Luxembourg (ville)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Luxembourg.
Luxembourg
(lb) Lëtzebuerg
(de) Luxemburg
Blason de Luxembourg
Héraldique
Localisation de Luxembourg au Luxembourg
Localisation de Luxembourg au Luxembourg
La gare de Luxembourg-Ville
La gare de Luxembourg-Ville
Administration
Pays Drapeau du Luxembourg Luxembourg
District Luxembourg
Canton Luxembourg
Bourgmestre Lydie Polfer-Wurth (DP)
Démographie
Gentilé Luxembourgeois(e)
Population 107 247 hab. (2014)
Densité 2 073 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 36′ 36″ N 6° 08′ 00″ E / 49.61, 6.1333349° 36′ 36″ Nord 6° 08′ 00″ Est / 49.61, 6.13333  
Altitude Min. 230 m – Max. 402 m
Superficie 5 173 ha = 51,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Luxembourg

Voir la carte administrative du Luxembourg
City locator 14.svg
Luxembourg

Géolocalisation sur la carte : Luxembourg

Voir la carte topographique du Luxembourg
City locator 14.svg
Luxembourg
Liens
Site web vdl.lu

Luxembourg, communément appelée Luxembourg-Ville (pour la distinguer du pays) ou simplement d’Stad (« la Ville » en luxembourgeois), surnommée « Gibraltar du Nord » avant le démantèlement de ses fortifications et plus récemment le « Cœur vert de l'Europe »[1] (en raison de sa verdure et comme l'un des sièges des institutions de l'Union européenne), est la capitale du Grand-Duché de Luxembourg et la 5e place financière d'Europe[2]. Elle est située au confluent de l'Alzette et de la Pétrusse.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville de Luxembourg à la fin du Moyen Âge, dessinée en 1581 par Franz Hogenberg. La carte couvre le domaine de la Ville-Haute, délimité par l'Alzette et la Pétrusse.

À l'époque romaine, Luxembourg était situé à l'intersection de deux voies romaines, l'une allant de Trèves à Reims par Arlon, l'autre reliant Metz à Aix-la-Chapelle. Le rocher du Bock était déjà fortifié. La ville s'est développée au Xe siècle à partir d'un château construit en 963 sur le rocher du Bock par le comte ardennais Sigefroy de Luxembourg (Siegfried) . Le château s'élevait sur les vestiges d'un castellum romain appelé Lucilinburhuc (« petit château »).

Siège d'un comté puis depuis 1354 d'un duché lorsque ses souverains devinrent roi de Bohême et empereurs germaniques (cf. Charles IV du Saint-Empire). Le duché et la ville sont cédés en 1443 au duc Philippe III de Bourgogne par Elisabeth de Goerlitz. Ils passeront par héritage à Charles Quint qui, enfant, portait le titre de duc de Luxembourg. Par lui, Luxembourg passe aux Habsbourg d'Espagne.

Plan-relief des fortifications de Luxembourg.

Dans le cadre de la politique des Réunions du roi Louis XIV de France, Luxembourg est revendiquée par la Couronne de France. Les armées françaises mettent le siège devant la ville en décembre 1683. À partir du 28 avril, Vauban dirige les assauts sous les ordres du maréchal de Créquy et la ville tombe le 4 juin 1684[3]. Rendu au roi d'Espagne par le Traité de Ryswick (1697) le duché passe sous administration autrichienne (Habsbourg d'Autriche) après la guerre de Succession d'Espagne (1714), puis est occupé et annexé par la France révolutionnaire en 1794/15. La forteresse de Luxembourg, épuisée et affamée, ne se rend qu'après un long siège.

En 1815, le Congrès de Vienne restaure le Luxembourg sous la forme d'un grand-duché intégré comme État membre à la Confédération germanique, ceci afin de pouvoir accorder à la Prusse, déjà installée en Rhénanie, le droit de garnison dans la forteresse de Luxembourg. Simultanément, le grand-duché de Luxembourg est donné à titre personnel et héréditaire en primogéniture masculine au roi Guillaume Ier des Pays-Bas, ce qui donne naissance à une union personnelle entre le royaume des Pays-Bas et le grand-duché de Luxembourg : deux États unis par la personne d'un même souverain. En 1830, lorsque les provinces méridionales (future Belgique) du royaume des Pays-Bas se soulèvent contre le joug néerlandais, nombre de Luxembourgeois se rallient au mouvement révolutionnaire, car le grand-duché n'a jamais été traité qu'en simple province des Pays-Bas, et les griefs à l'égard du régime "hollandais" sont nombreux. Alors que la garnison prussienne continue à maintenir, de fait, les habitants de Luxembourg-Ville dans l'obéissance au roi grand-duc Guillaume Ier, le plat pays passe rapidement sous le contrôle des nouvelles autorités (pro-)belges. Cette situation ambiguë durera jusqu'en 1839, date à laquelle les puissances européennes réunies à Londres imposeront le partage du grand-duché (décidé dès 1831) entre Guillaume Ier ( ⇒ grand-duché actuel) et la Belgique ( ⇒ province belge de Luxembourg; chef-lieu: Arlon).

En 1867, un an après la fin de la Confédération germanique et à la suite d'une crise apparue entre la France de Napoléon III et la Prusse menée par le chancelier prussien Otto von Bismarck, la neutralité du Luxembourg est proclamée par les puissances européennes réunies en conférence à Londres: la garnison prussienne doit se retirer et la forteresse de Luxembourg doit être démantelée. C'est ainsi que la ville, débarrassée de sa ceinture de fortifications, peut commencer à s'étendre (nouveaux quartiers) et se doter d'importants espaces verts (parcs).

Logo de la ville de Luxembourg
Le Viaduc donnant accès à la ville, vers 1890, avec un tramway de Luxembourg, alors à traction hippomobile.

En 1890, Guillaume III des Pays-Bas meurt en ne laissant qu'une fille, et le grand duché, régi par la loi dite salique, passe, en vertu du "pacte de famille" signé au XVIIIe siècle, à l'autre branche de la Maison de Nassau existant encore à ce moment-là. Les Orange-Nassau cèdent la place aux Nassau-Weilbourg (grand-duc Adolphe, puis grand-duc Guillaume IV). Le grand duc Guillaume IV de Luxembourg n'ayant pas de fils, il fait abroger la loi salique en 1905. Désormais, à défaut de fils, la fille aînée peut accéder au trône en tant que grande-duchesse régnante. En 1912, sa fille aînée, Marie-Adélaïde de Luxembourg, lui succède. Au mépris de la neutralité du grand-duché, le pays et sa capitale sont occupés par l'armée allemande dès le début de la Première Guerre mondiale. Ce scénario se répète en pire le 10 mai 1940, lors de la Seconde Guerre mondiale: annexé de fait au Troisième Reich, le pays est libéré par l'armée américaine en septembre 1944 (Luxembourg-Ville, le 10 septembre 1944).

Géographie[modifier | modifier le code]

Luxembourg vu par le satellite Spot
Ville de Luxembourg : vieux quartiers et fortifications *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
La vieille ville de Luxembourg et les casemates
La vieille ville de Luxembourg et les casemates
Pays Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Type Culturel
Critères (iv)
Superficie 30 ha
Numéro
d’identification
699
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 1994 (18e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

La ville de Luxembourg se situe dans le sud du plateau de Luxembourg, une grande formation de grès datant du jurassique qui forme le cœur du Gutland, région relativement plate de basse altitude qui couvre les deux tiers sud du pays.

Le cœur de la ville (Ville Haute) occupe un site pittoresque, perché au sommet abrupt des falaises des étroites vallées de l'Alzette et de la Pétrusse, qui trouvent leur confluent à Luxembourg-ville. Les profondes vallées creusées par ces rivières sont étalonnées par de nombreux ponts et viaducs, y compris le pont Adolphe, le pont Grande-Duchesse Charlotte, et la Passerelle. Bien que la ville de Luxembourg ne soit pas particulièrement grande, sa topographie est complexe, car la ville est construite sur plusieurs niveaux, à cheval sur les deux vallées. La commune de la ville de Luxembourg couvre une superficie totale de plus de 51 km2, soit 2 % de la superficie totale du pays. De ce fait, c'est la quatrième plus grande commune du Luxembourg, et de loin la plus grande zone urbaine. La ville n'a pas forcément une forte densité de population; avec moins de 1 500 personnes par km² ; de vastes zones sont conservées telles que les parcs, les zones boisées, ou les sites de patrimoine important (notamment les sites de l'UNESCO), tandis qu'il existe aussi de vastes étendues de terres agricoles qui sont situées dans les limites de la ville.

Le climat de la ville est de type océanique, avec une nuance continentale marquée. Les hivers relativement froids et les étés relativement chauds sont complétés par une certaine fraicheur liée à la position géographique de la ville.

La ville est divisée en 24 quartiers : Beggen, Belair, Bonnevoie-Nord-Verlorenkost, Bonnevoie-Sud, Cents, Cessange, Clausen, Dommeldange, Eich, Gare, Gasperich, Grund, Hamm, Hollerich, Kirchberg, Limpertsberg, Merl, Muhlenbach, Neudorf-Weimershof, Pfaffenthal, Pulvermuhl, Rollingergrund-Belair-Nord, Ville-Haute et Weimerskirch.

Un des lieux de travail de l'Europe communautaire[modifier | modifier le code]

Ville natale d'un des pères fondateurs de l'Europe unie, Robert Schuman, elle est l'un des quatre sièges officiels de l'Union européenne et héberge ses institutions juridictionnelles et financières : Cour de justice des Communautés européennes, Banque européenne d'investissement, Cour des comptes européenne, Secrétariat général du Parlement européen, Office des Publications ainsi que différents services de la Commission européenne.

Lorsqu'on la contemple du fond de la vallée de l'Alzette ou depuis les faubourgs de Grund, la vieille ville de Luxembourg s'impose encore par les murailles qui firent d'elle dans l'histoire une importante citadelle. Aujourd'hui, siège de nombreuses institutions de l'Union européenne, la capitale du Grand-Duché s'étend et construit sa prospérité derrière les portes blindées des banques nationales et étrangères qui s'y multiplient.

Luxembourg est l’une des quatre villes formant le QuattroPole[4] avec Sarrebruck, Metz et Trèves. Ce réseau interurbain favorise la coopération transfrontalière de ces quatre villes. En 2007, Luxembourg est "capitale européenne de la culture", avec la GECT Grande Région[5].

Depuis juin 2007, Luxembourg est reliée au TGV Est. Le trajet Luxembourg-Paris dure h 10, contre h 35 auparavant, et offre ainsi de meilleures perspectives à l'économie et au tourisme.

Administration[modifier | modifier le code]

Son bourgmestre est, depuis le 18 décembre 2013, Lydie Polfer, qui a auparavant occupé cette fonction de 1982 à 1999. Ses prédecesseurs étaient, du 24 novembre 2011 à sa nomination à la tête du gouvernement, Xavier Bettel et, pour la période août 1999 à novembre 2011, Paul Helminger.

Population[modifier | modifier le code]

Au recensement du 25 octobre 2012, la population de Luxembourg était de 100 000 habitants[6]. 35,12 % sont luxembourgeois et 64,88 % (soit 143 nationalités) sont d'origine étrangère.

En 2009, elle comptait un total de 47 526 hommes et de 51 021 femmes.

Démographie[modifier | modifier le code]

Source : État de la population de 1870 à 2011, données du portail des statistiques du Grand Duché[7].

Évolution démographique
1871 1900 1930 1970 2000 2006 2010 2011 2012 2013
26 303 39 488 53 837 76 159 80 670 82 509 90 848 95 058 99 852 103 641

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le vieux quartier et les fortifications de la ville sont classés au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1994. Lors de la construction de la « Cité judiciaire », sur le plateau dit du Saint-Esprit (endroit où s'élevait jadis un couvent du même nom), une controverse surgit, car les nouveaux bâtiments allaient considérablement modifier l'aspect habituel de la ville. Le plateau du Kirchberg est depuis la fin des années 1980 en pleine expansion. Entre-temps, il abrite les siège des plus grandes entreprises, notamment des secteurs financier et des télécommunications, mais aussi diverses institutions culturelles (Philharmonie, musée d'Art moderne/contemporain, musée de la Forteresse). C'est le quartier le plus moderne, avec des réalisations architecturales souvent audacieuses. Les différentes tours construites au Kirchberg, e.a. le bâtiment Alcide De Gasperi (dit Bâtiment Tour) et les tours A et B, dessinent avec les vestiges impressionnants de l'ancienne forteresse, l'église Saint-Michel et la Cathédrale Notre-Dame le panorama de la ville de Luxembourg.

Le charme qui émane de Luxembourg-Ville s'explique notamment par la cohabitation harmonieuse du patrimoine historique avec des exemples plutôt réussis d'architecture contemporaine et par la présence de magnifiques espaces verts (vallée de la Pétrusse, qui sépare la vieille ville du quartier de la gare, et parcs à l'anglaise conçus à l'endroit où s'élevaient, avant 1867, des bastions et autres forts). Les nombreux ponts, surtout le pont Adolphe et le pont grande-duchesse Charlotte ("pont rouge"), contribuent également à donner à Luxembourg-Ville ce caractère particulier qui est le sien.

Monuments et sites[modifier | modifier le code]

Le fort Thüngen et, à l'arrière-plan, le musée d'art moderne grand-duc Jean

La ville occupe un site exceptionnel. Avec ses fortifications, elle se situe au sommet d'un rocher de grès aux bords escarpés, que contournent deux rivières, l'Alzette et la Pétrusse. La vieille ville est séparée de la nouvelle au sud par la profonde entaille du ravin de la Pétrusse que franchissent des ponts, tel le fameux pont Adolphe (1899-1903), d'une hardiesse impressionnante. Au nord, elle est reliée au plateau de Kirchberg par le pont Grande-Duchesse Charlotte (1964) qui enjambe l'Alzette. Trois quartiers occupent les vallées : Grund, Clausen et Pfaffenthal.

Transports[modifier | modifier le code]

Autoroutes[modifier | modifier le code]

Luxembourg est située au cœur du triangle Francfort-sur-le-Main-Paris-Amsterdam et est donc connecté au réseau routier européen via de nombreuses routes internationales parmi lesquelles :

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La ville de Luxembourg est desservie par 25 lignes de bus organisées par différentes compagnies privées comme la CFL, la RGTR ou encore la TICE. Il existe également une ligne gratuite connectant le Glacis à la gare de Luxembourg. La ville a également mis en place la "Joker Line" pour les seniors ainsi qu'un réseau de bus de nuit. Afin de connecter ses bus au trafic routier, Luxembourg dispose d'une série de 5 parkings automobiles gratuits pour les nombreux usagers désirant se rendre en ville, et ce afin de limiter l'encombrement de la capitale. Voici ces 5 parkings et leurs capacité: Beggen (160), Bouillon (2442), Kirchberg (265), Kockelscheuer (567), Luxembourg-Sud (881). La ville a, depuis longtemps, un projet de ligne de tram qui est en bon chemin pour voir le jour d'ici quelques années.

Rail[modifier | modifier le code]

Luxembourg ville dispose d'une gare ferroviaire qui est le nœud de toutes les lignes luxembourgeoises ainsi que le terminus de la plupart d'entre elles. Elle est entretnue par la société nationale des chemins de fer : la CFL. La gare est connectée au réseau allemand, français et belge via plusieurs trains par heure. Elle est également connectée au réseau français TGV-Est vers Metz, Strasbourg et Paris ainsi qu'au réseau suisse par deux trains internationaux journaliers vers Bâle et Zurich (continuant ensuite vers Bruxelles).

Air[modifier | modifier le code]

Luxembourg est desservie par l'unique aéroport international du pays, l'aéroport de Luxembourg-Findel (codes: AITA: LUX, OACI: ELLX). Il est situé dans la commune de Sandweiler à 6 km de la capitale. L'aéroport est connecté à la ville via de nombreuses lignes de bus. Un projet de gare souterraine et de ligne de tram est prévu pour les années à venir. Luxembourg-Findel est le hub des deux compagnies nationales luxembourgeoises: Luxair et Cargolux, cette dernière menant d'ailleurs l'aéroport au rang de 5e aéroport européen et 28e mondial en termes de cargo en 2010.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Les grand-ducs de la famille de Nassau-Weilbourg (depuis 1890)[modifier | modifier le code]

Autres personnalités[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. depuis un slogan produit en 1976 par le Syndicat d'initiative et de tourisme de la ville. Voir Regards croisés sur le patrimoine. Actes du colloque de Luxembourg, sous la direction de Charles Moumouni et Claude Dubé, Québec, Presses de l'Université Laval, 2009, p. 98
  2. http://www.zyen.com/PDF/GFC%207.pdf Global Financial Centres Index
  3. Gérard Folio, « La citadelle et la place de Saint-Jean-Pied-de-Port, de la Renaissance à l’Époque Contemporaine », in Cahier du Centre d’études d’histoire de la défense no 25 Histoire de la fortification, 2005 ISBN 2-11-094732-2, En ligne « http://www.cehd.sga.defense.gouv.fr/IMG/pdf/cahier25_T1.pdf » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-09-21, consulté le 3 mars 2007, p. 40
  4. http://www.quattropole.org
  5. http://www.luxembourg2007.org
  6. Recensement de 2012. http://www.vdl.lu/Accueil+du+100_000e+citoyen+enregistr%C3%A9-p-143286.html
  7. Données statistiques sur le Grand Duché de Luxembourg.
  8. « Ponts et tunnels de chemin de fer », sur rail.lu
  9. (en) « Twin Towns in the UK », sur Dorset Twinning Association,‎ 11 mai 2007 (consulté le 21 septembre 2007)
  10. (cs) « Partnerská města HMP », Portál „Zahraniční vztahy“ [Portal "Foreign Affairs"],‎ 18 juillet 2013 (consulté le 5 août 2013)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]