Équipe du Cameroun de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article traite de l'équipe masculine. Pour l'équipe féminine, voir Équipe du Cameroun de football féminin.

Drapeau : Cameroun Équipe du Cameroun

Écusson de l' Équipe du Cameroun
Généralités
Confédération CAF
Emblème Le Lion
Couleurs vert, rouge et jaune
Surnom Les Lions indomptables
Stade principal Stade omnisports
Classement FIFA en diminution 50e (13 mars 2014)[1]
Personnalités
Sélectionneur Drapeau : Allemagne Volker Finke
Capitaine Samuel Eto'o
Plus sélectionné Rigobert Song (137)
Meilleur buteur Samuel Eto'o (55)

Rencontres officielles historiques

Premier match 13 avril 1960 (9-2 Drapeau : France Somalie française)
Plus large victoire 9-2 Drapeau : France Somalie fr. (13 avril 1960)
Plus large défaite 1-6 Drapeau : Norvège Norvège (31 octobre 1990)
1-6 Drapeau : Russie Russie (28 juin 1994)
0-5 Drapeau : Costa Rica Costa Rica (9 mars 1997)

Palmarès

Coupe du monde Phases finales : 6
Quart de finale en 1990
Coupe d'Afrique Phases finales : 16
Vainqueur (4) en 1984, 1988, 2000 et 2002
Championnat d'Afrique Phases finales : 1
Quart de finale en 2011
Jeux olympiques Médaille d'or en 2000

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la compétition en cours, voir :
Cameroun à la Coupe du monde 2014

L'équipe du Cameroun de football est la sélection de joueurs camerounais représentant le pays lors des compétitions internationales de football masculin, sous l'égide de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT).

Les « Lions indomptables » ont remporté la Coupe d'Afrique des nations à quatre reprises, en 1984, 1988, 2000 et 2002. Ils ont terminé au total sept fois sur le podium. Le Cameroun a participé par ailleurs à six phases finales de la Coupe du monde, le record en Afrique, et en a notamment atteint les quarts de finale en 1990. Ils se qualifient pour la 7e fois à une Coupe du monde en 2014.

Parmi les joueurs de football ayant marqué l'histoire de la sélection, plusieurs ont remporté les trophées du Ballon d'or africain puis du Joueur africain de l'année : Samuel Eto'o, quatre fois, Roger Milla et Thomas Nkono deux fois, Jean Manga Onguéné, Théophile Abega et Patrick Mboma.

La sélection est résidente du Stade omnisports Ahmadou Ahidjo, situé à Yaoundé.

Historique[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

Le football fait son apparition au Cameroun au début des années 1920, alors qu'il est grande partie sous tutelle de la France depuis la fin de la Première Guerre mondiale. Deux noms sont connus : Charles Lalanne, un instituteur et commerçant installé à Douala après 1918[2], et Georges Goethe, un agent commercial et photographe Sierra-Léonais, arrivé dans le pays en 1922 à la demande de son employeur[3]. Goethe fonde en 1924 la première équipe de football du pays, le « Club athlétique du Cameroun » (CAC), qui est bientôt rejointe par d'autres[4],[5].

En septembre et octobre 1950, une sélection de joueurs camerounais fait une tournée en France et dispute notamment un match face à l'OGC Nice (2-3)[3]. À la fin des années 1950, les premiers joueurs camerounais font leur arrivée dans le championnat de France de football, une compétition professionnelle : Zacharie Noah, arrivé en France à 11 ans pour ses études, débute en 1956, à 19 ans, au Stade Saint-Germain, avant de faire carrière à l'UA Sedan-Torcy[6] ; Samuel Edimo et Frédéric N'Doumbé à partir de 1957 ; Gabriel Abossolo aux Girondins de Bordeaux de 1959 à 1969, etc.[7].

Les débuts officiels (1960-1980)[modifier | modifier le code]

La Fédération camerounaise de football est créé début 1959 en remplacement de la Ligue de football du Cameroun, avant même que le pays n'accède à l’indépendance, le 1er janvier 1960[3]. Un championnat national est créé en 1961. La Fédération obtient son affiliation à la FIFA en 1962 et devient membre de la Confédération africaine de football en 1963[3].

Le premier match du Cameroun indépendant se déroule le contre la Somalie française. Ce match est historique, puisqu'il s'agit à la fois du premier match et de la plus large victoire des Camerounais (9-2). Le Cameroun n'est pas encore une grande puissance footballistique, malgré la victoire de l'Oryx Douala lors de la première édition de la Coupe des clubs champions africains en 1964. En 1963, l'ancien international français Dominique Colonna arrive à la tête de la sélection et accompagne jusqu'en 1970 sa montée en puissance. Début 1967, le Cameroun prend part pour la première fois à des qualifications, pour la Coupe d'Afrique des nations de 1968, la 6e édition du tournoi continental : les Camerounais s'inclinent en Tunisie (4-0), tiennent en échec le Congo-Brazzaville à Yaoundé (1-1) puis s'inclinent au retour à Brazzaville (2-1), et sont logiquement éliminés[r 1].

Deux ans plus tard, le Cameroun se qualifie pour la première fois à la CAN en battant l'Ouganda puis la Zambie. Les « Français » Gabriel Abossolo et Emmanuel Koum intègrent un groupe dominé par le Canon Yaoundé et l'Oryx Douala. Au premier tour de la Coupe d'Afrique des nations en 1970 il remporte ses deux matchs face à la Côte d'Ivoire et l'Éthiopie (3-2) mais est éliminé à la différence de buts après une défaite face au Soudan. Emmanuel Koum, Jean-Baptiste Ndoga et Jean-Marie Tsébo ont chacun marqué deux buts[r 2].

Le Cameroun obtient l'organisation de la Coupe d'Afrique des nations de 1972 et construit pour cela deux grands stades, le Stade omnisports à Yaoundé et le Stade de la Réunification à Douala. Se servant de sa première expérience et renforcé par les professionnels Tokoto et Maya[8], le Cameroun passe cette fois le premier tour, grâce à des victoires sur le Kenya et le Togo et un match nul contre le Mali. Surpris en demi-finale par le Congo (0-1), le Cameroun accroche la 3e place en battant le Zaïre (5-2)[r 3]. En octobre 1972, par décret présidentiel, la sélection prend officiellement le surnom des « Lions indomptables »[3].

La sélection et le football camerounais paie pendant plusieurs années l'échec de 1972, en dépit des réussites sur la scène continentale de ses clubs, le Canon Yaoundé, le Tonnerre Yaoundé et l'Union Douala[9]. La sélection camerounaise est éliminée dès les premiers tours de qualification lors des Coupes d'Afrique suivantes, par le Zaïre en 1973[r 4], le Togo en 1975 (malgré une victoire 3-0 au match aller au Cameroun)[r 5], par le Congo en 1977[r 6] et par la Guinée, aux tirs au but, en 1979[r 7].

Du côté de la Coupe du monde, la qualification est encore bien plus difficile puisque seule une demi-place est réservée au continent africain jusqu'en 1966, édition dont les sélections africaines se retirent en protestation[10]. À partir de 1970, une place en phase finale est réservée au meilleur pays africain. Le Cameroun est écarté dès son entrée en lice par le Nigeria, en décembre 1968 – le Maroc remporte le tournoi et devient le premier représentant africain en Coupe du monde depuis 1934. Pour l'édition 1974, le Cameroun est battu, en match d'appui, par le Zaïre, futur qualifié au Mondial. Enfin pour l'édition 1978, le Cameroun est éliminé dès son entrée en lice par le Congo, sur tapis vert, alors que le match retour à Yaoundé a été interrompu avant la fin par des émeutes parmi les spectateurs, le 31 octobre 1976[11].

Première génération dorée[modifier | modifier le code]

Première participation au Mondial en 1982[modifier | modifier le code]

Le Yougoslave Branko Zutić, héritier d'une lignée de sélectionneurs européens, apporte le professionnalisme nécessaire à une génération dorée (l’attaquant Roger Milla, le gardien de but Thomas Nkono puis Jean Manga Onguéné remportent le Ballon d'or africain en 1976, 1979 et 1980), les Camerounais vont réaliser un double exploit en 1981 en se qualifiant à la fois pour la Coupe d'Afrique des nations (en battant le Togo et Madagascar) et la Coupe du monde en Espagne, en devançant cette fois le Malawi, le Zimbabwe, le Zaïre et en finale le Maroc, battu à Kénitra (2-0). Le Camerounais est le 2e pays subsaharien à se qualifier pour une Coupe du monde après le Zaïre en 1974[12].

Après une CAN jugée décevante (les Camerounais n'ont pas passé la phase de poule après trois matchs nuls face à la Libye, pays hôte, le Ghana, futur vainqueur, et la Tunisie[r 8]), les dirigeants renvoient Zutić et nomment à sa place le Français Jean Vincent, qui a connu au FC Nantes un certain succès. Ce dernier met en place une équipe défensive, bâtie autour de son gardien de but et capitaine N'Kono. Milla et Tokoto, les deux vedettes de l'équipe, doivent porter le danger en attaque. Les Camerounais, solides mais manquant de réalisme, obtiennent trois matches nuls contre le Pérou (0-0), la Pologne (0-0) puis l'Italie (1-1, but de M'Bida), futur vainqueur de l'épreuve, et sont éliminés à la différence de buts[12].

Premiers sacres africains en 1984 et 1988[modifier | modifier le code]

Avec le Yougoslave Ognjanović sur le banc, les Camerounais confirment leur bonnes dispositions en se qualifiant en 1984 pour la Coupe d'Afrique des nations et les Jeux olympiques de Los Angeles. Surpris par l'Égypte pour leur premier match de CAN (0-1), les Camerounais se qualifient pourtant pour les demi-finales en battant le Togo (4-1) puis la Côte d'Ivoire, pays-hôte (2-0). Vainqueurs de l'Algérie aux tirs au but, les Lions indomptables terrassent le Nigéria en finale 3-1, à Abidjan, grâce à des buts de N'Djeya, de Abega et de Ebongué. Le gardien de but Bell, le défenseur Sinkot et le milieu de terrain Abega apparaissent dans l'équipe-type du tournoi[r 9]. C'est le premier trophée d'importance du Cameroun[13],[14].

Quelques mois plus tard, les Camerounais partent aux États-Unis pour les Olympiades. Battus par la Yougoslavie puis vainqueurs de l'Irak, ils s'inclinent lors du match décisif de la phase de poule face au Canada. Ognjanović est remplacé par le Français Claude Le Roy. Début 1985, le Cameroun est écarté des qualifications pour la Coupe du monde 1986 dès son entrée en lice, par la Zambie. Il est qualifié pour la CAN 1986, organisée par l'Égypte, en tant que tenant du titre. Les Lions indomptables passent la phase de poule après deux victoires serrées sur la Zambie et l'Algérie (3-2 à chaque fois), et un nul arraché face au Maroc (1-1). Milla, meilleur buteur du tournoi, offre aux siens une 2e finale d'affilée en marquant le seul but de la demi-finale face à la Côte d'Ivoire. Ils s'y inclinent aux tirs au but, après un match nul et vierge, face à la sélection-hôte, l’Égypte[15],[16]. Outre Milla, Thomas N'Kono, André Kana-Biyik et Émile Mbouh figurent dans l'équipe-type[r 10].

Deux ans plus tard, la sélection arrive avec ambition à la Coupe d'Afrique des nations 1988 au Maroc. Une victoire en poule sur l'Égypte et deux matchs nuls suffisent à la qualification pour les demi-finales, où le Cameroun bat en fin de match le pays-hôte au Stade Mohamed V, grâce à un but de Makanaky. En finale ils retrouvent le Nigeria, qu'ils battent de nouveau grâce à un penalty transformé par Kundé[17],[18]. Cette fois les élus de l'équipe-type du tournoi sont le gardien de but Bell, les défenseurs Kundé et Tataw, les milieux Mbouh et M'Fédé et l'inoxydable Roger Milla, 35 ans[r 11].

Ces bons résultats se traduisent par quatre victoires sur les sept éditions de Coupe de l'UDEAC, regroupant les pays d'Afrique centrale organisées entre 1984 et 1990 (en 1984, 1986, 1987 et 1989)[r 12].

L'exploit du Mondiale 90[modifier | modifier le code]

Au sortir de la CAN 1988, Le Roy quitte le Cameroun pour le Sénégal, et le Russe Valeri Nepomniachi (qui ne parle que quelques mots d'anglais et pas un mot de français) le remplace. En 1989 les Camerounais se qualifient pour leur deuxième Coupe du monde en 1990, en écartant au tour final la Tunisie. En mars 1990 ils perdent leur titre continental lors de la CAN en Algérie, après deux défaites face à la Zambie et au Sénégal en phase de poules[r 13].

Roger Milla, ici en 2008.

Arrivés en Italie pour la Coupe du monde, les Lions indomptables causent une des plus grandes surprises de l'histoire de la compétition en s'imposant lors du match d'ouverture contre le tenant du titre, l'Argentine de Diego Maradona (1-0, but de François Omam-Biyik)[19]. Après une deuxième victoire obtenue contre la Roumanie (2-1, doublé de Roger Milla) et une déconvenue contre l'URSS (0-4), ils se qualifient pour les huitièmes de finale, où ils battent la Colombie (2-1 après prolongation). À cette occasion, Roger Milla, 38 ans, rappelé in extremis en sélection, avant la Coupe du monde, inscrit deux nouveaux buts[20]. Le Cameroun devient le premier pays africain à atteindre les quarts de finale d'une Coupe du monde. Au Stade San Paolo de Naples, ils sont éliminés de justesse par l'Angleterre (2-3 après prolongation après avoir mené 2-1)[21],[22].

Transition délicate (années 1990)[modifier | modifier le code]

Le Français Philippe Redon remplace Nepomniachi. Après les exploits de la fin des années 1980, le Cameroun perd de sa splendeur. Il atteint les demi-finales de la CAN 1992, après avoir notamment battu le Sénégal, pays organisateur, en quart, mais il y est éliminé aux tirs au but par la Côte d'Ivoire et s'incline en petite finale face au Nigeria[r 14]. Redon est remplacé par une gloire camerounaise, Jean Manga Onguéné, qui échoue à qualifier la sélection pour la CAN 1994.

Malgré cet échec continental, le Cameroun obtient l'un des trois sésames africains pour la Coupe du monde de 1994, où il est attendu après son exploit de 1990. Léonard Nseké, autre ancien international, dirige les Lions indomptables lors du match décisif face au Zimbabwe en octobre 1993, qui donne lieu à de grandes scènes de liesse, mais c'est l'ancien sélectionneur de l'équipe de France Henri Michel qui est choisi pour le Mondial. Les Camerounais, tombés dans le groupe du Brésil, futur vainqueur, et de la Suède, futur demi-finaliste, sont sortis dès le premier tour. Lors de la défaite contre la Russie lors du dernier match, ils enregistrent deux records : celui de la plus large défaite de leur histoire (6-1, dont cinq buts d'Oleg Salenko), et celui du plus vieux buteur de l'histoire de la Coupe du monde : Roger Milla, à 42 ans, qui sauve l'honneur[23].

Le Cameroun, dirigé par Jules Nyongha, ne va pas loin lors de la CAN 1996, se faisant éliminer au premier tour[r 15]. En 1998, le Cameroun, avec Onguéné de retour sur le banc, termine cette fois en tête de son groupe, mais est éliminé en 1/4 de finale par la RD Congo[r 16].

Malgré ses déboires continentaux, le Cameroun parvient à se qualifier pour une 3e Coupe du monde d'affilée. Elle est organisée en France, où évoluent de nombreux internationaux. Malgré le retour de Claude Le Roy pour le tournoi, les Lions indomptables ne passent pas le premier tour de la Coupe du monde avec un match nul l'Autriche, une défaite contre l'Italie et un nouveau nul face au Chili, lors d'un match où l'arbitrage fait polémique (deux buts sont refusés au Cameroun, dont deux joueurs sont expulsés)[24],[25]. Des jeunes comme Salomon Olembe, Pierre Womé, Raymond Kalla, Lauren, Joseph-Désiré Job et Samuel Eto'o, plus jeune joueur du tournoi, font leurs premiers pas en équipe nationale et seront les joueurs principaux des prochains années[26].

Retour au plus haut niveau (1999-2003)[modifier | modifier le code]

Champion d'Afrique et champion olympique 2000[modifier | modifier le code]

Rigobert Song, recordman de sélections

Après ces résultats décevants, le Cameroun remporte les Jeux africains de 1999. Et durant l'année 2000, la sélection du Français Pierre Lechantre brille sur l'Afrique et le Monde du football.

Cela commence par la CAN en 2000. L'équipe est emmenée par un brillant duo d'attaque avec Patrick Mboma et le jeune Samuel Eto'o, 18 ans, qui profite de l'indisponibilité de Job. Le duo d'attaque inscrit pendant la compétition huit buts en six matchs, dont quatre pour Eto'o. Les coéquipiers du capitaine Rigobert Song affrontent en finale le Nigeria, pays organisateur. Rejoints après avoir mené deux à zéro, ils remportent la CAN aux tirs aux buts[27],[28].

Les Lions indomptables rugissent de nouveau en obtenant leur consécration internationale avec une médaille d'or, aux Jeux olympiques de Sydney. Toujours avec un grand Patrick Mboma qui accompagne les petits jeunes comme Idriss Carlos Kameni, Modeste M'Bami et bien sûr Samuel Eto'o. Après l'exploit d'une victoire sur le Brésil de Ronaldinho en quart de finale, les Lions olympiques de l'entraîneur camerounais Jean-Paul Akono s'imposent en finale contre l'Espagne de Xavi Hernandez et Carles Puyol aux tirs au but[29],[30].

L'année 2000 est également marquée par un match de gala contre la France, championne du monde et d'Europe en titre, au Stade de France, qui s'achève sur un match nul (1-1) avec un but égalisateur de Mboma inscrit d'un ciseaux retourné[31].

Champion d'Afrique 2002 et finaliste de la coupe des Confédérations 2003[modifier | modifier le code]

Sous la houlette de l'Allemand Winfried Schafer, le sélection camerounaise confirme en 2002 qu'elle est la meilleure du moment en Afrique en remportant une deuxième fois de suite la Coupe d'Afrique. Après cinq victoires en autant de matchs, sans encaisser le moindre but, dont un succès 3-0 face au Mali, pays-hôte, en demi-finale, le Cameroun bat le Sénégal en finale, de nouveau aux tirs au but[32],[33][34].

Qualifiés également pour la Coupe du monde 2002 au Japon, les « Lions indomptables » débutent par un match nul contre l’Irlande (1-1) puis l'emportent contre l'Arabie saoudite (1-0). Mais une défaite contre l'Allemagne (2-0), le futur finaliste, après un match violent sanctionné d'un record de 16 cartons, les prive des 8es de finale[35].

Un an plus tard, le Cameroun endeuillé par la mort en plein match de Marc-Vivien Foé, alors qu'il honore sa 64e sélection contre la Colombie lors de la Coupe des confédérations 2013. Ce décès choque le monde du football[36],[37]. Lors de cette compétition, le Cameroun réussit pourtant à battre le champion du monde en titre brésilien (1-0, but de Samuel Eto'o) et atteint la finale, perdue face à la France (0-1)[38].

Sur le plan continental, le Cameroun remporte les deux premières éditions de la Coupe de la CEMAC, héritière de l'UDEAC, en 2003 et en 2005.

Les années irrégulières[modifier | modifier le code]

Des échecs (2004-2006)[modifier | modifier le code]

Lors de la coupe d'Afrique de 2004, le Cameroun, double tenant du titre, est éliminé en quart de finale par le Nigeria, malgré son fameux duo d'attaque Eto'o-Mboma, dont le dernier dispute là sa dernière compétition internationale[39].

Le Cameroun tombe dans un groupe difficile lors des qualifications pour la Coupe du monde 2006 avec l'Égypte, futur triple champion d'Afrique, et la Côte d'Ivoire à son apogée, d'autant qu'il est sanctionné de six points par la FIFA pour avoir utilisé lors de la CAN 2004 un maillot sans manche (la sanction sera annulée). Après des débuts compliqués, Schafer est limogé et remplacé par le Portugais Artur Jorge. Lors du dernier match, le Cameroun concède le nul face à l'Égypte à Yaoundé et manque une 4e qualification d'affilée en Coupe du monde, au bénéfice des Ivoiriens[r 17]

À la CAN 2006, le Cameroun est une nouvelle fois éliminé en quart de finale, bien qu'il reste invaincu durant la compétition. La Côte d'Ivoire, encore une fois, sort le Cameroun, au bout d'une interminable séance aux tirs au but (11-12). Samuel Eto'o, par ailleurs meilleur buteur de la compétition, manque le tir décisif lors de son 2e passage[40].

Le sommet de 2008[modifier | modifier le code]

Finale de la CAN 2008 Egypte vs Cameroun

Le Cameroun atteint son meilleur rang au classement mondial de la FIFA, créé en 1993, en novembre et décembre 2006, où il est classé onzième. Il y apparait régulièrement dans les années comme la première équipe du continent africain[1].

Qualifié pour la CAN 2008, le Cameroun perd son premier match contre l'Égypte (2-4) mais se qualifie malgré tout pour les quarts de finale où il élimine la Tunisie (3-2), puis le pays organisateur et favori Ghanéen (1-0) en demi-finale. En finale les Lions perdent une nouvelle fois contre les Pharaons d'Égypte. Samuel Eto'o bat le record de buts dans l'histoire de la CAN[41].

Les revers de Le Guen et Clemente[modifier | modifier le code]

En 2009, l'entraîneur français Paul Le Guen arrive en provenance du Paris SG avec pour but de qualifier le Cameroun à la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud. Il nomme Eto'o capitaine à la place de Rigobert Song, qui a porté le brassard pendant plus de dix ans, et renouvelle la sélection. Il mène avec une certaine réussite les éliminatoires de la Coupe du monde 2010 en dominant le Gabon, le Togo et le Maroc[r 18].

La suite est moins glorieuse. Lors de la CAN 2010 en Angola, les Lions indomptables, battus par le Gabon, se qualifient difficilement pour les quarts de finale, où ils s'inclinent face à leur bête noire égyptienne, futur vainqueur pour la 3e fois consécutive (1-3). Le Guen doit répondre à la défiance des médias[42].

Match contre les Pays-Bas en 2010.

Le Cameroun déçoit une nouvelle fois lors du Mondial 2010 en subissant trois défaites, contre le Japon (0-1), le Danemark et les Pays-Bas (1-2). Les critiques se déchainent contre Le Guen et ses choix tactiques. Malgré des débuts prometteurs, le bilan de Le Guen avec le Cameroun est insuffisant avec cinq défaites en sept matchs lors des deux compétitions majeures[43]. Geremi Njitap et Rigobert Song, deux joueurs comptant plus de 110 sélections, arrêtent là leur carrière internationale.

Le contrat de sélectionneur de Paul Le Guen est rompu par la Fécafoot après la Coupe du monde en Afrique du Sud et Jacques Songo'o assure l'intérim. En août 2010, l'Espagnol Javier Clemente devient le nouveau sélectionneur, avec François Omam-Biyik et Jacques Songo'o comme adjoint. Pour les éliminatoires de la CAN 2012, Clemente s'appuie sur des jeunes novices et n'hésite pas à sélectionner des joueurs évoluant dans le championnat camerounais. Les joueurs plus expérimentés font progressivement leur retour sauf Achille Emana, banni pour avoir insulté les dirigeants du football camerounais.

Ses débuts lors des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations 2012 sont catastrophiques, la sélection étant devancée par le Sénégal et la RD Congo à deux journées de la fin. En juin 2011, après un match nul contre le Sénégal, le capitaine Samuel Eto'o conteste publiquement le sélectionneur. Le Cameroun manque la qualification pour la CAN et Clemente est limogé[44]. Il est remplacé par l'ancien entraîneur du Cotonsport Garoua Denis Lavagne, qui manque à son tour la qualification pour la CAN 2013 après une défaite face à l'inattendu Cap-Vert et est écarté par le Ministère des sports, contre l'avis de la fédération[45],[46]. Jean-Paul Akono prend la succession, sans contrat de travail. Les discussions sur le salaire n'aboutissant pas, la Fecafoot lance le 19 avril 2013 un appel à candidatures pour prendre sa succession[47].

Le retour en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Akono est remplacé par l'Allemand Volker Finke le 22 mai 2013[48], qui parvient lui à qualifier la sélection pour la prochaine Coupe du monde, au Brésil[49].

Résultats[modifier | modifier le code]

Parcours en Coupe d'Afrique des nations
Année Résultat Class. M V N* D bp bc
1957 à 1965 Non inscrit
Drapeau d’Éthiopie 1968 Non qualifié
Drapeau du Soudan 1970 1er tour 5 3 2 0 1 7 5
Drapeau du Cameroun 1972 Demi-finale 3 5 3 1 1 10 5
1974 à 1980 Non qualifié
Drapeau de la Libye 1982 1er tour 5 3 0 3 0 1 1
Drapeau : Côte d'Ivoire 1984 Vainqueur 1 5 3 1 1 9 3
Drapeau de l'Égypte 1986 Finaliste 2 5 3 2 0 8 5
Drapeau : Maroc 1988 Vainqueur 1 5 3 2 0 4 1
Drapeau de l'Algérie 1990 1er tour 5 3 1 0 2 2 3
Drapeau : Sénégal 1992 4e 4 5 2 2 1 4 3
Drapeau : Tunisie 1994 Non qualifié
Drapeau de l'Afrique du Sud 1996 1er tour 9 3 1 1 1 5 7
Drapeau du Burkina Faso 1998 ¼ de finale 8 4 2 1 1 5 4
Drapeau du Ghana Drapeau : Nigeria 2000 Vainqueur 1 6 3 2 1 11 5
Drapeau : Mali 2002 Vainqueur 1 6 5 1 0 9 0
Drapeau : Tunisie 2004 ¼ de finale 6 4 1 2 1 7 6
Drapeau de l'Égypte 2006 ¼ de finale 5 4 3 1 0 8 2
Drapeau du Ghana 2008 Finaliste 2 6 4 0 2 14 8
Drapeau de l’Angola 2010 ¼ de finale 7 4 1 1 2 6 8
2012 et 2013 Non qualifié
Total 4 titres 16/29 71 37 20 14 110 67
Parcours en Coupe du monde
Année Résultat Class. M V N* D bp bc
1930 à 1962 Non inscrit
Drapeau de l'Angleterre 1966 Forfait
1970 à 1978 Non qualifié
Drapeau de l'Espagne 1982 1er tour 17e 3 0 3 0 1 1
Drapeau du Mexique 1986 Non qualifié
Drapeau de l'Italie 1990 ¼ de finale 8e 5 3 0 2 7 9
Drapeau des États-Unis 1994 1er tour 22e 3 0 1 2 3 11
Drapeau de la France 1998 1er tour 25e 3 0 2 1 2 5
Drapeau de la Corée du Sud Drapeau du Japon 2002 1er tour 20e 3 1 1 1 2 3
Drapeau de l'Allemagne 2006 Non qualifié
Drapeau de l'Afrique du Sud 2010 1er tour 31e 3 0 0 3 2 5
Drapeau du Brésil 2014 Qualifié
Total ¼ de finale 6/19 20 4 7 9 17 34
Parcours en Coupe des confédérations
Année Résultat Class. M V N* D bp bc
1992 et 1999 Non qualifié
Drapeau de la Corée du Sud Drapeau du Japon 2001 1er tour 6e 3 1 0 2 2 4
Drapeau de la France 2003 Finale 2e 5 3 1 1 3 1
2005 à 2013 Non qualifié
Total Finale 2/9 8 4 1 3 5 5

Légende : les matchs nuls comprennent les matchs conclu par une séance de tirs au but ; le bord rouge indique les tournois organisés à domicile.

Symbole et couleurs[modifier | modifier le code]

Le lion de l'écusson du maillot camerounais

Le symbole de la sélection est le lion, dont le maillot porte comme écusson la face stylisée.

L'uniforme des Lions indomptables est traditionnellement composé d'un maillot vert, d'un short rouge et de bas jaunes, trois couleurs reprises du drapeau du Cameroun. Le Cameroun porte ce maillot lors de ses cinq participations en Coupe du monde, avec quelques variations en marge. Le deuxième maillot varie généralement du jaune au blanc.

La sélection s'est fait connaître dans les années 2000 pour l'excentricité de certains de ses maillots, fournis par l'équipementier Puma. Lors de la Coupe d'Afrique des nations en 2002, elle utilise un maillot débardeur, sans manche, qui est interdit pour la Coupe du monde quelques mois plus tard. Deux ans plus tard, la sélection innove avec un uniforme une pièce, où le maillot et le short forment un seul tenant. Dans les deux cas, les maillots sont spécifiquement interdits par la FIFA peu de temps après leur utilisation[50],[51].

Historique des maillots de la sélection du Cameroun
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Traditionnel
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1990 (ext.)
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2010 (ext.)

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Supporter dans le Stade omnisports de Yaoundé.

Le centre dédié à la mise au vert et aux préparations des rencontres à domicile est le Centre sportif académique de Mbankomo, construit en 2010 par la Confédération africaine de football (CAF) dans la forêt équatoriale à quelques kilomètres au sud-ouest de Yaoundé, la capitale du Cameroun[52].

Le centre se trouve à proximité du Stade omnisports Ahmadou Ahidjo, l'enceinte dont la sélection nationale partage la résidence avec le Canon et le Tonnerre de Yaoundé. Construit à l'occasion de la Coupe d'Afrique de 1972, le stade est en 2013 dans un état vétuste[53].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Principaux joueurs d'hier et aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Voir aussi la Catégorie:Footballeur international camerounais.
Eto'o, meilleur buteur de l'histoire de la sélection.
Joueurs les plus sélectionnés[54]
Sélections Joueur Période Buts
137 Rigobert Song 1993-2010 4
118 Geremi Njitap 1996-2010 25
112 Thomas Nkono 1976-1990 0
110 Samuel Eto'o 1996-2013 55
102 Roger Milla 1973-1994 28
Meilleurs buteurs[54]
Buts Joueur Période Sél.
55 Samuel Eto'o 1996-2013 110
45 François Omam-Biyik 1986-1998 75
33 Patrick Mboma 1995-2004 57
28 Roger Milla 1973-1994 102
21 Alphonse Tchami 1988-1998 57
Mis à jour le 21 février 2014

Six joueurs Camerounais ont remporté le trophée du meilleur joueur du continental[55]. Le premier d'entre eux est l'attaquant du Tonnerre Yaoundé Roger Milla, vainqueur du Ballon d'or africain de France Football en 1976. Il le remportera de nouveau en 1990, quatorze ans plus tard, après une longue carrière en France et une dernière Coupe du monde de haute volée. Quatre ans plus tard, il devient à 42 ans le joueur le plus âgé ayant inscrit un but en phase finale de Coupe du monde. Il est le premier joueur africain à avoir disputé trois phases finales de Coupe du monde, et le seul Camerounais à apparaître dans la liste FIFA 100 publiée en 2004[56],[57].

Le gardien de but Thomas Nkono est un autre double vainqueur du Ballon d'or africain, en 1979 et 1982. Son deuxième titre fait suite à la Coupe du monde 1982 où il joue un rôle capital dans l'invincibilité de son équipe et se fait connaître comme l'un des meilleurs gardiens du monde. Il entame alors une brillante carrière à l'Espanyol Barcelone[58],[59].

Milla et Nkono sont imités par leurs compatriotes Jean Manga Onguéné, un buteur, en 1980, et Théophile Abega, un milieu de terrain surnommé « Docteur », capitaine des Lions vainqueurs de la Coupe d'Afrique des nations en 1984.

Dans les années 2000, deux autres Camerounais ont remporté le trophée du Joueur africain de l'année, qui a depuis remplacé le titre de France Football : les attaquants Patrick Mboma en 2000 et Samuel Eto'o en 2003, 2004, 2005 et 2010[60].

En 2007 la CAF publie à l'occasion de son cinquantenaire la liste des 30 footballeurs africains de la période 1957-2007 : le premier est Roger Milla, Samuel Eto'o est 4e et Rigobert Song, l'emblématique capitaine des années 2000 et recordman du nombre de sélections avec le Cameroun, 29e[61]. Dans une liste consacrée aux footballeurs camerounais publiée par le site Bleacher Report en 2013, les six premiers sont Milla, Nkono, Eto'o, Abega, Mboma, Song. Les suivants sont le buteur François Omam-Biyik, auteur du célèbre but de la victoire de 1990 contre l'Argentine, les gardiens de but Joseph-Antoine Bell et Carlos Kameni, champion olympique en 2000, et enfin le milieu de terrain Geremi Njitap[62].

Plaque commémorative de Foé

Par ailleurs, la mort sur le terrain, en 2003, du milieu de terrain Marc-Vivien Foé marque profondément l'histoire de la sélection. Il meurt à 28 ans lors sa 64e sélection[63].

Sélectionneurs[modifier | modifier le code]

Le poste de sélectionneur du Cameroun est plus instable que ses équivalents en Europe. Depuis 1970, aucun n'a réalisé un mandat supérieur à trois ans sur le banc des Lions[64].

Les sélectionneurs vainqueurs d'une Coupe d'Afrique des nations avec le Cameroun sont le Yougoslave Radivoje Ognjanović en 1984, le Français Claude Le Roy en 1988, le Français Pierre Lechantre en 2000, l'Allemand Winfried Schäfer en 2002. Claude Le Roy en est finaliste en 1986, l'Allemand Otto Pfister en 2008.

Les qualifications en Coupe du monde, qui ont longtemps tenu de l'exploit (il a fallu attendre la Coupe du monde 1994 pour que trois pays africains soient qualifiés), sont l’œuvre du Yougoslave Branko Žutić en 1982 (le tournoi est mené par le Français Jean Vincent), du Soviétique Valeri Nepomniachi en 1990, de Jean Manga Onguéné puis Léonard Nseké en 1994 (le tournoi est mené par le Français Henri Michel), de Onguéné encore en 1998 (le tournoi est mené par le Français Claude Le Roy), de l'Allemand Winfried Schäfer en 2002, du Français Paul Le Guen en 2010, de l'Allemand Volker Finke en 2014.

La médaille d'or aux Jeux olympiques de 2000 est remportée par l’entraîneur camerounais Jean-Paul Akono, avec pour directeur technique le Français Pierre Lechantre.

Liste des sélectionneurs du Cameroun[64]

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

Sélectionneur
Nom Date de Naissance Sélections (buts) Club
Gardiens
- Guy Roland Ndy Assembe (28 ans) 9 (0) Drapeau de la France EA Guingamp
- Charles Itandje (31 ans) 1 (0) Drapeau de la Turquie Konyaspor
- Sammy Ndjock (22 ans) 0 (0) Drapeau de la Turquie Medical Park Antalyaspor
Défenseurs
- Benoît Assou-Ekotto (30 ans) 16 (0) Drapeau de l'Angleterre Queens Park Rangers
- Nicolas N'Koulou (24 ans) 35 (0) Drapeau de la France Olympique de Marseille
- Aurélien Chedjou (28 ans) 23 (0) Drapeau de la Turquie Galatasaray SK
- Henri Bedimo (29 ans) 22 (0) Drapeau de la France Olympique lyonnais
- Gaëtan Bong (25 ans) 9 (0) Drapeau de la Grèce Olympiakos le Pirée
- Marvin Matip (28 ans) 0 (0) Drapeau de l'Allemagne FC Ingolstadt 04
- Allan Nyom (25 ans) 0 (0) Drapeau de l'Espagne Granada CF
- Dany Nounkeu (28 ans) 6 (0) Drapeau de la Turquie Galatasaray SK
- Benoit Angbwa (32 ans) 18 (1) Drapeau de la Russie FK Rostov
- Jean Armel Kana Biyik (24 ans) 3 (0) Drapeau de la France Stade rennais FC
Milieux
- Alexandre Song (26 ans) 34 (0) Drapeau de l'Espagne FC Barcelone
- Eyong Enoh (28 ans) 26 (2) Drapeau de la Turquie Antalyaspor
- Stéphane Mbia (27 ans) 43 (3) Drapeau de l'Espagne Séville FC
- Landry N'Guémo (28 ans) 35 (2) Drapeau de la France Girondins de Bordeaux
- Joel Matip (23 ans) 10 (0) Drapeau de l'Allemagne Schalke 04
- Jean II Makoun (30 ans) 58 (3) Drapeau de la France Stade rennais FC
- Fabrice Olinga (17 ans) 4 (1) Drapeau de l'Espagne Málaga
- Raoul Loé (25 ans) 0 (0) Drapeau de l'Espagne Osasuna
Attaquants
- Samuel Eto'o Capitaine (33 ans) 106 (54) Drapeau de l'Angleterre Chelsea
- Vincent Aboubakar (22 ans) 17 (1) Drapeau de la France FC Lorient
- Benjamin Moukandjo (25 ans) 9 (1) Drapeau de la France AS Nancy-Lorraine
- Pierre Webo (32 ans) 51 (17) Drapeau de la Turquie Fenerbahçe SK
- Jean Marie Dongou (18 ans) 2 (0) Drapeau de l'Espagne FC Barcelone
- Jacques Zoua (22 ans) 3 (0) Drapeau de l'Allemagne Hambourg SV
- Eric-Maxim Choupo-Moting (25 ans) 19 (10) Drapeau de l'Allemagne FSV Mayence 05

Rivalités[modifier | modifier le code]

Le Cameroun nourrit une rivalité sportive particulière avec son voisin du Nigeria , une rivalité considérée comme l'une des principales du continent africain, renforcée par les trois victoires du Cameroun en finale de la CAN face au Nigeria en 1984, 1988 et 2000[65],[66].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références générales
  1. a et b « Classement mondial du Cameroun », sur FIFA.com
  2. « Historique de la Fédération », Fédération camerounaise de football (consulté le 25 février 2014)
  3. a, b, c, d et e Raphael Ebanga-Mballa, La Part Du Lion: l’Encyclopédie de l'histoire du football du Cameroun, AuthorHouse,‎ 1 juin 2009 (lire en ligne), p. 24-27
  4. « George Goethe », sur African Photography (consulté le 19 février 2014)
  5. Miriam Fogoum, « Images hors du temps - Entretien avec Cyrille Doualla Goethe » (consulté le 19 février 2014)
  6. Darysh Nehdi, « Zacharie Noah : « si Dieu m’avait fait fonctionnaire, je serais malheureux aujourd’hui » », sur camerounsports.info (consulté le 19 février 2014)
  7. Marc Barreaud, Dictionnaire des footballeurs étrangers du championnat professionnel français (1932-1997), L'Harmattan,‎ 1997, « Cameroun »
  8. « La légende de la CAN - 8ème édition : le Congo Brazzaville crée la sensation », Radio France internationale (consulté le 19 février 2014)
  9. Mahjoub Faouzi, « Cameroun : les "Lions indomptables" dans l'arène espagnole », sur politique-africaine.com,‎ 1982
  10. « Coupe du Monde de la FIFA, Angleterre 1966 - Aperçu », FIFA.com (consulté le 20 février 2014)
  11. Ghislain Joseph Gabio, La véritable histoire du football congolais, L'Harmattan,‎ 2012 (lire en ligne), p. 68
  12. a et b « Rétro - Coupe du monde Espagna 1982 - Et les Lions découvrirent l’Europe... », Cameroon-Info.net
  13. « 14ème édition : une séduisante équipe du Cameroun », Radio France internationale (consulté le 21 février 2014)
  14. « CAN 1984 : Les Lions indomptables triomphent à Abidjan », sur Afrik11.com (consulté le 20 février 2014)
  15. « 15ème édition : l’Égypte remporte sa troisième victoire dans la douleur », Radio France internationale (consulté le 21 février 2014)
  16. « CAN 1986 : Et le trophée reste au Caire », sur Afrik11.com (consulté le 20 février 2014)
  17. « 16ème édition : deuxième victoire sans panache pour le Cameroun », Radio France internationale (consulté le 21 février 2014)
  18. « CAN 1986 : Et le trophée reste au Caire », sur Afrik11.com (consulté le 20 février 2014)
  19. Richard N, « Omam-Biyik 1990, l'Afrique s'envole », Les cahiers du football (consulté le 20 février 2014)
  20. Jérémy Talbot, « Parcours surprises en Coupe du monde - Le Cameroun en 1990 », L'internaute (consulté le 20 février 2014)
  21. « Coupe du Monde de la FIFA, Italie 1990 - Quarts de finale - Angleterre-Cameroun », FIFA.com (consulté le 20 février 2014)
  22. « 1990 : Cameroun - Angleterre », sur Camfoot.com (consulté le 20 février 2014)
  23. « 3 juillet 1994, l'apogée d'Oleg Salenko », Sport24 (consulté le 21 février 2014)
  24. Olivier VILLEPREUX, « Les Lions sont morts ce soir », Libération,‎ 24 juin 1998 (lire en ligne)
  25. « Protestation au Cameroun », Libération,‎ 25 juin 1998 (lire en ligne)
  26. « Mondial-1998 : François Omam Biyik, le poids de la responsabilité du capitaine du Cameroun », sur People.com.cn, Le Quotidien du Peuple (consulté le 21 février 2014)
  27. David REVAULT D'ALLONNES, « Le Cameroun au dernier round », Libération,‎ 14 février 2000 (lire en ligne)
  28. « 22ème édition : le Cameroun devant le Nigeria », Radio France internationale (consulté le 21 février 2014)
  29. Pierre GRUNDMANN, « Le Cameroun rugit de plaisir », Libération,‎ 2 octobre 2000 (lire en ligne)
  30. « Sydney 2000 - Les Lions imbattables », FIFA.com (consulté le 21 février 2014)
  31. « Fiche de France - Cameroun 2000 », Fédération française de football (consulté le 21 février 2014)
  32. « La légende de la CAN - 23ème édition : le Cameroun bisse, le Sénégal pointe », Radio France internationale (consulté le 21 février 2014)
  33. « CAN 2002 : Il fallait un vainqueur », Radio France internationale,‎ 10 février 2002 (consulté le 21 février 2014)
  34. David REVAULT D'ALLONNES, « Indomptable Cameroun », Libération,‎ 11 février 2002 (lire en ligne)
  35. « Allemagne OK, Cameroun KO », sur La Dépêche.fr, AFP,‎ 11 juin 2002 (consulté le 21 février 2014)
  36. Maxence Sage, « Marc Vivien Foé, un lion ne meurt jamais », sur sport-legends.com,‎ 31 octobre 2013 (consulté le 21 février 2014)
  37. Olivier BERTRAND, Michel CHEMIN et Gilles DHERS, « Marc-Vivien Foé, mort en match », Libération,‎ 27 juin 2003 (lire en ligne)
  38. David REVAULT D'ALLONNES et Gilles DHERS, « L'ombre de l'absent », Libération,‎ 30 juin 2003 (lire en ligne)
  39. « CAN 2004: le Nigeria se venge du Cameroun », sur cameroon-info.net, Associated Press (consulté le 21 février 2014)
  40. Antoine Ganne, « La Côte d’Ivoire élimine le Cameroun », sur afrik.com,‎ 5 février 2006 (consulté le 21 février 2014)
  41. Philippe Quillerier, « L’Egypte six fois championne d’Afrique ! », Radio France internationale,‎ 10 février 2008 (consulté le 21 février 2014)
  42. Dorothée Ndoumbè, « Les coups de griffes de Paul Le Guen à la presse camerounaise », sur afrik.com,‎ 28 janvier 2010 (consulté le 21 février 2014)
  43. Kostoff Marie Ange, « Mondial 2010, Cameroun - Le Guen n'a pas réussi son défi », Goal,‎ 25 juin 2010 (consulté le 21 février 2014)
  44. Thomas Pitrel, « Cameroun : la Fédération se sépare de Javier Clemente », Radio France internationale,‎ 25 octobre 2011 (consulté le 21 février 2014)
  45. « Cameroun, Limogeage de Lavagne : la Fecafoot rechigne à s'associer à la décision du ministère des Sports », sur camer-sport.be,‎ 17 septembre 2012 (consulté le 21 février 2014)
  46. « Affaire Lavagne : les dessous d'un limogeage "sous la ceinture" », Jeune afrique.com,‎ 14 septembre 2012 (consulté le 21 février 2014)
  47. Farid Achache, « Jean-Paul Akono ne postulera pas à sa propre succession », RFI,‎ 24 avril 2013 (consulté le 27 avril 2013)
  48. « Cameroun: l'Allemand Volker Finke, nouveau sélectionneur des Lions indomptables », sur Le Matin.ch,‎ 23 mai 2013 (consulté le 23 mai 2013)
  49. « Mondial 2014: le Cameroun qualifié sans peur face à la Tunisie », RFI,‎ 17 novembre 2013 (consulté le 21 février 2014)
  50. « La Fifa interdit le maillot des Lions », sur afrik.com,‎ 30 janvier 2004 (consulté le 23 février 2014)
  51. « Le maillot de la discorde », RFI,‎ 24 janvier 2004 (consulté le 23 février 2014)
  52. « Mbankomo, la nouvelle tanière des Lions indomptables », Le Messager,‎ 18 mars 2013 (consulté le 24 février 2014)
  53. Jean-Robert Fouda, « Cameroun - Stade Ahmadou AHIDJO: Volker Finke inquiet de l'état de la pelouse », sur cameroon-info.net,‎ 31 octobre 2013 (consulté le 24 février 2014)
  54. a et b (en) « Cameroon most-capped player », Transfermarkt (consulté le 21 février 2014)
  55. (en) « African Player of the Year », RSSSF (consulté le 21 février 2014)
  56. « Roger MILLA. Le Vieux Lion rugit à travers les âges », FIFA.com (consulté le 24 février 2014)
  57. « Roger Milla », sur universalis.fr, Encyclopédie Universalis (consulté le 24 février 2014)
  58. « Nkono, le pionnier acrobate », FIFA.com (consulté le 24 février 2014)
  59. Fouâd Harit, « Thomas Nkono, premier gardien noir d’Europe », afrik.com,‎ 30 avril 2011 (consulté le 24 février 2014)
  60. David Kalfa, « Ballon d’Or Africain: Samuel Eto’o sacré en 2010 »,‎ 20 décembre 2010 (consulté le 24 février 2014)
  61. CAF release 30 best African players in the last 50 years (version du 9 mars 2009 sur l'Internet Archive)
  62. (en) Mycroft Holmes, « Cameroon at the World Cup: The 10 Greatest Indomitable Lions of All Time », sur Bleacher Report,‎ 26 mai 2010 (consulté le 25 février 2014)
  63. « Dix ans déjà sans Marc-Vivien Foé », RFI,‎ 26 juin 2013 (consulté le 25 février 2014)
  64. a et b (en) Neil Morrison, « Cameroon National Team Coaches », RSSSF (consulté le 25 février 2014)
  65. (en) « Nigeria and Cameroon play for a win », CAF,‎ 20 avril 2011
  66. (en) « Cameroon and Nigeria renew rivalry in African shootout », sur abc.net.au,‎ 7 février 2004
Résultats
  1. (en) Ken Knight et Neil Morrison, « African Nations Cup 1968 », RSSSF (consulté le 19 février 2014)
  2. (en) Knight et Morrison, « African Nations Cup 1970 », RSSSF (consulté le 19 février 2014)
  3. (en) Eric Boesenberg, Karel Stokkermans et François Mazet, « African Nations Cup 1972 », RSSSF (consulté le 19 février 2014)
  4. (en) Boesenberg, Stokkermans et Mazet, « African Nations Cup 1974 », RSSSF (consulté le 20 février 2014)
  5. (en) Boesenberg, Stokkermans et Mazet, « African Nations Cup 1976 », RSSSF (consulté le 20 février 2014)
  6. (en) Boesenberg, Stokkermans et Mazet, « African Nations Cup 1978 », RSSSF (consulté le 20 février 2014)
  7. (en) Boesenberg, Stokkermans et Mazet, « African Nations Cup 1980 », RSSSF (consulté le 20 février 2014)
  8. (en) Boesenberg, Stokkermans et Mazet, « African Nations Cup 1982 », RSSSF (consulté le 20 février 2014)
  9. (en) Barrie Courtney, « African Nations Cup 1984 - Final Tournament Details », RSSSF (consulté le 20 février 2014)
  10. (en) Courtney, « African Nations Cup 1986 - Final Tournament Details », RSSSF (consulté le 20 février 2014)
  11. (en) Courtney, « African Nations Cup 1988 - Final Tournament Details », RSSSF (consulté le 20 février 2014)
  12. (en) Josef Bobrowsky, « Coupe UDEAC and Coupe de la CEMAC », RSSSF (consulté le 20 février 2014)
  13. (en) Courtney, « African Nations Cup 1990 - Final Tournament Details », RSSSF (consulté le 20 février 2014)
  14. (en) Courtney, « African Nations Cup 1992 - Final Tournament Details », RSSSF (consulté le 21 février 2014)
  15. (en) Courtney, « African Nations Cup 1996 - Final Tournament Details », RSSSF (consulté le 21 février 2014)
  16. (en) Courtney, « African Nations Cup 1998 - Final Tournament Details », RSSSF (consulté le 21 février 2014)
  17. (en) « World Cup 2006 Qualifying », RSSSF (consulté le 21 février 2014)
  18. (en) Ian King and Karel Stokkermans, « African Nations Cup 2010 », RSSSF (consulté le 21 février 2014)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :