Aude (département)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aude.
Aude
Aude (département)
Aude (département)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Création du département 4 mars 1790
Chef-lieu
(Préfecture)
Carcassonne
Sous-préfecture(s) Limoux
Narbonne
Président du
conseil général
André Viola (PS)
Préfet Louis le Franc
Code Insee 11
Code ISO 3166-2 FR-11
Code Eurostat NUTS-3 FR811
Démographie
Population 359 967 hab. (2011)
Densité 59 hab./km2
Géographie
Superficie 6 139 km2
Subdivisions
Arrondissements 3
Circonscriptions législatives 3
Cantons 35
Intercommunalités 13
Communes 438
Carcassonne, préfecture du département traversée par l'Aude.

L'Aude est un département français de la région Languedoc-Roussillon, qui se situe dans le Sud de la France. Il a pour chef-lieu Carcassonne, avec sa célèbre ville médiévale fortifiée.

Le nom vient du fleuve l'Aude[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de l'Aude.

Les premiers hommes[modifier | modifier le code]

Crâne de l'Homme de Tautavel découvert à Tautavel, non loin de l'Aude.

Des traces humaines sont trouvées dans le département vers 1 500 000 ans av. J.-C. sous forme de percuteurs et d'outils travaillés sur la butte de Grazailles à Carcassonne. Mais la découverte la plus intéressante est celle du crâne de l’homme de Tautavel faite par Henry de Lumley sur la commune de Tautavel dans le département voisin des Pyrénées-Orientales[2]. C’est le plus vieux crâne connu en Europe. Il date d’environ 450 000 ans av. J.-C. L'homme de Tautavel vivait vraisemblablement dans toute la région.

La période gallo-romaine[modifier | modifier le code]

Les Romains, dirigés par le général-consul Domitius Ahenorbarbus, s’installent tout d’abord à Narbonne en 118 av. J.-C., sur l’oppidum de Montlaurès, qui devient la capitale de la province et un port marchand très actif. L’emplacement est stratégique puisqu’il se situe au carrefour de la voie Aquitania et la voie Domitia, ainsi qu’en bord de mer et près de l’embouchure de l’Aude. Carcassonne devient latine en 30 av. J.-C. avec de nombreuses exploitations agricoles céréalières. Pendant près de deux siècles, l’Aude est en paix et l’économie de la région se développe très fortement.

Diverses occupations[modifier | modifier le code]

Les Wisigoths envahirent le pays en 435 alors que Flavius Aétius, sénateur romain, était occupé à réprimer les bagaudes, des brigands de la Gaule. En 507, la bataille de Vouillé remporté par Clovis lui permit de conquérir Toulouse et l’Aquitaine mais il ne put récupérer le territoire de l’Aude qui resta aux mains des Wisigoths, grâce au secours du roi des Ostrogoths, dont les troupes battirent le fils du conquérant franc en 508. La région faisait alors partie de la Septimanie, ainsi appelée car elle se composait de sept évêchés que les rois wisigoths y avaient établis : Elne, Agde, Narbonne, Lodève, Béziers, Maguelonne et Nîmes. La Septimanie recouvrait l’Aude mais aussi toute la région Languedoc-Roussillon.

Mise en place des comtés[modifier | modifier le code]

En 817, Louis le Débonnaire détache le Carcassès et le Razès de la Septimanie pour les réunir au marquisat de Toulouse et au royaume d’Aquitaine. Le premier comte de Carcassonne, Oliba, de la famille des comtes de Barcelone, est alors mis en place en 819. Le Razès était un autre comté formé par un archevêque de Narbonne, chassé de sa ville par les Sarrasins. Il y avait transporté son siège épiscopal et avait procuré à ce petit pays les honneurs du titre féodal. Narbonne forma un troisième comté. Ainsi, le département de l’Aude était formé au IXe siècle de trois comtés : le comté de Carcassonne, le comté du Razès et le comté de Narbonne. En 880, le comté du Razès est uni par un mariage à celui de Carcassonne pour n’en être plus jamais séparé.

Le catharisme en Aude[modifier | modifier le code]

Au XIIIe siècle, la région connaît le développement du catharisme. Cette religion fut très vite jugé comme hérétique par l’Église catholique. Et face à son implantation profonde dans les comtés de Carcassonne et de Toulouse, le pape Innocent III lance en 1209 la croisade contre les Albigeois. Les barons du nord s’unissent pour former l’armée des chevaliers croisés sous les ordres de Simon de Montfort. Tandis que le comte de Toulouse Raymond VI reçoit l’absolution, le comte de Carcassonne affronte seul l’armée. La cité de Carcassonne devient le refuge de nombreux cathares.

La crise protestante et l’expansion économique du département[modifier | modifier le code]

En 1561, des troubles religieux apparaissent à Carcassonne sous forme de crise protestante. Le duc de Henri Ier de Montmorency, gouverneur du Languedoc, rejoint les réformés en 1574. Côté catholique, c’est le duc Anne de Joyeuse qui prend la tête de la ligue catholique. Henri II de Montmorency, est défait lors de la bataille de Castelnaudary en septembre 1632 contre les troupes royales, puis condamné à mort et exécuté à Toulouse.

La création du département[modifier | modifier le code]

Carte du département de l’Aude lors de sa création en 1790

Le département a été créé à la Révolution française, le 4 mars 1790, en application de la loi du 22 décembre 1789, à partir d’une partie de l’ancienne province du Languedoc. Les députés des trois sénéchaussées de Carcassonne, Limoux et Castelnaudary s’accordaient pour réclamer des changements quel que soit l’ordre auquel ils appartenaient. La majorité des sociétés populaires créées dans les communes fut rattachée au Club des Jacobins, de préférence au Club des Cordeliers. Le département de l’Aude apparut le 29 janvier 1790. Les divisions administratives furent modifiées par la loi du 28 pluviôse an 8, qui créa quatre arrondissements (Poincaré les réduisit à trois en 1926) et ramena le nombre de cantons de 45 à 31.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

L'Aude connaît une forte production viticole tandis que les céréales du Lauragais éprouvent de grandes difficultés. Mais, le département subit la surproduction et la mévente du vin. En 1907, sous l’impulsion de Marcelin Albert et du maire de Narbonne, Ernest Ferroul, la crise viticole se transforme en révolte des vignerons. Cela se traduit par la création à partir de 1909 de nombreuses caves coopératives audoises.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de l'Aude

Les armes de l'Aude se blasonnent ainsi : « De gueules à la croix cléchée, vidée et pommetée de douze pièces d'or, à la bordure crénelée d'argent. »

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie de l'Aude.

L’Aude fait partie de la région Languedoc-Roussillon. Elle est limitrophe des départements des Pyrénées-Orientales au sud, de l’Ariège à l'ouest, de la Haute-Garonne au nord-ouest, du Tarn au nord et de l’Hérault au nord-est. À l’est, le département est bordé par la Méditerranée (golfe du Lion) sur 47 km. Sa superficie est de 6 343, ce qui le classe au 39e rang des départements français. L’Aude est aussi un département pyrénéen dont le point culminant est le pic de Madrès à 2 469 m.

Points extrêmes du département de l'Aude :

Population
Superficie
  • Commune la plus étendue : Narbonne (17 296 hectares)
  • Commune la moins étendue : Gramazie (200 hectares)

Régions naturelles[modifier | modifier le code]

Régions naturelles de l’Aude

Dans ce département se trouvent des pays qui sont des régions naturelles :

  1. Lauragais
  2. Montagne Noire
  3. Cabardès
  4. Carcassonnais
  5. Razès
  6. Quercob
  7. Pays de Sault
  8. Minervois
  9. Corbières
  10. Narbonnais

Paysages[modifier | modifier le code]

Paysage de montagne dans le Razès à Quillan

Chaque région naturelle de l’Aude est marquée par un paysage particulier. Ainsi, dans l'Est, la lagune et les étangs du littoral forment une barrière littorale entre les terres et la mer. Ils se sont formés par l’accumulation des sédiments apportés par l’Aude, l’Orb et l’Hérault. Ce paysage est constitué de nombreux étangs où l’eau est saumâtre. Le milieu est assez contraignant pour la faune et la flore car il doit subir les assauts de la mer, du soleil, du dessèchement et des inondations. S’y sont développés des plantes halophiles et c’est le lieu privilégié des animaux comme le flamant rose ou l’échasse blanche.

Plus à l'ouest, dans les terres, le maquis et la garrigue dominent le paysage des zones sèches de l’Aude et des Corbières. Ce paysage est issu du déboisement et était entretenu par l’élevage des animaux. La flore y est variée et typique. On y retrouve de nombreuses espèces d’orchidées. Le pays de Sault est dominé par des hêtraies et des sapinières à l’étage montagnard. Ces forêts sont réputées par leurs champignons et détiennent une flore et une faune riche comme le lis des Pyrénées, Calotriton asper ou la prêle des bois.

Dans le Nord et dans l’Ouest, le pays de la montagne noire est constituée de forêts de chênes et de hêtres. Le lauragais est constituée d’un paysage de bocage où l’agriculture céréalière façonne les collines. On y trouve des plans d’eau comme le lac de la Ganguise. Enfin, la haute vallée de l’Aude (Razès) est formée d’une ripisylve constituée de hêtres, aulnes, peupliers ou frênes. On y trouve quelques tourbières, assez rares dans le Sud de la France.

Géologie[modifier | modifier le code]

Carte du relief et des principales villes

Les paysages de l'Aude peuvent s’expliquer grâce à la géologie. Dans le Sud, se trouvent des roches sédimentaires plissées lors de la formation des Pyrénées. Dans le Nord et le centre, se trouve des roches sédimentaires moins plissées. Dans l’extrême Est, près de la Méditerranée, les roches sont entaillées de failles d'effondrement (faille normale) qui sont dues à l'ouverture du Golfe du Lion.

Article connexe : Géologie des Pyrénées.

La Montagne Noire et le Minervois, dans le Nord, sont constitués de schistes et de marbre constituant la limite sud du Massif central. Ce sont des roches anciennes formées il y a plus de 300 millions d’années et déformées par la formation de la chaîne hercynienne. La Montagne d'Alaric est un pli anticlinal en forme de voûte et constitué de calcaire.

Il est à noter que l'Aude est le seul département du pays à être adossé sur deux massifs montagneux à la fois.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de l’Aude est un climat à dominante méditerranéenne. L’automne est caractérisé par des orages violents et rapides. L’été est souvent chaud et sec ce qui est favorable à la culture de la vigne et de l’olivier.

Mais le département est plus contrasté. Dans le Nord, la Montagne Noire, et dans le Sud, le pays de Sault, sont des climats à dominante montagnarde avec des températures parfois très basses en hiver. Dans l’Ouest, le climat est à dominante aquitaine avec des précipitations plus importantes tandis que dans l'Est le climat est purement méditerranéen. Dans le centre — régions limouxine, carcassonnaise et du Razès – le climat est dit intermédiaire avec des expositions importantes aux vents.

Les vents sont souvent présents dans l’Aude. C’est l’un des départements français les plus venteux avec 300 à 350 jours de vent par an[3]. Ce phénomène est essentiellement dû aux reliefs nord et sud qui forment un couloir. Du nord-ouest souffle le cers, appelé tramontane en Catalogne ou mistral en Provence. C’est un vent de terre, sec, violent et froid en hiver. De l'est souffle le marin qui devient l’autan au-delà de Castelnaudary et en pays toulousain. Il est chaud et humide et provient de la mer. Ces vents réguliers ont permis d’installer des parcs d’éoliennes comme à Avignonet-Lauragais.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le réseau hydrographique de l’Aude est marqué par son fleuve du même nom. Il prend sa source au Roc d’Aude, traverse les barrages de Matemale et Puyvalador sur le plateau du Capcir à 1 500 m, puis traverse le département du sud au nord en passant par Axat, Quillan et Limoux en suivant la haute vallée de l’Aude. À Carcassonne, le fleuve change de direction vers la mer Méditerranée à l’est, où il se jette près de Fleury.

Économie[modifier | modifier le code]

Population active occupée par secteur d’activité économique[4]
Agriculture 10 017 personnes
Industrie 11 093 personnes
Construction 6 388 personnes
Tertiaire 76 928 personnes

Le secteur primaire tenait une place importante dans le département de l’Aude. Mais depuis les années 1960, ce dernier est en déclin.

Agriculture et pêche[modifier | modifier le code]

Entrée du port de Leucate

L’Aude est un pays agricole où la viticulture domine dans l’Est avec les vins de Corbières ou de la Clape, dans le centre avec le Minervois et les côtes de Malpeyre et dans le Sud avec la blanquette de Limoux. Dans le Lauragais, c’est l’agriculture céréalière qui domine tandis que dans la Montagne Noire seul l’élevage de moutons est possible. De plus, on observe depuis peu une augmentation de la culture d’oliviers en vue de produire de l’huile d'olive.

Port-la-Nouvelle est le premier port de pêche du département suivi du port de Gruissan. En 1996, l’Aude comptait 127 navires de pêche dont 75 à Port-la-Nouvelle et 52 à Gruissan[5]. Ces navires se répartissaient comme suit :

  • chalutiers : 19 à Port-la-Nouvelle,
  • thoniers : 2 à Port-la-Nouvelle,
  • petits métiers : 106 dont 54 à Port-La-Nouvelle et 52 à Gruissan.

Les petits métiers correspondent à des embarcations de type barque avec un seul homme pêchant en étang ou des embarcations de type vedette pêchant au large des côtes et emmenant au maximum trois personnes. 85 % des embarcations de petits métiers sont destinées à la pêche en étang comme dans l’étang de Thau.

Viticulture[modifier | modifier le code]

La viticulture est la première économie du département. Les terroirs de l’Aude sont variés et de caractère. La viticulture a connu ses heures de gloire mais aussi de grandes difficultés. Aujourd’hui, elle s’est adaptée et doit encore s’adapter à un marché difficile et changeant. Ce sont les Grecs qui implantent la vigne en Aude et les Romains qui fixent les droits d’exploitation. Les premières vignes sont plantées dans le Minervois au Ier siècle.

Carte des vignobles de l’Aude

Mais la vigne et le vin ne sont produits que pour un usage courant et d’autosuffisance pendant des années. Les céréales et les oliviers dominaient les plaines fertiles de l’Aude. C’est au début du XIXe siècle que le vin se développe dans l’Aude et le reste du Languedoc-Roussillon. Le vin devient un produit de consommation courante. Les rendements sont nécessaires et la vigne remplace les céréales dans les plaines. Une première période de prospérité est importante vers 1850 avant que le phylloxera fasse son apparition vers 1870. À la fin du XIXe siècle, l’Aude connaît une deuxième période faste mais la crise viticole se déclenche en 1901 à cause d’une production importante, de fraudes et de méventes. Elle atteint son paroxysme lors de la révolte des vignerons en 1907. Les viticulteurs créent alors un groupement de coopérants et s’organisent pour éviter les fraudes et la tromperie. En 1919 puis en 1935, une loi sur les AOC est adoptée sous l’impulsion de Jean Capus. L’INAO est dès lors mis en place comme organisme de contrôle et d’applications de décrets.

Après la Seconde Guerre mondiale, le vignoble est redynamisé et la région vit d’une viticulture de masse. Le vin est produit en grande quantité et satisfait une population peu exigeante. Il faut fournir un produit en grande quantité à très bas prix. En 1970, le marché a évolué remplaçant la quantité par la qualité et provoquant une seconde crise viticole. De nombreuses manifestation, négociations et attentats paralysent la région et l’économie. Émile Pouytès et le CRS Joël LE Gof meurent tragiquement à Montredon-des-Corbières le 4 mars 1976 durant cette crise. Une large évolution de la viticulture audoise se met en marche avec une réorganisation de la profession et du vignoble. La qualité doit alors devenir la marque du vin de l’Aude.

L’Aude a un terroir riche et varié. Le soleil est très présent et permet de produire un vin de qualité. De nombreux crus sont présents dans le département allant des vins de table aux AOCS en passant par les vins de pays et les VDQS. On distingue sept zones principales de production :

Ces zones produisent différents vins comme la blanquette de Limoux, le crémant et chardonnay du Limouxin, la Clape, les Corbières, le Fitou ou le Cabardès.

Industrie et énergie[modifier | modifier le code]

L’activité industrielle est fortement représentée dans la haute vallée de l’Aude surtout dans l’arrondissement de Limoux depuis la fin du XIXe siècle. Aujourd’hui encore, l’usine de brique (groupe Lafarge) de Limoux est en pleine expansion.

Mais depuis les années 1970, l’industrie connaît un rapide déclin des industries traditionnelles comme la chaussure ou le chapeau. Elle est surtout présente aujourd’hui dans l’arrondissement de Narbonne, notamment avec les installations portuaires et les dépôts pétroliers de Port-la-Nouvelle.

À partir de 1889, la haute vallée de l’Aude connaît un essor important de l’hydroélectricité. Elle fut même le premier département dans le transport et la production d’hydroélectricité grâce aux usines d’Alet et de Quillan. Sous l’impulsion de Joachim Estrade fut créé la Société méridionale de transport de force (SMTF) qui devient la première société d’électricité en France en 1901. L’usine d’Axat-Saint-Georges alimentait les villes de Carcassonne et de Narbonne avec du 20 000 volts.

Aujourd’hui, le département de l’Aude est le premier département en ce qui concerne le nombre d’éoliennes installées. Il existe 113 éoliennes en fonctionnement. Elles ont une puissance d'environ 91 MW et produisent une quantité d'énergie qui représente la consommation domestique d’électricité d’environ 100 000 personnes[6]. Avec la multiplication de ces installations, la préfecture cherche à mettre en place en concertation avec tous les acteurs (habitants, industriels…) une charte de bonne conduite sur l'éolien.

Toujours dans le domaine de l'énergie, EDF a implanté la plus grande centrale photovoltaïque d'Europe vers Moussan, pas loin de l'usine Comurhex, usine stratégique pour l'industrie nucléaire puisqu'elle transforme le carburant nucléaire.

L'Aude est aussi le siège d'entreprises comme Lafarge (Port la Nouvelle), Actis (Quillan), Formica (Quillan), Salins du Midi (Gruissan), Narbonne Accessoires (Narbonne), Jean de Bru (Carcassonne), Minilampe (Carcassonne), Chipie (Carcassonne), Ateliers d'Occitanie (Narbonne) ...

Artisanat[modifier | modifier le code]

L'artisanat est très bien représenté dans l'Aude. Il occupe plus de 14,6 % de la population active. Il représente 5 400 entreprises dans 250 métiers qui réalisent un chiffre d'affaires de trois milliards de francs[7].

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de l'Aude sont les Audois. Le recensement de 1990 confirme une croissance de la population de l'Aude depuis les années 1960 avec environ 700 habitants de plus par an. Cette croissance s'explique par le retour des retraités de plus de 60 ans dans leur région d'origine et par l'arrivée d'une population immigrée issue du bassin méditerranéen[8].

Au dernier recensement, la population de l'Aude représente 0,5 % de la population française et 14,1 % de la population du Languedoc-Roussillon. Elle est essentiellement rurale avec une densité de 48 hab/km2 soit deux fois moins que la moyenne nationale. Les deux villes principales, Carcassonne et Narbonne, sont des villes moyennes regroupant seulement un tiers des habitants du département.

Évolution de la population depuis 1975[9] :

1975 1982 1990 1999 2006
272 000 281 000 299 000 310 000 341 022

Transport[modifier | modifier le code]

Deux grands axes routiers traversent le département de l'Aude. De l'ouest à l'est, l'autoroute des Deux Mers ou A61 permet de rejoindre Toulouse et Narbonne en passant par la préfecture de l'Aude, Carcassonne. Du nord au sud, en suivant la côte méditerranéenne, l'autoroute A9 permet de rejoindre l'Espagne vers le sud et Montpellier vers le nord.

Le réseau ferré suit le même trajet que le réseau routier. Il est constitué d'un réseau à faible vitesse mais un projet de construction d'une ligne à grande vitesse est en cours pour rejoindre l'Espagne dans le cadre du réseau ferroviaire transeuropéen (RTE).

Enfin, l'Aude est traversée par le canal du Midi qui est un axe fluvial majeur touristique permettant de passer de l'océan Atlantique à la mer Méditerranée. Il pénètre à l'ouest dans l'Aude au niveau du seuil de Naurouze puis rejoint la Méditerranée au niveau de Sète.

Politique[modifier | modifier le code]

Carte des arrondissements et des cantons de l'Aude
Les 3 arrondissements de l'Aude
Les 3 circonscriptions de l'Aude

La population de l'Aude exprime des opinions royalistes jusqu’à la fin de la Restauration. En 1830, les idées républicaines progressent et feront de ce département un bastion de la gauche. Cette progression est symbolisée par deux hommes : Armand Barbès et Théophile Marcou. Armand Barbès apparaît comme le symbole du combat pour une République démocratique sociale.

C'est dans l'Aude que François Mitterrand réalisa son meilleur score lors de l'élection présidentielle de 1981 avec un peu plus de 63 % des voix.

Éducation[modifier | modifier le code]

Le département de l'Aude compte 367 établissements dans le premier degré, ce qui représente 30 055 élèves en 2005[10]. Entre 2000 et 2006, les effectifs du primaire ont régulièrement augmenté passant de 28 331 élèves à 30 489 élèves[11]. Dans le secondaire, le département décompte 31 collèges et 17 lycées publics et privés pour environ 23 000 élèves en 2006[12].

Culture[modifier | modifier le code]

Fêtes et traditions[modifier | modifier le code]

Le carnaval de Limoux est la fête du pays audois qui se déroule durant plus de dix semaines. C'est l'un des plus longs carnavals du monde. Il se déroule dans la ville de Limoux sur la place de la République tous les weekends de mi-janvier à fin mars. Il se caractérise par des bandes en costumes de pierrot (les fécos) accompagnés de musiciens.

Dans la région limouxine, une grande fête de la gastronomie, Toques et clochers organisée par les vignerons du Sieurs d'Arques, se déroule le weekend des Rameaux. Elle permet de vendre une grande quantité de vins afin de restaurer le patrimoine local.

L'été voit Narbonne s'animer avec ses Fiestas Latinas et la Cavalcade d'Ermengarde.

La Saint-Pierre, la fête des pêcheurs, est très vivace à Leucate et à Gruissan. Dans cette dernière commune, la Saint-Pierre s'accompagne d'un pélerinage à Notre-Dame des Auzils.

Autre pélerinage, celui de Notre-Dame de Marceille, en l'honneur de la Vierge du Dimanche.

Le Festival de la Cité de Carcassonne est un grand rendez-vous d'art lyrique hébergé par la Cité de Carcassonne.

Impossible, d'ailleurs, de manquer l'embrasement de la Cité à chaque quatorze juillet, avec en préambule l'émission taratata animée par Nagui.

D'une façon plus littéraire, l'Aude est aussi liée au mystère entourant le trésor de l'abbé Saunière, au trésor des Templiers et au sermon du Curé de Cucugnan.

L'Aude compte de nombreux chanteurs et musiciens, les plus connus étant Charles Trénet, Olivia Ruiz, Virgil et René Coll.

Sport[modifier | modifier le code]

Le rugby à XV est un sport très pratiqué en Aude. Il apparaît dès le début du XXe siècle et le club U.S.Quillan domine la fin des années 1920. Jean Bourrel remporte le titre en 1929 face à Lézignan. L'équipe de Carcassonne sera leader après la Seconde Guerre mondiale. Puis se sera le Racing Club Narbonnais, champion de France en 1936 et 1974, détenteur de neuf challenge du Manoir et finaliste du Bouclier européen 2001. Mais depuis peu, le rugby à XV audois a du mal à s'imposer dans un sport qui s'est mondialisé et professionnalisé. L'équipe de Carcassonne (Union Sportive Carcassonnaise) et de Narbonne (Racing-Club-Narbonne-Méditerranée) évoluent tout de même dans le championnat de Pro D2.

L'Aude est la terre du rugby à XIII et les équipes de Limoux, Carcassonne et Lézignan évoluent dans l'élite. Puig-Aubert était un joueur emblématique du rugby à treize qui jouait à l'AS Carcassonne.

Le volley-ball est très présent dans l'Aude : le Narbonne Volley-Ball évolue en ProA et le Gruissan Volley Ball (Nationale II) est réputé pour ses nombreux titres chez les jeunes filles.

Chaque 15 août, dans la ville de Quillan s'organise un critérium cycliste, le critérium cycliste de Quillan. C'est le plus ancien des critériums cyclistes.

Le tour de l'Aude féminin est un des événements cyclistes féminins des plus importants. Il a lieu généralement au mois de mai. Il fait partie des trois étapes de la Coupe du Monde cycliste avec le Tour de France et le Tour d'Italie.

Le Mondial du vent, compétition nautique regroupant des planches à voile, a lieu chaque année à Leucate.

En 1993, l'Aude a accueilli plusieurs épreuves des Jeux Méditerranéens : rugby, football, handball, canoé-kayak, voile. Depuis cette date, l'équipe de France de natation synchronisée s'entraîne à Narbonne et l'équipe de France de canoé-kayak utilise les infrastructure d'Axat.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Menu cassoulet à Carcassonne

Le fréginat (plat traditionnel des Corbières), est présent dans tous les villages et les campagnes de ces montagnes. Il se fait à base de viande de porc fricassés, et avec des haricot blanc (lingots de Castelnaudary), le tout parfumé aux herbes de garigues. Sur le littoral audois, la borrida d'anguilles était un plat de choix. Et le cassoulet de Castelnaudary fait à base de haricot blanc et de charcuterie est le plat typique du Lauragais Audois.

D'autres spécialités existent comme les huîtres de Gruissan et de Leucate et il y a aussi la Pecajoune. L'huile d'olive est aussi un produit très répandu dans l'Aude et a fait la spécialité de Bize-Minervois. La cartagène est un vin de liqueur commercialisé par quelques producteurs. L'Hypocras, un breuvage médiéval, est notamment produit dans les Corbières. Enfin, la blanquette de Limoux est un vin blanc pétillant très apprécié dans le département, dont l'origine remonte au XVIe siècle. C'est d'ailleurs le plus vieux vin pétillant connu, bien avant le Champagne.

Langue occitane[modifier | modifier le code]

La langue occitane est parlée dans l'Aude dans sa variante languedocienne. Le nom du département se dit Aude (pr. ['awde]) en occitan.

Dans l'Aude, l'occitan est très peu utilisé de façon écrite avant le XIe siècle. Mais plusieurs poètes et troubadours comme Raimon de Miraval utilisent la langue fondée sur l'amour courtois au XIIe siècle et au XIIIe siècle. Aux XIVe et XVe siècles, l'occitan est utilisé pour rédiger les écrits administratifs locaux. Au XVIe siècle, la langue d'oc est moins utilisée au profit de la langue du roi, le français, dont l'utilisation est rendue obligatoire par l'édit de Villers-Cotterêts en 1539. Elle survit cependant très bien dans la population jusqu'au XXe siècle et l'instauration de l'école publique et obligatoire en français.

Dans les années 1970 et 1980, de nouvelles revendications apparaissent avec le combat pour la dignité de la langue et son enseignement. Le discours occitaniste touche un public élargi et des chanteurs comme Claudi Marti ou Mans de Brèish ou La Sauze prônent l'utilisation de l'occitan.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Plage de Leucate-La Franqui

L'Aude est un département touristique possédant un patrimoine culturel important et des sites naturels très variés. Depuis les années 1990, l'Aude a développé l'attrait de son territoire en misant sur le développement de la publicité autour du catharisme. L'Aude a ainsi été nommé Pays Cathare par le Conseil Général afin de marquer le caractère authentique et mystérieux du département, notamment avec ses nombreux châteaux cathares.

Le tourisme est aussi favorisée grâce à un parc hôtelier toutes catégories de 313 500 lits disponibles à l’année. L'Aude estime sa fréquentation touristique à 17 110 000 nuitées en 2010 pour un chiffre d’affaires de 842 000 000 euros permettant d'occuper 5 800 emplois directs et 9 500 emplois saisonniers[13].

Dans un secteur très limité de la vallée de l'Orbiel, le département a eu ponctuellement des problèmes de pollution à cause de ses mines d'or désaffectées (mercure et arsenic).

Patrimoine architectural et urbain de l’Aude[modifier | modifier le code]

L'Aude possède une quinzaine de bastides, construites après le traité de Meaux en 1229, lorsque la région est rattachée à la couronne capétienne. La bastide est un type d'urbanisation basé sur un quadrillage créé d'un seul jet et placé sur un site nouveau sans construction. Le but de telles constructions est d'affaiblir les seigneurs locaux et d'attirer la population vers de nouveaux centres économiques. Ces bastides rentrent en concurrence avec les villages castraux centrés sur un pouvoir ecclésiastique ou seigneurial. Chalabre, Camps-sur-l'Agly, bastide Saint-Louis à Carcassonne sont des exemples de bastides de l'Aude.

Château de Puilaurens

Le département possède de nombreux châteaux qui sont mis en valeur par le conseil général de l'Aude afin de stimuler le tourisme. Les forteresses sont souvent situées sur des pitons rocheux, comme le château de Quéribus ou les châteaux de Lastours, leur donnant une position stratégique. La cité de Carcassonne était le centre logistique du pays lors des conflits avec le royaume d'Aragon.

Abbaye de Fontfroide, haut-lieu touristique de l'Aude

De nombreuses abbayes sont dispersées dans le département de l'Aude. Les plus connues sont l'abbaye de Fontfroide, l'abbaye Sainte-Marie de Lagrasse, l'abbaye Sainte-Marie de Villelongue ou l'abbaye de Saint-Hilaire.

La cathédrale Saint-Just-et-Saint-Pasteur est une cathédrale gothique remarquable et inachevée. C'est un des symboles de la présence française en terre du Languedoc au Moyen Âge.

Spéléologie[modifier | modifier le code]

L'Aude détient de nombreuses cavités naturelles et souterraines propices à la spéléologie. Le pays de Sault est constitué de calcaire, l'une des plus vaste zone des Pyrénées, favorables à la formation de cavités. On y trouve de nombreux barrenc le nom local pour les gouffres. Ce plateau abrite notamment une grotte le TM71 qui est une superbe cavité classé comme réserve naturelle depuis 1987. C'est un cas unique en France.

D'autres cavités naturelles de l'Aude contiennent des concrétions comme le gouffre de Cabrespine, la grotte d'Aguzou ou la grotte de Limousis. Cette dernière contient le plus gros bloc d'aragonite découvert. Dans le massif des Corbières, sur le plateau de Lacamp, se trouve des cavités particulières formées de roches détritiques (marnes, argiles et poudingues) creusées par l'érosion.

Les résidences secondaires[modifier | modifier le code]

Selon le recensement général de la population du 1er janvier 2008, 26,5 % des logements disponibles dans le département étaient des résidences secondaires.

Ce tableau indique les principales communes de l'Aude dont les résidences secondaires et occasionnelles dépassent 10 % des logements totaux.

L'Aude dans l'art[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Toute la diversité du paysage, son authenticité et la singularité de ses monuments ont attirés de nombreux cinéastes. Ainsi, la cité de Carcassonne est le lieu de nombreux tournages. Le parfait état préservée de cette cité offre en effet des décors rêvé pour les films historiques. En 1908, les cinéastes délaissent les décors sur toile et Louis Feuillade filme devant les tours de la cité pour le retour du croisé, serment de fiançailles ou la guitare enchantée. En 1924, des films à gros moyens sont produits comme Le Miracle des loups de Raymond Bernard. En 1928, pour le bimillénaire de la cité de Carcassonne, Jean Renoir réalise Le Tournoi dans la cité. En 1965, la cité de Carcassonne apparaît dans Le Corniaud de Gérard Oury. En 1968 Le Petit Baigneur de Robert Dhéry (avec Louis de Funès et Michel Galabru) est tourné aux Cabanes de Fleury (embouchure de l'Aude).

Plus récemment, le château comtal de la cité sert de décor pour Les Visiteurs de Jean-Marie Poiré en 1992 tandis que le château de Puivert est utilisé dans La Passion Béatrice de Bertrand Tavernier en 1987 et La Neuvième Porte de Roman Polanski en 1999. La plage de Gruissan est présente dans 37°2 le matin de Jean-Jacques Beineix.

Vu par les peintres[modifier | modifier le code]

Comme pour le cinéma, c'est la cité de Carcassonne qui attira les plus grands peintres. Jacques Ourtal est celui qui peignit le plus la cité en essayant de reproduire la cité à différentes époques. Originaire de Fontiers-Cabardès, le peintre audois Eugène Pech a représenté de nombreuses fois des peintures de la cité aujourd'hui dispersées dans différentes collections publiques et privées. On peut tout de même retrouver les quatre époques de La Cité servant de décors pour L'Hôtel de la Cité.

Une autre artiste audoise, Marie-Louise Petiet, est connue pour sa retranscription de scènes de la vie populaire comme La marchande d'oranges ou La jeune fille aux oies. Plusieurs de ses œuvres sont visibles au musée Petiet de Limoux. Les blanchisseuses représentant une scène de leçon de blanchisserie est particulièrement remarquable et connu. Enfin, durant la même période, Paul Sibra peint de nombreux paysages de l'Aude avec des peintures des Corbières, du Lauragais, de Castelnaudary et des villages perchés sur des buttes.

Achille Laugé (1861 Arzens, 1944 Cailhau), incompris à cause de sa technique pointilliste, a su rendre l'éclosion du printemps, notamment avec les genêts et les amandiers en fleur.

Un autre artiste peintre, Lina Bill (Louis Bonnot), né à Gruissan en 1855 et mort à Avignon en 1936, a peint la Provence et la Méditerranée (musées de Narbonne, de Carcassonne, et musée d'Orsay à Paris).

Personnalités de l’Aude[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

C'est dans l'Aude que s'est créée la première radio occitane de la région Languedoc-Roussillon : Ràdio Lenga d'òc 95.5 FM (http://www.lengadoc.eu)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de l'Aude sur le site du SANDRE
  2. Découverte faite en juillet 1971 Voir site de Tautavel
  3. Les Couleurs de l’Aude de André Authier et Jean-Philippe Vidal, édition les créations du Pélican, page 4 (ISBN 978-2-7191-0630-3)
  4. Chiffres INSEE de 1999
  5. Économie de l’Aude sur le site de la préfecture de l’Aude
  6. Source du 07/03/2006 : préfecture de l'Aude
  7. Données de la préfecture de l'Aude
  8. Données issues du site de la préfecture de l'Aude
  9. « Population aux derniers recensements par département », INSEE (consulté le 9 juin 2007)
  10. « Rentrée 2005 », Inspection académique de l'Aude (consulté le 10 juin 2007)
  11. « Évolution des effectifs », Inspection académique de l'Aude (consulté le 10 juin 2007)
  12. « Scolarité », Inspection académique de l'Aude (consulté le 10 juin 2007)
  13. Données issues du Conseil général de l'Aude

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Couleurs de l'Aude d’André Authier et Jean-Philippe Vidal, édition les créations du Pélican (ISBN 978-2-7191-0630-3)
  • L’Aude de la préhistoire à nos jours (s. dir. de Jacques Crémadeilis), Saint-Jean-d’Angély, 1989, 430 p.
  • Les Audois : dictionnaire biographique (s. dir. de Rémy Cazals et Daniel Fabre), Carcassonne, Association des Amis des Archives de l’Aude, Société d’études scientifiques de l’Aude, 1990, 347 p.
  • Michel Gayraud, Narbonne antique des origines à la fin du IIIe siècle. Paris, De Boccard, Revue archéologique de Narbonnaise, Supplément 8, 1981, 591 p.
  • Histoire de Narbonne (s. dir. de Jacques Michaud et André Cabanis), Toulouse, Privat, 2004, 330 p.
  • Aude, pays cathare, collectif, Guides Gallimard, 2004
  • Bilotte M. et Al., Géologie du département de l'Aude, Société d'études scientifiques de l'Aude, 1989
  • Je t'écris de Carcassonne, de Claude Marti et Patrice Cartier, Du Mont, 2011

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]