France Musique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

France Musique

Description de l'image  France Musique logo 2008.png.
Présentation
Pays Drapeau de la France France
Siège social Radio France Maison de la radio
116, avenue du Président-Kennedy,
75220 Paris Cedex 16
Slogan "Ce monde a besoin de musique"
Langue Français
Statut Service public
Site Web France Musique
Historique
Ancien nom Le programme musical à modulation de fréquence (1954)

France IV (1954-1959)
France IV Haute-Fidélité (1959-1963)
RTF Haute Fidélité (1963)
France Musique (1963-1999)

France Musiques (1999-2005)
Création 1954
Diffusion
AM Non Non
FM oui Oui
Les fréquences
RDS MUSIQUE_
Numérique Non Non
Numérique terrestre Non Non
Satellite oui Oui
ADSL oui Oui
Streaming oui Oui
Podcasting oui Oui

France Musique est une radio publique thématique du groupe Radio-France, essentiellement consacrée à la musique classique et au jazz, mais proposant également des programmes sur les musiques électroniques, comédies musicales, musiques dites légères, rock et musiques du monde. Elle assure la retransmission des concerts des deux orchestres du groupe Radio France, l'Orchestre philharmonique de Radio France et l'Orchestre national de France ainsi que du chœur de Radio France et de la Maîtrise.

Elle a été appelée France Musiques pendant quelques années à partir de 1999.

Le directeur actuel de France Musique est Olivier Morel-Maroger.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

France Musique est fondée en 1954 sur une idée du poète Jean Tardieu[1], sous le nom de « programme musical à modulation de fréquence ». Les programmes sont diffusés en modulation de fréquence et en stéréophonie, deux techniques alors nouvelles[1], la RTF cherchant ainsi à inciter les auditeurs à s’équiper en postes stéréophoniques. D’abord expérimental, ce programme diffuse au début tous les jours de 19 à 23 heures et le samedi jusqu’à minuit ; puis, il parvient à devenir une véritable station[2].

Le , il prend le nom de « France IV Haute-Fidélité », puis devient « RTF Haute Fidélité » le et « France Musique » le 8 décembre de la même année[3].

Une série de réformes[modifier | modifier le code]

Dès cette époque, la station connaît des tensions sur deux sujets : la place à l’antenne de musiques autres que classique et la répartition du temps d’antenne entre musique et commentaires. Ces deux thèmes motivent toutes les réformes effectuées depuis les années 1960.

Louis Dandrel (1975-1977)

Ainsi en 1975 Pierre Vozlinsky, directeur des programmes et services musicaux à Radio France, nomme Louis Dandrel, journaliste au Monde, comme directeur de la station[1]. Ce dernier cherche à accroître l’audience de la radio en élargissant la programmation au rock, au jazz, aux variétés et aux musiques non-européennes[4]. Un tiers des producteurs sont écartés et remplacés par un personnel plus jeune. La nouvelle grille entre en fonction le . L’audience progresse, mais les « fidèles » (par exemple, Jean Dutourd) et la presse dénoncent la nouvelle orientation de la station[5]. Bientôt, les relations entre Volzinsky, attaché à une conception plus traditionnelle de la station, et Louis Dandrel se détériorent. Ce dernier démissionne en 1977, suivi par une cinquantaine de producteurs, tandis que la radio met un terme à l’ouverture pratiquée[6].

La concurrence de Radio Classique

En 1982 la programmation suscite à nouveau des protestations : le temps de parole serait trop long et trop ennuyeux, la programmation prévue n’est pas respectée. Aussi la station tente de réduire la place de la parole sur ses ondes[7].

L’arrivée de Radio Classique sur les ondes en 1983 incite France Musique à élargir la gamme des musiques diffusées et à laisser plus de place aux commentaires (Radio Classique laissant peu de place à la parole)[8]. Mais la station privée ne tarde pas à concurrencer puis dépasser la radio publique. En 1987 France Musique connaît une nouvelle réforme visant à diminuer à nouveau le temps de parole des animateurs[9]. Le arrive une autre réforme qui se traduit par la réduction de temps de parole des animateurs qui atteignait alors en moyenne14 minutes par heure, et l’adoption d’un ton plus vivant. Mais la société des producteurs de France Musique et la presse se montrent hostiles à la nouvelle grille[10].

Pierre Bouteiller (1999-2004)

Nommé directeur en 1999, Pierre Bouteiller donne à la station le nom de « France Musiques ».

Le président de Radio France, Jean-Marie Cavada, lui demande d’accueillir plus de musiques vivantes, de réduire la part des commentaires musicologiques et de donner plus de place à l’information[11]. La grille, lancée en septembre 1999 s’avère décevante.

La station reprend son nom de France Musique après le départ de Pierre Bouteiller en 2004.

Olivier Morel-Maroger (depuis juin 2011)

Directeur adjoint à l'époque de Pierre Bouteiller, il est secrétaire général de Radio France de 2004 à 2008.

Il est nommé directeur adjoint de France Musique en 2008, directeur délégué en 2010, directeur par intérim en février 2011, directeur en juin 2011[12].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Logos[modifier | modifier le code]

Slogans[modifier | modifier le code]

  • 1975 : « La première radio en couleurs »
  • 1989 : « La musique un ton au-dessus »
  • 1992 : « Jamais la musique ne vous aura touché d'aussi près »
  • 1995 : « Bienvenue chez les fous de Musique »
  • 2008 : « Le plaisir »
  • Avril 2008 : « Prolonger l'émotion »
  • 2012 : « Il y a une part de classique en chacun de nous »
  • depuis 2012 : « Ce monde a besoin de musique »

Programmation[modifier | modifier le code]

Les concerts et la musique vivante[modifier | modifier le code]

Deux rendez-vous quotidiens sont consacrés aux concerts : à 14h "le concert de l'après-midi", présenté par Anne-Charlotte Rémond, et à 20h "le concert du soir", présenté par les producteurs de France Musique en alternance.

Les concerts sont ensuite disponibles à la réécoute sur le site Internet de France Musique, pour une durée de 30 jours, dans un espace "Concerts".

Jazz et autres musiques[modifier | modifier le code]

France Musique diffuse surtout de la musique classique. Avec le temps elle a réalisé une ouverture vers le jazz, puisque plus de 10 h d'antenne sont consacrées au jazz avec les émissions suivantes :

Sont également programmés :

La musique est entrecoupée de commentaires explicatifs, la station ayant une volonté pédagogique. Elle diffuse de nombreux concerts (environ un millier chaque année), si bien qu'en 2005 elle était le deuxième fournisseur de concerts de l'Union Européenne de Radiodiffusion[14].

L'actualité musicale et culturelle[modifier | modifier le code]

France Musique propose plusieurs rendez-vous quotidiens d'information culturelle et musicale, marqués par des invités de renoms pour les commenter.

La Matinale, de 7h à 9h[modifier | modifier le code]

L'un des rendez-vous importants de France Musique est la matinale de Jean-Michel Dhuez, grande voix de la radio qui met son expérience de journaliste au service d'une matinale pluridisciplinaire. De 7h à 9h, "La Matinale" est rythmée par les journaux de la rédaction de France Culture et France Musique, ainsi que par des chroniques et des reportages. A 8h10, Jean-Michel Dhuez reçoit chaque matin "l'invité du jour".

Chaque Matinale est aussi ponctuée d'une chronique : le lundi "Les bonnes tables des artistes", le mardi " Sans tambour ni trompette" (chronique littéraire de Sylvie Tanette), le mercredi "Au cinéma quelle heure est-il ?" (chronique cinéma de Jean-Baptiste Thoret), le jeudi "Le billet lyrique de Libé" (en partenariat avec le journal Libération) et le vendredi "Un Beauvert d'oreille" (chronique de Thierry Beauvert).

Le Magazine, de 12h30 à 13h40[modifier | modifier le code]

Tous les midis, Lionel Esparza reçoit dans "le Magazine" les musiciens, artistes lyriques, metteurs en scène ou encore écrivains qui font l'actualité de la musique classique. Le Magazine est l'écho immédiat de l'actualité du disque, des concerts et opéras, ou encore des festivals du moment.

Chaque vendredi, le magazine devient "Le casque et l'enclume". Lionel Esparza reçoit alors des journalistes spécialisés (Richard Martet d'Opéra Magazine, Christian Merlin du Figaro, ou encore Emmanuelle Giuliani du journal La Croix) pour commenter l'actualité de la musique classique.

Les "Dépêches notes", à 11h, 13h30, 16h et 18h[modifier | modifier le code]

Deux minutes d'information musicale diffusées quatre fois par jour (à 11h, 13h30, 16h, et 18h) animées par Clément Rochefort (également chroniqueur dans le Magazine, chaque mercredi). Les informations des "Dépêches notes" sont ensuite reprises et détaillées sur francemusique.fr dans sa partie "actu musicale"

Les voix de France Musique[modifier | modifier le code]

Les émissions de France Musique sont ou ont été animées par les voix d'hier et d'aujourd'hui des producteurs-animateurs comme celles de Thierry Beauvert, Jacques Bourgeois, Christophe Bourseiller, Dominique Boutel, Arièle Butaux, Philippe Caloni, Claude Carrière, Philippe Cassard, François Castang, David Christoffel, Mildred Clary, Jean-Michel Damian, Marc David-Calvet, Françoise Degeorges, Jean-Pierre Derrien, Marc Dumont, Benoît Duteurtre, Lionel Esparza, Édouard Fouré-Caul-Futy, Stéphane Goldet, Stéphane Haïk, François Hudry, David Jisse, Frédérique Jourdaa, Thierry Jousse, Jean-Christophe Keck, Denisa Kerschova, Alain Lacombe, Karine Le Bail, Gaëlle Le Gallic, Frédéric Lodéon, Alain Lompech, Renaud Machart, Jacques Merlet, Arnaud Merlin, Anne Montaron, Émilie Munera, Armand Panigel, Alain Pâris, Marcel Quillévéré, Anne-Charlotte Rémond, Véronique Sauger, Eric Serva, François-Xavier Szymczak, Alex Taylor, Laurent Valero ou Jean-François Zygel.

Diffusion[modifier | modifier le code]

La station est diffusée en modulation de fréquence grâce à 502 émetteurs, ce qui assure sa diffusion dans presque tout le territoire français (en 2005)[15]. Elle est également disponible dans une partie du Luxembourg et de la zone francophone de la Suisse (comme Genève, Lausanne, Neuchâtel)[16]. Elle n'était plus audible par satellite depuis le 1er juillet 2008, du fait d'un désaccord entre CanalSat et Radio France sur les conditions de distribution par satellite. De nouveau présente sur Canalsat (satellite ASTRA 19,2° EST) en clair depuis le 01/07/2009[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Karine Le Bail, « France-Musique, France-Musiques », in Jean-Noël Jeanneney, L'écho du siècle : dictionnaire historique de la radio et de la télévision en France, Paris, Hachette Littératures, 2001, p. 143.
  2. Robert Prot, article « France Musique », dans Dictionnaire de la radio : 75 années de radiodiffusion, Paris, Institut national de l'audiovisuel, 1997, p. 256,
  3. Prot, p. 256 ; Le Bail, p. 143.
  4. Le Bail, p. 143 ; Christian Brochand, Histoire générale de la radio et de la télévision en France, tome 3, 1974-2000, Paris, Documentation française, 2006, p. 535-536
  5. Le Bail, p. 144.
  6. Le Bail, p. 144 ; Brochand, p. 536-537
  7. Brochand, p. 541
  8. Le Bail, p. 145.
  9. Brochand, p. 312
  10. Brochand, p. 315 et 554.
  11. Le Bail, p. 146.
  12. Cf. notice sur le site Qobuz
  13. [1]
  14. Rapport d'activité 2005 de Radio France, p. 27.Lire en ligne
  15. « Bilan de la société nationale de programme Radio France, Année 2005 », Paris, Conseil Supérieur de l'Audiovisuel, p. 34.
  16. Source: Myradiobase.de
  17. Radio - France Musique - LyngSat Address

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :