Arte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

48° 35′ 38″ N 7° 45′ 58″ E / 48.5938, 7.7662

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arte (homonymie).
Image illustrative de l'article Arte

Création 30 mai 1992
(14 mai 1989 création de La Sept)
Propriétaire Arte France
Arte Deutschland
Slogan « Arte, la télé qui vous allume »
Format d'image 16:9, 576i, 720p, 1080i
Langue français, allemand
Pays Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Statut Généraliste binationale publique
Ancien nom La Sept (1986 - 1992)
Siège social Drapeau de la France Strasbourg
Site web www.arte.tv/fr
Diffusion
Diffusion TNT, satellite, câble et IPTV.

Arte (prononcé [aʁte ]) est une chaîne de télévision généraliste franco-allemande de service public à vocation culturelle européenne. La chaîne Arte est un groupement européen d'intérêt économique (GEIE), basé à Strasbourg.

Elle est disponible sur la TNT, le câble, le satellite, la télévision par xDSL et Internet.

Les programmes d'Arte sont disponibles gratuitement pendant sept jours sur la télévision de rattrapage Arte+7, un service également accessible via Orange, Free et SFR, ainsi qu'en vidéo à la demande sur Arte VOD.

Historique de la chaîne[modifier | modifier le code]

Nom[modifier | modifier le code]

« Arte » est un acronyme signifiant officiellement « Association relative à la télévision européenne ». Le ministère de la Culture français préfère : « Association de retransmission télévisuelle européenne ». Enfin son nom se rapproche de « art » en montrant la large programmation culturelle[réf. nécessaire].

De La Sept à Arte France[modifier | modifier le code]

La Sept (Société d'édition de programmes de télévision) est une société anonyme d'édition de programmes de télévision française créée le 23 février 1986 à Paris pour développer un programme de télévision culturel et éducatif en vue d'une diffusion sur le satellite de diffusion directe TDF 1. En mars 1989, La Sept devient la Société européenne de programmes de télévision et reçoit du CSA l'autorisation d'émettre sur le satellite TDF 1 en avril 1989. Elle commence à diffuser ses programmes le 30 mai 1989 ; ceux-ci sont repris sur les réseaux câblés, et un accord avec FR3 lui permet de disposer d'une fenêtre sur le réseau hertzien de la troisième chaîne, le samedi de 15 h à minuit, du 3 février 1990 à avril 1992. Le 30 mai 1992, La Sept perd son rôle de diffuseur au profit d’Arte mais subsiste comme pôle français d’Arte GEIE sous la forme de société d’édition de programme. Elle prend le nom de La Sept-Arte le 27 septembre 1993 et devient Arte France le 1er août 2000.

Un projet de chaîne culturelle franco-allemande[modifier | modifier le code]

Le 26 mars 1988, un groupe de travail « Chaîne culturelle franco-allemande » est mis en place en Allemagne entre les ministres-présidents des länder de Bade-Wurtemberg, de Rhénanie-Palatinat et le bourgmestre de Hambourg. Le gouvernement français et les onze länder de la RFA (seuls compétents en matière de radiodiffusion en Allemagne) déclarent le 4 novembre 1988 que seront examinées les possibilités de création d’une Chaîne culturelle franco-allemande, future télévision culturelle européenne dont le siège serait à Strasbourg, à la frontière des deux pays. Le projet reçoit le soutien du président français François Mitterrand et du chancelier allemand Helmut Kohl lors des cinquante-deuxièmes consultations franco-allemandes. Le 2 octobre 1990, à la veille de la réunification allemande, la République française et les onze länder occidentaux signent un traité interétatique établissant les fondements de la chaîne culturelle européenne Arte (Association relative aux télévisions européennes). Le 13 mars 1991, le pôle de coordination allemand de la chaîne, Arte Deutschland TV GmbH (ARD + ZDF) est créé à Baden-Baden et le 30 avril un groupement européen d'intérêt économique (GEIE) est créé à Strasbourg, dont les membres sont, à parité La Sept et Arte Deutschland TV GmbH.

Naissance d'Arte[modifier | modifier le code]

Les premières émissions d'Arte sont diffusées simultanément de Strasbourg en France et en Allemagne par satellite (TDF 1-2 et DFS1-Kopernikus) ainsi que par câble le 30 mai 1992. La même année, alors que cette nouvelle chaîne ne devait disposer que d'un petit septième réseau « multivilles » émettant seulement dans une vingtaine d'agglomérations (Paris, Orléans, Tours, Toulouse, St-Quentin, Montluçon…), le dépôt de bilan de La Cinq permet au CSA d'attribuer à Arte, à la demande du gouvernement français, les fréquences hertziennes laissées vacantes sur le cinquième réseau hertzien national français. À partir du 28 septembre 1992, la chaîne culturelle est diffusée sur ce réseau entre 19 h et h. Ce créneau de diffusion est étendu en canal partagé avec La Cinquième (devenue France 5 le 1er janvier 2002) de 19 h à h le 13 décembre 1994. Les chaînes régionales ORB (Potsdam) et MDR (Leipzig), membres de l’ARD depuis le 13 mars 1991, rejoignent Arte Deutschland TV GmbH le 1er janvier 1995. Le 9 novembre 1996, les cinq « nouveaux » länder est-allemands adhèrent au « Traité inter-étatique » du 2 octobre 1990.

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Slogans[modifier | modifier le code]

Cette section regroupe les slogans et les accroches des campagnes promotionnelles.

  • 1992-1994 : « Laissez-vous déranger par Arte »
  • 1994-1996 : « Arte, ma télé a du talent »
  • 2000-2004 : « Arte et fière de l'être »
  • 2004-2012 : « Arte, vivons curieux »
  • Depuis 2012 : « Arte, la télé qui vous allume »

Organisation[modifier | modifier le code]

Statut[modifier | modifier le code]

Sendezentrum 2 de la ZDF à Mayence.

Arte dont le siège est à Strasbourg, est un groupement européen d'intérêt économique (GEIE) créé le 30 avril 1991 et dont les deux membres sont à parité :

Arte Belgique a été lancée le 25 septembre 2006 sur les réseaux câblés de la Communauté française de Belgique (Wallonie et Bruxelles) et se substitue à la diffusion existante d’Arte. Créée par la volonté de la Communauté française de Belgique, de la RTBF et d’Arte de promouvoir le monde culturel de la partie francophone de la Belgique avec l’ambition de devenir le point de rencontre incontournable des créateurs belges ou de passage en Belgique. La fenêtre "ARTE Belgique" est produite par la RTBF et diffusée sur ARTE auprès de 4,2 millions de téléspectateurs en Wallonie et à Bruxelles. Cette fenêtre se compose de deux émissions : « Cinquante degrés nord », un magazine culturel diffusé du lundi au vendredi à 19h55 et une case documentaire, « Quai des Belges », diffusée une fois par mois le mercredi en deuxième partie de soirée. ARTE Belgique s’impose auprès de son public grâce à des sujets de proximité, permettant à ARTE de s’ancrer davantage dans le paysage audiovisuel belge francophone. Depuis le 12 septembre 2011, la fenêtre ARTE Belgique est également sous-titrée en néerlandais à l'attention des 5,8 millions de téléspectateurs néerlandophones et étoffée d’un nouveau décrochage mensuel, « Vlaamse Kaai », sur des lieux et des personnalités culturelles de Flandre.

Les membres du groupe Arte sont chargés de faire des propositions de programmes et de fournir ensuite au Groupement européen les émissions retenues par la Conférence des programmes, qui seront ensuite diffusées depuis le siège de Strasbourg. Ils financent et contrôlent conjointement la gestion du Groupement européen de Strasbourg. En outre, les membres font valoir les intérêts des partenaires français et allemands au sein des instances de décision d’Arte GEIE.

Mission[modifier | modifier le code]

Le Groupement a pour objectif de concevoir, réaliser et diffuser, ou faire diffuser, par satellite ou par tout autre moyen, des émissions de télévision ayant un caractère culturel et international au sens large, et propres à favoriser la compréhension et le rapprochement des peuples en Europe (article 2 du Contrat de Formation d’Arte GEIE).

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Arte GEIE, la centrale basée à Strasbourg, décide de la stratégie d'ensemble, de la conception générale du programme d'Arte et de la programmation des émissions. Elle est responsable de la diffusion des émissions ainsi que de la présentation et du traitement multilingue des programmes. Elle assure également la production des émissions d'information, de magazines et de certaines soirées thématiques. Arte GEIE définit et coordonne la communication de la chaîne et gère les relations avec les partenaires européens.

Le comité de gérance[modifier | modifier le code]

Le Comité de gérance dirige la chaîne au quotidien et rend compte régulièrement de son action à l’Assemblée générale. Il est composé de quatre membres : le président, le vice-président, le directeur des programmes et le directeur de la gestion, nommés pour une durée de quatre ans. Les représentants d’Arte France et d’Arte Deutschland prennent part régulièrement aux réunions élargies du Comité de gérance.

Les postes de la présidence sont répartis entre Allemands et Français selon le principe de la présidence tournante (alternance tous les quatre ans depuis janvier 1999).

Présidents du Comité de gérance du GEIE :

Vice-Présidents :

Directeur des programmes :

Directeur de la gestion :

L'Assemblée générale[modifier | modifier le code]

L'Assemblée générale se réunit quatre fois par an, prend les décisions concernant les grandes orientations de la chaîne, vote le budget, nomme le comité de gérance et les responsables de services de Arte GEIE. Elle se compose de six Français et de six Allemands représentant les membres du GEIE. Les partenaires associés, RTBF, TVP et ORF, participent à cette assemblée avec voix consultative.

Président :

Vice-président :

La Conférence des programmes[modifier | modifier le code]

La Conférence des programmes définit la ligne éditoriale de la chaîne et établit la grille des programmes soumise à l’Assemblée générale. Elle se réunit une fois par mois à Strasbourg pour sélectionner les émissions proposées par les membres et décider de leur programmation. La Conférence des Programmes comprend quatre responsables d’Arte GEIE – dont le directeur des Programmes, qui la préside – ainsi que deux représentants des membres français et allemands et un représentant de chacun des partenaires associés, avec voix consultative. Les autres partenaires européens y sont également conviés en fonction de l’ordre du jour.

Président :

  • Alain Le Diberder, directeur des programmes.

Représentants d'ARTE GEIE :

Représentants d'ARTE France :

  • Vincent Meslet, Directeur éditorial ;
  • Alain Wieder, Directeur délégué à la coordination entre les projets et l’Antenne.

Représentants d'ARTE Deutschland :

Le Comité consultatif des programmes[modifier | modifier le code]

Le Comité consultatif des programmes conseille le Comité de gérance et l’Assemblée générale en matière de programmes. Ses membres, huit Français et huit Allemands, sont des personnalités de la vie civile et culturelle de leur pays respectif. Les partenaires européens associés y participent avec voix consultative.

Présidente : Monique VEAUTE, Fondatrice de la Fondation Romaeuropa-arte e cultura

Vice-Président : Wolfgang STÖCKEL, Membre du Conseil de radiodiffusion (Rundfunkrat) du BR, Journaliste, ancien Président de l’Association bavaroise de journalistes

Partenaires[modifier | modifier le code]

Arte est associée à d'autres chaînes publiques européennes :

Indépendance[modifier | modifier le code]

Sur proposition de Catherine Trautmann, ministre française de la Culture et de la Communication du gouvernement Jospin, La Sept-Arte est maintenue en dehors de la holding France Télévisions par un amendement voté au Sénat, le 18 janvier 2000. Ce choix témoigne de l'écoute de la ministre aux arguments formulés dès le 9 novembre 1999 par les personnalités qui furent à l'origine d'Arte (Pierre Soulages, Pierre Boulez, Pierre Bourdieu, Bernard Faivre d’Arcier, Françoise Héritier, Yves Jaigu, Jean-Michel Meurice, Erik Orsenna).

Arte n'est donc pas contrôlée par le CSA. La chaîne est en effet soumise à la surveillance et au contrôle de ses seuls sociétaires « à l'exclusion de toute intervention d'autorité publique, y compris d'autorités indépendantes chargées de la régulation de l'audiovisuel dans le pays du siège » (article 1er du Traité interétatique).

Siège[modifier | modifier le code]

Siège d'Arte, 4 quai du Chanoine-Winterer à Strasbourg

Le premier siège de la chaîne se trouvait au 2 rue de la Fonderie à Strasbourg entre 1992 et 2003. Le 3 mai 2001, Catherine Tasca, ministre française de la Culture et de la Communication, ainsi que Jobst Plog et Jérôme Clément, posent la première pierre du nouveau siège d'Arte à proximité des institutions européennes à Strasbourg, projet de l'équipe d’architectes franco-allemands Hans Struhk/Paul Maechel. Arte GEIE en prend possession le 28 avril 2003 et l'inaugure le 13 octobre de la même année.

En 2006, L’Homme girafe, une sculpture de Stephan Balkenhol, artiste allemand vivant entre la France et l’Allemagne, a été installé sur le parvis d’Arte GEIE.

Budget[modifier | modifier le code]

  • 1999 : 1,82 milliard de FRF, dont 1,765 milliard issus de la redevance et 57 millions de produits propres.
  • 2005 : 352 millions d'euros.
  • 2011 : 424,16 millions d'euros.
  • 2013 : 436,32 millions d'euros[3].

Programmes[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Émission diffusée sur Arte.

Cinéma d’art et d’essai ou de patrimoine, films muets, thrillers, sagas historiques, séries audacieuses, documentaires culturels et de découverte, Arte, chaîne publique généraliste, culturelle et européenne, diffuse tous les genres de programmes. La Chaîne porte un regard européen sur l’actualité du monde, donne la priorité à l’investigation et pose des repères pour comprendre et aller plus loin. Sans oublier une large place au spectacle vivant : théâtre, danse et toutes les musiques des grands classiques à la scène émergente.

Depuis janvier 2009 en soirée, les horaires des programmes français et allemands sont légèrement décalés pour mieux coller aux habitudes des téléspectateurs des deux pays : le prime-time démarre à 20 h 15 en Allemagne et à 20 h 40 en France.

Information[modifier | modifier le code]

Arte s'est lancé dans l'information dès juillet 1992[4] avec un format court tout en images commenté en français et en allemand, le 8 ½, diffusé tous les soirs à 20 h 30, dont le rédacteur en chef était Klaus Peter Zwick. Arte Info lui a succédé en 1998 sous la forme d'un journal d'actualités présenté chaque soir à 19 h 45 par deux présentateurs français et allemands, William Irigoyen (ancien élève du Celsa) et Jürgen Biehle. Le journal est donc doublé dans la langue étrangère au présentateur.

Ce journal a pour vocation de se focaliser sur l'actualité internationale et plus particulièrement sur celle qui concerne les vingt-sept États membres de l'Union européenne.

Depuis le 7 janvier 2008 il y a une autre version de Arte Info à 12 h 45, présentée par deux présentatrices françaises et allemandes, Meline Freda et Petra Wiegers.

À partir de janvier 2010, Arte Info devient Arte Journal, et fusionne avec Arte Culture[5].

En janvier 2012, Arte Journal adopte une nouvelle formule. La fusion entre Arte Info et Arte Culture est abandonné, mais laisse place à vingt minutes d'actualité internationale, et est désormais présenté entièrement en français pour la France, et en allemand pour l'Allemagne. Ainsi, l'interprétation simultanée disparait.

Arte Reportage vient éclairer tous les samedis à 18 h 50 depuis le 7 janvier 2004 les grands enjeux du monde et de l'actualité. Ce magazine d'actualité internationale, d'une durée de cinquante-deux minutes, est composé de trois reportages ; il est alternativement présentée par Andrea Fies et William Irigoyen.

28 minutes s'ajoute enfin, du lundi au vendredi à 20h05, et est présentée par Élisabeth Quin avec à ses côtés Renaud Dély du Nouvel Observateur et Nadia Daam, journaliste spécialiste du web.

Thema[modifier | modifier le code]

Les soirées Thema d'Arte sont des soirées thématiques qui articulent différents documents audiovisuels autour de thèmes très variés : d'une période de l'histoire à la découverte d'un pays, d'un sujet de société à des sujets plus légers.

  • Soirée Thema du mardi ou De quoi j'me mêle : cette version courte des soirées Thema (documentaires suivis d'un débat) s'intéresse à des sujets politiques ou d'actualité avec un débat polémique. Elle a été créée par le journaliste Daniel Leconte et est présentée en alternance par Emilie Aubry et Thomas Kausch.
  • Soirée Thema du dimanche : cette version longue est construite sur un film et plusieurs documentaires traitant de sujets de société variés.
  • Thematinée diffusée comme son nom l'indique les matins en semaine et constituée de documentaires sur un même thème.

Web[modifier | modifier le code]

ARTE Live[modifier | modifier le code]

Logo Arte Live

ARTE est diffusée en live streaming sur www.arte.tv ainsi que sur les smartphones et tablettes via l'application ARTE.

ARTE +7[modifier | modifier le code]

Logo Arte+7

La télévision de rattrapage ARTE+7 propose de voir ou revoir les programmes d'ARTE gratuitement pendant les sept jours qui suivent leur diffusion à l'antenne.

ARTE Info[modifier | modifier le code]

ARTE Info est la plateforme regroupant toutes les programmes d'informations de la chaîne, c'est-à-dire ARTE Journal, ARTE Reportage, 28 minutes, les soirées Thema, Le Dessous des Cartes, Vox Pop et Yourope. Un approfondissement des sujets diffusés à l'antenne est présent à travers l'analyse et la compréhension des enjeux. Par ailleurs, le site propose de nouvelles créations webnatives et transmédia[6].

Cette plateforme est lancée en octobre 2013[7].

ARTE Future[modifier | modifier le code]

Logo ARTE Future

La plateforme ARTE Future s'intéresse au monde de demain, donne la parole aux experts et place l'internaute au cœur de la réflexion sur ses enjeux. Face aux menaces qui planent sur l’avenir et noircissent les pages des médias — changement climatique, montée du chômage, vieillissement de la population, crise financière ou encore malbouffe —, ARTE Future choisit de mettre en avant une perspective plus optimiste faite de progrès, de solidarités nouvelles et de solutions. Des documentaires comme Chine, le nouvel Empire ou la série Real Humans alimentent le débat sur des questions de société mêlant écologie, économie et technologies.

ARTE Creative[modifier | modifier le code]

Logo ARTE CREATIVE

ARTE Creative est la plateforme dédiée à la culture contemporaine et à la créativité dans toute sa diversité. Arts numériques, street art, design, gaming ou photographie, ARTE Creative présente des travaux comme Tricks, Superhigh ou Fitness for Artists. Et s’appuie sur la communauté internaute, en partenariat avec de grands festivals, écoles et autres institutions culturelles en Europe, pour réinventer de nouvelles formes de narration et expérimenter des formats inédits, à la frontière entre web et télévision.

ARTE Concert[modifier | modifier le code]

Logo Arte Live Web (2009-2014)

ARTE Concert est la plateforme d'ARTE dédiée au spectacle vivant en Europe, et tout particulièrement à la scène émergente. Musiques du monde ou théâtre, opéra, pop, rock, jazz ou danse, ARTE Concert diffuse plus de six cents spectacles chaque année, pour moitié en direct, des Arctic Monkeys en concert à l’Olympia au cycle Beethoven du West-Eastern Divan Orchestra dirigé par Daniel Barenboïm en passant par le festival de musique africaine de Wurzbourg. Les internautes y trouvent un espace de découverte et d’échange avec des coproductions ARTE, des captations fournies par les partenaires, salles de spectacles, compagnies, festivals, artistes indépendants, producteurs ou sites Internet, des interviews exclusives, visites en coulisses, etc.

De sa création en mai 2009 et jusqu'en février 2014, cette plateforme se nommait Arte Live Web[8].

Diffusion[modifier | modifier le code]

Arte est diffusée gratuitement :

Arte est diffusé via les abonnements aux réseaux câblés en Belgique (soit de 19 h à h soit 24 h/24 en numérique sur le décodeur voo et be tv), au Danemark, au Luxembourg et en Suisse.

Arte est aussi diffusée dans vingt pays africains francophones à partir du bouquet numérique CanalSat Horizons depuis avril 2002. La chaîne câblée new-yorkaise Cuny TV a lancé la diffusion d'une case hebdomadaire Arte depuis le 29 novembre 2002, permettant à environ deux millions de foyers aux États-Unis de suivre une fois par semaine ses programmes en langue française.

Arte, télévision sans frontières, est diffusée simultanément en plusieurs langues, dans toute l’Europe, depuis Strasbourg. Les adaptations linguistiques se font par sous-titrage, doublage, voice over, commentaire en voix off ou interprétation.

Également, la chaîne est une pionnière dans l'évolution des techniques de diffusion :

  • Dans le cadre de la diffusion d'émissions au format 16/9 : 80 % de sa programmation se fait dans ce mode de diffusion.
  • Pour le format HD : la chaîne a été la première à produire l'intégralité de ses programmes en HD.

Depuis octobre 2007[réf. nécessaire], Arte est également diffusée à la demande sur internet, permettant de revoir la plupart des programmes pendant 7 jours sur Arte+7. En fonction des programmes, et des accords négociés avec les ayants droit de ceux-ci, ils sont proposés soit à destination de la France et de l'Allemagne, soit vers les pays européens francophones et germaniques, soit en Europe, soit à travers le monde[9].

Elle propose également un service de vidéo à la demande ArteVOD permettant de commander des DVD, téléchargement ou streaming de programmes.

Le 2 février 2007, la version haute définition de Arte est arrivée en France sur la plateforme de télévision par satellite TPS.

Le 6 septembre 2008, la chaîne passe l'ensemble de ses programmes en 16/9 et change d'habillage.

La chaîne est maintenant diffusée en haute définition sur la TNT via le canal 57, depuis le 30 octobre 2008 et via le signal allemand sur le satellite ASTRA (11362 Mhz, polarisation horizontale).

France Ô est passée de la diffusion régionale (en Île-de-France seulement) à nationale sur la fréquence de Arte SD TNT dans la nuit du 7 au 8 juin 2010 ; en conséquence, pour retrouver Arte, il a fallu faire une nouvelle recherche TNT et elle n'est plus disponible en clair sur le satellite Atlantic Bird 3 pour des raisons techniques.

Le 29 novembre 2011, à la suite de l'arrêt de l'analogique en France, Arte cesse sa diffusion en canal partagé avec France 5, ainsi que sa diffusion en diffusion standard par les satellites (hors bouquets payants, TNTSAT ou Fransat). À partir de ce jour seule la HD est émise par les satellites, hors Astra.

Audience[modifier | modifier le code]

Sur la période 24 h/24 :

Année Audience en France Audience en Allemagne
2005 1,8 % 0,5 %
2006 1,6 % 0,6 %
2007 1,8 % 0,7 %
2008 1,7 % 0,7 %
2009 1,8 % 0,7 %
2010 1,6 % 0,7 %
2011 1,5 % 0,7 %
2012 1,8 % 0,7 %
2013 2 % 0,9 %

Voix off des bandes annonces[modifier | modifier le code]

Voix françaises :

  • 1992-2011 : Sylvie Caspar
  • Depuis 2011 : Lila Tamazit et Julien Sibre
  • Avec également Agnès Sternjacob et Stephan di Bernardo

Voix allemandes :

  • 1992-1993 : Doris Streibl
  • Depuis 1994 : Barbara Stoll, accompagnée depuis 2011 par Frank Stoeckle

Controverses[modifier | modifier le code]

Censure[modifier | modifier le code]

Malgré sa réputation de chaîne « indépendante », Arte a connu plusieurs polémiques à propos de censure.

  • Dans l'émission de débat 28 minutes en date du 16 mai 2012, consacrée à la crise de la dette publique grecque, certains propos d'un des invités, Vicky Skoumbi, rédactrice en chef de la revue Αλήθεια (Alitheia), ont été coupés avant la diffusion. Selon la journaliste, qui, par la suite, s'est exprimée, outrée, dans une lettre ouverte, il s'agirait d'une pure censure destinée à manipuler l'information, couplée à une réduction volontaire de son temps de parole[10]. Le 23 mai 2012, Franck Firmin Guion, producteur du programme, répond sur le site Internet d'Arte que la chaîne « ne pratique jamais aucune censure », et justifie les coupures par un souci de clarté et par un enregistrement dont le temps excédait de huit minutes la durée de diffusion[11].
  • En septembre 2008, la chaîne Arte déprogramme le documentaire Le Système Octogon de Jean-Michel Meurice, qui aborde le sujet délicat des liens entre l'argent nazi et le financement du parti politique allemand CDU dans les années 1950. Diffusé sur la RTBF en Belgique, le film restera bloqué pendant trois ans sur la chaîne franco-allemande, qui se justifie alors par la controverse que ce sujet suscite parmi les historiens[12]. Le documentaire est finalement diffusé le 1er juin 2011 sur Arte, amputé de dix minutes[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Vidéos :