Seine-Maritime

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Seine-Maritime
Image illustrative de l'article Seine-Maritime
Seine-Maritime
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Création du département 4 mars 1790
Chef-lieu
(Préfecture)
Rouen
Sous-préfecture(s) Dieppe
Le Havre
Président du
conseil général
Nicolas Rouly (PS)
Préfet Pierre-Henry Maccioni
Code Insee 76
Code ISO 3166-2 FR-76
Démographie
Gentilé Seinomarins
Population 1 251 282 hab. (2011)
Densité 199 hab./km2
Géographie
Superficie 6 278 km2
Subdivisions
Arrondissements 3
Circonscriptions législatives 12
Cantons 69
Intercommunalités 40
Communes 746
Carte de la Seine-Maritime.

La Seine-Maritime, connue aussi jusqu'en 1955 sous le nom de Seine-Inférieure, est un département français de la région Haute-Normandie, dont il héberge plus des deux tiers de la population. L'Insee et la Poste lui attribuent le code 76.

Gentilé[modifier | modifier le code]

Depuis le 1er janvier 2006, à la suite d'une consultation[1],[2] réalisée en décembre 2005 par courrier et par Internet, les habitants de Seine-Maritime sont appelés les Seinomarins[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le département de la Seine-Inférieure est créé à la Révolution française, le 4 mars 1790 en application de la loi du 22 décembre 1789, à partir d'une partie de la province de Normandie.

Après la victoire des coalisés à la bataille de Waterloo (18 juin 1815), le département est occupé par les troupes britanniques de juin 1815 à novembre 1818 (voir occupation de la France à la fin du Premier Empire).

Après le coup d'État du 2 décembre 1851 de Napoléon III, la Seine-Inférieure fait partie des départements placés en état de siège afin de parer à tout soulèvement massif[4].

Elle prend le nom de « Seine-Maritime » le 18 janvier 1955.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason département fr Seine-Maritime.svg

Les armes du département Seine-Maritime se blasonnent ainsi :
De gueules à la fasce ondée d'argent, accompagnée de deux léopards d'or, armés et lampassés d'azur[5].

Géographie[modifier | modifier le code]

La Seine-Maritime, baignée par la Manche de l'estuaire de la Seine jusqu'à l'embouchure de la Bresle, fait partie de la région Haute-Normandie. Elle est limitrophe des départements de la Somme, de l'Oise, du Calvados et de l'Eure.

Le plateau crayeux du pays de Caux occupe la majeure partie du département, qui comprend aussi, à l'Est, le Petit Caux et le pays de Bray, et, au Sud, la vallée de la Seine.

Les principales villes du département sont : Rouen, Le Havre, Dieppe, Fécamp, Elbeuf, Barentin, Yvetot et Lillebonne.

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat de la Seine-Maritime.

Le climat de la Seine-Maritime est océanique. Il existe des différences de températures entre le littoral et l'intérieur du département. En hiver, les températures enregistrées sur la côte sont plus douces que celles relevées plus à l'Est. L'effet inverse est notable en été. Les terres du pays de Bray, situées plus en altitude, connaissent quelques épisodes neigeux en hiver. Les vents dominants viennent du sud-ouest ou de l'ouest. Ils peuvent souffler en tempête en automne et en hiver. L'ensemble du département est bien arrosé.

Économie[modifier | modifier le code]

Le département dispose d'un budget de 1,7 milliard d'euros et d'un endettement équivalent.

Le plus gros poste budgétaire de la collectivité est constitué par les dépenses sociales liées au versement du RSA.

Développement économique[modifier | modifier le code]

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

Quelques statistiques :

  • le taux de chômage est de 9,7 % en 2006[6] et 10,7 % en 2010 ;
  • la répartition de la population active par secteur économique[Quand ?] est de 3,5 % pour le secteur primaire, 22 % pour le secteur secondaire et 71,5 % pour le secteur tertiaire.

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • Agriculture : céréales, lin (pays de Caux), betteraves, colza ;
  • Sylviculture ;
  • Pêche : Dieppe, Le Havre, Fécamp, Le Tréport ;
  • Élevage : pays de Bray (élevage laitier), pays de Caux (viande, lait).

Commerce[modifier | modifier le code]

Industrie[modifier | modifier le code]

Les zones industrielles dans la vallée de la Seine, se répartissent sur trois pôles principaux : l'estuaire (zone industrialo-portuaire du Havre), la zone Lillebonne/Notre-Dame-de-Gravenchon en amont du pont de Tancarville et Rouen.

Les activités industrielles sont diverses : la pétrochimie (raffineries Total, ExxonMobil, Shell), les industries de pointe, en particulier les usines automobile Renault (Sandouville, Cléon, Dieppe) et deux centrales nucléaires à Penly (2 × 1 300 MW) au nord de Dieppe et à Paluel (4 × 1 300 MW) à l'est de Fécamp.

Les activités portuaires sont réparties sur différents sites : port du Havre (premier port à conteneurs de France), grand port maritime de Rouen, port pétrolier d'Antifer et ports secondaires (Dieppe, Fécamp et Le Tréport).

Recherche[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Nef de l'abbatiale Saint-Georges-de-Boscherville
Un des magnifiques magnolias visibles au Bois des Moutiers à Varengeville-sur-Mer

Le tourisme est diversifié entre Rouen, la vallée de la Seine, les stations balnéaires du littoral (Étretat, Fécamp, Dieppe, Le Tréport, Forges-les-Eaux). On peut également évoquer les ports, parmi lesquels, notamment, Saint-Valery-en-Caux pour la plaisance. La Seine-Maritime présente la particularité de disposer de huit passages d'eaux entre Rouen et l'embouchure de la Seine, permettant la traversée de celle-ci par des bacs amphidromes, en l'absence de ponts.

Routes touristiques[modifier | modifier le code]

Plusieurs routes touristiques dans le département permettent de découvrir le patrimoine selon un thème :

Article détaillé : Liste des abbayes normandes.

Parcs et réserves naturelles[modifier | modifier le code]

Les principaux sites sont le Parc naturel régional des Boucles de la Seine normande, la côte d'Albâtre avec ses plages de galets et ses falaises, le parc de découverte Eana, sur l'écologie et les plantes (plusieurs activités pour les enfants), et le jardin botanique du Bois des Moutiers, parc de 12 hectares à Varengeville-sur-Mer.

Châteaux[modifier | modifier le code]

Les principaux châteaux sont le château d'Arques-la-Bataille (vestiges), le château d'Ételan (Renaissance flamboyante) à Saint-Maurice-d'Ételan, le château de Filières (XVIe au XVIIIe siècle) à Gommerville, le château de Miromesnil près de Dieppe, lieu de naissance de Guy de Maupassant, le château de Cany-Barville, le château de Galleville à Doudeville

Les résidences secondaires[modifier | modifier le code]

Selon le recensement général de la population du 1er janvier 2008, 3,7 % des logements disponibles dans le département sont des résidences secondaires.

Ce tableau indique les principales communes de la Seine-Maritime dont les résidences secondaires et occasionnelles dépassent 10 % des logements totaux.

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de la Seine-Maritime.

En décembre 2005, un sondage a été mené pour déterminer le nom à donner à ses habitants. Depuis, les habitants de la Seine-Maritime sont officiellement appelés les Seinomarins/Seinomarines[3].

Vie quotidienne en Seine-Maritime[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

Pour l'Église catholique romaine, le département correspond à l'archidiocèse de Rouen et au diocèse du Havre. Il y a une forte présence de l'Église réformée (protestants) à Bolbec, à Lillebonne, au Havre et à Rouen. À Elbeuf, existent une mosquée de rite malékite et une synagogue. L'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours est présente en Seine-Maritime avec deux paroisses : la paroisse du Havre et de Rouen.

Médias[modifier | modifier le code]

La presse écrite est représentée par Paris Normandie, Le Havre Presse, Le Havre libre, Le Courrier cauchois, Les Informations dieppoises, Liberté-Dimanche, Le Réveil de Neufchâtel, L'Éclaireur Brayon et Le Journal d'Elbeuf.

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Politique en Seine-Maritime.

Politique locale[modifier | modifier le code]

Le conseil général édite : Seine-Maritime Le magazine.

Présidents du Conseil général de la Seine-Maritime[modifier | modifier le code]

De 2004 à 2014, le président du conseil départemental[7] est Didier Marie. Devenu sénateur à la suite de la démission de Marc Massion, afin d'appliquer le non-cumul des mandats locaux et nationaux, Didier Marie a démissionné de la présidence le 22 janvier. Son successeur, Nicolas Rouly, a été élu lors de l'assemblée plenière le même jour.

Découpage administratif[modifier | modifier le code]

La Seine-Maritime est composée de 69 cantons. Leur découpage sera revu pour les prochaines élections, conformément à l'application de la loi sur la parité du scrutin cantonal.

Découpage électoral[modifier | modifier le code]

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les établissements scolaires du département de la Seine-Maritime dépendent tous de l’Académie de Rouen, ils sont sous la direction de l’inspection académique de la Seine-Maritime.

Santé[modifier | modifier le code]

La santé et le social sont deux thèmes qui entrent dans les compétences du conseil général. À ce titre, il est chargé de coordonner les actions en faveur des personnes âgées, des handicapés, des enfants, des familles et des personnes en difficulté. Il dispose aussi d’un droit de regard dans la gestion des établissements publics de santé présents sur le territoire départemental.

Sécurité et justice[modifier | modifier le code]

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

Jumelage et coopération[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Seinomarins ? T'es sûr ???
  2. seinemaritime.net
  3. a et b « Seinomarins, un beau nom ! » sur Commune76
  4. Jacques Olivier Boudon, Les Bonaparte : regards sur la France impériale. La Documentation photographique, dossier 8073, janvier-février 2010, p. 11 (carte de Gilles Pécout)
  5. http://www.newgaso.fr Gaso
  6. « Site de l'INSEE au 31 décembre 2006 »
  7. Article 1 de la loi n°2013-403 du 17 mai 2013, modifiant la dénomination de conseil général au profit de celle de conseil départemental

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Benoît Désiré Cochet, Répertoire archéologique du département de la Seine-Inférieure, Paris, Imprimerie nationale, coll. « Répertoire archéologique de la France »,‎ 1871
  • Joseph Bunel et Albert Tougard, Géographie du département de la Seine Inférieure, coll. « La Mémoire normande »,‎ 1875-1879 (réimpr. 1975)
  • Charles de Robillard de Beaurepaire et Jean Laporte, Dictionnaire topographique du département de la Seine-Maritime comprenant les noms des lieux anciens et modernes, Paris,‎ 1982-1984, 1188 p. (ISBN 2-7177-1627-0)
  • Michel de la Torre, Guide de l'art et de la nature, Seine-Maritime, Paris, Berger-Levrault,‎ 1983
  • Esther Baumann (dir.), Sabine Bledniak, Clotilde Brégeau et al., Le patrimoine des communes de la Seine-Maritime, Charenton-le-Pont, Flohic Éditions, coll. « Le patrimoine des communes de France »,‎ 1997, 1389 p. (ISBN 2-84234-017-5)
  • Daniel Delattre, La Seine-Maritime, les 745 communes, Grandvilliers,‎ 1999, 344 p. (OCLC 53292170)
  • Michel de Boüard, Histoire de la Normandie, Privat, Toulouse, Rennes, Éd. Ouest-France,‎ 2001, 540 p. (ISBN 2-7089-1707-2)
  • Michel Hébert, La Seine-Inférieure en 1900, Condé-sur-Noireau, Charles Corlet,‎ 1997, 235 p. (ISBN 2854807545, OCLC 40997582)
  • Marie-Hélène Desjardins, Des peintres au pays des falaises, Éditions des Falaises,‎ 2004, 224 p. (ISBN 2848110163)
  • Frédéric David et Didier Mouchel, La Seine-Maritime, Joué-lès-Tours, Alan Sutton, coll. « Il y a bientôt 100 ans »,‎ 1998
  • Francis Cormon, Au-dessus de la Seine-Maritime, PTC,‎ 2009, 96 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]