Martin Karplus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Martin Karplus en 2013

Martin Karplus (né le 15 mars 1930 à Vienne en Autriche) est un chimiste théoricien austro-américain[1]. Il est professeur à l’université Harvard depuis 1979 et directeur du Laboratoire de chimie biophysique, un laboratoire commun du CNRS et de l’université de Strasbourg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Martin Karplus, juif, a échappé à la Shoah en émigrant aux États-Unis[2].

Il obtient sa maitrise de l’université Harvard en 1950 et son doctorat du California Institute of Technology en 1953 dans le groupe de Linus Pauling. Il a effectué un post-doctorat à l’université d'Oxford de 1953 à 1955 dans le groupe de Charles Coulson. Son frère, Robert Karplus, était physicien à l'université de Californie à Berkeley.

Contribution scientifique[modifier | modifier le code]

Martin Karplus a contribué de manière significative dans de nombreux domaines de la chimie physique : en résonance magnétique nucléaire, en dynamique chimique, en chimie quantique et plus particulièrement en dynamique moléculaire avec des simulations de macromolécules biologiques.

En résonance magnétique nucléaire, il a effectué des contributions variées, en particulier dans la compréhension des couplages nucléaires spin-spin et de la résonance paramagnétique électronique. Il a publié une équation, qui a été connue ensuite comme l’équation de Karplus, qui décrit la relation entre les constantes de couplage proton-proton à 3 liaisons et les angles diédraux en résonance magnétique nucléaire. Cette équation a permis de corréler les observations de cette spectroscopie avec la structure moléculaire.

Avec Andrew McCammon et Bruce Gelin, il a publié la première simulation en dynamique moléculaire d'une protéine.

Martin Karplus tient une chaire à l’Université de Strasbourg à l’initiative du prix Nobel de chimie strasbourgeois Jean-Marie Lehn[3].

Martin Karplus a reçu le prix Nobel de chimie en 2013, conjointement avec Michael Levitt et Arieh Warshel.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Press Release, the Nobel Prize in Chemistry 2013, le 9 octobre 2013.
  2. « Martin Karplus, un Prix Nobel sauvé de la Shoah », sur lepoint.fr,‎ 9 octobre 2013
  3. [1] « Le Nobel de Chimie à un trio spécialiste de la modélisation des réactions chimiques dont Martin Karplus titulaire d’une chaire à l'université de Strasbourg », sur le site dna.fr du 9 octobre 2013.
  4. « Le prix Nobel Jean-Marie Lehn grand officier de la légion d'honneur », sur le site dna.fr, 20 avril 2014.

Liens externes[modifier | modifier le code]