Néolithique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un village néolithique sur palafittes reconstitué sur le lac de Constance près de Unteruhldingen en Allemagne

Le Néolithique est une période de la Préhistoire marquée par de profondes mutations techniques, économiques et sociales, liées à l’adoption par les groupes humains d’un modèle de subsistance fondé sur l’agriculture et l’élevage, et impliquant le plus souvent une sédentarisation. Les principales innovations techniques sont la généralisation de l'outillage en pierre polie et de la poterie. Dans certaines régions, ces mutations sont telles que certains auteurs considèrent le Néolithique comme le début de la Protohistoire[1].

Selon les aires géographiques considérées, ces importantes mutations sont relativement rapides et certains auteurs ont pu parler de « révolution néolithique ». La néolithisation est toutefois un phénomène progressif, survenu à des dates différentes selon les régions. Au Proche-Orient, le Néolithique débute vers 9 000 ans av. J.-C. Il prend fin avec la généralisation de la métallurgie et l’invention de l’écriture, vers 3 300 ans av. J.-C.

Apparition du concept et définition[modifier | modifier le code]

Hache polie en diorite – Environs de Reims, France – Collection d’Alexis DamourMuséum de Toulouse

Le mot « Néolithique » (du grec νέος, néos, nouveau, et λίθος, líthos, pierre) désigne littéralement le « nouvel âge de la pierre ». Ce terme a été proposé en 1865 par le préhistorien John Lubbock[2].

Le Néolithique a également été souvent qualifié d’« âge de la pierre polie » puisque dans de nombreuses régions il est marqué par la systématisation du polissage de certains outils de pierre. Il convient toutefois de souligner que le polissage est déjà connu au Paléolithique supérieur même s’il est très rare. Par ailleurs, les outils polis ne sont pas les seuls utilisés au Néolithique et le polissage suit presque toujours une phase de façonnage par percussion[N 1].

La définition initiale est fondée sur une innovation technique, elle cède progressivement la place à une définition socio-économique : au Néolithique, les groupes humains n’exploitent plus exclusivement les ressources naturellement disponibles mais commencent à en produire une partie. La chasse et la cueillette continuent souvent à fournir une part substantielle des ressources alimentaires mais l’agriculture et l’élevage jouent un rôle de plus en plus important. L’agriculture implique le plus souvent l’adoption d’un habitat sédentaire et l’abandon du nomadisme des groupes de chasseurs-cueilleurs paléolithiques et mésolithiques.

Cette mutation a souvent été présentée comme un affranchissement vis-à-vis des contraintes environnementales : les groupes humains contrôleraient l’environnement et seraient à l’abri des disettes liées aux aléas climatiques. La néolithisation conduirait à une véritable explosion démographique. Les travaux d’ethnologues tels que Marshall Sahlins incitent à relativiser ces points de vue : une économie basée sur l’agriculture implique souvent un surcroît de travail et l’abondance des récoltes reste dépendante des conditions climatiques[3], d'où la continuation des pratiques de chasse, pêche et cueillette pour pallier d'éventuels manques de nourriture liés à de mauvaises récoltes, ainsi que pour varier les goûts d'un régime alimentaire peut-être trop homogène. La forte croissance démographique liée à l'adoption de l'agriculture reste avant tout théorique et difficilement démontrable scientifiquement, bien que certains chercheurs soutiennent cette hypothèse sur la base des données fournies par l'étude des squelettes découverts dans les plus anciens sites néolithiques[4].

Le concept de « neolithic package » (paquet néolithique) correspond aux innovations techniques, espèces domestiquées (mouton, chèvre, bœuf) et culture matérielle (en) caractéristiques de la période néolithique en Europe et Asie de l'Ouest[5]. Toutefois, ce concept ne peut être appliqué de manière systématique puisqu'il tend à amoindrir les particularités socio-culturelles créées par les interactions entre groupes à l'échelle locale et micro-régionale.

La « révolution néolithique »[modifier | modifier le code]

Article détaillé : révolution néolithique.

L’expression « révolution néolithique » a été introduite par l’archéologue australien Vere Gordon Childe[6],[7],[8]. Elle fait référence à un changement radical et rapide, marqué par le passage d’une économie de prédation (chasse, cueillette) à une économie de production (agriculture, élevage)[9].

Cette hypothèse d'un changement rapide, si elle est encore largement discutée par les préhistoriens, s'oppose aujourd'hui à la théorie d'une évolution plus progressive[10],[11]. En effet, l’adoption de l’agriculture ne s’avère pas aussi rapide qu’on pouvait le croire durant la première moitié du XXe siècle. De plus, elle n’est ni synchrone à l’échelle des différents continents, ni universelle. Les premiers agriculteurs exploitaient encore les ressources naturelles et certains groupes ont conservé une économie de chasseur-cueilleur jusqu’à nos jours. Il existe également des exemples de groupes de pasteurs nomades. L'adoption d'une économie de production semble être un phénomène progressif, initié selon certains auteurs dès le début du Mésolithique[12].

Si la néolithisation est une des étapes majeures de l'aventure humaine, au même titre que la domestication du feu ou la révolution industrielle, le fait de la qualifier de révolution a été critiqué, dans la mesure où l'adoption des innovations qui la caractérisent n'est ni brutale, ni simultanée[9].

Chronologie[modifier | modifier le code]

Chèvre domestique

La chronologie du Néolithique est particulièrement délicate à établir puisqu'elle diffère en fonction des régions du monde et en fonction des critères de définition que l'on retient. Plutôt qu'une époque, le Néolithique est considéré par certains auteurs comme un stade culturel défini par un ensemble de traits techniques, économiques et sociaux[9].

Il existe toutefois un consensus assez large pour reconnaître qu'un des foyers de néolithisation les plus anciens se situe dans le croissant fertile, au Moyen-Orient. Vers le milieu du IXe millénaire av. J.-C., les groupes humains, déjà en partie sédentaires, commencent à y domestiquer les animaux (mouton, chèvre) et les plantes (blé, orge suivis de légumineuses) dans un but alimentaire. Au cours du VIIIe millénaire av. J.C., les premières poteries apparaissent, elles se généralisent au cours des millénaires suivant.

Les nouvelles connaissances et les nouvelles pratiques qui caractérisent le Néolithique du Proche-Orient vont progressivement gagner l'Europe de l'Ouest et le pourtour de la Méditerranée à partir de 7 000-6 500 av. J.-C. Elles suivent différentes voies et différents moyens de propagation, qu'il s'agisse de diffusion des pratiques ou de migrations de populations. D'autres régions du monde connaissent un processus de néolithisation totalement indépendant du Proche-Orient et de l'Europe, par exemple en Asie de l'est et du Sud-Est, en Océanie, en Afrique subsaharienne et sur le continent américain.

D'autres foyers de domestication des plantes et des animaux  :

Variétés péruviennes de maïs

La datation de la fin du Néolithique est également problématique. Si l'on ne considère que la période chronologique, elle prend fin avec le développement de l'utilisation technique des métaux et le début de l'âge du bronze, soit vers 2 100 av. J.-C. en Europe occidentale. Le Chalcolithique est une période intermédiaire marquée par l'émergence du travail de certains métaux (cuivre, or, argent) mais encore rattachée au Néolithique par de nombreux aspects (industrie lithique et osseuse, céramique, mégalithisme).

Le Néolithique dans le monde[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Groupes du Néolithique en France.

Innovations techniques[modifier | modifier le code]

Haches polies découvertes dans le dépôt de Bernon (Arzon, Morbihan).
Ces pièces de grandes dimensions (15 à 28 cm) datent du Ve millénaire av. J.-C.. Certaines sont en fibrolite locale, d'autres sont en roches vertes alpines et ont probablement été obtenues par échange.

Pierre polie[modifier | modifier le code]

Préforme de hache en pierre avant polissage
Hache en pierre partiellement polie : la phase de façonnage est encore perceptible

La technique du polissage est utilisée dès le Paléolithique supérieur pour le travail des matières dures animales (os, bois, ivoire) mais aussi, plus rarement, de la pierre, notamment au Japon et en Chine. Elle est également attestée ponctuellement dans des sociétés de chasseurs-cueilleurs, comme dans le Mésolithique de la plaine russe ou chez les aborigènes d'Australie.

Toutefois la généralisation du polissage n’intervient qu’au Néolithique avec le développement des travaux de défrichage liés à l’agriculture. Cette technique permet en effet d’obtenir des haches et des herminettes aux tranchants réguliers et très résistants, qui pourront trancher les fibres du bois sans s'esquiller. Il est important de souligner que le polissage n’est que la dernière étape de la fabrication de la lame de hache et qu’elle intervient après un façonnage généralement bifacial.

Les outils de pierre polie sont réalisés à partir de roches dures (silex) ou de roches vertes tenaces, éruptives (basaltes, dolérites…) ou métamorphiques (amphibolites, éclogites, jadéites…). Les roches tenaces sont parfois travaillées par sciage ou bouchardage avant d’être polies. Le polissage s’effectue par frottement sur un polissoir dormant ou mobile (grès, granite, silex…)[13],[14].

L'archéologie expérimentale a permis de montrer que le rendement du polissage à la main sur certaines roches très dures était de l'ordre de 5 à 20 g par heure, soit jusqu'à une centaine d'heures de travail pour certaines grandes haches. Dans ces conditions, il peut paraître surprenant que le polissage s'étende à toute la surface de l'outil et pas seulement la zone active. Le soin apporté à la confection des outils polis n'a donc pas seulement des motivations techniques mais également esthétiques et sociales. Ce dernier point est appuyé par des études réalisées en contexte ethnographique[15].

Débitage et retouche par pression[modifier | modifier le code]

Parallèlement au polissage, d’autres méthodes sont développées pour produire des outils et des armes de chasse. C’est le cas du débitage par pression, qui permet d’obtenir des lames et des lamelles très régulières. La retouche par pression, employée dès le Solutréen en Europe mais aussi beaucoup plus tôt dans le Middle Stone Age sud-africain[16], revêt une grande importance au Néolithique pour la finition de certaines armatures telles que les pointes de flèches à pédoncule et ailerons.

Céramique[modifier | modifier le code]

Poterie du Jōmon naissant, environ 10 000 à 8 000 ans av. J.-C.

La céramique est souvent considérée comme une invention des groupes humains du Néolithique. L'utilisation de terre cuite à des fins non utilitaires est toutefois attestée dès le Paléolithique supérieur, notamment pour la réalisation de certaines Vénus gravettiennes[17]. Des figurines animales en terre cuite très anciennes sont également connues dans les sites ibéromaurusiens d'Afrique du Nord, dont l'âge est estimé à 20 000 ans BP.

La poterie (au sens originel de fabrication de récipients en terre cuite) fait son apparition chez plusieurs groupes de chasseurs-cueilleurs en voie de néolithisation en Russie, en Scandinavie, en Chine et surtout au Japon, durant la période Jōmon. La poterie Jōmon apparaît entre 15 000 et 12 000 ans av. J.-C.[18].

Céramique linéaire du Rubané

Elle a également été inventée indépendamment et relativement anciennement au Proche-Orient : elle est attestée à Ganj-i Dareh (Iran) vers 7 000 ans av. J.-C., à Tell Mureybet[19] (Syrie) entre 7 000 et 8 000 ans av. J.-C. Il s'agit toutefois d'une invention en partie sans lendemain puisqu'il existe en Syrie et en Palestine un Néolithique précéramique qui perdure jusqu'au début du VIe millénaire av. J.-C.

Expansion néolithique de la Culture cardiale et de la Culture rubanée en Europe

La céramique est définitivement adoptée autour de 6 000 ans av. J.-C. en Syrie ; elle est attestée à Jarmo (Irak) vers 5 400 av. J.-C. et peu après en Asie mineure, dans les Balkans puis en Méditerranée occidentale. L'invention de la céramique est une étape majeure dans le développement des techniques humaines : il s'agit d'un matériau dont la transformation est irréversible. En effet, on ne peut pas obtenir de nouvelle argile à partir d'une terre cuite, car la structure moléculaire en a été irrémédiablement modifiée, alors que les outils en métal, même des alliages, peuvent à nouveau fournir les métaux qui les constituent.

La céramique est également une source d'information précieuse pour les archéologues : elle est à la fois relativement simple à fabriquer et assez fragile, tout en se conservant généralement bien. Elle va donc se renouveler et évoluer rapidement, donnant lieu à d'innombrables variantes en termes de formes et de décors, et ainsi servir de marqueur des différents courants culturels du Néolithique.

Métallurgie[modifier | modifier le code]

La fin du Néolithique est également marquée par l'émergence de la métallurgie. La production d'objet en métal est attestée dès le VIIIe millénaire au Proche-Orient et en Anatolie [20]. Il s'agit de petits objets en cuivre réalisés par martelage à froid. La fusion du métal est plus tardive et n'est attestée jusqu'à présent qu'à la fin du VIe millénaire. Longtemps, l'apparition et le développement des objets en métal définissait le début de l'Âge des métaux qui débutait par l'Âge du Cuivre, et était suivi par l'Âge du Bronze et l'Âge du Fer. Dans de nombreuses régions, l'utilisation de l'expression "Âge du Cuivre", ou "Chalcolithique" ou parfois "Énéolithique" tend à disparaître au profit d'expressions comme "Néolithique final" car en dehors de l'apparition et du développement très progressif des objets en métal, l'organisation sociale ne semble par marquer de ruptures fondamentales par rapport aux autres sous-périodes du Néolithique.

Débuts de l'agriculture et changements dans la société[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Origines de l'agriculture et Domestication.

L'apparition de l'agriculture est l'une des innovations néolithiques les plus lourdes de conséquences en ce qui concerne l'organisation sociale. La sédentarisation a longtemps été considérée comme une conséquence de l'agriculture ; il est désormais acquis qu'elle l'a au contraire précédée, notamment au Natoufien. Le climat particulièrement favorable du croissant fertile permettait à des groupes de chasseurs-cueilleurs d'assurer leur subsistance grâce aux abondantes céréales sauvages de la région[21]. La pression démographique aurait conduit ces groupes à s'étendre vers des régions moins favorables où il était nécessaire de prendre soin des céréales et des légumineuses pour en tirer pleinement parti[22].

Pour J. Cauvin, l'explication de l'apparition de l'agriculture ne peut toutefois se résumer à des pressions environnementales ou démographiques mais est plus vraisemblablement socio-culturelle. Pour la première fois, les groupes humains ne se scindent pas lorsqu'ils atteignent le seuil critique au-delà duquel des tensions internes apparaissent : l'agriculture serait une solution pour créer de nouveaux rapports sociaux[23],[24]. Ces nouvelles structures sociales seraient même entraînées par un changement cognitif apparent chez l'humain, impliquant une évolution de son rapport avec son environnement naturel, ce que J. Cauvin identifie dans une « révolution des symboles »[23].

Il est peu probable qu'il existe une explication unique à l'adoption de l'agriculture dans les différents foyers de néolithisation à travers le monde : le mil est domestiqué au Sahara, l'orge, le blé et l'engrain au Moyen-Orient, le chanvre en Asie (montagnes de l'Inde et du Pakistan, plaines de l'Asie centrale ou région moyenne du Fleuve Jaune)[25], le millet (Setaria italica) dans le bassin du Fleuve Jaune, le riz dans le bassin du Yangzi Jiang en Chine, des plantes à tubercule en Asie du Sud-Est, le sorgho au Sahel, etc. Le radoucissement climatique consécutif à la fin de la Dernière Glaciation favorise la croissance des plantes, et la réussite de cette stratégie de subsistance. La chasse et la pêche sont cependant encore longtemps utilisées parallèlement à la culture et à l'élevage.

Si le chien a été domestiqué dès le Paléolithique[26],[27] par des chasseurs-cueilleurs, au Néolithique les animaux commencent à être domestiqués pour leur viande, mais aussi pour leurs productions complémentaires (lait, laine, cuir) ; l'utilisation de leur force de travail, comme animaux de trait, de bât ou de selle, intervient plus tardivement. Le choix se porte sur quelques espèces, les plus dociles ou les plus prisées. Au tout début du Néolithique, il est évidemment souvent très délicat de déterminer si des restes osseux appartiennent à un animal sauvage ou domestique, tant ils sont encore proches. Les dates de domestication des différentes espèces sont donc sujettes à de nombreux débats (voir dates et lieux de domestication).

Apparition de la hiérarchisation, de la guerre et des États[modifier | modifier le code]

L'apparition et le développement de la différenciation sociale et de la hiérarchisation font encore l'objet de nombreuses conjectures. Aucun consensus clair ne se dégage dans la communauté scientifique. Certains suggèrent que l'apparition du stockage des aliments et la constitution de réserves ont eu pour effet indirect un début de hiérarchisation de la société, avec la mise en place progressive d'une classe de guerriers pour protéger les champs et les réserves de la convoitise des groupes voisins. Le niveau supérieur de l'hypogée de Roaix (Vaucluse), daté de 2 090 ± 140 av. J.-C., a livré les squelettes imbriqués d'une quarantaine d'individus, hommes, femmes ou nouveau-nés, dont certains présentaient des pointes de flèches fichées dans les os du bassin ou au milieu du thorax : il s'agirait de l'une des plus anciennes preuves d'inhumation collective à la suite d'un massacre et de l'un des premiers témoignages de guerre[28],[29]. Courtin lui-même précise, dans son interview, que "...cette version est maintenant contestée par une thèse récente (ce serait une couche de mortalité normale d'un village)...". Il faut parler, de toute façon, de combats sporadiques, s'ils ont vraiment eu lieu. Les connaissances des préhistoriens ne permettent pas aujourd'hui de parler de "guerre" au Néolithique. Inférer sur des causes de massacres tout à fait putatifs ne peut conduire à considérer que les hommes du Néolithique étaient guerriers et encore moins qu'ils nous auraient légués une sorte de violence génétique. Il semble que les conditions sociales, la culture et l'apprentissage aient, par contre, joué un rôle déterminant dans les évolutions de la période. L'absence ou la réalité de conflits éventuels entre groupes humains semblent, durant cette période comme aujourd'hui, indissociables de ces trois éléments.

Sédentarisation et apparition des premières villes[modifier | modifier le code]

Comme évoqué précédemment, dans certaines régions la sédentarisation a précédé la découverte de l'agriculture, lorsque l'environnement apportait une subsistance suffisante tout au long des saisons. Par ailleurs, celle-ci n'entraîne pas toujours la sédentarisation complète, certains groupes de pasteurs étant également nomades. Il existe également, en Inde et en Amazonie, des exemples de groupes d'agriculteurs nomades qui ne restent sur un territoire donné que le temps d'une récolte.

Mais l'agriculture impose généralement de se fixer de quelques mois, le temps de faire les récoltes, à quelques années, le temps que la terre s'épuise. Des constructions durables apparaissent, en torchis et en pierre, remplaçant les huttes de peaux des chasseurs-cueilleurs. Quand ces constructions se regroupent, naît alors le village. L'une des plus anciennes agglomérations est celle de Jéricho : les premières constructions de pierre y sont datées d'environ 9 000 ans av. J.-C. Elles sont légèrement antérieures à celles de Jarmo et de Choirokoitia, à Chypre. L'agglomération de Çatal Hüyük, en Turquie, est l'exemple le plus éclatant d'une sédentarisation aboutie : extension sur 12 hectares, maisons à un étage en briques crues, toits en terrasses, peintures murales, il y a environ 8 500 ans. Dans la mesure où elle ne présente pas de véritable plan urbanistique, il convient toutefois de la considérer comme un grand village plutôt que comme une ville ou une proto-ville.

La fin du Néolithique en Europe est également connue pour ses « cités lacustres », qui ont déchaîné l'imagination des préhistoriens du début du XXe siècle. Il apparaît que si certaines habitations étaient parfois édifiées sur pilotis, le plus souvent elles étaient construites en bordure de lacs et n'ont été submergées que bien plus tard. Ces sites sont caractérisés par une conservation exceptionnelle des matériaux organiques. L'un des plus célèbres est celui situé au bord du lac de Chalain dans le Jura.

L'art[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Art néolithique.
Combat d'archers dans un abri de Morella, Espagne.

L'art néolithique est extrêmement diversifié dans ses expressions. Les artistes du Néolithique s'expriment à travers la décoration des objets utilitaires (céramique, haches polies) mais aussi par la réalisation de sculptures, de parures et d'œuvres rupestres.

Détail de peintures rupestres du Tassili (Algérie) datant d'environ 3 000 ans av. J.-C.

L'art néolithique vu par Élie Faure[modifier | modifier le code]

Le passage du Paléolithique au Néolithique nous est raconté, du point de vue artistique, par un des plus grands auteurs d'histoire de l'art, Élie Faure. « Au début, tout, pour le primitif, est naturel, et le surnaturel n’apparaît qu’avec le savoir », nous dit-il.

Mais la religion estompe l'art pour établir sa supériorité. C’est sans doute ce qui arrivera au Néolithique, environ 6 000 ans après l’engloutissement, sous les eaux du déluge, de la civilisation du renne. Des changements climatiques interviennent, la planète à nouveau se réchauffe, les glaciers fondent et les eaux montent.

Quand enfin de nouvelles conditions climatiques se stabilisent et que renaît la civilisation, c’est sous une autre forme. Celle du chasseur de renne est morte à jamais. Nous sommes au Néolithique, l’homme est plus agriculteur que chasseur. Graines et animaux sont domestiqués, les tribus reconstituées se sédentarisent, les premières grandes cités apparaissent au Moyen-Orient et en Asie mineure.

Figurine anthropomorphe, Grèce

Voici surgir l'aube d’une nouvelle civilisation, « glacée par une industrie plus positive, une vie moins puissante, une religion déjà détournée de la source naturelle », dit Élie Faure. « Une civilisation à tendance scientifique prédominante », n'est-ce pas déjà la nôtre ?

Les belles formes mouvantes peintes sur les parois des cavernes du Paléolithique disparaissent à jamais. Dans ce monde de la pierre polie qui succède à celui de la pierre simplement éclatée déjà se profile le rationalisme du futur âge industriel. Il y a comme une marque de réprobation et probablement d’interdiction religieuse dans ce tabou vis-à-vis des formes humaines et animales. La religion nouvelle, outre à faire naître autant de dieux que d'hommes, se base sur l'astronomie davantage que sur la vie. L'esprit est tout, la forme dédaignée, avant d'être maudite parce qu'on y voit quelque « mauvais esprit » ou « mauvais œil », obstacle à la libération morale à venir au cours des millénaires jusqu'à nous, héritiers directs du Néolithique.

Alignement du quadrilatère du Manio, près de Carnac, France

« Une silhouette de mammouth à demi effacée sur la paroi d’une caverne nous en dit plus sur l’esprit de l’homme qui l’y a gravée en quelques heures, qu’une plaine couverte de mégalithes sur des foules qui ont mis des siècles à les dresser », dira Élie Faure.

Génétique[modifier | modifier le code]

En janvier 2010, dans une étude scientifique financée par le Wellcome Trust sur la diversité génétique des populations modernes, des chercheurs de l'université de Leicester au Royaume-Uni ont étudié des échantillons de toute l'Europe, dont des Français de plusieurs régions (Finistère, Pays basque, Vendée, Haute-Garonne ...). Ils ont établi que 80 % des lignées génétiques masculines des Européens, sont issues des agriculteurs qui sont arrivés du Proche-Orient il y a entre 5 000 et 10 000 ans. Par opposition, la plupart des lignées génétiques maternelles semblent provenir des chasseurs-cueilleurs du Paléolithique[30],[31],[32],[33].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sauf dans le cas du jade en Chine. Les blocs étant uniquement travaillés par frottement.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marcel Otte, La Protohistoire, De-Boeck / 2008, p.8 à 11, (ISBN 978-2804159238)
  2. (en) J. Lubbock, 1865, Prehistoric Times, Londres, Williams and Norgate.
  3. M. Sahlins, 1972, Âge de pierre, âge d'abondance. Économie des sociétés primitives (1976 pour la traduction française), ISBN 2-07-029285-1
  4. Bocquet-Appel J.-P., 2011, The Agricultural Demographic Transition During and After the Agriculture Inventions, Current Anthropology, vol. 52 n. S4, p. S497-S510
  5. (en) Çiler Çilingiroğlu, « The concept of 'Neolithic package' : considering its meaning and applicability », Documenta Praehistorica, vol. XXXII,‎ 2005, p. 1-13 (lire en ligne)
  6. V. Gordon Childe, 1925, The Dawn of European Civilization, Londres.
  7. V. Gordon Childe, 1929, The Danube in Prehistory, Oxford.
  8. V. Gordon Childe, 1936, Man Makes Himself, London, Watts & Co., 274 p.
  9. a, b et c J. Leclerc et J. Tarrête (1988) « Néolithique », in: Dictionnaire de la Préhistoire, Leroi-Gourhan, A., Éd., PUF, p. 773-774.
  10. Dan Semenescu, Apparition des formes urbaines : institutions symboliques et structures matérielles au Sud-est de l'Europe, Zeta Books, 2008
  11. Önhan Tunca, La « révolution » néolithique, Bulletin de la Société Royale des Sciences de Liège, vol. 73, 4, 2004, pp. 211-223
  12. Lewis Mumford [réf. nécessaire]
  13. J. Pelegrin, 1988, « Polissage », in: Dictionnaire de la Préhistoire, Leroi-Gourhan, A., Éd., PUF, p. 773-774.
  14. P. Pétrequin et Ch. Jeunesse (dir.), 1995, La hache de pierre : carrières vosgiennes et échanges de lames polies pendant le Néolithique (5400 - 2100 av. J.-C.), Paris, Errance, 132 p.
  15. P. Pétrequin et A.-M. Pétrequin, Écologie d'un outil : la hache de pierre en Irian Jaya (Indonésie), Paris, CNRS, Monographies du CRA 12, 1993.
  16. Mourre, V., Villa, P., Henshilwood, C.S., « Early use of pressure flaking on lithic artifacts at Blombos cave, South Africa », Science, 2010 : 330, p. 659-662.
  17. H. Delporte, 1993, L’image de la femme dans l’art préhistorique, Éd. Picard, ISBN 2-7084-0440-7
  18. M.N. De Bergh (1988) « Jomon (complexe culturel) », in: Dictionnaire de la Préhistoire, Leroi-Gourhan, A., Éd., PUF, p. 561-562.
  19. J. Cauvin, 1977, Les fouilles de Mureybet (1971-1974) et leur signification pour les origines de la sédentarisation au Proche-Orient, Annuals of the American School of Oriental Research, 44, p. 18-48.
  20. Strahm, C. 2007. L'introduction de la métallurgie en Europe, in Guilaine J. Le Chalcolithique et la construction des inégalités, tome 1, Le continent européen, Séminaire du Collège de France : 49-71. Paris : Errance.
  21. (en)J.R. Harlan, 1967, « A wild harvest in Turkey », Archaeology, t. 20, p. 197-201.
  22. (en)K.V. Flannery, The ecology of early food production in Mesopotamia, Science, t. 147, p. 1247.
  23. a et b J. Cauvin, 1994, Naissance des divinités, naissance de l'agriculture : la révolution des symboles au Néolithique, (réédité par Flammarion, collection "Champs", 1998, ISBN 2-08-081406-0)
  24. J. Cauvin, 1978, Les premiers villages de Syrie-Palestine du IXe au VIIe millénaire av. J.-C., Lyon, Maison de l'Orient méditerranéen.
  25. cf. Histoire du chanvre.
  26. About.com - Archaeology - Dog History How were Dogs Domesticated? By K. Kris Hirst - Dog history has been studied recently using mitochondrial DNA, which suggests that wolves and dogs split into different species around 100,000 years ago...
  27. Germonpré M., Sablin M.V., Stevens R.E., Hedges R.E.M., Hofreiter M., Stiller M. and Jaenicke-Desprese V., 2009. Fossil dogs and wolves from Palaeolithic sites in Belgium, the Ukraine and Russia: osteometry, ancient DNA and stable isotopes. - Journal of Archaeological Science 2009, vol. 36, no2, pp. 473-490
  28. J. Courtin, 1974, Le Néolithique de la Provence, Paris, Mémoires de la Société Préhistorique Française, t. 11, 359 p.
  29. « Des Pierres et des morts », passage d'une interview de J. Courtin consacré à l'hypogée de Roaix.
  30. Balaresque et al. 2010, A Predominantly Neolithic Origin for European Paternal Lineages
  31. Most Britons descended from male farmers who left Iraq and Syria 10,000 years ago, Daily Mail, 20 janvier 2010
  32. Most European males 'descended from farmers', BBC News, 20 janvier 2010
  33. Commission européennes Cordis

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]