Limoges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark gold.png Vous lisez un « article de qualité ».
Limoges
Vue sur le centre-ville et le jardin du Champ de Juillet depuis le campanile de la gare des Bénédictins.
Vue sur le centre-ville et le jardin du Champ de Juillet depuis le campanile de la gare des Bénédictins.
Blason de Limoges
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin (préfecture)
Département Haute-Vienne (préfecture)
Arrondissement Limoges (chef-lieu)
Canton Chef-lieu de seize cantons
Intercommunalité Communauté d'agglomération Limoges Métropole
Maire
Mandat
Émile-Roger Lombertie (UMP)
2014-2020
Code postal 87000, 87100, 87280
Code commune 87085
Démographie
Gentilé Limougeauds
Population
municipale
137 758 hab. (2011)
Densité 1 779 hab./km2
Population
aire urbaine
282 876 hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 45° 51′ 00″ N 1° 15′ 00″ E / 45.85, 1.2545° 51′ 00″ Nord 1° 15′ 00″ Est / 45.85, 1.25  
Altitude Min. 209 m – Max. 431 m
Superficie 77,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Limoges

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Limoges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Limoges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Limoges
Liens
Site web ville-limoges.fr

Limoges (Limòtges en occitan) est une commune à la limite du Sud-Ouest de la France, préfecture du département de la Haute-Vienne et de la région Limousin.

Grande ville d'Aquitaine, fortement marquée au Moyen Âge par le rayonnement culturel de l’abbaye Saint-Martial, Limoges, qui reste attachée à ses ostensions, est pourtant parfois surnommée « La ville rouge » ou « La Rome du socialisme » du fait de sa tradition de vote de gauche et des événements ouvriers qu’elle connut au XIXe siècle et au début du XXe siècle.

Ville universitaire, centre administratif et de services intermédiaires doté de tous les équipements d'une métropole régionale, Limoges rassemble 282 376 habitants dans son aire urbaine en 2011[1], ce qui en fait la quatrième du Grand Sud-Ouest après Toulouse, Bordeaux et Montpellier, la 37e en France.

Ville de tradition bouchère, siège du leader mondial des équipements électriques pour le bâtiment, Limoges est également bien positionnée dans l'industrie du luxe. Elle est aujourd'hui connue et reconnue en tant que « capitale des arts du feu » en raison de l’implantation toujours présente des grandes maisons de porcelaine, de ses ateliers d'art travaillant l’émail ou les vitraux, mais aussi en raison du développement de son pôle de compétitivité dédié à la céramique technique et industrielle.

Posée sur les premiers contreforts ouest du Massif central, Limoges est traversée par la Vienne, dont elle fut, à l’origine, le premier point de passage à gué. Entourée d'une ruralité limousine préservée de toute culture ou élevage intensifs, la « ville qui entre en campagne » s'étend sur une superficie de 78 km2.

Elle est reconnue « Ville d’art et d’histoire » depuis 2008, bien que sa notoriété tienne aussi au palmarès de son club de basket, le Cercle Saint-Pierre (CSP).

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Posée sur les premiers contreforts ouest du Massif central, par 01°15'31 de longitude est et 45°49'55 de latitude nord, Limoges est située à 141,6 km à l'ouest de Clermont-Ferrand[2] et à 183,3 kilomètres à l'est de l’océan Atlantique (Marennes) [3]. Localisée à 346,3 km au sud de Paris[4], elle est située à 180,5 km au nord-est de Bordeaux[5] et à 248,4 km au nord de Toulouse[6].

Située en Limousin, dans le département de la Haute-Vienne, Limoges est limitrophe de treize communes : Bonnac-la-Côte, Chaptelat, Condat-sur-Vienne, Couzeix, Feytiat, Isle, Le Palais-sur-Vienne, Panazol, Rilhac-Rancon, Saint-Gence, Solignac, Verneuil-sur-Vienne et Le Vigen. Son territoire, qui s'étend sur 78 km2, est l'un des plus vastes du département de Haute-Vienne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Gence, Couzeix Bonnac-la-Côte
Chaptelat
Rilhac-Rancon Rose des vents
Verneuil-sur-Vienne N Le Palais-sur-Vienne
Panazol
O    Limoges    E
S
Condat-sur-Vienne
Isle
Solignac
Le Vigen
Feytiat

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

quatre photographies topographiques de Limoges
Topographie de Limoges.

Le territoire géographique de Limoges est situé sur la branche sud de la chaîne hercynienne constituant les contreforts ouest du Massif Central. Cet orogène[Note 1] de 8 000 km de long et 1 000 de large, né de la formation de la Pangée par collision du Gondwana et du Laurussia-Baltica, est à l'origine du Massif central[7].

Sous l'ère Paléozoïque (éon Phanérozoïque), de la fin du Silurien au début du Permien, l'évolution géologique liée à l'orogenèse hercynienne a donné au sous-sol de Limoges une structure en nappes de charriage empilées associée à plusieurs générations de granitoïdes. Il en résulte un socle support de roches métamorphiques granitiques du Précambrien fait de gneiss et de granite d'anatexie et constituant une unité ophiolitique formée de péridotites serpentinisées associées à des métagabbros[8].

L'agglomération s'étend sur une superficie[9] de 78 km2. Elle est construite, à l'instar de Rome ou Paris, sur sept collines. Son altitude est, en moyenne, de 306 mètres et varie de 230 mètres sur les rives de la Vienne à plus de 430 mètres, au lieu-dit Magenta, au nord-ouest de la commune[10]. Elle est de 269 au niveau de l'Hôtel de Ville (Place Léon Bétoulle).

Localement, la sismicité est faible. Limoges n'est l'épicentre d'aucun tremblement de terre depuis 1661. Le dernier séisme ressenti dans la commune, d'une intensité de IV sur l'échelle de Mercalli, a eu lieu le 21 avril 1983[11].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

photo de la rivière Vienne à Limoges
La Vienne à Limoges.
Article détaillé : Vienne (rivière française).

Limoges est la plus grande ville traversée par la Vienne, dans le bassin versant de la Loire, le bassin hydrographique Loire-Bretagne et la région hydrographique Loire[12]. Construite pour l'essentiel sur la rive droite de la rivière, elle marque la limite entre son bassin supérieur et son cours moyen. La Vienne n'est pas ouverte à la navigation ni au transport fluvial à cause d'une profondeur trop faible, et ne relève donc pas du réseau des voies navigables de France[13].

L'Aurence est un affluent de la Vienne, qui donne son nom au quartier extérieur du « Val de l'Aurence » et à une ZUP homonyme. Elle prend sa source au nord de la commune dans les monts d'Ambazac[14]. L'Auzette[15] prend sa source au lieu-dit Le Puy de Breix, à Saint-Just-le-Martel, puis traverse Panazol et Feytiat, avant de se jeter dans la Vienne à Limoges[16]. Le ruisseau du Palais et la Valoine alimentent la Vienne en ville, avec d'autres cours d'eau, comme le Rigouroux. À l'Aiguille, la Briance, roulant plus de 8 m3⋅s-1, porte le débit moyen de la Vienne à 56 m3⋅s-1. Celle-ci reçoit encore les eaux de l'Aurence et de l'Auzette, portant son débit à 61 m3⋅s-1.

En l'absence de grandes nappes phréatiques[17], à l'image du Limousin et de ses sources, Limoges est alimentée en eau potable par des retenues de surface et non des réserves souterraines, ce qui exclut la pollution par le radon[18]. Cette position officielle est remise en cause par de nombreuses associations et journalistes[19]. Le réseau R RESOUPLIM[20] assure le suivi quantitatif du réseau d’eaux souterraines de la région de Limoges.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat tempéré océanique à légère tendance montagnarde de la ville est caractérisé par des hivers doux et des étés relativement chauds et secs[21]. Les précipitations, de 900 à 1 100 mm, sont en moyenne bien réparties sur l'année, en dépit d'épisodes de sécheresse récurrents en période estivale[21]. L'automne est généralement clément et la lumière de l'été indien peut faire flamboyer la diversité des essences forestières[22]. En hiver, les épisodes neigeux sont relativement modérés, bien qu'intervenant en moyenne dix-huit jours par an contre quatorze de moyenne nationale. Les gelées concernent la région de Limoges 50 à 60 jours par an[21].

Relevé météorologique de Limoges-Bellegarde (1976-2005)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,5 1,7 3,9 5,9 9,5 12,6 14,6 14,5 11,7 9 4,5 2,2 7,6
Température moyenne (°C) 4,2 5 7,7 10 13,8 17 19,3 19,2 16,1 12,6 7,5 4,9 11,4
Température maximale moyenne (°C) 6,9 8,3 11,5 14,1 18 21,4 23,9 23,8 20,4 16,1 10,4 7,6 15,2
Record de froid (°C)
date du record
−19,2
1985
−15
1986
−9,6
2005
−4,7
1978
−0,6
1979
4
1975
7,2
2000
5,4
1986
2,6
1981
−2,6
2003
−7,2
1988
−10,6
1973
Record de chaleur (°C)
date du record
17
1999
22
1998
24,7
2005
27,8
2005
29,8
2005
35,7
2011
35,7
1983
37,2
2003
32,6
1987
27,3
1985
22,9
1981
18,3
1983
Source : Météo-France[23],[24]


Données climatiques générales de Limoges :
Temps Limoges[23] Moyenne nationale
Weather-clear.svg Ensoleillement 1 900 h/an[25] 1 873 h/an
Weather-overcast-rare-showers.svg Pluie 1 023 mm/an 770 mm/an
Weather-snow.svg Neige 18 jours/an 14 jours/an
Weather-violent-storm.svg Orage 23 jours/an 22 jours/an
Weather-day-more-fog.svg Brouillard 85 jours/an 40 jours/an

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Article détaillé : transports à Limoges.

Voies routières[modifier | modifier le code]

plan des dessertes routières de Limoges
Desserte routière de Limoges.

Limoges est traversée sur une longueur de 13,5 km par un axe autoroutier européen nord/sud, l’autoroute A20, l’Occitane, qui la relie à Toulouse (289 km) via Brive-la-Gaillarde (92 km), Cahors (185 km) et Montauban (235 km), et à Paris (394 km) via Châteauroux (123 km), Vierzon (182 km) et Orléans (270 km). Limoges se trouve également à 87 kilomètres de Tulle, préfecture de la Corrèze.

Au nord, par l'A20, qui, près de La Souterraine, croise la route nationale (RN) 145, Limoges est reliée à la route Centre-Europe Atlantique (RCEA). Cet axe, dans ses extrémités nord, relie la Suisse, Montluçon (152 km), Guéret (90 km par la RCEA et 81 par la D941), Poitiers et le grand Ouest[26].

Au sud, toujours par l'A20, Limoges est reliée à la transversale Bordeaux-Genève, axe sud historique de la RCEA. Cette connexion se fait à hauteur de Brive-la-Gaillarde, par intersection de l'A20 avec l’A89 (Lyon - Bordeaux)[27].

Limoges est aussi le point de rencontre de trois routes nationales : les RN 147, RN 21 et RN 141. La RN 147 relie Limoges à Poitiers (122 kilomètres), Saumur (212 km) et Angers (258 km). La RN 21 relie Limoges à Périgueux (100 km), Bergerac (148 km), Agen (235 km), Auch (313 km), Tarbes (384 km) et Lourdes (408 km). Quant à la RN 141, elle relie Limoges à Angoulême (103 km) par l’ouest, et à Clermont-Ferrand (174 km) par l’est de l'agglomération[28].

Plusieurs voies pénétrantes prolongent les routes menant à Limoges jusqu'au cœur de la ville. C’est le cas de la rue François-Perrin pour la route de Périgueux, de la rue Armand-Dutreix pour la route d'Angoulême, et de la rue François-Chénieux pour la route de Paris.

Le boulevard périphérique, commencé dans les années 1970, est achevé en 2005 avec la réalisation de la liaison sud, entre le Clos-Moreau et l'autoroute A20. Cette liaison sud a nécessité la construction d’un nouveau pont sur la Vienne, le pont du Clos-Moreau[29].

Malgré la topographie difficile de la ville, bâtie sur sept collines, Limoges s'est engagée en 2003 dans un plan de développement des itinéraires réservés aux deux-roues non motorisés. Les voies, bandes et pistes cyclables aménagées sur le territoire communal représentent un total d'environ trente kilomètres[30].

Transports aériens[modifier | modifier le code]

Article détaillé : aéroport de Limoges-Bellegarde.

L’aéroport de Limoges-Bellegarde présente la particularité d'être situé sur le territoire communal même, à quinze minutes de voiture du centre-ville et des zones d'activités économiques. Géré par la Chambre de commerce et d'industrie de Limoges et de la Haute-Vienne, il est utilisé par quatre compagnies : les compagnies françaises internationale, Air France et régionale, Airlinair, ainsi que les compagnies à bas prix irlandaise Ryanair et britannique Flybe[31]. Le trafic, en hausse jusqu'en 2007 (391 220 passagers), a baissé de plus de 20 % depuis (306 837 passagers en 2012).

Limoges-Bellegarde propose des vols réguliers directs vers trois destinations françaises, Lyon-Saint-Exupéry, Ajaccio, Paris-Orly, et sept destinations britanniques : Londres, Southampton, Nottingham, Bristol, Aéroport de Leeds - Bradford, Newcastle et Liverpool. Toutes les autres destinations sont accessibles par correspondance via Londres, Lyon ou Paris[32].

En période estivale, à ces vols réguliers s'ajoutent des dessertes supplémentaires vers Ajaccio, mais aussi, selon les années et les périodes, vers diverses destinations touristiques (Italie, Madère, Canaries, Espagne, Irlande, Crète, Grèce, etc.)[33].

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : gare de Limoges-Bénédictins et TER Limousin.
photo de la gare SNCF Limoges-Bénédictins
La gare des Bénédictins.
carte du réseau TER Limoges
Le réseau du TER Limousin.

Limoges dispose de deux gares de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), toutes deux bâties au XIXe siècle, la gare de Limoges-Bénédictins, la plus fréquentée, sur la ligne de Paris, et la gare de Limoges-Montjovis pour le trafic des voyageurs.

Par le rail, il faut environ 1 h 30 pour atteindre Poitiers, 2 h 30 pour Bordeaux, 3 h pour rejoindre Paris. 3 h 30 sont nécessaires pour rallier Toulouse, près de 4 h pour Clermont-Ferrand, et environ 5 h pour Lyon.

Sur le plan des liaisons est-ouest, la desserte par la ligne Lyon - Bordeaux n'assure, la plupart des jours, qu'un seul aller-retour quotidien. Le projet Transline visant à créer une liaison ferroviaire (voyageurs et fret) entre le sillon rhodanien et la façade atlantique pourrait redonner une certaine vigueur à cette ligne.

Le réseau ferré du transport express régional (TER) Limousin, lancé en 1986, a Limoges-Bénédictins pour gare principale. Outre les onze lignes routières, dont quatre sont exploitées sous la responsabilité directe du Conseil régional par délégation de service public, il couvre, avec les lignes de chemin de fer des régions limitrophes pénétrant dans le Limousin, l'ensemble des lignes SNCF ouvertes au service voyageurs sur la région. Il transporte 6 000 voyageurs en moyenne journalière dont 3 800 abonnés, moyennant 120 circulations ferroviaires et routières. Offrant quatre-vingt-un gares et points d'arrêt ferroviaires, dont quatorze accessibles aux personnes à mobilité réduite, il bénéficie de quarante-neuf automotrices et autorails, dont trente-trois mis en service après 2000.

Un projet de ligne à grande vitesse (LGV), inscrit dans la loi Grenelle I du 3 août 2009, entretient l'idée d'une LGV entre Poitiers et Limoges, à l'horizon 2016, dédiée au trafic de voyageurs. La ville de Limoges a programmé 100 000 € dans le cadre du plan pluriannuel d'investissement 2009, pour les réflexions sur l'intégration du train à grande vitesse (TGV) en zone urbaine, et 125 000 € de participation aux études globales sur la future ligne, l’opération étant estimée à 1,6 milliards d’euros au total, aux conditions économiques de 2009[34]. Des arguments contestataires à ce projet existent[35].

La gare des Charentes[36], Limoges-Montjovis, dessert, depuis le 26 avril 1875[37], la ligne Angoulême - Limoges. Son trafic est faible, et depuis la réalisation de la jonction entre Limoges-Montjovis et Limoges-Bénédictins en 1895, les voyageurs préfèrent emprunter la seconde.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

photo d’un trolleybus à Limoges
Un trolleybus en service à Limoges

Si le tramway de Limoges a été supprimé en 1951, la ville possède toujours son réseau de trolleybus. Limoges est, avec Lyon et Saint-Étienne, l'une des trois dernières villes de France à disposer de ce type d'équipement.

Les lignes urbaines régulières, dont cinq par trolleybus, sont exploitées par la Société de transports en commun de Limoges Métropole (STCL). Elles desservent, outre Limoges, Condat-sur-Vienne, Feytiat, Isle, Le Palais-sur-Vienne, Panazol, Boisseuil, Rilhac-Rancon, Saint-Just-le-Martel et Verneuil-sur-Vienne[38].

Le réseau de transports publics interurbain, « Haute-Vienne en Car », est géré par le conseil général de la Haute-Vienne. Son centre névralgique, le centre intermodal d'échanges de Limoges (CIEL) est situé à proximité immédiate de la gare de Limoges-Bénédictins. Sur les trente-cinq lignes du réseau « Haute-Vienne en Car », vingt-six convergent à Limoges. Ces lignes sillonnent pratiquement tout le département et sont exploitées sous la forme de la délégation de service public par différentes sociétés, qui partagent, dans le cadre de cette délégation, la même identité visuelle et la même tarification. Cette dernière étant forfaitaire et indépendant de la distance parcourue. Les horaires sont conçus pour que les habitants des communes périurbaines ou rurales puissent passer la journée en ville. Le service est fortement restreint pendant les vacances scolaires, et beaucoup de lignes ne fonctionnent pas pendant les vacances d'été[39].

Déplacements à pied[modifier | modifier le code]

photographie d'une coquille Saint-Jacques en cuivre insérée dans les pavés d'une rue de Limoges et marquant le passage de la Via Lemovicensis menant à Saint-Jacques de Compostelle
Symbole de la Via Lemovicensis sur le pavement de Limoges

Limoges offre de multiples promenades piétonnes en centre ville, malgré un nombre relativement faible de voies piétonnes. Ainsi, il est possible en partant du champ de foire (place Winston-Churchill) via la place d'Aine, la rue Monte-à-Regret, la rue des Prisons, puis la place du Présidial, de rejoindre le cœur historique de Limoges et l'église Saint-Michel-des-Lions, qui abrite les reliques de saint Martial. D'autres promenades sont possibles, en centre ville, à la Cité comme dans les nombreux parcs et jardins d'agrément publics[40].

La ville est traversée par le sentier de grande randonnée 654 (GR 654). Suivant le tracé de l’antique chemin de Compostelle, ce GR se détourne après la collégiale de Saint-Léonard-de-Noblat pour rejoindre Limoges et la crypte de l’abbaye Saint-Martial[41]. À l'issue de cette étape, le GR 654, respectant toujours le tracé de la via Lemovicensis, se dirige vers l'abbaye de Solignac, fondée par l’orfèvre limousin, saint Éloi.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

plan de la commune de Limoges
Plan de la commune de Limoges
photographie de la fontaine du square des Émailleurs à Limoges
Quartier et square des Émailleurs
Article détaillé : quartiers de Limoges.

Le territoire communal, dont 525 hectares sont en zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP)[42], a la forme d'un vaste Y. Cette forme peut être divisée en quatre parties.

La première, qui correspondrait à la branche inférieure du Y, s'étend sur la rive gauche de la Vienne. Elle est constituée de trois lignes de crête (hauteurs de Panazol, hauteurs de Saint-Lazare, hauteurs de Condat à Feytiat), séparées par deux cours d'eau presque parallèles : l'Auzette et la Valoine. Ce secteur, dont les limites se fondent dans les développements urbains de Panazol et Condat-sur-Vienne, comprend de nombreuses zones résidentielles qui entourent les zones industrielles de Magré et Romanet.

La partie centrale s'étend sur la ligne de crête qui sépare la Vienne et l'Aurence. Sur son versant sud-est s'est implantée Augustoritum, puis les deux agglomérations à l'origine de la ville actuelle : la Cité et le Château. Le développement industriel des XIXe et XXe siècles a entraîné une urbanisation rapide et parfois anarchique de ce secteur, caractérisé par la présence du centre historique, entouré d'un ensemble résidentiel, souvent de type pavillonnaire, mais accueillant également quelques cités ouvrières et, de façon disséminée, des entreprises. La zone à urbaniser en priorité de l'Aurence, avec ses tours et ses barres édifiées dans les années 1960, borne, le long de l'Aurence, ce secteur dont le bois de la Bastide forme la limite. L'agglomération se prolonge vers Isle, mais n'est pas en connexion urbaine avec Le Palais-sur-Vienne.

La branche occidentale supérieure du Y s'étend, de part et d'autre de l'aéroport de Limoges-Bellegarde, de l'Aurence aux Coussades. Ce secteur, appelé Landouge du nom de son village principal, traversé dans sa longueur par la route de Limoges à Angoulême, a conservé sa personnalité rurale. Il s'urbanise cependant et les lotissements marquent de plus en plus ses paysages vallonnés.

La branche orientale supérieure s'étend, de part et d'autre de l'autoroute A20, des bois de la Bastide aux limites de Bonnac-la-Côte. La vallée supérieure de l’Aurence sépare deux vastes plateaux : au nord, l'ancienne commune de Beaune-les-Mines, fusionnée avec Limoges en 1962[43], rurale mais s'urbanisant rapidement ; au sud, une zone hétérogène comprenant, d'ouest en est, la zone industrielle Nord entourée de quelques lotissements (Le Mas-Gigou, Le Mauzelet, etc.), la zone d'aménagement concerté de Beaubreuil, ses zones pavillonnaires, la technopole ESTER et ses entreprises de pointe[44].

L'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) partitionne Limoges en cinquante-et-un quartiers[45], d'environ 2 000 habitants chacun. Identifiés sous le terme générique d'îlots regroupés pour l'information statistique, ces quartiers à destination statistique sont classés en cinq classes. La première, qui totalise 36 170 habitants, comprend quinze quartiers, essentiellement du centre-ville : C.H.U, Carnot, Hôtel de ville, La Borie, La Cathédrale, La Visitation, Le Champ de Foire, Le Mas-Loubier, Le Roussillon, Les Charentes, Les Émailleurs, Les Galeries, Les Halles, Sainte-Claire et Valadon. La deuxième classe regroupe une population hétérogène et relativement âgée de 29 630 habitants en douze quartiers proches du centre qu'ils entourent : Beaublanc, Étoile de Fontaury, Fustel de Coulanges, Le Colombier, Le Grand Treuil, Le Gros Tilleul, Le Mas Bouyol, Les Ponts, Louyat, Montplaisir, Ruchaud-Curie et Thuillat. La troisième classe regroupe les quartiers résidentiels de Limoges. Elle ne comprend que 16 960 habitants, répartis dans huit quartiers : Beaune-les-Mines, Bellegarde, Gérard Philippe, Landouge, Le Château d’Eau, Les Homérides, Magré et la Zone Industrielle Nord. Peuplée par plus de 30 300 habitants, la quatrième classe, comme la seconde, regroupe douze quartiers proches du centre : Jules Ferry, La Brégère, La gare, Le Puy Las Rodas, Les Portes Ferrées, Le Sablard, Les Coutures, Le Puy Imbert, Montjovis, Renoir, Révolution et la Z.U.P. de Corgnac. La cinquième et dernière classe, comprend les trois quartiers classés en zone urbaine sensible que sont Beaubreuil, La Bastide, et Le Val de l’Aurence, ainsi que le quartier du Vigenal.

Ces quartiers à finalité statistique ne correspondent pas toujours avec la notion de quartiers « vécus » dont les plus emblématiques restent le quartier du Château et le quartier de La Cité, qui constituent à eux deux le centre-ville historique.

Au nord du centre-ville se trouve une zone hétéroclite, délimitée par les boulevards extérieurs. Elle comprend des quartiers ouvriers, composés majoritairement de petites maisons individuelles aux façades caractéristiques des années 1930, dites « pavillons Loucheur»[46] (Montplaisir, Les Ruchoux, Le Grand Treuil et La Brégère). Elle inclut également, dans sa partie sud-ouest, le quartier des Émailleurs[47]. Doté de maisons bourgeoises, d'hôtels particuliers et d'un square, ce quartier résidentiel est bordé, à l'est, par le quartier de la Mairie, qui regroupe de divers bâtiments administratifs dont, outre la mairie, la faculté de Droit, la BFM, et une cité administrative.

Au-delà des boulevards extérieurs, ainsi que sur la rive gauche, s'étalent lotissements pavillonnaires récents, barres et tours séparés par de vastes espaces verts (Val de l'Aurence, La Bastide). Ces quartiers extérieurs abritent plusieurs grands bâtiments, dont le CHRU, et l'hôpital du Cluzeau. Le quartier de Beaubreuil, véritable ville en dehors de la ville, rassemble pavillons et HLM autour de structures administratives, culturelles et sportives (centre culturel Jean-Moulin, bibliothèque de Beaubreuil, palais des sports de Beaublanc) et de centres commerciaux.

Logement[modifier | modifier le code]

Pour une population qui s’élève, au 1er janvier 2008, à 140 138 habitants, Limoges compte 73 428 logements servant de résidence principale. En outre, sont recensés 4 667 logements vacants, et 1 274 logements servant de résidences secondaires ou occasionnelles. Sur la totalité du parc des logements, 22 064 sont des maisons individuelles, et 56 716 sont des appartements. Le nombre moyen de pièces par logement est de 3,4 environ, que ce soit pour les appartements ou les maisons, ce qui correspond à 1,8 pièce par occupant.

29 269 résidences principales (soit 39,9 %) sont occupés par leurs propriétaires. Les logements mis en location, au nombre de 42 021, représentent 57,6 % des résidences principales. Les 1 829 logements restants (soit 2,5 %) sont mis à disposition gratuitement.

En 2004, sur un parc de 71 980 résidences principales, 17 841 unités (soit 24,8 %) sont recensées comme construites antérieurement à 1949[48]. L'un des premiers immeubles du logement social construit à Limoges est réalisé en 1910, rue Monthyon, par la société coopérative l'Étoile. Il offre déjà à ses occupants l'eau courante et les WC dans chaque appartement. Les immeubles Puy Lannaud et Les Marronniers sont réalisés au même moment[49].

La municipalité de Limoges s'engage dans le mouvement du logement social en 1920. Prenant le relais des initiatives coopératives ou patronales du XIXe siècle, elle crée son propre office d'Habitations à bon marché[50].

La première réalisation de l'office HLM de Limoges fut la cité ouvrière de Beaublanc. Bâtie en 1924 par Roger Gonthier dans l'esprit des cités jardins sur le modèle de réalisations britanniques, elle se compose de 202 logements allant du deux au quatre pièces, dans des petits bâtiments en pierre de deux niveaux, avec jardin individuel pour chaque famille et des équipements collectifs (lavoirs, douches).

La cité Albert-Thomas, réalisée peu après, reprend la conception en cité-jardin. Elle comprend vingt-huit immeubles de deux étages, équipés de l'eau courante, de sanitaires privatifs, de l'électricité et du gaz[51].

La cité des Coutures, bâtie à l'intention des cheminots à proximité de la gare des Bénédictins est, comme cette dernière, réalisation de l'architecte Roger Gonthier. Elle partage son concept avec la cité Victor-Thuillat, avec des groupes d'immeubles agencés autour de cours fermées. Les cités HLM plus récentes (Rodolphe-Maon ou La Bastide) adoptent le profil en barres d'immeubles ou en tour.

Avec 15 665 logements, le logement social loge 34 182 Limougeauds. Ces logements représentent 21,3 % des habitations principales de la ville[48].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

À l'instar des années 1990 qui ont vu, par exemple, la construction d'Ester Technopole, les années 2000 sont riches de projets. Le réaménagement du quartier de la Cité, malgré une esthétique toute minérale diversement appréciée[52], la construction d'un nouveau pont sur la Vienne, le pont du Clos-Moreau, la réalisation d'une voie de liaison au sud de Limoges ou l'inauguration d'un Zénith, sont autant de projets dont la réalisation est l'expression de la dynamique urbanistique de la dernière décennie.

2011 a vu aboutir la transformation du musée de l'Évêché en « Musée des Beaux-arts - Palais de L'Évêché »[53], et le déplacement du musée de la Résistance et de la Déportation dans l'ancien couvent des Sœurs de la Providence[54].

En matière d'équipement de loisirs, l'investissement principal est celui du futur centre aquatique. Le projet, porté par Limoges Métropole, comporte quatre bassins : une piscine olympique (50 × 25 m), un bassin de récupération et détente (25 × 12,5 m), un bassin pour la petite enfance (lagune de jeux) et un bassin ludique intégrant une zone de loisirs, une rivière, et une zone à vague. Il offre également un espace compétition dédié au pôle associatif, un espace de 750 m2 dédié au bien-être avec sauna, hammam, et spa, et un espace de restauration rapide. Sa mise en service est prévue pour l’année 2014[55].

photo du pont du Clos-Moreau sur la Vienne à Limoges
Le pont du Clos-Moreau érigé sur la Vienne dans le cadre du projet de contournement de l’agglomération

En matière de réseau routier, le grand projet en cours reste le contournement de Limoges. Après la voie de liaison sud, qui a nécessité la construction d'un nouveau pont sur la Vienne, le pont du Clos-Moreau, le projet se concentre désormais sur le chantier de mise à 2x2 voies du contournement Nord de Limoges. Ce projet et ses divers aménagements (créations, suppression, modification de diffuseurs, création d’un passage inférieur, etc.) ont pour objectif de relier l’A20 à la RN 147 puis à la RN 141 (route Centre-Europe Atlantique), mais également de desservir les quartiers d’habitations et les pôles économiques existants, ou à venir dont une future Zone d’Activités au Breuil[56].

Un autre projet important, qui marque également de façon forte le dynamisme de la ville, est le projet de réfection et d’agrandissement du stade d’honneur du parc des sports de Beaublanc. Achevé en 1947, ce stade, aujourd’hui limité à 9 900 places, voit, avec ce projet, sa capacité passer à 14 000 places dans un premier temps, capacité pouvant être portées à 20 000 places dans une seconde tranche de travaux. Il est prévu pour accueillir des matches de football et de rugby, mais aussi des activités socioculturelles de type concert, sa capacité pouvant alors, dans cette dernière configuration, être portée à 28 000 places. Le style architectural de l'enveloppe extérieure choisie est celui d’une forme de coque à facettes triangulaires, construite en panneaux de béton blanc auquel est ajoutée une proportion de kaolin. Le stade aura ainsi un aspect blanc brillant et pourra être qualifié de façon imagée de « stade de Porcelaine »[57].

Enfin, la construction d’un nouveau palais de justice en centre-ville, à proximité de l’actuel palais de Justice, va réunir, en 2015, les magistrats, le personnel et les services du tribunal de grande instance, du tribunal d’instance, du tribunal de commerce, et du conseil de prud’hommes[58]. Entré dans sa phase opérationnelle en 2010, ce projet a permis, à l’occasion de son diagnostic préventif archéologique, la découverte de vestiges de l'époque gallo-romaine, dont des vases funéraires datant du Ie ou du IIe siècle[59].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Limoges résulte de l'évolution phonétique de Lemovicas, forme issue du nom de la Civitas Lemovicum, la cité des Lémovices. Ce nom est préféré dès le IVe siècle[60] à la dénomination gallo-romaine d'Augustoritum « le gué d'Auguste », en usage à la fin du Ie siècle av. J.-C.. Cette substitution du nom de la tribu au toponyme d'origine s'est produite dans de nombreux autres cas en Gaule. Lemovicas est directement issu du nom des Lémovices, peuple gaulois vivant sur le territoire limousin durant l’Antiquité.

Lemovicas et Lemovicum seraient construits sur la base de lemo, l’orme, et vices, qui vainquent[61]. Lemovicis > Limoges pourrait donc se traduire par « ceux qui vainquent avec l'orme ». Le nom de la ville ferait ainsi référence à l'essence forestière que les gaulois occupant le site auraient utilisée pour confectionner leurs armes.

En occitan, la ville se nomme Lemòtges ou Limòtges[62]. Ses habitants sont appelés les Limougeauds[63].

La toponymie limougeaude reste marquée par la langue d'oc. Certains noms de quartiers ou de rues, non-francisés, sont toujours d'expression limousine. C'est le cas de la rue du Rajat (participe passé du verbe rajar, jaillir), du quartier de Puy Las Rodas, de la place de la Bareyrette (las bareretas délimitaient les enclos de parcage des bêtes). Certains noms font, lors de leur francisation, l'objet d'une adaptation purement phonétique dont le résultat est étonnant. Ainsi, la rue Cruche d’or vient de cruchador (prononcer [krytsaˈdur]), mot désignant un type ancien de balance.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Tirant son nom de la tribu des Lémovices, dont la capitale est probablement située au lieu-dit Villejoubert (commune de Saint-Denis-des-Murs), ou au bourg de Saint-Gence, Limoges, qui revendique 2 000 ans d'histoire[64], est fondée par les Romains vers l'an 10 avant notre ère, sous Auguste, dans le cadre de la réorganisation des cités et provinces gauloises de l'Empire romain[65].

La nouvelle capitale des Lémovices, Augustoritum (le gué d’Auguste), est ainsi créée de toutes pièces, peut-être sur la place d’un petit site gaulois, au premier endroit où il est possible de passer la Vienne à gué. La cité est posée au carrefour de la Via Agrippa, qui relie Lugdunum (Lyon) à Mediolanum Santonum (Saintes), et de la Via Avaricum Tolosa qui relie Avaricum (Bourges) à Tolosa (Toulouse). Augustoritum dispose d’arènes plus vastes que celles d’Arelate (Arles) ou de Nemausus (Nîmes), et de thermes parmi les plus somptueux de la Gaule. Elle est construite suivant un réseau de rues parallèles orientées sud-est / nord-ouest, venant croiser en angle droit un autre réseau de rues parallèles orientées nord-est / sud-ouest. Ce quadrillage presque parfait suit le schéma d'urbanisme habituellement en usage chez les Romains[66].

Peu de vestiges gallo-romains sont visibles, la plupart sont détruits ou enfouis. Ainsi, l'amphithéâtre (fin du Ier siècle) est enfoui sous le jardin d’Orsay. Le théâtre est situé en bord de Vienne, sous le quai Saint-Martial et la place Sainte-Félicité. Les thermes (IIe siècle), enfouis sous la place des Jacobins, ont été détruits dans leur quasi-intégralité lors de travaux de réalisation d'un parc de stationnement. Les nouveaux thermes (Bas-Empire) sont situés sous les jardins de l'évêché. Le forum (100 mètres de large pour plus de 300 de long, placé au centre de la cité) est localisé sous l’actuelle place de l’Hôtel de ville. Malgré la tradition qui rapporte l’existence d’un temple consacré à Vénus, Diane, Minerve et Jupiter à la place de l’actuelle cathédrale, aucun sanctuaire ou temple gallo-romain n'est à ce jour identifié. L’importance des vestiges antiques semble cependant démontrer qu’Augustoritum est une cité gallo-romaine conséquente, dont l’étude et la mise en valeur globales restent à faire[65].

Vers 250, saint Martial venu de Rome avec deux compagnons, Alpinien et Austriclinien[67], évangélise la ville. Il en devient le premier évêque. Il convertit sainte Valérie, fille de Léocadius, proconsul romain et gouverneur de l’Aquitaine, au christianisme[68]. Saint Aurélien, qui devient, au Moyen Âge, le saint patron de la puissante corporation des bouchers de Limoges, lui succède à la tête du diocèse naissant[69].

Du IIIe à la fin du IVe siècle, Augustoritum, dont le site deviendra « le Château », est progressivement abandonnée en raison de l'insécurité provoquée par les invasions germaniques. La population se concentre sur un lieu plus facilement fortifiable, le puy Saint-Étienne, sur lequel, au Moyen Âge, sera édifiée la cathédrale Saint-Étienne de Limoges et qui deviendra « la Cité »[70].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au début du VIe siècle, Augustoritum devient Limoges et le second pôle urbain, le futur Castellum Sanctis Martialis (le Château), émerge autour de la nécropole située à proximité, au nord-ouest, qui accueille le tombeau de Martial, le premier évêque, que saint Loup de Limoges est chargé de conserver[71].

Au début du VIIIe siècle, une fois l'invasion musulmane stoppée à Poitiers par Charles Martel, les Francs s’emparent du Limousin et investissent Limoges[72].

En septembre 832, l’empereur Louis le Pieux, fils de Charlemagne, fait acclamer son fils Charles (futur Charles le Chauve) âgé de 9 ans seulement, par les Grands d'Aquitaine, lors d'une assemblée générale tenue au palais suburbain de Jocundiac (Le Palais-sur-Vienne) ; l'empereur souhaitait alors punir son fils Pépin Ier, roi d'Aquitaine. Les luttes entre Charles le Chauve et Pépin Ier, puis le fils de celui-ci Pépin II, se poursuivront jusque dans les années 850. En 855, Charles le Chauve, décide de donner un roi aux Aquitains en la personne de son fils « Charles l'Enfant ». La cérémonie de sacre et couronnement a lieu dans la basilique du Sauveur à proximité du Sépulcre de saint Martial[73].

Bien que pillée en 862 par les Vikings du chef Hasting[74], Limoges se développe toujours en ville double, partagée entre la Cité, qui relève du pouvoir de l'évêque, et le Château, qui relève des moines gardiens du tombeau de saint Martial, puis des vicomtes.

Invoqué à l’occasion du mal des ardents lors des ostensions de l’an 994[75], Martial obtient l'apostolicité[76] par l'action du prédicateur Adémar de Chabannes, lors des conciles de Limoges de 1029 et 1031[77]. Placé au rang des apôtres, saint Martial draine un courant de pèlerinages fructueux pour l’abbaye et la ville. Dénoncée dès le XVIIe siècle, cette apostolicité plaidée par Adémar de Chabannes est définitivement abandonnée au début du XXe siècle[Note 2], Martial de Limoges n'étant pas inclus dans le groupe des douze Apôtres[78].

Limoges accueille le troisième des Lemovicensia concilia, le concile de Noël 1095. C'est au cours de ce concile de Noël qu'après son appel de Clermont, Urbain II prêche pour la première fois pour la première croisade en vue de la libération de la Terre sainte[77].

À la fin du XIe siècle, et durant la première moitié du XIIe siècle, la notoriété de Limoges est à son apogée. Elle est portée par le rayonnement de l’abbaye Saint-Martial, qui est alors le plus important centre de production intellectuelle, littéraire, poétique, artistique et musical du monde médio-latin. Les chants grégoriens y connaissent leur premier apogée, avec les productions de l'École de Saint-Martial[79]. La ville bénéfice également du rayonnement des troubadours limousins, qui font de la langue limousine la langue de la culture du monde roman. Limoges est également renommée pour la qualité de sa production d'émaux ou de sa production textile de limogiatures[80].

À partir du XIIe siècle, Limoges, lieu de couronnement traditionnel des ducs d'Aquitaine, est l’une des principales villes de la dot d’Aliénor d'Aquitaine. La majeure partie de son histoire médiévale se calque sur celle des guerres entre Plantagenêts et Capétiens. Richard Cœur de Lion est couronné duc d'Aquitaine lors de deux cérémonies tenues successivement à Poitiers, puis, dans la grande tradition des monarques d'Aquitaine, à Limoges en 1172[81]. À la tête de l'empire Plantagenêt, le roi-chevalier meurt en avril 1199 à Châlus, place-forte défendant l’accès sud-ouest de Limoges, lors d’une expédition punitive contre son vicomte, Adémar V de Limoges[82].

Au XIVe siècle, les affrontements entre rois de France et rois d’Angleterre, détenteurs du duché d’Aquitaine dont relève Limoges, culminent à l’occasion de la guerre de Cent Ans. Entre deux événements guerriers, Limoges doit faire face aux pillages des routiers et brabançons désœuvrés. Constituant toujours une « ville double », partagée entre la Cité et le Château, les bourgeois (par leurs consuls), évêques et vicomtes de Limoges jouent des alliances et protections, chacun selon les opportunités du moment. Ainsi, en 1370, la Cité ouvre ses portes aux troupes du roi de France, alors que le Château reste fidèle au roi anglais. Cet événement sera d’ailleurs l’occasion, pour le Prince Noir, de mettre à sac la Cité[83].

En 1463, le roi Louis XI passe à Limoges le vendredi 1er juillet, et confirme, par lettres patentes, les privilèges accordés par ses prédécesseurs afin que la ville s'accroisse[84].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, Limoges tourne, avec la fin du Moyen Âge, l’une des plus riches pages de son histoire et intègre définitivement le royaume de France sous Henri IV, lors du rattachement en 1589, à la couronne de France de sa vicomté, passée par héritage à la maison d'Albret.

plan de la ville de Limoges réalisé en 1765 et signé Cornuau
Plan de la ville par Cornuau (1765)

La Réforme qui gagne le pays affecte peu Limoges. L’activité missionnaire est faible et les conversions à l’Église réformée, estimées à 10 % de la population seulement. De même, les troubles sous les guerres de Religion sont limités. Grâce à l’action des consuls, la Saint-Barthélemy n’a aucune répercussion à Limoges. La ville ressent cependant quelques contrecoups des batailles incessantes que se livrent les nobles catholiques et protestants dans le reste de la province et qui, épuisant récoltes et paysans, donnent lieu, dans le sud du département, à Châlus, Oradour, Saint-Yrieix, Nexon et Saint-Léonard de Noblat, à l’émergence de la révolte dite jacquerie des croquants[85].

Au XVIIe siècle, la Contre-Réforme a une grande importance dans la ville[86]. Six compagnies de pénitents sont créées (noirs, rouges ou pourpres, et blancs, qui ont laissé leurs noms à des rues de la ville, mais aussi gris, bleus et feuille-morte, d'après la couleur de leur tenue). De nombreux couvents sont fondés (Visitation, ursulines, etc.), d'autres réformés (bénédictins, Saint-Martin des feuillants, etc.). Le collège des jésuites oriente la formation des élites limougeaudes, alors que les ostensions et processions à grand spectacle (procession de l'octave de la fête du Saint-Sacrement, en particulier) connaissent un important renouveau. Selon Jean Levet, Limoges y gagne le surnom de ville sainte. Cependant, dès cette époque, des voyageurs commencent à relater une certaine évolution urbanistique de la ville ; l'abbé Louis Coulon voit Limoges comme une ville, certes marchande et populaire, mais qui paraît sale et mal bâtie, et dont « les bâtiments n'y sont que de bois et de terre »[87].

portrait d'Anne Robert Jacques Turgot réalisé par Charles Dupin le jeune au XVIIIe siècle
L’intendant Turgot

Au XVIIIe siècle, l’intendant Turgot améliore considérablement le réseau routier limousin, relance l’économie limougeaude, favorise la création et le développement d’industries, dont celles du textile et du cuir. Mais le véritable tournant est celui de 1765 : un gisement de kaolin est découvert à Saint-Yrieix-la-Perche, à 40 km au sud de Limoges. L’industrie de la porcelaine est lancée.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La Révolution engendre des événements tragiques à Limoges. Un bref épisode de la Grande Peur y est signalé. Comme partout, les biens de l'Église sont vendus comme biens nationaux, et la politique de Déchristianisation décide de la fermeture de la plupart des églises et de la totalité des monastères. Un prêtre, l'abbé Chabrol, est tué dans une émeute plus ou moins spontanée et quelques prêtres sont guillotinés. L'un des effets majeurs de la Révolution à Limoges sera territorial puisqu'en 1792, la Cité de Limoges et le Château de Limoges sont enfin réunis. Juridiquement, le Château absorbe la Cité et l'ensemble forme officiellement une seule et unique commune[88], qui intègre, en outre, les territoires de La Brugère, de Saint-Christophe et de Sainte-Claire-Soubrevas[89].

 photo d'une plaque érigée en mémoire de Camille Vardelle au jardin d'Orsay
Stèle en mémoire de Camille Vardelle au jardin d'Orsay de Limoges
Les jardins de l'Hôtel-de-Ville, vers 1916.
Le carrefour Tourny, à la même époque.
C'était le cœur du réseau de tramway de Limoges, où plusieurs lignes se croisaient.

Au XIXe siècle, avec la révolution industrielle, et l'essor des ateliers et des manufactures de textile, cuir, chapeau, chaussures ou porcelaine, Limoges se peuple, au préjudice de sa campagne, d'une population ouvrière, jeune, féminisée, et qui embrasse massivement la cause syndicale. Limoges doit son surnom de Ville rouge (Pauline Roland parle de la Rome du socialisme[90]) aux événements ouvriers de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Ainsi, en 1848, des émeutes très graves marquent les élections législatives[91]. En 1851, Limoges tente de s'opposer au coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte, avant de connaître, en 1871, un très éphémère, mais tragique, épisode de Commune. La CGT est créée à Limoges en 1895[92]. Enfin et surtout, en avril 1905, une protestation contre les pouvoirs des contremaîtres, jugés exorbitants dans le milieu ouvrier de la porcelaine (usine Théodore Haviland, notamment) et de la chapellerie (usine Beaulieu) va donner naissance à d'importants événements ouvriers qui tournent à la révolte sociale et causent la mort d'un jeune ouvrier, Camille Vardelle[93],[94].

Le secteur industriel est à son apogée entre 1850 et les années 1930, comme en témoigne la création des grandes usines porcelainières Haviland, en 1892, dans le quartier du Mas-Loubier et dès 1852 sur le site de l'actuel Centre commercial Saint-Martial. La première de ces usines devient rapidement la plus grande de la ville avec, en 1907, huit cents ouvriers pour dix-sept fours. Parallèlement à ces structures imposantes, la micro-industrie porcelainière, dont l'usine Labesse qui emploie quatre-vingt-dix personnes entre 1873 et 1938, perdure[95].

L'essor de l'industrie est le moteur de l'expansion urbaine de la ville, qui au milieu du siècle dépasse à peine ses limites de l'Ancien régime, mais qui passant de 30 000 habitants en 1841 à 98 000 en 1926, s'étend en faubourgs résidentiels. Cette croissance se fait de façon plutôt anarchique, sans réelle réflexion urbanistique globale, exception faite de petites opérations localisées pilotées par des bourgeois locaux tels l'entrepreneur et mécène Ernest Ruben[96].

En 1914, Limoges est la ville de casernement des 63e et 263e régiments d'infanterie. Après les premiers revers militaires de la France au début de la Grande Guerre, Joseph Joffre estime que de nombreux officiers font preuve d'incompétence ou d'apathie. Il décide de les écarter du front et les assigne à résidence dans la 12e région militaire, dont la capitale est Limoges. Un nouveau terme apparaît : le limogeage. S'il demeure dans le vocabulaire actuel[97], le lien avec la ville de Limoges est à relativiser : sur cent-cinquante à deux cents hauts gradés (soit près de 40 % du total) limogés, moins d’une vingtaine sont effectivement envoyés dans la région.

Le 22 juin 1940, durant la Seconde Guerre mondiale, l’armée allemande se trouve à 30 km de Limoges lorsque le gouvernement Pétain demande l’armistice. Limoges et sa région, en zone libre jusqu'en 1942, accueillent de nombreux enfants retirés des zones de combats par leurs familles, puis des familles entières jetées sur les routes de l’exode. Limoges voit jusqu'à 200 000 réfugiés errer dans ses rues[98]. Malgré les multiples maquis limousins qui organisent la Résistance en campagne, la ville apparaît comme relativement calme, bien que les juifs, dont la communauté Strasbourg-Limoges passe pour l’une des rares véritablement organisées en France, connaissent dès février 1943 les rafles de la Gestapo[99]. Traumatisée par le massacre d'Oradour-sur-Glane et appelée « capitale du Maquis » par le général de Gaulle lors de son discours du 4 mars 1945[100], Limoges sort de la Seconde Guerre mondiale le 21 août 1944, libérée par les résistants des maquis Francs-tireurs et partisans dirigés par le colonel Georges Guingouin, mais cette libération est marquée par des exécutions sommaires lors de l'épuration[101].

Depuis 1945, la ville n'a été marquée par aucun événement historique ou politique , son histoire se fondant dans celle, plus générale, et pacifiée, de la République.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

L'électorat de la commune est marqué, à l'image de celui de la Haute-Vienne, par une domination de la gauche socialiste, et l'influence communiste. La droite laïque n’a, traditionnellement, qu’une audience relativement limitée.

Ainsi, si on fait abstraction de la période du régime de Vichy, Limoges n'a connu que des maires de gauche entre 1912 et 2014. Depuis la Libération, la ville a été dirigée par le PCF entre 1944 et 1947, par des socialistes entre 1947 et 2014 et par la droite depuis 2014. En 1989, la ville faillit connaitre une première alternance à droite lorsque le maire sortant Louis Longequeue l'emporta de justesse au 2e tour face à Michel Bernard. Les maires de Limoges font preuve d'une grande longévité, avec trente-quatre ans de mandat pour Louis Longequeue, et vingt-quatre ans pour Alain Rodet. La gauche socialiste, communiste et révolutionnaire est majoritaire dans treize cantons sur seize circonscriptions électorales qui laissent apparaître des scores trotskystes, LO-LCR, et PCF assez propres à Limoges[102].

Les résultats électoraux des différents scrutins illustrent bien l'ancrage à gauche de Limoges.

Ainsi, lors du premier tour de l’élection présidentielle de 2007, la candidate socialiste Ségolène Royal arrivait en tête avec 33,32 % des suffrages exprimés, soit 22 629 voix, suivie par le candidat de l'UMP Nicolas Sarkozy avec 25,84 %, soit 17 551 voix, le candidat de l'UDF François Bayrou avec 18,06 %, soit 12 268 voix, le candidat du Front national Jean-Marie Le Pen avec 8,00 %, soit 5 431 voix, le candidat de la LCR Olivier Besancenot avec 5,35 %, soit 3 634 voix, la candidate communiste Marie-George Buffet avec 2,39 %, soit 1 625 voix, Philippe de Villiers avec 2,07 %, soit 1 404 voix, la candidate des Verts Dominique Voynet avec 1,49 %, soit 1 011 voix, la candidate de Lutte ouvrière Arlette Laguiller avec 1,36 %, soit 923 voix, José Bové avec 1,14 %, soit 775 voix, le candidat CPNT Frédéric Nihous avec 0,64 %, soit 434 voix et le candidat du Parti ouvrier indépendant Gérard Schivardi avec 0,34 %, soit 234 voix[103].

Conseil municipal de Limoges
  •      Front de gauche (3)
  •      PS (8)
  •      EELV (1)
  •      MoDem (3)
  •      UDI (13)
  •      UMP (24)
  •      Front national (3)

Au second tour, Ségolène Royal obtient 56,55 % des suffrages avec 37 349 voix, et Nicolas Sarkozy 43,45 % avec 28 693 voix, alors que c'est ce dernier qui remporte l'élection, au niveau national avec plus de 53 %[104].

Les Élections municipales de 2008 à Limoges ont donné des résultats conformes à la tradition socialiste limougeaude, sinon limousine. Le taux de participation pour le premier et unique tour est plutôt élevé pour une grande ville (62,06 % de votants). Sur les 80 383 électeurs inscrits sur les listes électorales, 49 888 ont pris part au vote. Le maire socialiste Alain Rodet, en poste depuis 1990, déjà reconduit en 1995 et 2001, a été une nouvelle fois réélu en 2008 dès le premier tour, avec 27 057 voix, soit 56,45 % des suffrages exprimés. Derrière, la liste conduite par l'UMP a recueilli 20,84 % des suffrages, la liste du MoDem 8,86 %, la liste de la LCR 6,99 %, la liste des Verts 5,31 % et la liste de Lutte ouvrière 1,96 %[105].

Les Élections municipales de 2014 à Limoges sont une surprise dans le paysage politique limougeaud puisque le maire sortant, Alain Rodet n'est pas réélu comme à son habitude dès le premier tour. Le 30 mars 2014 à l'issue du second tour des élections, c'est la liste « Union de la droite » conduite par Émile-Roger Lombertie qui arrive en tête avec 45,07 % des suffrages exprimés suivie de la liste « Union de la gauche » avec 43,81 % puis de la liste « Front national » avec 11,10 %[106].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Limoges est composé de cinquante-cinq élus, conformément aux dispositions relatives aux communes peuplées de 100 000 à 150 000 habitants[107]. Parmi ces conseillers municipaux, on dénombre douze maires-adjoints[108] et onze conseillers municipaux délégués[109].

À l'issue des élections municipales de 2014, après des décennies de domination du PS[110], le groupe majoritaire est constitué de représentants de l'Union pour un mouvement populaire, de l'Union des démocrates et indépendants et du Mouvement démocrate. L'opposition est constituée de représentants du Parti socialiste, d'Europe Écologie Les Verts, du Front de gauche, et du Front national.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Huit maires se sont succédé depuis 1912 :

Liste des maires successifs depuis 1912
Période Identité Étiquette Qualité
1912 1941 Léon Betoulle SFIO Employé de bureau
1941 1944 André Faure    
1944 1945 Henri Chadourne PCF Médecin
1945 1947 Georges Guingouin PCF Instituteur
1947 1956 Léon Betoulle PSD Employé de bureau
1956 1990 Louis Longequeue PS Pharmacien
1990 2014 Alain Rodet PS Économiste
2014 en cours Émile-Roger Lombertie UMP Médecin

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Toutes les juridictions de l'ordre judiciaire relevant du ressort d'une cour d'appel sont présentes sur le territoire communal, épargné par la réforme de la carte judiciaire de février 2008[111]. Limoges, siège de la cour d'appel de Limoges, dispose d'un tribunal d'instance (tribunal de police lorsqu'il statue au pénal), d'un tribunal de grande instance (tribunal correctionnel au pénal)[112], d'un tribunal pour enfants, d'un conseil de prud'hommes[113] et d'un tribunal de commerce[114].

Des sessions de cour d'assises sont organisées, en principe, tous les trois mois pour une durée de quinze jours et se tiennent dans des locaux du Palais de justice, place d'Aine[115].

L'ordre administratif est représenté par un tribunal administratif[116], installé officiellement à Limoges depuis le 1er janvier 1954[117], et dont le ressort territorial est la Corrèze, la Creuse, l'Indre et la Haute-Vienne[118]. L'appel des décisions du tribunal administratif de Limoges se fait devant la cour administrative d'appel de Bordeaux[119].

Le centre pénitentiaire de Limoges est une maison d'arrêt[120] dont les deux autorités de rattachement sont la cour d'appel et le tribunal de grande instance de Limoges. Cette prison reçoit des prévenus ainsi que des condamnés dont la peine n'excède pas un an. Sa capacité d'accueil théorique est de quatre-vingt-cinq places réparties en quatre quartiers : le quartier hommes majeurs (cinquante-huit places), le quartier femmes (dix places), le quartier mineurs (douze places) et le quartier semi-liberté (cinq places). La maison d'arrêt de Limoges propose aux détenus des travaux de façonnage et de conditionnement. Elle dispose d'un atelier professionnel permanent d'accompagnement à la validation (APPAV) d'un Certificat d'aptitude professionnel Cuisine et forme des aides-magasiniers. L'établissement, construit en 1853 sur le champ de foire (actuelle place Winston-Churchill), doit être déclassé d'ici 2014 et faire place, dans le cadre des compensations apportées aux villes concernées par les restructurations du ministère de la Défense, à une nouvelle prison, d'une capacité d'accueil de sept-cents détenus[121].

Le Service pénitentiaire d'insertion et de probation (SPIP) de rattachement est le SPIP de la Haute-Vienne, situé avenue Labussière. L'accueil des familles est assuré, les jours de parloir, par l'association « Halte Vincent », dans un local situé rue de la Mauvendière[122].

Intercommunalités et divisions administratives[modifier | modifier le code]

La commune de Limoges est membre de la Communauté d'agglomération Limoges Métropole. Cette communauté d'agglomération regroupe dix-huit communes de l'unité urbaine et de la première couronne de l'aire urbaine sur une superficie de 472 km2[123].

Elle fait partie du pays de Limoges, composé de la communauté d'agglomération Limoges Métropole et la communauté de communes l'Aurence et Glane Développement. Le pays de Limoges regroupe 212 035 habitants répartis sur vingt-cinq communes[124].

Limoges est le chef-lieu de l'arrondissement de Limoges, qui regroupe vingt-huit cantons.

Le territoire communal de Limoges englobe, dans leur intégralité, onze cantons de Haute-Vienne. Il est également inclus pour partie, dans cinq autres cantons de Haute-Vienne.

Politique environnementale et prévention des risques[modifier | modifier le code]

carte situant les dix déchèteries de la communauté d’agglomération Limoges Métropole
Localisation des déchèteries de Limoges Métropole

La politique environnementale de Limoges est portée par la communauté d’agglomération, Limoges Métropole, qui agit sur la commune en matière de gestion des déchets, d’assainissement, de qualité de l’air, et de protection du milieu naturel. Compte tenu de ses compétences (développement économique, assainissement), Limoges Métropole s’est engagée dans une démarche Agenda 21, laquelle identifie des actions concrètes, s'articulant autour des trois grands axes du plan d’actions : maîtriser l'énergie et lutter contre l'effet de serre, connaître, préserver et valoriser les patrimoines, et être éco-responsable et solidaire au quotidien[125].

La gestion des déchets produits par les habitants de la ville de Limoges est également une compétence déléguée à la communauté d’agglomération[126]. Par ailleurs, pour les encombrants, chaque habitant de Limoges peut accéder à la déchèterie de son choix parmi les dix déchèteries communautaires de Limoges Métropole, dont trois (Lebon, Samie et Cavou) sont situées sur le territoire communal[127].

La ville a atteint, dès 2010, le niveau d’objectif de qualité fixé par l’Union Européenne pour 2010, en termes de particules fines inférieures à 10 µm. Pour la surveillance de l’air, Limoges Métropole adhère à LIMAIR, organisme agréé de surveillance de la qualité de l’air en Limousin[128].

Quatre risques naturels majeurs sont recensés sur le territoire communal : les risques de canicule, d'inondation, de tempête, et de mouvements de terrains liés aux cavités souterraines. Les risques technologiques majeurs recensés à Limoges sont, pour leur part, au nombre de trois : rupture de barrage, transport de matière dangereuses et risque miniers. Ces risques majeurs, naturels ou technologiques, et les moyens de prévention, sont décrits dans le dossier d'information communal sur les risques majeurs (DICRIM), mis en ligne sur le site Internet de la mairie[129].

Politique budgétaire en 2010[modifier | modifier le code]

L’excédent brut de fonctionnement, de 24 766 000 €, est de 175 € par habitant, pour une moyenne nationale de 216 € constatée dans les villes de même strate[Note 3]. L’endettement de la ville est de 791 € par habitant, pour une moyenne de 1 090 € pour la strate. Le potentiel fiscal reste inférieur à la moyenne, puisque sur une population de 143 677 habitants, il est de 121 469 000 €, soit de 845 € par habitant, à comparer à une moyenne nationale de la strate de 856 € par habitant. Quant à l’encours de la dette, d'un montant de 111 759 000 €, il donne lieu à une annuité de 28 538 000 €, soit 202 € par habitant, pour une moyenne de la strate à 147 €[130].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Limoges est jumelée[131] avec :

Blank map of world no country borders.PNG
Hrodna (Biélorussie)
Fürth (Allemagne)
Charlotte (États-Unis)
Seto (Japon)
Pilsen (République tchèque)
Commune de Pabré (Burkina Faso)

Par ailleurs, la ville de Limoges conduit deux accords de coopération décentralisée avec la commune rurale de Pabré au Burkina Faso. Le premier, actif depuis 2004, porte sur la réhabilitation et l'exploitation de la retenue d'eau de Zibako. Le second, qui date de 2009, vise à renforcer les capacités de maîtrise d'ouvrage de Pabré[131].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

carte figurant l'aire urbaine de Limoges et ses diverses communes
Les communes de l'aire urbaine, avec, en blanc gras, les limites de l'unité urbaine

Impactée par les deux guerres mondiales, mais en augmentation régulière depuis la fin du XVIIIe siècle, grâce à la révolution industrielle et à l’essor des manufactures (porcelaine, chaussure…), la population de la commune de Limoges connaît, des années 1970 aux années 1990, une baisse relative qui accompagne le déclin des ateliers et des usines.

À partir des années 1990, l’amélioration d’infrastructures routières (autoroute A20) et ferroviaires (ligne Paris-Toulouse), et l’installation d’entreprises de techniques de pointe, de services modernes, et d'établissements d'importance nationale, tels que le Centre national pour l'aménagement des structures des exploitations agricoles (CNASEA), devenu depuis Agence de services et de paiement, ou la technopole Ester en 1992, permettent un nouvel essor de la population.

Peuplée de 137 758 habitants au 1er janvier 2011, Limoges est la 26e ville de France[132].

En 2011, son unité urbaine, composée de neuf communes est peuplée de 185 555 habitants, ce qui la place au 37e rang national[133].

En 2011, avec 282 876 habitants[134], le poids démographique de l'aire urbaine de Limoges, composée de 96 communes dont sept sont des pôles urbains, confirme l'importance de la capitale régionale dans la démographie globale de la région Limousin[135] ; l'aire urbaine de Limoges concentre en effet plus du tiers de l'ensemble de la population de la région Limousin qui était de 741 072 habitants en 2011[136].

En 2011, la commune comptait 137 758 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 4],[Note 5].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
20 864 20 255 21 757 24 992 27 070 29 706 29 870 38 119 41 630
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
46 564 51 053 53 022 55 134 59 011 63 765 68 477 72 697 77 703
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
84 121 88 597 92 181 90 187 98 209 92 577 95 217 107 857 105 990
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
118 576 132 935 143 725 140 400 133 464 133 968 136 539 137 758 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[137] puis Insee à partir de 2004[138].)
Histogramme de l'évolution démographique


Évolution de la pyramide des âges de la commune de Limoges, comparaison entre l'année 1999 et 2011

Pyramide des âges en 1999 en nombre d'individus[139]
Hommes Classe d’âge Femmes
3 866 
75 à plus
8 026 
7 691 
60 à 74
10 657 
9 633 
45 à 59
10 414 
14 307 
30 à 44
15 407 
16 451 
15 à 29
17 523 
9 906 
0 à 14
9 588 
Pyramide des âges en 2011 en nombre d'individus[140]
Hommes Classe d’âge Femmes
5 064 
75 à plus
9 657 
8 594 
60 à 74
10 639 
11 245 
45 à 59
13 275 
12 035 
30 à 44
12 264 
16 876 
15 à 29
18 098 
10 349 
0 à 14
9 661 

La population de Limoges compte moins d'enfants que la moyenne nationale mais la tranche d'âge autour de vingt ans est forte (les 20-39 ans représentent 30,5 % de la population en 2011), avec, néanmoins, un déficit de population masculine par rapport aux femmes entre 15 et 29 ans, assez rare dans les grandes villes françaises. En raison de la présence d'une université qui draine les étudiants de toute la région, la ville conserve un dynamisme universitaire.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Enseignement à Limoges.
Carte de Limoges, avec les écoles, les collèges, les lycées et les sites de l'enseignement supérieur
photographie des bâtiments de l'Institut d'ingénierie informatique de Limoges
L'institut d'ingénierie informatique

La ville administre soixante-dix écoles élémentaires représentant un effectif de l'ordre de 9 500 élèves à la rentrée 2011[141].

Issue d'un projet apparu en 1992, une calandreta, école bilingue occitane, ouvre une section de maternelle en 1994 puis, avec le soutien du conseil régional, un cours préparatoire en 1998. La calandreta de Limoges assure l’ensemble des classes de la maternelle et du primaire[142].

À Limoges, le département gère quatorze collèges et la région Limousin treize lycées, dont le lycée Gay-Lussac, lycée "historique" de la ville, le lycée Raoul Dautry, le lycée scientifique, le lycée Suzanne Valadon et le lycée Turgot.

L'université de Limoges, créée en 1968, compte, au 15 janvier 2011, 14 109 étudiants[143]. À Limoges, l'université est installée sur quatre sites : la Borie, Vanteaux, centre-ville et Ester Technopole[144].

Le campus de la Borie regroupe une cité et un restaurant universitaires, un service universitaire des activités physiques et sportives (SUAPS), l’IUT du Limousin, la faculté des sciences et techniques, et des écoles doctorales[145]. Il accueille également, depuis sa création en 1978, le Centre de droit et d’économie du sport[146].

Le campus de Vanteaux, situé au sud-ouest de la ville, près de la commune d'Isle, à proximité immédiate du Centre hospitalier universitaire Dupuytren, regroupe l'institut universitaire de formation des maîtres (IUFM du Limousin), l’École nationale supérieure d'art, la faculté des lettres et des sciences humaines, le CRDP, l’ONISEP, le service universitaire de médecine préventive et de promotion de la santé, le CROUS, le service commun de la documentation (bibliothèque universitaire), une cité et un restaurant universitaires, la facultés de médecine et de pharmacie, un service universitaire de formation permanente, un centre de formation d'apprentis, et le CNAM[147]. Le campus de Vanteaux accueille également l'une des cinq écoles nationales supérieures d'art de France : l’École nationale supérieure d'art de Limoges (ENSA de Limoges). Spécialisée dans les arts du feu (céramique, émaux) et la tapisserie, sous la tutelle du ministère de la Culture, cette école, également connue sous le nom d’École des Beaux-arts ou École d’art décoratif, offre des cursus d’art et de design d'une durée de cinq ans[148]. Il héberge également l’Institut d'ingénierie informatique de Limoges[149] (3IL).

Le site d'Ester Technopole est le lieu d’installation de deux écoles d'ingénieurs : l'École nationale supérieure d'ingénieurs de Limoges[150] (ENSIL) et l’École nationale supérieure de céramique industrielle[151] (ENSCI).

Le centre-ville regroupe la faculté de droit et des sciences économiques, l’IPAG, le carrefour des étudiants et la présidence de l'université[152].

Limoges abrite également un centre national de formation aux métiers de l'eau[153] et une école de commerce, l’École supérieure de commerce, de communication et de gestion de Limoges (Es2C Limoges). Cette école offre un premier cycle de formation qui prépare à des diplômes d'État de niveau Bac +2, et un second cycle qui permet d'accéder, à l'issue d'une année de spécialisation, à un niveau Bac +3[154].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La ville est animée de nombreuses foires. La plus ancienne, la Foire de la Saint-Loup a été créée en 1525. Elle se tient le dernier week-end de mai. La foire des Saints Innocents, fondée en 1566 sur édit de Charles IX, rassemble, autour du 28 décembre, des camelots dans les principales rues de la ville pour le grand marché populaire de la saison hivernale[155].

Plusieurs marchés de plein air ont lieu chaque semaine sur la commune. Trois ont lieu en centre-ville et sont journaliers (marchés de la place des bancs, de la place Haute-Vienne et de la place des Carmes), et dix autres, hebdomadaires, se tiennent en quartiers[156].

La Foire-exposition de Limoges est organisée annuellement durant la semaine de l’Ascension, en mai[157]. Un marché aux livres anciens se tient le 1er mercredi de chaque mois de place de la République, et une foire à la brocante, Les Puces de la Cité, est organisée dans les rues du quartier de la cité le deuxième dimanche de chaque mois au pied de la cathédrale. À l’occasion de la Saint-Jean, les bords de Vienne, du pont Saint-Martial au pont Saint-Étienne, sont le lieu, pendant près d’une semaine, d’une fête populaire avec manèges, bal, et feux d’artifice, la fête des ponts. Elle accueille, chaque année, plus de 10 000 personnes. Landouge, ancienne commune indépendante, à conservé sa fête communale, qui se tient le 1er week-end de juillet. Le 14 juillet donne lieu, en principe la veille, le 13 au soir, au tir d’un grand feu d’artifice, suivi du traditionnel bal populaire avec orchestre, au Champ de Juillet. Enfin, mi-décembre-début janvier, ce même Champ de Juillet reçoit, pendant près de trois semaines, une fête populaire avec plus de soixante-dix stands, manèges et attractions[158].

Les ostensions de Limoges, lors desquelles les limousins célèbrent leurs saints, au premier rang desquels saint Martial, sont une tradition à l'origine religieuse. Elles donnent aujourd'hui lieu à d'importantes festivités et manifestations populaires. Si la pratique remonte à l’an 994, les ostensions sont organisées tous les sept ans depuis le XVIe siècle. Les dernières ont eu lieu les 18 et 19 avril 2009[159].

La frairie des petits ventres rassemble, depuis 1973, chaque 3e vendredi d’octobre des milliers de Limougeauds dans la rue médiévale de la Boucherie et autour de diverses spécialités culinaires : triperies, rognons blancs, boudins aux châtaignes, cidre, vin rosé de Verneuil-sur-Vienne[160].

photographie d'un zèbre, symbole du festival des Francophonies en Limousin, peint au pochoir sur un trottoir de Limoges
Le zèbre, symbole des Francophonies, peint sur un trottoir de Limoges

Limoges est le lieu de nombreux festivals, ayant pour thème de différents aspects des arts et de la culture, et dont le plus renommé est le festival des francophonies en Limousin, festival international des théâtres francophones. Organisé depuis 1984, il se déroule tous les ans de fin septembre à début octobre. Il met à l’honneur la diversité des échanges culturels de l’espace francophone entre le Nord et le Sud à travers des concerts, des tables rondes, de la danse, de la musique, du théâtre, du cinéma et arts visuels, des lectures-rencontres et des films-débats[161].

La biennale de la danse contemporaine, Danse émoi, est programmée les années paires à Limoges, ville par ailleurs labellisée scène conventionnée pour la danse. Les années impaires, Danse émoi laisse place à des Itinéraires chorégraphiques proposés tout au long de la saison. Depuis 2001, en année Danse émoi, suivant les éditions, 10 à 11 000 spectateurs assistent aux différentes propositions chorégraphiques[162].

Le Webdesign International Festival (Wif), salon international du design interactif, réunit tous les deux ans des web designers à Limoges pour sa finale, à l’issue de présélections internationales qui se font en ligne, par pays, durant les mois de janvier et de février. Les concurrents sélectionnés (quarante équipes composées de designers d’interface du monde entier) s’affrontent à Limoges, en juin, dans une compétition marathon de 24 heures, durant laquelle ils doivent créer un site Web sur un thème imposé. L’objectif du Wif est de favoriser les rencontres et échanges entre les participants et les professionnels, à savoir les agences Web, les donneurs d’ordre, les éditeurs de logiciels et de grandes marques de l’informatique, dont Apple et Adobe, partenaires officiels du Wif. En parallèle, des conférences organisées sur les thèmes de l’innovation dans le Webdesign, du design interactif, du Web 2.0, de la sécurité du Web, du design sonore et du design sensoriel[163] sont proposées.

Lire à Limoges est un salon du livre qui se tient tous les ans en avril, à Limoges. Lire à Limoges accueille, chaque année, plus de deux cent cinquante auteurs et un peu plus de 60 000 visiteurs[164].

Les Itinéraires Photographiques en Limousin (IPEL) ont été créés sous leur forme actuelle en 1996. Ils sont constitués d'un ensemble d'expositions photographiques dont les premières ont lieu chaque année à Limoges au Pavillon du Verdurier à partir de la seconde quinzaine du mois de mai. Les expositions suivantes se déroulent à La Souterraine (juin), Uzerche (juillet), Saint-Junien (août), Mortemart (août)[165].

Le Marché des Artistes a été créé en 1999. Ce Marché se déroule chaque année, le 2e samedi du mois de septembre, place de la Motte. Il est ouvert à tous les artistes créateurs, peintres, sculpteurs, graveurs, photographes[166].

Le festival du court-métrage de Limoges lancé par l'association Festiv'Art en avril 1999, a pour objectif de permettre aux professionnels et aux amateurs de confronter leurs films au public et de présenter une filmographie privilégiant la créativité, l'amour, l'humour et la poésie. Cet événement cinématographique se tient dans différents lieux de Limoges, dont le cinéma Lido, à dates variables selon les années[167].

Le festival Cuivres en Fête, créé en 1994 de la volonté de l'Ensemble Épsilon et en marge de l’académie internationale de cuivres et de percussions Épsival, offre, chaque année au mois d'août, une programmation d’une semaine de concerts. Cuivres en Fête est devenu un des temps forts de la saison estivale à Limoges[168].

Le festival Pop sur la Ville, qui a fêté ses dix ans en 2007, est organisé par l’association Melting Pop, avec, pour objectif, la promotion d’artistes de musique Pop. Il se déroule durant une semaine, chaque année courant octobre et/ou novembre, et donne lieu à des concerts dans les centres culturels John Lennon et Jean Gagnant, à « La Fourmi », au « Woodstock » et dans les différents bars de la ville. Pop sur la Ville propose un large panel de styles musicaux : rock, jazz, électro, pop et folk[169].

Le festival de jazz, Éclats d'émail, lancé en 2006, se déroule tous les ans au mois de novembre. Cette manifestation programme, durant dix jours, des concerts en Jazz Clubs et Bistrots Jazz, des expositions et des projections cinématographiques en lien avec le jazz[170].

Limoges a accueilli le 8 décembre 2012 l'élection Miss France 2013 au Zénith.

Santé[modifier | modifier le code]

carte de Limoges avec indication de la localisation des ses principales infrastructures de santé
Localisation des structures de Santé
photographie du bâtiment du CHU de Limoges, au soleil couchant
Le CHU

Le centre hospitalier régional universitaire de Limoges est un centre hospitalier universitaire inauguré en 1976 par Jacques Chirac, alors Premier ministre, et Simone Veil, ministre de la Santé. Avec un effectif de 6 965 employés en 2010[171], il assure trois missions de service public : les soins, la recherche et l'innovation, et l'enseignement.

Il est composé de quatre hôpitaux : l'hôpital Dupuytren, l'hôpital de la Mère et de l'enfant, l'hôpital Jean-Rebeyrol et l'hôpital du Cluzeau, regroupés sur un même site, et de l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) Docteur-Chastaingt[172].

Si toutes les fonctions administratives (direction générale, recherche et innovation, coopérations et communication) sont situées à l'hôpital Dupuytren, chaque structure hospitalière du CHU accueille des équipes médico-soignantes spécialisées en fonction des pathologies et/ou de l'âge des patients.

Plus important centre hospitalier régional universitaire du Limousin, premier employeur de la région, le CHU de Limoges est l'hôpital d'application de la faculté de médecine de Limoges. Par ailleurs, il dispose de sept écoles ou institutions pour former le personnel soignant et les sages-femmes[173].

Le Centre hospitalier spécialisé Esquirol, qui emploie plus de 1 400 agents sur de multiples sites, dont l’hôpital Esquirol qui concentre les services administratifs, prend en charge les patients atteints de troubles psychiques, à tout âge de la vie. Il reçoit également des patients traumatisés crâniens, des patients présentant des conduites addictives (alcoolisme, toxicomanie) ainsi que des personnes âgées présentant des troubles du comportement[174].

La clinique des Émailleurs, fondée en 1922 par les docteurs Bleynie et Bruneau-Biles, et les professeurs Marcland et de Léobardy, située depuis 1999 dans le quartier du Roussillon à Limoges, est issue du regroupement, en 2004, des deux maternités privées de Limoges. Dotée de cinq salles de naissance, la clinique des Émailleurs bénéfice depuis 2007 d’un agrandissement du service de chirurgie, de la création d'une unité de surveillance de soins continue, et de l’intégration de deux nouvelles activités chirurgicales : urologie, chirurgie esthétique et reconstructrice. L'équipe médicale, composée d'environ quarante médecins, dispose de vingt-quatre lits d’hospitalisation et de places d'ambulatoire répartis dans cinq pôles : médical (cardiologie, pneumologie, gastro-entérologie), obstétrical, anesthésique, chirurgical (chirurgie digestive, endocrine, thoraxcovasculaire, proctologie, gynécologie, chirurgie de l'obésité, stomatologie, chirurgie maxillo-faciale, urologie et chirurgie esthétique et reconstructrice) et radiologique[175].

La clinique François-Chénieux, du nom de l’ancien maire de Limoges qui l'a fondée, est un établissement d’hospitalisation de court séjour en médecine et chirurgie, où dix-sept spécialités sont exercées. Située sur le site de Saint-Lazare, et d’une capacité totale de 283 lits et places, elle est la seule clinique privée de la région à disposer d’un service d’urgences et d’un service d’oncologie[176].

La clinique du Colombier, créée en 1905 cours Bugeaud, emploie 228 personnes. Fusionnée avec la clinique Vanteaux en 1998, elle dispose de 171 lits et places, dont trente-neuf en médecine, quatre-vingt-seize en chirurgie, huit en unité de surveillance continue et vingt-huit en ambulatoire[177].

En 2012, quatre cents cinquante cinq médecins, dont deux cents soixante-dix généralistes, une centaine d’infirmières libérales et plus de quatre-vingt pharmacies d’officine complètent le dispositif hospitalier de Limoges. Une maison médicale de garde, localisée boulevard Gambetta et créée en 2003 par une trentaine de médecins libéraux réunis au sein de l'association Domus Medica, assure, les nuits et les week-ends, la continuité de consultations médicales à Limoges[178].

Sports[modifier | modifier le code]

carte de Limoges avec indication de la localisation des ses principales infrastructures sportives
Localisation des principaux sites sportifs
photo du palais des sports de Beaublanc à Limoges
Le palais des sports de Beaublanc
Articles détaillés : sport à Limoges et Limoges Cercle Saint-Pierre.
Le Limoges CSP, l'un des clubs de basket les plus prestigieux d'Europe

Les équipements sportifs de la ville sont concentrés au parc des sports de Beaublanc, où évolue l’équipe de basket, et au parc des Sports de Saint-Lazare, qui est également le stade du club de football.

La commune est équipée d’un golf municipal, situé à l’emplacement de l’ancien aérodrome, de cinq piscines municipales, dont deux à Beaublanc, d'une patinoire, d’un salle de judo avec le dojo Robert Lecomte et d’une salle d'armes.

Le nom de Limoges est associé à son club de basket-ball, le Limoges CSP, plusieurs fois champion de France, champion d'Europe en 1993. Ce club évolue en Pro A. Le club de Rugby à XV, Limoges rugby, évolue en Fédérale 1 pendant la saison 2011-2012.

Le Palais des sports de Beaublanc (Bòsc Blanc en occitan) se situe dans le parc des sports de la ville de Limoges. Il a été réalisé au cours de l'année 1981 grâce à Mr Albert Chaminade Conseiller Municipal et ayant mandat auprès du Basket Français qui en fait de son projet le demanda au Maire Louis Longequeue qui valida les Architecte Rauby & Marty. Le Palais des sports de Beaublanc est équipé d'une salle de Basket-ball, d'un stade d'athlétisme, d'une piscine olympique, de cours de tennis et de divers terrains de football.

Limoges est le lieu d’un cyclo-cross, support de deux championnats de France de cyclo-cross en 1952 et 2005, ainsi que d’une manche du Challenge la France cycliste de cyclo-cross, en 2001.

Traditionnellement, Limoges est la ville de départ et d'arrivée du Tour du Limousin cycliste, qui se déroule durant la deuxième quinzaine d’août.

La ville accueille épisodiquement diverses manifestations sportives de dimension nationale, telles des matchs de la coupe de France de basket-ball, de la Fed Cup, les championnats de France Handisport, des matchs internationaux de basket-ball et de Handball ou encore des étapes du tour de France.

Enfin, Limoges détient une compétence particulière en matière de droit du sport, puisque le Centre de droit et d’économie du sport (CDES) y est établi depuis sa création en 1978[179].

Médias[modifier | modifier le code]

Article détaillé : médias à Limoges.

Le principal quotidien régional diffusé à Limoges est Le Populaire du Centre, du groupe Centre France. S’y ajoutent L'Écho du Centre, issu de la résistance communiste au régime de Vichy et l'hebdomadaire Info Magazine.

La direction de la communication de la mairie dispose d'une chaîne d’information télévisée locale continue, 7 à Limoges, créée en 1996.

France Bleu Limousin, qui émet sur les départements de Corrèze et de Haute-Vienne, est la radio régionale du réseau France Bleu qui peut être captée à Limoges.

Média Nom Date de création Siège
Presse régionale écrite Le Populaire du Centre 1905 Limoges
Presse régionale écrite L'Écho du Centre 1944 Limoges
Chaîne de télévision locale 7 à Limoges 1996 (Mairie de) Limoges
Chaîne de télévision régionale France 3 Limousin-Poitou-Charentes 1965 (ORTF) Limoges
Radio régionale France Bleu Limousin 1926 (Radio-Limoges) Limoges
Webradio universitaire Résonances 2010 Limoges
Radio locale indépendante Flash FM[180] 2002 Feytiat
Radio locale chrétienne RCF Radio Email[181] Limoges
Radio locale associative Beaub'FM 1987 Limoges-Beaubreuil
Radio locale associative RTF 95.4[182] 1980 Limoges
Radio locale associative Swing FM[183] 2003 Limoges

Cultes[modifier | modifier le code]

photographie de la cathédrale Saint-Étienne de Limoges
La cathédrale Saint-Étienne
photographie des décorations mises en ville en 2009 à l'occasion des Ostensions de Limoges
La ville décorée à l'occasion des Ostensions de 2009

Limoges a, sur son territoire, des lieux de culte catholique, protestant, israélite, mormon et musulman.

Le diocèse de Limoges qui fait partie de la province ecclésiastique de Poitiers, est l'un des évêchés les plus anciens de France[184]. Il recouvre deux départements, la Haute-Vienne et la Creuse, et a son siège épiscopal sur le territoire de la commune, lieu habituel de la résidence de l'évêque. L'actuel évêque de Limoges est Monseigneur François Kalist, depuis 2009. La commune compte neuf paroisses[185] : Cathédrale - Sainte Marie, La Trinité, Sacré Cœur - Sainte Jeanne d'Arc, Saint Augustin, Saint Éloi des Hauts de l'Aurence, Saint Luc, Saint Martial, Saint Vincent de Paul, et Sainte Blandine.

Quelques communautés religieuses sont implantées dans la ville, dont un couvent de carmélites à Crochat, une communauté franciscaine rue Charles-Gide[186]. La petite communauté jésuite de la rue Jules-Noriac s'est dispersée il y a quelques années. Une petite communauté catholique traditionaliste se réunit dans une chapelle de l'avenue des Bénédictins et célèbre des offices dans la chapelle Saint-Antoine des Papillons. Une maison, dite du Bon-Pasteur, établie rue des Pénitents-Blancs et tenue par des religieuses, accueille des personnes âgées. La communauté des Petites-Sœurs-des-Pauvres, qui hébergeait des personnes âgées indigentes, est dissoute à partir de 2009. L'ancien séminaire du Sablard héberge divers services diocésains et un foyer de prêtres âgés.

Le protestantisme est représenté à Limoges par un lieu de culte de l'église réformée de France[187]. Courants minoritaires du protestantisme, les adventistes (adventistes du septième jour[188] et pentecôtistes sont également présents à Limoges[189].

Une synagogue, rue Pierre-Leroux, dessert la petite communauté juive attestée à Limoges depuis le XIe siècle, et alors dirigée par Joseph Tov Elem[190].

Limoges compte sept associations culturelles musulmanes et deux mosquées[191].

L’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, paroisse de Limoges, est située rue Gaston Charlet[192]. Existe également une salle du royaume des témoins de Jéhovah[193].

La plupart des obédiences maçonniques françaises sont présentes à Limoges[194]. Initialement composée, voire dirigée par des membres des confréries de pénitents[195] la franc-maçonnerie limougeaude se compose principalement de loges relevant du Grand Orient et de la Grand Loge de France. Cette dernière dispose d’un local à Couzeix qu'elle met à la disposition de différents loges[196]. La Grande loge indépendante souveraine des rites Unis est représentée localement par la loge La Rose du parfait silence[197].

En dépit d'une pratique religieuse assez faible, tous les sept ans, les ostensions, dont la tenue dépasse largement le cadre originel de la foi chrétienne et relève aujourd'hui de la manifestation festive et populaire d'une culture spécifiquement limousine, rassemblent une foule importante. Elles constituent aussi un atout touristique pour la ville et le département[198].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Si, en 2008, 55 % des foyers fiscaux de Limoges sont imposables, contre 54,2 % seulement au niveau national, le revenu net déclaré moyen par foyer fiscal limougeaud est de 21 782 €, montant à comparer au revenu net moyen national, qui s'établit, pour la même période, à 23 450 €. En 2009, le revenu fiscal médian par ménage est de 17 414 €, ce qui place Limoges au 16 297 e rang parmi les 30 714 communes de plus de cinquante ménages en métropole[199].

Emploi[modifier | modifier le code]

Dominant le Limousin par son poids démographique, Limoges concentre, en 2007, dix-sept des trente-cinq plus grands employeurs du Limousin[200], dont les principaux sont le Centre hospitalier régional universitaire de Limoges (6 965 employés en 2010)[171], le fabricant de matériel d'installation électrique Legrand (4 825 employés en 2010)[201], la mairie de Limoges (2 046 employés en 2007)[200], la SNCF (1 700 employés en 2007)[200] et l'université de Limoges (1 463 employés en 2007)[200].

Les catégories socioprofessionnelles de la population active de Limoges, telles qu'étudiées par l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) en 2008, laissent apparaître, dans leur répartition, un poids spécifique des catégories professions intermédiaires, et employés. En effet, chacune de ces catégories pèse, à Limoges, de deux points de plus qu’à l’échelle nationale. Ainsi, les employés représentent 32,6 % de la population active de Limoges, et 29,9 % seulement de la population active nationale. De même, les professions intermédiaires représentent 24 % de la population active locale, alors qu’elles ne pèsent que 22,1 % de la population active nationale. Pour leur part, les ouvriers ne représentent que 25,7 % de la population active limougeaude, alors que la moyenne nationale s’établit à 27,1 %, ce qui confirme la mutation d’une ville autrefois ouvrière en capitale administrative régionale, fournisseuse de services intermédiaires.

Les cadres et professions intellectuelles sont dans la moyenne nationale (12,9 % de la population de la commune, pour 12,1 au niveau national). Enfin, les agriculteurs représentent 0,2 % de la population active de Limoges, chiffre à mettre en perspective avec les 2,4 % d’agriculteurs composant la population active en France[202].

En décembre 2012, le taux de chômage avoisine les 9.5 %[203]. La ville présente un taux de chômage en dessus de la moyenne régionale, qui reste une des plus faibles de France avec celle de l'Alsace, mais atteint toutefois le niveau du taux national. Or, la baisse du chômage entre 1999 et 2005 est plus importante à Limoges qu'à l'échelle nationale. Alors que le taux passe de 13,5 % à 8 % dans la capitale régionale, il passe de 12,9 % à 9,6 % sur le plan national. En 1999, la population active est de 60 527 personnes à Limoges, ce qui correspond à un taux d'activité de 75 %, calculé sur les 20-59 ans. Les actifs représentent 45 % de la population totale, les retraités 19,9 %, les scolarisés 26,3 %, et les non-actifs 8,6 %. Les jeunes diplômés sont les plus nombreux à quitter la région faute d'offre d'emplois qualifiés[204].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : porcelaine de Limoges et émail de Limoges.

Limoges est communément réputée pour ses productions d’émaux[205], de porcelaine, et de vitraux[206], productions traditionnelles qui font que la ville se proclame la capitale des arts du feu[207]. Une autre activité traditionnelle, l’industrie textile, connue à Limoges dès le XIIe siècle avec les limogiatures, prospère jusqu’au XVIIe siècle avec la chapellerie, décline durant la première moitié du XIXe siècle, et disparaît avec l’arrivée du chemin de fer[208].

photographie de l'usine Renault Véhicules Industriels de Limoges, en bord de Vienne
L'usine RVI en bord de Vienne.

Si les vitraux et les émaux restent des métiers de l'artisanat d’art, la porcelaine a conservé sa dimension industrielle, perpétuée par des entreprises qui subsistent grâce aux commandes de prestige, aux commandes des ménages et des hôtels, et à l'économie touristique.

Le secteur secondaire demeure important. Les petites et moyennes entreprises, largement majoritaires, côtoient des grandes entreprises comme Legrand, Renault Trucks, Valeo, Schneider Electric, Haviland, Bernardaud ou Weston.

Le secteur de la Construction, à prédominance artisanale, génère, pour sa part, 4 573 emplois en 2008[209].

Deux pôles de compétitivité sont basés à Limoges. Le premier est le pôle européen de la céramique[210], positionné sur les prothèses médicales, l'optoélectronique et les arts de la table.

Le second est Élopsys, cluster spécialisé dans les micro-ondes, les réseaux et les transmissions des technologies sans fil, la fibre optique et les instruments d’imagerie[211].

En association avec la communauté d'agglomération, la ville de Limoges accueille sur son territoire plusieurs zones dédiées à l’activité économique, dont la zone d’activité Nord[212], englobant recherche, activités industrielles et commerciales, le parc d'activité Romanet[213] et la zone d'Ester Technopole[214].

Le site d'Ester Technopole, créé en 1992, offre un point de rencontre des industries et technologies de pointe et accueille l'une des quatre pépinières d'entreprises de la Haute-Vienne[215].

Limoges est également le siège d'une administration nationale d'importance : l'Agence de services et de paiement, issue de la fusion, en 2009, du CNASEA et de l'Agence unique de paiement.

Dans le cadre de son jumelage avec Fürth, la ville, en partenariat avec le Conseil régional, a ouvert une Maison de Limoges et du Limousin en Allemagne. Cette structure s'attache à promouvoir les échanges économiques et la coopération culturelle entre les deux villes ainsi qu'entre le Limousin et la Bavière. Elle organise pour cela des conférences, des expositions et diverses manifestations[216].

photographie de la rue du Consulat, une des rues commerçantes du centre-ville de Limoges
La rue du Consulat, une des rues commerçantes du centre-ville

La ville de Limoges a pris la tête du réseau Urban Network for Innovation in Ceramics (UNIC), programme européen qui regroupe plusieurs villes céramiques dont Séville, Stoke-on-Trent et Aveiro, et qui a pour objectif de permettre aux villes européennes d’engager un travail de coopération et de partage d’expériences grâce à la création de réseaux thématiques, en encourageant la protection de ce patrimoine et ce savoir-faire commun, la défense des emplois des entreprises du secteur de la céramique, l’investissement en faveur des nouveaux métiers (notamment dans les technologies de pointe), et un essor harmonieux du développement urbain[217].

Grâce à la qualité de son eau, et à une présence importante de chênes dans la campagne environnante, Limoges héberge, de 1780 à 1930, plusieurs dizaines de distilleries[218]. La distillerie du Centre, créée en 1789, est la dernière héritière de cette longue tradition[219]. Toujours du fait de la qualité de son eau, la ville connaît, du XVIIIe siècle à la fin du XXe siècle, une importante activité brassicole. La brasserie Mapataud devenue Noxen en 1950 est, de 1765 à 1970, l'un des établissements brassicoles limougeauds les plus importants[220]. Cette activité de brasserie reste présente à Limoges, avec les établissements Michard, dirigés par la fille de leur créateur, et qui produisent depuis 1989 des bières sans conservateurs[221].

À l'exception des magasins de quartier, le commerce de détail est principalement implanté en centre ville : rue Jean-Jaurès, du Clocher, du Consulat et Ferrerie. La place Sadi-Carnot constitue également un pôle pour le petit commerce, entre les boutiques et les halles Dupuytren. Comme dans toutes les villes, banques et agences immobilières prennent souvent la place d'anciennes boutiques de vente au détail.

Les centres commerciaux les plus fréquentés sont ceux de la zone industrielle Nord (ZIN) située à Beaubreuil, le centre commercial de Corgnac ainsi que ceux de la zone commerciale des Quatre-Vents à Boisseuil. Limoges possède, depuis mars 1989, une importante galerie commerciale en centre-ville, le Centre Saint-Martial, situé avenue Garibaldi, sur l'ancien site des fabriques de chaussures Heyraud.

Depuis 2002, l'opération Cœur de Limoges a pour objet de dynamiser l'activité commerciale du centre-ville, concurrencée par les espaces commerciaux de la périphérie et le Centre Saint-Martial. Cœur de Limoges se fixe pour objectif d'étendre la zone de chalandise de la ville, en encourageant l'installation de grandes enseignes nationales (ouverture de la Fnac en 2005 ou de Zara (vêtements) en 2013), et en organisant diverses manifestations[222].

Développé en 2009/2010 à la périphérie nord de Limoges, le Family Village Limoges est un parc d'activité commerciale, situé au nord de la commune de Limoges, au bord de l'autoroute A20. Ce centre commercial est situé au sein d’un ensemble commercial plus vaste dans lequel sont également implantées les enseignes Leroy Merlin et Alinéa.

Limoges compte pour sa part trois bistrots à l’esprit Rock’n roll : Le Duc Étienne, la Rhumerie et le Tabernacle. Le Duc Étienne est un troquet agréable car c’est un des rares à Limoges à pouvoir profiter d’une terrasse ou les ruelles avoisinantes sont piétonnes, donc loin du bruit ambiant de la ville. La Rhumerie  à récemment changé de nom pour le Zic Zinc il n’en reste pas moins un bar à Rhum, et l’on y trouve des rhums rares venus du Venezuela ou de Colombie. Et le Tabernacle est l’endroit idéal pour danser toute la nuit, son architecture en colombages et son style bois/pierres sont conservés de l’époque du vieux Limoges (Moyen Âge), il fait donc partie des endroits « typiques » de Limoges. 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Ville d'art et d'histoire[223], Limoges, qui ne dispose d'aucun secteur sauvegardé, ne se préoccupe que peu de son patrimoine: après les destructions malheureuses des années 1970 qui ont conduit à des horreurs urbanistiques telles que la place de la République ou à l'insertion de bâtiments d'habitation modernes en plein centre historique et à la disparition de sites archéologiques (thermes des jacobins détruits pour construire un parking souterrain par exemple), les démolitions de monuments et de sites se poursuivent jusqu'à aujourd'hui, aux profits des entreprises de travaux publics et des promoteurs immobiliers, rendant ainsi hypothétique le développement touristique de Limoges. Certains éléments de son patrimoine architectural, tels la « maison Laforest », ultime vestige de résidence de patrons de l'industrie textile et datant pour partie du XVIIIe siècle, ou le lavoir municipal de Saint-Lazare, bien que situés en zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP) ont subi, et subissent encore, les effets de démolitions[224].

Pourtant, durant le mois d'août 2012, le succès rencontré par une pétition demandant la préservation et la mise en valeur d'un mausolée de la fin de l'Antiquité, réaménagé tout au long du haut Moyen Âge, situé dans l'hyper-centre illustre l'attachement profond d'une grande partie des habitants à la sauvegarde du patrimoine de la ville.

La base de données Mérimée des œuvres du patrimoine de France recense soixante-quatre monuments historiques à Limoges, dont dix-huit seulement sont classés[225], et la base de données Palissy des œuvres du patrimoine de France recense deux cent quatre-vingt-sept œuvres classées ou inscrites[226].

Monuments historiques du centre-ville[modifier | modifier le code]

photographie du four à porcelaine des Casseaux, classé monument historique
Le four à porcelaine des Casseaux
Le pont Saint-Martial
photographie de la cour intérieure d'un ensemble d'immeubles, la cour du Temple
La cour du Temple

Limoges dispose de nombreux édifices religieux, aux premiers rangs desquels la cathédrale Saint-Étienne, l’église Saint-Michel-des-Lions, à l’architecture caractéristique des églises-halles du domaine Plantagenêt et qui conserve, depuis la Révolution française, les reliques de saint Martial, et l’église Saint-Pierre-du-Queyroix, reconstruite du XIIIe au XIVe siècle.

La chapelle Saint-Aurélien, construite entre le XIVe et le XVIIe siècle, est un petit édifice situé au cœur du quartier de la boucherie, renfermant les reliques du second évêque de Limoges, Aurélien, saint patron de la corporation, et de la confrérie, des bouchers.

La crypte Saint-Martial du Ve siècle[227] est située place de la République et se visite du 1er juillet au 30 septembre. Elle conserve les tombeaux de saint Martial, premier évêque et patron de la ville, de ses deux compagnons Alpinien et Austriclinien, et de la légendaire sainte Valérie. Découverte durant les années 1960 lors de la création du parking de la place de la République, il n’en reste au début du XXIe siècle qu’une petite partie. La situation du tombeau donne naissance à un pèlerinage, puis occasionne la construction de l'abbaye bénédictine de Saint-Martial qui prospère et étend son influence sur le Sud-Ouest. De magnifiques manuscrits, désormais conservés à la Bibliothèque nationale, y sont créés ; c'est aussi en son sein ou dans son environnement que sont fabriquées les plus belles pièces d'orfèvrerie du Moyen Âge, connues sous le nom d'œuvre de Limoges. On a situé dans l'aire de son rayonnement les débuts de la poésie en langue d'oc et fait remonter l'origine de la polyphonie à son école musicale, l'école de Saint-Martial. Rasée au tout début du XIXe siècle, il ne reste du monument que la crypte. Au cours des années 1960, sur le site de l'ancienne abbaye de Saint-Martial, fut remodelée la place de la République et édifié l'immeuble abritant actuellement les Galeries Lafayette (anciennement Nouvelles Galeries). Cet ensemble, à l'esthétique totalement désuette, est souvent décrié par les habitants de Limoges.

Mais la ville présente de beaux hôtels particuliers, tels l’hôtel Estienne de la Rivière[228], construit en 1812 ; ou l’hôtel Maledent de Feytiat, édifié en 1639 sur des bases du XVe siècle et également inscrit à l'inventaire des monuments historiques[229].

Témoin de la tradition porcelainière de la ville, le four des Casseaux, resté en activité jusqu'en 1955, est aujourd'hui l'un des derniers représentants des fours à porcelaine du XIXe siècle, et le seul à être classé monument historique[230].

Parmi les autres bâtiments inscrits au titre des monuments historiques, on peut noter le lycée Gay-Lussac, ancien collège de jésuites, les halles centrales, dessinées dans les ateliers de Gustave Eiffel, l'Hôtel de ville et sa fontaine en porcelaine, le pavillon du Verdurier, qui sert désormais de lieu d’exposition, après avoir été, à l'origine, pavillon frigorifique, ou la gare des Bénédictins, magnifique bâtiment à coupole et campanile élevé sur pilotis au-dessus des voies.

Parmi les bâtiments plus modernes, on peut relever la Maison du peuple, inaugurée le 7 juin 1936, jour de la signature des « Accords de Matignon », symbole de l'engagement syndical à Limoges, et qui constitue le siège de la CGT locale[231], ou la Bibliothèque francophone multimédia, construite sur le site d'un ancien hôpital général (XVIIe et XVIIIe siècles) ainsi que d’un très important site archéologique gallo-romain.

Le lycée Turgot[232], l'école de reconversion et rééducation professionnelle Féret-du-Longbois[233], le château d'eau de Beaubreuil[234], le garage Dessagne[235] ou l'école nationale supérieure d'art décoratif[236] font partie des bâtiment limougeauds qui bénéficient du label « Patrimoine du XXe siècle » délivré par le ministère de la Culture, en raison de la qualité de leur construction, jugée remarquable[237].

Le château de Fontgeaudrant situé à proximité immédiate du centre-ville est aujourd’hui un gîte de France, et offre des prestations d’hébergement et de restauration[238].

Le château de Crochat fut la propriété de Monsieur de Leffe, ingénieur qui dirige les travaux de construction de la voie ferrée Paris - Toulouse. Le château et son domaine sont un Carmel depuis 1954[239].

La maison Jouxtens, également appelée château de Saint-Lazare du nom du coteau sur lequel elle est établie, est une construction du XVIIe siècle. Ses jardins en terrasse, d’une superficie de 1,2 ha, qui descendent vers la Vienne juste en face de ceux de l'évêché, sont visibles depuis la ville. Site naturel inscrit depuis le 1978, ils constituent un îlot de verdure remarquable sur le coteau Saint-Lazare, occupé en grandes parties par des immeubles modernes inclus dans l'ancien domaine agricole rattaché à cette maison. Le 21 août 1944, la reddition des troupes allemandes occupant Limoges a lieu dans cette maison, qui est alors la propriété du consul de Suisse et qui est considérée comme un lieu neutre pour cette raison[240].

Places et rues[modifier | modifier le code]

La ville compte plusieurs places remarquables, telles que la place Denis-Dussoubs, circulaire et formée d'immeubles en brique rouge, ou la place Fontaine des Barres (XVIIe siècle), plus intime avec ses hôtels particuliers des XVIIe et XVIIIe siècles. La cour du temple (XVIIe siècle) est bordée d'hôtels particuliers, aux façades à colombages, dont un à colonnade et à pans de bois, reliés entre eux par des galeries ouvertes à l'italienne et des escaliers de style Renaissance[241]. Le pavage de certaines cours d'immeubles du centre ville présente la particularité propre aux villes porcelainières d'être réalisé en gazettes, briques réfractaires protégeant les pièces pendant leur cuisson dans les fours à porcelaine.

Parmi les quartiers historiques et pittoresques, le quartier de la Boucherie (Moyen Âge et XVIIe siècle) fut celui des bouchers de Limoges, dont la confrérie [242] régissait toute l'activité de la rue et de la profession. L'Abbessaille s'étend par d'étroites ruelles en pente entre la Vienne, la cathédrale, et le boulevard des Petits-Carmes. Ce quartier médiéval fut marqué par l'activité portuaire des Naveteaux (du Naveix, un lieu-dit voisin) et la présence de lavandières.

L'aménagement des rues de Limoges accuse un certain retard par rapport aux autres villes moyennes de France : ainsi, le nombre de rues piétonnes n'a quasiment pas varié depuis le milieu des années 1980. Le pavage de ces rues est souvent en très mauvais état (pavés remplacés par du bitume rues du Consulat, de Clocher, et du Temple). De nombreuses places, à fort potentiel de fréquentation, ne sont pas mises en valeur: place Saint-Pierre, rue Courteline, et place Haute-Vienne (qui abritent un parking), place des Bancs (traversée par une rue). La plupart des rues à forte fréquentation comptent encore des trottoirs, progressivement remplacés dans les autres villes par des plots. La ville compte un nombre insuffisant de couloirs de bus. Ces défauts freinent le développement économique du centre, engorgé par les flux d'automobiles et finalement peu attrayant, et ne lui permettent pas de résister à la concurrence des zones commerciales périphériques (Corgnac, Boisseuil, La Coupole, Familiy Village).

Souterrains et patrimoine archéologique caché[modifier | modifier le code]

Les souterrains de Limoges, dont la construction s’étale sur plusieurs siècles, forment un réseau constitué de deux à trois niveaux de caves voûtées, de passages, d'entrepôts et d'aqueducs, creusés dans le tuf ou maçonnés. Leur nombre a cependant considérablement diminué durant ces trente dernières années sous les effets combinés d’une certaine négligence, de l’urbanisme et des travaux de voirie. De nombreuses cavités sont murées à la suite des achats et aux ventes successives des bâtiments, d'autres s'effondrent avec le temps ou sont tout simplement détruites en même temps que l'édifice construit au-dessus, lors des programmes de réhabilitation de quartier. Ainsi, en octobre 1983, lors de terrassements effectués rue du Temple pour la construction d'immeubles, si une fouille de sauvetage entreprise sous la direction de Jean-Pierre Loustaud a permis de relever une voie gallo-romaine et quelques lambeaux de sépultures du haut Moyen Âge, ces travaux ont néanmoins entraîné la disparition d'un réseau important de caves[243]. Seuls les souterrains de la Règle font l'objet de visites régulières organisées par l'office de tourisme[244].

Peu connu, un baptistère paléochrétien, daté du Ve siècle, situé aujourd’hui place Saint-Étienne, se situait au pied du portail nord de la cathédrale, dit portail Saint-Jean, sur l'emplacement d'une ancienne église paroissiale, supprimée à la Révolution, et placée sous le vocable de saint Jean Baptiste. Il s'agit d'un vaste édifice de plan hexagonal centré sur la cuve baptismale. Chacun des côtés ouvrait sur une pièce carrée. L'entrée se faisait par un perron à trois portes ouvrant à l'ouest[245]. Afin d’en assurer la préservation, les vestiges de ce baptistère sont actuellement réenfouis[246].

L’amphithéâtre gallo-romain, qui fait partie des principaux monuments d'Augustoritum et fut l’un des plus vastes amphithéâtre de la Gaule, ne peut se visiter : ses vestiges, un temps exhumés et mis en valeur, sont de nouveau enterrés sous le jardin d’Orsay afin d'en éviter la dégradation. La présence proche de la rue de l'Amphithéâtre, reliant la place Winston-Churchill à la place des Carmes, est le seul témoignage visible de l'existence de ce monument classé en 1968 à l'inventaire des monuments historiques[247].

De même, la villa gallo-romaine de Brachaud[248] qui semble dater du IIIe siècle, mise au jour par l'archéologue Jean-Pierre Loustaud, reste méconnue du public[249].

Monuments à l'extérieur de la ville[modifier | modifier le code]

Le château de Beauvais est situé près de Landouge. C'est une ancienne demeure des abbés de l’abbaye Saint-Martial de Limoges construite au XVIIIe siècle selon les plans de l’architecte limousin Joseph Brousseau. Jouxtée par une exploitation agricole de la même époque, elle est entourée d'un parc à l'anglaise de trois hectares du XIXe siècle[250].

Le château des Essarts est situé, pour sa part, dans la vallée de la Mazelle, près de Beaune-les-Mines. Datant du XVIIe siècle, inscrit à l'inventaire des Monuments historiques, ses façades et toitures datent du XVIIe siècle. Le château de la Bastide est situé au bout d’une allée de hêtres qui est elle-même un site inscrit[251]. Propriété jusque dans les années 1970 des Martin de la Bastide, barons d'Empire, il est à l’origine du nom d’un quartier du nord de Limoges, La Bastide.

Le château de Faugeras et ses dépendances datent du XVIIIe siècle. Ils ont appartenu aux Pouyat, une des grandes dynasties de porcelainiers limougeauds. Posé dans un parc paysager de sept hectares qui surplombe Limoges, le domaine de Faugeras abrite depuis peu un hôtel-restaurant de prestige, classé 4 étoiles[252].

Parcs et jardins[modifier | modifier le code]

Limoges, propose 44 m2 d'espaces verts par habitant, ce qui la place au premier rang des grandes villes vertes. Cette place doit être fortement nuancée, du fait de la superficie hors norme du territoire communal, qui s'étend sur un vaste espace de campagne périurbaine. Ville fleurie récompensée de quatre fleurs au concours des villes et villages fleuris de France, « Lauréat européen » en 2001, « Prix national » en 2002 « Grand Prix national» en 2007[253], la ville qui entre en campagne est dotée de nombreux parcs et jardins publics, qui occupent 2,4 % de sa superficie»[254].

vue de la rivière au parc Victor-Thuillat
Le parc Victor-Thuillat

Le plus ancien est le jardin d'Orsay. Créé par l'intendant Boucher d'Orsay au XVIIIe siècle, à l’ouest du centre-ville, sur les vestiges archéologiques de l’amphithéâtre romain d’Augustoritum, il couvre une superficie de 1,8 ha. Le jardin de l'Évêché, construit à partir de 1777, est l'ancien parc d'agrément du palais épiscopal. Il regroupe, près du musée de l'Évêché, sur environ quatre hectares, un jardin botanique, un jardin à la française et un parc de jeux.

Le Champ de Juillet, situé au pied de la gare des Bénédictins, d'une superficie de 4 ha, est créé au XIXe siècle pour servir de terrain de manœuvre militaire. Doté d'un nom né d'une confusion entre Champ de Mars et la Monarchie de Juillet, il est orné de nombreuses statues. Cet espace, qui accueillait autrefois la Foire-Exposition, est le lieu de la grande fête foraine d’hiver, laquelle se tenait précédemment dans le jardin d’Orsay.

Le parc Victor-Thuillat, du nom d'un conseiller municipal, est l'ancien jardin d'agrément du manoir de la Grange-Garat, devenu public dans les années 1960. D'une superficie de 3,7 ha, situé dans un quartier ouvrier au nord-ouest du centre ville, il offre une rivière anglaise, une collection de plantes vivaces, des parterres fleuris ainsi que des arbres remarquables classés.

Le square des Émailleurs, récemment rénové, la place François-Roosevelt, espace vert sur dalles, et le jardin du musée national Adrien-Dubouché font également partie des espaces verts de la ville.

D'autres espaces verts, plus récents, sont issus de l'expansion de la ville dans la seconde moitié du XXe siècle. C'est la cas du parc de l’Aurence, qui s'étale sur près de 40 ha entre Couzeix et Limoges. Établi dans la vallée de l’Aurence, il borde la ZUP de l’Aurence et les quartiers de Corgnac, Beaublanc et du Vigenal.

Le parc de l’Auzette (seize hectares sur le territoire de Limoges), partant des communes de Panazol et Feytiat, constitue une coulée verte naturelle, trait d’union entre la campagne limousine et le quartier historique des Ponts. Les bords de Vienne constituent deux bandes de verdure, agrémentées de jeux et de structures sportives de Panazol à Condat-sur-Vienne, sur la rive gauche, et de l'autoroute à la nouvelle voie de liaison sud sur la rive droite. La roseraie du Mas-Jambost, route de Saint-Junien, abrite plus de 200 variétés de roses[255]. Le bois de la Bastide (plus de 90 ha), situé entre la zone industrielle Nord et Beaubreuil, issu de la forêt qui entourait le château de la Bastide, est traversé d'un parcours de santé.

Les jardins de l’Évêché, depuis 1943, l'allée de hêtres du château de la Bastide et ses abords, depuis 1945, les jardins de l’évêché et leur extension, les jardins de l’Abbessaille, depuis 1976, sont des sites inscrits. Par ailleurs, 360 arbres de la commune ont été classés, depuis le plan d'occupation des sols de 1995, comme arbres remarquables[256].

Limoges compte également de nombreux jardins privés, dont certains sont régulièrement ou occasionnellement ouverts au public, tels le jardin du Poudrier[257], sur le site d'une demeure du XVIIIe siècle, et le parc des Essarts[258], dans le site inscrit de la vallée de la Mazelle, près de Beaune-les-Mines.

Vie culturelle[modifier | modifier le code]

carte de Limoges avec mention des lieux de culture
Lieux de culture

Limoges abrite plusieurs musées, dont les principaux sont le musée national de la porcelaine Adrien-Dubouché, qui accueille plusieurs collections de porcelaine, de faïence, de grès, de verre et de poterie et le musée des beaux-arts - Palais de l'Évêché qui accueille environ 70 000 visiteurs par an et abrite l'une des plus importantes collections d’émaux du monde[259]. Le musée de la Résistance propose sur une superficie de 1 400 m2 un parcours muséographique qui retrace les faits historiques de la Seconde Guerre mondiale, avec comme fil conducteur la Résistance, l’Occupation et la Déportation en Haute-Vienne[260]. Alors que la Maison traditionnelle de la Boucherie, avec sa boutique, sa cuisine, son écurie-tuerie, sa chambre et son grenier-séchoir à peaux comme le musée des Distilleries limougeaudes sont l’occasion de renouer avec les traditions gastronomiques limousines[261].

Les compagnons du Tour de France, installés dans le quartier de la Cité, présentent au sein de la Cité des métiers et des arts de Limoges[262], une exposition permanente d'œuvres de la Fédération compagnonnique des métiers du bâtiment et des meilleurs ouvriers de France alors que le Fonds régional d'art contemporain (FRAC Limousin), installé dans la galerie des Coopérateurs, ancien entrepôt industriel, possède plus de 1 200 œuvres et présente des expositions tout au long de l'année[263].

Le réseau des bibliothèques municipales de Limoges, qui comprend cinq bibliothèques de quartier, bénéficie d'un site de tout premier plan en centre-ville avec la bibliothèque francophone multimédia de Limoges, structure labellisée « Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale » par le ministère de la Culture. Limoges est, avec Lille et Nice, l'une des rares villes françaises de plus de 100 000 habitants où l’inscription et le prêt sont gratuits pour l'utilisateur car intégralement financés par le contribuable au titre des impôts locaux[264].

photographie de la bibliothèque municipale de Limoges
La BFM
photographie d'une rue de Limoges lors de la frairie des petits ventres
La frairie des petits ventres

Limoges possède cinq centres culturels municipaux, et plusieurs théâtres indépendants dont le théâtre de l'Union-Centre dramatique national, le théâtre Jules-Noriac, le théâtre Expression7, le théâtre de la Passerelle.

L'opéra de Limoges, membre de la Réunion des Opéras de France, propose chaque année une saison d'ouvrages lyriques (opéras, opéras-comiques, opérettes), de ballets, de concerts symphoniques ou de musique de chambre ainsi que des récitals de chant lyrique. Son orchestre, l'Orchestre de Limoges et du Limousin, propose chaque année plusieurs programmes symphoniques qui font l'objet de tournées en Limousin. Le conservatoire à rayonnement régional y dispense des enseignements en musique, danse et art dramatique.

L’ouverture du Zénith de Limoges en mars 2007, réalisé par l'architecte Bernard Tschumi, dote la ville d'une nouvelle salle de spectacle d'une capacité est de 6 000 places. Elle accueille la quasi-totalité des manifestations importantes, des spectacles et des grands concerts.

Limoges, qui compte au milieu du XXe siècle de nombreuses salles de cinéma (Omnia, Olympia, Vox, Star, Colisée, Rex, Les Écrans…), dispose aujourd'hui de deux multiplexes cinématographiques : Grand Écran Centre, de quatorze salles pour 2 450 fauteuils, situé place Denis Dussoubs et Grand Écran Ester (dix salles - 2 000 fauteuils) en périphérie urbaine. Ces deux multiplexes appartiennent au groupe familial limougeaud « Grand Écran »[265] qui possède et exploite également le Lido, un miniplexe d'art et essai de trois salles et 660 fauteuils, dans le quartier de la gare des Bénédictins.

La fédération Hiero gère à Limoges la programmation de spectacles de musiques actuelles, organisés dans diverses salles, dont le centre culturel John Lennon, et dans des café-concerts tels le Woodstock Boogie Bar ou La Fourmi[266].

Langue et culture limousines[modifier | modifier le code]

Limoges, située au nord de l'Occitanie, a pour langue vernaculaire traditionnelle le limousin, une des formes de l’occitan.

Au Moyen Âge, la langue limousine est portée de cour en cour dans toute l'Europe occidentale par les troubadours. L’abbaye Saint-Martial fait de Limoges l'un des centres culturels les plus importants du monde médio-latin.

Les dialectes de l’occitan
L'occitan limousin et le marchois

Mais, si une littérature d’expression occitane particulièrement conséquente est produite et publiée à Limoges depuis le XIIe siècle, la langue française progresse au fil des siècles et fini par s'imposer[Note 6].

Un mouvement culturel régionaliste pan-occitan, le Félibrige, fait néanmoins survivre la langue limousine. Fondé en Provence en 1854, il s'exprime à Limoges par la création en 1923 par trois régionalistes, René Farnier, Jean Rebier et Albert Pestour, d'un groupe folklorique, l’Eicola dau Barbichet[267]. Deux autres groupes issus de cette tendance, mais non affiliés au Félibrige, voient le jour à Limoges : Lou Rossigno do Limouzi[268] et l’Églantino do Lemouzi[269].

Durant les trente glorieuses, André Dexet, alias Panazô, restitue l'occitan limousin au travers de ses romans, et ses articles dans la presse locale[Note 7]. Panazô anime aussi, sur France 3 Limousin Poitou-Charentes, un magazine de treize minutes tous les quinze jours en alternance avec l’Institut d'Études Occitanes de Haute-Vienne. La chaîne publique locale retransmet également quelques émissions de France 3 Aquitaine dans les années 1980. D’autres personnalités prennent la parole en limousin dans les médias limougeauds[Note 8]. Limoges a aussi une revue plus littéraire et linguistique : La Clau lemosina qui parait de 1970 à 2000[Note 9].

Limoges et sa région donnent de grands poètes à la culture occitane, dont Jean-Baptiste Foucaud (1747-1818), Jean Rebier (1879-1966) et, aujourd'hui, Jan dau Melhau.

En 2010, la langue et la culture occitanes sont toujours présentes à Limoges bien que la situation soit moins riche dans les médias que dans les années 1980-1990[Note 10]. Si les trois groupes folkloriques historiques (L’Eicola dau Barbichet, Lou Rossigno do Limouzi et l'Églantino do Lemouzi) sont encore très actifs, les années 1960 et 1970 voient en Limousin, comme partout en France et à travers le monde, la création de nouveaux groupes pratiquant une musique plus traditionnelle que folklorique, interprétée sans costumes et pour un public plus diversifié. Dans la lignée de cette mouvance folk, un département de musique traditionnelle limousine, le 1er en France, est créé en 1987 au Conservatoire à rayonnement régional de Limoges (CRR)[Note 11].

L'Institut d'études occitanes dau Lemosin[270], outre sa librairie, propose des cours pour adultes, des stages de chants et de danse, ainsi qu’un atelier d’écriture[Note 12].

L’office de tourisme de la ville de Limoges, utilisant la langue d’oc comme un atout touristique, organise de temps en temps, depuis l’été 2006, des visites guidées du centre-ville en occitan.

En 2008, Laurent Bourdelas, historien et écrivain limougeaud, publie un Abécédaire de la littérature du Limousin, aux Ardents éditeurs. Constituant la première histoire littéraire de la région et de ceux qui en sont originaires jamais écrite, cet ouvrage recense la majeure partie des auteurs limougeauds[271].

Limoges dans la littérature, la musique et les arts[modifier | modifier le code]

L'image de Limoges archétype de la ville de province se retrouve dans l'œuvre de Molière, personnalisée par et dans Monsieur de Pourceaugnac, héros campagnard, simple d'esprit et rustre. Elle est également perceptible avec la mise en scène du marché de Limoges, dans la septième pièce des Tableaux d'une exposition de Modeste Moussorgski dont l'orchestration en 1922 par Maurice Ravel est la plus connue.

Un important manuscrit de musique d'orgue, le Livre d'orgue de Limoges (Ms 255), rédigé au début du XVIIIe siècle. est conservé à la Bibliothèque francophone multimédia de la ville.

Au milieu du XIXe siècle, cette image se double d'une réputation de ville médiévale. Dans Le Curé de village (1841), Honoré de Balzac le souligne en creux, de façon élégante, au détour d'une phrase positive : « Il (Pierre Graslin) s'était bâti, dans le nouveau quartier de la place des Arbres, destiné à donner à Limoges une physionomie agréable, une belle maison sur le plan d'alignement »[272]. L'image de ville industrielle, et la crise de la porcelaine de Limoges, se retrouvent dans le roman Les Destinées sentimentales, de Jacques Chardonne.

L'histoire sociale et syndicale du Limoges du XIXe siècle, née de l'industrie de la chaussure et de la porcelaine, a donné naissance à de multiples airs et chansons populaires dont certains sont réunis dans un enregistrement de 1986 baptisé Rue de la Mauvendière[273]. Ces mêmes évènements ont inspiré, en 2005, la réalisation du téléfilm 1905, qui se déroule en grande partie à Limoges, dans le contexte de la séparation de l'Église et de l'État. Attaché à cette histoire sociale, dont il sait magnifier l'aspect romantique, Georges-Emmanuel Clancier cite à de nombreuses reprises Limoges dans ses ouvrages, quand il n'en fait pas le lieu essentiel de ses intrigues.

De nombreuses œuvres cinématographiques ont été tournées à Limoges. Ainsi, la Libération de la ville sert de contexte historique à un téléfilm français, Les Camarades, qui relate la vie de jeunes résistants communistes. Le drame de Patrice Chéreau, Ceux qui m'aiment prendront le train, sorti en 1998, comporte des scènes se déroulant au cimetière de Louyat. Limoges est également présente dans Providence d'Alain Resnais (César du meilleur film en 1977), dans Mes petites amoureuses de Jean Eustache réalisé en 1974 (et dans lequel figure Maurice Pialat), ou encore dans Un peu de soleil dans l'eau froide, adapté du livre de Françoise Sagan, et Quelques jours avec moi de Claude Sautet[274].

Si Limoges est absente de l'œuvre d'Auguste Renoir, pourtant natif de la ville, elle reste une importante source d'inspiration pour les artistes locaux, tels Paul-Laurent Courtot ou Auguste Aridas, qui peint le monde ouvrier de la seconde moitié du XIXe siècle.

Train de nuit, un spot publicitaire, destiné à promouvoir le parfum no 5 de Chanel, réalisé par Jean-Pierre Jeunet, avec Audrey Tautou en égérie, est tourné à la gare des Bénédictins en mai 2008. Il est l'expression d'une autre image possible de Limoges, celle d'une capitale discrète de produits de luxe (cuirs, chaussures, émaux, porcelaines)[275].

En outre, Limoges est le sujet de trois timbres postaux. Le premier, émis le 5 octobre 1942, est d'une valeur de 2,40 francs avec surtaxe de 40 centimes au profit du Secours national. Il figure les armoiries de la ville[276]. Le second, mis en vente générale le 26 mars 1955, est un timbre d'une valeur de douze francs. Il représente le pont Saint-Étienne et la cathédrale[277]. Le dernier, émis le 23 mars 2007, représente la gare des Bénédictins et le détail d'une porcelaine de Limoges. Il est d'une valeur faciale de 0,54 euro[278].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Article détaillé : personnalités liées à Limoges.

Natifs de Limoges[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

  • Loup de Limoges (env. 570-637), évêque de Limoges.
  • Adémar de Chabannes (989-1034), chroniqueur, moine de l'abbaye Saint-Martial de Limoges.
  • Bernard Gui (1261-1331), inquisiteur de Toulouse, évêque de Lodève, inhumé à Limoges.
  • Louis Joseph Gay-Lussac (1778-1850), chimiste, physicien et député de Limoges.
  • Émile Labussière, né en 1853 à Bénévent-l'Abbaye (Creuse) et mort en 1924 à Perpignan (Pyrénées-Orientales), personnalité politique du Limousin.
  • Paul-Laurent Courtot (1856-1925), peintre de Limoges.
  • Suzanne Valadon (1865-1938), artiste peintre, régulièrement en villégiature à Limoges.
  • Georges Guingouin (1913-2005), résistant, communiste, chef du maquis du Limousin, libérateur de Limoges.
  • L'acteur Jean Lefebvre (1919-2004) conduit un des premiers trolleybus de Limoges, avant de faire carrière au cinéma et au théâtre.
  • Mario David, acteur français, né le 9 août 1927 à Charleville-Mézières et mort le 29 avril 1996 à Paris, inhumé au cimetière du Louyat de Limoges
  • Jean-Joseph Sanfourche, dit « Sanfourche », peintre et un poète français, né le 25 juin 1929 à Bordeaux et mort le 13 mars 2010 (à 80 ans) à Saint-Léonard-de-Noblat, a vécu a Limoges, enterré au cimetière de Limoges-Louyat.
  • Théo Sarapo (1936-1970), chanteur, comédien, mort à Limoges.
  • Alain Rodet, né le 4 juin 1944 à Dieulefit (Drôme), homme politique français, maire de Limoges pendant 24 ans (1990-2014)
  • Pascal Sevran (1945-2008), parolier, animateur de télévision, mort à Limoges.
  • Patrick Jeudy (1948), réalisateur de télévision.
  • Jean-Charles de Castelbajac (1949), créateur de mode, fait ses débuts à Limoges.
  • Moussa Konaté (1951-2013), écrivain malien y ayant vécu et mort à Limoges.
  • Patrice Carmouze (1951), animateur de télévision, diplômé de la faculté de droit de Limoges.
  • Richard Dacoury (1959), basketteur français, ancien international et joueur emblématique du club de basket de Limoges.
  • Agnès Clancier (1963), romancière, haut-fonctionnaire, ancienne élève du collège Donzelot et du Lycée Gay-Lussac.
  • Pascal Hervé (1964), ancien coureur cycliste, exclu du Tour de France pour dopage en 1998 avec l’équipe Festina, reconverti dans la restauration, Le Comptoir de Bacchus au 3 rue Filles Notre Dame puis La Bicyclette au 15 rue Hubert Curien.
  • Frédéric Forte (1970), joueur et entraîneur de basket-ball à Limoges.
  • Frédéric Weis (1977), ancien basketteur du CSP, responsable de 4 établissements à Limoges : Le Royalty (Place de la République), Le Bombay et Le Kiosque (Place D.Dussoubs) ainsi que La Cantine (rue de Dion Bouton).
  • Michel Bruzat, metteur en scène.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

La devise de Limoges en limousin est Dieus gart la vila e sent Marsals la gent, soit « Dieu protège la ville et saint Martial son peuple ».

 image figurant le blason de la ville de Limoges
Blason de Limoges
  • De gueules, au chef de Saint Martial de carnation, orné à l’antique d’or, ombré de sable, entre deux lettres gothiques d’or S et M ; au chef d’azur, chargé de trois fleurs de lis d’or[279].

Dès le Moyen Âge, Limoges adopte pour emblème l'effigie de saint Martial, son premier évêque, qui a évangélisé le Limousin au IIIe siècle et dont l'abbaye homonyme fondée à Limoges connu un rayonnement immense. Le chef de France est attribué en 1421 par le dauphin, futur Charles VII, en hommage à la résistance des habitants, bourgeois et consuls de la ville contre les Anglais, pour accroître leur cœur à servir la couronne de France[280].

 image figurant le blason de la vicomté de Limoges
Blason du Limousin
  • D’hermine à la bordure de gueules

Dévasté par les Normands au IXe siècle, le Limousin est incorporé de bonne heure à l'Aquitaine. Aliénor d'Aquitaine l'apporte en dot en 1152 à son second mari, Henri Plantagenêt, comte d'Anjou (d'où la bordure rouge), et futur roi d'Angleterre. La vicomté de Limoges, maîtresse de la plus grande partie du Haut Limousin, reste cependant le plus souvent indépendante, et sans vicomte résident. Marie de Comborn, héritière des derniers vicomtes, épouse en 1275 l'héritier des ducs de Bretagne, le futur Arthur II de Bretagne. L'hermine de Bretagne, brisée de la bordure rouge d'Anjou, forme alors les armes de la vicomté[281].

 image figurant le logo de la ville de Limoges Logo de la ville de Limoges

Le logo de la ville de Limoges représente une flamme, qui évoque les arts du feu et les techniques liées : porcelaine, vitrail, émaux et céramique industrielle. Le bleu et le rouge rappellent les couleurs dominantes du blason traditionnel de la ville. La forme ronde du logo, incluant un second rond, plus petit, rappelle l'histoire de la ville et ses deux entités circulaires originelles : la Cité et le Château, bien que chacun soit libre d'y trouver d'autres symbolisations, telles la forme de l'assiette de porcelaine, l'enveloppe architecturale de la technopole ESTER ou encore le ballon de basket du Limoges CSP[282].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laurent Bourdelas, Du Pays et de l'Exil : Un Abécédaire de la Littérature du Limousin, Limoges, Les Ardents Éditeurs,‎ 2008, 223 p. (ISBN 978-2-917032-09-1).
  • Laurent Bourdelas, Plaidoyer pour un limogeage - Un territoire de l'intime, Limoges, Éditions Lucien Souny,‎ 2001, 78 p. (ISBN 2-911551-69-9).
  • Laurent Bourdelas, Histoire de Limoges, La Crèche, Éditions Geste,‎ 2014, 270 p. (ISBN 978-2-36746-213-4).
  • Vincent Brousse, Dominique Danthieux et Philippe Grandcoing, 1905, le printemps rouge de Limoges, Culture et patrimoine en Limousin,‎ 2005, 127 p. (ISBN 2-911167-41-4).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Georges-Emmanuel Clancier, Le Pain noir, Robert Laffont,‎ 1956, 1136 p. (ISBN 2-258-05352-8).
  • Émilie Clauzure et Marie-Louise Mondoly, Limoges, ville-jardins, Culture et patrimoine en Limousin,‎ 2011, 127 p. (ISBN 978-2-911167-68-3).
  • Michel Desforges, Limoges : petite histoire d'une grande ville, Lucien Souny,‎ 2002, 155 p. (ISBN 2-911551-86-9).
  • Paul Ducourtieux, Histoire de Limoges, Limoges, Imprimerie-librairie limousine Ducourtieux,‎ 1925, 459 p.. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean Marc Ferrer et Philippe Grandcoing, Une histoire de Limoges, Culture et patrimoine en Limousin,‎ 2003, 159 p. (ISBN 2-911167-33-3). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean Marc Ferrer et Véronique Notin, L'art de l'émail à Limoges, Culture et patrimoine en Limousin,‎ 2005, 159 p. (ISBN 2-911167-44-9).
  • Gilbert Font, Limoges, le grand bond en avant, deux siècles de transformations 1815-2006, Éd. Lavauzelle,‎ 2006, 450 p. (ISBN 2-7025-1320-4). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Philippe Grandcoing et Michel C. Kiener, Limoges de A à Z, Alan Sutton,‎ 2010, 144 p. (ISBN 978-2-8138-0164-7).
  • Pascal Jourde, Limougeauds (bande dessinée), Lucien Souny,‎ 2004 (ISBN 9782848860190).
  • Lisemarie Lefèvre et Stéphane Capot, D'art et d'histoire, L'Hôtel de Ville de Limoges, 1875-1893, Culture et patrimoine en Limousin,‎ 2009, 126 p. (ISBN 978-2-911167-60-7).
  • Jean Levet, Histoire de Limoges, 2 tomes, Limoges, René Dessagne,‎ 1974.
  • Jean Levet, La maîtrise des bouchers du Château de Limoges, 1630 - 1828, Association Renaissance du vieux Limoges,‎ 2007, 349 p. (ISBN 978-2-9527903-0-7).
  • Jean-Pierre Loustaud, « Limoges antique », Archéologie en Limousin, Limoges, Association des antiquités historiques du Limousin, vol. 5 « supplément »,‎ 2000. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jan dau Melhau, Je me souviens de Limoges, te'n rapelas ?, Édicion dau Chamin de Sent-Jaume,‎ 1999.
  • Merriman, Limoges, la ville rouge : portrait d'une ville révolutionnaire, Belin-Lucien Souny,‎ 1990, 494 p. (ISBN 2-7011-1180-3).
  • Chantal Meslin-Perrier et Marie Segonds-Perrier, Limoges deux siècles de porcelaine, Éd. L'amateur,‎ 2002, 453 p. (ISBN 2-85917-355-2).
  • Marianne Pommier, Limoges, ville de la Francophonie ? Construction d'une politique publique au service de l'image d'une ville, Rennes : Institut d'Études Politiques,‎ 2006.
  • Jean-François Pons, Landouge, un quartier de Limoges, Alan Sutton,‎ 2008, 95 p. (ISBN 9782849108154).
  • Alain Rodet, Limoges, ville d'art et d'histoire, Paris, AD&D,‎ 2009, 158 p. (ISBN 978-2-9527536-1-6).
  • Pierre Saumande, « Mystérieux Limoges souterrain », Lemouzi, no 114 bis,‎ juin 1990.
  • Georges Vérynaud, Limoges, naissance et croissance d'une capitale régionale, Éd. de la Veytisou,‎ 1994 (ISBN 2-907261-43-6).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Histoire

Politique et administration

Culture

Sport

Transports

Enseignement

Patrimoine architectural

Économie

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Définition du mot « Orogène » dans le Larousse : « Type de chaîne de montagnes résultant du rapprochement de deux masses continentales (initialement séparées par un espace océanique) ou bien de type intracontinental »
  2. L'abandon de l'apostolicité de saint Martial doit beaucoup aux travaux de Charles de Lasteyrie (L'Abbaye Saint-Martial de Limoges, A. Picard, Paris, 1901 - thèse de l'École des Chartes, 1899), et à ceux d'Alfred Leroux (La légende de saint Martial dans la littérature et l'art anciens, Limoges, 1911)
  3. Définition de l'Insee : la strate est ici l'ensemble des communes de plus de 100 000 habitants appartenant à un groupement fiscalisé.
  4. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  5. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  6. L’usage de la langue vernaculaire perdure au XXe siècle, de façon anecdotique, dans les quartiers populaires tel celui des Ponts, comme le rapporte « la mémoire ponticaude et ses langues », sur le site de J-C Cavaillé (consulté le 2 avril 2012).
  7. Dans son Journau dé Panazô en 1958, dans L'Écho du Centre avec la chronique du village imaginaire Viro-Tranujo (Tourne-Chiendent) de 1963 à 1977 et sur Radio-Limoges dans l’émission Et hardi qué té deibouaïré !
  8. Yves Lavalade fait, de 1974 à 1997, une Cronica occitana dans L'Écho où il parle des noms de lieux et des mots de la langue d’oc, soit quelque 1 500 chroniques. Le musicien-écrivain Jan dau Melhau anime une émission sur Radio-Limoges : Las cronicas dau saubre-viure (les chroniques du savoir-vivre). L’autre quotidien limougeaud, Le Populaire du Centre, publie une Cronica de Josep Platussat. Les radios associatives font quelques émissions en langue d’oc durant les années 1980.
  9. Son nom signifie La Clé limousine en référence à un poème de l’écrivain provençal Frédéric Mistral : « …qu’un pòble tombe esclau, se tèn sa lenga, tèn la clau que dei cadenas lo desliura (qu’un peuple tombe en esclavage, s’il possède sa langue, il possède la clé, qui de ses chaînes le délivrera) ». La première paraît en 1970 à la fondation du Cercle Limousin d’Études Occitanes (CLÉO) et jusqu’en 2000 : soit cent-trente numéros pendant plus de vingt ans et entre quatre-vingts et cent numéros spéciaux : Solelhs gris, La conjugaison occitane, Peire Lallet, Au país de la metafòra… qui ont grandement contribué à l’édition occitane.
  10. Une demi page tous les dimanches dans Le Populaire du Centre et une gnorle (fable, blague, petite histoire en occitan limousin) dans le mensuel Sillon du diocèse de Limoges.
  11. Y sont enseignées la pratique d’instruments : la chabrette, la vielle à roue, le violon traditionnel et l’accordéon diatonique, mais aussi les danses et la langue occitane à travers le répertoire de chants régionaux.
  12. L’une des participantes à cet atelier, Monique Sarazy, a reçu le deuxième prix de littérature occitane du Val d'Aran (Espagne) en 2005 pour La Lison dau Peirat.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Insee - Population de l'aire urbaine de Limoges, consulté le 17 juillet 2014
  2. « Distance orthodromique de Limoges à Clermont-Ferrand », sur le site Lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 2 avril 2012).
  3. « Distance orthodromique de Limoges à Marennes », sur le site Lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 2 avril 2012).
  4. « Distance orthodromique de Limoges à Paris », sur le site Lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 2 avril 2012).
  5. « Distance orthodromique de Limoges à Bordeaux », sur le site Lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 2 avril 2012).
  6. « Distance orthodromique de Limoges à Toulouse », sur le site Lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 2 avril 2012).
  7. « Histoire géologique du massif central », sur le serveur www3.ac-clermont.fr de l’académie de Clermont-Ferrand (consulté le 2 avril 2012).
  8. « Les roches métamorphiques », sur le site de l'académie de Limoges (consulté le 2 avril 2012).
  9. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur le site de l'Insee (consulté le 2 avril 2012).
  10. « Altitude de Limoges », sur le site Lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 2 avril 2012).
  11. « Sismicité de la France - Métropole - Limoges », sur le site Sisfrance du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) (consulté le 2 avril 2012).
  12. SDAGE, État des lieux : caractéristiques du bassin Loire-Bretagne, t. I, Agence de l’Eau Loire-Bretagne,‎ 3 décembre 2004, 14 p. (lire en ligne), p. 7.
  13. « Carte du réseau », sur le site de Voies navigables de France,‎ juin 2011 (consulté le 2 avril 2012).
  14. « L'Aurence », sur le site du Service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau (Sandre),‎ 2 août 2010 (consulté le 2 avril 2012).
  15. « L'Auzette », sur le site du Service d’administration nationale des données et référentiels sur l’eau (Sandre),‎ 3 août 2010 (consulté le 2 avril 2012).
  16. Vincent Ogloblinsky, « Le Parc de l'Auzette », sur le site Limoges 360° (consulté le 2 avril 2012).
  17. « Situation des nappes – Juin 2011 », sur ADES, portail national d’accès aux données sur les eaux souterraines,‎ 17 juin 2011 (consulté le 5 avril 2012)
  18. « L’eau à Limoges », sur le site de la mairie de Limoges (consulté le 12 avril 2012)
  19. « Pièces à conviction », sur Youtube (consulté le 2 févrirer 2013).
  20. « Réseau de suivi quantitatif des eaux souterraines de la région Limousin », sur le site du BRGM (consulté le 5 avril 2012)
  21. a, b et c Le climat en Limousin (période 1971-2000), Ministère de l'agriculture et de la pêche, [lire en ligne]
  22. « Limousin, climat, type de climat », sur le site Géo.fr du magazine GEO (consulté le 2 avril 2012).
  23. a et b « Climat de Limoges », sur le site linternaute.com de la société Benchmark Group SA (consulté le 2 avril 2012).
  24. « Relevé météorologique de Limoges-Bellegarde », sur le site de Météo-France (consulté le 26 janvier 2013 ).
  25. « Météo-France / Données climatiques du Limousin », sur le site de Météo-France (consulté le 2 avril 2012).
  26. « Les services sur les aires de repos », sur le site internet de la DIR Centre-Ouest,‎ 12 décembre 2007 (consulté le 2 avril 2012).
  27. « Historique », sur le site de l’association pour la route Centre Europe Atlantique (ARCEA) (consulté le 2 avril 2012).
  28. « Les infrastructures routières », sur le site de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du Logement du Limousin (consulté le 2 avril 2012).
  29. « Voie de liaison sud : un projet structurant pour Limoges Métropole », sur le site de la communauté d’agglomération Limoges Métropole,‎ 30 septembre 2005 (consulté le 2 avril 2012).
  30. « Déplacements : le vélo à Limoges », sur le site de la mairie de Limoges (consulté le 2 avril 2012).
  31. « Compagnies aériennes », sur le site de l'aéroport international Limoges-Bellegarde (consulté le 2 avril 2012).
  32. « Vols réguliers, destinations directes », sur le site de l’aéroport international de Limoges (consulté le 3 avril 2012).
  33. « Programme des vols vacances 2012, liste des destinations vacances », sur le site de l’aéroport international de Limoges (consulté le 3 avril 2012).
  34. « La ligne LGV Poitiers-Limoges », sur le site de Réseau ferré de France (RFF) (consulté le 2 avril 2012).
  35. « Opposition à la LGV », sur le site des opposants à la LGV Poitiers Limoges (consulté le 2 avril 2012).
  36. « Les Chemins de Fer des Charentes », sur le site leportailferroviaire.free.fr de Guillaume Bertrand (consulté le 2 avril 2012).
  37. Marc Gayda, André Jacquot, Patricia Laederich et Pierre Laederich, Histoire du réseau ferroviaire français, Valignat (03), Éditions de l’Ormet,‎ 1996, 194 p. (ISBN 2-906575-22-4) ; pp. 36, 38-41 et 66.
  38. « Page d'accueil », sur le site de la société de transport en commun de Limoges Métropole (STCL) (consulté le 2 avril 2012).
  39. « Le réseau Haute-Vienne en car », sur le site du Conseil général de Haute-Vienne (consulté le 2 avril 2012).
  40. « Se promener à Limoges », sur le site Détours en Limousin (consulté le 2 avril 2012).
  41. « Le GR 654 », sur le site de la fédération française de randonnée (consulté le 2 avril 2012).
  42. « Sites classés et sites inscrits », sur le site de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du Logement du Limousin (consulté le 2 avril 2012).
  43. « Toutes les modifications de commune pour le département de la Haute-Vienne (87) de 1930 à 2011. », sur le site de l'Insee,‎ 2011 (consulté le 2 avril 2012).
  44. « Présentation d'ESTER », sur le site d'ESTER Limoges Technopole (consulté le 2 avril 2012).
  45. Bérangère Duplouy, « Portrait des quartiers de Limoges », sur le site de l'Insee,‎ novembre 2003 (consulté le 12 avril 2012).
  46. « Pavillon de la loi Loucheur », sur le site du Conseil de l'urbanisme, de l'architecture et de l'environnement des Hauts-de-Seine (consulté le 2 avril 2012).
  47. Sébastien Champagne, « Le square des Émailleurs », sur le site Détours en Limousin (consulté le 2 avril 2012).
  48. a et b « Résultats du recensement de la population 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 2 avril 2012).
  49. « Historique du logement social à Limoges », sur le site de l'office public de l'habitat de Limoges-Métropole,‎ 2007 (consulté le 2 avril 2012).
  50. « Historique », sur le site de l'office public de l'habitat de Limoges-Métropole,‎ 2007 (consulté le 2 avril 2012).
  51. J.-M. Ferrer et Ph. Grandcoing, Une histoire de Limoges, Culture et patrimoine en Limousin, 2003
  52. « Le verre est-il à moitié plein ou à moitié vide ? », sur le site de l'association Renaissance du Vieux Limoges,‎ 2007 (consulté le 2 avril 2012).
  53. « Ouverture du nouveau musée des Beaux-arts - Palais de l'Évêché », sur le site de la mairie de Limoges,‎ 4 décembre 2010 (consulté le 2 avril 2012).
  54. « Musée de la Résistance », sur le site de la mairie de Limoges,‎ 2011 (consulté le 2 avril 2012).
  55. « Le projet du centre aquatique », sur le site de la communauté d'agglomération Limoges Métropole,‎ 4 mars 2011 (consulté le 2 avril 2012).
  56. « RN 520 - Aménagement à 2x2 voies : contournement Nord de Limoges », sur le site de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du Logement du Limousin (consulté le 2 avril 2012).
  57. « Les équipements », sur le site de la mairie de Limoges (consulté le 2 avril 2012).
  58. « Opérations en phase opérationnelle », sur le site du ministère de la Justice et des Libertés,‎ 13 octobre 2010 (consulté le 2 avril 2012).
  59. « Des vases antiques sous la future cité judiciaire de Limoges », sur le site du ministère de la Justice et des Libertés,‎ 13 octobre 2010 (consulté le 2 avril 2012).
  60. Bénédicte Fénié, Toponymie nord-occitane, Éditions Sud Ouest,‎ 2003, 128 p. (ISBN 2 87901 507 3), p. 8
  61. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : Vol. 1, Genève, Librairie Droz,‎ 1990, 1871 p. (ISBN 978-2-600-02883-7, lire en ligne), p. 154 - n° 2478-2479.
  62. (ca) Josep Massot i Muntaner, Estudis de llengua i literatura Catalanes : Miscel·lània Joan Veny, vol. 8, Publicacions de l'Abadia de Montserrat,‎ 2006, 324 p. (ISBN 9788484157939), p. 134
  63. Jean-Claude Boulanger et Monique Catherine Cormier, Le nom propre dans l'espace dictionnairique général : études de métalexicographie, Niemeyer,‎ 2001, 214 p. (ISBN 9783484391055), p. 53.
  64. « Limoges, 2000 ans d’histoire - D’Augustoritum à Saint-Martial », sur le site de l’office du tourisme de Limoges (consulté le 2 avril 2012)
  65. a et b Jean-Pierre Loustaud, Travaux d'archéologie limousine : Limoges antique, vol. supplément n°5, Limoges,‎ 2000, 80 p., p. 14.
  66. « Limoges, Augustoritum antique », sur le site Limousin Archéo-Aéro de J.R. Perrin (consulté le 12 avril 2012)
  67. Jean-Baptiste L. Roy de Pierrefitte, Études historiques sur les monastères du Limousin & de la Marche : Saint-Martial de Limoges, vol. 1, Guéret, Betoulle,‎ 1857 (lire en ligne), p. 13.
  68. R.P. Ambroise, Histoire de sainte Valérie : Vierge et martyre à Limoges, Paris, Librairie catholique de Périsse frères,‎ 1863, 202 p. (lire en ligne), p. 135.
  69. Paul Ducourtieux, Histoire de Limoges, Marseille, Jeanne Laffitte,‎ 20 décembre 2001, 459 p. (ISBN 978-2862763736, lire en ligne), p. 18
  70. Philippe Clédat, Pays du Limousin : Il était une fois... Limoges., vol. Numéro spécial, Dournazac, PBC Éditions, 96 p. (ISSN 1639 9382), p. 7.
  71. Claude Andrault-Schmitt, Saint-Martial de Limoges: Ambition politique et production culturelle, Limoges, PULIM,‎ 18 septembre 2006, 545 p. (ISBN 2-84287-400-5, lire en ligne), p. 60
  72. Maurice Bouvier-Ajam, Dagobert : Figures de proue, Tallandier,‎ 2000, 438 p. (ISBN 2-235-02253-7, lire en ligne), p. 49
  73. Tomasz Orlowski, Cahiers de civilisation médiévale : La statue équestre de Limoges et le sacre de Charles l’Enfant, vol. 30,‎ 1987, 144 p. (lire en ligne), p. 131,144.
  74. Michel Dillange, Les comtes de Poitou, ducs d'Aquitaine : 778-1204, Mougon, Geste éd., coll. « Histoire »,‎ 1995, ill., couv. ill. en coul. ; 24 cm, 303 p. (ISBN 2-910919-09-9, ISSN 1269-9454, notice BnF no FRBNF35804152), p. 59.
  75. Odile Vincent, « Les retrouvailles anachroniques d’une communauté avec son fondateur : Saintes reliques et définitions territoriales dans la région de Limoges », L’Homme, Paris, Éditions de l'EHESS, no 163,‎ juillet-septembre 2002, p. 83. (ISSN 0439-4216, lire en ligne)
  76. Zénaïde Romaneix, Édition de sermons d’Adémar de Chabannes et du compte rendu du concile de Limoges (novembre 1031) : BnF lat. 2469, fol. 76-112v (abstract d'une thèse de doctorat), École nationale des chartes,‎ 2005 (lire en ligne).
  77. a et b « Les conciles de Limoges, Lemovicensia concilia », sur le site de Serge Jodra (consulté le 2 avril 2012).
  78. « Les douze apôtres », sur le site officiel de l’Église catholique de France (consulté le 2 avril 2012).
  79. Jacques Viret, Le chant grégorien et la tradition grégorienne, L’Age d’Homme,‎ avril 2011, 514 p. (ISBN 2 -8251- 3238-1, lire en ligne), p. 235.
  80. Henri Berr, Revue de synthèse historique, t. 5, Paris, Léopold Cerf,‎ 1902-1908, 135 p. (lire en ligne), chap. 1, p. 67
  81. Jean Fiori, Aliénor d'Aquitaine : La reine insoumise, Paris, Payot & Rivages,‎ 2004, 544 p. (ISBN 9782228898294), p. 134
  82. Jean Fiori, Richard Cœur de Lion, Paris, Payot,‎ 1999, 598 p. (ISBN 2-228-89272-6), p. 233
  83. Jean Tricard, Campagnes limousines du XIVe au XVIe siècle : Originalité et limites d'une reconstruction rurale, Paris, Publications de la Sorbonne,‎ 1996, 285 p. (ISBN 2859442944), p. 17.
  84. M. le comte de Pastoret, Ordonnances des rois de France : de juin 1463 à juin 1467, vol. 16, Paris, Imprimerie royale,‎ 1814, 882 p. (lire en ligne), p. 27.
  85. « La Réforme et les Guerres de religions », sur le site du diocèse de Limoges,‎ 27 janvier 2009 (consulté le 2 avril 2012).
  86. « La Réforme catholique », sur le site du diocèse de Limoges (consulté le 2 avril 2012).
  87. « Limoges visitée par Louis Coulon », sur le site de l'association Renaissance du Vieux Limoges (consulté le 2 avril 2012).
  88. « 2000 ans d'histoire, la cité et le château », sur le site de l'office du tourisme de Limoges (consulté le 12 avril 2012).
  89. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Limoges », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le =2 avril 2012) .
  90. Jean-Jacques Fouché, Francis Juchereau et Gérard Monédiaire, Georges Guingouin : chemin de résistance, Limoges, Lucien Souny,‎ 14 octobre 2003, 91 p. (ISBN 978-2848860091), p. 5
  91. « Les Ponticauds vers 1848 », sur le site « la mémoire ponticaude » de J.-C. Cavaillé (consulté le 2 avril 2012).
  92. « Dates repères », sur le site de la CGT,‎ 5 mai 2008 (consulté le 10 mars 2012).
  93. Alain Deschamps, Josiane Deschamps et Bernard Mériglier, 1905 : les troubles de Limoges, Limoges, Souny éditeur,‎ 1984, 177 p. (ISBN 9782905262059)
  94. Vincent Brousse, Dominique Danthieux et Philippe Grandcoing, 1905, le printemps rouge de Limoges, Culture et patrimoine en Limousin,‎ 2005, 127 p. (ISBN 2-911167-41-4), p. 65
  95. « L'usine Labesse », sur le site du ministère de la Culture (consulté le 2 avril 2012).
  96. Laurent Bourdelas, Histoire de Limoges, Geste,‎ 2014, 270 p. (ISBN 978-2-36746-213-4), p. 107
  97. « Se faire limoger », sur le blog « Vol de mots » d’Étolane,‎ 30 novembre 2006 (consulté le 2 avril 2012).
  98. Philippe Nivet, « Les réfugiés de guerre dans la société française (1914-1946) », Histoire, économie et société, Paris, C.D.U. et S.E.D.E.S., vol. 23, no 2,‎ 2004, p. 247-259 (ISSN 0752-5702, lire en ligne).
  99. Lazare Landau, « La communauté de Strasbourg-Limoges (1939-1944) », sur Le judaïsme d'Alsace et de Lorraine (consulté le 2 avril 2012).
  100. Jacques Valery, « Maquis Limousin, champ de bataille secret qui sauva le débarquement allié de Normandie : Colloque du 19 Octobre 1994 au sénat sur « Le rôle des maquis dans la Libération de la France» », sur des Amis du musée de la résistance du département de la Haute-Vienne (consulté le 2 avril 2012).
  101. http://www.asmp.fr/travaux/communications/2006/amouroux.htm
  102. « Résultats des élections cantonales de 2011 à Limoges », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 2 avril 2012).
  103. « Les résultats de l'élection présidentielle de 2007 à Limoges », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 2 avril 2012).
  104. « Les résultats de l'élection présidentielle de 2007 en France », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 2 avril 2012).
  105. « Les élections municipales de 2008 », sur le site de la mairie de Limoges (consulté le 3 avril 2012).
  106. « HAUTE VIENNE (87) - Limoges », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 3 avril 2014).
  107. Art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  108. http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/2014/04/01/lombertie-presente-ses-futurs-adjoints_1944317.html
  109. « Les élus », sur le site de la mairie de Limoges (consulté le 2 avril 2012).
  110. Manon Recan et Ulrich Lebeuf, « Municipales : comment la gauche a perdu Limoges », Lemonde.fr,‎ 6 avril 2014 (consulté le 6 avril 2014)
  111. « La réforme judiciaire de la carte judiciaire », sur le site du ministère de la Justice et des Libertés,‎ 5 janvier 2011 (consulté le 2 avril 2012).
  112. « Le Tribunal de grande instance », sur le site Service-Public.fr,‎ 15 septembre 2011 (consulté le 2 avril 2012).
  113. « Le conseil de Prud'hommes de Limoges », sur le site Service-Public.fr,‎ 15 septembre 2011 (consulté le 2 avril 2012).
  114. « Greffe du tribunal de commerce de Limoges », sur le site Info Greffes (consulté le 2 avril 2012).
  115. « Cour d'assises », sur le site du ministère de la Justice et des Libertés,‎ 1er janvier 2012 (consulté le 2 avril 2012).
  116. « Coordonnées du tribunal administratif de Limoges », sur le site du Conseil d'État (consulté le 2 avril 2012).
  117. « Histoire du tribunal administratif de Limoges », sur le site du Conseil d’État (consulté le 2 avril 2012).
  118. « Organisation du tribunal administratif de Limoges », sur le site du Conseil d'État (consulté le 2 avril 2012).
  119. « La Cour administrative d'appel de Bordeaux », sur le site du Conseil d'État (consulté le 2 avril 2012).
  120. « Maison d'arrêt de Limoges », sur le site du ministère de la Justice et des Libertés,‎ 8 avril 2009 (consulté le 2 avril 2012).
  121. « 13ème législature, question n°581 de M. Vergnier Michel au ministère de la justice », sur le site de l'Assemblée Nationale,‎ 17 mars 2009 (consulté le 2 avril 2012).
  122. « Halte Vincent », sur le site de l'association Ban Public (consulté le 2 avril 2012).
  123. « Le territoire de la communauté d'agglomération », sur le site de la communauté d’agglomération Limoges Métropole,‎ 4 janvier 2011 (consulté le 2 avril 2012).
  124. « Le pays de Limoges », sur le site de la communauté d’agglomération Limoges Métropole (consulté le 2 avril 2012).
  125. « Les actions de l’Agenda 21 », sur le site de la communauté d’agglomération Limoges Métropole (consulté le 2 avril 2012).
  126. « La gestion des déchets », sur le site de la communauté d’agglomération Limoges Métropole (consulté le 2 avril 2012).
  127. « Les déchèteries », sur le site de la communauté d’agglomération Limoges Métropole (consulté le 2 avril 2012).
  128. « La qualité de l’air », sur le site de la communauté d’agglomération Limoges Métropole (consulté le 2 avril 2012).
  129. « Risques naturels et technologiques du DICRIM de Limoges », sur le site de la mairie de Limoges,‎ avril 2009 (consulté le 2 avril 2012).
  130. « Les comptes de la commune de Limoges », sur le site du ministère de l'économie et des finances (consulté le 2 avril 2012).
  131. a et b « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des affaires étrangères et européennes (consulté le 2 avril 2012).
  132. « Populations légales 2011 de Limoges », sur le site de l'Insee (consulté le 17 juillet 2014).
  133. « Unité urbaine 2010 de Limoges », sur le site de l’Insee,‎ 2011 (consulté le 17 juillet 2014).
  134. « Insee - Chiffres clés : Aire urbaine 2010 de Limoges », sur le site de l'Insee,‎ 2011 (consulté le 17 juillet 2014).
  135. « Zonage en aires urbaines 2010 de Limoges », sur le site de l'Insee,‎ 2010 (consulté le 2 avril 2012).
  136. « Populations légales 2011 des régions de France métropolitaine », sur le site de l’Insee (consulté le 17 juillet 2014).
  137. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  138. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  139. Pyramide des âges de Limoges 1999 sur le site de l'Insee
  140. Pyramide des âges de Limoges 2011 sur le site de l'Insee
  141. « L’éducation à Limoges », sur le site de la mairie de Limoges (consulté le 2 avril 2012).
  142. « Calandreta Lemosina : qu'es ' quò ? », sur le site de l’association Calandreta de Limoges (consulté le 2 avril 2012).
  143. « Carrefour des étudiants, tabul 2010-2011 », sur le site de l’Université de Limoges (consulté le 5 avril 2012).
  144. « Les quatre sites de Limoges », sur le site de l’Université de Limoges (consulté le 5 avril 2012).
  145. « Campus de la Borie », sur le site de l’Université de Limoges (consulté le 5 avril 2012).
  146. « Un outil d'expertise et de formation au service du sport », sur le site du Centre de droit et d’économie du sport (CDES) (consulté le 2 avril 2012).
  147. « Campus de Vanteaux », sur le site de l’Université de Limoges (consulté le 5 avril 2012).
  148. « 130 ans de formation à la création et à l’innovation », sur le site de l’École nationale supérieure d’Art de Limoges (ENSA de Limoges) (consulté le 5 avril 2012).
  149. « Présentation », sur le site de l’Institut d'ingénierie informatique de Limoges (3IL) (consulté le 5 avril 2012).
  150. « Assurez votre avenir », sur le site de l’École nationale supérieure d’ingénieurs de Limoges (ENSIL) (consulté le 5 avril 2012).
  151. « Vous avez dit céramique ? », sur le site de l’École nationale supérieure de céramique industrielle (ENSCI) (consulté le 5 avril 2012).
  152. « Centre-ville de Limoges », sur le site de l’Université de Limoges (consulté le 5 avril 2012).
  153. « Centre national de formation aux métiers de l'eau (CNFME) », sur le site de l'Office international de l'Eau (consulté le 2 avril 2012).
  154. « Deux cycles de formation », sur le site de l’École supérieure de commerce, de communication et de gestion (Es2C Limoges) (consulté le 2 avril 2012).
  155. « Foires, brocantes et fêtes foraines », sur le site de la mairie de Limoges,‎ 2011 (consulté le 12 avril 2012).
  156. « Halles et marchés de plein air », sur le site de la mairie de Limoges,‎ 2011 (consulté le 12 avril 2012).
  157. « 73e foire de limoges », sur le site officiel de la foire de Limoges,‎ 2009 (consulté le 12 avril 2012).
  158. « Foires, brocantes et fêtes foraines », sur le site de la mairie de Limoges,‎ 2012 (consulté le 12 avril 2012)
  159. Jean-Marie Mallet-Guy, « Les Ostensions limousines », sur le site du diocèse de Limoges,‎ octobre 2008 (consulté le 2 avril 2012).
  160. « La Frairie des petits-ventres », sur le site de l'association Renaissance du Vieux Limoges (consulté le 2 avril 2012).
  161. « Page d'accueil », sur le site des Francophonies en Limousin (consulté le 2 avril 2012).
  162. « Le Festival Danse Émoi », sur le site de la mairie de Limoges (consulté le 2 avril 2012).
  163. « Webdesign International Festival born in Limousin », sur le site du Webdesign International Festival (Wif) (consulté le 2 avril 2012).
  164. « Les grands événements culturels : Lire à Limoges », sur le site de la mairie de Limoges (consulté le 2 avril 2012).
  165. « Les grands événements culturels : Itinéraires Photographiques en Limousin (IPEL) », sur le site organisateur (consulté le 20 septembre 2012).
  166. « Les grands événements culturels : Marché des Artistes à Limoges », sur le site organisateur (consulté le 20 septembre 2012).
  167. « Les offs », sur le site du festival de court-métrage de Limoges (consulté le 2 avril 2012).
  168. « Festival Cuivres en Fête, Cuivres & Percussions », sur le site du festival Cuivres en Fête (consulté le 2 avril 2012).
  169. « Programmation Festival Pop sur la Ville 2009 », sur le site de l'Agence de Valorisation économique et Culturelle du Limousin (consulté le 2 avril 2012).
  170. « Page d'accueil », sur le site du festival Éclats d'émail (consulté le 2 avril 2012).
  171. a et b Chiffres clés, Centre hospitalier régional universitaire de Limoges, p. 14, [lire en ligne]
  172. « Nos hôpitaux », sur le site du centre hospitalier universitaire de Limoges (consulté le 2 avril 2012).
  173. « Notre CHU », sur le site du centre hospitalier universitaire de Limoges (consulté le 2 avril 2012).
  174. « Chiffres clefs », sur le site du centre hospitalier Esquirol (consulté le 2 avril 2012).
  175. « Histoire de la clinique », sur le site de la clinique des Émailleurs (consulté le 2 avril 2012).
  176. « Historique », sur le site de la clinique François-Chénieux (consulté le 2 avril 2012).
  177. « Page d'accueil », sur le site de la clinique du Colombier (consulté le 2 avril 2012).
  178. « La maison médicale de Limoges », sur le site de l'agence régionale de santé (consulté le 2 avril 2012).
  179. « Historique », sur le site du Centre de droit et d’économie du sport (consulté le 2 avril 2012).
  180. « Flash FM - Accueil », sur le site internet de Flash FM (consulté le 2 avril 2012).
  181. « RCF Email Limousin - Radio chrétiennes francophones », sur le site internet de RCF Radio Émail (consulté le 2 avril 2012).
  182. « RTF, un rythme d'avance », sur le site internet de RTF Limoges (consulté le 2 avril 2012).
  183. « Swing FM - Accueil », sur le site internet de Swing FM (consulté le 2 avril 2012).
  184. « Histoire », sur le site du diocèse de Limoges (consulté le 2 avril 2012).
  185. « Les paroisses », sur le site du diocèse de Limoges (consulté le 2 avril 2012).
  186. « Communauté Franciscaine à Limoges », sur le site des Franciscains (consulté le 2 avril 2012).
  187. « Le centre paroissial de Limoges », sur le site de l’Église réformée de France (consulté le 2 avril 2012).
  188. « Église de Limoges », sur le site de l’Union des fédérations adventistes de France, de Belgique et de Luxembourg (consulté le 2 avril 2012).
  189. « Église évangélique Source de vie de Limoges », sur l’annuaire chrétien des églises Pentecôtistes (consulté le 2 avril 2012).
  190. « L’équipe de Limoges », sur le site de La ‘Hazac (consulté le 2 avril 2012).
  191. « Limoges », sur le site de l’annuaire musulman (consulté le 2 avril 2012).
  192. « Mission de Limoges », sur le site de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours (consulté le 2 avril 2012).
  193. « Les témoins de Jéhovah », sur le site de la mairie de Limoges (consulté le 2 avril 2012).
  194. Louis Pérouas, Michel Laguionie et Roger Mériglier, Franc-maçonnerie et antimaçonnisme en Limousin : amorces d'un dialogue, Presses Universitaires de Limoges,‎ janvier 2002, 57 p. (ISBN 2-84287-248-7, lire en ligne), p. 35,36.
  195. « La franc-maçonnerie en Haute-Vienne », sur le site Masgnaud (consulté le 2 avril 2012).
  196. « Les francs-maçons construisent leur temple », sur le site du quotidien Le Populaire,‎ 2 décembre 2011 (consulté le 2 avril 2012).
  197. « Bienvenu », sur le site de la R:. L:. La Rose du Parfait Silence à l’Orient de Limoges (consulté le 2 avril 2012).
  198. « Les Ostensions limousines », sur le site du Comité départemental du tourisme de Haute-Vienne (consulté le 2 avril 2012).
  199. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur le site de l'Insee (consulté le 2 avril 2012).
  200. a, b, c et d Portrait chiffré de la région Limousin : Chiffres Insee, connaissance Locale de l'Appareil Productif 2004, Conseil régional du Limousin et Limousin Expansion,‎ 2007
  201. « Legrand France à Limoges », sur le registre du commerce via la base societe.com (consulté le 3 avril 2012).
  202. « Les catégories socioprofessionnelles », sur le site de l'Insee (consulté le 2 avril 2012).
  203. INSEE - chômage à Limoges au 3e trimestre 2012.
  204. « Limoges, chiffres clés », sur le site de l'Insee (consulté le 2 avril 2012).
  205. « Les émaux contemporains de Limoges », sur le site d’Émoluxe (consulté le 2 avril 2012).
  206. « Les maîtres verriers de Limoges », sur le site du Comité départemental du tourisme en Haute-Vienne (consulté le 2 avril 2012).
  207. « Limoges, capitale des arts du Feu », sur le site de l'Office du tourisme de Limoges (consulté le 2 avril 2012).
  208. Jean-Pierre Larivière, L’industrie à Limoges et dans la vallée limousine de la Vienne, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal,‎ janvier 1968, 178 p. (ISBN 978-2-84516-052-1, lire en ligne), p. 70.
  209. Limoges, chiffres clés : Emploi, population active : EMP T8, emplois selon le secteur d’activité,‎ 2008, 19 p. (lire en ligne), p. 6.
  210. « Le pôle européen de la céramique », sur le site du pôle européen de la céramique (consulté le 2 avril 2012).
  211. « Pôle de compétitivité européen à Limoges », sur le site d'Élopsys (consulté le 2 avril 2012).
  212. « Zone d’activité Nord de Limoges », sur le site de la société d’équipement du Limousin (SELI) (consulté le 3 avril 2012).
  213. « Parc d'activité Romanet », sur le site de la société d’équipement du Limousin (SELI) (consulté le 3 avril 2012).
  214. « Ester Technopole », sur le site de la société d’équipement du Limousin (SELI) (consulté le 3 avril 2012).
  215. « Chiffres clés », sur le site d'Ester Technopole,‎ 2011 (consulté le 2 avril 2012).
  216. « Limoges und Limousin Haus », sur le site de la ville de Fürth (consulté le 2 avril 2012).
  217. « Le réseau UNIC », sur sur le site du pôle européen de la céramique,‎ 26 novembre 2010 (consulté le 2 avril 2012).
  218. « Le musée des Distilleries Limougeaudes », sur le site Aventurier.fr (consulté le 2 avril 2012).
  219. « La distillerie du Centre », sur le site Tourisme Économique,‎ 2009 (consulté le 2 avril 2012).
  220. « Brasserie Mapataud », sur le site Capsules de bières françaises (consulté le 2 avril 2012).
  221. « Les bières de Limoges », sur le site de la brasserie Michard (consulté le 2 avril 2012).
  222. « On vous change la ville », sur le site « Cœur de Limoges » de la mairie de Limoges (consulté le 2 avril 2012).
  223. « Ville d’art et d’histoire, un label d’excellence et de qualité », sur le site de la ville de Limoges,‎ 24 janvier 2008 (consulté le 2 avril 2012).
  224. Gilbert Font, Limoges, le grand bond en avant : Deux siècles de transformations 1815-2006, Limoges, Éditions Lavauzelle,‎ 2006 (ISBN 2-7025-1320-4, lire en ligne), p.178 -179.
  225. « Présentation de la base Architecture-Mérimée », sur Base Mérimée du ministère de la culture (consulté le 29 décembre 2009) ; il faut effectuer une requête dans la base de données Architecture avec les termes Limoges et MH pour obtenir la liste.
  226. « Patrimoine mobilier classé à Limoges », sur la base Palissy du ministère de la Culture (consulté le 2 avril 2012).
  227. « Crypte Saint-Martial », base Mérimée, ministère français de la Culture
  228. « Hôtel Estienne de la Rivière », base Mérimée, ministère français de la Culture
  229. « Hôtel Maledent de Feytiat », base Mérimée, ministère français de la Culture
  230. « Le four des Casseaux », sur le site de l'association Espace Porcelaine,‎ 2010 (consulté le 2 avril 2012).
  231. « La Maison du peuple », sur le site du ministère de la Culture,‎ 2009 (consulté le 3 avril 2012).
  232. « Lycée Turgot », base Mérimée, ministère français de la Culture
  233. « L’école Féret-du-Longbois », sur le site de la Direction régionale des affaires culturelles du Limousin (DRAC Limousin),‎ 2009 (consulté le 2 avril 2012).
  234. « Le château d’eau de Beaubreuil », sur le site de la Direction régionale des affaires culturelles du Limousin (DRAC Limousin),‎ 2009 (consulté le 2 avril 2012).
  235. « Le garage Dussagne », sur le site de la Direction régionale des affaires culturelles du Limousin (DRAC Limousin),‎ 2009 (consulté le 2 avril 2012).
  236. « L’École d’Art décoratif », sur le site de la Direction régionale des affaires culturelles du Limousin (DRAC Limousin),‎ 2009 (consulté le 2 avril 2012).
  237. « Les bâtiments de Limoges disposant du label Patrimoine du XXème siècle », sur le site de la Direction régionale des affaires culturelles du Limousin (DRAC Limousin),‎ 2009 (consulté le 2 avril 2012).
  238. « Le château de Fontgeaudrant », sur le site internet Vacanceslimousin.com (consulté le 2 avril 2012).
  239. « Le Carmel en France, Limoges », sur le site du Carmel de Limoges (consulté le 2 avril 2012).
  240. « La maison Jouxtens », sur le site du ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer (consulté le 2 avril 2012).
  241. « La cour du temple », sur le site du Petit Futé (consulté le 2 avril 2012).
  242. « Les bouchers de Limoges », sur le site de la confrérie Saint-Aurélien (consulté le 2 avril 2012).
  243. « Les souterrains de Limoges », sur le site de l'association ArchéA (consulté le 2 avril 2012).
  244. « Au fil d'une visite-découverte, le souterrain de la Règle », sur le site de la mairie de Limoges (consulté le 2 avril 2012).
  245. Julien Denis, Gallia : le baptistère de Limoges (Haute-Vienne), vol. 63, Paris, Centre national de la recherche scientifique (CNRS),‎ 2006, 336 p. (lire en ligne), p. 125,129.
  246. « Baptistère de Limoges, fin des fouilles complémentaires », sur le site de la Société archéologique et historique du Limousin (SAHL),‎ 10 février 2006 (consulté le 2 avril 2012).
  247. « Amphithéâtre gallo-romain », base Mérimée, ministère français de la Culture
  248. « Villa gallo-romaine de Brachaud », base Mérimée, ministère français de la Culture
  249. « La villa de Brachaud », sur le site Détours en Limousin (consulté le 3 avril 2012)
  250. « Château de Beauvais », base Mérimée, ministère français de la Culture
  251. « Allée de hêtres du château de la Bastide et ses abords », sur le site du ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer (consulté le 2 avril 2012).
  252. « Le château hôtel de Faugeras », sur le site Hébergement et golf.com (consulté le 2 avril 2012).
  253. « Limoges », sur le site Villes et villages fleuris,‎ 30 janvier 2008 (consulté le 2 avril 2012).
  254. PLU de Limoges, rapport de présentation : seconde partie : État du patrimoine naturel, Limoges, Mairie de Limoges,‎ 27 septembre 2007, 139 p. (lire en ligne [PDF]), p. 115.
  255. « Limoges, parcs et jardins », sur www.echos-du-limousin.com (consulté le 2 avril 2012).
  256. PLU de Limoges, rapport de présentation : seconde partie : Etat du patrimoine naturel, Limoges, Mairie de Limoges,‎ 27 septembre 2007, 139 p. (lire en ligne [PDF]), p. 121 à 129.
  257. « Le jardin du Poudrier », sur le site du Comité des parcs et jardins de France (consulté le 2 avril 2012).
  258. « Château et le parc des Essarts », sur le site du ministère de la Culture (consulté le 2 avril 2012).
  259. « Venez découvrir le Palais », sur le site du musée des beaux-arts de limoges (consulté le 2 avril 2012).
  260. « Musée de la Résistance à Limoges », sur le site Tourisme en Haute-Vienne (consulté le 2 avril 2012).
  261. « Le musée des distilleries limougeaudes », sur le site de la distilleries du centre (consulté le 2 avril 2012).
  262. « Les compagnons du tour de France », sur le site de la Cité des métiers et des arts de Limoges (consulté le 2 avril 2012).
  263. « Qu'est-ce que le FRAC ? », sur le site du fonds régional d'art contemporain Limousin (consulté le 2 avril 2012).
  264. « Inscription et prêt », sur le site de la Bibliothèque francophone multimédia de Limoges (BFM) (consulté le 2 avril 2012).
  265. « À propos du groupe Grand Écran », sur le site des cinémas Grand écran (consulté le 2 avril 2012).
  266. « Hiero à Limoges », sur le site de la fédération Hiero (consulté le 2 avril 2012).
  267. « L’Eicola dau Barbichet », sur le site de la bibliothèque francophone multimédia de Limoges (BFM),‎ 17 décembre 2008 (consulté le 2 avril 2012).
  268. « Origine de Lou Rossigno do Limouzi », sur le site du groupe folklorique « Lou Rossigno do Limouzi » (consulté le 2 avril 2012).
  269. « L'Églantino do Lemouzi », sur le site de la bibliothèque francophone multimédia de Limoges (BFM),‎ 3 février 2009 (consulté le 2 avril 2012).
  270. « Assisas per l'occitan en Lemosin », sur le site de l'institut d'études occitanes,‎ 7 juin 2006 (consulté le 2 avril 2012).
  271. « Du pays et de l'exil, un Abécédaire de la littérature en Limousin », sur le site des Ardents éditeurs (consulté le 2 avril 2012).
  272. Honoré de Balzac, Le Curé de village, vol. XIII, Charles Furne,‎ 1852 (lire en ligne), p. 525.
  273. Rue de la Mauvendière, vinyle réédité et numérisé en 2005, avec Philippe Destrem, Françoise Etay et Jean-Jacques Le Creurer, à l'occasion du centenaire des grèves et manifestations ouvrières de 1905.
  274. « Limoges », sur le site Lieux de Tournage Cinématographique,‎ 2 juin 2008 (consulté le 2 avril 2012).
  275. « Chanel N°5 - Train de Nuit / Version Courte », sur le site dailymotion,‎ 4 mai 2009 (consulté le 2 avril 2012).
  276. « Armoiries de Limoges - Timbre de 1942 », sur le site phil-ouest.com,‎ 12 mai 2009 (consulté le 2 avril 2012).
  277. « Le pont Saint-Étienne sur la Vienne et la cathédrale », sur le site phil-ouest.com,‎ 2 juin 2009 (consulté le 2 avril 2012).
  278. « Timbre émis à l'occasion du salon philatélique de printemps 2007 à Limoges organisé par la CNEP », sur le site phil-ouest.com,‎ 10 février 2009 (consulté le 2 avril 2012).
  279. Victor Adolphe Malte-Brun, La France illustrée : géographie, histoire, administration statistique, t. 6, Paris, Jules Rouff,‎ 1884, 256 p. (lire en ligne), p. 27.
  280. « Limoges (Haute-Vienne) », sur le site de la société vexillologique de l'Ouest (consulté le 2 avril 2012).
  281. « Limousin (Province) », sur le site de la société vexillologique de l'Ouest (consulté le 2 avril 2012).
  282. « Le logo de la ville de Limoges », sur le site de Lucas Destrem (consulté le 2 avril 2012).
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 3 mai 2012 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.