Marcel Rudloff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marcel Rudloff
Fonctions
Membre du Conseil constitutionnel
25 février 199223 mars 1996
Prédécesseur Léon Jozeau-Marigné
Successeur Alain Lancelot
Maire de Strasbourg
19831989
Prédécesseur Pierre Pflimlin
Successeur Catherine Trautmann
Président du Conseil régional d'Alsace
19801996
Prédécesseur Pierre Schielé
Successeur Adrien Zeller
Sénateur du Bas-Rhin
3 octobre 19775 mars 1992
Élection 25 septembre 1977
Réélection 28 septembre 1986
Biographie
Date de naissance 15 mars 1923
Lieu de naissance Strasbourg (Bas-Rhin)
Date de décès 23 mars 1996 (à 73 ans)
Lieu de décès Strasbourg (Bas-Rhin)
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique MRP, UDF, CDS
Profession Avocat

Marcel Rudloff, né le 15 mars 1923 à Strasbourg (Bas-Rhin) et mort le 23 mars 1996 à Strasbourg, est une personnalité politique française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études secondaires à Strasbourg, Marcel Rudloff s’est évadé d’Alsace en 1942 pour ne pas être incorporé de force dans la Wehrmacht. Il a alors poursuivi ses études universitaires aux facultés de droit et de lettres de Strasbourg repliées à Clermont-Ferrand durant la guerre. Durant sa vie estudiantine, il a été président de l'Amicale des étudiants en droit (AED) puis vice-président de l'AFGES.

De retour en Alsace, il a obtenu le Certificat d'aptitude à la profession d'avocat (CAPA) en 1944, et, après son stage, s’est inscrit au Barreau de Strasbourg en 1948. Il a été élu en 1950 président des jeunes avocats du barreau de Strasbourg ; il est devenu en 1952 vice-président de l'Union nationale des Jeunes avocats (UNJA), puis président. Il est entré en 1953 au conseil de l’Ordre du barreau de Strasbourg. Il en est devenu le bâtonnier en 1971.

Adhérent du MRP dès 1955, Marcel Rudloff est également engagé dans la vie associative : vice-président de l’Avant-garde du Rhin et membre du comité directeur de la Fédération sportive et culturelle de France (1968-1980)[1]. Élu en 1965 au conseil municipal de Strasbourg il est nommé adjoint au maire, chargé de la Jeunesse, des Affaires Scolaires, Socio-éducatives et Culturelles en 1971. Il est élu en 1983 maire de Strasbourg et président de la Communauté Urbaine de Strasbourg, prenant la suite de Pierre Pflimlin. Il perd les élections municipales de 1989 contre la socialiste Catherine Trautmann.

Conseiller général du Bas-Rhin de 1976 à 1988, Marcel Rudloff a été élu président du Conseil régional d'Alsace en 1980 (réélu en 1986 et 1992).

En 1977, il a été élu sénateur, a siégé à la Commission des Lois, a rapporté de nombreux textes de lois notamment dans les domaines juridiques et judiciaires. Réélu à la Haute Assemblée en 1986, il a été nommé au Conseil constitutionnel le 25 février 1992 par le président du Sénat Alain Poher.

Marcel Rudloff meurt le 23 mars 1996, et repose au cimetière Ouest de Strasbourg[2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

C'est sous son mandat de maire de Strasbourg qu'ont notamment été réalisées les pénétrantes autoroutières ouest (A351) et sud (A352) ainsi que les extensions du Palais de la Musique et des Congrès et des immeubles européens.

Son projet de mise en place d'un transport en commun de type VAL, souterrain dans la partie centrale de la ville, a cependant échoué, ayant été bloqué dans un premier temps par les services de l'État, puis annulé à la suite des élections par la nouvelle équipe municipale, dirigée par Catherine Trautmann. En effet, la création d'un nouveau transport en commun en site propre devint l'un des enjeux de l'élection, les socialistes ayant opposé au VAL un projet de tramway, finalement réalisé.

Hommages[modifier | modifier le code]

Stèle à la mémoire de Marcel Rudloff sur la place Brant à Strasbourg

Son nom a été donné à un lycée polyvalent de Strasbourg, dans le quartier des Poteries, le lycée Marcel Rudloff.

L'association "Les Amis de Marcel Rudloff" a été créée en mars 1997 pour perpétuer et promouvoir l'esprit de tolérance qu'incarnait Marcel Rudloff. Tous les ans, au Palais des Droits de l'Homme de Strasbourg, cette association décerne le "Prix de la Tolérance Marcel Rudloff" à une personnalité qui a œuvré pour la paix, la tolérance, le respect de l'autre.

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Mandats locaux
Mandat parlementaire
Autres fonctions

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Jouaret 1999, tome 2, p. 539
  2. Section 11A-11-57.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]