Eure (département)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eure.
Eure
Eure (département)
Eure (département)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Création du département 4 mars 1790
Chef-lieu
(Préfecture)
Évreux
Sous-préfecture(s) Les Andelys
Bernay
Président du
conseil général
Jean-Louis Destans (PS)
Préfet Dominique Sorain
Code Insee 27
Code ISO 3166-2 FR-27
Code Eurostat NUTS-3 FR231
Démographie
Population 588 111 hab. (2011)
Densité 97 hab./km2
Géographie
Superficie 6 040 km2
Subdivisions
Arrondissements 3
Circonscriptions législatives 5
Cantons 43
Intercommunalités 35
Communes 675

L'Eure est un département français de la région Haute-Normandie ; c'est l'un des cinq départements issus du découpage de l'ancienne province de Normandie. Il tire son nom de l'Eure, rivière qui le traverse avant de rejoindre la Seine. L'Insee et la Poste lui attribuent le code 27.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de l'Eure.

Le département a été créé à la Révolution française, le 4 mars 1790 en application de la loi du 22 décembre 1789, sous la dénomination "Département d'Évreux"[1], à partir d'une partie de la province de Normandie.

Chef-lieu du département à sa création, Évreux abandonna ce titre au cours de l'année 1793 au profit de Bernay, mais le récupéra avant la fin de cette même année[2].

Le département fut d'abord divisé en six districts (Évreux, Les Andelys, Bernay, Louviers, Pont-Audemer et Verneuil) en 1790 puis en cinq arrondissements à partir de 1800 : Évreux, Bernay, Les Andelys, Louviers et Pont-Audemer. Les deux derniers furent supprimés en 1926, celui de Pont-Audemer étant rattaché à Bernay et celui de Louviers partagé entre Les Andelys et Évreux.

Après la victoire des coalisés à la bataille de Waterloo (18 juin 1815), le département est occupé par les troupes prussiennes de juin 1815 à novembre 1818 (voir occupation de la France à la fin du Premier Empire).

Après le coup d'État du 2 décembre 1851 de Napoléon III, l'Eure fait partie des départements placés en état de siège afin de parer à tout soulèvement massif. Moins d'une centaine d'opposants sont arrêtés[3].

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Blason[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« Coupé, en 1 de gueules aux deux léopards d'or armés et lampassés d'azur, et en 2 d'azur semé de fleurs de lys d'or, à la bande componée d'argent et de gueules de six pièces. »

Ce blason rappelle les armoiries de la Normandie, province dont fait partie le département, et celles de la ville d'Évreux, son chef-lieu.

Politique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Conseil général de l'Eure.

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie de l'Eure.
Carte de l'Eure.

L'Eure fait partie de la région Haute-Normandie. Elle est limitrophe des départements de la Seine-Maritime, de l'Oise, du Val-d'Oise, des Yvelines, d'Eure-et-Loir, de l'Orne et du Calvados.

Villes notables : Évreux, Vernon, Louviers, Bernay, Les Andelys, Pont-Audemer, Gisors, Gaillon, Aubevoye, Verneuil-sur-Avre, Val-de-Reuil.

103 communes, sur les 675 que compte le département, ont un nom commençant par Saint ou Sainte. 98 % des communes (à l'exception de 14 sur 675) font partie d'une intercommunalité.

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat de l'Eure.

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie de l'Eure.

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'agriculture est un secteur économique important qui occupe un total de 3 850 km2 (63 % de la superficie du département), soit :

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de l'Eure.

Population (2009) : 615 234 hab.
Population (1999) : 541 263 hab.
Population (1990) : 513 818 hab.
Variation de population 1990 - 1999 : + 27 445 hab.
Solde naturel 1990 - 1999 : + 22 950 hab.
Solde migratoire 1990 - 1999 : + 4 286 hab.
Taux annuel moyen de variation de la population 1990 - 1999 : + 0,6 %
Taux annuel moyen de variation de la population 1999 - 2009 : + , %
Densité : 101 hab./km²

Les habitants de l'Eure s'appellent les Eurois.

Population totale des principales villes à la mise à jour de 2006[4] (et entre parenthèses, la population en 2010) :

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture dans l'Eure.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tourisme dans l'Eure.

L'Eure ne dispose pas de côte maritime, et seuls quelques endroits présentent un caractère « spectaculaire », tels que le site de Château Gaillard près des Andelys ou la Pointe de la Roque qui domine l'estuaire de la Seine en aval du Pont de Tancarville. L'Eure bénéficie en revanche de paysages assez préservés de l'industrialisation et de l'urbanisation, de grandes forêts, de campagnes typiques avec de fraîches vallées et de villes d'importance moyenne ou petite qui ont su préserver leur charme et leur caractère.
Située sur la rive droite de la Seine, Giverny est célèbre dans le monde entier au travers des tableaux de Claude Monet qui y vécut de 1883 jusqu'à sa mort en 1926. La Maison et le jardin Claude Monet se visitent.

Le tourisme qui s'y pratique est plutôt un tourisme de week-end car ce département est favorisé par sa proximité de Paris et sa situation sur la route des plages du Calvados. D'ailleurs beaucoup de ses habitants vont travailler dans la région parisienne ou dans l'agglomération rouennaise.

Principaux monuments[modifier | modifier le code]

La collégiale d'Écouis.
Château du Buisson de May, réalisé par Jacques Denis Antoine, près d'Évreux.

Les résidences secondaires[modifier | modifier le code]

Selon le recensement général de la population du 1er janvier 2008, 7,2 % des logements disponibles dans le département étaient des résidences secondaires.

Ce tableau indique les principales communes de l'Eure dont les résidences secondaires et occasionnelles dépassent 10 % des logements totaux en 2008.

Religions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charpillon, Dictionnaire historique de toutes les communes du département de l’Eure, Les Andelys, Éditions Delcroix,‎ 1879
  • L'Eure, les 675 communes, Delattre,‎ 2000, 296 p. (lien OCLC?)
  • Les Noms de famille de l'Eure, Archives et Culture,‎ 2009, 320 p. (ISBN 9782350771236)
  • Francis Cormon, Au-dessus de l'Eure, PTC,‎ 2009, 96 p. (ISBN 9782848110899, lien OCLC?)
  • Sylvie Leprince, Histoires d'objets : Regards croisés sur le patrimoine mobilier de l'Eure, Silvana Editoriale,‎ 2010, 360 p.
  • Une campagne photographique dans l'Eure, Point de vues, Département de l'Eure, Ville d'Évreux et Ville de Vernon,‎ 2010, 288 p. (ISBN 978-2-915548-49-5)
  • Julien Papp, Mémoires de la Seconde Guerre mondiale dans l'Eure, Epinal, Sapin d'or,‎ 1991, 425 p. (lien OCLC?)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]