Alphabet phonétique international

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir API.
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.

L'alphabet phonétique international (API) est un alphabet utilisé pour la transcription phonétique des sons du langage parlé. Contrairement aux nombreuses autres méthodes de transcription qui se limitent à des familles de langues, l'API est prévu pour couvrir l'ensemble des langues du monde. Développé par des phonéticiens français et britanniques sous les auspices de l'Association phonétique internationale, il a été publié pour la première fois en 1888. Sa dernière révision date de 2005 ; à ce jour il comprend 107 lettres, 52 signes diacritiques et 4 caractères de prosodie.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'API a été développé au départ par des professeurs de langue britanniques et français sous la direction de Paul Passy dans le cadre de l'Association phonétique internationale, fondée à Paris en 1886 sous le nom de Dhi Fonètik Tîcerz' Asóciécon. La première version de l'API, publiée en 1888, était inspirée de l'alphabet romique d'Henry Sweet, lui-même élaboré à partir de l'alphabet phonotypique d'Isaac Pitman et Alexander John Ellis.

L'API a connu plusieurs révisions en 1900, 1932, 1938, 1947, 1951, 1989, 1993, 1996 et 2005.

Principes généraux[modifier | modifier le code]

La transcription phonétique en API consiste à découper la parole en segments sonores supposés atomiques, et à employer un symbole unique pour chacun de ceux-ci, en évitant les multigrammes (combinaisons de lettres, comme le son ch du français, noté /ʃ/ phonologiquement, ou le gli italien, transcrit /ʎ/ phonologiquement).

Exemple de transcription utilisant l’alphabet phonétique international : « endurer » dans quelques langues.
langue mot écrit phonologie (normative) phonétique (par ex.)
français endurer /ɑ̃.dy.ʁe/ [ɑ̃d̪yːˈʁe]
allemand dulden /ˈdul.dən/ [ˈdʊːldn̩]
anglais tolerate / ˈtɒl.ə.ɹeɪt/ [ˈtʰɒˑləɹeɪtʔ]
espagnol aguantar /a.ɡuan.ˈtaɾ/ [aɣʷan̪ˈt̪aɾ]
espéranto suferi /su.ˈfe.ɾi/ [suˈfeɾi]
catalan aguantar /ə.ɡuan.ˈta/ [əɣwən̪ˈt̪a]
italien sopportare /sop.por.ˈta.re/ [sopːoːrˈtaːre]
néerlandais verdragen /vɛɹ.ˈdra.ɣɘn/ [vɛːɹˈdraɣɘn̩]
mandarin (ren3) /rěn/ [ʐən˨˩˦]

Le nombre de caractères principaux de l’API est de 118, ce qui permet de couvrir les sons les plus fréquents. Ces caractères sont pour la plupart des lettres grecques ou latines ou des modifications de celles-ci : ɾ, ɽ, ɺ, ɹ (tirés de r) ; ɘ, ə (tirés de e). Les sons moins fréquents sont transcrits à partir des précédents en indiquant une modification du mode ou du point d'articulation par le biais d'un ou plusieurs signes diacritiques (au nombre de 76) sur le caractère principal : par exemple, le b du castillan caber (« tenir, rentrer dans ») est transcrit [β̞] pour indiquer une spirante au lieu de la fricative bilabiale sonore [β]. Il existe également des symboles spéciaux pour noter des phénomènes suprasegmentaux, comme les tons mélodiques ou l'accent tonique : [ˈdʊl·dn̩], transcription de l'allemand dulden (« supporter, tolérer ») indique un accent tonique d'intensité sur la première syllabe (') et un n final vocalisé ( ).

Barres obliques (phonologie) versus crochets (phonétique)[modifier | modifier le code]

  • L'usage linguistique indique la transcription phonologique des termes entre barres obliques, c’est-à-dire qui oppose les traits pertinents des différents sons d'une langue donnée sans entrer dans le détail de leur prononciation (dont les réalisations possibles sont notées phonétiquement).
    Le découpage syllabique (avec le symbole ".") n’est pas aussi pertinent que dans la transcription phonologique d’une langue donnée. Les transcriptions phonologiques revêtent souvent un caractère normatif de la langue : les transcriptions phonologiques ne doivent donc s’interpréter qu'en combinaison avec la langue indiquée (qui définit les équivalences phonétiques reconnues entre ses locuteurs), laquelle utilise un jeu simplifié de symboles phonologiques et non le jeu complet des symboles de l’API.
    Certains sons phonologiques, bien que normalement pertinents dans une langue, peuvent aussi ne pas toujours être prononcés, les locuteurs interprétant une forme ou l’autre comme le même mot, de façon contextuelle. C’est le cas en français avec le e muet qui parfois se prononce quand même (et parfois modifie le découpage syllabique phonologique). Quand ce son ne se prononce le plus souvent pas, on l’omet de la transcription phonologique (cas du e muet français). En revanche, ce cas est plus courant dans des langues comme l’anglais sans qu’aucune préférence ne se dégage. Dans ce cas, on note souvent entre parenthèses les sons concernés.
    L'utilisation de l'API est maintenant établie dans l’enseignement, l'apprentissage et l’étude des langues. Notamment, la plupart des dictionnaires bilingues utilisent cet alphabet pour noter la phonologie, ou bien une transcription phonologique qui en est inspirée. L'API est également un outil essentiel pour rendre à l’écrit les langues jusqu’à présent non écrites : de nombreuses langues d’Afrique se sont dotées d’une orthographe utilisant comme signes complémentaires des caractères de l'API et liés à la phonologie de ces langues ; par exemple l’alphabet pan-nigérian, l’alphabet général des langues camerounaises, l’alphabet scientifique des langues du Gabon, l’Alphabet des langues nationales du Bénin, l’alphabet national burkinabè, l’alphabet national tchadien, l’alphabet des langues nationales du Mali, l’orthographe pratique des langues ivoiriennes, ou l’orthographe standardisée et uniformisée du Congo-Kinshasa.
  • Cependant, les transcriptions phonétiques d’un mot ou d’une phrase (très souvent multiples) se notent entre crochets.
    Ces transcriptions phonétiques (plus précises et pouvant utiliser le jeu complet des symboles de l’API) devraient se lire normalement indépendamment de la langue (cependant des simplifications sont souvent apportées en fonction du contexte de réutilisation de ces transcriptions). La réalisation phonétique de la prononciation ne réalise très souvent pas non plus les découpages syllabiques (qui sont la plupart du temps supprimés des notations phonétiques), sauf en cas de réalisation de pauses, variables entre les réalisations possibles (qui peuvent être notées phonétiquement avec d’autres symboles plus précis que le ".").
    De même on ne transcrit normalement pas les parenthèses phonologiques en notation phonétique : soit on transcrit le son phonétiquement, soit on l’omet totalement des mots transcrits phonétiquement, en indiquant séparément les réalisations possibles de la façon la plus exacte possible.
    Nombre de lecteurs ont des difficultés à lire les transcriptions phonétiques, notamment quand elles reproduisent des sons (phonèmes, tonèmes) dont ils ne perçoivent pas eux-mêmes les différences ou qu’ils sont incapables de prononcer. En revanche, les transcriptions phonétiques sont souvent utiles pour aider les lecteurs à interpréter les notations phonologiques de langues étrangères, afin d’apprendre à faire les distinctions nécessaires, ou savoir si leur propre réalisation phonétique est compatible avec la langue étrangère.
    Ces notations phonétiques se retrouvent donc parfois dans les tableaux expliquant la phonologie d’une langue, mais la plupart du temps ces tableaux sont plus clairs pour le lecteur quand la notation phonologique s’accompagne d’un exemple de mot (de préférence dans la langue native de ce lecteur) dont les réalisations phonétiques habituelles dans sa langue (ou les langues qu’il peut connaitre plus facilement) posent moins de problème au lecteur et lui permettent d’identifier les distinctions pertinentes que la langue étrangère opère dans sa phonologie, tout en lui permettant d’adapter sa prononciation pour mieux reproduire l’accent habituel des locuteurs natifs de cette langue étrangère.

La plupart du temps donc, les notations phonétiques exactes (indépendantes de la langue) sont rarement notées, au contraire des transcriptions phonologiques.

Phonétique française[modifier | modifier le code]

Ce tableau présente un sous-ensemble de l'API relatif à 36 phonèmes du français accompagné d'exemples de mots écrits.

Le français a subi une réduction du nombre de ses phonèmes. /ʎ/ ("l mouillé", p. ex. dans "tilleul"), qui subsiste dans les autres langues romanes, a disparu au cours du XIXe siècle, assimilé à /j/. La majorité des locuteurs francophones ne font pas les distinctions entre œ̃ / ɛ̃ , a / ɑ , ø / ə , ɲ / nj ("n mouillé"). Dans sa version la plus courante le français ne compte donc que 32 phonèmes [1]

Les dix-sept consonnes
API Mots écrits
b bal, robe
s souris, pièce
k carpe, kiwi, qui
d date
f face, phare
ɡ gare, bague
ʒ journal, gorge
l la, alors
m maman
n non
ɲ gnôle, agneau
p petit
ʁ rare
t tordu
v voir, wagon
z zèbre, oser
ʃ chat, short
Les douze voyelles orales
API Mots écrits
a patte, papa
ɑ pâte, tas
ə fenêtre
ø jeu, feu
œ fleur
e été, nez
ɛ mer, j’aimais
o sot, seau, sceau, saut
ɔ porte, port, or, mort
i fille, ami
u coup, at
y nu, j’ai eu
Les quatre voyelles nasales
API Mots écrits
ɑ̃ rang, avant
ɛ̃ rein, brin, pain
ɔ̃ bon, ton
œ̃ brun, un
Les trois semi-consonnes (ou semi-voyelles)
API Mots écrits
j yeux ail
w fouet (/fwɛ/), voir (/vwaʁ/)
ɥ fuite (/fɥit/), lui (/lɥi/)

Description de l'alphabet[modifier | modifier le code]

Fiche récapitulative de l'API (en anglais)

Voyelles[modifier | modifier le code]

L'API possède des caractères principaux pour les voyelles orales les plus courantes qui sont classées selon :

  • leur degré d'aperture : voyelles fermées (hautes), pré-fermées (hautes inférieures), mi-fermées (moyennes supérieures), moyennes, mi-ouvertes (moyennes inférieures), pré-ouvertes (basses supérieures), ouvertes (basses) ;
  • leur point d'articulation : antérieur, quasi-antérieur, central, quasi-postérieur, postérieur ;
  • leur caractère arrondi ou non.

Table des voyelles[modifier | modifier le code]

Ce tableau classe les voyelles selon les caractères ci-dessus, comme le triangle vocalique ou le trapèze vocalique.

Point d'articulation Antérieures Quasi-antérieur Centrales Quasi-postérieur Postérieures
Aperture non arr. arr. non arr. arr. non arr. arr. non arr. arr. non arr. arr.
Fermées i y ɨ ʉ ɯ u
Pré-fermées ɪ ʏ * ʊ
Mi-fermées e ø ɘ ɵ ɤ o
Moyennes ə
Mi-ouvertes ɛ œ ɜ ɞ ʌ ɔ
Pré-ouvertes æ ɐ
Ouvertes a ɶ ä ɑ ɒ

Les autres voyelles sont transcrites à partir de celles-ci par adjonction d'un ou plusieurs diacritiques modifiant son articulation :

Table des diacritiques affectant les voyelles[modifier | modifier le code]

Diacritiques de l’alphabet phonétique international modifiant la réalisation d’une voyelle
modification diacritique   modification diacritique
arrondissement (labialisation) ɔ̹ avancement de la racine linguale
désarrondissement (délabialisation) ɔ̜ rétraction de la racine linguale
avancement (plus antérieur) centralisation ë
rétraction (plus postérieur) semi-centralisation
moins ouvert (montée) laryngalisation
plus ouvert (descente) nasalisation
murmure modifier

Par exemple,

  • les nasales du français standard sont ɔ̃ (on), ɛ̃ (hein), œ̃ (un), ɑ̃ (an) ;
  • le /o/ bref du hongrois (par ex. kor, âge) est moins antérieur et légèrement plus ouvert que le /oː/ long (par ex. kór, maladie), une transcription soigneuse le donne comme [o̟̞].

Quantité (allongement ou amuïssement)[modifier | modifier le code]

La quantité des voyelles est indiquée comme suit :

Signes de l’alphabet phonétique international indiquant la quantité des consonnes et voyelles
modification allongement aucune amuïssement
quantité long mi-long bref extra-bref
signe chrone semi-chrone aucun brève
exemples t ă
modifier ce tableau

Notes:

  1. Le symbole de ponctuation deux-points est souvent employé à la place du chrone (deux points triangulaires), par exemple [a:] au lieu de [].
  2. Dans les langues où l’allongement ou l’amuïssement des voyelles existe encore pour certains locuteurs mais ne sont plus pertinents (par exemple en français moderne « standard »), on n’annote plus les voyelles longues dans les transcriptions phonologiques, et on y omet même les voyelles amuïes (par exemple le schwa amuï en finale de mot, devenu e muet en français moderne).
  3. Les transcriptions latines basées sur l’analyse phonémique, dans des langues qui distinguent encore les longueurs de voyelles (par exemple le japonais ou les langues indo-aryennes), s'écartent souvent de la notation API et utilisent un macron (voire un accent circonflexe) pour les voyelles longues.

Par exemple, Pose cette rose !, phonologiquement /pɔz sɛt ʁɔz/, est souvent réalisé en français parisien [poˑsːɛtˈʁ̥oːz].

L’amuïssement de voyelles phonémiques longues n'est pas noté phonétiquement : on utilise le symbole usuel en ôtant son signe d’allongement phonétique. En revanche les syllabes courtes sont notées phonologiquement par un accent bref et les voyelles amuïes sont soit supprimées de la notation phonémique soit marquées entre parenthèses.

Tonèmes[modifier | modifier le code]

La transcription des tonèmes suit le procédé ci-dessous.

  • Pour certains tons dont le profil de hauteur est simple on utilise soit un diacritique soit un pictogramme représentant la hauteur du ton ou un accent (par exemple : ton de hauteur constante haut, mi-haut, médian, mi-bas, bas)
  • Pour les tons dont le profil de hauteur est plus complexe seul un pictogramme représentant le profil du ton est prévu. Par exemple, il est possible de rendre le mandarin 我姓张 (wǒ xìng zhāng) (« Mon nom de famille est Zhang ») par /wɔ˨˩˦ ɕiŋ˥˩ tʂɑŋ˥/. [voir notes ci-dessous]
Signes de l’alphabet phonétique international pour la transcription des tonèmes.
ton diacritique barre   ton diacritique barre
haut ascendant ě e˩˥
mi-haut é descendant ê e˥˩
médian ē ascendant haut e᷄ e˦˥
mi-bas è ascendant bas e᷅ e˩˨
bas ȅ montant-descendant e᷈ e˦˥˦
Case grisée : pas de caractère Unicode prévu
Diacritiques/barres : notations équivalentes
Image des symboles : voir la fiche récapitulative

Notes :

  1. Les symboles pour les tons de hauteur variable ne s’affichent correctement que si la police utilisée pour les afficher a prévu cette possibilité et que le navigateur la prend en charge ; dans le cas contraire sont affichés à la suite les symboles correspondant aux différentes hauteurs prises par le ton. Le tracé correct des symboles est donné sur la fiche récapitulative de l'API.
  2. La notation numérique des tons en exposant, par exemple 我姓张 /214 ɕiŋ51 tʂɑŋ5/, est souvent utilisée pour pallier la piètre gestion des tons de l’API par les ordinateurs actuels. Cette notation n’est pas standard et son format dépend des familles de langues étudiées, mais elles sont très courantes dans leurs transcriptions phonologiques car ces tons sont linguistiquement pertinents pour distinguer les termes des langues fortement tonales telles que les langues chinoises.
  3. Dans les translittérations latines (romanisations), où les symboles API ne sont pas utilisés du tout mais sont remplacés par l’usage de graphies proches des langues occidentales et comportant de nombreux digrammes (par exemple la romanisation normalisée pinyin), ces tons sont même notés très souvent avec des chiffres normaux et non des exposants.
  4. Parfois, ces mêmes tons sont transcrits à l’aide des accents ou diacritiques usuels des orthographes latines (au lieu des chiffres), et souvent sans rapport avec les diacritiques de l’API : de telles romanisations ont même pu évoluer en orthographe normale pour ces langues tonales (par exemple l’écriture latine actuelle du vietnamien, où une même voyelle peut comporter deux signes diacritiques distincts : un accent ou diacritique lié pour noter la modification vocalique, l’autre accent au-dessus de l’ensemble vocalique pour noter le ton).

Consonnes[modifier | modifier le code]

Segments[modifier | modifier le code]

L'API classe les consonnes selon trois critères :

Modes
d’articulation
Points d’articulation  
Labial Labial-vél. Coronal Dorsal Laryngal (aucun)  
 Pulmoniques   Bilabial  Lab-dent.  Dental    Alvéol.  Post-alv. Rétro. Alv.-pal. Palatal  Vélaire  Labio-vél. Uvulaire Pharyn.  Épiglott.    Glottal    
Nasales   m   ɱ   ŋ͡m     n     ɳ     ɲ   ŋ   ŋʷ   ɴ    
Occl. prénasalisées m͡p m͡b   k͡p ɡ͡b n͡t̪ n͡d̪ n͡t n͡d   ɳ͡ʈ ɳ͡ɖ   ɲ͡c ɲ͡ɟ ŋ͡k ŋ͡ɡ   ɴ͡q ɴ͡ɢ    
Occlusives p b k͡p ɡ͡b t d   ʈ ɖ   c ɟ k ɡ ɡʷ q ɢ   ʡ   ʔ    
Affriquées p͡ɸ b͡β p͡f b͡v   t͡θ d͡ð t͡s d͡z t͡ʃ d͡ʒ t͡ʂ d͡ʐ t͡ɕ d͡ʑ c͡ç ɟ͡ʝ k͡x ɡ͡ɣ   q͡χ ɢ͡ʁ   ʡ͡ʜ   ʔ͡h    
Fric. prénasalisées m͡ɸ m͡β ɱ͡f ɱ͡v   n͡θ n͡ð n͡s n͡z n͡ʃ n͡ʒ       ŋ͡k ŋ͡ɡ          
Fricatives ɸ β f v   θ ð s z ʃ ʒ ʂ ʐ ɕ ʑ ç ʝ x ɣ ɣʷ χ ʁ ħ ʕ ʜ ʢ h ɦ  
Spirantes   β̞   ʋ     ð̞   ɹ     ɻ     j   ɰ ʍ w              
Roulées ʙ̥ ʙ       r     *           ʀ     *    
Battues   *       ɾ̪   ɾ     ɽ               *    
Affriquées latér.     t͡ɬ d͡ɮ                            
Fricatives latér.     ɬ ɮ   *     *   *          
Spirantes latér.     l     ɭ     ʎ   ʟ        
Battues latér.       ɺ     *     *   *        
Non pulmoniques  
Occl. injectives ƥ ɓ       ƭ ɗ     *   ƈ ʄ ƙ ɠ   ʠ ʛ    
Occl. éjectives       t̪ʼ       ʈʼ                
Fric. éjectives ɸʼ       θʼ     ʃʼ   ʂʼ   ɕʼ   çʼ       χʼ      
Clics centraux ʘ     ǀ   ǃ   ǂ        
Clics latéraux     ǁ            

Diverses consonnes pulmoniques qui ne font pas partie d’un autre point d’articulation :

Description Symbole
Consonne spirante labio-palatale voisée ɥ
Consonne fricative post-alvéolo-vélaire sourde ɧ
Consonne spirante latérale alvéolaire vélarisée voisée ɫ

Lorsque deux symboles apparaissent dans une case, celui de gauche représente une consonne sourde, celui de droite une consonne voisée (ne s’applique pas aux clics).
Les cases séparées par des pointillés emploient normalement les mêmes symboles API de base, et ne diffèrent éventuellement que par les diacritiques appliqués pour déplacer leur articulation.
Les cases marquées d’un astérisque (*) indiquent des sons attestés non encore représentés officiellement dans l’API.
Les parties grisées indiquent une articulation jugée impossible. Les cases blanches vides indiquent des articulations théoriques possibles mais non encore attestées.
Les affriquées t͡s, d͡z, t͡ʃ, d͡ʒ, t͡ɕ, d͡ʑ sont notées à l’aide des ligatures ʦ, ʣ, ʧ, ʤ, ʨ, ʥ d’usage courant, ne faisant plus partie de l’API (il est recommandé de les remplacer par les deux articulations, liées avec une ligature tirant –suscrite ou souscrite– ou avec la fricative en exposant).
Les occlusives injectives sourdes en italique, parfois employées, ne font plus partie de l’API (il est recommandé de les remplacer par le symbole de la consonne voisée avec le diacritique de dévoisement).


Comme pour les voyelles, des diacritiques permettent d'indiquer une modification du point ou du mode d'articulation afin de transcrire des consonnes qui n'ont pas de symbole principal.

diacritiques et exposants modifiant les consonnes de l'alphabet phonétique international
avancement articulation dentale murmure
rétraction articulation apicale laryngalisation
ɹ̝ montée articulation laminale labialisation
β̞ descente articulation linguo-labiale palatalisation
dévoisement désocclusion latérale vélarisation
voisement dⁿ désocclusion nasale pharyngalisation
arrondissement désocclusion inaudible aspiration
désarrondissement ⁿd prénasalisation ɡ͡b articulation double
t͡s affriquée ɚ rhotacisme modifier

Par exemple,

Quantité / Gémination[modifier | modifier le code]

La quantité des consonnes (leur éventuelle gémination) est indiquée de la même manière que pour les voyelles. Le hongrois Mit mondott? (Qu'a-t-il/elle dit ?), phonologiquement /mit mon.dotː/, pourra être transcrit phonétiquement [mɪt̪mo̟n̪d̪o̟t̪].

Vocalisation[modifier | modifier le code]

Une consonne vocalisée, c'est-à-dire servant de sommet à une syllabe, comporte un trait vertical souscrit dans sa notation phonologique ; en revanche la vocalisation (par exemple un schwa bref) devrait être explicitée dans la notation phonétique, séparément de la consonne mentionnant l’articulation exacte :

  • allemand reden (parler) : phonologiquement /ˈred.n̩/, réalisé par exemple [ˈreːdə̆n] ;
  • tchèque Brno (Brno) : phonologiquement /ˈbr̩.no/, réalisé par exemple [ˈbə̆rnoː] ;
  • anglais whistle (siffler) : phonologiquement /ˈʍɪs.l̩/, réalisé par exemple [ˈʍɪsə̆l].

Syllabes et accentuation[modifier | modifier le code]

Un point ‹ . › sépare les syllabes pertinentes dans la notation phonologique ; de même les mots restent séparés par des espaces. Ces deux signes phonologiques sont généralement omis des transcriptions phonétiques, sauf pour indiquer la présence effective d’une pause. Par exemple, l'allemand Rindfleischetikettierungsüberwachungsaufgabenübertragungsgesetz (loi sur le transfert de responsabilité de la surveillance de l'étiquetage de la viande bovine) se transcrit phonologiquement :
/ˌʁɪnt.flaɪʃ.ʔeti.kɛ.ˌtiː.ʁʊŋs.ʔyˑbɐ.ˌva.xʊŋs.ˌʔaʊf.ɡaː.bn̩.ʔyˑbɐ.ˌtʁ̥aː.gʊŋs.ɡə.ˈzɛts/.

Les syllabes accentuées sont précédées d’une courte barre verticale :

  • en exposant ‹ ˈ › pour l'accent primaire,
  • en indice ‹ ˌ › pour l'accent secondaire.

Les réalisations phonétiques des accents syllabiques peuvent varier suivant les langues et les locuteurs, entre la mutation de la consonne d'attaque, l’allongement ou la diphtongation de la voyelle au sommet de la syllabe, le changement de ton, la gémination ou la mutation de la consonne finale : ces réalisations possibles ne sont pas toujours distinguées clairement, et nombre de transcriptions phonétiques gardent la notation phonologique de ces accents avec les mêmes symboles.

La brève souscrite ‹ ◌̯ › signale qu'un élément est à rattacher à la syllabe courante et ne constitue pas un nouvel élément syllabique. Par exemple : /po̯.ˈeta/, transcription phonologique du mot espagnol signifiant « poète ». (exemple tiré du Handbook of the IPA, p. 25)

Unicode[modifier | modifier le code]

Le jeu de caractères Unicode permet d'écrire l'ensemble de l'API. Les symboles et diacritiques se situent dans les blocs de caractères suivants :

Certains caractères précomposés (avec diacritiques) sont accessibles dans les blocs suivants :

Références[modifier | modifier le code]

  1. François Lonchamp, Université Nancy, La transcription phonétique du français. http://francois.lonchamp.free.fr/TranscriptionPhonetique/transcriptionPhonetique.pdf

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]