Auch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Auch
Ville-basse traversée par le Gers, vue depuis l'escalier monumental.
Ville-basse traversée par le Gers, vue depuis l'escalier monumental.
Blason de Auch
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Gers (préfecture)
Arrondissement Arrondissement d'Auch
(chef-lieu)
Canton Chef-lieu de quatre cantons
Intercommunalité Grand Auch Agglomération
Maire
Mandat
Franck Montaugé
2014-2020
Code postal 32000
Code commune 32013
Démographie
Gentilé Auscitaine, Auscitain
Population
municipale
21 871 hab. (2011)
Densité 302 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 38′ 47″ N 0° 35′ 08″ E / 43.6465, 0.5855 ()43° 38′ 47″ Nord 0° 35′ 08″ Est / 43.6465, 0.5855 ()  
Altitude Min. 115 m – Max. 281 m
Superficie 72,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Auch

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Auch

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Auch

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Auch
Liens
Site web Site officiel

Auch est une commune française située dans le département du Gers, dont elle est la préfecture, département appartenant à la région Midi-Pyrénées.

Ses 21 871 habitants (2011) sont appelés les Auscitains[1]. Auch est la ville principale du Grand Auch Agglomération, de l'aire urbaine d'Auch (40 853 habitants en 2009[2]) et de son unité urbaine qui compte 24 997 habitants (2010)[3].

Auch est connue pour sa gastronomie, sa cathédrale Sainte-Marie et son escalier monumental.

Sous l'Ancien Régime, elle faisait partie de la province de Gascogne dont elle est considérée comme la capitale historique.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune d'Auch se situe dans l'arrondissement d'Auch et dans la vallée du Gers, approximativement au centre du département du Gers. Auch est à une distance de 77 km à l'ouest de Toulouse, 204 km de Bordeaux, 233 km de Bayonne et 721 km au sud-ouest de Paris[4].

Situation d'Auch.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Auch est traversé par le Gers, affluent de la Garonne, elle est la capitale historique de la Gascogne.

Le Gers partage Auch entre la Haute-Ville, rive gauche, lieu de la cité médiévale construite sur une colline, où se trouvent la plupart des monuments anciens, et la Basse-Ville, bâtie en plaine. La Haute-Ville est reliée aux berges du Gers par des « pousterles », typiques rues étroites en escalier.

Climat[modifier | modifier le code]

Auch possède un climat de type océanique dégradé, caractérisé par des hivers doux et humides, ainsi que des étés chauds, souvent orageux. La pluviométrie est inférieure à 700 mm par an. Auch, ville fleurie, concourt chaque année et désire décrocher la quatrième fleur en 2014.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La mise en 2×2 voies de la RN124 jusqu'à Toulouse est en cours de réalisation. Depuis décembre 2012, elle est effective entre Auch et Gimont puis entre L'Isle Jourdain et le périphérique de Toulouse depuis juillet 2009.

Transports[modifier | modifier le code]

La Communauté d'agglomération du Grand Auch dispose d'un réseau de bus urbains, Alliance, composé de 7 lignes majeures. La commune bénéficie de quelques voies pour les déplacements doux et des nouveaux projets sont en cours d'études pour l'ouverture de voies vertes.

La préfecture du Gers dispose d'une gare SNCF, terminus de la voie au départ de Toulouse. La réouverture de la ligne vers Agen est à l'étude pour connecter Auch à la future LGV Bordeaux-Toulouse.

Enfin, l'aérodrome d'Auch - Lamothe dispose d'une piste en dur pour les vols de loisirs et de tourisme.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune est Aush en gascon.

Le nom de la tribu aquitaine de langue proto-basque, des Auscii a donné son nom à la ville d'Auch. L'origine étymologique de l'endonyme euskara (langue basque en basque) serait aussi dérivé du radical ausc- d'après le linguiste René Lafon[5].

Le nom antique de la cité est Elimberrum (en latin)[6],[7]. Selon Jean-Baptiste Orpustan et autres linguistes, Elimberri et le nom antique romanisé Elimberrum, ancien nom de la ville d'Auch, viennent du basco-aquitain iri (eli- en latin) "ville" et berri "neuve" et signifie « ville neuve » en basque[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

Le promontoire rocheux, situé au bord de la rivière Gers, ne correspond pas à un oppidum, comme on pourrait s'y attendre. La ville se situait en plaine dès avant la conquête romaine, en contrebas du centre-ville actuel et sur la rive opposée du Gers. Auch doit son nom aux Auscii, le peuple aquitain qui occupait la ville. d'Eliumberrum[9].

À l'époque romaine, la ville connaît un important développement et devient un des principaux centres urbains de l'Aquitaine. Après le sac de la ville principale de la province, Eauze (prononcé: eoz), Augusta Auscorum devint le principal centre urbain et administratif.

Auch en 1883

Au moment des Grandes Invasions, la ville romaine, non fortifiée, fut pillée puis désertée par ses habitants qui regagnèrent alors le site de l'ancienne Eliumberrum plus facilement défendable. Il devint le noyau urbain et fut ceint de murailles.

Lors de l'avènement du christianisme, Auch est logiquement érigée en évêché puis en archevêché en 879. Elle devint alors (et reste encore aujourd'hui) une place religieuse de première importance.

Durant l'époque médiévale, la ville d'Auch fut la capitale pour un temps des comtes d'Armagnac Xe et XIe siècles). La ville fut prise et reprise à de multiples moments et servit de décor aux querelles anecdotiques entre les pouvoirs ecclésiastiques, municipaux et seigneuriaux. Le blason de la ville révèle encore aujourd'hui la lutte entre le lion dressé rouge (blason des Armagnacs) et l'agneau (symbole des archevêques).

Statue d'Antoine Mégret d'Etigny

Comme pour souligner la place de la religion à Auch et la portée de leurs pouvoirs, les archevêques (notamment François de Savoie) firent construire sur les ruines de l'ancienne cathédrale romane incendiée, l'une des plus majestueuses cathédrales du Sud-Ouest de la France (XVe-XVIe siècles). La basilique Sainte-Marie domine toujours la ville par ses proportions gigantesques.

Après la bataille de Lectoure en 1473 qui marqua la chute définitive de la dynastie des comtes d'Armagnac, la ville fut investie par les troupes du roi de France, Louis XI. Le redémarrage fut lent au cours du XVIe siècle.

Enfin, au XVIIIe siècle, la Généralité d'Auch se détache de celle de Montauban (1715). Ses intendants eurent pour principal souci le développement économique ainsi que l'amélioration des conditions et du cadre de vie. Plus particulièrement sous Louis XV, l'intendant Antoine Mégret d'Étigny transforma la ville en lui donnant son visage actuel avec la construction de la plupart de ses bâtiments remarquables (hôtel de ville, hôtel d'Intendance, promenade…). C'est l'âge d'or d'Auch.

Au XIXe siècle, l'installation d'une usine à gaz et la construction de la gare ferroviaire favorisèrent le développement des quartiers de la ville basse.

Durant la Seconde Guerre mondiale, 101 juifs sont raflés et déportés le 26 août 1942 puis fin février 1943, vers les camps de « rétention » de Gurs (Pyrénées-Atlantiques) ou du Vernet (Ariège) à l'occasion de la visite officielle, de l'amiral Darnand[10].

On peut donc dire que la ville d'Auch, à travers les siècles, a été ce qu'elle est encore aujourd'hui, c'est-à-dire la métropole administrative de la Gascogne.

Archevêché et archidiocèse d'Auch[modifier | modifier le code]

L'archevêque d'Auch avait le titre de primat de Novempopulanie comme celui de Lyon portait le titre de primat des Gaules.

Le diocèse d'Auch hérite du titre de Métropolitain en 856, après le saccage de la ville d'Eauze. Mais le premier évêque d'Auch apparaît vers 280.

La liste des archevêques d'Auch voit des personnages prestigieux, de nombreux saints et de nombreux cardinaux.

L'archidiocèse d'Auch dégageait après Strasbourg, Paris et Cambrai le plus de revenus annuels, dus à une dîme importante.

La nomination des archevêques d'Auch voyait de longues discussions entre le roi, le pape et les chanoines.

L'archevêque d'Auch était jusqu'en 2002, et cela pendant de nombreux siècles, métropolitain d'une immense province ecclésiastique, jadis formée de la Gascogne et de la Navarre française et espagnole.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Préfecture

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville
Liste des maires successifs[11]
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Franck Montaugé[12] PS  
2001 2008 Claude Bétaille PS  
juin 1995 2001 Claude Desbons PS  
1977 juin 1995 Jean Laborde PS  
1968 1977 Dours -  

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Espaces verts[modifier | modifier le code]

Auch bénéficie du label « ville fleurie » avec trois fleurs attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[13]. Auch a également obtenu le Prix national de l'Arbre en 2000. La promenade Claude Desbons, parcours aménagé de 4 km sur les berges du Gers, offre un cadre exceptionnel pour la détente en plein cœur de la ville. Elle permet un accès piéton vers le parc sylvestre du couloumé[14].

Deux autres jardins clos sont présents : le jardin Quentin Ortholan, proche de la place de Verdun, ouvert en juillet 1936[15], et le jardin Cuzin, proche de la Mairie. Ces deux jardins proposent des aires de jeux pour enfant, comme le parc du Couloumé depuis le printemps 2013.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Aire urbaine d'Auch.

En 2011, la commune comptait 21 871 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
8 444 7 696 8 918 9 670 9 801 10 867 12 323 12 141 12 001
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
11 899 12 500 13 087 13 785 14 186 15 090 14 782 14 838 13 939
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
13 526 13 638 11 825 12 272 12 567 13 313 15 253 16 382 18 918
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011 -
21 462 23 185 23 258 23 136 21 838 21 545 21 704 21 871 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2004[17].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Écoles

Écoles primaires d'enseignement public

  • Écoles maternelle et élémentaire Arago
  • École élémentaire d'Artagnan
  • École élémentaire d'application Condorcet
  • École maternelle La Hourre - Georges Coulongues
  • Écoles maternelle et élémentaire Guynemer (site)
  • École élémentaire Jean Jaurès
  • École maternelle Lissagaray
  • École élémentaire Marianne (site)
  • Écoles maternelle et élémentaire Pont national
  • Écoles maternelles Jean Rostand I & II
  • École élémentaire Rouget de Lisle
  • Écoles maternelle et élémentaire Saint-Exupéry

Écoles primaires d'enseignement privé

  • Écoles maternelle et élémentaire Saint Paul
Collèges
  • Collège Carnot : Collège public[18]
  • Collège Mathalin : Collège public[19]
  • Collège Salinis : Collège public[20]
  • Collège Oratoire St Marie : Collège privé[21]
Lycées
  • Lycée polyvalent Le Garros : Lycée public général et technologique[22]
  • Section d'enseignement professionnel du lycée Le Garros : Lycée professionnel[23]
  • Lycée général et technologique Pardailhan : Lycée public général et technologique[24]
  • Lycée professionnel Pardailhan : Lycée professionnel[25]
  • LEGTA d'Auch, Beaulieu et Lavacant : Lycée public général et technologique[26]
  • Lycée général et technologique Oratoire Sainte-Marie : Lycée privé général et technologique[27]
  • Lycée professionnel privé Oratoire Sainte-Marie : Lycée privé professionnel[28]
Université Paul-Sabatier

Institut universitaire de technologie A  :

  • Département Gestion des Entreprises et des Administrations
  • Département Génie Biologique
  • Département Hygiène et Sécurité

Centre d’Études Spatiales de la Biosphère (CESBIO) (antenne d'Auch)

Laboratoire de Biotechnologies Agroalimentaires et Environnementales (LBAE)

Ancienne École Normale

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le CIRC et le Dôme de Gascogne en 2013 à Auch.
CIRCa Pôle national des arts du cirque.jpg
Foires et marchés[30]
  • Marchés : jeudis et samedis ;
  • Foire à la brocante : 2e samedi du mois ;
  • Carnaval : 1re quinzaine d'avril ;
  • Fêtes d'Auch : fin juin, début juillet ;
  • Fête patronale : dimanche suivant le 8 septembre ;
  • Foire aux antiquaires : septembre.
Événements
  • Chaque année en avril se tient à côté du Dôme de Gascogne le festival de musiques tsiganes « Welcome in Tsiganie »
  • Le festival de musique classique Éclats de voix se déroule tous les ans au mois de juin à partir de la maison de Gascogne.
  • Tous les ans, vers la mi-octobre, le festival « Indépendance(s) et Création », créé à l'occasion des 20 ans de l'association CINÉ 32, permet une rencontre des publics professionnels, jeune public, scolaires et cinéphiles autour d'une cinquantaine de films, projetés en avant-première, bien souvent en présence de leur réalisateur (réalisatrice) ou d'acteurs, intervenants…
  • Enfin, le cirque est mis à l'honneur tous les ans en octobre avec le festival CIRCA (Festival du cirque actuel).
Anciens Événements

Entre 1999 et 2010, s'y tenait le Festival national du film d'animation d'Auch, organisé par l'Association française du cinéma d'animation (AFCA) avant son déménagement pour Bruz.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Vie militaire[modifier | modifier le code]

Unités militaires ayant tenu garnison à Auch:

Avant la suspension du service militaire, la caserne Lannes d'Auch accueillait les jeunes gens de la région militaire de Toulouse pour les fameux trois jours de sélection (Centre de Sélection no 7).

Auch a été la ville marraine de l'escorteur rapide le Gascon de 1955 à 1978.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 23 612 €[31].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Auch est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie du Gers et du Grand Auch.

Zones d'activités[modifier | modifier le code]

Le Grand Auch Agglomération engage régulièrement des travaux d'amélioration des zones d'activités existantes (zones d'Engachies, de Clarac, de l'Hippodrome à Auch, zone du Sousson à Pavie…). Parallèlement, elle développe de nouvelles zones d'activités pour favoriser l'expansion des activités existantes et l'implantation de nouvelles entreprises. Comme la Zone du Mouliot en cours de création dans le prolongement de la zone d'Engachies, le long de la Déviation Nord. Des espaces dédiés permettront l'accueil d'activités à caractère industriel et artisanal, commercial non alimentaire et tertiaire.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Ville créée par les Romains, Auch a connu son heure de gloire au Moyen Âge alors qu'elle était la capitale de la province de Gascogne. La grande qualité de sa pierre calcaire est un des éléments du prestige architectural de sa cathédrale. Elle en magnifie les monuments et les demeures de la « ville haute » ainsi que les ruelles en escalier appelées pousterles.

Édifices publics[modifier | modifier le code]

Office du Tourisme
Hôtel de ville

L'hôtel de ville est érigé, en face de la cathédrale Sainte-Marie, sous l'impulsion de l'intendant d'Étigny, en 1777. Auch est alors la capitale de de la généralité de Gascogne et le bâtiment doit être à la hauteur de ce rôle. Il abrite un théâtre à l'italienne, de nos jours toujours en activité, ainsi qu'une salle des Illustres qui regroupe les portraits de Gascons fameux dont huit furent réalisés par le peintre gersois Gustave de Lassalle-Borde.

Préfecture du Gers
Ancien palais archiépiscopal, préfecture du Gers. Le projet de Le Blond

Au début du XIIe siècle, l'archevêque Raymond II de Pardiac (1096-1118) construisit un nouveau palais pour lui et ses successeurs. Il occupait l'emplacement du bâtiment existant et celui occupé par les sacristies et les prisons départementales, y compris la tour (tour d'Armagnac).
En 1602, l'archevêque Léonard de Trappes (1597-1629) entreprit de "rebâtir et continuer le bastiment de la maison archiépiscopale à l'endroit qui tire vers les prêcheurs" après en avoir prévenu la municipalité qui a accepté.
L'archevêque Augustin de Maupeou (1705-1712) fit démolir ce qui existait, mais il meurt en 1712 avant d'en avoir fini la reconstruction.
Il fit appel au fameux Jean-Baptiste Alexandre Le Blond qui fut par la suite l'architecte de Saint-Pétersbourg en Russie. La préfecture du Gers[32] occupe le palais archiépiscopal terminé entre 1750 et 1770 pour l'archevêque Jean-François de Montillet de Grenaud (entre 1742 et 1776), à l'emplacement de l'ancien palais archiépiscopal médiéval. Il conserve des éléments du bâtiment médiéval. Pour lui permettre d'agrandir son palais, la municipalité lui concéda la rue Saint-Taurin par délibération du 15 mars 1744. L'archevêque acheta en 1749 des maisons alentour pour mener à bien son projet.
À la création des préfets, une partie du palais de l'archevêque servit de résidence au préfet de 1800 à 1804, une autre permit l'installation des tribunaux, et le reste constitua le logement du sénateur de la cohorte d'Agen. Cette dernière partie a été restituée à l'archevêque en 1823 à la suite de la signature du Concordat du 11 juin 1817, non appliqué, modifié par la bulle du 6 octobre 1822 promulguée par le pape Pie VII qui rétablit l'archevêché d'Auch.

Office de Tourisme

Il s'agit d'une maison à encorbellements du XVe siècle. Les murs de ses trois étages sont constitués de pans de bois comblés par des briques plates à l'alignement régulier. Ils reposent sur un rez-de-chaussée en pierre qui abritait une boutique fermée par deux volets.

Maison de Gascogne

Il s'agit d'une halle en pierres ornées de caducées du commerce, originellement conçue pour le négoce du grain. Elle est restaurée en 1963 et accueille, tout au long de l'année, de nombreuses manifestations dont des expositions concernant les produits du terroir, l'artisanat et les artistes locaux.

Bibliothèque

L'ancienne église des Carmélites se dresse sur la place éponyme. Aujourd'hui bibliothèque municipale, ce bâtiment moyenâgeux fut à son origine le château des comtes de Fezensac puis d'Armagnac. À noter le joli portail classique accosté de pilastres cannelés et la nef unique voûtée d'ogives reposant sur des culots ovoïdes érigée au XVIIe siècle.

Espaces publics[modifier | modifier le code]

La place Salinis

Elle est plantée de micocouliers entourant un bassin (aujourd'hui remplacé par des plantes) et un monument aux morts, œuvre d'un sculpteur gascon : Antonin Carlès. Jusqu'au environ de 1850, la place était occupée par les bâtiments annexes dépendant de la cathédrale. Seuls restent le palais de l'Officialité et la Maison de la Maîtrise (XVe-XVIe siècle)

Escalier monumental
La statue de d'Artagnan

L'escalier[33] est un ouvrage d'art néoclassique reliant la ville haute à la ville basse, sur 35 mètres de dénivelé au moyen de 374 marches. Il comporte six volées dont quatre doubles. Il est scandé de repos et de trois paliers successifs en terrasse servant de cadre à des jardinets et à des fontaines murales. Il constitue un ensemble magnifique avec la tour d'Armagnac, la cathédrale, le palais archiépispocal et les rives du Gers. Il abrite la statue en bronze de Charles de Batz, alias d'Artagnan mousquetaire, œuvre de Michelet (1931). En 1992, "l'Observatoire du temps", œuvre en fonte du sculpteur Jaume Plensa est placé sur le sol du second palier, rappelant les inondations du 8 juillet 1977 subi par la Basse ville.

Décidée en 1854 par le préfet Féart afin d'ouvrir la Haute ville sur la Basse ville, les travaux de construction de l'Escalier Monumental ne furent débutés qu'en 1860 et achevé en 1863. L'Escalier Monumental a donc été hâtivement construit avec des matériaux récupérés lors de la démolition de l'ancienne chanoinie, de la prison et du tribunal situés alors sur l'actuelle place Salinis. L'utilisation d'une pierre gélive de mauvaise qualité et l'instabilité du terrain expliquent son état avancé de dégradation 150 ans après sa construction.

Le 18 mars 2009, Franck Montaugé, maire de la commune, lança officiellement la rénovation de l'édifice plus de trente années après l'ouverture du dossier par le maire Jean Laborde.

Sa réfection est achevée pour sa première phase (2009-2011). La deuxième phase de réhabilitation s'étalera sur la période 2011-2013, pour un coût total de 8 millions d'euros.

D'inspiration de la Renaissance italienne (jardin de la Villa Garzoni à Collodi), l'Escalier Monumental est un site classé remarquable depuis le 1er juin 1943 et inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis le 6 juin 1994.

Pont de la Treille
Pont de la Treille

Le pont de la Treille est réalisé entre 1746 et 1750 à la demande de l'Intendant de la généralité d'Auch de Caze de la Bôve, en 1744, et par l'ingénieur Pollard, ingénieur de la généralité entre 1741 et 1747, qui fait les plans et commence la construction. Loguet lui a succédé comme ingénieur de la généralité d'Auch, entre 1748 et 1760.

Pousterles

Les pousterles sont des ruelles à forte pente, souvent aménagées en escalier, aboutissant aux portes médiévales de la ville. Le nom vient du latin posterula, « poterne ».

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Cathédrale Sainte-Marie
Portail occidental de la cathédrale Sainte-Marie (en rénovation)

La cathédrale Sainte-Marie d'Auch construite du XVe au XVIIe siècle est célèbre pour ses vitraux réalisés par Arnaud de Moles. Le chœur contient un ensemble de 113 stalles en chêne massif représentant plus de 1 500 personnages. Le portail central porte les armoiries de monseigneur Jean-François de Montillet de Grenaud, archevêque d'Auch au XVIIIe siècle. Sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle cette cathédrale donnait hospice aux pèlerins. D'autres monuments témoignent de ce passage et de la ferveur religieuse au Moyen Âge (portes d'entrées, Hôpital, couvent transformé en l'actuelle bibliothèque municipale, oratoire…).

Le Palais de l'Officialité

L'Official était un fonctionnaire chargé par les prélats de réprimer tous les préjudices moraux, de protéger les biens de l'Église et les pouvoirs des ecclésiastiques.

La vaste construction date du XIVe siècle. Elle abritait le tribunal ecclésiastique, les archives et la prison. Le palais fut largement remanié par Viollet-Le-Duc entre 1865 et 1872.

Église Saint Pierre

C'est une église qui a été reconstruite au XVIIIe siècle. À noter son clocher carré.

Le Cloître des Cordeliers

Ensemble architectural et religieux du XIVe siècle remarquable, composé d'une salle Capitulaire et des restes du cloître protégés par les Monuments Historiques par arrêté du 24 novembre 1923 et par La Confrérie des Cordeliers depuis le 9 novembre 1997. Le Cloître a été ouvert au public lors des Journées du Patrimoine 2012 pour la première fois depuis la manifestation du 9 novembre 1997 en présence de Mireille Anglezio, Alexis Boudaud, Jacques Lapart Secrétaire de la Société Archéologique et Historique du Gers et Gilbert Sourbadère Adjoint au Maire à la Culture.

Ancien collège des Jésuites

Les Jésuites s'installent à Auch en 1582.
Le collège d'Auch[34] a été fondé par le cardinal de Tournon en 1543. Le collège s'ouvre en 1545 avec des maîtres laïques et des ecclésiastiques. Les Jésuites prennent la direction du collège en 1590 et le dirigent jusqu'en 1762. Puis le collège est dirigé par les chapelains de Garaison. En 1609, on note 900 élèves au collège d'Auch, et 550 en 1627.
L'ancien collège des Jésuites[35], ancien lycée, puis collège Salinis, a été construit vers 1624. La chapelle du collège a été construite à partir de 1624 par l'architecte Guillaume Bauduer. Elle a été consacrée le 31 juillet 1628.

Hôpital général Saint-Augustin

Sa construction a commencé en 1715 grâce à un leg testamentaire de l'archevêque d'Auch, Monseigneur Augustin de Maupéou. Situé à proximité du Gers, en basse ville, il se composait de grandes ailes isolées pour éviter les contagions selon les principes architecturaux et hygiénistes du XVIIIe siècle. Doté suc­ces­si­ve­ment par l'abbé Daignan du Sendat, l'abbé de Saint-Cricq, il s'est agrandi et moder­nisé au cours du temps. Il fut pen­dant près de deux siè­cles confié aux Sœurs de St Vincent de Paul. Il cessa son activité lors de la créa­tion du centre hos­pi­ta­lier actuel mis en ser­vice le 2 avril 1974.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Tour d'Armagnac

La tour des Archives archiépiscopales, dite à tort tour d'Armagnac, construite au XIVe siècle était à l'origine une prison dépendant du palais de l'Archevêché d'Auch. Avec le temps, faute de prisonniers, elle servit d'entrepôt aux archives religieuses. Au XIXe siècle, la tour retrouva sa fonction première, puisqu'elle fit partie de la maison d'arrêt située place Salinis. Elle fut désaffectée définitivement quand les prisons auscitaines furent construites derrière le nouveau palais de justice dans les années 1860. Le donjon, haut de 40 mètres, se dresse au sommet des Escaliers Monumentaux. Les geôles ont été conservées : dans la partie basse, trois sont voûtées en berceau et dans la partie haute, sept cellules plafonnées sont réparties à raison d'une par étage. On y accède par un escalier à vis en hors œuvre.

Tour d'Armagnac
Musée des Jacobins

Le Musée des Jacobins d'Auch fut fondé par un arrêté du Directoire du Département du Gers le 16 décembre 1793 (26 frimaire de l'an II). Les collections, constituées à partir de saisies révolutionnaires, étaient essentiellement composées à l'époque de tableaux et objets d'art. Les objets du musée archéologique de la Société Historique de Gascogne vinrent les compléter à la fin du XIXe siècle.

En 1921, le musée s'enrichit de l'exceptionnelle collection latino-américaine léguée par Guillaume Pujos. Puis, la collection d'ethnographie gasconne est créée par Henri Polge après la seconde guerre mondiale. Après plusieurs déménagements, les collections du musée sont installées en 1979 dans l'ancien Couvent des Jacobins[36].

En 2007, le musée a bénéficié de l'exceptionnel legs Lions qui fait de lui la deuxième collection d'art précolombien de France, après le Musée du Quai Branly avec lequel il collabore, et avant le Musée national des arts asiatiques - Guimet.

Il présente des collections permanentes très variées : antiquité égyptienne, salon XVIIIe siècle, de nombreux vestiges archéologiques de la région, un fonds de peintures et sculptures d'artistes locaux (dont Antonin Carlès, Jean-Louis Rouméguère, Gabriel Lettu ou Mario Cavaglieri), une importante collection d'arts et traditions populaires gascons, la collection d'art précolombien et la très rare collection d'art sacré latino-américain. Parmi cette dernière, la Messe de Saint Grégoire fait figure de trésor dans les collections américanistes françaises. Probablement l'un des plus anciens tableaux de mosaïque de plumes conservé (il est daté de 1539), qui illustre à la fois le savoir-faire extraordinaire des artistes précolombiens et le développement d'un art colonial au XVIe siècle[37]. Il fut d'ailleurs récemment présenté à l'exposition Planète Métisse[38] organisée au Musée du Quai Branly par Serge Gruzinski[39].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Nées à Auch[modifier | modifier le code]

Vivant ou ayant vécu à Auch[modifier | modifier le code]

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Littérature

Le roman Cœur de pierre de Line Ulian se déroule à Auch[41].

Philatélie

Le premier timbre-poste émis de la ville d'Auch en 1966 représente le blason. Un second timbre-poste émis en 1999 célèbre les vitraux de la Cathédrale et l'une de ses représentations, la Sybille de Tibur. Philajeune est aujourd'hui le référent pour les émissions fédérales.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti, au premier de gueules à l'agneau pascal d'argent, la tête contournée, portant une bannerette d'azur chargée d'une croisette aussi d'argent, à la hampe du même posée en barre, au second d'argent au lion de gueules armé de sable.
Commentaires : Au 13° siècle, l'agneau était l'emblème des bourgeois d'Auch et le lion figurait dans les armes des comtes de Fezensac. D'abord capitale des Ausques, peuple qui lui donna son nom, Auch devint ensuite une cité gallo-romaine, Augusta Auscorum, appartenant à la Novempopulanie, province romaine formée de neuf peuples aquitains. Siège d'un évêché au 4º siècle qui absorba celui d'Eauze, première capitale de la Novempopulanie, la ville devint archevêché au 9º siècle. Capitale de la province de Gascogne, Auch fut le siège d'une généralité importante. La ville connut un grand épanouissement économique, artistique et culturel sous l'administration de l'intendant Antoine Mégret d'Étigny de 1751 à 1767. On trouve, à Auch, dans l'escalier monumental construit en 1863, la statue du héros gascon, Charles de Batz-Castelmore dit d'Artagnan (1611-1673)[42].

Logotype de la ville[modifier | modifier le code]

C'est l'agence ICOM de Toulouse qui a conçu le nouveau logo[Lequel ?] ainsi que la charte graphique qui l'accompagne. La ville ne souhaitait pas faire table rase du blason auquel elle reste attachée comme la plupart des Auscitains, mais elle tenait à moderniser son identité visuelle pour donner une image plus dynamique, en cohérence avec son projet. Ce double objectif aurait pu s'avérer une contrainte, mais a finalement abouti à un logo qui veut en réaliser la synthèse. La nouvelle identité visuelle est issue d'un travail qui a fait émerger cinq axes directeurs de la communication ; ces axes expriment le nouveau territoire de communication dans lequel s'inscrit désormais la Ville : la qualité, la modernité, l'ouverture, l'héritage et le collectif. Ces éléments ont guidé le travail de création de la nouvelle identité aussi bien dans le choix du symbole, des formes et des couleurs que dans les messages.[réf. nécessaire]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Prosper Lafforgue, Histoire de la ville d'Auch depuis les Romains jusqu'en 1789, tome premier, Auch, 1851 Google Livres
  • Prosper Lafforgue, Histoire de la ville d'Auch depuis les Romains jusqu'en 1789, tome deuxième, Auch, 1851 Google Livre

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 18/07/2008.
  2. http://www.insee.fr/fr/bases-de-donnees/esl/comparateur.asp?codgeo=au2010-167
  3. Insee Midi-Pyrénées
  4. Georges Courtès (dir.), Communes du département du Gers, vol. I : Arrondissement d'Auch, Auch, Société Archéologique et Historique du Gers,‎ 2003, 460 p. (ISBN 2-9505900-7-1, notice BnF no FRBNF39151085)
  5. René Lafon, Revue internationale d'onomastique, 1965, 82
  6. Pomponius Mela, Ier siècle.
  7. Itinéraire d'Antonin, IIIer siècle.
  8. Jean-Baptiste Orpustan, Nouvelle toponymie basque : noms des pays, vallées, communes et hameaux, Centre d'études linguistiques et littéraires basques, Presses Universitaires de Bordeaux,‎ 2006, 246 p. (ISBN 2867813964 et 9782867813962)
  9. Pomponius Mela : « Nam a Pyrenaeo ad Garumnam, AquitaniAquitanorum clarissimi sunt AusciUrbes opulentissimae in Auscis Eliumberrum » (III 15) « Les Aquitains s'étendent des Pyrénées à la Garonne… Les Ausques sont les Aquitains les plus notables… La ville la plus florissante est Eliumberrum, chez les Ausques… »
  10. http://www.ladepeche.fr/article/2008/12/27/513555-les-deportes-juifs-du-gers-ont-desormais-un-visage.html
  11. Sous la direction de Georges Courtès, Le Gers. Dictionnaire biographique de l'Antiquité à nos jours, Société Archéologique et Historique du Gers, Auch, 1999 (ISBN 2-9505900-1-2)
  12. Site de la préfecture - fiche de Auch
  13. fleuris.com/leconcours/Palmares.pdf Palmarès 2008 du 49e concours des villes et villages fleuris. Consulté le 23 septembre 2009.
  14. PARC DU COULOUME (12 ha) sur Parcs et Jardins de France
  15. Le Patrimoine parc et jardin
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  18. Site internet : http://carnot.entmip.fr
  19. Site internet : http://automne-clg-mathalin.ac-toulouse.fr
  20. Site internet : http://pedagogie.ac-toulouse.fr/col-salinis-auch/
  21. Site internet : http://www.enseignement-prive.info/fr/fiche/gers/ET032-22.html/
  22. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, Lycée polyvalent Le Garros à Auch
  23. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, Section d'enseignement professionnel du lycée Le Garros à Auch
  24. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, Lycée général et technologique Pardailhan à Auch
  25. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, Lycée professionnel Pardailhan à Auch
  26. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, LEGTA d'Auch, Beaulieu et Lavacant - site de Beaulieu à Auch
  27. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, Lycée général et technologique privé Oratoire Sainte-Marie à Auch
  28. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, Lycée professionnel privé Oratoire Sainte-Marie à Auch
  29. Souvenirs de normaliens
  30. Michel de La Torre, Gers : Le guide complet de ses 462 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France »,‎ 1990 (ISBN 2-7399-5032-2, notice BnF no FRBNF35576310)
  31. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er février 2013).
  32. « Notice no PA00094700 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Ancien archevêché
  33. « Notice no PA00132674 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Escalier monumental
  34. BREVE HISTOIRE DU COLLEGE SALINIS Les bâtiments du collège se dressent au sud de la cathédrale, et n'en sont séparés que par la place Salinis, plantée de micocouliers depuis qu'elle fut débarrassée des bâtiments canoniaux qui l'encombraient sous l'épisc rève histoire du collège de Salinis
  35. « Notice no PA00094714 », base Mérimée, ministère français de la Culture : ancien collège de Jésuites, ancien lycée, actuellement collège Salinis
  36. Gers - Musée des Jacobins - Auch Capitale historique de la Gascogne
  37. Pascal Mongne, La Messe de Saint-Grégoire du Musée des Jacobins d'Auch, une mosaïque de plumes mexicaine du XVIe siècle, in Revue du Louvre, no 5/6, Paris, 1994
  38. musée du quai Branly: La Fabrique des images
  39. Page de l'exposition Planète Métisse sur le site du Musée du Quai Branly
  40. Notice de Gustave Lassalle-Bordes sur le site du musée national Eugène Delacroix, consulté le 20 août 2012.
  41. Touloue7.com, Auch au cœur de l’intrigue du 1er roman de Line Ulian, 26 septembre 2012
  42. Banque du blason.