique du temps[modifier | modifier le code]

Pour ses besoins en prévision numérique, Météo-France développe et utilise trois modèles numériques de prévision du temps, telles trois boîtes imbriquées les unes dans les autres :

  • Le modèle Arpège (acronyme ARPÈGE : Action de Recherche Petite Échelle Grande Échelle) simule l'état de l'atmosphère sur toute la planète jusqu'à une échéance de 3 jours, avec une résolution plus fine sur la France (environ 20 km en 2010) que sur le reste de la Terre[5].
  • Le modèle Aladin (acronyme ALADIN : Aire Limitée, Adaptation dynamique, Développement InterNational) est forcé par les résultats d'Arpège aux limites de l'Europe de l'Ouest, et resimule dans ce domaine l'état de l'atmosphère avec plus de précision (résolution de moins de 10 km)[5].
  • Le modèle Arome (acronyme AROME : Application de la Recherche à l'Opérationnel à Méso-Échelle) simule depuis fin 2008 l'état de l'atmosphère sur la France sur une maille de 2,5 km (100 fois plus précise en surface que le modèle Arpège et près de 10 fois celui d’Aladin)[5].

Dans tous ces modèles, les prévisions sont réajustées toutes les 6 heures à partir des observations des stations météorologiques, navires, bouées, avions, radar, satellites. Les résultats sont affichés pour le météorologue d'exploitation de Météo-France sur la station de travail SYNERGIE

Par ailleurs, Météo-France participe également au même titre que tous les États membres au développement du modèle global de prévision du Centre européen de prévision météorologique à moyen terme, basé à Reading en Grande-Bretagne, qui simule l'état de l'atmosphère jusqu'à 10 jours d'échéance. La résolution de ce modèle est comparable à celle du modèle Arpège.

Pour réaliser leurs bulletins, les prévisionnistes expertisent les sorties de ces différents modèles de prévision, ainsi que les résultats des modèles des services météorologiques étrangers.

Depuis 2009, ces modèles s’exécutent sur un supercalculateur NEC SX9 acquis en 2008, d'une puissance crête de 40 TFlops[6]. En 2012, le système suivant a été choisi (Bulllx B700 DLC), avec une mise en place progressive en 2013.

La mémoire du climat[modifier | modifier le code]

La climatologie est la branche de la météorologie consacrée à l'étude des climats.

Pour connaître le futur, il faut comprendre le passé. La mémoire du climat impose la collecte des observations et des conditions de mesures, les "métadonnées", qui sont conservées au même titre que les données elles-mêmes. Ces observations sont nécessaires pour produire des modèles climatiques numériques et anticiper les changements du climat. Météo-France met en place les moyens de stockage et d'accès à ces données. Elles sont exploitées quotidiennement pour des productions en temps quasi-réel mais sont aussi la base d'études très pointues.

Préciser la connaissance du climat est un impératif pour la recherche. La communauté scientifique a entrepris un effort de recherche et de sauvetage de documents contenant des données anciennes, "Data Rescue" (selon la terminologie des programmes internationaux qui encouragent cet effort).

Dans le cadre de la mission de « mémoire du climat » confié à Météo-France, une action majeure mobilise Météo-France et les Archives nationales[7]. La signature en janvier 2012 du partenariat scientifique entre les deux institutions et le soutien de la Fondation BNP Paribas, a permis de mener une opération de grande ampleur. Un travail d'inventaires scientifiques et archivistiques est effectué sur les relevés climatologiques de la période 1850-1970 conservés par les Archives nationales, à Fontainebleau. Les carnets d'observations, les comptes rendus quotidiens (CRQ), les relevés des départements, des postes bénévoles, des écoles normales, des hôpitaux militaires d'outre-mer sont autant de sources précieuses d'informations pour la connaissance du climat passé de la France et de ses anciennes colonies.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]