Fun Radio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les déclinaisons, Belgique, Antilles, Espagne, voir Fun Radio (homonymie).

Fun Radio

Description de l'image  Fun Radio.png.
Présentation
Pays Drapeau de la France France
Siège social Drapeau de la France Paris
Propriétaire RTL Group
Slogan Le son dancefloor
Langue Français
Statut Radio privée de Catégorie C et D
Site Web www.funradio.fr
Historique
Création 2 octobre 1985 (28 ans)
Diffusion
AM Non Non
FM oui Oui
RDS FUNRADIO (Île-de-France)
_F_U_N_ (Province)
Numérique oui Oui
Numérique terrestre Non Non
Satellite oui Oui
Câble oui Oui
ADSL oui Oui
Streaming oui Oui
Podcasting oui Oui

Fun Radio est une station de radio musicale au format dancefloor privée française détenue par le groupe RTL.

Histoire[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Le début (1985-1987)[modifier | modifier le code]

Fun Radio a été créée le 2 octobre 1985, dans le sud de la France par Éric Péchadre, Pierre Lattès, Jean-Baptiste Blanchemain, en fédérant leurs six stations locales NRJ leur appartenant Nancy, Grenoble, Montpellier, Bordeaux, Carcassonne, et Toulouse et une station Chic FM (Nice) dirigées par Françoise Martin directrice d'antenne et des programmes au sein de la société Cofirad SA. Cette sécession se préparera dans le secret (avec entre autres Françoise Martin, Bernard Dobel, Michel Decroix, Didier Sinclair) à tel point que les autres animateurs de ces stations ne seront mis au courant que le jour même et que la direction parisienne de NRJ (franchiseur) ne comprend pas la situation, d'autant plus que quelques mois auparavant, l'équipe des commerciaux d'NRJ avait négocié son départ[Qui ?]. Certains rejoindront Fun Radio dès sa création.

Dans la nuit du 1er au 2 octobre 1985, une campagne d'affichage annonce la naissance de cette nouvelle radio aux auditeurs des villes où étaient présentes ces stations. Parmi les tout premiers animateurs de la station, on retrouve le DJ Didier Sinclair, qui officiera sur la réseau jusqu’en 1991, Jean-Luc Reichmann et Julien Courbet. Bernard Montiel faisait également partie des tout premiers animateurs de Fun Radio, où il animait une émission sur le cinéma.

Fun radio sous Robert Hersant (1987-1989)[modifier | modifier le code]

En 1987, à la suite de difficultés financières Robert Hersant rachète la société Cofirad (Fun Radio) et la fusionne avec son réseau Chic FM en septembre 1987 pour créer le réseau Fun Radio. La plupart des animateurs de Chic FM dont Nagui et Laurent Boyer sont remerciés. Fun Radio s’installe dans les studios de Chic FM, les anciens studios d’Eddy Barclay, au 143, avenue Charles-de-Gaulle, à Neuilly-sur-Seine. Cette fusion donne à Fun une implantation nationale. La CNCL, autorité régulatrice de l’audiovisuel de l’époque, n’est pas informée de cette fusion et s’en inquiétera plus tard.

En 1988, Fun Radio est le réseau musical français qui compte le plus de stations : 97 contre 56 à NRJ, 50 à Kiss FM, 16 à Skyrock et 7 à Hit FM.

Fun radio sous Benoît Sillard (1989-1993)[modifier | modifier le code]

En 1989, Robert Hersant nomme Benoît Sillard, directeur général de la station après le départ de Pierre Lattes, l'un des fondateurs de la station. Plusieurs solutions se présentent à lui : liquider la station, la revendre, la fusionner avec Maxximum, station jeune du groupe RTL (refus du CSA) ou la relancer. C’est cette dernière solution qui sera choisie. Fun Radio connaîtra alors son premier plan social.

Quelques mois plus tard, Benoît Sillard deviendra PDG de Fun Radio et développera Fun Radio à l’étranger en lançant Fun Radio Roumanie, Fun Radio Pologne et Fun Radio Slovaquie, qui seront les premières radios libres dans chacun de ces trois pays de l’Est, puis Fun Radio Belgique. On retrouve à l'antenne Alexandra Toucourt (Alexandra Dayan) qui sera entre autres plus tard une des voix d'Europe 1 ou du Hit Machine sur M6, Lucienne Berlu dite Lulu ( Isabelle Benhadj ) devenue plus tard la voix du Juste Prix sur TF1. L'équipe se compose également de Bill Debruge alias Bill Codebar, Eddy (Eddy Gronfier,One-T), Elton Djoovy (Frédéric Jouve), Sam Choko (Philippe Sage), Stef Le Maniac (Stéphane Blanc), Marc Potain, Captain Transistor, Cookie, Mandrak, Jean François M, Le Gaucher (Bruno Chevalier), Diego (Roland Olivier). À cette époque, sur proposition d'Éric Péchadre, Robert Hersant, homme de presse lance une déclinaison magazine de Fun Radio avec Maxi Fun.

La programmation musicale de Fun Radio est alors orientée autour des hits du moment (premiers tests musicaux par Tél.) avec le 6 Tops d’un Block (88/89 voix antenne Patrick Kuban, réalisateur Patrick Baudu).

Au début des années 1990, Zorglub puis Pascal Sellem animent les matinales de la station. Bruno Treize, Bill, Difool et Alexandre Debanne font alors partie de l'équipe d'animateurs de la station. Tout comme Laurent Baffie qui anime une émission d'humour (Vas-y fait nous rire) de 1990 à 1992.

L'ère Benoît Sillard se révèlera catastrophique pour la stratégie du Groupe Hersant dans la radio. C'est notamment lui qui a eu l'idée d'abandonner des fréquences aux directeurs salariés en province avant que le groupe Fun Radio doive les racheter une à une à prix d'or quelques années plus tard.

En 1991, pour dynamiser l’antenne, il recrute Bruno Witek comme Directeur des Programmes. Ce dernier recrute Arthur de Skyrock, alors inconnu du grand public. Arthur prend dans son équipe Alexandre Devoise et Manu Levy, le standardiste d'Eddy. L’audience de la matinale augmente et la station affiche 5 % d’audience cumulée avec des jeux et des délires alors originaux et impertinents sur un grand réseau l'Orgasmotron. Fun devance alors sur cette tranche horaire les autres radios qui visent aussi le jeune public. Arthur s’autoproclame l’animateur le plus con de la bande FM.

En 1992, Arthur quitte Fun Radio pour Europe 1[1]. Pour succéder à Arthur, la station fera appel à Laurence Boccolini, qui ne restera que quelques semaines à l’antenne.

En octobre 1992, face au succès de Bonsoir la Planète sur Skyrock, Benoît Sillard met à l’antenne une émission Lovin'Fun animée par Le Doc, Christian Spitz pédiatre, et Difool. Fun Radio devient la radio la plus écoutée après 20 h avec cette émission de libre antenne et de prévention sur l’amour et la sexualité destinée aux adolescents et jeunes adultes. Difool va également tenter l'aventure du Difooloir durant l'été, mais le CSA va vite interdire l'émission.

L’ère CLT (RTL Group) (1993-1997)[modifier | modifier le code]

En 1993, Éric Pechadre réussit à convaincre Robert Hersant que l'équilibre financier de la radio ne sera trouvé qu'avec l'appui d'un grand groupe. RTL, RMC et Europe 1 sont alors approchés et c'est la CLT, RTL Group qui rentre dans le capital de la station. (60 % Hersant, 30 % CLT, 10 % M6). La part de la CLT va croître les années suivantes.

Fun Radio adopte une programmation musicale majoritairement rock-grunge, les émissions de libre antenne occupent la majorité des tranches horaires et des animateurs avec une forte personnalité : Max, Cauet, Arnold, Difool, Le Doc, Bill, Genie Godula, Julia et Miguel.

Au printemps 1994, Fun Radio bat ses records historiques d'audience avec 8,7 points d'audience contre 10 pour NRJ, grâce à Lovin'Fun et à la polémique née autour de cette émission, le CSA ayant rappelé plusieurs fois à l'ordre la station à la suite de questions déontologiques et de propos crus[2]). De plus, la station a doublé son chiffre d'affaires[3].

En janvier 1995, Cauet aux commandes de la matinale fait une mauvaise blague à propos des camps de concentration comparés à des clubs de vacances, ce qui conduira Fun Radio à le licencier. De cet épisode, naîtra une inimitié avec Arthur[4].

Au mois de juin 1996, Difool alors directeur d’antenne de la station, démissionne à la suite d'un désaccord avec Benoît Sillard. En effet, avec l’érosion de l’audience des émissions de libre-antenne, Benoît Sillard désirait modifier le concept de la station en mettant plus de musique et en lançant Fun TV. Le refus de Fun Radio de le libérer de sa clause d'exclusivité et le fait que Difool soit une marque déposée par Fun Radio l'empêchent de reprendre l'antenne sur une radio concurrente pendant un an.

À la rentrée 1996, Fun Radio lance son site internet et réoriente sa programmation vers une programmation musicale nommé le Meilleur Mix, mélangeant RnB / Techno / Dance / Rap. Des émissions thématiques ou d’humour font leur apparition comme Eric et Ramzy Show, Fun Voyages ou Ciné Fun avec Arnold et Laurent Weil. Lovin'Fun perdure avec une nouvelle coanimatrice. L’équipe de Fun se constitue toujours de Max, Le Doc, Genie, Arnold, Bill, Miguel auquel s’ajoutent de nouveaux animateurs comme Lorenzo Pancino avec DomDom PERRIN, Emmanuelle Gaume, Jessyca Falour, Florian Gazan, Gaël, Yannick, Morgan et Dario.

Cette même année, Gérard de Suresnes, au départ simple auditeur découvert par Max obtient sa propre émission de radio libre de débats sur de multiples sujets plus ou moins sérieux (Les Débats de Gérard).

Le 22 février 1997, Fun Radio lance sa chaîne de télévision Fun TV sur le câble et le satellite avec un concept de radio filmée, concept qui sera abandonné moins d’un an plus tard, au profit notamment de W9#M6 Music (W9), puis M6 Music et ses déclinaison M6 Music Club, etc.

Fun radio sous Axel Duroux (1997-1999)[modifier | modifier le code]

Le 3 novembre 1997, par suite de problèmes d’audience, Benoît Sillard quitte Fun Radio et est remplacé par Axel Duroux, alors PDG de RTL2[5]. Près d'un tiers des 120 salariés de la radio quitte la station ou est licencié. De nombreux services : technique, commercial, programmation sont mutualisés avec ceux de RTL2, qui avait failli fusionner avec Fun, du temps où elle s'appelait Maxximum. Ces mutualisations avaient pour but de faire des économies et d’assainir les finances de la station.[réf. nécessaire]

Axel Duroux abandonne le concept des Fun Music Systems et la Fondation Fun Radio prévention des MST, lutte contre la violence est délaissée. Il reformate Fun Radio et Fun TV avec l’aide de Zniber (Sam Z), venu d'NRJ. Les libres antennes sont de moins en moins nombreuses.

En avril 1998, Max succède à Lorenzo au Morning.

En juin 1998, Lovin'Fun disparaît de l’antenne. La plupart des animateurs emblématiques de la station, hormis Max sont licenciés. De nouvelles voix comme Barth, Léo, Mickael Quiroga, rousso font leur apparition. Jusqu’à cette date, l’audience se maintient au niveau des audiences constatées à l’époque du départ de Benoît Sillard.

À l'automne 1998, un nouveau format fait son apparition : la station change son logo historique par un logo rose et de forme carrée, mais sa ressemblance avec ceux de RTL et RTL2 fait craindre que Fun Radio devienne RTL3. La programmation devient rock et dance et de nouveaux animateurs font leur apparition (Bob, Victor, Kash et Barth).
Coté programmation, Max conserve l’émission du matin, Bob le cinglé débauché à Skyrock présente la Fun List, Morgan reprend les Dédi’Fun animées par Difool au début des années 1990.
Cependant cette nouvelle image suscite de nombreuses critiques de la part de ses auditeurs. Conséquence, la radio perd 1 point d'audience par rapport au printemps dernier[6], jusqu'à atteindre des niveaux historiquement bas[7].

Fin septembre, Mickaël est remercié après un dérapage, Max reprend les commandes des soirées. Barth le remplace pour le Morning Bio.

En janvier 1999, Fun radio connaît de nouveaux bouleversements. Le logo change pour la deuxième fois en 6 mois, la station déménage pour s’installer dans les locaux de RTL, rue Bayard à Paris. Le format change à nouveau pour devenir Groove’n’dance, Sam Z (Sam Zniber) qui crée et met en place la strategie du format Groove’n’dance, fait son retour à l’antenne. David change de nom pour devenir Dario, Barth est remplacé par Bob, Gwen et Martin animent l’émission matinale Fun Tonic.

En juin 1999, l’audience remonte spectaculairement avec 6,6 % d'audience cumulée, battant même Skyrock, Europe 2 et Chérie FM[8]. L'audience continu de progresser et de battre des records jusqu'en 2002.

Cette même année, Fun Radio revend à M6 les 50 % de Fun TV, que la station détenait encore. M6 cède les 10 % du capital qu'il possédait à RTL Group (ex CLT-UFA), qui devient actionnaire à 100 % de Fun Radio.

Fun radio sous Robin Leproux (2000-2005)[modifier | modifier le code]

En janvier 2000, Axel Duroux quitte le Groupe RTL pour prendre la direction d’Endemol France. Il est remplacé par le PDG de RTL, Stéphane Duhamel, qui sera remplacé la même année par Robin Leproux nommé PDG du groupe après les déboires de Stéphane Duhamel et de sa politique de rajeunissement de l’antenne de RTL.
Le succès de Fun Radio se confirme, elle bénéficie de retombées grâce aux partenariats passés avec M6 et ses émissions de télé réalité.

En septembre 2000, Arthur fait son grand retour à l’antenne avec Manu Levy et Myriam Callas dans l'émission Planet Arthur.

Sam Zniber quitte Fun Radio en 2001 pour diriger des stations FM en Angleterre, Victor (Xavier Laissus) son adjoint le remplace à la direction d’antenne. Olivier Jacobs succède à Jean-Baptiste Jouy à la direction générale.

En 2002, la station souhaite élargir son audience, rappelle Emmanuel Curtil et lance le format Des hits et du Fun, Max coanime l’émission du soir avec Mélanie. Bob, Isa et Martin animent le morning. Arthur multiplie les événements à l’antenne (émission depuis le porte-avions Charles de Gaulle, plusieurs émissions dans une journée depuis différentes régions de France). La station bat alors son deuxième record historique d'audience avec 8,1 % d'audience cumulée[9].
Cette année ci, la station lance Fun MP3, une webradio aujourd’hui disparue.

En 2004, Fun Radio fait appel à Sébastien Cauet pour animer le morning de Fun Radio. Arthur, avec qui il a eu un différend à la suite d'une mauvaise blague sur les camps de concentration, refuse d’animer sur Fun Radio bien que son contrat le lie à la station jusqu’en juin 2005[10]. Arthur prend en otage l’antenne avec le soutien de personnalités du show-biz pour demander sa liberté. Fun Radio l’interdit d’antenne et l’affaire se termine devant les tribunaux[4].
L’arrivée de Sébastien Cauet aux matinales permet de maintenir l’audience après le départ d’Arthur. Les deux animateurs tentent de réaliser à la même période l’émission la plus longue au monde sur leurs antennes respectives.

Fun radio sous Claude Sertorio et Sam Zniber (2005-2007)[modifier | modifier le code]

En juin 2005, le PDG de RTL / RTL2 / Fun Radio est remercié et remplacé par Axel Duroux, qui nomme Claude Sertorio en tant que directeur général et Sam Zniber comme adjoint et directeur Général des Programmes. Le duo met a l'antenne un format Hit Rythmique composé de musique électronique et de R&B. Ce melange musical permettra à la station d'atteindre ses records d'audiences.

En décembre 2005, Sam Zniber nomme Morgan Serrano à la direction des programmes de Fun Radio et Rémi Demange à la direction de la Musique du Pole. Max animateur emblématique de la station depuis 12 ans quitte l’antenne et est remplacé par Sophie Gaillard, l'émission citoyenne de Loubna disparaît également.

Après avoir été coordinateur d'antenne aux côtés de Xavier Laissus, Gaël Sanquer devient responsable de l'antenne aux côtés de Morgan Serrano.

En 2005, le slogan devient de Fun Radio "Soul & Dance", avec un nouvel habillage et de nombreuses nouveautés. Des avril 2006 l'audience remonte et reste en progression sur de nombreuses années.

Fun radio sous Jérôme Fouqueray (depuis 2007)[modifier | modifier le code]

Fin 2006, Sam Zniber quitte ses fonctions pour rejoindre le groupe Lagardere. Claude Sertorio est nommé adjoint à la Direction générale et le poste de Directeur général est confié à Jérôme Fouqueray, en provenance de NRJ et M6.

Fin 2007, la station change de logo et de slogan le son dancefloor, avec un positionnement musical qui évolue. Deux nouveautés font également leur apparition :Fun list animée le soir par Dario ou l'Eurodance 25 chaque dimanche de 19H à 21H.

En juin 2008, Sébastien Cauet quitte la station pour rejoindre Virgin Radio. Manu Levy lui succède avec succès avec l'émission Manu à la radio !.

En septembre 2009, Fun Radio lance la première édition de son événement musical, Starfloor, à Paris-Bercy, concert diffusé également sur la chaîne W9. La tête d'affiche est Shakira.

En février 2010, Morgan Serrano, directeur des programmes, quitte Fun Radio, il est remplacé, en septembre 2010, par Sebastien Joseph dit Lucas.

Une deuxième édition de Starfloor est organisé le 30 octobre 2010 avec Kylie Minogue et Kelly Rowland comme têtes d'affiche[11].

La saison 2010/2011 permet à Fun Radio d'enregistrer plusieurs records d'audience. La station lutte désormais avec Skyrock pour la place de deuxième radio musicale de France. Skyrock[12].

En mai 2011, Manu Levy quitte Fun Radio pour être remplacé, la saison suivante, par Bruno Guillon, Florian Gazan et Christina Guilloton (qui quittent Virgin Radio), en proposant l'émission Bruno dans la radio de h à h. Cette même année, Fun Radio devient 1re radio musicale dans 20 villes de France (Lyon, Bordeaux, Toulouse, Nancy, Tours, Caen… - sondage Médialocales juillet 2011-) et la radio française la plus puissante sur les nouveaux supports numériques d’écoute.

Fin 2011, FUN RADIO se lance à La Réunion avec 12 fréquences dont Saint-Denis 95,5FM (voir aussi FUN RADIO REUNION ).

En 2012, Fun Radio s'associe à Loca FM, un important réseau de radios en Espagne, pour lancer Loca Fun Radio, les programmes démarrent depuis Madrid avec 40 fréquences dans toute l'Espagne le 17 septembre 2012. La radio finalise aussi son implantation dans les Antilles avec des nouvelles fréquences en Martinique et Guadeloupe.

La 4e édition de l'événement Starfloor est organisée le 20 octobre 2012, avec Far East Movement et Martin Solveig en têtes d'affiche, toujours en association avec la chaîne W9 qui rediffuse l'événement.

Le développement sur de nouveaux territoires se poursuit, avec une fréquence sur l'île de Sainte-Lucie, dans les Caraïbes anglophones.

Un nouveau site internet funradio.fr est lancé début novembre 2012, avec la promesse d'être « plus lisible, plus riche et 100 % social ».

En avril 2013, Loca Fun Radio abandonne la référence à Loca FM et devient : Fun Radio Espagne, qui lance un événement Fun Radio Dance Event à Madrid le 13 juin 2013, pour récompenser les DJ's européens préférés des auditeurs français, belges et espagnols. La soirée qui sacre David Guetta meilleur DJ européen est diffusée en direct en France, en Belgique et en Espagne depuis le Club La Riviera à Madrid.

Le 4 juin 2013 disparaît Pierre Lattès, un des cofondateurs de Fun Radio en 1985. Dans un communiqué, Fun Radio salue l'un de ses pionners : "Fun Radio se souvient d'où elle vient et comment elle est née un soir d'octobre 1985 du regroupement de plusieurs stations locales à Nancy, Grenoble, Montpellier, Bordeaux, Carcassonne, Toulouse et Nice, sous l'impulsion de Pierre Lattès et de ses associés".

Le 24 juin 2013, Fun Radio ouvre une nouvelle fréquence à Monaco sur 95,1FM.

Le 4 juillet, Fun Radio Espagne rentre pour la 1re fois dans le classement d'audiences des radios espagnoles avec près de 100.000 auditeurs / jour.

Le 10 juillet 2013, Fun Radio annonce le retour de son émission mythique Lovin'Fun. Karima Charni (issue de W9) et Karel reforment avec Christian Spitz alias "Le Doc", un nouveau trio aux commandes de Lovin'Fun. L'émission est lancée le 19 août, en semaine de 20H à 23H. Lovin'Fun est suivie d'une nouvelle émission de libre antenne animée par MiKL, en semaine de 23H à 2H (et le dimanche de 20H à Minuit).

Fin octobre 2013, Fun Radio Espagne annonce "un test de diffusion" à Barcelone sur une nouvelle fréquence 106,4 FM.

Le 19 novembre 2013, Fun Radio redevient 2ème radio musicale de France avec 3.513.000 auditeurs / jour, devancée par NRJ mais devant Skyrock (position confirmée lors du sondage suivant, où l'émission matinale Bruno dans la Radio établit un record).

La 5e édition de l'événement Starfloor se déroule samedi 23 novembre 2013 à Paris-Bercy, avec Carly Rae Jepsen et LMFAO en tête d'affiche avec un record d'audience.

Historique musical[modifier | modifier le code]

En comparant le rythme moyen de la programmation musicale de chaque radio, Fun radio a été désigné "la radio la plus Up tempo" par la société Yacast, en 2006 (99.7 BPM), 2007 (110.1 BPM), 2008 (110,6 BPM), 2009 (124.7 BPM), 2010 (121.9 BPM) et 2011 (124.8 BPM)[13],[14].

Selon Yacast depuis 2005, le repositionnement de Fun Radio au format dancefloor et l'important poids en audience radiophonique a fortement contribué à l'augmentation de l’exposition electro house dans l'ensemble des autres radios musicaux, de 2005 à 2011, la part de titres dance programmée en radio est passée de 8 % à 37 %, soit une audience quasi multipliée par 5 en 6 ans[14]..

Années Titres les plus diffusés Rythme moyen de
la programmation musicale
Programmation de
titres dancefloor / club
2013 Avicii - Wake Me Up![15] 126,8 BPM _
2012 DJ Antoine & Beat Shakers - Ma Chérie 2k12[16] 124,1 BPM 92,8 %
2011 DJ Antoine & Timati - Welcome to St. Tropez[17] 124,8 BPM 91 %
2010 Antoine Clamaran & Soraya Arnelas - Live Your Dreams[18] 121,9 BPM 73 %
Décennie 2000 Eric Prydz - Pjanoo[19] _ _
2009 Kid Cudi & Crookers - Day'N'Nite[20] 124,7 BPM 65 %
2008 Dj Assad & Maradja - Everybody clap[21] 110,6 BPM 58 %
2007 P. Diddy & Keyshia Cole - Last Night[22] 110,1 BPM 54 %
2006 Bob Sinclar & Steve Edwards - World, Hold On (Children of the Sky)[23] 99,7 BPM 43 %
2005 Mario - Let me love you[24] _ 26 %
2004 Mario Winans & P.Diddy - I don't wanna know[25] _ _
2003 Willy Denzey - Le Mur du Son[26] _ _
2002 Matt Houston & Sat - Hotel Motel[27] _ _
2001 The Supermen Lovers - Starlight[28] _ _

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Slogans[modifier | modifier le code]

  • 1985 : Changez d'énergie sans changer de fréquence /
    Tant qu'il y aura des piles.
  • 1986 : La radio complètement Fun.
  • 1987 : La radio sensations.
  • 1988 : La meilleure radio.
  • 1990 : La radio fun c'est Fun Radio.
  • 1992 : Toujours et encore plus fort.
  • 1994 : Ouvrons-la !
  • 1996 : Le meilleur mix.
  • 1997 : La radio d'une génération
  • 1998 : Pour le Fun et pour les tubes.
  • 1999 : Groove + dance = Fun. / Fun Radio donne le tempo.
  • 2001 : Groove & Dance.
  • Août 2002 : Des Hits & du Fun.
  • Août 2004 : Plus de musique, plus longtemps.
  • Décembre 2004 : RnB, Dance, Fun.
  • Août 2005 : Soul & Dance.
  • Depuis décembre 2007 : Le Son Dancefloor

Organisation[modifier | modifier le code]

Dirigeants[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Blanchemain : 1985-1987
  • Daniel Vaucamp : 1987-1989
  • Benoît Sillard : 1989-1997
  • Axel Duroux : 1997-2000
  • Stéphane Duhamel : 2000
  • Jean-Baptiste Jouy : 2001-2002
  • Olivier Jacobs : 2003-2005
  • Claude Sertorio et Sam Zniber : 2005-2006
  • Jérôme Fouqueray : depuis 2007


Capital et filiales[modifier | modifier le code]

La Société d’Exploitation Radio Chic (SERC) dont le nom commercial est Fun Radio est détenue à 100 % depuis 1999 par le groupe français RTL, filiale à 100 % de RTL Group.

  • Filiales de Fun Radio et du pôle radio RTL
    • RTL Spécial Marketing (anciennement RFD): produits dérivés, licences de marque et diversification - Gérant : Jérôme Fouqueray (depuis 2009), Directeur Exécutif : Grégoire HUEBER (qui succède à Julien CARDON fin 2013)
    • RTL Events : production ou coproduction de tournées musicales ou d'événements - Gérant : Jérôme Fouqueray (depuis 2007), Directeur Exécutif : Grégoire HUEBER (qui succède à Julien CARDON fin 2013)
    • RTL Net : Société éditrice du site Funradio.fr - Directeur Général : Tristan Jurgensen (depuis 2008)
    • IP France : régie publicitaire - Directeur Général : Guillaume Astruc (depuis 2007)
    • Mediapanel : études éditoriales et musicales - Gérant : Claude Sertorio (depuis 1999)
    • Fun Radio Brand Desk : activités de licences Fun Radio dans les DOM-TOM et à l'international - Directeur : Sébastien Motel (depuis 2012)- Accords de licence en vigueur en Belgique (1994), Slovaquie (1998), Guyane (2010), La Réunion (2011), Antilles (2012), Espagne (2012), Sainte-Lucie (2012)
    • Fun Radio Belgique (50 %) : éditeur du programme Fun Radio en Belgique francophone - Directeur : Grégory Finn (depuis 1994)

Studios[modifier | modifier le code]

Émissions[modifier | modifier le code]

GRILLE DES PROGRAMME DU 21 AU 27 JUILLET 2014

Émissions actuelles[modifier | modifier le code]

Légende : la matinales & la libre antenne Bleu ; les émissions de flux en Jaune ; les émissions mixées en Vert. Enfin, les classement sont signalées en Rose.

Grille des programmes 2013
06:00|09:00 09:00|12:00 12:00|16:00 16:00|19:00 19:00|20:00 20:00|00:00 00:00|02:00 02:00|06:00
Lundi Le Morning Dancefloor de l'été
Dje & Tiphaine & Clara
Anne-So Fred
ou programme local
Le Clash
JB
La Funlist
JB
Party Fun de l'été

Mico C

Adrien Toma

Party Fun de l'été

DJ Resident

Non-Stop
Mardi
Mercredi
Jeudi
06:00|09:00 09:00|12:00 12:00|16:00 16:00|19:00 19:00|20:00 20:00|00:00 00:00|02:00 02:00|06:00
vendredi Le Morning Dancefloor de l'été Anne-So Fred
ou programme local
Le Clash
Greg
Party Fun
Adrien Toma
Party Fun
Adrien Toma
Party Fun
DJ Resident
Party Fun
DJ Resident
06:00|10:00 10:00|14:00 14:00|18:00 18:00|20:00 20:00|00:00 00:00|02:00 02:00|06:00
Samedi La Matinal
Mickael
Dédifun
Greg
Mickael Fun Club 40
Mico C
Party Fun
Quentin Mosimann & JB au Micro
Party Fun
DJ Resident
Party Fun
DJ Resident
06:00|10:00 10:00|14:00 14:00|18:00 18:00|20:00 20:00|00:00 00:00|02:00 02:00|06:00
Dimanche La Matinal
Mickael
Dédifun
Greg
Mickael Euro Dance 25
Mico C
Party Fun
Mico C
Party Fun
Nicky Romero
Non-Stop

Source : Grille des programmes de funradio.fr

Émissions actuelles[29][modifier | modifier le code]

Émissions disparues[modifier | modifier le code]

Organisation et personnalités[modifier | modifier le code]

Direction[modifier | modifier le code]

  • Directeur Général : Jérôme Fouqueray
  • Directeur Général Adjoint : Claude Sertorio
  • Directeur d'Antenne : Sébastien Joseph
  • Responsable Antenne : Pédro Dias
  • Responsable de la programmation : Pascal Rémy
  • Directeur des Réseaux et des Activités Internationales : Sébastien Motel
  • Responsable des Stations Locales et des Activités Internationales : Michaël Ruysschaert
  • Directeur de la Communication : Christophe Boccard
  • Directeur Technique : Arnaud Vallin

Développement International[modifier | modifier le code]

  • Directeur Général : Jérôme Fouqueray
  • Directeur des Activités Internationales: Sébastien Motel
  • Responsable des Activités Internationales : Michaël Ruysschaert

Animateurs actuels[modifier | modifier le code]

Nom de l'animateur Émission présentée
Bruno Guillon
Christina Guilloton
Gregory Vacher
Elliot Chemlekh
Bruno dans la radio
Djé Le morning dancefloor du week-end
Anne-So
Mathieu
Fred
JB
Programmes musicaux (Flux)
Dario Le Clash - La FunList
Karel
Karima Charni
le Doc
Lovin'Fun
Mico C
Adrien Toma
(Présentateurs)

Mico C
Adrien Toma
Quentin Mosimann
Nicky Romero
(DJ résidents)

Party Fun
Mico C
(Présentateur et DJ résident)
Fun Club 40 - Eurodance 25
Greg Les DédiFuns
MiKL
Toph
Polo
Sandro
MIKL: No Limit

Animateurs emblématiques de la station[modifier | modifier le code]

Anciens animateurs[modifier | modifier le code]

 Jeff
 Sandra
  • Stéphane Hagopian (Steph)
  • Théo
 Tony

Standardistes et assistants devenus célèbres[modifier | modifier le code]

DJs résidents[modifier | modifier le code]

Actuels[modifier | modifier le code]

Anciens[modifier | modifier le code]

Voix Off[modifier | modifier le code]

Voix masculines[modifier | modifier le code]

Voix féminines[modifier | modifier le code]

  • Delphine Bénatar
  • Caroline Combes
  • Olga Sokolow (septembre 2005 - janvier 2006)
  • Francine Baudelot (janvier 2006 - août 2008)
  • Audrey Lanj (depuis août 2008)[30]

Journalistes[modifier | modifier le code]

  • Damien Carreau (jusqu'en Mai 2014)
  • Justine Salmon (auparavant flash Paris/IDF, depuis Mai 2014 flashs nationaux)

Antennes locales avec décrochage de 12 h à 16 h[modifier | modifier le code]

  • Fun Radio Atlantique
    • Animateur : Aurélien Martin
    • Journaliste : Aziliz Le Brun
  • Fun Radio Belfort-Montbéliard
    • Animateur : Rémy
  • Fun Radio Bourgogne
    • Animateur : Raphaël
    • Journaliste : Vianney Boyer
    • Assistante : Barbara Vagner
  • Fun Radio Côte d'Azur
    • Animateur  : Lohan
    • Journaliste : Yann Herman
    • Assistante ; Irène Deli
  • Fun Radio Dunkerque
    • Animateur : Tom
  • Fun Radio Lorraine
    • Animateur : Alex
    • Journaliste : Benjamin Cymbalista
    • Promotion : Arnaud Ledogar
  • Fun Radio Marseille
    • Animateur  : Eddy
    • Journaliste : Tristan De la flechere
  • Fun Radio Méditerranée
    • Animateur : Guillaume
    • Journaliste : Anais David
  • Fun Radio Nîmes
    • Animateur : Amandine
  • Fun Radio Tarbes
    • Animateur  : Fred
    • Commercial : David Mur
  • Fun Radio Toulouse
    • Animateur : Mikael
    • Journaliste : Alexandre de Saint-Aignan

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Arthur et les pirates à la radio », sur http://blog90.over-blog.fr,‎ 14 décembre 2008 (consulté le 1er juin 2011)
  2. « Lovin'Fun » menacée par les foudres du CSA, sur l'Humanite,‎ 7 mars 1994 (consulté le 9 aout 2010)
  3. « Fun radio a doublé son chiffre d'affaires en 1994 », sur Les Échos,‎ 20 juillet 1995 (consulté le 9 août 2010)
  4. a et b « La guerre Arthur-Fun Radio devant le tribunal », sur Le Nouvel Observateur,‎ 4 octobre 2004 (consulté le 9 août 2010)
  5. « La CLT-UFA confie à Axel Duroux le soin de relancer Fun Radio », sur Les Échos,‎ 5 novembre 1997 (consulté le 9 août 2010)
  6. « Les radios généralistes regagnent du terrain », sur Les Échos,‎ 18 novembre 1998 (consulté le 9 aout 2010)
  7. « Bonne progression de l'audience des radios généralistes », sur Les Échos,‎ 18 janvier 1999 (consulté le 9 aout 2010)
  8. « L'audience de la radio a progressé au printemps », sur Les Échos,‎ 16 juillet 1999 (consulté le 9 août 2010)
  9. « Audience radio 2001 et 2002 », sur Les Échos,‎ 16 juillet 2002 (consulté le 9 aout 2010)
  10. Arnaud Derrien, « Arthur et Cauet, les frères ennemis », sur TV Magazine,‎ 20 décembre 2007
  11. « Starfloor à bercy avec kylie minogue, bob sinclar, taio cruz… »,‎ 17 septembre 2010
  12. Julien Lalande, « Audiences : records pour Fun Radio et RMC », sur ozap.com,‎ 18 novembre 2010 (consulté le 20 novembre 2010)
  13. télécharger étude Yacast par année
  14. a et b « Bilan Radio TV Clubs Année 2011 », sur yacast.fr,‎ 2012 (consulté le samedi 11 février 2012) télécharger dossier pdf "Bilan Radio TV Clubs Année 2011" voir page 5
  15. « Bilan Radio-TV-Clubs Année 2013 », sur Yacast,‎ 23 janvier 2014 (consulté le 19 avril 2014)
  16. « Bilan Radio TV Clubs Année 2012 », sur Yacast,‎ 11 avril 2013 (consulté le 11 avril 2013)
  17. « Bilan Radio TV Clubs Année 2011 », sur Yacast,‎ 31 janvier 2012 (consulté le 2 février 2012)
  18. « Bilan Radio TV Clubs Année 2010 », sur Yacast,‎ 2 février 2011 (consulté le 20 novembre 2011)
  19. « Bilan Radio de la décennie », sur Yacast,‎ 8 janvier 2010 (consulté le 20 novembre 2011)
  20. « Bilan Radio TV Clubs 2009 », sur Yacast,‎ 2 février 2010 (consulté le 20 novembre 2011)
  21. « Bilan Radio TV Clubs 2008 », sur Yacast,‎ 26 janvier 2009 (consulté le 20 novembre 2011)
  22. « Bilan Radio TV Clubs 2007 », sur Yacast,‎ 29 janvier 2008 (consulté le 20 novembre 2011)
  23. « Bilan Radio TV Clubs 2006 », sur Yacast,‎ 17 janvier 2007 (consulté le 20 novembre 2011)
  24. « Bilan Radio TV Clubs 2005 », sur Yacast,‎ 12 septembre 2006 (consulté le 20 novembre 2011)
  25. « Bilan Radio TV Clubs 2004 », sur Yacast,‎ 12 septembre 2006 (consulté le 20 novembre 2011)
  26. « Bilan Radio TV 2003 », sur Yacast,‎ 12 septembre 2006 (consulté le 20 novembre 2011)
  27. « Bilan Radio TV 2002 », sur Yacast,‎ 12 septembre 2006 (consulté le 20 novembre 2011)
  28. « Bilan Radio 2001 », sur Yacast,‎ 12 septembre 2006 (consulté le 20 novembre 2011)
  29. « Grille des programmes », sur funradio.fr
  30. Elle est aussi la voix off de Manu à la radio !

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]