Avignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Avignon (homonymie).
Avignon
Le centre historique autour du palais des papes.
Le centre historique autour du palais des papes.
Blason de Avignon
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Vaucluse (préfecture)
Arrondissement Avignon (chef-lieu)
Canton chef-lieu de quatre cantons
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Avignon
Maire
Mandat
Cécile Helle
2014-2020
Code postal 84000
Code commune 84007
Démographie
Gentilé Avignonnais
Population
municipale
90 194 hab. (2011)
Densité 1 392 hab./km2
Population
aire urbaine
515 123 hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 43° 57′ 00″ N 4° 49′ 01″ E / 43.95, 4.817 ()43° 57′ 00″ Nord 4° 49′ 01″ Est / 43.95, 4.817 ()  
Altitude Min. 10 m – Max. 122 m
Superficie 64,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte administrative du Vaucluse
City locator 14.svg
Avignon

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte topographique du Vaucluse
City locator 14.svg
Avignon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Avignon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Avignon
Liens
Site web avignon.fr
Vue sur le palais neuf.
La place du palais des papes avec le Petit Palais au fond de la place ; en arrière-plan le Rhône et le pont d'Avignon ; au fond le fort Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon.

Avignon ([a.viˈɲɔ̃]) est une commune du sud de la France, située dans le Vaucluse en Provence-Alpes-Côte d'Azur, et installée sur la rive gauche du Rhône qui marque la limite avec le Gard et la région Languedoc-Roussillon. Au sud d'Avignon, c'est la Durance qui sépare la ville des Bouches-du-Rhône. Sur les 90 194 habitants de la commune au 1er janvier 2011[1], environ 15 000 demeuraient intra-muros. L'unité urbaine[2] (c'est-à-dire l'agglomération au sens morphologique telle que la définit l'Insee) comptait 445 501 habitants en 2011[3]. Avignon est aussi au cœur d'une vaste aire urbaine de 515 123 habitants en 2011[4], la seizième de France par sa population, regroupant 246 communes.

Surnommée la « cité des papes » en raison de la présence des papes de 1309 à 1423, elle est actuellement la plus grande ville et le chef-lieu du département de Vaucluse. C'est l'une des rares villes françaises à avoir conservé ses remparts, son centre historique, composé du palais des papes, de l'ensemble épiscopal, du Rocher des Doms et du pont d’Avignon. Elle a été classée patrimoine mondial de l'UNESCO sous les critères I, II et IV.

La renommée de son festival, le festival d'Avignon, véritable vitrine artistique et culturelle de la ville, a largement dépassé les frontières françaises. La ville est capitale européenne de la culture en 2000.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Avignon, vue depuis l'île de la Barthelasse.
Avignon Palais des Papes et grande roue

Localisation[modifier | modifier le code]

Avignon se situe au confluent du Rhône et de la Durance, et de ce fait, est limitrophe à l'ouest avec le département du Gard et les communes de Villeneuve-lès-Avignon et Les Angles, et au sud avec les Bouches-du-Rhône et les communes de Barbentane, Rognonas, Châteaurenard et Noves.

La ville se situe à proximité d’Orange (au nord), de Nîmes, Montpellier (au sud-ouest), d’Arles (au sud) et de Salon-de-Provence, Marseille (au sud-est).

Directement accolées à l'est et au nord, on trouve les communes de Caumont-sur-Durance, Morières-lès-Avignon, Le Pontet, Sorgues.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Vue aérienne d'Avignon

La région où se situe Avignon est très riche en pierres calcaires qui servirent de matériaux de construction. Par exemple, les remparts actuels, qui mesurent 4 330 mètres de long, ont été bâtis avec une pierre calcaire tendre très abondante dans la région que l’on appelle « molasse burdigalienne »[5].

Ceint de remparts, le rocher des Doms, élévation calcaire de type urgonien haute de 35 mètres[6] (et donc à l'abri des inondations du Rhône qu'il surplombe) est le noyau originel de la ville . Les massifs calcaires sont très présents autour de la commune (Massif des Angles, Villeneuve-lès-Avignon, massif des Alpilles…) et résultent en partie de l’océanisation du bassin liguro-provençal consécutive à la migration du bloc Sardo-corse[5].

L'autre élévation importante de la commune d'Avignon est la colline de Montfavet, une colline boisée à l'est de la commune[5].

La vallée du Rhône présente une zone d'alluvions anciennes : un dépôt meuble y couvre une grande partie du sol. Il se compose d'un limon sablonneux plus ou moins coloré de galets provenant principalement de roches siliceuses. Les îles du Rhône, dont l'île de la Barthelasse, sont nées de l'accumulation des dépôts alluvionnaires et du travail des hommes. Le relief y est donc assez faible malgré la création de buttes permettant aux locaux de se protéger en cas de forte montée des eaux (inondations)[5].

Dans les terres qui se situent autour de la ville on peut noter la présence d’argile, limon, sable et calcaire[5].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Ponts sur le « grand Rhône ».
Le pont d'Avignon sur le « petit Rhône ». Au fond, le mont Ventoux.

Le Rhône passe en bordure ouest de la ville mais est divisé en deux bras : on parle de « petit Rhône », ou « bras mort » pour la partie est qui touche Avignon et « grand Rhône » ou « bras vif » pour la partie ouest, celle qui touche Villeneuve-lès-Avignon dans le département du Gard, entre les deux, un chapelet d'îles dont la plus grande est l'Île de la Barthelasse. En parallèle au Rhône, un canal a été créé.

Généralités[modifier | modifier le code]

Les bords du Rhône et l'île de la Barthelasse peuvent être sujets aux inondations durant l'automne et le mois de mars. Les inondations en France depuis le VIe siècle jusqu'à nos jours - recherches et documents[7] de Maurice Champion relate un certain nombre d'entre elles (jusqu'en 1862, l'inondation de 1856 ayant été l'une des plus importantes, qui détruisit une partie des remparts), mais elles n'ont jamais vraiment cessé comme le montrent les inondations de 1943-1944[8] ou encore 23 janvier 1955[9], et sont encore importantes de nos jours à l'image des inondations du 2 décembre 2003[10]. C'est pourquoi, une nouvelle cartographie du risque a été élaborée.

La Durance[11], qui s'écoule en limite sud de la commune, vient se jeter dans le Rhône et marque aussitôt la limite avec les Bouches-du-Rhône. C'est une rivière dite « capricieuse » et autrefois redoutée pour ses crues (elle était appelée le 3e fléau de la Provence[N 1]) aussi bien que pour ses étiages, la Durance est une rivière à la fois alpine et méditerranéenne à la morphologie bien particulière.

On trouve sur la commune plusieurs plans d'eau naturels ou artificiels comme le lac de Saint-Chamand à l'est de la ville.

Les dérivations artificielles[modifier | modifier le code]

Moulin sur le canal de Vaucluse, quartier « Pont des 2 eaux »

De nombreuses dérivations, à l'histoire très complexe[12], ont été réalisées au cours de l'histoire, soit pour alimenter les douves entourant Avignon, soit pour irriguer les cultures.

Au Xe siècle, une partie des eaux de la Sorgue d'Entraigues fut déviée et passe aujourd'hui sous les remparts pour pénétrer intra-muros. Voir Sorgue (Vaucluse). Ce cours d'eau est appelé canal de Vaucluse, mais les Avignonnais l'appellent encore la Sorgue ou Sorguette. Il est visible intra-muros dans la célèbre rue des teinturiers. Il alimentait les douves des premiers remparts, puis il a alimenté les douves des nouveaux remparts orientaux de la cité (remparts du XIVe). Au XIIIe siècle (acte signé en 1229), une partie des eaux de la Durance fut détournée pour renforcer le dispositif d'alimentation des douves, à partir de Bonpas. Ce cours d'eau fut appelé plus tard la Durançole. La Durançole alimentait les douves occidentales de la ville. Elle a aussi été utilisée pour irriguer les cultures de Montfavet. Intra-muros, ces cours d'eau sont le plus souvent cachés sous les rues ou les habitations, et sont actuellement utilisés comme collecteurs d'égouts.

Par ailleurs[13], le canal de l'Hôpital (réuni à la Durançole) et le canal de Crillon (1775) ont été creusés pour irriguer les territoires de Montfavet, du Pontet et de Vedène. Ils se divisent en de nombreuses « fioles » ou « filioles » (en provençal filhòlas ou fiolo). De même, pour irriguer les anciens riches jardins du sud d'Avignon, a été creusé le canal Puy (1808). Tous ces canaux dérivent les eaux de la Durance. Ces canaux ont été utilisés au départ pour inonder les terres, autrefois très caillouteuses, afin de les fertiliser par dépôt de limon.

Tous ces canaux ont aussi été utilisés pour faire fonctionner de nombreux moulins.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Clocher penché de l'église des Augustins.

Selon le nouveau zonage sismique de la France défini dans le Décret no 2010-1255 du 22 octobre 2010 portant délimitation des zones de sismicité du territoire français et entré en vigueur le premier mai 2011, Avignon se situe en zone de sismicité modérée. Le zonage précédent est rappelé ci dessous pour mémoire. "Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Tous les autres cantons du département de Vaucluse, dont ceux d'Avignon, sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[14]."

La présence de failles dans le substrat calcaire montre qu'un important travail tectonique a provoqué des séismes dans les différents âges géologiques. Le dernier tremblement de terre de magnitude importante a eu lieu le 11 juin 1909[N 2]. Il a laissé une trace toujours visible dans le centre de la ville, puisque le clocher des Grands Augustins surmonté d'un très ancien campanile en fer forgé, dans la rue Carreterie, est resté légèrement penché à la suite de ce tremblement de terre.

Article détaillé : Séisme de 1909 en Provence.

Climat[modifier | modifier le code]

La commune d'Avignon, située dans la zone d’influence du climat méditerranéen, est soumise à un rythme à quatre temps : deux saisons sèches, dont une brève en fin d'hiver, une très longue et accentuée en été ; deux saisons pluvieuses, en automne, avec des pluies abondantes sinon torrentielles, et au printemps. Les étés sont chauds et secs, liés à la remontée des anticyclones subtropicaux, entrecoupés d’épisodes orageux parfois violents. Les hivers sont doux. Les précipitations sont peu fréquentes et la neige rare[15].

Relevés météorologiques[modifier | modifier le code]

Relevés météorologiques de la région d'Avignon
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2 3 6 8 12 15 18 18 14 11 6 3 9,6
Température moyenne (°C) 6 7,5 11 13 17,5 21 24 24 19,5 15,5 8,5 7,5 14,7
Température maximale moyenne (°C) 10 12 16 18 23 27 30 30 25 20 13 10 19,75
dont pluie (mm) 36,5 23,3 24,9 47,5 45,6 25,4 20,9 29,1 89,8 59,6 52,8 34 495,4
Source : [16]


Selon Météo-France, le nombre par an de jours de pluies supérieures à 2,5 litres par mètre carré est de 45 et la quantité d'eau, pluie et neige confondues, est de 660 litres par mètre carré. Les températures moyennes oscillent entre 0 et 30 °C selon la saison. Le record de température depuis l'existence de la station de l'INRA est de 40,5 °C lors de la canicule européenne de 2003 le 5 août (et 39,8 °C le 18 août 2009) et -12,8 °C le 5 janvier 1985. Les relevés météorologiques ont lieu à l'Agroparc d'Avignon.

Le mistral[modifier | modifier le code]

Le vent principal est le mistral, dont la vitesse peut aller au-delà des 110 km/h. Il souffle entre 120 et 160 jours par an, avec une vitesse de 90 km/h par rafale en moyenne[17]. Le tableau suivant indique les différentes vitesses du mistral enregistrées par les stations d'Orange et Carpentras-Serres dans le sud de la vallée du Rhône et sa fréquence au cours de l'année 2006. La normale correspond à la moyenne des 53 dernières années pour les relevés météorologiques d'Orange et à celle des 42 dernières pour Carpentras[18].

Légende : « = » : idem à la normale ; « + » : supérieur à la normale ; « - » : inférieur à la normale.

Vitesse des vents du Mistral
Jan. Fév. Mar. Avr. Mai. Jui. Juil. Aoû. Sept. Oct. Nov. Déc.
Vitesse maximale relevée sur le mois 106 km/h 127 km/h 119 km/h 97 km/h 94 km/h 144 km/h 90 km/h 90 km/h 90 km/h 87 km/h 91 km/h 118 km/h
Tendance : jours avec une
vitesse > 16 m/s (58 km/h)
-- +++ --- ++++ ++++ = = ++++ + --- = ++

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Carte d'Avignon

Avignon est à proximité de deux autoroutes :

Les routes principales sont la route nationale 100, qui part à l'ouest vers Villeneuve-lès-Avignon et Remoulins sur 20 km avant d'y rejoindre l'embranchement de l'A9 en direction de Nîmes et à l'est vers l'Isle-sur-Sorgue, et la route nationale 7 qui vient de l'est, puis bifurque au nord en voie rapide et rejoint la route départementale 225.

La ville propose neuf parkings payants d'une capacité de 7 100 places et met à disposition gracieuse deux parkings relais surveillés d'une capacité de 2 050 places de stationnement, avec des navettes gratuites vers le centre ville, ainsi que cinq autres parkings gratuits d'une capacité de 900 places[19].

Voies ferroviaires[modifier | modifier le code]

Avignon est desservi par deux gares[20] : la gare historique datant de 1860, gare d'Avignon-Centre, située extra-muros, face aux remparts, qui peut accueillir tout type de train, et depuis 2001, la gare d'Avignon TGV, dans la zone de « Courtine » au sud de la ville, construite sur la ligne LGV Méditerranée. Depuis décembre 2013, ses deux gares sont reliées par une liaison ferroviaire, la virgule. Le quartier de Montfavet, ancienne commune vauclusienne rattachée à Avignon, dispose également d'une gare.

Voies aériennes[modifier | modifier le code]

L'aéroport d'Avignon - Caumont est en bord de commune et propose plusieurs lignes internationales vers l'Angleterre et l'Irlande. Depuis juillet 2008, les quatre vols par jour à destination de Paris ont été supprimés. Environ 71 500 passagers ont transité en 2008 par cet aéroport.

Voies fluviales[modifier | modifier le code]

Navette fluviale au départ de sa capitainerie

Le Rhône représente depuis de nombreux siècles un moyen de transport important pour la ville. Le trafic fluvial à Avignon bénéficie de deux ports marchands, de stations d'accueil pour des bateaux-croisières et de divers aménagements des berges. Une navette fluviale gratuite a été mise en place reliant les quais de la Ligne à la berge d'en face (l'île de la Barthelasse).

Une station vélopop' devant les murs de la ville

Pistes cyclables[modifier | modifier le code]

Avignon compte également 145 kilomètres de pistes cyclables et s'est équipée en juillet 2009 d'un système de vélocation, le vélopop'[21] géré par la TCRA.

Il existe aussi un service de vélo-taxi pouvant transporter jusqu'à trois personnes[22]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Les Transports en Commun de la Région d'Avignon, également connu sous l'acronyme TCRA, est le réseau de transports en communs de l'agglomération d'Avignon[23]

Article détaillé : Tramway d'Avignon.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Vue depuis une hauteur des toits d'Avignon
Articles détaillés : Rues d'Avignon et Places d'Avignon.

Historiquement et pour des raisons stratégiques, Avignon s'est développé entre le Rhône, ce qui faisait une première barrière naturelle de protection, et le rocher des Doms, ce qui permettait de voir plus loin (ou d'être vu pour le palais des papes). La ville a une forme plus ou moins ronde qui s'est élargie à plusieurs reprises. Les premiers remparts apparaissent au Ie siècle et seront modernisés au fur et à mesure des besoins jusqu'à arriver à la taille et à la forme que nous leur connaissons aujourd'hui. Plusieurs rues circulaires de l'intra-muros en gardent d'ailleurs les traces.

Carte du centre historique d'Avignon

Intra-muros[modifier | modifier le code]

La percée de la rue de la République.

« Intra-muros » signifie « à l'intérieur des murs », c'est-à-dire qualifie la partie de la ville située à l'intérieur des remparts. Les bâtiments sont donc dans leur majorité anciens mais, malgré tout, plusieurs quartiers (percée de la rue de la République sous le Second Empire avec façades haussmanniennes et aménagements de la place de l'horloge et construction de l'actuel hôtel de ville de style néoclassique ainsi que du théâtre, quartier de la Balance ; halles, rue Thiers …) ont au fil des années été remaniés et des immeubles (bureau de Poste, lycée Frédéric-Mistral…) rebâtis[24].

Dans les années 1960, Avignon fut l'objet d'un important débat lors de la création des secteurs sauvegardés, son maire d'alors proposant une rénovation du quartier de la Balance avec une destruction d'environ les deux tiers du bâti en ne gardant que les édifices classés ou inscrits. C'est une solution de compromis qui fut adoptée, une partie du quartier étant effectivement rénovée, c'est-à-dire reconstruite, seule la zone située à proximité de la place du palais bénéficiant d'une véritable restauration[25].

Extra-muros[modifier | modifier le code]

« Extra-muros » signifie « à l'extérieur des murs », ce qui dans le cas d'Avignon veut dire à l'extérieur des remparts. Contrairement à l'intra-muros (à l'intérieur des murs donc des remparts) l'architecture est différente :

Dans le centre-ville, à l'intérieur des remparts il y a des petites ruelles, des impasses et peu de nouveaux bâtiments, la plupart des bâtiments ont gardé leurs anciens aspects qui révèlent le passé ainsi que le charme de la cité des papes.

Par contre, à l'extérieur des remparts, les bâtiments n'ont rien à voir avec ceux du centre ville. Les quartiers extra-muros présentent peu de bâtiments anciens, et beaucoup de cités. L'architecture y est plutôt moderne, et ne présente pas de caractère local particulier.

Espaces verts[modifier | modifier le code]

Le jardin des Doms

Avignon a reçu le premier prix des villes fleuries du concours départemental « Villes et Villages fleuris »[26].

La ville d'Avignon compte 26 parcs et jardins publics, pour un total d'environ deux cents hectares d'espaces verts.

Jardin du rocher des Doms, square Agricol Perdiguier, jardin des Carmes, square Saint-Ruf, square Louis Gros, Parc Chico Mendès, etc.[27].

Logement[modifier | modifier le code]

Catégories et types de logements[28].
Types en 2008  % en 1999  %
Ensemble 48 682 100 % 44 064 100 %
Résidences principales 41 938 86,10 % 38 319 87,00 %
Résidences secondaires 1 031 2,10 % 784 1,80 %
Logements vacants 5 713 11,70 % 4 961 11,30 %
Maisons 14 663 30,10 % 13 560 30,80 %
Appartements 33 832 69,50 % 29 446 66,80 %
Résidences principales selon statut de l'occupant[28]
Types en 2008  % Nombre
de personnes
Ancienneté moyenne
dans les locaux
en 1999  %
Ensemble 48 682 100 % 88 163 12 38 319 100 %
Propriétaires 15 197 36,20 % 32 006 20 13 525 35,30 %
Locataires 25 863 61,70 % 55 765 8 23 377 61,00 %
dont locataire HLM 11 658 27,80 % 29 421 11 11 452 29,00 %
Logés gratuitement 879 2,30 % 1 839 10 1 417 3,70 %

Toponymie[modifier | modifier le code]

Origine du nom Avignon[modifier | modifier le code]

Les formes les plus anciennes du nom[29] sont rapportées par les grecs : Аὐενιὼν = Auenion (Étienne de Byzance, Strabon, IV, 1, 11), Άουεννίων = Aouennion (Ptolémée, II, x). L'appellation romaine Avennĭo Cavarum (Mela, II, 575, Pline III, 36), c'est-à-dire Avignon des Cavares, précise qu'Avignon est l'une des trois villes de la tribu celto-ligure des Cavares, avec Cavaillon et Orange.

La toponymie actuelle fait remonter ce nom à un thème pré-indo-européen[29] ou ou pré-latin[30] ab-ên suivi du suffixe -i-ōn(e)[29],[31]. Ce thème serait un hydronyme, c'est-à-dire une appellation liée au fleuve (Rhône), mais peut-être aussi un oronyme au relief (le rocher des Doms).

L'Auenion du Ier siècle avant notre ère s'est latinisé en Avennĭo (ou Avēnĭo), -ōnis au Ier siècle pour s'écrire ensuite Avinhon en graphie occitane classique[32] ou Avignoun [aviɲũ] en graphie mistralienne[33]. Ses habitants s'appellent en occitan ou en provençal avinhonencs ou avignounen.

« À Avignon » ou « en Avignon » ?[modifier | modifier le code]

Le site Internet de la ville d'Avignon indique qu'il convient d'utiliser la préposition « à » lorsqu'on parle de la ville stricto sensu[34].

D'aucuns prétendent également qu'existerait une convention de la langue française[35] voulant qu’on désigne une localisation dans Avignon en utilisant la préposition « en » au lieu de « à ».

L'usage du « en Avignon » n'est toutefois pas condamné par l'Académie française[35].

Deux explications peuvent être données quant à l'origine de ce « en » :

  • Linguistique et littéraire : la langue occitane ne tolère pas l'hiatus[36]. C'est pour cela qu'en provençal (un des dialectes de l'occitan), on dit an Avinhon[37], à-n-Avignoun[38], comme an Arle, à-n-Arle, mais aussi as Aiz, à-z-Ais (à Aix). Frédéric Mistral cite aussi en Avignoun[38]. Cette particularité a dû influencer le français local et moins local, comme le montrent une multitude d'autres exemples (notion de français régional[39], de francitan).
  • Historique : la locution « en Avignon » désignait à l'origine l'État pontifical d’Avignon[40] qui a existé jusqu'en 1791[N 3]. On résidait donc en Avignon, comme on pouvait résider en Provence.

L'expression en Avignon continue d'être utilisée au niveau national par une partie non négligeable de la population et de la presse mais semble en régression[35].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire d'Avignon.

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Ce site fut occupé dès le néolithique comme l'ont prouvé les chantiers de fouille du rocher des Doms et du quartier de la Balance[41].

Stèle anthropomorphe, dite le plus vieil Avignonnais

En 1960 et 1961, des fouilles dans la partie nord du rocher des Doms dirigées par Sylvain Gagnière ont mis au jour une petite stèle anthropomorphe (hauteur : 20 cm) qui fut trouvée dans une zone de terre remaniée[42]. Sculptée dans de la molasse burdigalienne, elle a la forme d'une « stèle funéraire » avec sa face gravée d'une figure humaine très stylisée et sans bouche dont les yeux sont marqués par des cupules. Sur la partie inférieure, décalée légèrement sur la droite, a été creusée une cupule profonde d'où partent huit traits formant une représentation solaire, découverte unique sur ce type de stèle.

Par comparaison avec des figurations solaires identiques[N 4], cette stèle représentant le « premier avignonnais » a été classée dans une période s'étalant entre l'âge du cuivre et le bronze ancien qui correspond au chalcolithique méridional[N 5].

Cela a été confirmé par les trouvailles faites dans ce déblai, situé près du grand réservoir d'eau sommant le rocher, où ont été mis au jour deux haches polies en roche verte, une industrie lithique caractéristique des « pasteurs des plateaux », quelques objets de parures chalcolithiques et une grande abondance de tessons de poterie hallstattienne indigène ou importée (ionienne et phocéenne).

Antiquité[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Avenio.
Stèle grecque en provenance d'Avignon, Musée lapidaire.
Vestiges romains du Ier siècle, derrière le Palais des Papes d'Avignon

Le nom de la ville remonte aux environs du VIe siècle av. J.-C.. La première citation d'Avignon (Aouen(n)ion) a été faite par Artémidore d'Éphèse. Si son ouvrage, La Périple, est perdu, il est connu par l'abrégé qu'en fit Marcien d'Héraclée et les Ethniques, dictionnaire des noms des villes que fit Étienne de Byzance en se basant sur cet écrit. Il y indique : « Ville de Massalia (Marseille), près du Rhône, le nom ethnique (le nom des habitants) est Avenionsios (Avenionensis) selon la dénomination locale (en latin) et Auenionitès selon l'expression grecque »[43]. Ce toponyme a deux interprétations : ville du vent violent ou encore plus vraisemblablement seigneur du fleuve. D’autres sources font remonter son origine au gaulois mignon (marais) et de l’article celtique défini [44].

Vestiges romains de l'ancien forum d'Avignon, actuelle place de l'Horloge

Simple emporion grec fondé par les Phocéens de Marseille vers 539 av. J.-C., c'est au cours du IVe siècle av. J.-C. que les Massaliotes commencèrent à signer des traités d'alliance avec quelques villes de la vallée du Rhône dont Avignon et Cavaillon. Un siècle plus tard, Avignon fait partie de la « région des Massaliotes »[45]. ou du « pays de Massalia »[46].

Fortifiée sur son rocher, la cité devient par la suite et resta longtemps la capitale des Cavares[47]. À l'arrivée des légions romaines vers 120 av. J.-C., les Cavares, alliés des Massaliotes, deviennent ceux de Rome. Passée sous domination de l'Empire romain, Aouenion devient Avennio et fait maintenant partie de la Gaule Narbonnaise (118 av. J.-C.), puis de la 2e Viennoise. Avignon reste « ville fédérée » de Marseille jusqu'à la conquête de la cité phocéenne par C. Trébonius et Décimus Junius Brutus, lieutenants de César, elle devient alors une cité de droit latin en 49 av. J.-C[48]. Elle acquiert le statut de colonie latine en 43 av. J.-C.. Pomponius Mela la place parmi les villes les plus florissantes de la province[49].

Au cours des années 121 et 122, l’empereur Hadrien séjourne dans la Provincia où il visite Vaison, Orange, Apt et Avignon. Il accorde à cette dernière cité le statut de colonie romaine : « Colonia Julia Hadriana Avenniensis » et ses citoyens sont inscrits dans la tribu.

À la suite du passage de Maximien Hercule, qui allait combattre les Bagaudes, paysans gaulois révoltés, un premier pont en bois est construit sur le Rhône et unit Avignon à la rive droite. Il a été daté par dendrochronologie de l'an 290. Au IIIe siècle, il existe une petite communauté chrétienne hors les murs autour de ce qui deviendra l’abbaye Saint-Ruf.

Haut Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Si la date de la christianisation de la cité n'est pas connue avec certitude et que ses premiers évangélisateurs et prélats relèvent de la tradition hagiographique, ce qui est assuré est la participation de Nectarius, premier évêque historique d'Avignon[N 6], le 29 novembre 439, au concile régional dans la cathédrale de Riez auquel assistent les treize évêques des trois provinces d’Arles.

En novembre 441, Nectarius d’Avignon, accompagné de son diacre Fontidius, participe au concile d’Orange convoqué et présidé par Hilaire d'Arles, où les pères conciliaires définissent le droit d’asile. L'année suivante, avec ses lecteurs Fonteius et Saturninus, il se retrouve au premier concile de Vaison avec dix-sept évêques, représentant des Sept Provinces. il décède en 455[N 7].

Clovis, roi des Francs,
mit le siège devant Avignon en l'an 500.

Les grandes invasions ont commencé et les cités de la vallée du Rhône n'y échappent point. En 472, Avignon est pillée par les Burgondes et ravitaillée par Patiens, le métropolitain de Lyon, qui lui fait parvenir du blé[50].

En 500, Clovis 1er, roi des Francs, attaque Gondebaud, roi de Burgondes, accusé du meurtre du père de son épouse Clotilde. Battu, celui-ci quitte Lyon et se réfugie à Avignon que Clovis assiège. Grégoire de Tours signale que le roi des Francs fit dévaster les champs, couper les vignes, raser les oliviers et saccager les vergers. Le Burgonde est sauvé par l’intervention du général romain Aredius. Il l’avait appelé à son secours contre les « barbares francs » qui ruinaient le pays.

En 536, Avignon suit le sort de la Provence qui est cédé aux mérovingiens par Vitigès, le nouveau roi des Ostrogoths. Clotaire 1er annexe Avignon, Orange, Carpentras et Gap ; Childebert 1er, Arles et Marseille ; Thibert 1er, Aix, Apt, Digne et Glandevès. L’empereur Justinien 1er, à Constantinople, approuve cette cession.

En dépit de toutes les invasions, la vie intellectuelle continue à fleurir sur les berges du Rhône[N 8]. Grégoire de Tours note qu’après la mort de l’évêque Antoninus, en 561, l’abbé parisien Dommole refusa l’évêché d’Avignon auprès de Clotaire Ier persuadé qu’il serait ridicule « au milieu de sénateurs sophistes et de juges philosophes qui l’auraient fatigué »[N 9].

Le VIIe et le VIIIe siècles sont les plus noirs de l’histoire avignonnaise. La cité devient la proie des Francs sous Thierry II (Théodoric), roi d’Austrasie, en 612. Le concile de Chalon-sur-Saône est le dernier qui, en 650, indique une participation épiscopale des diocèses provençaux. À Avignon, il ne va plus y avoir d’évêque pendant 205 ans, le dernier titulaire connu étant Agricol[N 10].

Un gouvernement centralisé est remis en place et en 879, l’évêque d’Avignon, Ratfred, avec d'autres collègues provençaux[51], se rend au plaid de Mantaille, en Viennois, où Boson 1er est élu roi de Provence[N 11].

Le Rhône peut à nouveau être franchi puisqu’en 890, une partie de l’antique pont d’Avignon est restauré dont la pile no 14 près de Villeneuve. Cette même année, Louis, fils de Boson, succède à son père. Son élection a lieu au plaid de Varennes, près de Mâcon, et Thibert, qui a été son plus efficace soutien, devient comte d’Apt. En 896, il agit comme plénipotentiaire du roi à Avignon, Arles et Marseille avec le titre de « gouverneur général de tout le comté d’Arles et de Provence ». Deux ans plus tard, à sa demande, le roi Louis fait don de Bédarrides au prêtre Rigmond d’Avignon.

Le 19 octobre 907, le roi Louis, devenu empereur et aveugle[52], restitue à Remigius, évêque d’Avignon, une île sur le Rhône. Cette charte porte la première mention d’une église cathédrale dédiée à Marie[53].

Après la capture puis le supplice de son cousin, Louis III, exilé d'Italie en 905, Hugues d'Arles devient son conseiller personnel et régent. Il exerce alors la plupart des prérogatives du royaume de Provence[54] et en 911, quand Louis III lui cède les titres de duc de Provence et de marquis de la Viennoise[55],[54], il quitte Vienne et s'installe à Arles siège d'origine de sa famille dont il fait la nouvelle capitale de Provence.

Le 2 mai 916, Louis l’Aveugle restitue au diocèse d’Avignon les églises de Saint-Ruf et de Saint-Géniès. Le même jour, l’évêque Fulcherius teste en faveur de ses chanoines et des deux églises Notre-Dame et Saint-Étienne formant sa cathédrale[56].

Un événement politique d’importance a lieu en 932 avec la réunion du royaume de Provence et de celui de Haute Bourgogne. Cette union forme le royaume d’Arles dont Avignon est l’une des plus fortes cités.

À la fin du IXe siècle, les musulmans d'Espagne installèrent une base militaire à Fraxinet[N 12] depuis laquelle ils menèrent des expéditions de pillage dans les Alpes durant tout le Xe siècle.

En 972, dans la nuit du 21 au 22 juillet, ils firent prisonnier dom Mayeul[N 13], l’abbé de Cluny, qui revenait de Rome. Ils demandent pour chacun une livre de rançon, soit 1 000 livres, une somme énorme, qui leur est rapidement payée. Maïeul est libéré à la mi-août et retourne à Cluny en septembre.

Carte du Royaume d'Arles qui sera rattaché au Saint-Empire romain germanique en 1003.

En septembre 973, Guillaume et son frère aîné Roubaud, fils du comte d'Avignon Boson II, mobilisent, au nom de dom Maïeul, tous les nobles provençaux. Avec l’aide d’Ardouin, marquis de Turin, au bout de deux semaines de siège, les troupes provençales chassent les Sarrasins de leurs repaires du Fraxinet et de Ramatuelle, puis de celui de Peirimpi, près de Noyers, dans la vallée du Jabron. Guillaume et Roubaud y gagnent leur titre de comtes de Provence. Le premier siège à Avignon, le second à Arles.

En 976, alors que Bermond, beau-frère d’Eyric[N 14], est nommé vicomte d’Avignon par le roi Conrad le Pacifique, le 1er avril, le cartulaire de Notre-Dame des Doms d’Avignon indique que l’évêque Landry restitue aux chanoines de Saint-Étienne des droits qu’il s’était injustement approprié. Il leur cède un moulin et deux maisons, qu’il avait fait construire à leur intention sur l’emplacement de l’actuelle tour de Trouillas du palais des papes. En 980, ces chanoines sont constitués en chapitre canonial par l’évêque Garnier.

En 994, dom Maïeul arrive à Avignon où se meurt son ami Guillaume le Libérateur. Il l’assiste dans ses derniers moments dans l’île faisant face à la cité sur le Rhône. Le comte a comme successeur le fils qu’il avait eu de sa seconde épouse Alix. Celui-ci va régner en indivision avec son oncle Roubaud sous le nom de Guillaume II. Mais en face du pouvoir comtal et épiscopal, la commune d’Avignon s’organise. Vers l’an mil, il existe déjà un proconsul Béranger qui nous est connu, avec son épouse Gilberte, pour avoir fondé une abbaye au « Castrum Caneto »[N 15].

Le royaume d’Arles, en 1032, est rattaché au Saint-Empire romain germanique. Le Rhône désormais est une frontière qui ne peut être franchie que sur le vieux pont d’Avignon. Certains Avignonnais utilisent encore les expressions « Terre d'Empire » pour désigner le côté avignonnais, et « Terre du Royaume » pour désigner le côté villeneuvois à l'ouest, qui était possession du roi de France.

Bas Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Siège d'Avignon en 1226 (sur la gauche), mort de Louis VIII le Lion et couronnement de Louis IX (sur la droite).
Article détaillé : Siège d'Avignon.

Après le partage de l’empire de Charlemagne, Avignon, comprise dans le royaume d’Arles ou royaume des Deux-Bourgogne, fut possédée en commun par les comtes de Provence et de Forcalquier, puis par ceux de Toulouse et de Provence.

Sous la suzeraineté de ces comtes, elle fut dotée d’une administration autonome (création d’un consulat en 1129, deux ans avant sa voisine Arles). Si on a trouvé un cachet juif du IVe siècle à Avignon, la présence juive y est attestée depuis le XIIe siècle[57]. Les Juifs résident alors dans le quartier de la rue vieille juiverie[57] à moins que ce soit rue Abraham[N 16].

Des enseignements au moins intermittents de droit sont attestés à Avignon dès les années 1130[58].

En 1209 a lieu le concile d'Avignon avec une deuxième excommunication pour Raymond VI de Toulouse[59].

Lors de la guerre des Albigeois, la ville ayant pris parti pour Raymond VII de Toulouse, comte de Toulouse, elle fut assiégée et prise par le roi de France Louis VIII le 9 septembre 1226[59].

Fin septembre, soit peu de jours après la reddition de la ville aux troupes du roi Louis VIII, Avignon connut des inondations.

En 1249, elle s’érigea en une république à la mort de Raymond VII, ses héritiers étant partis en croisade.

Mais en 1251, elle fut forcée de se soumettre aux deux frères de Saint Louis, Alphonse de Poitiers et Charles d’Anjou, héritiers par les femmes des marquisat et comté de Provence, qui en furent coseigneurs. Après la mort d’Alphonse (1271), Philippe III de France hérita de sa part d’Avignon, et il la transmit en 1285 à son fils Philippe le Bel. Celui-ci la céda en 1290 à Charles II d’Anjou, qui dès lors resta seul propriétaire de toute la ville.

La papauté d’Avignon[modifier | modifier le code]

Borne de limite des États Pontificaux et du Comtat Venaissin
Le palais des papes et la ville d'Avignon, interprétation du Maître de Boucicaut au début du XVe siècle
ms. 23279, fo 81, Bibliothèque nationale.

En 1309, sous le pape Clément V, le temps du Concile de Vienne, Avignon devint résidence pontificale[JF 1]. Son successeur, Jean XXII, ancien évêque de ce diocèse, en fit la capitale de la chrétienté et transforma son ancien palais épiscopal en premier palais des papes[JF 2]. Ce fut Benoît XII qui fit construire le Palais Vieux[JF 3] et son successeur Clément VI, Palais Neuf[JF 4]. Il acheta la ville, le 9 juin 1348 à Jeanne Ire de Naples, reine de Naples et comtesse de Provence. Innocent VI la dota de remparts[JF 5]. Ses deux successeurs Urbain V et Grégoire XI eurent la volonté de revenir à Rome[JF 6]. La seconde tentative fut la bonne. Mais la mort précoce du septième pape d'Avignon, provoqua le Grand Schisme d'Occident. Clément VII et Benoît XIII régnèrent à nouveau à Avignon[YR 1]. Au total ce furent donc neuf papes qui se succédèrent dans le palais des papes et enrichirent celui-ci au fil de leur pontificat[60].

Sous leur règne, la Cour bouillonna et attira nombre de marchands, peintres, sculpteurs et musiciens. Leur palais, le plus remarquable édifice de style du gothique international, a été le fruit, pour sa construction et son ornementation, du travail conjoint des meilleurs architectes français, Pierre Peysson et Jean du Louvres, dit de Loubières[61], et des plus grands fresquistes de l'École de Sienne, Simone Martini et Matteo Giovanetti[YR 2].

La bibliothèque pontificale d'Avignon fut au XIVe siècle la plus grande d'Europe avec 2 000 volumes[YR 3]. Elle cristallisa autour d'elle un groupe de clercs passionnés de belles-lettres dont allait être issu Pétrarque, le fondateur de l'humanisme[62]. Tandis que la chapelle clémentine, dite Grande Chapelle, attira à elle compositeur, chantres et musiciens[63], dont Philippe de Vitry inventeur de l' Ars Nova et Johannes Ciconia[62].

Urbain V prendra le premier la décision de retourner à Rome au grand bonheur de Pétrarque, mais la situation chaotique qu’il y trouve et les différents conflits l’empêchent de s’y maintenir. Il meurt très peu de temps après son retour à Avignon.

Son successeur Grégoire XI décide à son tour de rentrer à Rome, ce qui met fin à la première période de la papauté d’Avignon. Lorsque Grégoire XI ramena le siège de la papauté à Rome, en 1377, la ville d’Avignon fut administrée par un légat. Les papes revinrent l’habiter pendant le Grand Schisme (13791411). Puis, de nouveau, la cité fut administrée par un légat, assisté, de manière permanente à partir de 1542, par un vice-légat.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Archers lors du jeu du papegai à Avignon au XVIIe siècle.

À la mort de l’archevêque d’Arles Philippe de Lévis (1475), le pape Sixte IV de Rome réduisit le diocèse d’Arles : il détacha le diocèse d’Avignon de la province d’Arles, l’érigea en archevêché et lui attribua comme suffragants les évêchés comtadins de Carpentras, Cavaillon et Vaison-la-Romaine[64].

Au XVe siècle, la ville d'Avignon subit d'une grosse inondation du Rhône. Aussi le roi Louis XI soutint-il la réparation d'un pont en octobre 1479, par ses lettres patentes[65].

En 1562, la ville est assiégée par le baron des Adrets, qui voulait venger le massacre d’Orange[66].

Charles IX passe dans la ville lors de son tour de France royal (1564-1566), accompagné de la cour et des grands du royaume : son frère le duc d’Anjou, Henri de Navarre, les cardinaux de Bourbon et de Lorraine[67]. La cour y séjourne trois semaines.

Carte d'Avignon et du Comtat Venaissin, dessinée par Jean Picquet et gravée par Jean Leclerc

1618, exil de Richelieu à Avignon[68].

La ville reçut la visite de Vincent de Paul en 1607 et celle de François de Sales en 1622[64].

En 1691, la fonction de légat est supprimée et le vice-légat gouverne désormais seul la cité. Ultérieurement, Avignon est donc restée possession pontificale jusqu’à la Révolution française.

Au début du XVIIIe siècle, les rues d'Avignon sont toujours étroites et tortueuses, mais le bâti se transforme et des maisons remplacent petit à petit les anciens hôtels. Autour de la ville, plantations de mûriers, vergers et prairies[69].

Le 2 janvier 1733, François Morénas fonde un journal, le Courrier d'Avignon, dont le nom évoluera au fil du temps et des interdictions. Publié dans l'enclave pontificale, hors du royaume de France, puis à Monaco, le journal échappait au système de contrôle de la presse en France (privilège avec autorisation préalable) tout en subissant le contrôle des autorités pontificales. Le Courrier d'Avignon parut de 1733 à 1793 avec deux interruptions, l'une entre juillet 1768 et août 1769 à cause de l'annexion d'Avignon à la France et l'autre entre le 30 novembre 1790 et le 24 mai 1791[70].

De la Révolution française à la fin du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Massacre de la Glacière, à l'intérieur du Palais (1844).
Bateaux à Avignon (dessin de T. Allom, gravure de E. Brandard).
L'inondation à Avignon en 1856 ; photo Édouard Baldus

Le 12 septembre 1791, l’Assemblée nationale constituante vota l’annexion d’Avignon et la réunion du Comtat Venaissin au royaume de France, à la suite d'un référendum soumis aux habitants dudit Comtat.

Dans la nuit du 16 au 17 octobre 1791, après le lynchage par la foule du secrétaire-greffier de la commune soupçonné à tort de vouloir saisir les biens des églises, ont lieu les massacres dits de la Glacière, épisode noir de l'histoire de la ville où une soixantaine de personnes furent sommairement exécutées et jetées dans la partie basse d'une tour du palais des papes.

Le 7 juillet 1793, les insurgés fédéralistes du général Rousselet entrent à Avignon[71]. Lors du passage de la Durance pour la prise de la ville par les troupes marseillaises, une seule personne est tuée, Joseph Agricol Viala[72]. Le 25 juillet, le général Carteaux se présente devant la ville qui est abandonnée le lendemain par les troupes du général Rousselet[73] à la suite d'une erreur d'interprétation des ordres venus de Marseille[74].

À la création du département du Vaucluse le 12 août 1793, la ville en devient le chef-lieu. Cette réunion fut confirmée en 1797 par le traité de Tolentino. Le 7 vendémiaire an IV, le chevalier de Lestang s’empare de la ville pour les royalistes, avec une troupe de 10 000 hommes[75]. Le représentant en mission Boursault reprend la ville, et fait fusiller Lestang.

Pendant la Révolution et en 1815, Avignon fut le théâtre de déplorables excès de la Terreur blanche. Le 2 août 1815, le maréchal Brune y est assassiné.

Dans les années 1820-1830, Villeneuve est contrainte de céder à Avignon une partie de son territoire ; il s'agit de l'île de la Barthelasse.

Le 18 octobre 1847, la ligne ferroviaire Avignon - Marseille est ouverte par la Compagnie du chemin de fer d'Avignon à Marseille[76]. En 1860, l'actuelle gare d'Avignon-Centre est construite. En novembre 1898, le réseau de tramway de la Compagnie des Tramways Électriques d'Avignon est ouvert en remplacement de l'ancienne compagnie de transport hippomobile.

Lors du coup d'État du 2 décembre 1851, des Avignonnais, dont Alphonse Gent, tentent de s'y opposer[77].

En 1856, une crue exceptionnelle de la Durance inonde Avignon[réf. incomplète][78].

Du XXe siècle à nos jours[modifier | modifier le code]

Arrivée à Avignon de Raymond Poincaré, président de la République, le 14 octobre 1913.

Nouvellement élu président de la République au début de l'année 1913, Raymond Poincaré visita la Provence à la mi-octobre. Il donna dans son livre Au service de la France : l'Europe sous les armes : 1913, un descriptif de ses visites successives. Son but primordial était de vérifier in situ, l'état d'esprit des Félibres dans l'hypothèse probable d'un conflit avec l'Allemagne. Il rencontra à Maillane et à Sérignan-du-Comtat, les deux plus illustres Frédéric Mistral et Jean-Henri Fabre. Entre ces deux rendez-vous, il fit une pause à Avignon où il fut reçu triomphalement à l'Hôtel de Ville. Déjà la réception qu'il avait reçu au Mas du Juge par le poète et le repas commun qu'ils avaient pris dans le train présidentiel en gare de Graveson, l'avaient rassuré sur le patriotisme des Provençaux. Ce fut donc, en ces termes, qu'il s'adressa au prix Nobel de littérature : « Cher et illustre maître, à vous qui avez relevé, en l'honneur d'une terre française, des monuments impérissables ; à vous qui avez relevé le prestige d'une langue et d'une littérature dont notre histoire nationale a lieu de s'enorgueillir ; à vous qui, en glorifiant la Provence, avez tressé à la France une verdoyante couronne d'olivier ; à vous auguste maître j'apporte le témoignage de la reconnaissance de la République et de la grande patrie »[79],[80].

Le double viaduc des Angles, passage de la LGV Méditerranée sur le Rhône.

Le XXe siècle connaît un important développement de l'urbanisation principalement dans l'extra-muros et plusieurs projets importants voient le jour. Entre 1920 et 1975, la population a pratiquement doublé malgré la cession du Pontet en 1925 et la Seconde Guerre mondiale.

Côté transports, 1937 voit la création de l'aérodrome d'Avignon-Caumont qui deviendra aéroport et connaîtra du début des années 1980 à nos jours un essor important avec l'ouverture de lignes internationales, une nouvelle tour, des travaux d’allongement de piste, etc.[81]. Septembre 1947, première édition du futur Festival d'Avignon.

Après la Seconde Guerre mondiale, le 11 novembre 1948, Avignon reçoit une citation à l’ordre de la division. Cette distinction comporte l’attribution de la croix de guerre avec étoile d’argent[82]. La ville se relève, développe son festival, dépoussière ses monuments, développe son tourisme et son commerce.

En 1977, elle est lauréate du Prix de l'Europe, remis par le Conseil de l'Europe[83].

1996, le projet concernant la ligne LGV Méditerranée est démarré. Son trajet la fait passer sur la commune et par-dessus le Rhône. De 1998 à 2001, construction de la gare d'Avignon TGV[84].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Autre dénomination : « La cité des papes »

Avignon est chef-lieu du département de Vaucluse, de l’arrondissement d’Avignon et de quatre cantons :

Cantons limitrophes de Avignon
Avignon-Nord
Avignon-Ouest Avignon Avignon-Est
Avignon-Sud Autres cantons de Vaucluse

Par ailleurs, Avignon est le siège de la communauté d’agglomération du Grand Avignon.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors du référendum européen sur le traité de Maastricht (scrutin du 20 septembre 1992), sur 52 044 inscrits, 36 753 ont voté, ce qui représente une participation de 70,62 % du total, soit une abstention de 29,38 %. Il y a eu une victoire du non avec 18 557 voix (51,85 %) contre 17 231 voix (48,15 %) prononcées oui et 965 (2,63 %) de votes blancs ou nuls[85].

Au référendum sur la constitution européenne (scrutin du 29 mai 2005), sur 53 653 inscrits, 35 229 ont voté, ce qui représente une participation de 65,66 % du total, soit une abstention de 34,34 %. Il y a eu une victoire du contre avec 20 518 voix (59,49 %), 13 973 voix (40,51 %) s’étant prononcées pour et 738 (2,09 %) étant des votes blancs ou nuls[86].

À l’élection présidentielle de 2007, le premier tour a vu se démarquer en tête Nicolas Sarkozy (UMP) avec 30,44 %, suivi par Ségolène Royal (PS) avec 28,68 % et François Bayrou (UDF) avec 15,65 %, Jean-Marie Le Pen (FN) avec 13,00 %, puis aucun autre candidat ne dépassant les 5 %. Le second tour a vu arriver en tête Nicolas Sarkozy avec 52,02 % (résultat national : 53,06 %) contre 47,98 % pour Ségolène Royal (résultat national : 46,94 %)[87].

Aux élections législatives de juin 2007, les électeurs de la commune, qui fait partie de la première circonscription de Vaucluse, ont contribué à faire réélire Marie-Josée Roig (UMP) avec 55,52 % des voix contre 56,71 % à l’échelle de la circonscription[88].

Aux élections européennes de 2009, sur 54 993 inscrits, 21 315 ont voté, ce qui représente une participation de 38,76 % du total, soit une abstention de 61,24 %. Les résultats sont Françoise Grossetête (UMP) avec 25,39 % des voix, suivie de Michele Rivasi (Europe Écologie) avec 18,17 %, de Vincent Peillon (PS) avec 16,52 %, de Jean-Marie Le Pen (FN) avec 10,61 %, puis aucune autre liste n'a dépassé les 10 %[89].

Le premier tour de l'élection municipale de 2014 à Avignon, marquée par le renoncement de Marie-Josée Roig à briguer un nouveau mandat, porte le candidat FN Philippe Lottiaux en première position au premier tour, avec 29,63% des suffrages, devant la candidate PS Cécile Helle (29,54 %) et l'UMP Bernard Chaussegros (20,9 %). Cécile Helle emporte la triangulaire du second tour avec 47,47 % des voix, face au candidat frontiste (35,02 %) et à l'UMP (17,50%).

Administration municipale[modifier | modifier le code]

L'Hôtel de ville, place de l'horloge.

En plus de la mairie, Avignon compte 8 mairies annexes[90].

Avignon est la préfecture de Vaucluse et possède donc sur son territoire de nombreux bâtiments administratifs, notamment les Archives départementales de Vaucluse qui comme celles de tous les départements français, ont été créées en 1796, ou encore le Centre départemental de documentation pédagogique de Vaucluse.

Budget 2007[modifier | modifier le code]

Le projet du 15 février 2007 pour le budget 2007[91]. du conseil municipal d'Avignon est d'un montant global de 218,7 M€.

Avec une section de fonctionnement de 150,4 M€, la municipalité pense dégager 19 7 M€ d'autofinancement.

Les recettes réelles de fonctionnement se décomposent de la manière suivante[91] :

  • 53,9 M€ de produits fiscaux et taxes ;
  • 44,5 M€ Grand Avignon ;
  • 43,4 M€ de dotations État et participations (progression modérée) ;
  • 8,2 M€ pour le reste.

Depuis 1996, taxe d'habitation (de 22,41 à 19,24) et taxe foncière non bâti (de 62,36 à 55,18) baissent. La « taxe foncière bâti » quant à elle est au même taux (25,64).

Les dépenses réelles de fonctionnement se décomposent de la manière suivante[91] :

  • 67,3 M€ pour le personnel et frais assimilés ;
  • 29,5 M€ de subventions et contingents ;
  • 23,9 M€ en Achats de biens et services ;
  • 9,7 M€ de charges financières ;
  • 0,2 M€ pour le reste.

Fiscalité locale[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Avignon en 2009[92]
Taxe Part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 20,49 % 0,00 % 7,55 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 27,31 % 0,00 % 10,20 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 58,77 % 0,00 % 28,96 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 0,00 % 24,56 % 13,00 % 3,84 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

La taxe professionnelle est remplacée en 2010 par la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) (les deux formant la contribution économique territoriale (CET) qui est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[93]).

Maires de la commune[modifier | modifier le code]

Buste de Guillaume Puy.
Article détaillé : Liste des maires d'Avignon.

Six maires ont été élus à Avignon depuis 1953 :

Liste des maires depuis 1953
Période Identité Étiquette Qualité
1953 1958 Édouard Daladier Parti radical-socialiste  
1958 1983 Henri Duffaut SFIO puis PS  
1983 1989 Jean-Pierre Roux RPR  
1989 1995 Guy Ravier PS  
1995 2014 Marie-Josée Roig RPR puis UMP  
2014 en cours Cécile Helle PS  

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Cour intérieure de l'ancienne prison d'Avignon.

Palais de justice, 2 bd Limbert (extra-muros, en face les remparts), comprenant : tribunal de grande instance, tribunal de commerce et greffe du tribunal de commerce, le tribunal d'instance ainsi que le conseil de prud'hommes.

Chambre des notaires : 23 bis rue Thiers

Chambre de commerce : 46 Cours Jean Jaurès

L'ancienne maison d’arrêt du 55 bis rue Banasterie a été fermée et transférée au Pontet. Les projets de réhabilitation en hôtel de luxe ont été abandonnés.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Les risques naturels et technologiques possibles sur la commune sont : inondations (et coulées de boue), mouvements de terrain, ruptures de barrage, séismes zone de sismicité 1a[N 17] et transports de marchandises dangereuses[94].

Dans son numéro de janvier 2003, le magazine Ça m'intéresse effectue un classement concernant la collecte sélective des principales villes de France et Avignon arrive en tête[95]. En sept ans, elle a multiplié par plus de trois le tonnage de collecte de déchets sélectif passant d'environ 1 000 tonnes en 1996 à 3 190 tonnes en 2003[95].

Dix points d'apport volontaire de tri sélectif sont à la disposition des Avignonnais soit quatre intra-muros et six extra-muros[95].

Une station Vélopop'.

Depuis mai 2003, une brigade « environnement » qui travaille au sein de la police municipale, est chargée de traquer les dépôts sauvages d'ordures, les tagueurs, les pollueurs sonores, etc.[96].

Les vélos en libre-service Vélopop' permettent de se déplacer dans l'agglomération avec un impact environnemental réduit.

Centre de traitement des déchets[modifier | modifier le code]

La communauté d'agglomération du Grand Avignon a dans ses fonctions la collecte et le traitement des déchets des ménages et déchets assimilés. Il existe aussi une équivalence pour les déchets issus des industries et commerces du grand Avignon.

Surveillance de la radioactivité de l’air et de l’eau[modifier | modifier le code]

La ville d’Avignon s'est équipée d'une balise atmosphérique de surveillance de la radioactivité de l’air. La ville se trouve en effet au sud de deux installations sensibles situées en amont, sur le Rhône : Avignon est à 70 kilomètres de la centrale nucléaire et de l'usine d'enrichissement de l'uranium de Pierrelatte, et à une trentaine de kilomètres du site nucléaire de Marcoule). La ville s'est également équipée d’une balise aquatique de surveillance de la radioactivité pour l’eau du Rhône[97].

Qualité de l'air[modifier | modifier le code]

L’indice de qualité de l’air ATMO est calculé quotidiennement sur la ville. En moyenne, il est considéré comme « très bon » ou « bon » dans 60 % des cas, « moyen » ou « médiocre » dans 38 % et seulement 2 % « mauvais ». Ces résultats sont facilités par le mistral qui fait office de disperseur[98].

Environnement sonore[modifier | modifier le code]

Les services de municipalité d'Avignon chargés de la lutte contre le bruit sont le « Service environnement hygiène santé » et la police municipale[99].

Pour lutter contre le bruit, plusieurs action ont été menées : adoption d'arrêtés municipaux, actions de verbalisation, installation de murs anti-bruit, achat de véhicules électriques, etc.[99].

En janvier 2005, Avignon a accueilli les quatrièmes Assises de la qualité de l’environnement sonore[99].

L'aéroport d'Avignon-Caumont est générateur de nuisances sonores importantes, notamment par son activité de voltige aérienne[100]. L'association ADRAC (association de défense des riverains de l'aérodrome de Châteaublanc) a signé en octobre 2001, après six ans de tractations, une « charte de bonne conduite » avec les autres partenaires (aéroclub vauclusien, ville d'Avignon, etc.) Cependant, à l'occasion des journées portes ouvertes de l'Aéroclub au printemps 2009, la présence d'un Tucano (avion présent uniquement pour une exposition au sol) fut l'occasion pour une association de riverains de se plaindre à nouveau des avions, dont ceux de voltige, avions qui n'existent plus au niveau du club depuis plus de trois années[101].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de la ville de Wetzlar avec laquelle Avignon est jumelée depuis 1960.

Au 18 octobre 2011, Avignon est jumelée avec[102] :

Par ailleurs, Avignon a établi des contrats de coopération sur le plan culturel avec[102] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 90 194 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
24 000 21 412 23 789 29 407 29 889 31 786 33 844 35 169 35 890
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
37 077 36 081 36 427 38 196 38 008 37 657 41 007 43 453 45 107
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
46 896 48 312 49 304 48 177 51 685 57 228 59 472 60 053 62 768
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
72 717 86 096 90 786 89 132 86 939 85 935 92 454 90 194 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[103] puis Insee à partir de 2004[104].)
Histogramme de l'évolution démographique


En 2011, Avignon occupait le 46e rang au niveau national, alors qu'elle était au 45e en 1999, et le premier au niveau départemental sur 151 communes. Le maximum de la population a été atteint 2006 avec 92 454 habitants.

La Première Guerre mondiale a eu un impact important sur la population de la commune puisque l'on peut observer la première baisse de population du XXe siècle (- 2,3 % entre 1911 et 1921).

Après la Seconde Guerre mondiale, on peut observer une augmentation de la population, augmentation qui devient relativement importante dans les années 1960 avec l'arrivée massive des rapatriés d'Afrique du Nord[105].

Dans le Vaucluse, les personnes venues d'Europe (plus d'Espagne que d'Italie) constituent 40 % des immigrés et celles nées au Maghreb près de la moitié. Il s'agit principalement de personnes originaires du Maroc[106].

Dans un contexte général d'une très forte croissance de la démographie de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, on constate une stagnation du nombre d'habitants de la ville d'Avignon depuis les années 1975 jusqu'au début des années 2000. De multiples causes (services proposés, qualité de la vie, pression fiscale…) peuvent expliquer la perte d'attractivité de la commune d'Avignon, le déplacement de ses habitants et l'installation vers les communes périphériques.

Durant cette période, la diminution régulière du nombre d'habitants intra-muros est à peine compensée par l'augmentation de la population extra-muros.

Selon l'Insee, le ville-centre connaît à nouveau un solde migratoire positif[107]. Plusieurs projets de réhabilitation et de développement intra-muros, comme le clos des arts, semblent montrer une volonté de changement et peuvent expliquer une partie de cette évolution. De plus, et bien que les statistiques de la chambre des notaires montrent un minimisation du phénomène, la LGV Méditerranée et sa gare Gare d'Avignon TGV a aussi eu un impact. Ce phénomène est d'ailleurs constaté d'une manière générale sur l'ensemble de la PACA (+ 0,7 % par an contre + 0,3 % en France)[107].

En 2011, la Communauté d'agglomération du Grand Avignon compte 176 981 habitants[108] et l'aire urbaine, composée de 69 communes du Vaucluse, 14 communes du Gard et 14 communes des Bouches-du-Rhône[109], a 515 123 habitants.

Enfin, l'agglomération (ou unité urbaine[N 18]) compte 445 501 habitants[N 19](chiffre population 2011) en raison de l'intégration de nombreuses nouvelles communes, telles qu'Orange ou Cavaillon. L'agglomération avignonnaise se trouve désormais à la 14e place française juste entre Strasbourg (13e) et Montpellier (15e). Elle s'étend désormais sur 59 communes réparties sur trois départements et deux régions. Ceci est la résultante d'une nouvelle délimitation des unités urbaines par l'Insee en 2010[110].

Immigration[modifier | modifier le code]

En 2008, la ville compte 14 126 immigrés soit 15,7 % de sa population (3,2 % nés en Europe et 12,5 % nés hors d'Europe)[111].

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (23,5 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53,7 %) est supérieur de plus de deux points au taux national (51,6 %). La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 46,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,2 %, 15 à 29 ans = 22,9 %, 30 à 44 ans = 20 %, 45 à 59 ans = 18,1 %, plus de 60 ans = 18,7 %) ;
  • 53,7 % de femmes (0 à 14 ans = 17 %, 15 à 29 ans = 21,8 %, 30 à 44 ans = 18,8 %, 45 à 59 ans = 18,7 %, plus de 60 ans = 23,7 %).
Pyramide des âges à Avignon en 2007 en pourcentage[112]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,2 
6,1 
75 à 89 ans
9,6 
12,3 
60 à 74 ans
12,9 
18,1 
45 à 59 ans
18,7 
20,0 
30 à 44 ans
18,8 
22,9 
15 à 29 ans
21,8 
20,2 
0 à 14 ans
17,0 
Pyramide des âges du département de Vaucluse en 2007 en pourcentage[113]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,6 
75 à 89 ans
9,6 
14,3 
60 à 74 ans
14,8 
20,4 
45 à 59 ans
20,5 
20,3 
30 à 44 ans
19,9 
18,3 
15 à 29 ans
16,8 
19,7 
0 à 14 ans
17,3 

Évolution des frontières de la commune[modifier | modifier le code]

Avignon absorbe Montfavet entre 1790 et 1794, puis cède en 1870 Morières-lès-Avignon et en 1925, Le Pontet.

Le 16 mai 2007, la commune des Angles dans le Gard a cédé 13 hectares de parcelles à Avignon[94].

Superficie et population[modifier | modifier le code]

La commune d'Avignon a une superficie de 64,78 km2 et une population de 90 109 habitants en 2008, ce qui la classe[94] :

Rang Superficie Population Densité
France 578e 44e 689e
Provence-Alpes-Côte d'Azur 105e 5e 24e
Vaucluse 6e 1er 2e

Enseignement[modifier | modifier le code]

Avignon est située dans l'académie d'Aix-Marseille. La ville bénéficie de 27 écoles maternelles publiques, 34 écoles primaires publiques, 5 écoles maternelles et primaires privées[114],[115].

Les restaurants scolaires distribuent environ 4 000 repas par jour.

Collèges et lycées[modifier | modifier le code]

Avignon compte sur le territoire de sa commune[116],[117] neuf collèges publics (Jean Brunet, Paul Giéra (collège qui a été fermé et dont les élèves ont été répartis dans les collèges Vernet et Viala), Anselme Mathieu[118], Frédéric Mistral[119], Gérard Philipe[120], Joseph Roumanille[121], Alphonse Tavan[122], Joseph Vernet[123] et Joseph Viala)[124], quatre collèges privés (Champfleury[125], Charles Péguy[126], Saint Jean-Baptiste de La Salle[127] et Saint-Michel[128]), huit lycées publics (Théodore Aubanel[129], Frédéric Mistral[119], Maria Casares (lycée des métiers)[130], René Char (général, technologique et professionnel)[131], Robert Schuman (professionnel) et Philippe de Girard (général et technologique) regroupé en un seul campus[132], Joseph Roumanille (professionnel) et François Pétrarque (agricole)[133] et quatre lycées privés (Saint-Joseph[134], Louis Pasteur[135], Vincent de Paul (professionnel) et Saint Jean-Baptiste de La Salle (technologique et professionnel)[127].

L'université d'Avignon et des Pays de Vaucluse[modifier | modifier le code]

Façade classique du principal bâtiment de l'université d'Avignon (ancien hôpital Sainte Marthe).

L’université d'Avignon et des Pays de Vaucluse accueille 7 125 étudiants en 2009-2010[136]. Elle regroupe quatre UFR, un IUT et un IUP et propose des formations universitaires allant du diplôme universitaire (DU) au doctorat, dans tous les principaux domaines disciplinaires, notamment dans les domaines de la culture et du patrimoine, des agrosciences et de l'informatique et emploi 700 personnes (357 enseignants-chercheurs et enseignants et plus de 300 IATOS (Ingénieurs, Administratifs, Techniciens et Ouvriers de Service) et personnels de Bibliothèque[136].

Fondée[137] en 1303 par le pape Boniface VIII, puis protégé par Charles II, roi de Sicile et comte de Provence, l’université sera supprimée, par le décret du 15 septembre 1793. Avignon redevient universitaire en 1963, par l'ouverture d'un centre d'enseignement supérieur scientifique, suivi l'année suivante de celle d'un centre d'enseignement supérieur littéraire. Les deux entités dépendent respectivement de la faculté des sciences et de la faculté des lettres d'Aix-Marseille I.

En 1972, les deux Unités d'enseignement et de recherche sont fusionnées dans un centre universitaire, qui devient université de plein exercice (indépendante de l'Université d'Aix-Marseille) le 17 juillet 1984 sous le nom d'Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse. À cette époque, trois UFR (Lettres et Sciences Humaines, Sciences Exactes et Naturelles, Sciences et Langages Appliqués) se partageaient 2 000 étudiants. Le quatrième pôle, le juridique, sera issu de la création d'une faculté de droit en lieu et place d'une annexe de l'université d'Aix Marseille III Paul Cézanne. Suivront par la suite un institut universitaire de technologie en 1990 et un institut universitaire professionnalisé en 1992.

Pour éviter une trop grande dispersion des étudiants (dix sites d'implantation en 1991) et redynamiser le centre-ville, il est décidé de déplacer les différentes formations au sein d'un site unique, apte à accueillir des équipements collectifs (Bibliothèque et restaurant universitaires notamment). L'aménagement de l'ancien hôpital Sainte-Marthe est lancé, et aboutit à la rentrée 1997 à un campus de 36 276 m2[136].

Classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE)[modifier | modifier le code]

Le lycée Frédéric-Mistral[138] propose des classes préparatoires : « math. sup » PCSI (physique-chimie-sciences de l'ingénieur), « math. spé. » PSI, lettres sup., lettres sup. ENS LSH (école normale supérieure - lettres et sciences humaines), prépa IEP (institut d'études politiques).

Le lycée privé Saint-Joseph[139] propose quant à lui : « math. sup. » PCSI (physique-chimie-sciences de l'ingénieur) et « math. spé. » PC et PSI, prépa. IEP (institut d'études politiques).

L'université d'Avignon propose un « deug-prépa » : licence mathématiques - prépa. concours polytechniques[140]

Autres[modifier | modifier le code]

Il existe sur Avignon neuf CFA ou équivalent d'origines et de compétences variées (industrie agroalimentaire, Chambre de commerce et d'industrie d'Avignon et de Vaucluse, Chambre des métiers de Vaucluse, BTP, industrie, Centre de ressources de techniques avancées, etc.) auxquels se rajoutent 24 écoles et organismes de formation initiale et continue[116].

On trouve aussi le Conservatoire de danse du Grand Avignon[116] permettant l'apprentissage de la danse, musique et de l'art dramatique, et l’École d’art d’Avignon[141] qui est une école municipale d'enseignement supérieur où l'accès se fait sur concours. Les matières qui sont enseignées dans cette dernière traitent des différents langages plastiques (dessin, peinture, approche de la mise en espace, photographie, vidéo, multimédia), de l'histoire des cultures et des civilisations, de l'histoire de l'art contemporain et de l'approche scientifique de l'art (science et art, physique et chimie).

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Au XIVe siècle, à Avignon se déroula une grande première avec une représentation théâtrale faite en langue vernaculaire. Philippe de Mézières, le 27 novembre 1372, avec l'accord de Grégoire XI fit jouer dans l’église des cordeliers d’Avignon une représentation figurée intitulée Legenda Presentationis Beate Maria. Avant la messe, se déroulèrent des jeux et des processions avec des musiciens travestis en anges et des acteurs chanteurs qui interprétèrent une partie de leur répertoire en langue provençale ad exitandum populum ad devotionem[142]

Alphonse Rastoul, dans son Tableau d'Avignon, paru en 1836, considérait que les processions des pénitents étaient la grande affaire de la cité et qu'elles n'avaient pas leurs pareils en France[JG 1]. Les « Pénitents Gris » furent les premiers d'une longue série de pénitents avignonnais. Vinrent ensuite les « Pénitents Noirs », qui furent fondés en 1488 par un groupe de nobles florentins[JPC 1], les « Pénitents Blancs », confrérie fondée en 1527 par treize Avignonnais[JPC 1], les « Pénitents Bleus », formés en 1557 par une dissidence des autres confréries[JPC 1]. Puis, à la fin du XVIe siècle, furent créés les « Pénitents Noirs de la Miséricorde »[JPC 2]. Le mouvement se poursuivit avec la fondation des « Pénitents Violets » (1622)[JPC 2], puis des « Pénitents Rouges » (1700)[JPC 2]. La Révolution mit un terme à ce foisonnement[JPC 2]. Un des processions les plus courues était celle des Blancs à laquelle participa Henri III en 1575. Frédéric Mistral en a donné cette description : « Les Pénitents faisaient leur sortie après le coucher du soleil à la clarté des flambeaux. Encapuchonnés dans leur capuce et la goule, ils défilaient pas à pas comme des spectres portant à bras, les uns des tabernacles, les autres des reliquaires, d'autres des brûle-parfums, ceux-ci un œil énorme dans un triangle, ceux-là un grand serpent entortillé autour d'un arbre »[JG 1]. L'autre était la « Cérémonie de la Délivrance », organisée chaque année par les Noirs de la Miséricorde, pour fêter la grâce d'un condamné à mort et à laquelle participa le cardinal Richelieu lors de son exil à Avignon [JG 2]

Première salle de spectacle d'Avignon, du XVe siècle

Les représentations théâtrales ayant changé de style, il fallut envisager de les jouer en intérieur. Elles furent accueillies dans la salle du jeu de paume du sieur Daniel Herbouillet, dans la rue de la Bouquerie. Il la vendit ensuite à Nicolas Mignard qui y accueillit Molière en octobre 1655 puis une seconde fois de décembre 1657 à février 1658[JG 3].

Le Théâtre de la Comédie est le premier lieu dans la cité des papes qui fut construit spécifiquement pour y jouer des pièces de théâtre. Il fut en fonction de 1734 jusqu'en 1824. Construit selon les plans de Thomas Lainée, un de ses directeurs fut Fabre d'Églantine. À en croire un Anglais, le duc d'Ormond, c'était le plus beau théâtre de France : « Pour rendre la ville plus agréable, j'ai contribué à faire bâtir une salle de spectacles qui est assurément la plus jolie de France. Cela excite les troupes de campagne à y venir et nous avons Comédie pendant plus de six mois de l'année »[JG 4].

Article détaillé : Théâtre de la Comédie d'Avignon.
L'opéra théâtre d'Avignon

Un nouveau théâtre le remplaça. Il fut édifié sur la place de l'Horloge en lieu et place du couvent désaffecté des bénédictines de Saint-Laurent. La première représentation fut donnée le 30 octobre 1825[JG 5]. Détruit par un incendie le 30 janvier 1846, il fut reconstruit sur le même emplacement et achevé en 1847. Joseph Girard, conservateur du Musée Calvet, considérait que « C'est le plus gracieux et le mieux compris des édifices bâtis à Avignon au XIXe siècle »[JG 6].

Un siècle plus tard, dans le cadre d'une exposition d'art moderne qu'ils organisent dans la grande chapelle du palais des papes d'Avignon, le critique d'art Christian Zervos et le poète René Char demandent à Jean Vilar, acteur, metteur en scène et directeur de théâtre, une représentation de Meurtre dans la cathédrale, qu'il a créé en 1945. Après avoir refusé, Vilar leur propose trois créations : La Tragédie du roi Richard II, de Shakespeare, une pièce méconnue en France, La Terrasse de midi, de Maurice Clavel, auteur alors encore inconnu, et L'Histoire de Tobie et de Sara, de Paul Claudel[143]. Après accord de la municipalité, la Cour d'honneur du palais des papes est aménagée, et Une semaine d'Art en Avignon se concrétise du 4 au 10 septembre 1947. 4 800 spectateurs, dont 2 900 payants, assiste dans trois lieux (la cour d'honneur du palais des papes, le théâtre municipal et le verger d'Urbain V), à sept représentations des trois créations[144]. Le Festival d'Avignon était né.

Parade du 14 juillet 2010 au Festival d'Avignon

Depuis cette date, Avignon accueille le festival où de nombreux acteurs de théâtre, danseurs et chanteurs viennent se produire pendant le mois de juillet.

Article détaillé : Festival d'Avignon.

Mais réduire la vie culturelle d'Avignon au simple Festival serait particulièrement inexact. La ville accueille de nombreuses manifestations durant l'année. On peut citer :

Peinture[modifier | modifier le code]

À la Renaissance des peintres comme Enguerrand Quarton vont donner naissance au mouvement pictural de l’école d’Avignon[41].

Félibrige[modifier | modifier le code]

Avignon est la ville qui a été le centre du mouvement félibréen[145]. Théodore Aubanel et Joseph Roumanille y habitaient. Frédéric Mistral y avait fait ses études et ce fut là qu'il fit éditer Mireille[JG 7]. C'est à ce titre que la cité papale est considérée comme le « cerveau du Félibrige »[JG 8]. Félix Gras, qui habita dans la rue Sainte-Praxède, qui porte aujourd'hui son nom, tout près de la librairie de son beau-frère Roumanille, rue Saint Agricol, fut quant à lui « le chef incontesté de la seconde génération félibréenne »[JG 9]. Lors de la séance constitutive du mouvement à Font-Ségugne, les sept félibres décidèrent d'éditer une revue, le premier numéro fut l'Armana prouvençau pèr lou bèl an de Diéu 1855, adouba e publica de la man di felibre. Ces revues, d'abord imprimées à Avignon jusqu'au milieu du XXe siècle, le furent ensuite dans les Bouches-du-Rhône. De 1891 à 1899, ce mouvement fit aussi publier L'Aïoli, journal hebdomadaire, édité à Avignon, Palais du Roure[146].

Tradition provençale[modifier | modifier le code]

Crèche provençale à Avignon

La crèche provençale d'Avignon est exceptionnelle par sa superficie puisqu'elle occupe 54 m2. Son but est de créer chaque année un paysage provençal imaginaire où se mêlent « massifs rocheux, garrigues, vignes, champs de lavande, champs d’oliviers, villages perchés, rivière et torrent ». Plus de 600 santons, par groupe ou en file, convergent vers le lieu de la nativité. Cette crèche, composée avec des santons de Marcel Carbonel est exposée dans le péristyle de l'hôtel de ville d'Avignon de fin novembre à début janvier[147].

Santé[modifier | modifier le code]

Avignon a le principal pôle de santé de Vaucluse avec entre autres la seule « urgence pédiatrique » dédiée du département. Sur sa commune, l'on compte deux hôpitaux : le centre hospitalier d'Avignon Henri Duffaut[148], le centre hospitalier de Montfavet, ainsi que plusieurs cliniques privées.

Centre Hospitalier Henri Duffaut d'Avignon[modifier | modifier le code]

Le centre hospitalier Henri Duffaut d'Avignon est un établissement public de santé communal au sens des dispositions de l'ordonnance no 96-346 du 24 avril 1996 portant réforme hospitalière de l'hospitalisation publique et privée[149].

  • Crèche : capacité d'accueil de 39 enfants
  • Maternité de niveau 2b
  • Hélisurface

Le centre hospitalier d'Avignon se voit confier des missions de soins (dont l'aide médicale urgente et actions de santé publique), de formation et d’enseignement.

L'un de ses anciens médecins chefs, Georges Taulier, en 1894, est élu sénateur de Vaucluse[150].

Centre hospitalier de Montfavet (Montdevergues)[modifier | modifier le code]

Le centre hospitalier de Montfavet[151] exerce son activité en psychiatrie ainsi que dans le champ social et médico-social (handicap, précarité). Il dessert, grâce à une cinquantaine d'établissements annexes, le département de Vaucluse et le nord des Bouches-du-Rhône. Il s'agit d'un établissement public de santé[152] gérant :

  • des secteurs de psychiatrie adulte ;
  • des secteurs de psychiatrie infanto-juvénile ;
  • une maison d'accueil spécialisée ;
  • un foyer occupationnel et un foyer d'hébergement pour personnes handicapées ;
  • un service d'aide par le travail ;
  • un centre d'hébergement et de réinsertion sociale et une halte soins-santé ;
  • la maison départementale des adolescents.

Enfin le centre hospitalier de Montfavet gère aussi une des cinq unités pour malades difficiles de France, avec un recrutement national.

L'établissement principal est situé à 5 kilomètres du centre ville d'Avignon en direction de l'est, dans le quartier de « Montfavet » sur la colline de Montdevergues.

Sports[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sport à Avignon.
Jean Alesi « l'Avignonnais ».

Comme toutes les villes d'une certaine importance, Avignon possède de nombreux équipements sportifs (plusieurs stades et piscines municipales, patinoire, bowling, golfs, dojos, etc.). Qu'elles soient publiques ou privées, d'accès libre ou règlementé, toutes ces installations permettent la pratique de nombreuses activités sportives. Les plus gros équipements sportifs de la ville sont le Parc des Sports, le Stade de Saint-Ruf, le Cosec Moretti, le Palais Omnisports Champfleury, Palais de la Glace, l'Hippodrome Roberty[153]

Avignon est aussi le lieu de naissance de personnalités du sport comme le pilote Jean Alesi qui y est né le 11 juin 1964 ou du footballeur Cédric Carrasso, né le 30 décembre 1981, qui évolua dans la section junior de l'Avignon Football 84 avant de rejoindre l'Olympique de Marseille en 1999.

De nombreux événements sportifs sont organisés chaque année comme le « Tour des Remparts », les « 10 km de la Cité des Papes », des tournois ou rencontres de football, de boules, de boxe, de gymnastique, de rugby, de rock acrobatique, de rollers, etc.[154]

Environ cent vingt clubs sportifs existent dans cette commune[154]. Plusieurs clubs marquent ou ont marqué l'histoire de la ville.

Football[modifier | modifier le code]

L'Athlétic Club Arles-Avignon est promu de Ligue 2 et issu du regroupement du club d'Arles avec Avignon pour la saison 2009-2010, il évolue ensuite en Ligue 1 lors de la saison 2010-2011, mais il est relégué en Ligue 2 à la fin de la saison et joue actuellement en Ligue 2 pour la saison 2012-2013.

Avignon Football 84 a également évolué une saison en Division 1 en 1976-1977 pour une place de dernier (vingtième)[155]. Le club a joué en Division 2 de 1965 à 1976, puis de 1977 à 1981 et de 1989 à 1991. Le club évolue maintenant en première division régionale.

Rugby à XIII[modifier | modifier le code]

Le Sporting olympique avignonnais XIII est le club semi-professionnel de rugby à XIII de la ville d'Avignon. C'est le doyen des clubs sportifs avignonnais : il a été créé en 1916[156]. Il évolue pour la saison 2011-2012 en Championnat de France Élite 1[157]. Le club a remporté quatre coupes de France en 1955, 1956, 1982 et 1986 et participé à quatre finales en 1947, 1958, 1959 et 1998. Le club a participé et perdu la finale du championnat de France de première division nationale en 1957. L'équipe junior du SOA évolue également dans le championnat élite 2011-2012[158]. L'ensemble des équipes évolue au stade de Saint-Ruf. Avignon a son joueur clé pour le rugby à XIII : Tony Gigot.

Autres sports[modifier | modifier le code]

Cosec Moretti

L'ES Avignon (basket-ball) a évolué pendant douze saisons en Nationale 1 et Nationale 1 A (de 1977 à 1979, et de 1980 à 1990). Son meilleur classement est une sixième place lors de la saison 1980-1981[159]. Le club a aussi participé à la Coupe Korac (coupe d'Europe). Le club a déposé le bilan et a disparu au tout début des années 1990. L'Union sportive Avignon-Le Pontet évolue en Nationale 2 (4e division) jusqu'à sa fusion avec Sorgues Basket Club en juin 2014 pour former l'Union Grand Avignon-Sorgues.

L'autre club de rugby (rugby à XV) de la ville est l'Union sportive Avignon Le Pontet Vaucluse (USAP 84) qui évolue en 2011-2012 en Fédérale 2 (4e division)[160]. Un autre club de rugby (disparu depuis) s'est autrefois fait remarquer : l'Entente Sportive Avignon Saint-Saturnin avec un quart de finale de championnat de France de première division en 1975.

Palais des Glaces

Avignon Volley-Ball évolue en Ligue A en 2012-2013[161]. Le club a longtemps fait l'ascenseur entre la première et la deuxième division nationale. Il a participé à la Coupe de la CEV (coupe d'Europe) en 1996-1997 et a également été champion de France Pro B en 1999, 2000 et 2012.

L'Olympique Hockey Club d'Avignon (club de hockey sur glace) jouait en Division 1 (2e division) quand le tribunal d'Avignon a prononcé sa liquidation judiciaire[162]. Le club a été champion de France de Division 2 en 2003 et a fini quatrième en 2005-2006 (meilleur classement). Finalement le club (les nouveaux castors d'Avignon obtient son affiliation à la fédération française de hockey le 13 septembre 2011 et repart en division 4.

Les Warriors de Vaucluse[163] (football américain) évolue pour la saison 2012-2013 en Division 2[164].

Médias[modifier | modifier le code]

La commune abrite les sièges et agences de plusieurs journaux : La Provence, Vaucluse Matin, Hebdo Vaucluse, Midi libre (Villeneuve lès Avignon en réalité), La Marseillaise, Petites affiches de Vaucluse, Actualités Avignon, Vu sur le pont, ainsi que des gratuits : Bonjour 84 et Plus Hebdo[165]. Direct Plus Avignon est également diffusé du lundi au samedi gratuitement, tout comme 20 minutes et dès mars 2012 le quotidien gratuit Métro.

Dans la ville sont installés des bureaux de radios nationales et locales : Chérie FM (88,1 MHz), France Bleu Vaucluse (98,8 MHz), Virgin Radio (ex Europe 2) (89,0 MHz), Nostalgie Vaucluse (102,8 MHz), NRJ Vaucluse (98,2 MHz), RAJE Avignon (90,3 MHz)[166], RCF Radio Lumières (104,0 MHz), RFM Vaucluse (95,9 MHz) et Radio Campus Avignon (demande de fréquence en cours)[167], [168]. Pour la télévision, il existe également le studio vauclusien de France 3 Télévision[165].

Avignon est aussi le siège du Club de la presse d'Avignon et des Pays de Vaucluse[165].

Cultes[modifier | modifier le code]

La cathédrale Notre-Dame des Doms.
La salle de prière de la synagogue d'Avignon.
Temple Saint Martial.

Depuis l'arrivée des papes à Avignon, le lieu est un brassage de communautés, véritable ambassade vers les autres religions. Ce brassage se retrouve encore de nos jours, Avignon étant à un carrefour entre divers axes de transport.

Lieux de cultes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Doyenné d'Avignon.

L'archidiocèse d'Avignon couvre le département de Vaucluse. Du fait de la forte présence catholique des siècles passés, les lieux de cultes y sont relativement nombreux et riches d'un point de vue architectural. On trouve une cathédrale, la Métropole Notre-Dame des Doms et de nombreuses églises comme : Saint-Agricol, Saint-Didier, Saint-Pierre, Saint-Symphorien, les Célestins, Saint-Joseph de la Barthelasse, Saint-Ruf, du Sacré-Cœur, Saint-Paul, Saint-Joseph travailleur au sud de la ville, Saint-Jean, Notre-Dame de Lourdes, Notre-Dame de la Paix[169] ou encore la chapelle des Pénitents gris et celle des Pénitents noirs.

La pratique du culte judaïque à Avignon se fait depuis déjà plusieurs siècles au niveau de la synagogue d'Avignon qui, après avoir été détruite par un incendie en 1845, a été complètement reconstruite en 1846 par l'architecte Joseph-Auguste Joffroy.

Les protestants peuvent pratiquer le culte au Temple Saint-Martial et les membres de l'église Orthodoxe-Grecque à l'église Saints Cosme et Damien.

Historiquement plus récents sur le secteur que les autres religions ci-dessus, les musulmans peuvent pratiquer le culte à la mosquée de la Rocade, la mosquée de Monclar ainsi qu'au niveau d'une mosquée turque. Plus récents que la grande majorité des bâtiments utilisés par les catholiques, les mosquées ont trouvé leurs places dans l'extra-muros.

On peut aussi noter la présence de témoins de Jéhovah (au niveau du quartier de Montfavet), l'église de scientologie, l'église évangélique libre[170] et l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours

Cimetières[modifier | modifier le code]

Mémorial Camille Claudel à Montfavet.

La ville d’Avignon compte quatre cimetières :

  • le cimetière Saint-Véran, créé en 1820, qui s’étend sur 12 hectares et abrite 12 000 sépultures[171]. Dans le cimetière s’élève un columbarium depuis 1999 destiné à recueillir les urnes funéraires. Au cœur du cimetière s’élève un monument en mémoire des harkis[172].
  • le cimetière de Montfavet qui s’étend sur 7 hectares et abrite 4 000 sépultures dont celle de Camille Claudel. Ce cimetière accueille d’autres communautés religieuses (israélites, musulmans)[173];
  • le cimetière de la Barthelasse (1910) qui accueille aujourd’hui 125 caveaux sur près de 2 000 m2[174];
  • le cimetière de Saint-Roch (XIIe siècle) est le plus ancien. Il s’étend sur une superficie de 2 000 m2 environ. Ce lieu fait partie du domaine de la communauté juive et n’est pas ouvert au public[174].

Économie[modifier | modifier le code]

Avignon est le siège de la chambre de commerce et d'industrie de Vaucluse. Celle-ci gère l'aéroport d'Avignon - Caumont et le Port de commerce d'Avignon - Le Pontet.

Avignon compte 7 000 entreprises, 1 550 associations, 1 764 commerces et 1 305 prestataires de services[réf. nécessaire]. La communauté d'agglomération est une des plus grandes zones de chalandise d'Europe, avec plus de 300 000 mètres carrés de surfaces commerciales, et 469 m2 pour mille habitants contre 270 en moyenne en France[175]. La zone commerciale Avignon Nord se présente comme la plus grande d'Europe[176].

Le secteur tertiaire est de loin le plus dynamique dans le département : sur la base de la production importante de primeurs en Vaucluse, le MIN est devenu le pôle structurant de l'activité commerciale dans le département, prenant le pas sur les marchés locaux (notamment celui de Carpentras). Dans les années 1980-1990, le développement des échanges de marchandises entre le Nord et le Sud de l'Europe ont renforcé la position d'Avignon comme carrefour logistique, et favorisé la création d'entreprises de transport et de stockage dans l'habillement et l'alimentaire.

Une zone franche urbaine a été créée permettant aux entreprises voulant s'y installer des exonérations à la fois fiscales et sociales[177]. Celle-ci se situe au sud d'Avignon, entre les remparts et la Durance, localisée sur les quartiers de la Croix Rouge, Monclar, Saint-Chamand et la Rocade[178].

Les zones d'activités économiques[modifier | modifier le code]

On considère neuf zones d'activités économiques principales sur Avignon[179].

La zone d’activité de Courtine est la plus importante avec presque 300 établissements (dont plus ou moins la moitié sont des établissements de service, un tiers des établissements de commerce, et le reste lié à l'industrie) pour plus de 3 600 emplois[179]. Le site couvre une superficie de 300 hectares et se situe au sud-ouest de la commune, au niveau de la gare TGV.

Vient ensuite la zone d’activité de Fontcouverte avec une centaine d'établissements représentant un millier d'emplois, celle-ci est cependant plus orientée vers les établissements de commerces que la zone de Courtine[179].

La zone d’activité du MIN d'Avignon, la zone d’activité d’Agroparc[180]. (ou « Technopole Agroparc ») et la zone d’activité la Cristole qui lui est accolée, abritent toutes trois un peu moins d'une centaine d'établissements[179].

Enfin, les zones de la Castelette, de la Croix de Noves, de Realpanier et de l'aéroport, comptent chacune moins de 25 établissements, répartis entre activités de services et commerces. Il est à noter que la zone de la Castelette représente à elle seule plus de 600 emplois, c'est-à-dire une bonne centaine de plus que la zone d’activité la Cristole[179].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tourisme en Vaucluse.

Quatre millions de visiteurs y séjournent annuellement tant pour la visite de la ville et de la région que pour son festival[26].

La ville d'Avignon est relativement bien desservie ; on peut noter à proximité :

  • une autoroute, l'A7, relie le nord au sud, Paris à la Côte d'Azur ;
  • une deuxième autoroute, l'A9 (à quelques kilomètres au nord), en direction de l'ouest de la France et de la péninsule ibérique ;
  • un aéroport international offrant des destinations vers l'Angleterre tel que Exeter et Southampton par une compagnie bon marché du nom de Flybe ainsi qu'une destination vers Édimbourg ;
  • deux gares, toutes deux aptes à recevoir des TGV (Avignon-Centre et Avignon TGV) ;
Le Viking Burgundy à quai à Avignon.
Navette fluviale unissant les deux rives du Rhône.
  • le Rhône, parcouru par des bateaux de croisières. Le tourisme fluvial a recréé la tradition plus que millénaire qui faisait du Rhône le trait d'union entre Avignon et Lyon. Le début fut timide en 1994 avec seulement trois bateaux-hôtels, en 2011, c'est une flotte de vingt et un bâtiments, dont six bateaux-promenade, qui s'ancre sur les quais des allées de l'Oulle. La fréquentation, au cours des années 2000, s'est amplifiée avec près de 50 000 touristes venus en majorité de l'Europe du Nord et de l'Amérique du Nord. De plus, une navette fluviale relie gratuitement Avignon à l'île de la Barthelasse et, depuis 1987, une capitainerie gère l'ensemble du trafic fluvial[181].

Agriculture[modifier | modifier le code]

La cité est le siège de l'Association méditerranéenne internationale de la tomate, du Conseil mondial de la tomate d'industrie et d'Inter Rhône.

Industrie[modifier | modifier le code]

Seuls EDF (Grand Delta), avec environ 850 employés, et Onet Propreté[N 20], avec un peu plus de 300, dépassent les 100 employés[105].

Secteur public (hors État)[modifier | modifier le code]

Le centre hospitalier Henri Duffaut, puis la mairie d'Avignon et le CHS de Montfavet, sont les plus gros employeurs de la commune avec environ 2 000 employés chacun. Vient ensuite le Conseil général de Vaucluse avec environ 1 300 employés[105].

Le Centre international des congrès[modifier | modifier le code]

Depuis 1976, un centre de congrès occupe deux ailes du palais des papes. Disposant de dix salles d’accueil et de travail, il accueille un grand nombre de manifestations. Les grandes salles de prestige du Grand Tinel et de la Grande Audience, situées sur le circuit de visite du monument, sont utilisées en complément des salles de réunion pour l’organisation des cocktails, dîners de gala, expositions…

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2007, le revenu fiscal médian par ménage était de 13 545 €, ce qui plaçait Avignon au 28 198 e rang parmi les 30 714 communes de plus de 50 ménages en métropole[182].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 1999, le taux de chômage était de 21,3 % alors qu'il n'était plus que de 12,2 % en 2005[réf. nécessaire]. On chiffre à plus de35 000 personnes la population active totale sur Avignon parmi lesquelles un peu moins d'un tiers sont employés, environ un quart sont des ouvriers et presque autant relèvent des professions intermédiaires, puis un peu plus d'un dixième de cadres et professions intellectuelles, environ 6 % d'artisans, commerçants et chefs d'entreprise, et enfin moins d'un pour-cent d'agriculteurs[183].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Vue vers le nord-est avec le mont Ventoux en arrière-plan.

Vitrine artistique et culturelle de premier plan, Avignon s impose comme une ville au riche patrimoine. « Ville d'art » jusqu'à la disparition de ce label en 2005 au profit du réseau des Villes et Pays d'Art et d'Histoire, la municipalité ne s'est pas incluse dans ce nouveau réseau.

C’est avant tout les remparts du XIVe siècle que l’on remarque lorsque l’on s’approche du centre. Ils sont longs d’environ 4 kilomètres, sont flanqués de 39 tours et percés de 7 portes principales reparties tout autour de la vieille ville. Les anciennes douves ont été comblées et aménagées en parkings, autrefois le niveau des remparts était bien plus élevé assurant une bien meilleure protection aux habitants d’Avignon[184]

C’est à cette période (1363) qu’est mentionné le Grenier à sel d'Avignon dont l’origine est aussi ancienne que celle des remparts de la ville. Détruit à plusieurs reprises par les inondations du Rhône, sa dernière reconstruction est due à l’architecte Jean-Ange Brun. Il se distingue par sa façade monumentale, son vaste porche en plein cintre, ses hautes fenêtres à décor Louis XV. Le bâtiment avait été acquis et aménagé par un groupe d’investisseurs régionaux (commissaires priseurs, médecins libéraux, sociétés). Ce sont d’immenses et luxueux espaces, entièrement équipés, qui ont été réalisés dans des conditions particulièrement difficiles en raison de l’état de délabrement du monument. La conception du lieu a été réalisée par Jean-Michel Wilmotte[185],

Lorsque l’on ressort de la vieille ville et que l’on fait le tour le long des berges, on ne peut s’empêcher de rechercher le fameux pont d’Avignon, le pont Saint Bénézet. Contrairement à ce que dit la chanson, sa largeur ne permet pas réellement de danser dessus (selon les danses de l’époque) et c’est dessous, où des berges avaient été aménagées, que l’on allait danser. Une version plus ancienne de la chanson disait d’ailleurs « SOUS le pont d’Avignon, l'on y danse l'on y danse… »[184].

Le palais des papes du XIVe siècle et le pont Saint-Bénézet (il s’agit du fameux pont d’Avignon) du XIIe siècle sont classés au patrimoine de l’humanité par l’Unesco[186].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Avignon possède plusieurs cinémas dont deux cinémas Utopia, des cinémas indépendants classés Art et Essai et Cinéma de recherche. Le premier, composé de quatre salles, est situé à La Manutention, le second, d'une seule salle, est situé à République.

La ville possède aussi de nombreux théâtres et un opéra, de nombreuses galeries d'art.

Bibliothèques[modifier | modifier le code]

La ville d'Avignon a 12 bibliothèques permettant au total la consultation de plus de 500 000 ouvrages[187].

L'une d'entre elles est une bibliothèque municipale classée ou « BMC ». La liste des BMC dont elle est issue, établie par l'article 1er du décret de 1933, modifié à plusieurs reprises, est désormais contenue par l'article R. 1422-2 du Code général des collectivités territoriales.

Musées[modifier | modifier le code]

Le musée Calvet dans l'hôtel de Villeneuve-Martignan.

En plus de son Palais des Papes et de ses divers monuments, la ville d'Avignon possède plusieurs musées qui présentent de riches collections :

Avignon dans les arts[modifier | modifier le code]

Peintures, gravures et sculptures[modifier | modifier le code]

Le dessin représentant Avignon, en 1617, a été fait par le père jésuite Étienne Martellange. Il est à mettre en relation avec la carte dite « Carte aux personnages » et celle de l'Atlas Van Loo.

Avignon, uniquement dans le titre de l'œuvre :

Chants et chansons[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : La Coupo Santo et Sur le pont d'Avignon.

Films et séries[modifier | modifier le code]

Plusieurs films se sont tournés sur Avignon, mais rarement en faisant le centre de l'intrigue. Parmi eux, on peut noter :

Photographies[modifier | modifier le code]

Agnès Varda a fait une exposition de ses photographies consacrées au Festival à la Chapelle Saint-Charles dans son documentaire autobiographique Les Plages d'Agnès (2008).

Panorama de la place du Palais à Avignon

Avignon dans la littérature[modifier | modifier le code]

Tourisme littéraire[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Rabelais dans son Cinquième livre des faicts et dicts héroïques de Pantagruel, fait arriver le fils de Grandgousier, accompagné de frère Jean des Entomeures et de Panurge à Avignon, ville qu’il connaissait bien pour avoir fait ses études à l’université de Montpellier. Ayant été impressionné par le nombre de ses clochers, il rebaptise la ville l’Isle Sonnante et y fait arriver ses héros en plein Grand Schisme d'Occident. Les six premiers chapitres sont consacrés à cette visite. Ils s’intitulent Comment Pantagruel arriva en l'Isle Sonnante, et du bruit qu'entendismes, Comment l'Isle Sonnante avoit esté habitée par les Siticines, lesquels estoyens devenus oiseaux, Comment en Isle Sonnante n’est qu’un Papegaut, Comment les oiseaulx de l’Isle Sonnante estoient tous passagers, Comment les oiseaulx gourmandeurs sont muts en l’Isle Sonnante, et Comment les oiseaulx de l’Isle Sonnante sont alimentez[190]

Françoise Marguerite de Sévigné, peinture à l'huile attribuée à Pierre Mignard (vers 1669), musée Carnavalet, Paris[191].

En 1671, lors de l’arrivée de sa fille Françoise à Avignon, la marquise de Sévigné vanta les charmes de cette cité qu’elle ne connaissait pas encore mais que venait de lui décrire la comtesse de Grignan : « Nous sommes ici dans un parfait et profond repos, une paix, un silence tout contraire au séjour que vous faites à Avignon. Vous y êtes peut-être encore, cette ville est toute brillante, vous y aurez été reçue avec toutes les acclamations[N 21]. J’aime passionnément vos lettres d’Avignon, ma chère fille, je les lis et les relis. Il me semble que j’y suis, je prends part à votre triomphe. Je jouis enfin de votre beau soleil, des rivages charmants de votre beau Rhône, de la douceur de votre air »[ABP 1].

La beauté de la cité est confirmée par Anne-Marguerite Petit Dunoyer (1663-1779), qui, lors de son séjour à Avignon décrit son enthousiasme et son étonnement dans ses Lettres historiques et galantes de deux dames de condition dont l’une estoit à Paris & l’autre en province, ouvrage édité en 1733 : « La situation de cette ville est enchantée ; le Rhône baigne ses murailles ; ce ne sont que jardins et prairies en dehors et bâtiments magnifiques en dedans ; les maisons de MM. de Mont-Réal et de Crillon sont les plus belles qu’on y voie »[ABP 2]. Et cette protestante très libérale considérait que la vie que menaient Avignonnaises et Avignonnais était plus qu'idyllique car, explique-elle : « Des couvents d’hommes et de filles embellissent encore cette charmante ville qui est sous un très beau ciel et sous la plus douce domination du monde, puisqu’elle ne connaît que l’autorité du pape exercée par un vice-légat qui est toujours un homme de condition et fort aisé à ménager[N 22]. On ne sait ici ce que c’est qu’impôts et capitation, tout le monde y est riche et tout le monde y respire la joie. Les dames sont galantes ; les messieurs font de la dépense ; le jeu qu’on peut appeler plaisir universel est poussé ici aussi loin que l’on veut »[ABP 3].

Graffiti gravé au canif par Prosper Mérimée dans la chapelle Saint-Martial.

En 1834, Prosper Mérimée dans ses Notes d’un voyage dans le Midi de la France[192] a relaté sa visite à Avignon et au palais des papes qu'il avait décidé de faire inscrire sur la première liste des monuments historiques de 1840. Ses impressions furent mitigées puisqu'il jugea ainsi l'ancienne cité papale : « L’aspect général d’Avignon est celui d’une place de guerre. Le style de tous les grands édifices est militaire et ses palais comme ses églises semblent autant de forteresses. Des créneaux, des mâchicoulis couronnent les clochers ; enfin tout annonce des habitudes de révolte et de guerres civiles ».

Stendhal, à la même période, visita Avignon. C'était pour lui un retour aux sources puisque la famille de l'un de ses grands-pères en était originaire, ce qui lui permit de s'inventer des origines italiennes. Dans son livre Mémoire d'un touriste, publié en 1838, il narre, faisant fi de toute vérité historique à propos de Giotto et de l'Inquisition : « Ce palais est étrangement ruiné aujourd'hui : il sert de caserne, et les soldats détachent du mur et vendent aux bourgeois les têtes peintes à fresque par Giotto. Malgré tant de dégradations, il élève encore ses tours massives à une grande hauteur. Je remarque qu'il est construit avec toute la méfiance italienne ; l'intérieur est aussi bien fortifié contre l'ennemi qui aurait pénétré dans les cours, que l'extérieur contre l'ennemi qui occuperait les dehors. C'est avec le plus vif intérêt que j'ai parcouru tous les étages de cette forteresse singulière. J'ai vu le pal (nommé veille) sur lequel l'inquisition faisait asseoir l'impie qui ne voulait pas confesser son crime, et les têtes charmantes, restes des fresques du Giotto. Les contours rouges du dessin primitif sont encore visibles sur le mur »[193].

En 1877, Henry James effectua un périple en France[194]. Au cours de celui-ci, il visita pour la troisième fois Avignon, ville qui l'avait toujours déçu. Autant que le palais des papes qui était, pour lui, « le plus sinistre de tous les bâtiments historiques ». Il s'y rendit alors que le mistral soufflait en rafale et l'exécuta en une phrase : « Cette énorme masse nue, sans ornement ni grâce, privée de ses créneaux et défigurée par de sordides fenêtres modernes, couvre le rocher des Doms et donne sur le Rhône qu’elle domine, ainsi que sur ce qu’il reste du pont Saint-Bénézet ».

En 1925, Joseph Roth, après un voyage en France, rassembla ses notes sous le titre Les villes blanches. Depuis la fin du XIXe siècle, un mouvement de jeunes architectes de l'Europe centrale s'était passionné pour l'architecture de l'Italie du Sud. Le romancier autrichien voulut poursuivre cette quête en France méridionale et découvrit Avignon. Fasciné, il ressentit la cité des papes comme une ville qui fut « tout à la fois Jérusalem et Rome, l’Antiquité et le Moyen Âge ». Sa quête devint alors mystique : « Lorsque je me trouvai devant une des grandes portes enchâssées dans les murs blancs de la fortification, comme des pierres grises dans un anneau d’argent ; lorsque je vis les tours crénelées, la noble puissance, la fermeté aristocratique, l’intrépide beauté de ces pierres, je compris qu’une puissance céleste peut parfaitement prendre forme terrestre, et qu’elle n’a pas besoin de se compromettre pour se conformer aux conditions de la vie d’ici-bas. Je compris qu’elle peut, sans déchoir, assurer sa sécurité militaire et qu’il existe un militarisme céleste qui n’a rien de commun avec le militarisme terrestre : pas même l’armement. Ces places fortes, ce sont les papes qui les ont conçues. Ce sont des places religieuses. Elles représentent un potentiel sacré. Je comprends qu’elles aient pu préserver la paix. Il existe des places fortes pacifiques et des armes qui servent la paix en empêchant la guerre »[195].

L’académicien Pierre-Jean Rémy, dans la préface d’un ouvrage consacré aux Hôtels particuliers d’Avignon, s’est plu à constater[ABP 4] : « Peut-être que l’été d’Avignon est l’arbre qui nous cache la forêt. L’été avec ses afflux de touristes, le Festival naturellement mais aussi les grandes expositions, les milles et une rencontres autour de la place de l’Horloge, les colloques du palais des papes : la population d’Avignon croît alors et se multiplie au rythme des milliers de visiteurs, de la dizaine de langue qu’on y parle. Et puis l’automne arrive, Avignon retrouve la vie qui lui est propre, celle d’une grande et belle cité, qui connut ses heures de gloire et ses journées tragiques, où souffla le vent de l’histoire, de la religion, de la peinture et de la poésie, dont elle porte encore profondément ancrées dans ses pierres, les marques rayonnantes. L’été s’éloigne, Avignon redevient Avignon au-delà des foules qui trop souvent l’encombrent ».

Poèmes, chroniques, contes et romans[modifier | modifier le code]

François Pétrarque

Alors qu'il chérissait Fontaine-de-Vaucluse, Pétrarque ne se plaisait point à Avignon, qu'il comparait à une nouvelle Babylone. Il déversait sur elle les pires calomnies et médisances[N 23]. La cité papale avait droit à ce type d'invective : « Ô Avignon, est-ce ainsi que tu vénères Rome, ta souveraine ? Malheur à toi si cette infortunée commence à se réveiller ! ». Pour lui, Avignon était « l’enfer des vivants, l’égout de la terre, la plus puante des villes », « la patrie des larves et des lémures », « la ville la plus ennuyeuse du monde » ou bien « le triste foyer de tous les vices, de toutes les calamités et de toutes les misères ». Il ajouta même que « La Cour d’Avignon [était] un gouffre dévorant que rien ne peut combler ». Enfin, on lui prête cette pique qui depuis a fait florès « Avignon, sentine[N 24] de tous les vices ». Cette formule lapidaire a été pourtant formulée différemment par le poète : « Avignon, ce n'est plus une ville, c'est la sentine de tous les crimes et de toutes les infamies »[196].

Les Mélancolies de Jean Dupin[197] furent imprimées à Paris chez Michel le Noir, sans date, mais sûrement vers 1510. Jean Dupin commença à les rédiger en 1324 et les acheva en 1340. Dans ces deux strophes, le moraliste y mêle les critiques de népotisme qui ont été faites à Jean XXII et que n'a jamais mérité Benoît XII, à son étonnement de voir se construire une forteresse pontificale dans laquelle le pape « se tient fermez[198].

En Provence par seigneurie
A le pape (pris) son estaige
Dedans Avignon le citey.
La tient sa court, mais son lignaige
Y est qui prend tout l'avantaige
Les croces, les grans dignitez.

Nostre pape s'est bien mué :
Il vouldra ja de près vouler.
Bien est sa gayole gardee ;
En son palais se tient fermez
Et nul ne puet a luy parler
S'il ne porte d'or grant bousee[199].

Au XIVe siècle, Jean Froissart, dans ses Chroniques décrit la réception organisée par Clément VII et ses cardinaux, au palais des papes, lors de la venue du roi Charles VI en compagnie de son frère et de ses oncles de Berry et de Bourgogne, au cours de l'automne 1389. Il leur fut servi un « dîner bel et long et bien étoffé », puis après les festivités offertes par le roi et qui mêlèrent caroles et danses, « les dames et demoiselles d'Avignon » reçurent moult largesses de la part du souverain[200].

En 1855, dans le premier numéro de l'Armana Prouvençau paraissait un poème intitulé La cansoun di felibre. Il était dû à Théodore Aubanel, un des trois piliers fondateurs du mouvement félibréen. Le poète dans une strophe chante le palais des papes :

Dóu goutigue Avignoun
Palais e tourrihoun
Fan de dentello
Dins lis estello[N 25].

Sur les autres projets Wikimedia :

La Mule du pape, est l'un des contes les plus connus d'Alphonse Daudet, paru dans les Lettres de mon moulin en 1870. Il y décrit une cité des papes aussi imaginaire que son pontife Boniface mais qui est passée à la postérité : « Qui n'a vu Avignon du temps des Papes n'a rien vu. Ah ! l'heureux temps ! l'heureuse ville ! Des hallebardes qui ne coupaient pas, des prisons où l'on mettait le vin à rafraîchir, jamais de disette, jamais la guerre… Voilà comment les papes du Comtat savaient gouverner leur peuple »[201].

Portrait de Frédéric Mistral par Paul Saïn.

Quant à Frédéric Mistral, en 1897, dans Le poème du Rhône, il mêle dans la même louange admirative Avignon et le palais des papes : « C'est Avignon et le Palais des Papes ! Avignon ! Avignon sur sa Roque géante ! Avignon, la sonneuse de joie, qui, l'une après l'autre, élève les pointes de ses clochers tout semés de fleurons ; Avignon, la filleule de Saint-Pierre, qui en a vu la barque et l'ancre dans son port et en porta les clefs à sa ceinture de créneaux ; Avignon, la ville accorte que le mistral trousse et décoiffe, et qui pour avoir vu la gloire tant reluire, n'a gardé pour elle que l'insouciance »[202].

Des auteurs plus récents ont pris Avignon comme cadre de leurs récits. Parmi ceux-ci, L'anonyme d'Avignon, roman de Sophie Cassanes-Brouquin, paru en 1992, où son héros, le jeune Toulousain Philippe de Maynial, se rend à Avignon après le départ des papes. Tous attendent encore un hypothétique retour et le palais des papes reste le symbole de la splendeur perdue. Toute la première partie se passe dans la cité désertée où le jeune homme apprend les techniques de la peinture. Grâce à son maître, il y découvre les grands anciens que furent Simone Martini et Matteo Giovanetti, et participe, sans le savoir, à la création de l'École d'Avignon dont les œuvres et les artistes vont influencer toute l'Europe[203].

Le roman policier Panique au Palais des Papes, de Henri Coupon[204], édité en 2000, où l'auteur, un avocat, a choisi Avignon et son Festival comme cadre d'une action terroriste. Après un bain de sang, la loi qui triomphera ne sera pas celle du code de procédure pénale.

Enfin La Prophétie d'Avignon, d'Emmanuelle Rey-Magnan et Pascal Fontanille[205], parue, en 2007, sous forme de roman qui reprend les grands thèmes du feuilleton télévisé, faisant d'Avignon et du palais des papes un haut-lieu de l'ésotérisme.

Autres[modifier | modifier le code]

  • Hervé Aliquot, La chronique d'Avignon, Aubanel (ISBN 9782700601428)
  • Frédérique Hebrard et Louis Velle, La demoiselle d’Avignon, Presses pocket
  • Elsa Triolet et Martine Reid, Les amants d'Avignon, Gallimard (ISBN 2-07-034462-2)

Jeunesse[modifier | modifier le code]

  • Georges Foveau et Olivier Blazy, Myster Circus à Avignon, Rouge safran (ISBN 2-913647-09-X)

Avignon et la philatélie[modifier | modifier le code]

Le 20 juin 1938, un timbre du palais des papes dessiné par André Spitz et gravé par Jules Piel, d'une valeur faciale de trois francs a été émis par la Poste française[206].

Depuis 1960, chaque année, est organisée, par la Société philatélique Vauclusienne et Provençale, une « Journée du timbre » à Avignon, pour laquelle des cartes sont éditées avec comme illustration principale une vue du pont Saint-Bénézet et du palais des papes.

En 1974, les postes de l'île de Man émettent un timbre représentant le pont Saint-Bénézet[207].

En 1997, l'administration postale des îles Wallis-et-Futuna, pour le 50e anniversaire du Festival d'Avignon, a consacré une de ses émissions à cet événement. Le timbre-poste d'une valeur de 160 francs représente au milieu des symboles du théâtre, de la danse et de la musique, le palais des papes illuminé par un feu d'artifice[208].

En hommage à Jean Vilar, la Poste a émis, le 8 juin 2001, un timbre à double valeur faciale 3 F et 0,46 €, avec en fond le palais des papes[209].

En 2009, l'administration postale française a émis un timbre d'une valeur faciale de 0,70 €. Ce timbre, représentant le palais des papes dans son ensemble[N 26] vue par l'ouest, est dessiné et gravé par Martin Mörck[210].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

C'est en 1835 que fut imprimé le premier ouvrage consacré à la cuisine avignonnaise et de manière plus générale méridionale. Ce livre de Pierre Chaillot jeune était un recueil de plus de 800 recettes d'origines diverses prises dans les différentes couches de la société.

Situation dans le domaine culinaire méditerranéen[modifier | modifier le code]

La gastronomie avignonnaise « authentique » s'inscrit dans un fonds méditerranéen, de par l'utilisation de l'huile d'olive, d'oignon revenu dans cette huile et la grande variété d'herbes condiments[211]

À une échelle plus fine, elle s'inscrit dans un ensemble occitan caractérisé par l'utilisation de l'huile (d'olive ou non), par opposition à la moitié Nord de la France, faisant usage du beurre[211].

À une échelle encore plus fine, la cuisine avignonnaise s'inscrit dans le domaine provençal, avec des recettes très diversifiées[211]. Les légumes sont très largement utilisés : légumineuses comme les lentilles, les haricots, les fèves, les pois-chiches, mais aussi la tomate, l'artichaut, l'aubergine et la courgette. L'utilisation de céréales comme l'épeautre, mais aussi de condiments comme l'ail, le thym, etc. caractérisent aussi la cuisine provençale. Les provençaux se reconnaissent dans de nombreux plats identitaires, encore préparés de nos jours par les avignonnais : daube, aïoli, ratatouille, soupe d'épeautre, etc.

Une des caractéristiques de cette cuisine a été, pendant des siècles, l'utilisation quasi exclusive de la viande de mouton apprêtée à toutes les sauces. En 1784, le comte polonais Moszynski se vit proposer au cours du même repas prit dans une auberge d'Avignon, une soupe au bouilli de mouton, des côtelettes de mouton, du mouton bouilli, des pieds de mouton à la Sainte-Menehould, une tête de mouton au vinaigre, des queues de mouton grillées et une poitrine de mouton rôtie. Ce qui fit écrire au gentilhomme : « de sorte que, tout compte fait, j'ai eu à peu près un demi mouton pour un dîner qu'il fallut payer neuf livres et dont les restes ont nourri encore trois domestiques »[212]

Quant au repas de fête, notamment le repas du soir de Noël appelé gros souper (lo gròs sopar, lou gros soupa), c'est un repas maigre, faisant largement appel aux herbes cultivées ou sauvages, aux cardons, etc., présentés en gratins ou en sauce blanche, avec du poisson ou des escargots. Il se termine avec les treize desserts[213]. Au sein du domaine provençal, la cuisine avignonnaise s'inscrit dans le domaine d'Arles et du Comtat, caractérisé par des astuces de préparation des légumes frais et secs[211], notamment avec les tians. Le tian est à l'origine un mets typiquement comtadin. C'est un gratin à base de légumes et d'huile d'olive. À noter que le mot tian désigne à la fois le contenant : un plat à gratin en terre cuite, et le contenu : le gratin lui-même. La truffe (Tuber melanosporum) est bien présente dans ce domaine culinaire, par exemple mangée en omelette ou en œufs brouillés. Par ailleurs, la cuisine d'Arles et du Comtat a très probablement été influencée par la présence des Juifs dans le Comtat et à Avignon. En effet, par exemple la recette de la raïte (raita, raito : morue frite et cuite dans du vin rouge) semble typiquement judéo-comtadine[211].

Spécialités traditionnelles[modifier | modifier le code]

Il semble qu'on peut dégager au moins quatre recettes typiques d'Avignon, qui, si elles ne sont pas strictement réduites au terroir avignonnais, n'en représentent pas moins une facette de l'identité avignonnaise. Elles sont présentées ci-dessous.

Par ailleurs, les berlingots ou berlinguettes[214] (berlingetas, berlingueto) pourraient bien représenter une cinquième recette avignonnaise typique. Il s'agit dans ce cas, non pas des bonbons de Carpentras, mais d’œufs durs farcis avec une pâte d'anchois, de pain et de jaunes d’œufs, cuits en gratins.

Un ouvrage consacré à la cuisine avignonnaise[215], et de manière plus générale méridionale, a été publié en 1835. Ce livre de Pierre Chaillot jeune était un recueil de plus de 800 recettes d'origines diverses prises dans les différentes couches de la société.

L'alose à l'étouffée[modifier | modifier le code]

Pêche à l'alose sur les rives de la Barthelasse par William Marlow (1740-1813)

L'alose à l'étouffée (alausa a l'estofada, alauso à l'estoufado[216], ou alose à l'avignonnaise (alausa a l'avinhonenca, alauso à l'avignounenco[217]) est un plat à base de poisson et d'oseille. L'alose est cuite à l'étouffée (a l'estofada, a l'estofèia) pendant de nombreuses heures, avec de l'oseille (Rumex acetosa), parfois des patiences (autres herbes du genre Rumex appelées lapaç en provençal), et de l'alcool ou de l'eau-de-vie. Le mélange d'alcool et d'oseille fait « fondre » les arêtes du poisson, qui devient ainsi beaucoup plus facile à manger. L'alose est devenue très rare à la hauteur d'Avignon, et a peut-être disparu, en raison de l'édification de barrages[218], notamment celui de Vallabrègues. De plus, la consommation de poissons du Rhône est maintenant interdite pour cause de pollution au PCB (polychlorobiphényle).

L'alose (Alosa alosa) est un poisson ressemblant à une très grosse sardine. Elle était pêchée dans le Rhône notamment à l'aide du vira-vira (ou vira-blanchard[219]. Cette grande roue garnie de filets, dont de nombreux avignonnais se souviennent, était actionnée ingénieusement par le simple courant du Rhône, et fixée à deux bateaux face à la porte de la Ligne côté Barthelasse (ce bras du Rhône était alors le bras vif ; il est devenu le bras mort après les aménagements de la Compagnie nationale du Rhône). Il n'y avait qu'à chercher le poisson dans le fond d'un des deux bateaux. Le vira-vira, ainsi que « l'alose à l'oseille », sont connus dans de nombreuses communes des rives du Rhône et sont particulièrement liés à l'identité d'Avignon.

La daube avignonnaise[modifier | modifier le code]

La daube avignonnaise (adòba avinhonenca, adobo avignounenco)[220] est une variante de la daube classique. Au lieu du bœuf, il faut prendre de l'épaule d'agneau ou de mouton, et la marinade se fait dans du vin blanc.

Cette recette rappelle celle de la carbonade (carbonada, carbounado)[221]. Citée par Mistral dans le Pouèmo dóu Rose (Poème du Rhône)[221] comme étant servie aux mariniers, développée par René Jouveau dans l'Armana prouvençau (l'Almanach provençal) de 1950, la carbonade est un plat à base de mouton cuit à l'étouffée avec des légumes et du vin blanc. Il peut être servi avec des haricots blancs et des fonds d'artichaut.

Le papeton d'aubergines[modifier | modifier le code]

Typiquement avignonnais[222], le papeton d'aubergine est un flan à base de caviar d'aubergines et d'œufs. Il a été nommé ainsi du fait qu'il était cuit dans un moule ayant la forme d'une tiare pontificale. Il se sert avec un coulis de tomates fraîches. Cependant, le papeton n'est pas mentionné dans le Tresor dóu Felibrige de Mistral : l'appellation peut être récente.

Le crespèu[modifier | modifier le code]

(prononcé [krƐsˈpƐw], "crespeou") Le crespeou est un gâteau d'omelettes d'herbes et de légumes empilées par couches superposées que l'on mange froid accompagné ou non d'un coulis de tomate. Cette recette, qui semble être native de la région d'Avignon, est devenue populaire dans tout le Comtat Venaissin et la Provence[223].

Spécialités récentes[modifier | modifier le code]

Le navarin en avignonnaise[modifier | modifier le code]

Toujours parmi les plats de la cuisine provençale, le navarin en avignonnaise[224].

Les Papalines.
La papaline[modifier | modifier le code]

Petit chardon formé de deux fines robes de chocolat retenant de la liqueur d'origan du Comtat, la papaline d'Avignon a été ainsi nommée en souvenir des papes avignonnais, mais sa création ne remonte qu'à 1960[225],[226] La recette de la liqueur d'Origan reste un secret de fabrication. Créée en 1870, elle est obtenue après distillation, macération et infusion de plantes dans des alcools sélectionnés pour leur finesse et auxquels s'ajoute du miel de très haute qualité. Une soixantaine de plantes entrent dans sa composition, toutes cueillies sur les contreforts du mont Ventoux et dans la campagne environnante[225].

Soixante-douze heures de « secrète alchimie » sont nécessaires pour donner forme à la Papaline, cette cousine du chardon-liqueur, fabriquée de façon artisanale et distribuée uniquement en Vaucluse[225].

Vins et spiritueux[modifier | modifier le code]

Le vin[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Vins des papes d'Avignon.
Vignes intra-muros, au pied du Jardin des Doms
Vignoble du rocher des Doms

Au cours de la papauté d'Avignon, un des plus célèbres vignobles intra-muros fut la Vinea Vespalis (vigne épiscopale) qui se situait sur le Plan-de-Lunel. Son vin avait été jusqu'au 11 juillet 1364 celui des chanoines d'Avignon. À cette date, Urbain V avait autorisé son frère Anglic de Grimoard à en disposer à sa volonté. Enfin le 10 juillet, par bulle, le pape autorisait son frère à exempter ses feudataires des charges de la Vinea Vespalis. Pour résumer, le Souverain Pontife avait dépossédé le chapitre capitulaire d'Avignon de ses vignes pour les octroyer à son cadet[227],[JG 10]. D'autres vignes se situaient, à l'est, dans le quartier des « Grands Jardins », terrains non bâtis entre les deux enceintes des remparts médiévaux[228] et au sud dans le quartier de Champfleury qui avait été le cimetière des pestiférés en 1348.

Mais ces vignes, qui étaient conduites en hautain, étaient loin de suffire à l'approvisionnement de la cité papale. Aussi chaque pontife s'approvisionna tant avec des vins locaux qu'avec des crus faciles à faire venir à Avignon par voie fluviale. Un vignoble du Grand Avignon fut constitué. Dans le Comtat Venaissin, les vins de Malaucène, Bédarrides, Valréas, Carpentras, Apt et bien sûr Châteauneuf-du-Pape eurent la préférence. Les vignes du Languedoc telles celles de Saint-Gilles, Tavel, Bagnols ou Villeneuve-lès-Avignon fournissaient les celliers pontificaux. De la Provence venaient des vins de Manosque, de Toulon et de Saint-Rémy. Certains remontaient ou descendaient le Rhône comme le Cante-Perdrix, célèbre cru de Beaucaire, le Clos-vougeot et l'Hermitage[229].

Boutique vendant du vin muscat, rue Sainte-Catherine, à Avignon, au XVIIIe siècle

Quatre siècles plus tard, Honoré Bouche, dans sa Chorographie de la Provence, parue en 1654, indique que ces vins d'Avignon approvisionnaient toujours les caves du Vatican : « Il y en a de blancs, de rouges, de paillets, de clairets, de muscat, de malvoisie, et tous extrêmement bons, forts et généreux. Et j'ai vu à Rome qu'on conservait quelques pièces de vin provençal comme le meilleur pour la table du Saint-Père »[229]. Anne-Marguerite Petit Dunoyer confirme dans une de ses lettres que quelques-uns de ces vins étaient toujours appréciés à Avignon : « Jugez, Madame, si dans un pays que l'on pourrait appeler l'île de Cythère, où les ris et les jeux que la misère du temps a chassé de la France, se sont réfugiés où l'on fait bonne chère, où l'on boit des vins de l'Hermitage et de Cante-Perdrix que l'on peut appeler des vins des dieux, puisque c'est le même qu'on envoie à Rome pour la bouche du Saint-Père, jugez, dis-je, si dans un pays si délicieux, je puis beaucoup m'ennuyer »[ABP 5].

Actuellement, Avignon revendique le titre de « capitale des côtes-du-rhône » puisqu'elle accueille le siège social d'Inter Rhône, en l'Hôtel de Rochegude, qui regroupe l'interprofession des côtes-du-rhône et des AOC de la vallée du Rhône[230].

Le Pernod[modifier | modifier le code]

En 1884, Jules-François Pernod se lance dans la distillation de l'extrait d'absinthe dans son usine de Montfavet[MM 1]. Il s'enrichit rapidement par la commercialisation de la fée verte[MM 2]. Il meurt en 1916, à l'âge de 89 ans. Son fils et successeur, Jules-Félix Pernod, fait déposer la marque « Anis Pernod », dès la fin de la Première Guerre mondiale[MM 3].

L'Origan du Comtat[modifier | modifier le code]

Cette liqueur, produite à base d'origan, est une spécialité de la Distillerie A. Blachère, une des plus ancienne de Provence, qui était alors installée à Avignon[231].

Les eaux-de-vie de la Distillerie Manguin[modifier | modifier le code]

Installée depuis un demi-siècle dans l'île de la Barthelasse, cette distillerie artisanale produit des eaux-de-vie blanches de fruits en particulier la poire williams[232].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

De nombreuses personnalités sont liées à l'histoire du territoire d'Avignon et de sa ville. Qu’ils y soient nés ou simplement fortement liés, on trouve des personnalités religieuses comme des papes ou des cardinaux (Annibal de Ceccano, Hélie de Talleyrand-Périgord…), des personnalités politiques présentes ou passées, des militaires (Juan Fernández de Heredia, Raymond de Turenne…), des sportifs (Younes Belhanda), (Yoann Touzghar), des artistes, qu’ils soient sculpteurs (Jean-Pierre Gras, Camille Claudel), peintres (Claude Joseph Vernet, Paul Saïn, Pierre Grivolas), les membres de la première école d’Avignon (Simone Martini, Matteo Giovanetti), de la seconde (Enguerrand Quarton, Nicolas Froment) ou du Groupe des Treize, bâtisseurs (Pierre Mignard, Jean Péru, Jean-Baptiste Franque), acteurs (Jean Vilar, Daniel Auteuil, Alice Belaïdi, Loïc Corbery), chanteurs (Fernand Sardou, Mireille Mathieu, Emma Daumas), écrivains (Henri Bosco, Pierre Boulle, René Girard, Jean-Marc Rouvière) et poètes (Pétrarque, Théodore Aubanel…) dont plusieurs membres du Félibrige.

Article détaillé : Personnalités liées à Avignon.

Symboles de la ville[modifier | modifier le code]

Blason[modifier | modifier le code]

Blason de Avignon Blason De gueules, à trois clefs d'or posées en fasce, avec deux gerfauts pour supports.
Ornements extérieurs 
Croix de guerre 1939-1945 ; L’écu est supporté par deux gerfauts portant chacun un grelot à une patte et surmonté d'une couronne en forme de remparts crénelés.
Devise 
"Unguibus et rostro" (À bec et à griffes)
Détails Ce blason date de 1348[233].
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Devise[modifier | modifier le code]

Sa devise est Unguibus et rostro[234] qui signifie littéralement « à bec et à griffes », équivalent de l’expression française « à bec et ongles ».

Logotype[modifier | modifier le code]

En 2009, le logotype de la ville représente le pont Saint-Bénezet sur lequel est écrit en capitales « AVIGNON ». Il s'agit d'une photographie floutée et truquée du pont, l'arche étant anormalement allongée pour ressembler à une ligne. De couleur jaune ocre contrastant avec le ciel et l'eau du Rhône, le pont est reconnaissable par sa chapelle. Plusieurs versions ont vu le jour. Ainsi peut figurer sur la partie basse, en dessous du pont, le slogan : « VILLE D'ESPRIT ».

En mai 2012, à la suite d'un problème de droits posé par la photo utilisée, le logo est simplifié[235],[236].

Saints patrons[modifier | modifier le code]

Au cours de son histoire, la ville d'Avignon se serait dotée de plusieurs saints tutélaires[237]. Au XVIIIe siècle, lors de l'aménagement du quai du Rhône, les statues de ces saints s'y succédaient.

Vie militaire[modifier | modifier le code]

Les casernes[modifier | modifier le code]

Cour d'honneur du palais des papes en 1919, ancienne caserne Duprat
Caserne Chabran
Caserne du 58e RI

Après la Révolution française, une partie du palais des papes devint une caserne affectée au génie militaire[242]. Puis, de 1881 à 1900, s'y installa un régiment d'infanterie. Le commandement militaire rebaptisa alors le palais en « Caserne Duprat » en l'honneur de Jean Étienne Benoît Duprat, ancien colonel de la garde nationale d'Avignon devenu général d'Empire et mort à Wagram.

Sous Napoléon III, Viollet-le-Duc proposa un projet de restauration de l'édifice afin de le rendre plus conforme à son statut de monument historique, mais ce fut peine perdue. Ce projet vit le jour dès 1860, mais la guerre de 1870 l'empêcha d'être mené à terme et sauva ainsi de la destruction des voûtes de la Grande Audience qu'il désirait faire supprimer[243]. Le site resta militaire.

Au changement de siècle, soit plus d'une soixantaine d'années après que Charles de Montalembert eut écrit son Vandalisme en France, lettre à M. Victor Hugo le palais demeurait en très mauvais état. La façade principale avait été dépourvue de ses deux tours qui la rendent si reconnaissable de nos jours, les intérieurs étaient encombrés des détritus consécutifs à l'occupation militaire, les statues avaient été brisées, des fenêtres et des portes ouvertes sans aucun respect de l'architecture comme au niveau du portail de la grande chapelle dans laquelle le génie militaire s'était autorisé à percer une porte[244], etc. La ville d'Avignon ne récupéra le palais qu'en 1902. En contrepartie une nouvelle caserne dut être construite par la ville en dehors des remparts, la caserne Chabran[245]. Ce fut la caserne du 58e régiment d'infanterie. Elle est actuellement le siège de la préfecture. En septembre 1906, les troupes quittèrent le palais. En un siècle, le génie militaire avait bien travaillé et « sa caserne ressemblait à toutes les casernes[246] ». Intra-muros, au bas de l'actuel cours Jean Jaurès se trouve la caserne d'Hautpoul. C'est l'ancienne caserne du 7e génie, installée au niveau des anciens jardins du couvent des Célestins. Elle fut terminée vers 1865[247]. C'est actuellement la cité administrative (trésorerie d'Avignon). Extra-muros, boulevard Saint-Roch, on peut voir la caserne de Salles, ancienne caserne de cavalerie. C'est le siège du commissariat de police (hôtel de police)[248]. C'est un très ancien hôpital pour pestiférés, qui a été réaménagé.

Liste des unités militaires ayant tenu garnison à Avignon[modifier | modifier le code]

Parmi les unités militaires ayant tenu garnison à Avignon, on recense : des régiments d'infanterie :

des régiments du génie :

des régiments de chasseurs à cheval :

et deux autres régiments :

Compléments[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : source utilisée pour la rédaction de cet article

  • Paul Achard, Dictionnaire historique des rues et places de la ville d'Avignon, Éd. Seguin aîné, Avignon,‎ 1857. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Hervé Aliquot, Avignon, de Montfavet à Villeneuve, Éd. École Palatine, Avignon,‎ 2004. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Hervé Aliquot, Montfavet, Le Pontet, Sorgues, Avignon. Les Palais gothiques aux XIVe et XVe siècles, Éd. Équinoxe,‎ 1993. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Hervé Aliquot et Cyr Harispe, Avignon au XIVe siècle. Palais et décors, Éd. École Palatine, Avignon,‎ 2006 (ISBN 2-95224771-4). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes de Vaucluse, Éd. A. Barthélemy, Avignon,‎ 1986. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Fernand Benoit, Avignon au double visage, rééd. Équinoxe, Barbentane,‎ 1996. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Patrick Boucheron et Jacques Chiffoleau, Les Palais dans la ville, Espaces urbains et lieux de la puissance publique dans la Méditerranée médiévale, PUL, coll. « d’histoire et d’archéologie médiévales », no 13, Lyon,‎ 2004 (ISBN 2-7297-0747-6).
  • Anne Bourret-Porée, Demeures secrètes du vieil Avignon, Barbentane, Éd. Équinoxe, coll. « Lumières du sud »,‎ 7 avril 2003 (ISBN 978-2841352098). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Sophie Cassagnes-Brouquet, Sur les pas des papes d'Avignon, Ouest-France éditions (ISBN 2-7373-3414-4). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Alain Christof et Philippe Ménard, Avignon, Éditions Premier Plan (ISBN 2-85744-531-8).
  • Gabriel Colombe, Le Palais des papes d’Avignon, Paris,‎ 1939.
  • Jean-Paul Clébert, Guide de la Provence mystérieuse, Paris, Sand et Tchou,‎ février 1992, 592 p. (ISBN 978-2710703594)
  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique du département de Vaucluse, Avignon,‎ 1876. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Pierre-Marie Danquigny, La ville d'Avignon à travers les textes grecs et latins du IIe siècle avant n.è. au VIe siècle, revue Avignon, Rhône et Comtat, no 4, Imp. Scribe, L'Isle-sur-la-Sorgue,‎ 1986. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Frédéric Eldin, Avignon 68, à la croisée des contestations, ou Le mouvement de mai-juin 1968 dans l'agglomération d'Avignon et son prolongement durant le XXIIe Festival, Mémoire de maîtrise d'Histoire contemporaine sous la direction de Robert Mencherini, année universitaire 1996-1997, université d'Avignon et des Pays de Vaucluse.. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean Favier, Les papes d’Avignon, Paris, Fayard,‎ 2006 (ISBN 2-21362524-7). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Sylvain Gagnière, Histoire d'Avignon,‎ 1979. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Sylvain Gagnière et Jacky Granier, Une nouvelle sculpture chalcolithique à Avignon : la stèle anthropomorphe du quartier de la Balance, Mémoires de l'académie de Vaucluse, 1965-1966, p. 35–51. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Alain Girard, L’Aventure gothique entre Pont Saint-Esprit et Avignon du XIIIe et XVe siècles. Genèse des formes et du sens de l’art gothique dans la basse vallée du Rhône, Edisud,‎ 1996 (ISBN 2-85744888-0). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Joseph Girard, Avignon, histoire et monuments, Éd. Dominique Seguin, Avignon,‎ 1924. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Joseph Girard, Évocation du vieil Avignon, 1958, rééd. Éd. de Minuit, Paris, 2000 (ISBN 2-7073-1353-X). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Pierre Grava (sous la direction de), Avignon au Moyen Âge, textes et documents, IREBMA et alii, Publication de la Faculté de Lettres d'Avignon,‎ 1988. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • L. Imbert et abbé J. Sautel, Avignon et Villeneuve-lès-Avignon, Avignon,‎ 1925.
  • André Hallay, Avignon et le Comtat Venaissin, Paris,‎ 1909. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jacqueline Hamesse, La Vie culturelle, intellectuelle et scientifique à la cour des papes d’Avignon, Brepols,Paris,‎ 2006 (ISBN 2-503-51877-X).
  • Léon-Honoré Labande, Le Palais des papes d’Avignon et les monuments historiques d’Avignon au XIVe siècle, t. I et II, Éd. Detaille, Aix-Marseille,‎ 1925.
  • Michel Laclotte, L’École d’Avignon. La peinture en Provence aux XIVe et XVe siècles, Paris,‎ 1960.
  • Marc Maynègre, La visite de Louis XIV à Avignon et Le massacre de la Glacière in De la Porte Limbert au Portail Peint, histoire et anecdotes d’un vieux quartier d’Avignon, Sorgues,‎ 1991 (ISBN 2-95055490-3). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Marc Maynègre, De la porte Limbert au portail peint : Histoire et anecdotes d'un vieux quartier d'Avignon, Marc Maynègre (ISBN 9782950554901) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • René Moulinas, Histoire de la Révolution d’Avignon, Aubanel, Avignon,‎ 1986.
  • Pierre Pansier, Les Palais cardinalices d’Avignon aux XIVe et XVe siècles, Roumanille, Avignon,‎ 1926-1932.
  • Philippe Prévot, Histoire du ghetto d'Avignon, Éd. Aubanel, Avignon,‎ 1975 (ISBN 2-7006-0056-8). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Yves Renouard, La papauté à Avignon, PUF, Paris, 1954, rééd. J-P. Gisserot, 2004 (ISBN 2-87747-748-7). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jacques Rossiaud, Le Rhône au Moyen Âge, Aubier, Paris, Collection historique,‎ 2007 (ISBN 2-7007-2296-5). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Charles-Laurent Salch, Atlas des villes et villages fortifiés en France, Début du Ve siècle à la fin du XVe siècle, Strasbourg, Éditions Publitotal,‎ 1er novembre 1987, 495 p., B.38.688.87
    Avignon pp. 157 à 161; 444 et Carte n°14 Provence-Alpes-Côte d'azur
  • Dominique Vingtain, Monument de l’Histoire. Construire, Reconstruire le Palais des Papes. XIVe siècle-XXe siècle, R.M.G éditions, Avignon,‎ 2002.
  • Dominique Vingtain, Avignon le Palais des papes, Éditions Zodiaque (ISBN 2-7369-0240-8). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Le Palais des Papes, Avignon - guide de visite, Éd. Gaud et Éd. RMG Palais des Papes, 3e édition,‎ 2004 (ISBN 2-84080-063-2). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Avignon, Paris, Hachette et Cie,‎ 1893, 140 p. (lire en ligne)

Magazine[modifier | modifier le code]

  • GEO, no 136, 1990.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Histoire

Histoire liée à l'Église catholique

Politique et administration

Culture

Infrastructures

Alimentation et gastronomie

Enseignement

Patrimoine (rues)

Patrimoine civil

Patrimoine religieux

Équipement sportif

Foires et salons

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La tradition provençale dit que les deux premiers étaient le mistral et le Parlement d'Aix
  2. L'épicentre de ce séisme fut Lambesc, village des Bouches-du-Rhône.
  3. L'État pontifical d’Avignon couvrait plusieurs communes actuelles : Bédarrides, Châteauneuf-du-Pape, Entraigues-sur-la-Sorgue, Le Pontet, Morières-lès-Avignon, Sorgues et Vedène.
  4. Des représentations solaires identiques existent sur des parois rocheuses ou des sites rupestres le long de la côte provençale, au Mont-Bego, dans la péninsule ibérique et au Sahara marocain.
  5. En Provence, ces stèles anthropomorphes (Lauris, Orgon, Senas, Trets, Goult, Isle-sur-la-Sorgue, Avignon), datées entre - 3 000 et - 2 800, sont rattachées à la « civilisation de Lagoza ». Elles sont les témoins d’une agriculture qui est devenue prédominante dans les basses vallées du Rhône et de la Durance.
  6. Il est parfois répertorié sous le nom de Julius.
  7. Nectarius, premier évêque historique d’Avignon, s’était rendu à Rome au cours de son épiscopat pour arbitrer les différents qui opposaient Hilaire d’Arles au pontife Léon 1er.
  8. Les historiens lui ont donné le nom de cercle littéraire austraso-provençal.
  9. Inter Senatores sophisticos ac judices philosophicos fatigari.
  10. Riez n’aura plus d’évêque pendant 229 ans, Vence, durant 218 ans, Saint-Paul-les-Trois-Châteaux pendant 189 ans et encore se sera l’évêque d’Orange, les deux diocèses ayant été réunis, Carpentras et Digne perdent les leurs pour 138 ans.
  11. Boson était apparenté aux carolingiens par Ermangarde, sœur de Charles le Chauve.
  12. Fraxinetum a été identifié à la Garde-Freinet.
  13. Maïeul était le fils cadet de Foucher de Valensole, un des plus riches seigneurs de la Provincia, et Raymonde, fille du comte Maïeul 1er de Narbonne, qui s’étaient mariés à Avignon.
  14. Eyric était le fils aîné de Foucher de Valensole et de Raymonde de Narbonne, il sera par son fils Humbert de Caseneuve la tige de l’illustre maison des Agoult-Simiane.
  15. Le « Castrum Caneto » correspond au Cannet-des-Maures.
  16. Curieusement, la rue Abraham semble mieux rappeler la juiverie que la rue vieille juiverie. Voir le « Dictionnaire historique des rues et des places publiques de la Ville d'Avignon », Centre International de l'Écrit en Langue d'Oc,‎ 1996 (consulté le 29 décembre 2005)
  17. Voir Sismicité.
  18. Une unité urbaine repose sur la continuité de l'habitat.
  19. Selon http://insee.fr/fr/themes/tableau_local.asp?ref_id=POP&millesime=2011&typgeo=UU2010&search=00754 sur le site insee.fr, le chiffre de 2011 la plaçait à la 14e place française juste après Strasbourg (13e) et devant Montpellier (15e), soit une progression de 6 places par rapport à 1999
  20. Société de nettoyage.
  21. Françoise de Grignan séjournait à Avignon avec son époux le comte, gouverneur de Provence, qui occupait militairement la ville sur ordre de Louis XIV.
  22. Les vice-légats qui avaient gouverné Avignon au début du XVIIe siècle étaient Rainier d'Elci (1719-1731), F.-M. de Gonteriis (1731) et Philippe Bondelmonti (1731-1739).
  23. En 1335 et 1336, Pétrarque avait adressé deux suppliques à Benoît XII pour l'exhorter à venir à Rome. Face à l'hostilité de Bologne, cité pontificale, il avait refusé. Dès lors, il fut traité d'ivrogne invétéré par le jeune homme.
  24. La sentine était un endroit, à fond de cale, où se rassemblent les eaux usées (→ égout, cloaque).
  25. « Du gothique Avignon/ Palais et tourillons/ Font des dentelles/ Dans les étoiles ».
  26. incluant la cathédrale Notre-Dame des Doms
  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Insee- Population légale d'Avignon au recensement de 2011, consulté le 17 juillet 2014
  2. Insee - Composition communale de l'unité urbaine d'Avignon, consulté le 22 octobre 2011
  3. Insee - Résultats du recensement de la population de 2011 - Unité urbaine d'Avignon, consulté le 17 juillet 2014
  4. Insee - Population de l'aire urbaine d'Avignon, consulté le 17 juillet 2014
  5. a, b, c, d et e « Relief et géologie sur le secteur d'Avignon », sur Agence Rosier
  6. http://www.universalis.fr/encyclopedie/avignon
  7. Maurice Champion, Les inondations en France depuis le VIe siècle jusqu'à nos jours - recherches et documents, Paris, Dunod,‎ 1862 (lire en ligne)
  8. « Les inondations en Avignon », sur Institut national de l'audiovisuel document vidéo (consulté le 17 octobre 2011)
  9. « Inondations à Paris et à Avignon », sur Institut national de l'audiovisuel document vidéo - JT 20h - ORTF,‎ 23 janvier 1955 (consulté le 17 octobre 2011)
  10. « Inondations du date 2 décembre 2003 en image », sur monanneeaucollege.com,‎ 2 décembre 2003
  11. « Cours d'eau : rivière l'Èze (X31-0400) », sur le site du service d’administration national des données et référentiels sur l’eau (SANDRE)
  12. « La rue des teinturiers - Avignon », sur avignon-et-provence.com (consulté le 7 novembre 2009)
  13. Salah Nofal, « Étude hydrogéologique à la confluence Rhône-Durance (Master 2 à l'Université d'Avignon et des pays de Vaucluse) », sur memoireonline.com,‎ 2009 (consulté le 7 novembre 2009)
  14. Zonage sismique règlementaire de la France, classement des cantons (découpage fin 1989) de la région PACA, p. 48.
  15. La climatologie de Vaucluse.
  16. « Données climatologiques d'Avignon 2000-2007 », sur meteo.msn.com (consulté le 13 octobre 2011)
  17. Jean Vialar, Les vents régionaux et locaux, 1948 ; réédité par Météo-France en 2003.
  18. Source : Services techniques d'Inter Rhône à Avignon Données météorologiques concernant l'année 2006 [PDF]
  19. « Stationnement », sur Site officiel de la ville d'Avignon (consulté le 13 octobre 2011)
  20. transport sur le site de la ville.
  21. « velopop », sur Site de velopop (consulté le 13 octobre 2011)
  22. « vélo cité Avignon », sur Site du vélo cité (consulté le 13 octobre 2011)
  23. « transports en commun du Grand Avignon », sur Site des transports en commun du Grand Avignon (consulté le 13 octobre 2011)
  24. L'urbanisme du XXe
  25. [PDF] « Le cas d'Avignon », sur Ministère de la culture, p. 180 à 183
  26. a et b « Avignon en chiffres », sur Mairie d'Avignon (consulté le 19 octobre 2011)
  27. « Espaces verts », sur Ville d'Avignon (consulté le 17 octobre 2011)
  28. a et b [PDF] « Fiche INSEE sur Avignon », sur Institut national de la statistique et des études économiques,‎ 30 juin 2011 (consulté le 17 octobre 2011)
  29. a, b et c Charles Rostaing, Essai sur la toponymie de la Provence, depuis les origines jusqu'aux invasions barbares, Éd. Jeanne Laffitte, 1994, p. 30.
  30. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Éd. Larousse, 1968, p. 1689.
  31. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Op. cit.
  32. Robert Bourret, Dictionnaire Français-Occitan, Éd. Lacour, Nîmes, 1999, p. 59.
  33. Xavier de Fourvière, Lou Pichot tresor, Éd. Auberon, 2000, p. 62.
  34. Site de la ville d’Avignon « La formule « en Avignon », si elle permet d'éviter un hiatus quelque peu dissonant, est toutefois incorrecte lorsqu’elle s’applique à la ville contenue dans ses limites communales. Son emploi dans ce cas est souvent le fait de l’ignorance ou d’un certain pédantisme basé parfois sur des nostalgies d’Ancien Régime. …. La formule appropriée est « à Avignon » lorsqu’on parle de la ville stricto sensu comme l’on fait pour « à Aix », « à Albi » ou « à Amboise ». »
  35. a, b et c « en » Avignon sur le site de l'Académie française dans la section - Noms géographiques et leurs articles - : « On ne saurait condamner les tournures en Arles, en Avignon, bien attestées chez les meilleurs auteurs, et qui s’expliquent à la fois comme archaïsme (l’usage d'en au lieu de à devant les noms de villes, surtout commençant par une voyelle, était beaucoup plus répandu à l’époque classique) et comme régionalisme provençal. Il semble cependant que cet emploi de en soit en régression. [...] Consulté le 12 octobre 2010. »
  36. Guy Martin et Bernard Moulin, Grammaire provençale et cartes linguistiques, Éd. Comitat d'estudis occitans C.R.E.O.-Provença, Diffusion Edisud, 1998.
  37. Centre regionau d'estudis occitans-Provença, Dictionnaire de base français-provençal, Éd. CREO-Provença, 1992.
  38. a et b Le Trésor du Félibrige en ligne.
  39. Claude Martel, Le parler provençal, Éd. Rivages, 1988.)
  40. Explications complémentaires à ce sujet sur le site de la ville d’Avignon et dans la vidéo de TV5.
  41. a et b « Laissez vous conter Avignon », sur Les villes et pays d'art et d'histoire du Ministère de la Culture (consulté le 17 octobre 2011)
  42. S. Gagnière et J. Granier, Stèle anthropomorphe trouvée à Avignon (Vaucluse), « Ogam », t. XIII, fasc. 6, 1961, et Catalogue raisonné des stèles anthropomorphes chalcolithiques du musée Calvet d'Avignon, Avignon, 1976.
  43. Étienne de Byzance, Les Ethniques en abrégé, Berlin, Aug. Meineke,‎ 1849
  44. « Histoire, l'origine du nom », sur Mairie d'Avignon (consulté le 17 octobre 2011)
  45. Expression utilisée par le Pseudo-Aristote dans Récits merveilleux
  46. Dénomination employée par Denys le Périocète dans Description de la terre habitée.
  47. Pline l’Ancien dans sa « Naturalis Historia » et Pomponius Mela dans sa « De Choregraphia » désignent Avignon comme la capitale des Cavares.
  48. « les origines d'Avignon », sur horizon-provence (consulté le 17 octobre 2011)
  49. Pomponius Mela, Description de la Terre, livre II, V.
  50. Cette aide est mentionnée dans les canons du concile des Sept Provinces à Béziers qui se tint en 472 sous la présidence de Sidoine Apollinaire, évêque de Clermont. Le prélat de Lyon ravitailla aussi Arles, Riez, Orange, Saint-Paul-les-Trois-Châteaux, Alba et Valence, villes affamées par le pillage des Burgondes.
  51. Paul-Albert Février (dir.), La Provence des origines à l'an mil, p. 485 :
    « Sur le nombre de vingt-trois sièges provençaux, onze évêques seulement étaient présents. »
  52. Louis l’Aveugle, fils de Boson 1er, fut roi de Provence de 890 à 928. Il devint roi d’Italie en 900 puis fut couronné empereur du Saint-Empire romain germanique en février 901, à Rome, par le pape Benoît IV. Son rival italien Béranger de Frioul lui fit crever les yeux en 905 pour parjure.
  53. « Ecclesia suae in honore Sancte Marie Dei genitris dicatae » note le cartulaire de Notre-Dame des Doms.
  54. a et b Édourd Baratier, Histoire de la Provence, Privat,‎ 1969, 607 p., p. 106
  55. Mc Kitterick, 267.
  56. Elles sont notées dans le cartulaire de Notre-Dame des Doms :« genetrici ejus regine celorum et terre interemate Marie virgini protomartyri etiam beatissimo Stephano ». Le 18 août 918, Louis l’Aveugle, dans un diplôme de nouvelle restitution en faveur de Fulcherius, mentionne le complexe cathédral d’Avignon avec deux églises et un baptistère : « Matris ecclesie Sancte Marie et Sancti Stephami ac Sancti Johannis Baptiste ».
  57. a et b (en) Bernhard Blumenkranz, « Avignon », sur Jewish Virtual Library
  58. Jacques Verger, La Renaissance du XIIe siècle, Cerf, 1999, p. 102
  59. a et b Chronologie cathares
  60. Yves Renouard, « Le mécénat des papes à Avignon », in La papauté à Avignon, op. cit., p. 99-105.
  61. Yves Renouard, op. cit., p. 99.
  62. a et b Bernard Guillemain, Les papes d'Avignon, Éd. du Cerf, 2000, p. 112.
  63. Raymond Dugrand et Robert Ferras, La Grande Encyclopédie, t. III, Paris, Larousse,‎ 1972 (ISBN 2-03-000903-2), p. 1355
  64. a et b « Église Catholique en Avignon - Notice historique », sur Diocèse d'Avignon (consulté le 17 octobre 2011)
  65. http://books.google.fr/books?id=j3kUAQAAMAAJ&pg=PA502 Lettres patentes de Louis XI, Plessis-du-Parc-lèz-Tours, le 10 octobre 1479
  66. Pierre Miquel, Les Guerres de religion, Paris, Club France Loisirs, 1980 (ISBN 2-7242-0785-8), p. 233.
  67. Pierre Miquel, Les Guerres de religion, Paris, Club France Loisirs, 1980 (ISBN 2-7242-0785-8), p. 254.
  68. « Chronologie des années autour d'Agrippa d'Aubigné », sur agrippadaubigne.org (consulté le 17 octobre 2011)
  69. description d'Avignon, 1829.
  70. Eugène Hatin, Bibliographie historique et critique de la presse périodique française, Paris, Firmin Didot Frères,‎ 1866 (lire en ligne), p. 306
  71. Albert Ceccarelli, La Révolution à l’Isle sur la Sorgue et en Vaucluse, Éditions Scriba, 1989 (ISBN 2-86736-018-8), p. 60.
  72. Histoire philosophique de la révolution de France, depuis la première Assemblée des notables jusqu'à la paix de Presbourg, 1807, chap. XXIV, p. 77.
  73. Albert Ceccarelli, La Révolution…, op. cit., p. 64.
  74. Histoire philosophique de la révolution de France, depuis la première Assemblée des notables jusqu'à la paix de Presbourg, 1807, chap. XXV, p. 79.
  75. Albert Ceccarelli, La Révolution…, p. 89.
  76. Ligne Avignon - Marseille, sur trains.wikia.
  77. André Mercier, « Il y a 120 ans, les Vauclusiens se soulevaient contre le coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte », articles parus dans le quotidien Le Provençal, édition de Vaucluse, du 2 au 7 décembre 1971 », sur Association 1851 pour la mémoire des Résistances républicaines,‎ 1971 (consulté le 17 octobre 2011)
  78. Bernard Amouretti, « L’Homme a longtemps été sous la dépendance de la Durance », Direction de l'environnement, du développement durable et de l'agriculture, La Durance : lien de vie du territoire régional, Conseil régional PACA, p. 25.
  79. Raymond Poincaré, Au service de la France : l'Europe sous les armes : 1913.
  80. Conservatoire documentaire et culture, Frédéric Mistral : 1913-2013 : il y a 100 ans, les derniers triomphes
  81. « Aéroport d'Avignon - Caumont », sur Site officiel de l'aéroport d'Avignon - Caumont (consulté le 17 octobre 2011)
  82. « Histoire, les armoiries de la ville », sur Site officiel de la mairie d'Avignon (consulté le 17 octobre 2011)
  83. (en) « Lauréats du Prix de l'Europe 1955/2011 », sur Site du council of Europe (consulté le 17 octobre 2011)
  84. (de) « Gare Avignon TGV (2001) », sur structurae.de
  85. « référendum européen du 20 septembre 1992 », sur Ministère de l’Intérieur (consulté le 17 octobre 2011)
  86. « référendum sur la constitution européenne du 29 mai 2005 », sur Ministère de l’Intérieur (consulté le 17 octobre 2011)
  87. « Scrutin présidentiel de 2007 à Avignon », sur Ministère de l’Intérieur (consulté le 17 octobre 2011)
  88. « Élections législatives de juin 2007 Avignon », sur Ministère de l’Intérieur (consulté le 17 octobre 2011)
  89. « Élections Européennes de 2009 », sur Ministère de l’Intérieur (consulté le 17 octobre 2011)
  90. « Les mairies annexes », sur Mairie d'Avignon (consulté le 17 octobre 2011)
  91. a, b et c [PDF] « Budget primitif 2007 », sur Ville d'Avignon (consulté le 17 octobre 2011)
  92. « Impots locaux à Avignon », sur taxes.com
  93. Loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  94. a, b et c « Avignon », sur Annuaire des Mairies (consulté le 10 septembre 2010)
  95. a, b et c « Tri sélectif des déchets », sur site de la mairie d'Avignon (consulté le 2 novembre 2009)
  96. « Propreté », sur site de la mairie d'Avignon (consulté le 2 novembre 2009)
  97. « Surveillance de la radioactivité de l’air et de l’eau », sur site de la mairie d'Avignon (consulté le 2 novembre 2009)
  98. « Qualité de l'air », sur site de la mairie d'Avignon (consulté le 2 novembre 2009)
  99. a, b et c « Les nuisances sonores dans les grandes villes et agglomérations »,‎ février 2003 (consulté le 2 novembre 2009)
  100. « Les riverains de l'aéroport d'Avignon-Caumont reprennent le combat », sur quotidien La Provence,‎ 24 mai 2009 (consulté le 2 novembre 2009)
  101. « Association de Défense des Riverains de l’Aérodrome de Chateaublanc », sur site du collectif national d'associations contre les nuisances de l'aviation légère (CANAL),‎ 24 mai 2009 (consulté le 2 novembre 2009)
  102. a, b, c et d « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur Ministère des affaires étrangères (consulté le 18 septembre 2011)
  103. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  104. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  105. a, b et c [PDF] « Sud INSEE l'essentiel numéro 10 », sur Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE),‎ octobre 1998 (consulté le 18 octobre 2011)
  106. http://www.insee.fr/fr/insee_regions/provence/themes/dossier/popimmigr04/Pop_immigr.pdf
  107. a et b David Levy, Valérie Roux, « Recensement de la population de 2006, Provence-Alpes-Côte d'Azur : une région très urbaine, une croissance équilibrée », sur Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le 18 octobre 2011)
  108. Population de la communauté d'agglomération du Grand Avignon, chiffres de l'INSEE (2011)
  109. Insee - Composition communale de l'aire urbaine d'Avignon de 2010, consulté le 22 octobre 2011
  110. http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=nattef01204
  111. INSEE - Commune : Avignon - 84007 IMG1B - Les immigrés par sexe, âge et pays de naissance - Niveau agrégé, Insee 2008
  112. « Évolution et structure de la population à Avignon en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 septembre 2010)
  113. « Résultats du recensement de la population de Vaucluse en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 septembre 2010)
  114. « Listes de écoles d'Avignon », sur Mairie d'Avignon (consulté le 18 octobre 2011)
  115. « Enseignement publique primaire en Vaucluse », sur académie d'Aix-Marseille (consulté le 18 octobre 2011)
  116. a, b et c « enseignement supérieur », sur Mairie d'Avignon (consulté le 18 octobre 2011)
  117. « Carte scolaire de Vaucluse », sur Conseil Général de Vaucluse (consulté le 18 octobre 2011)
  118. « Site du collège Anselme Mathieu », sur a.mathieu84.free.fr (consulté le 18 octobre 2011)
  119. a et b « Site de la cité scolaire Frédéric Mistral », sur mistralavignon.fr (consulté le 18 octobre 2011)
  120. « Site du collège Gérard Philipe », sur académie d'Aix-Marseille (consulté le 18 octobre 2011)
  121. « Site du collège Joseph Roumanille », sur académie d'Aix-Marseille (consulté le 18 octobre 2011)
  122. « Site du collège Alphonse Tavan », sur académie d'Aix-Marseille (consulté le 18 octobre 2011)
  123. « Site du collège Joseph Vernet », sur académie d'Aix-Marseille (consulté le 18 octobre 2011)
  124. « Site du collège Joseph Viala », sur académie d'Aix-Marseille (consulté le 18 octobre 2011)
  125. « Site de l'école et collège Chamfleury les Trinitaires », sur trinitaires84.org/ (consulté le 18 octobre 2011)
  126. « Site du collège Charles Péguy », sur pagesperso-orange.fr (consulté le 18 octobre 2011)
  127. a et b « Ensemble scolaire Saint Jean-Baptiste de la Salle », sur lasalle84.net/ (consulté le 18 octobre 2011)
  128. « Site du collège Saint-Michel », sur stmichel-avignon.fr/ (consulté le 18 octobre 2011)
  129. « Site du lycée Théodore Aubanel », sur académie d'Aix-Marseille (consulté le 18 octobre 2011)
  130. « Site du lycée des métiers Maria Casares », sur académie d'Aix-Marseille (consulté le 18 octobre 2011)
  131. « Site du lycée René Char », sur académie d'Aix-Marseille (consulté le 18 octobre 2011)
  132. « Site du campus d'Avignon des lycées Robert Schuman et Philippe de Girard », sur académie d'Aix-Marseille (consulté le 18 octobre 2011)
  133. « Site du lycée agricole François Pétrarque d'Avignon-Cantarel », sur éducation agricole (consulté le 18 octobre 2011)
  134. « Site du lycée Saint-Joseph d'Avignon », sur stjoavignon.com/ (consulté le 18 octobre 2011)
  135. « Site du lycée Louis Pasteur d'Avignon », sur http://lpasteur.org (consulté le 18 octobre 2011)
  136. a, b et c « Chiffres clés », sur Université d'Avignon (consulté le 18 octobre 2011)
  137. Catalogue général des cartulaires des Archives départementales, sur Google books.
  138. « palmarès lycée Mistral », sur L'étudiant
  139. « Classes prépa à Saint-Joseph », sur stjoavignon.com
  140. « Deug prépa », sur Université d'Avignon
  141. « les beaux arts », sur mairie d'Avignon (consulté le 18 octobre 2011)
  142. Dominique Logna-Prat, Éric Palazzo et Daniel Russo (préf. Georges Duby), Marie. Le culte de la Vierge dans la société médiévale, Paris, Beauchesne,‎ 1996, 624 p. (ISBN 978-2701013381, assr_0335-5985_1998_num_102_1_1115_t1_0074_0000_2?_Prescripts_Search_tabs1=standard& lire en ligne), p. 75
  143. « Histoire », sur Festival d'Avignon (consulté le 18 octobre 2011)
  144. Robert Abichared, « Festival d'Avignon », in Emmanuel de Waresquiel (dir.), Dictionnaire des politiques culturelles de la France depuis 1959, Larousse/ CNRS éditions, Paris, 2001.
  145. Simon Calamel et Dominique Javel, La langue d'oc pour étendard, Toulouse, Privat éditions,‎ 2002
  146. Fernand Benoît, La Provence et le Comtat Venaissin, Avignon, Aubanel,‎ 1992, p. 337
  147. La crèche d'Avignon
  148. « chiffres-clés », sur Centre hospitalier d'Avignon Henri Duffaut (consulté le 18 octobre 2011)
  149. « Centre hospitalier d'Avignon », sur Centre hospitalier d'Avignon Henri Duffaut (consulté le 18 octobre 2011)
  150. Georges Taulier, médecin chef des hôpitaux d'Avigon, sénateur de Vaucluse
  151. « Histoire du centre hospitalier de Montfavet », sur psychiatrie.histoire.free.fr
  152. [PDF] « Centre hospitalier de Montfavet : détails », sur chsa.be
  153. « Les équipements sportifs à Avignon », sur Ville d'Avignon (consulté le 4 octobre 2010)
  154. a et b « Clubs sportifs à Avignon », sur Ville d'Avignon (consulté le 4 octobre 2010)
  155. « Histoire du championnat de France de Football depuis 1932 », sur M4ever (consulté le 21 août 2009)
  156. « Historique du SO Avignonnais », sur Sporting olympique avignonnais XIII (consulté le 20 octobre 2011)
  157. « Équipe du championnat élite 1 saison 2011-2012 », sur Fédération française de rugby à XIII,‎ 13 mai 2011 (consulté le 20 octobre 2011)
  158. « Résultats junior championnat élite saison 2011-2012 », sur Fédération française de rugby à XIII (consulté le 20 octobre 2011)
  159. « ES Avignon », sur Site de basket archives (consulté le 20 août 2009)
  160. « Calendrier 2011-2012 Poule 5 », sur itsrugby.fr (consulté le 20 octobre 2011)
  161. « Calendrier 2012-2013 Ligue B », sur Ligue nationale de volley-ball (consulté le 9 décembre 2012)
  162. « Justice : le club de hockey est KO », sur La Provence,‎ 29 juin 2011 (consulté le 20 octobre 2011)
  163. « Site des Warriors », sur warriors-avignon.com (consulté le 20 octobre 2011)
  164. « Championnat de D2 », sur Fédération Française de Football Américain (consulté le 21 février 2013)
  165. a, b et c « Les médias locaux », sur Ville d'Avignon (consulté le 18 octobre 2011)
  166. « Autorisation de CSA d'émettre le 11 mars 2008 », sur radioactu.com (consulté le 10 mai 2009)
  167. « Radio Campus vit aujourd'hui un tournant décisif », sur laprovence.com (consulté le 10 août 2012)
  168. « Radio Campus Avignon Avignon, l'hertzien dans la mire », sur citylocalnews.com (consulté le 10 août 2012)
  169. « Les paroisses d'Avignon », sur Diocèse d'Avignon (consulté le 19 octobre 2011)
  170. « Page d'accueil », sur le site du centre protestant - Église évangélique libre d'Avignon (consulté le 30 octobre 2011)
  171. « Cimetière de Saint-Véran », sur Mairie d'Avignon (consulté le 19 octobre 2011)
  172. « Saint-Véran – Détails et plans », sur Mairie d'Avignon (consulté le 19 octobre 2011)
  173. « Cimetière de Montfavet », sur Mairie d'Avignon (consulté le 19 octobre 2011)
  174. a et b « Cimetières Barthelasse et Saint-Roch », sur Mairie d'Avignon (consulté le 19 octobre 2011)
  175. un rempart de zones commerciales, journal le Ravi], novembre 2008
  176. c'est la zone, article du journal provençal le Ravi], septembre 2011
  177. Les exonérations dans la zone franche urbaine d'Avignon
  178. « Cartes et plans de la zone franche urbaine d'Avignon », sur Chambre de commerce et d'industrie de Vaucluse (consulté le 19 octobre 2011)
  179. a, b, c, d et e [PDF] « Principales zones d'activités du département », sur Chambre de commerce et d'industrie de Vaucluse (consulté le 19 octobre 2011)
  180. La zone abrite le Centre INRA réalise des recherches scientifiques en ingénierie de la gestion de l'environnement, pour les territoires cultivés et pour la forêt depuis 1953
  181. « Culture et tourisme », sur Ville d'Avignon
  182. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur site de l'INSEE (consulté le 4 mai 2010)
  183. L'emploi à Avignon sur linternaute.com
  184. a et b « patrimoine d'Avignon », sur Agence Rosier
  185. René Dinkel, L'Encyclopédie du patrimoine (Monuments historiques, Patrimoine bâti et naturel - Protection, restauration, réglementation. Doctrines - Techniques - Pratiques), Paris, éditions Les Encyclopédies du patrimoine,‎ septembre 1997, 1512 p. (ISBN 2-911200-00-4), chap. VI 3, p. 180-181
    La conservation intégrée, Le grenier à sel d’Avignon, Vaucluse, Cet ancien grenier à sel a bénéficié d'une très originale réutilisation en salle de vente et salles de réunions grâce à Jean-Michel Wilmotte, restauration menée par Dominique Ronsseray, Architecte en chef des monuments historiques.
  186. « Centre historique d’Avignon : Palais des papes, ensemble épiscopal et Pont d’Avignon », sur Convention du patrimoine mondial UNESCO
  187. « Bibliothèques », sur Mairie d'Avignon (consulté le 19 octobre 2011)
  188. Reproduction de l'œuvre Les Demoiselles d'Avignon
  189. a, b, c, d, e, f, g, h et i « films tournés dans le Vaucluse », sur Archives audiovisuelles PACA (consulté le 19 octobre 2011)
  190. Rabelais, Le Cinquième et dernier livre des faits et dits héroïques du bon Pantagruel, Paris, la Pléiade,‎ 1994
  191. « Françoise-Marguerite de Sévigné, comtesse de Grignan (1648-1705), vers 1669 », base Joconde, ministère français de la Culture
  192. Prosper Mérimée, Notes d’un voyage dans le Midi de la France, Paris, Librairie de Fournier,‎ 1835, 490 p. (lire en ligne)
  193. Stendhal, Mémoire d'un touriste, vol. 1, Paris, Michel Lévy frères,‎ 1854, 368 p. (lire en ligne), p. 211-216
  194. Henry James, Voyage en France [« A Little Tour in France »], Paris, Robert Laffont,‎ 1854, 280 p., p. 235-241
  195. Joseph Roth, Les Villes blanches. Croquis de voyage, récits, Paris, Seuil,‎ 1994, 409 p., p. 144-154
  196. Dominique Paladihle, Les papes en Avignon ou l'exil de Babylone, Paris, Librairie Académique Perrin,‎ 1975, p. 175-179
  197. Jean Dupin, Le champ vertueux de bonne vie, appelé Mandevie ou les Mélancolies sur les conditions de ce monde.
  198. Abbé Jean-Noël Paquot, Mémoires pour servir à l'histoire littéraire de dix-sept provinces des Pays-Bas, de la principauté de Liège et de quelques autres contrées, vol. 15, Louvain, Imprimerie académique,‎ 1769, 368 p. (lire en ligne), p. 211-216
  199. Cité par Jean Batany, « Benoît XII et la construction du palais des papes jugé par un moraliste contemporain », in Avignon au Moyen Âge, texte et documents, IREBMA, Avignon, 1988, vers 118-129, d'après le ms. Fr. 451, fos 90-91, de la Bibliothèque nationale, avec corrections prises dans le ms. E. 586, de la bibliothèque municipale de Besançon.
  200. Jean Froissart, Les chroniques de Sire Jean Froissart : La réception du roi Charles VI par Clément VII au palais des Papes, t. III, Paris, F.Wattelier,‎ 1867, 704 p. (lire en ligne), p. 15
  201. Dans La mule du pape d'Alphonse Daudet
  202. Frédéric Mistral, Le poème du Rhône, Marseille, J. Laffitte,‎ 1980 (ISBN 9782734805632 et 9782951012929, lire en ligne)
  203. Sophie Cassagnes-Brouquet, L'Anonyme d'Avignon, Millau, Éd. du Rouergue,‎ 1992 (ISBN 978-2-905209-56-6)
  204. Henri Coupon, Panique au Palais des Papes, Paris, Éd. de l'Aube, coll. « L'aube noire »,‎ 2000 (ISBN 978-2876785656)
  205. Emmanuelle Rey-Magnan et Pascal Fontanille, La Prophétie d'Avignon, Paris, Éd. Michel Lafon, coll. « L'aube noire »,‎ 2007 (ISBN 978-2749906539)
  206. Bloc de quatre, avec coin daté, du timbre poste émis par les PTT en 1938 représentant le palais des papes d'Avignon et le pont Saint-Bénézet.
  207. « Émission postale de l'île de Man représentant le pont Saint-Bénézet », sur timbresponts.fr,‎ 1974 (consulté le 19 octobre 2011)
  208. « Le timbre poste émis par les îles Wallis-et-Futuna représentant le palais des papes d'Avignon à l'occasion du cinquantenaire du Festival d'Avignon », sur timbresponts.fr,‎ 1997 (consulté le 19 octobre 2011)
  209. « Timbre-poste émis en 2001 représentant Jean Vilar devant le palais des papes », sur phil-ouest.com,‎ 2001 (consulté le 19 octobre 2011)
  210. « Palais des papes », sur phil-ouest.com,‎ 2009 (consulté le 19 octobre 2011)
  211. a, b, c, d et e Bernard Ely, La cuisine des provençaux – Saveur, santé, art de vivre. Edisud. 1997.
  212. Fernand Benoit, La Provence et le Comtat Venaissin, Avignon, Éd. Aubanel,‎ 1996 (ISBN 2700600614), p. 108
  213. Fernand Benoit, La Provence et le Comtat Venaissin, Avignon, Éd. Aubanel,‎ 1996 (ISBN 2700600614), p. 109
  214. collectif, La cuisine provençale, EditProjet,‎ 2000
  215. Pierre Chaillot, Le cuisinier méridional d'après la méthode provençale et languedocienne, Pierre Chaillot jeune (réimpr. 1984) (1re éd. 1839), 324 p.
  216. « Lou Trésor dou Félibrige ou Dictionnaire provençal-français », sur Bibliothèque nationale de France - Gallica (consulté le 19 octobre 2011)
  217. C. Chanot-Bullier, Vieilles recettes de cuisine provençale – Vieii receto de cousino prouvençale, P. Tacussel éditeur, Marseille, 1990.
  218. « L'alose », sur encyclopeche.com (consulté le 19 octobre 2011)
  219. Bruno Eyrier, Le Rhône. Halage et batellerie – La vie du Rhône autrefois, Avignon, Edicioun Prouvenço d'aro,‎ 1996
  220. Sonia Ezgulian, Cuisinière provençale, Stéphane Bachès,‎ 2007
  221. a et b Pèr Prouvènço, Garbo de tèste en lengo nostro – Parla dóu Rose et de la mar, Publications du centre de recherches et d'études méridionales, Saint-Rémy-de-Provence, 1983.
  222. collectif, L'alimentation provençale et la santé, 150 recettes traditionnelles, Avignon, Mutualité sociale agricole et Éditions A. Barthélemy,‎ 1989
  223. Jacques Marseille, Dictionnaire de la Provence et de la Côte d'Azur, Paris, Éd. Larousse,‎ 2002 (ISBN 2035751055), p. 246
  224. « Le navarin en avignonnaise », sur cote-cuisine
  225. a, b et c Tiré de Vaucluse terre de Provence - Route des saveurs, édité par le Comité départemental du tourisme de Vaucluse.
  226. « La papaline en Vaucluse - Provence »
  227. Chanoine Albanès et Ulysse Chevalier, Gallia Christiana Novissima, t. I à VII, Montbéliard-Valence,‎ 1899 – 1920
  228. Joseph Girard, Évocation du vieil Avignon, op. cit., p. 296 et 308.
  229. a et b Jean-Pierre Saltarelli, Les vins des papes d'Avignon, t. 127, Bulletin de la Société scientifique, historique et archéologique de la Corrèze,‎ 2007, p. 73 à 78
  230. « Vins du Rhône », sur Inter Rhône (consulté le 19 octobre 2011)
  231. « Distillerie A. Blachère », sur Site de la distillerie (consulté le 19 octobre 2011)
  232. « Distillerie Manguin », sur Site de la distillerie (consulté le 19 octobre 2011)
  233. « Informations sur les armes de la ville », sur Mairie d'Avignon (consulté le 19 octobre 2011)
  234. Malte-Brun, dans La France illustrée, tome V, 1884.
  235. “La Ville garde l'emprunte visuelle de son logo…” sur le site de la ville.
  236. “Avignon : aidez la Ville à chasser son vieux logo !” sur La Provence.
  237. « Saints et Bienheureux », sur Diocèse d'Avignon (consulté le 19 octobre 2011)
  238. « Saint Ruf », sur saintsdeprovence.com (consulté le 19 octobre 2011)
  239. « les saints de Provence », sur saintsdeprovence.com (consulté le 19 octobre 2011)
  240. Jacques Baudoin, Grand livre des saints: culte et iconographie en Occident, 2006, p. 401.
  241. Renée Lefranc, Et le pâtre Bénezet fit un pont pour Avignon, Avignon, Éd. RMG-Palais des Papes,‎ 2000 (ISBN 2-906647-35-7), p. 19-20
  242. Au cours de son passage à Avignon, Mérimée a déplorée cette affectation militaire en raison des dégradations et mutilations qu’elle suscitait, tout particulièrement au détriment des fresques qui ornaient le palais Le palais des papes vu par Mérimée.
  243. Le Palais des Papes, Avignon - guide de visite, op. cit., p. 58.
  244. « La Loggia », sur palais-des-papes.com (consulté le 19 octobre 2011)
  245. Archives municipales d'Avignon Les transformations du XIXe siècle
  246. André Hallay, Avignon et le Comtat Venaissin, Paris, 1909, cité par Dominique Vingtain, op. cit., p. 12.
  247. a et b « Visite 3 – Promenade des Teinturiers », sur Mairie d'Avignon (consulté le 19 octobre 2011)
  248. « Vivre à Avignon, transport, balade 2 », sur Ville d'Avignon (consulté le 19 octobre 2011)
  249. a et b « Composition du XVe corps d'armée », sur 15e corps d'armée (consulté le 19 octobre 2011)
  250. « La vie en secteur en 1914-1918/ 118e territorial d'Avignon », sur Canalblog.com (consulté le 16 novemvre 2009)
  251. « 258eme régiment d'infanterie d'Avignon », sur Canalblog.com (consulté le 16 novemvre 2009)
  252. « Histoire des hommes du 58e d'infanterie », sur Canalblog.com (consulté le 16 novemvre 2009)
  253. « Historique des régiments d'infanterie », sur pages14-18.com (consulté le 16 novemvre 2009)
  254. Ce regroupement fait suite aux lois cadres de 1912 et aux circulaires d'applications d'avril 1914
  255. « Le 4e Régiment du génie avec constitution de l'arme du génie en 1914 », sur umoul.fr (consulté le 16 novemvre 2009)
  256. « Amicale du 8e régiment de hussards », sur Amicale du 8e régiment de hussards

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. p. 70.
  2. p. 123.
  3. p. 131.
  4. p. 138.
  5. p. 145.
  6. p. 150-153.
  1. a et b p. 264.
  2. p. 279.
  3. p. 197.
  4. p. 226.
  5. p. 179.
  6. p. 180.
  7. p. 91.
  8. p. 186.
  9. p. 246.
  10. p. 247.
  1. p. 59.
  2. p. 100.
  3. p. 101.
  1. a, b et c p. 85
  2. a, b, c et d p. 86.
  1. p. 59
  2. p. 14.
  3. p. 14-15.
  4. p. 17.
  5. p. 15.
  1. p. 56-58.
  2. op. cit., p. 57-58.
  3. p. 61.

Autres références[modifier | modifier le code]

Liens externes et projets connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :