Charles Munch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Munch.

Charles Münch

Nom de naissance Charles Münch
Naissance
Strasbourg, Alsace-Lorraine,
Empire allemand Empire allemand
Décès (à 77 ans)
Richmond, Virginie,
Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Chef d'orchestre
Activités annexes Violoniste
Lieux d'activité Boston
Maîtres Lucien Capet, Carl Flesch
Enseignement Conservatoire de Paris
Ascendants Ernest Münch
Distinctions honorifiques Légion d'honneur

Charles Münch est un chef d'orchestre français, né allemand à Strasbourg le et mort dans son sommeil à Richmond (Virginie, États-Unis) le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille de musiciens, il fait ses premières armes au violon dès l'âge de 5 ans avec son père Ernest Münch et au conservatoire de sa ville natale. Son père est le fondateur du chœur de l'Église Saint-Guillaume de Strasbourg.

En 1905, il rencontre Vincent D'Indy venu à Strasbourg. Il étudie le violon avec Lucien Capet à Paris, malgré une inscription à la faculté de médecine. Il effectue un stage avec Carl Flesch à Berlin.

Mobilisé dans l'armée impériale durant la Première Guerre mondiale, il est gazé à Verdun en 1916.

L'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

En 1919, à la signature du traité de Versailles, il devient citoyen français et l'ü de « Münch » perd son tréma. Jusqu'en 1925, il est professeur de violon au conservatoire de Strasbourg et premier violon à l'Orchestre municipal, sous la direction de Guy Ropartz.

De 1925 à 1932, il est premier violon solo du Gewandhaus de Leipzig sous la direction de Wilhelm Furtwängler et Bruno Walter. À cette occasion, il étudie la direction d'orchestre et fait ses débuts lors d'un concert historique.

De retour en France, il dirige quelques concerts en louant, grâce au soutien financier de son épouse Geneviève, les services de l'Orchestre des concerts Straram avant de prendre en 1935 la direction de l'Orchestre philharmonique de Paris, ensemble constitué à l'initiative d'Alfred Cortot. L'été, il assure les concerts de la saison à Biarritz. Il est nommé professeur de violon à l'École normale de musique de Paris (1936).

Il est invité à Berlin par la Société Internationale de Musique Contemporaine (1937). En 1938, il est nommé directeur de l'Orchestre de la Société des concerts du Conservatoire, avec lequel il enregistre la musique de nombreux films français (notamment celle des Enfants du paradis). En 1939, il est nommé professeur de direction au Conservatoire de Paris et effectue ses débuts aux États-Unis avec l'Orchestre de Saint-Louis.

À la fin de la guerre, en 1945, il reçoit la Légion d'honneur pour son rôle de résistant durant l'Occupation. Débuts à Prague avec l'Orchestre philharmonique tchèque.

1946 : premiers enregistrements pour Decca avec l'Orchestre de la Société des concerts du Conservatoire (30 disques). Première tournée américaine et canadienne.

1948 : tournée triomphale aux États-Unis et au Canada à la tête de l'Orchestre national de la RTF, ce qui le fait connaître et lui vaudra son engagement à Boston.

Boston[modifier | modifier le code]

En 1949, il effectue une autre tournée aux États-Unis avec l'Orchestre philharmonique de New York et l'Orchestre symphonique de Boston, dont il devient le directeur musical en 1949, succédant ainsi à Serge Koussevitzky. Dès lors, une grande amitié liera Charles Munch et « son » orchestre de Boston.

En 1952, l'Orchestre symphonique de Boston effectue avec son chef sa première tournée européenne (Dublin, Edinbourg, Prague, Vienne, Paris, Chartres, Strasbourg).

En 1955, il participe au Festival de Salzbourg et dirige l'Orchestre philharmonique de Vienne. L'année suivante, l'Orchestre symphonique de Boston se rend en tournée en Europe et en Union Soviétique dans un contexte de guerre froide. C'est le premier orchestre occidental à se faire entendre à Leningrad et Moscou. De 1956 à 1958, il est également président-chef d'orchestre des Concerts Colonne.

1960 : tournée au Japon et en Australie.

Orchestre national de France et Orchestre de Paris[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative place Emile Dreux au village de Voisins à Louveciennes (Yvelines, France)

En mai 1962, Munch quitte son poste à Boston après une tournée d'adieu en Extrême-Orient et au Japon. Il revient en France, pour y diriger notamment l'Orchestre national de France. Il devient président de l'École normale de musique.

En 1967, avec Serge Baudo, il fonde (après la dissolution de l'Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire) l'Orchestre de Paris, dont il devient le directeur musical[1]. L'orchestre part en tournée à l'étranger, notamment en Union Soviétique, où la santé de Munch se dégrade. Il est remplacé pour certains concerts par Paul Paray.

Lors d'une tournée triomphale aux États-Unis avec l'Orchestre de Paris (New York, Philadelphie, Washington, etc.), il décède d'une crise cardiaque le 6 novembre 1968 à Richmond (Virginie).

Charles Munch est certainement l'une des personnalités les plus marquantes de la direction d'orchestre du XXe siècle : d'une grande élégance, il dégageait une énergie sans bornes, faisant de chacun de ses concerts « un événement, une occasion » (témoignage de Vic Firth, percussionniste de l'Orchestre symphonique de Boston).

Répertoire[modifier | modifier le code]

Ses interprétations de la musique française, des romantiques et post-romantiques (Hector Berlioz, César Franck, Ernest Chausson) aux compositeurs de son temps (Albert Roussel, Maurice Ravel, Arthur Honegger, Darius Milhaud, Henri Dutilleux), sont de véritables trésors, témoignant de la vitalité et de la fraîcheur de sa direction.

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.


Précédé par Charles Munch Suivi par
Philippe Gaubert
Chef principal, Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire
1938–1946
André Cluytens
Serge Koussevitzky
Directeur musical, Orchestre symphonique de Boston
1949–1962
Erich Leinsdorf
Paul Paray
Directeur musical, Concerts Colonne
1956-1958
Pierre Dervaux
Maurice Le Roux
Chef principal, Orchestre national de l'ORTF
1962–1968
Jean Martinon
Aucun
(création de l'orchestre)
Directeur musical, Orchestre de Paris
1967–1968
Georg Solti