Château de Versailles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Versailles
Image illustrative de l'article Château de Versailles
Vue aérienne du château en 2013.
Période ou style Classicisme
Architecte Louis Le Vau
Jules Hardouin-Mansart
Robert de Cotte
Jacques V Gabriel
Ange-Jacques Gabriel
Début construction 1623
Fin construction Non défini :
Beaucoup de transformations
Propriétaire initial Couronne de France
Destination initiale Résidence royale
Propriétaire actuel République française
Destination actuelle Musée de l'Histoire de France
Protection Logo monument historique Classé MH (1862, 1906, 1964)
 Patrimoine mondial (1979)
Site web www.chateauversailles.fr
Coordonnées 48° 48′ 17.26″ N 2° 07′ 13.34″ E / 48.8047944, 2.120372248° 48′ 17.26″ Nord 2° 07′ 13.34″ Est / 48.8047944, 2.1203722  
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Commune Versailles

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

(Voir situation sur carte : Yvelines)
Château de Versailles

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Château de Versailles

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Versailles

Le château de Versailles est un château et un monument historique français qui se situe à Versailles, dans les Yvelines, en France. Il fut la résidence des rois de France Louis XIV, Louis XV et Louis XVI. Le roi et la cour y résidèrent de façon permanente du 6 mai 1682 au 6 octobre 1789, à l'exception des années de la Régence de 1715 à 1723.

Situés au sud-ouest de Paris, ce château et son domaine visaient à glorifier la monarchie française.

Le château est constitué d'une succession d'éléments ayant une harmonie architecturale. Il s'étale sur 6,32 ha, répartis en 2 300 pièces, dont, actuellement, 1 000 pièces de musée[1].

Le parc du château de Versailles s'étend sur 815 ha, contre environ 8 000 ha avant la Révolution française[note 1], dont 93 ha de jardins. Il comprend de nombreux éléments, dont le Petit et le Grand Trianon (qui fut également résidence de Napoléon Ier, Louis XVIII, Charles X, Louis-Philippe Ier, et Napoléon III), le hameau de la Reine, le Grand et le Petit Canal, une ménagerie (aujourd’hui détruite), une orangerie et la pièce d'eau des Suisses.

Sommaire

Localisation[modifier | modifier le code]

Le château de Versailles est situé au nord-ouest du territoire de la commune de Versailles sur la place d'Armes, à 16 kilomètres au sud-ouest de Paris, en France. On entend, par « château de Versailles », à la fois la construction palatiale et ses proches abords, ainsi que l'ensemble du domaine de Versailles, incluant alors — entre autres — les Trianons, le Grand Canal et le parc du château de Versailles.

Historique[modifier | modifier le code]

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Aux origines du lieu[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de Versailles.

Avant le château, la première mention de Versailles remonte à 1038 dans une charte de l’abbaye Saint-Père de Chartres[2]. En 1561, le domaine de Versailles et sa demeure seigneuriale sont vendus à Martial de Loménie, secrétaire des finances de Charles IX[3].

Albert de Gondi, comte de Retz, favori italien de la reine Catherine de Médicis, devient pour 35 000 livres propriétaire de la seigneurie de Versailles et de son château, consistant alors en une demeure seigneuriale située à l’emplacement de l’actuel Hôtel des Affaires étrangères et de la Marine[4].

En 1589, un mois avant qu’il ne devienne roi de France, le roi de Navarre séjourne à Versailles[5]. Revenant de Blois, il s’y arrête du 7 au 9 juillet et est reçu par Albert de Gondi ; il y retourne en 1604 et 1609. Dès 1607, le futur Louis XIII, alors âgé de 6 ans, fait sa première chasse à Versailles[6].

Au début du XVIIe siècle, les terres environnantes sont donc la propriété d’une part de la famille de Gondi et d’autre part du prieuré Saint-Julien de Versailles dont le prieur est Mathieu Mercerie. De 1622 à 1654, Jean-François de Gondi est archevêque de Paris dont dépend hiérarchiquement le prieuré Saint-Julien. Jean-François de Gondi, seigneur de Versailles, est donc propriétaire du domaine qui est acquis par le roi en 1623[7]. « La terre et seigneurie de Versailles » sont eux vendus au roi le 8 avril 1632 par ce même Jean-François de Gondi[8],[note 2]. Sur le terrain de l’actuel château de Versailles, ne se trouve alors qu’un moulin à vent[9].

Louis XIII : les origines du château[modifier | modifier le code]

Le premier château[modifier | modifier le code]

En septembre 1623, le roi réunit l’argent nécessaire à la construction d'un pavillon de chasse construit par Nicolas Huaut[10], dont il prend possession le 9 mars 1624. Ce lieu, nommé le Val-de-Galie, est situé au sommet du plateau de Versailles, sur le chemin allant de Versailles à Trianon[10]. S'y dressait un moulin à vent et la maison du meunier[11], rachetés le 23 mars 1624 par le roi afin de les démolir[10].

En 1623, Louis XIII, fait construire à la place de l'ancien moulin et au sommet d’une butte cernée par des marais[12], un modeste pavillon de chasse en brique et pierre[13], le roi atteint d’agoraphobie étant pris d'un besoin de retraite spirituelle[14]. Comme le mentionne le marché publié par Jean Coural en 1959[15], le bâtiment consiste alors en un simple corps de logis de 35 mètres de long sur 5,80 mètres de large, s'élevant sur trois niveaux (trois étages : rez-de-chaussée, premier étage et galetas) à sept travées auquel s'ajoutent deux ailes en retour[16], légèrement plus basses (deux étages) et également en sept travées, de 27,30 mètres de long sur 4,85 mètres de large[17]. L'ensemble est entouré de fossés précédés d'une terrasse et d'un jardin de deux hectares dessiné par l'intendant des jardins du roi Jacques Boyceau. L'avant de la cour est fermé par un mur percé d'une porte-cochère surmontée d’un tympan sculpté aux armes royales[18]. Louis XIII participe personnellement à l'élaboration du plan de ce premier édifice[19].

S’il constitue son rendez-vous de chasse favori, il ne forme pourtant qu’une construction rustique et purement utilitaire[12]. La disposition bastionnée de terre et les fossés qui l’entourent, rappellent encore certaines constructions féodales[4]. Ses matériaux de médiocre qualité (moellon avec mortier de chaux et sable enduit d'un crépi, encadrement des fenêtres en fausses pierres de plâtre) rappellent quant à eux l'Hôtel de Guénégaud[20].

Louis XIII fit bâtir cette nouvelle habitation sur un terrain qu’il achète à Jean de Soisy, dont la famille en est propriétaire depuis le XIVe siècle[21]. Dans sa petite demeure, Louis XIII reçoit de temps à autre sa mère Marie de Médicis et son épouse Anne d’Autriche[12]. Elles ne font qu’y passer sans jamais y coucher, le château de Louis XIII ne comporte pas d'appartement pour les femmes[22].

L’appartement du roi comprend une petite galerie où était accroché un tableau représentant le siège de La Rochelle, puis viennent quatre pièces dont les murs sont couverts de tapisseries[12]. Le salon du roi occupe le centre de l’édifice, emplacement qui correspond aujourd'hui avec celui du lit de Louis XIV[23].

Le 11 novembre 1630, le cardinal de Richelieu se rend secrètement à Versailles dans le but de regagner la confiance du roi en dépit des pressions exercées sur ce dernier par la reine-Mère et le parti dévot[24]. Cet événement sera connu, plus tard, sous le nom de Journée des dupes et constitue pour le château le premier acte politique d'importance avant qu'il ne devienne une résidence d'État[25]. Richelieu resta Premier ministre et la reine-Mère fut exilée.

Ce château est surnommé à cause de sa petite taille « le chétif château », ou « le chestif chasteau » en Ancien français, par le maréchal de Bassompierre[12]. Saint-Simon l'appelle aussi « le château de cartes », à cause de ses couleurs (les briques rouges, le toit d'ardoises noires et la pierre blanche) qui rappellent celles d'un jeu de cartes, ou « le méchant cabaret à rouliers » pour souligner ainsi la modestie de la construction de Louis XIII par rapport à celle de son fils[26]. Un inventaire de 1630 fait en effet état uniquement pour l'appartement du roi au premier étage de quatre pièces tendues de tapisseries, d'une antichambre, d'une garde-robe, d'un bureau et d'une chambre[15].

Le deuxième château[modifier | modifier le code]
Plan du château vers 1630 - 1640, estampe de Jacques Gomboust[27].

Le 8 avril 1632, Louis XIII rachète le domaine de Versailles à Jean-François de Gondi, archevêque de Paris[note 2].

En mai 1631 débutent des travaux d’agrandissement qui sont dirigés par l’ingénieur-architecte Philibert Le Roy : à chaque angle sont ajoutés des petit pavillons en décroché, les ailes sont remaniées ; en 1634, le mur fermant la cour est remplacé par un portique en pierre à six arcades garnies de ferronneries[28]. Le nouveau château reçoit sa première décoration florale ; les jardins sont agencés « à la française » par Boyceau et Menours[29], décorés d’arabesques et d’entrelacs. Les crépis sur moellons sont remplacés par des façades de briques et de pierre. Une terrasse servant de promenade, avec une balustrade décorée d’oves, est aménagée en 1639 devant la façade principale du château au-dessus du parterre qui est accessible par un escalier. Ce château correspond actuellement à la partie en U qui entoure la cour de marbre[30].

En 1643, sentant sa mort approcher, Louis XIII déclare : « Si Dieu me rend la santé, disait-il à son confesseur, le jésuite Jacques Dinet, j'arrêterai le cours du libertinage, j'abolirai les duels, je réprimerai l'injustice, je communierai tous les huit jours, et sitôt que je verrai mon dauphin en état de monter à cheval et en âge de majorité, je le mettrai en ma place et je me retirerai à Versailles avec quatre de vos Pères, pour m'entretenir avec eux des choses divines et pour ne plus penser de tout qu'aux affaires de mon âme et de mon salut[31] ».

Le 14 mai, il meurt laissant le royaume à son fils Louis XIV, âgé de quatre ans et trop jeune pour gouverner. Sous la régence d’Anne d'Autriche, Versailles cesse alors d'être une résidence royale pendant presque dix-huit ans[note 3].

Louis XIV[modifier | modifier le code]

Contexte : la régence d'Anne d'Autriche[modifier | modifier le code]

À la mort de Louis XIII, le 14 mai 1643, son descendant, le jeune Louis XIV, n'est âgé que de quatre ans et huit mois. Selon un édit du défunt roi passé en avril, le gouvernement de la France est alors confié à sa veuve, Anne d'Autriche, assistée d'un conseil de régence comprenant le duc d'Orléans, lieutenant-général du royaume, le cardinal Mazarin, le chancelier Séguier, les secrétaires d'État Bouthillier et son fils Chavigny. Mais la reine, qui ne souhaite pas gouverner avec ces créatures placées par Louis XIII et feu le cardinal de Richelieu[32], obtient du Parlement, le 15 mai 1643 l'administration du royaume et l'éducation du jeune roi[33]. Bien vite, cependant, la reine prend conscience de l'extrême difficulté à exercer seule le pouvoir[34]. Elle fait donc appel au cardinal Mazarin en lui donnant, le 18 mai 1643, le poste de premier ministre. Elle fait également de lui le tuteur de son fils. Le lendemain de la mort du roi[32], Louis et son jeune frère, le duc Philippe d’Anjou, ont quitté Saint-Germain-en-Laye pour s’installer à Paris, au Palais-Cardinal, rebaptisé Palais-Royal[35].

Un petit château pour un petit roi : 1641-1659[modifier | modifier le code]
Plan du parc.

On sait que le futur Louis XIV était venu une première fois à Versailles en octobre 1641 avec son frère, pour échapper à une épidémie de vérole qui frappait Saint-Germain-en-Laye[36]. Après la mort de Louis XIII, le petit pavillon de chasse de Versailles, avec son architecture de brique et pierre désuète, tombe dans un oubli relatif. Jusque-là supervisé par Claude de Saint-Simon, père du célèbre mémorialiste, le domaine royal est administré, sans grande conviction, à partir de 1645 par le président au parlement de Paris, René de Longueil, qui prend la charge de capitaine des chasses et par Nicolas du Pont de Compiègne qui devient intendant. La terre de Versailles survit chichement avec 4 000 livres annuelles tirées du produit de ses fermes[37].

Le jeune Louis se rend à Versailles le 18 avril 1651, pour une partie de chasse, où il est reçu par le capitaine des chasses de Longueil. Il revient dîner sur les lieux les 15 et 28 juin[38]. Les troubles causés à Paris par la Fronde des princes contraignent le roi et la régente à un séjour forcé de trois mois à Poitiers d'octobre 1651 à janvier 1652. Au terme d'un voyage de retour de plusieurs mois, Anne d'Autriche et son fils font étape à Versailles le 27 avril 1652 pour dîner avant de rejoindre Saint-Germain-en-Laye. Le 14 novembre, le roi accompagné de Monsieur, son frère, et d'une partie de la cour va « prendre le divertissement de la Chasse à Versailles ». Il y retourne pour la même occupation les 8 et 22 janvier 1653. Le 3 avril, le jeune Louis passe la nuit à Versailles et y retourne deux semaines plus tard pour chasser. Le 20 mai, il vient chasser le renard en compagnie du cardinal Mazarin et reste dormir sur place[39].

Du fait de ces visites régulières, on remplace, dans la charge de capitaine des chasses, le président de Longueil, peu impliqué dans la gestion du domaine, par Louis Lenormand, sieur de Beaumont, le 28 juin 1653. Mais l'intérêt du souverain pour Versailles ne se confirme pas. Le jeune monarque de 14 ans préfère aller chasser à Vincennes. En cinq années, il ne vient à Versailles que quatre fois, de la fin 1654 à l'automne 1660[40]. Le domaine traverse alors une période de déshérence et d’irrégularités, marquée par les querelles violentes entre le colérique concierge du château, Henry de Bessay, sieur de Noiron (nommé en 1654) et le jardinier Guillaume Masson (nommé en 1652). En mars 1665 Noiron tire un coup de pistolet sur Masson et le menace de son épée. Le jardinier indélicat, quant à lui, exploite le parc à son profit en détournant du foin ou du bois, et en utilisant les terres comme pâturages pour ses bêtes ou celles de propriétaires des environs[41].

La situation ne s’améliore guère par la suite. Pour des raisons administratives, l’intendant Nicolas du Pont de Compiègne démissionne de sa charge. À sa place on nomme, le 11 mars 1659, Louis Lenormand, sieur de Beaumont, qui cumule donc la charge d’intendant avec celle de capitaine des chasses dont il est titulaire depuis cinq ans[42]. Mais M. de Beaumont se décharge des fonctions d’intendance, qui ne correspondent pas à son rang, sur son propre intendant, Denis Raimond qui se révèle peu efficace. Le laisser-aller règne sur le domaine royal, encore aggravé par l’assassinat, en forêt de Saint-Germain-en-Laye, de M. de Beaumont, le 3 mai 1660[43].

Premiers aménagements : 1660-1664[modifier | modifier le code]

En septembre 1660, le roi amorce la reprise en main du domaine. Au lieu de donner un successeur à M. de Beaumont, il donne commission d’intendance à son proche serviteur, Jérôme Blouin, premier valet de chambre du roi, « ayant clefs des coffres de nostre chambre et couchant en icelle[44] ». Ce dernier remet de l'ordre dans la gestion du domaine en congédiant, sur ordre du roi, le jardinier Hilaire II Masson, accusé de déprédations. Louis XIV demande également que l'inventaire du château soit vérifié. Et le concierge Henry de Bessay, sieur de Noiron doit, sur ordre du roi du 11 octobre 1660, se retirer à Saint-Germain-en-Laye[45] Quatre mois après son mariage avec Marie-Thérèse d'Autriche[46], Louis XIV va « prendre le divertissement de la Chasse[47] » avec son épouse à Versailles, le 25 octobre 1660. C’est à cette époque que l’intérêt du roi pour le domaine de son père se manifeste de façon explicite. Il envisage d’agrandir le jardin et de créer un nouveau parc d’une « étendue considérable[48] ». Dès le mois de novembre, Blouin se met en quête de financements pour ces travaux à venir. À cet effet, il remet en vente le fermage de la seigneurie et parvient non sans difficulté à le faire accepter par le receveur-fermier alors en place, Denis Gourlier, pour la somme de 5 200 livres[49].

Le premier changement effectif à Versailles concerne le verger. Le roi souhaite en faire régulariser la forme et augmenter la surface. Il veut également le clore d’un mur. Il ordonne que les terrains nécessaires à cette opération soient mis à sa disposition au 31 décembre 1660. Entre l’automne 1660 et le début de 1661, les travaux d’arpentages sont menés[50]. Le 9 mars 1661, alors que le cardinal Mazarin vient de mourir, Louis XIV annonce qu’il exercera le pouvoir directement, sans reprendre de Premier ministre[51]. Le lendemain, sa première décision officielle consiste en la nomination de Jean-Baptiste-Amador de Vignerot Du Plessis, marquis de Richelieu, comme capitaine des chasses en remplacement de M.de Beaumont assassiné en 1660. Mais la gestion du domaine de Versailles, non mentionnée dans la capitainerie attribuée à Du Plessis, demeure sous le contrôle de Blouin.

Dans les premiers mois de 1661, le roi charge le peintre Charles Errard de remettre en état les appartements du château. Mais avec la naissance prochaine du dauphin et le mariage à venir de Monsieur, frère du roi, la famille royale va s'agrandir. Il faut donc procéder rapidement à un réaménagement de la distribution des pièces. Le rez-de-chaussée et l'étage sont divisés en appartements royaux ou princiers, desservis par deux nouveaux escaliers dans les ailes latérales. L'escalier de Louis XIII au centre du corps de logis est supprimé[52].

L'historiographie romantique veut que les architectes et jardiniers de Versailles Charles Le Brun, André Le Nôtre et Louis Le Vau se soient inspirés du château de Vaux-le-Vicomte, mais en fait Louis XIV n'a pas eu à capter tous ces talents au service de Nicolas Fouquet au profit de la monarchie puisqu'ils sont au service du roi depuis des années[14].

Première campagne : 1664-1668[modifier | modifier le code]
Le château après le premier agrandissement en 1668.

Sans compter des modifications mineures effectuées à partir de 1661, où le roi n’y consacra qu’une somme modeste d’un million et demi de livres[53], les phases de construction se déclenchèrent en 1664 avec la première campagne de construction. En dépit des résultats de la construction d’un des plus merveilleux palais d’Europe, les poursuites de Louis XIV déclenchèrent des critiques sournoises parmi ses courtisans[54]. Il reste cependant des témoignages de ces secrètes oppositions ; le lieu parut surtout mal choisi ; Saint-Simon le rapportant ainsi : Versailles, lieu ingrat, triste, sans vue, sans bois, sans eaux, sans terre, parce que tout est sable mouvant et marécage, sans air, par conséquent qui n’est pas bon[55].

À cette époque, Versailles n’était qu’une résidence d’agrément, où des fêtes étaient données dans les jardins, le Louvre demeurant officiellement le palais royal. Dans une lettre restée célèbre, Colbert se plaignit d’ailleurs que Louis XIV délaissât le Louvre :

« Pendant le temps qu'elle a dépensé de si grandes sommes en cette maison, elle a négligé le Louvre, qui est assurément le plus superbe palais qu'il y ait au monde et le plus digne de la grandeur de Nostre Majesté. Et Dieu veuille que tout d'occasions qui la peuvent nécessiter d'entrer dans quelque grande guerre, en luy ostant les moyens d'achever ce superbe bastiment, ne luy donnent pas longtemps le déplaisir d'en avoir perdu le temps et l'occasion ! ...

Ô quelle pitié, que le plus grand roy et le plus vertueux, de la véritable vertu qui fait les plus grands princes, fust mesuré à l'aune de Versailles[56] ! »

Cette phase de construction fut résulta en raison des exigences de logement pour les membres de la cour invités au divertissement nommé fête des Plaisirs de l’Île enchantée[57]. Au cours des fêtes de 1664 et 1668, les courtisans mesurèrent l’incommodité du petit château, car beaucoup ne trouvèrent pas de toit pour dormir[58]. Le Roi, désireux d’agrandir celui-ci, confia cette tâche à Le Vau qui présenta plusieurs projets[59]. Le premier prévoyait la destruction du château primitif et son remplacement par un palais à l’Italienne. Le deuxième projet proposait d’agrandir le château, côté jardin, par une enveloppe de pierre[59]. Sur les conseils de Colbert, le Roi opta pour la seconde solution[60]. Tenue pendant une semaine en mai 1664, Louis XIV présenta le divertissement – une prélude en allégorie de la Guerre de Dévolution – comme hommage officiel à sa mère, Anne d'Autriche et à sa femme, Marie-Thérèse d'Autriche ; mais, en réalité, le roi offrit la fête à sa favorite, Louise de La Vallière[61].

À partir de1664, Louis XIV fit aménager Versailles de façon à pouvoir y passer plusieurs jours avec son Conseil et membres de la Cour[62]. Il décida de conserver le château initial bâti par Louis XIII, plus pour des raisons financières que sentimentales[59]. Le Vau tripla la superficie du château[59], qui fut décoré avec beaucoup de luxe, en reprenant notamment le thème du soleil[63], omniprésent à Versailles. Le jardin de Versailles, particulièrement apprécié par Louis XIV, fut orné de sculptures de Girardon et de Le Hongre[59].

En 1665, les premières statues sont installées dans le jardin et la grotte de Téthys construite[64]. La première orangerie, la ménagerie et la grotte de Téthys caractérisèrent la construction à cette époque. Deux ans plus tard, commença le creusement du Grand Canal[65].

Deuxième campagne : 1669-1672[modifier | modifier le code]

La deuxième campagne de construction fut inaugurée avec le Traité d’Aix-la-Chapelle, le traité qui a mis fin de la Guerre de Dévolution, et fut célébrée par la fête qui aura lieu le 18 juillet 1668. Connue sous le terme de « Grand Divertissement Royal de Versailles », elle sera marquée par la création de Georges Dandin, de Molière, et des Fêtes de l’Amour et du Hasard, de Lully[66]. Au cours de cette fête et celle de 1664, les courtisans mesurèrent l’incommodité du petit château, car beaucoup ne trouvèrent pas de toit pour dormir[58]. Le Roi, désireux d’agrandir celui-ci, confia cette tâche à Le Vau qui présenta plusieurs projets[59]. Le projet proposé et accepté d’agrandir le château[60], fut caractérisé par une enveloppe de pierre[59].

À cette époque, le château commença à prendre des aspects qu’on voit aujourd’hui. La modification la plus importante de cette période fut l’enveloppe du château de Louis XIII. L’enveloppe – connue également comme le château neuf afin de se distinguer du vieux château de Louis XIII – environna celui-ci au nord, à l’ouest et au sud. Le château neuf fournit des logements nouveaux pour le roi, la reine et les membres de la famille royale. Le premier étage fut réservé complètement pour deux appartements : le Grand Appartement de la Reine (côté sud) et le Grand Appartement du Roi (côté nord). Au rez-de-chaussée du château neuf, deux appartements furent aménagés – l’appartement des bains, côté nord ; l’appartement pour le frère et belle-sœur du roi, le duc et la duchesse d’Orléans. À l’ouest, une terrasse s'édifia sur les jardins ; celle-ci fut supprimée quelques années plus tard pour faciliter le passage entre les appartements du roi et de la reine. À son emplacement fut construite la galerie des Glaces. Au deuxième étage, des appartements furent aménagés pour d'autres membres de la famille royale et membres choisis de la cour[67]. À la mort de Louis Le Vau, le 11 octobre 1670, Colbert désigna les travaux architecturaux à François II d'Orbay[68].

[réf. nécessaire]Précisions de construction

  • Le rez-de-chaussée, constitué par un soubassement souligné par les lignes horizontales des refends, s’éclaire par des fenêtres cintrées sur les parterres.
  • L’étage fut pourvu de colonnes ioniques, de niches et de hautes fenêtres rectangulaires (cintrées par Mansart en 1669). Cet étage reçut un décor sculpté : statues placées dans les niches et bas-reliefs rectangulaires surmontant les fenêtres (ils disparaîtront en 1679).
  • Le second étage, ou attique, reçut une décoration d’ordre corinthien et fut surmonté d’une balustrade sur laquelle reposaient des trophées et des pots à feu.
Troisième campagne : 1678-1684[modifier | modifier le code]

Avec le Traité de Nimègue, qui mit fin à la Guerre de Hollande, déclencha la troisième campagne de construction à Versailles. Sous la direction de Jules-Hardouin Mansart, le château prit les aspects ce que nous lui connaissons aujourd’hui. La galerie des Glaces avec ses salons jumeaux – le salon de la Guerre et le salon de la Paix, les ailes au nord et au sud – dits respectivement « aile de Noble » et « aile des Princes » (également « aile du Midi ») et des travaux herculéennes aux jardins furent les caractéristiques de marque de cette ère du règne du Roi Soleil. À cette époque, Le Brun acheva le décor des Grands Appartements[69]

Chronique de construction

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

1678 :

  • La façade sur les jardins est remaniée
  • Deux cuves allongées, en marbre blanc enrichi de bronzes dorés, furent ajoutées dans le cabinet des bains
  • Début des travaux de la pièce d’eau des Suisses et du bassin de Neptune ainsi que les terrassements nécessaires au doublement du parterre du Midi et à la construction de la nouvelle orangerie

1679 :

  • La galerie des Glaces, le salon de la Guerre et de la Paix remplacent la terrasse et les cabinets du Roi et de la Reine
  • Le bâtiment central, du côté de la Cour de marbre est surmonté d’un étage. Une horloge encadrée de statues de Mars par Marsy et d’Hercule par Girardon ornent la nouvelle façade
  • Orbay commença la construction d’un second escalier destiné à faire pendant à l’escalier des Ambassadeurs : L’escalier de la Reine
  • Dès l’achèvement des ailes des Ministres, on entreprit la construction des Grandes et des Petites Écuries Les travaux se poursuivirent dans les jardins qui s’enrichissaient de statues et de nouveaux bosquets

1681 :

1682 :

Dès lors que Louis XIV décida d'installer la Cour et le pouvoir central à Versailles, en 1682, le château rassembla des milliers de personnes : la famille royale et ses officiers commensaux (ceux qui la servaient), les courtisans et leurs propres domestiques, les ministres et leurs multiples commis, mais aussi tout un personnel de serviteurs, d'ouvriers, de marchands. Ces « gens du château », comme on les nommait, permettaient la bonne marche quotidienne de la « mécanique » versaillaise et de l'État[70].

Façade ouest vue du jardin
Parterres du Midi, jardins de Versailles
Quatrième campagne : 1699-1710[modifier | modifier le code]

Peu après la défaite de la guerre de la Ligue d'Augsbourg (1688-1697), et vraisemblablement aussi par l’influence pieuse de Madame de Maintenon, Louis XIV se chargea d’entamer sa dernière campagne de construction à Versailles. La quatrième campagne de construction (1699-1710) fut caractérisée par l'élévation de la dernière chapelle (la chapelle du château de Versailles actuelle). Cette dernière fut dessinée par Jules Hardouin-Mansart et, après sa mort, achevée par Robert de Cotte en 1710, premiers architectes du roi. De même, l’agrandissement de l’appartement du roi fut entrepris à cette époque avec l’achèvement du salon de l'Œil-de-bœuf et la chambre du roi. Avec le parachèvement de la chapelle, virtuellement toutes les constructions du Roi Soleil touchèrent à sa fin. Les constructions versaillaises ne se poursuivront que pendant le règne de Louis XV[71]

Réception de l'ambassade de Perse : 1715[modifier | modifier le code]

Louis XIV organise l'année de sa mort sa dernière cérémonie à Versailles lors d'une audience extraordinaire accordée le 19 février 1715 dans la galerie des Glaces au Mehmet Rıza Beğ[72], l'ambassadeur du Chah Huseyin de Perse. Il est accompagné de l'arménien Hagopdjan de Deritchan. C'est aussi la première manifestation d'envergure à laquelle assiste le futur Louis XV[73].

Le 13 août 1715 une seconde audience est accordée à l'ambassade qui débouche cette fois sur la signature du Traité de commerce et d'amitié entre la France et la Perse. Celui-ci prévoit - notamment - l'établissement d'un Consulat de Perse à Marseille, principal port de commerce avec l'Orient dont les arméniens détenaient le monopole. Hagopdjan de Deritchan est ainsi choisi pour le rôle de premier Consul dans le but de faciliter leurs activités et faire reconnaître le protectorat dont ils bénéficient.

Cet événement révèle le contexte historique dans lequel Montesquieu écrit ses Lettres persanes[72] qu'il fait éditer en 1721 à Amsterdam sous le pseudonyme A Cologne chez Pierre Marteau alors que la ville comptait de nombreux marchands arméniens et perses.

Louis XV[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Louis XV naît à Versailles le 15 février 1710.

En 1715, après la mort de Louis XIV, le nouveau roi n’étant qu'un enfant, son tuteur Philippe d’Orléans (dit le Régent, cousin au 2e degré de Louis XV) quitte Versailles le 9 septembre et s’installe dans sa résidence parisienne du Palais-Royal et la Cour aux Tuileries. Durant cette Régence, le duc de Noailles propose de raser le château.

Les 3 et 4 septembre, il accomplit ses premiers actes de roi lors de la messe célébrée pour lui à la chapelle de Versailles.

En 1717, Pierre le Grand, tsar de Russie, visite Versailles et réside au Grand Trianon.

En 1722, âgé de 12 ans, Louis XV est fiancé à Marie Anne Victoire d'Espagne et la cour se réinstalle à Versailles dans les appartements de Louis XIV, après sept années passées à Vincennes puis aux Tuileries. Ce retour a lieu au moment de la puberté du roi. Selon certaines rumeurs, le Régent aurait voulu éloigner le jeune monarque de l'opinion parisienne. D'autres ont véhiculé l'idée que le cardinal aurait eu l'initiative du départ, pour ôter Louis XV de l'influence de l'entourage de Philippe d'Orléans. Il semble, d'après Bernard Hours, que le roi ait adhéré au projet. Ce dernier se focalise sur des témoignages qui tendent à montrer son attachement au château de Versailles, tels ceux du maréchal de Villeroi. Ce retour symboliserait la prise de possession de l'héritage de son aïeul[74].

L'absence de la Cour durant six années a engendré une dégradation importante des lieux. Un fonds spécial de 500 000 livres est affecté aux « réparations extraordinaires » entre les mois d'avril et juillet 1722.

Trois projets de Louis XV furent menés à leur terme : l'achèvement du Grand Appartement avec l'aménagement du salon d'Hercule, le bassin de Neptune et doter le château d'un opéra royal.

C'est dans le domaine des arts que Louis XV rencontra le moins d'entraves à son action, il fut particulièrement moderne et novateur. Bien que peu attiré par la musique et la peinture, il voua le plus vif intérêt pour l'architecture. D'après d'Argenson, Madame de Pompadour remarquait "qu'on ne peut amuser le Roi absolument que de dessins d'architecture, que Sa Majesté ne respire qu'avec des plans et des dessins sur la table". Passion héréditaire et personnelle, il eut pour précepte François Chavallier, proche de Vauban. Il n'est donc guère étonnant que Louis XV décida d'accommoder le château à ses propres goûts.

La construction, l'ameublement et l'entretien des résidences royales étaient dévolus à deux services : les Bâtiments et le Garde-meuble. Au sein du premier service, la deuxième personne la plus importante après le directeur général était le premier architecte. En 1708, au décès de Mansart, ce poste fut dévolu à son beau-frère et disciple, Robert de Cotte. Ce dernier, épuisé et presque aveugle, mourra en 1734, sans s'être vu confier d'importants chantiers. Tout à l'inverse de ses successeurs, les Gabriel père et fils. Le premier fut assisté du second, tant et si bien qu'il est difficile de distinguer la part de chacun dans nombre de projets.

Dès le retour du roi en 1722, les Appartements du Roi furent complètement modifiés. Le premier étage constitua l'Appartement intérieur du Roi, conservant ses fonctions de cérémonial. Au second étage, en revanche, Louis XV fit aménager ses petits appartements et petits cabinets, d'usage privé. Cette même année il se fit installer un cabinet de tour, dans une mansarde et toujours au deuxième étage, donnant sur la cour de marbre. Le premier commissaire de police de la ville de Versailles Pierre Narbonne réalise un recensement de la cour de Versailles en 1722[75] : 4 000 personnes logées dans l'enceinte même du château et environ 2 700 personnes dans les dépendances (essentiellement le personnel appelé à l'époque les « utilités »[76]), sans compter les 1 434 hommes de la garde simple du roi pour lesquels aucun logement n'est noté[77].

En 1723, un cabinet des bains fut aménagé. Les façades d'une des cours intérieures reçurent des têtes de cerfs, ce qui lui donna l'appellation de cour des Cerfs. On peut voir dans cette initiative du Roi son goût prononcé pour la chasse.

La nouvelle administration des Bâtiments, à la tête de laquelle se trouvait depuis 1708 le duc d’Antin, entame la décoration de la grande salle (salon d’Hercule) sous la responsabilité de Robert de Cotte qui dirige les travaux suivant les projets élaborés dans les dernières années du règne de Louis XIV. Ce salon achève le Grand Appartement de Le Brun et l’esprit de grandeur rejoint celui du siècle précédent. Les parois sont recouvertes de marbres choisis par Louis XIV de son vivant et décorées par deux œuvres de Véronèse. La nouveauté réside dans le plafond compartimenté d’aucun cadre sculpté. François Lemoyne saisit l’occasion de rivaliser avec Véronèse en peignant : « L’Apothéose d’Hercule ». Le salon d’Hercule relie les appartements du Roi au vestibule de la chapelle. Plus tard, Gabriel envisage de remplacer l’escalier des Ambassadeurs par un nouvel escalier qui déboucherait dans cette salle.

En 1729 a lieu le début des travaux de renouvellement du décor de la chambre de la Reine. Robert de Cotte fournit les dessins des nouvelles boiseries.

L'achèvement des travaux de renouvellement du décor de la chambre de la Reine par Gabriel père et fils est effectif en 1735.

En 1736, l'inauguration du salon d’Hercule est faite. 1737 Louis XV transforme le premier étage du corps central le long de la cour de Marbre, côté nord, en appartement privé destiné à l'habitation et au travail.

En 1737, le Roi entend renouveler les soieries des appartements du Roi et de la Reine. L'objectif était également de soutenir les manufactures de Lyon. C'est également la construction d'un chenil pour les meutes de Louis XV.

1738 à 1760, les pièces de l’appartement de collectionneurs de Louis XIV sont constamment remaniées. Les travaux commencent en 1738 par la création de la chambre à coucher privée du Roi, et se stabilisent vers 1760.

1741, Philibert Orry, qui avait remplacé le duc d’Antin, fait procéder à l’achèvement du Bassin de Neptune ;

1742, Louis XV accorde audience à Saïd Méhemet Pacha, ambassadeur extraordinaire du Grand Seigneur. Un traité d'alliance militaire contre l'Autriche est conclu avec l'Empire Ottoman[78] dans la guerre de Succession d'Autriche. Il promet un soutien qui devait s'ajouter à ceux de la Prusse et de l'Empire russe[78], mais qui n'aura finalement pas lieu. Louis XV subira de plus un revers d'alliance de la part de la Russie. Versailles n'avait pas reçu d'ambassade depuis 1715.

1745, à la tête de l’Administration des Bâtiments du Roi, Charles François Paul Le Normant de Tournehem succède à Philibert Orry, grâce à l’influence de sa pupille – peut-être même sa fille naturelle – Madame de Pompadour.

25 février 1745, le bal des Ifs[79].

Plan du château de Versailles et des jardins dressé en 1746, par l’abbé Delagrive, géographe de la Ville de Paris.

1750, Louis XV introduit un nouveau type de pièces dans les appartements royaux : la salle à manger des retours de chasse. Il connaît une série d'histoires sentimentales de courte durée dans le parc aux cerfs.

1751, mort de Tournehem qui est remplacé par le marquis de Marigny, frère de Madame de Pompadour. Sous ses directives vont se révéler : l’architecte Ange-Jacques Gabriel, et deux sculpteurs de boiseries, Verbeckt et Rousseau. C’est l’appartement de Marie Leczinska qui fournit à Gabriel et à Verbeckt l’occasion de travailler ensemble.

1752, destruction de l’escalier des Ambassadeurs, de la Petite Galerie et du cabinet des Médailles. Ces témoins glorieux du règne de Louis XIV sont détruits pour la création d’un appartement destiné à l’aînée des Filles de France : Madame Adélaïde. Dernière vente de mobilier de Louis XIV après celle de 1741 et de 1751[14].

1755, la seconde transformation consiste à réunir l’ancien cabinet du Roi (ou du Conseil) avec le cabinet des Thermes (ou des Perruques) pour former le grand salon du Conseil. Jules Antoine Rousseau sculpte les boiseries dorées. Gabriel réutilise une partie des anciens panneaux pour décorer les murs. Au second étage se développent les cabinets intérieurs du roi. Dans cette partie du château, aucune dorure ne colore les boiseries. Des couleurs vives et variées égayent les statues, peintes selon les techniques élaborées par Martin, l’inventeur du fameux « vernis Martin ». L’élément essentiel de cet appartement est une petite galerie éclairée sur la cour de Marbre. Des tableaux de Boucher, Carle van Loo, Lancret, Pater et Parrocel sont accrochés sur les boiseries colorées.

  • 1er avril 1756 : un traité d'alliance est signé avec l'Autriche mettant fin à des siècles de conflit avec les Habsbourg.

Pendant toute sa carrière, Gabriel fait face à des problèmes de logement. La reine met au monde huit princesses :

Pour loger toutes ces princesses, dans des appartements qui conviennent à leur rang, Gabriel effectue de multiples travaux. Au fil des années « Mesdames » changent d’appartements, passant de l’Aile du Midi à l’Aile du Nord, et au rez-de-chaussée du Corps central (et même au premier étage comme nous l’avons noté pour Adélaïde). Ces déménagements successifs aboutissent à la disparition complète de l’appartement des bains, de l’Escalier des Ambassadeurs, et au cloisonnement de la Galerie Basse. Ces appartements sont détruits par Louis Philippe, quelques splendides boiseries ont échappé à ce saccage et nous témoignent du luxe qui régnait chez Mesdames.

Selon la tradition établie sous Louis XIV, le dauphin et son épouse prennent possession des deux appartements du rez-de-chaussée situés sous l’appartement de la Reine et, en retour d’équerre, sous une partie de la galerie des Glaces. De merveilleuses décorations sont alors créées. Le XIXe siècle ravagea cet ensemble. Seules sont conservées la chambre du Dauphin et la bibliothèque.

1757, le 5 janvier, attentat de Damiens contre le roi.

1761 à 1768 Ange-Jacques construit le Petit Trianon

1769, la princesse Adélaïde déménage et son appartement est réuni à celui de Louis XV. Les deux pièces importantes de l’appartement intérieur sont la nouvelle chambre du roi et son cabinet intérieur, cette dernière formant la plaque tournante entre les anciens salons et les « Salles Neuves » de l’appartement d’Adélaïde.

Dans la seconde partie du règne de Louis XV des projets de reconstruction des façades en regard de la ville vont prendre corps. On reproche aux murs de Le Vau leurs matériaux et leur disposition.

1770, le 16 mai, mariage du dauphin (futur Louis XVI) avec Marie-Antoinette de Lorraine, archiduchesse d’Autriche, célébré dans la chapelle royale. Dans un même temps a lieu l’inauguration de l’Opéra Royal à l’occasion du festin royal, elle marque le sommet de l’art de Gabriel.

1771 Gabriel présente au roi son « Grand Projet » de reconstruction de toutes les façades côté ville. Seule l’aile droite, qui menaçait ruine, fut édifiée. Avec son pavillon à colonnes, les règles de l’architecture classique furent respectées. Le roi donna son agrément à ce projet. Comme l’argent manquait dans les caisses royales, Madame Du Barry se chargea de réunir les fonds à cette opération.

1772, Les travaux du « Grand Projet » débutent et ne sont jamais achevés, mais donnent naissance à l’Aile Louis XV. À l’intérieur de l’aile, les travaux du grand escalier dit Grand Degré débutent, mais ne seront achevés qu’en 1785. À la fin de l’Ancien Régime, le palais sera la résidence royale la plus luxueuse de toute l’Europe.

Pendant que Gabriel poursuit son œuvre la vie de la cour continue, toujours brillante et luxueuse, émaillée de bals et de fêtes. La distraction favorite de ce siècle est le théâtre. On apprécie Voltaire pour ses tragédies et sa prose. Madame de Pompadour donne une grande impulsion à ce mouvement.

Louis XV est responsable de la destruction d’ensembles splendides du temps de Louis XIV, mais il a su créer à l’intérieur du palais de magnifiques décorations. Les jardins et en particulier Trianon se sont enrichis du Pavillon Français et du Petit Trianon.

Le roi apprécie le style incognito et multiplie les bals masqués. Néanmoins la monotonie de ces festivités n'obtient pas le succès de celles qu'organisait Louis XIV, malgré les dépenses qu'elles occasionnent.

1729-1736 : le salon d’Hercule[modifier | modifier le code]
L'apothéose d'Hercule, plafond du salon d'Hercule par François Lemoyne.
Article détaillé : Salon d'Hercule.

La décoration de ce nouveau salon débute, dès 1712. Il se trouve à l'emplacement de l'ancienne chapelle, détruite en 1710. Le chantier est placé sous la direction de Robert de Cotte, le décorateur de la nouvelle chapelle royale. Cependant la mort du roi Louis XIV, en 1715 interrompt le chantier. Celui-ci ne reprend qu'après le retour de Louis XV au château, en 1729. Le plafond de la pièce est décoré entre 1733 et 1736 par François Lemoyne. Il y représente l'Apothéose d'Hercule. Sur le mur du fond est exposée une immense toile de Véronèse offerte par la République de Venise au roi Louis XIV en 1664, Le Repas chez Simon. L'aménagement de la pièce fut terminé en 1736. Mais l'inauguration n'eut lieu que le 26 janvier 1739, par un « bal paré » donné à l'occasion du mariage de la fille aînée de Louis XV avec l'Infant d'Espagne. Le salon d'Hercule servit de cadre à d'exceptionnels « grands couverts » (en 1769, pour le mariage du duc de Chartres ou en 1782 pour la naissance du Dauphin) ou à des audiences extraordinaires (avec le sultan du Mysore, en 1788).

1758-1770 : l'Opéra royal[modifier | modifier le code]

Louis XVI[modifier | modifier le code]

Sous Louis XVI, la vie de cour à Versailles se perpétua, mais des restrictions d'ordre financier furent appliquées à la Maison du roi. De plus, l'entretien du château se révéla coûteux. L’absence de commodités (salle de bains, chauffage) dans les appartements rendit de plus en plus sensible la nécessité d’une rénovation profonde des bâtiments, mais le manque d’argent fit remettre le projet jusqu’à la Révolution française. Marie-Antoinette imposa d'importantes dépenses pour l'aménagement du Petit Trianon, ce qui contribua à la rendre impopulaire. Le 15 août, fête de l'Assomption, est commémoré par une grande procession à laquelle doivent assister tous les courtisans. Celle-ci rappelle la consécration de la France à Marie, décrétée par Louis XIII. C'est au cours de la cérémonie du 15 août 1785 que le roi fait arrêter dans la Galerie des Glaces, pleine de monde, son grand aumônier, le prince-cardinal Louis de Rohan, compromis dans l'affaire dite du Collier de la reine.

La bibliothèque de Louis XVI[modifier | modifier le code]

À son avènement en 1774, Louis XVI veut faire concevoir pour lui une pièce dédiée à sa détente. Le choix se porte sur une bibliothèque. Elle est commencée dès le début de son règne. Le décor, dessiné par Ange-Jacques Gabriel, est sculpté par Jules-Antoine Rousseau. Jean-Claude Quervelle réalise une grande table à plateau monoxyle pour permettre à Louis XVI d'exposer ses biscuits de Sèvres[80]. Deux globes, un terrestre et un céleste, complètent ce décor en 1777. C'est dans cette bibliothèque que Louis XVI décide de l'arrestation de son grand aumônier le 15 août 1785, après avoir été mal conseillé par le baron de Breteuil et son Garde des Sceaux Armand Thomas Hue de Miromesnil.

1783 : le cabinet doré[modifier | modifier le code]

Cette pièce fut créée pour abriter une partie des collections de Louis XIV. Sous Louis XV, elle prit diverses affectations. Ainsi, elle servit au roi de pièce d'exposition pour son service de vaisselle d'or, d'où l'un de ses noms cabinet de la Vaisselle d'or. Elle fut ensuite rattachée aux appartements de Madame Adélaïde, fille de Louis XV. Cette pièce devient dès lors son cabinet de musique où Adélaïde reçut des leçons de Harpes de Beaumarchais. Mozart y aurait joué pour la famille royale, en 1763. Sous Louis XVI, cette pièce redevient une pièce d'exposition. En 1788, Louis XVI y expose l'un de ses achats personnels, le cabinet des papillons.

Révolution française (1789-1799), les journées d'octobre.[modifier | modifier le code]

Carte de Versailles en 1789.

Versailles vit l’apogée de la France des Bourbons, mais aussi sa chute : c’est à Versailles que se tinrent les États généraux de 1789.

Le 5 octobre 1789, malgré la pluie, le peuple de Paris, conduit par des femmes, marche sur Versailles où il se heurte aux grilles du château. Une fusillade éclate. Le peuple envahit le château, et ramène la famille royale à Paris. Abandonné après le départ de la famille royale pour Paris 6 octobre 1789, le château ne retrouvera jamais ses fastes. Avant de partir, le roi déclare au gouverneur du château : « Tâchez de me sauver mon Versailles ! »[81]. Avec eux, la famille royale emporte « le mobilier, les pendules, les tentures, le linge et tout le nécessaire »[81] : l'intendance en profite pour faire de grands ménages et des restaurations[81] ; néanmoins, et pour la première fois depuis 1723 (lorsque Louis XV revient à Versailles), « le gouverneur ordonne alors de fermer les contrevents, et le château sombre dans l'obscurité »[81]. Il est néanmoins préservé dans le but de le mettre à la disposition des citoyens pour en faire, comme il est prévu pour tous les châteaux royaux, un lycée, un gymnase, un musée du Génie[82].

Le mobilier du château est transporté dans des gardes meubles. Ainsi, le fameux secrétaire à cylindre de Louis XV par Oeben et Riesener, après avoir subi des modifications de son décor et de ses ornements (suppression de tout ce qui rappelait la royauté) est affecté à l'hôtel de la Marine[réf. nécessaire], place de la Concorde. Le château n'est pas plus pillé que soumis à des dégradations, sinon certains insignes de la royauté (fleurs de lys, couronnes, etc.) qui sont martelés[81].

Au début de 1791, les tableaux, les glaces et tous les emblèmes trop explicites de la royauté sont décrochés des murs et des plafonds. Les œuvres d'art sont envoyées au Louvre, devenu le Musée Central des Arts en 1792.

La Convention, le 10 juin 1793, après la chute de la monarchie, vend à l'encan le mobilier du château (17 000 pièces, qui vont de l'argenterie aux boutons de porte[83]) : 17 182 lots, étalés sur les années 1793-1796. Les plus belles pièces partent pour l'Angleterre, achetées par des mandataires du roi Georges III, et meublent ou décorent le Palais de Buckingham ou le Château de Windsor. Charles-François Delacroix, le père du peintre Eugène Delacroix pense qu'il faudrait le démolir et y passer la charrue[réf. souhaitée] ; la Convention pense par ailleurs, un temps, à raser le château[81]. Les sans-culottes arrachent les fleurs des jardins pour planter des pommes de terre et des oignons[84], le Petit Trianon devient une gargote et des clubs révolutionnaires s'installent dans l'opéra et la chapelle royale[83].

Il est quelque temps dépôt central du département de Seine-et-Oise pour les œuvres d'arts pillées chez les nobles émigrés[81]. En 1795, il devient un « muséum » (confirmé par Bonaparte en 1799)[81]. Alors, « le château n'est plus qu'une carcasse vide, à l'exception notable des deux institutions qu'il abrite : le Muséum national et le dépôt central des objets d'art de Seine-et-Oise. Un fourre-tout où se distingue, entre autres, une partie des anciennes collections royales »[83].

Consulat et Empire (1799-1814)[modifier | modifier le code]

Premier plan de Fontaine (1807).
Vue du projet final de Dufour et Fontaine pour Versailles (1811).
Autre vue du projet final de Dufour et Fontaine (1811).

Le 1er novembre 1804, Duroc, grand maréchal du palais, prit possession du palais au nom de la couronne impériale. Le 3 janvier 1805 le pape Pie VII, venu pour le sacre de l'Empereur, bénissait la foule depuis la fenêtre centrale de la galerie des Glaces[85]. Les 13 et 22 mars 1805, l'Empereur visita le château et décida de repousser son installation dans le palais au profit du Grand Trianon.

L'Empire installé, les aménagements de Versailles commencent : on commande en 1806 une série de tentures destinées à l'ameublement et on décida de faire tisser à la manufacture des Gobelins des tapisseries d'après à sujets impériaux[86] : l'Empereur et sa famille, l'Empereur et ses chefs de corps, les grands hommes de l'Antiquité et les statues du musée dont le Laocoon. Le 11 mars 1806, l'empereur confia à l'architecte Jacques Gondouin la transformation du palais. Gondouin présenta deux projets[87] :

  • le premier, économique se contentait de doubler le pavillon Gabriel sur la cour par la construction d'une aile qui aurait abrité un théâtre, et les deux pavillons auraient été reliés par une galerie, ménageant une cour impériale au fond de laquelle la cour de marbre aurait simplement été remaniée par un plaquage de pierre ;
  • le second projet, plus ambitieux, ménageait un ensemble de cours intérieures en s'inspirant des projets de Gabriel. À cela s'ajoutait la réfection du Grand Commun, de l'Orangerie et du petit parc, la remise en eau du Grand Canal.

En 1806 et 1807, les dépenses liées aux nouvelles guerres entraînèrent l'arrêt des travaux, ce qui permit à Guillaume Trepsat et Pierre Fontaine de proposer leurs propres projets très proches du premier projet de Jacques Gondouin[88]. Après une visite du château le 11 mars 1808, l'Empereur abandonna le projet de Jacques Gondouin et ordonna la consolidation des bâtiments et la remise en état immédiate des lambris, glaces et serrures[89].

En 1810, après son mariage avec l'archiduchesse Marie-Louise, Napoléon Ier souhaita de nouveau s'installer dans un Versailles transformé ; il ordonna que des crédits spéciaux soient alloués et fit appel à Alexandre Dufour qui lança les premiers travaux très rapidement dont la remise en eau du Grand Canal[90]. Dufour souhaitait détruire la cour de marbre et de construire en avant une aile avec un pavillon central qui aurait abrité la salle du trône ; en pendant de la chapelle, il envisageait un théâtre qui en aurait repris le plan[91].

En 1811, à la suite de la naissance du Roi de Rome, Napoléon Ier songea un temps à faire de Versailles son palais impérial[81], voire un palais pour son fils, avant qu'il ne décide la construction du palais du Roi de Rome à Chaillot[83]. La maison des enfants de France devait s'installer dans l'aile du Midi, près de leur mère, Marie-Louise qui aurait logé dans les appartements de la Reine. Deux projets retinrent l'attention de Napoléon Ier :

  • celui de Jean-François Heurtier qui proposa une vaste colonnade sur fond de cour ;
  • celui de Pierre Fontaine et Alexandre Dufour qui proposèrent un nouveau projet prévoyant la construction d'un bâtiment faisant pendant au Grand Commun, l'un et l'autre intégrés au château et reliés par une façade sur la cour, la colonnade masquant l'arrière de la chapelle du palais[92].

La fin précipitée du Premier Empire empêcha la réalisation de ces travaux et Versailles resta inutilisé jusqu’au retour de la monarchie, l'Empereur séjournant néanmoins de façon régulière au Grand Trianon[83]. Dans le Mémorial de Sainte-Hélène, Napoléon Ier rappela ses projets pour Versailles[93]. Il s'agissait de transformer en un palais digne de l'empire qu'il entendait construire[94].

Restauration (1814-1830)[modifier | modifier le code]

A TOUTES LES GLOIRES DE LA FRANCE, sur le fronton de l'aile Gabriel. Le relief qui surmonte l'inscription, intitulé La France et la Religion soutenant les armes de la France, est l’œuvre du sculpteur Bernard Lange[95].

Après la Restauration, Louis XVIII entreprend des travaux en vue de faire du château sa résidence d'été[81] : néanmoins conscient du risque couru à se réinstaller à Versailles, pour son image de souverain non-absolu, il recule, mais permet aux bâtiments une restauration bienvenue à la suite des déconvenues des deux dernières décennies[81], travaux que poursuit Charles X[81].

En 1815, Philippe Louis Marc Antoine de Noailles, prince de Poix devient gouverneur de la Maison royale de Versailles et de Trianon, lieutenant général, marguillier d'honneur de la paroisse et secrétaire général du gouvernement de Versailles. À ce titre, il représente le roi à Versailles et a en plus le soin de tout ce qui regarde la fabrique et l'œuvre de la paroisse Saint-Louis. Auguste de Rambaud, fils de son amie Agathe de Rambaud, ancien commissaire des guerres, est son secrétaire intime.

Philippe Louis Marc Antoine de Noailles meurt le 15 février 1819 à Paris. Son éloge est prononcé à la Chambre des pairs par Armand-Maximilien-François-Joseph-Olivier de Saint-Georges, marquis de Vérac, mari d'une de ses nièces, qui lui succède dans le gouvernement de Versailles.

De 1830 à 1870[modifier | modifier le code]

Louis-Philippe Ier confie à son ministre Camille Bachasson, comte de Montalivet la tâche de transformer le château en musée : c’est de cette époque que date la dédicace « À toutes les gloires de la France », présente sur les frontons de l'aile Gabriel et du pavillon Dufour.

Les galeries historiques[modifier | modifier le code]

En 1833, Louis-Philippe Ier, roi des Français, décide, pour sauver Versailles de la ruine, de le transformer en un musée de l'histoire de France célébrant les conquêtes militaires de l'Ancien Régime, de la Révolution française, de l'Empire et même de la Restauration[96]. Très attaché à ce projet destiné à marquer l'entreprise de réconciliation nationale (entre monarchie et république[97]) menée par la monarchie de Juillet, le roi surveille de très près l'exécution des travaux et les commandes des tableaux.

La restauration du château est dirigée par l'architecte Pierre-François-Léonard Fontaine. Les travaux, payés sur la cassette personnelle du roi, s'élèvent à plus de 23 millions de francs.

Louis-Philippe fait également restaurer le Grand Trianon pour son usage personnel. En octobre 1837, il y célèbre le mariage de sa fille, la princesse Marie avec le duc de Wurtemberg.

Installée dans l'aile du Midi, à la place des appartements des princes (ceux-ci sont littéralement détruits[97]), la galerie des batailles a été conçue personnellement par Louis-Philippe. Elle surprend par ses vastes dimensions (120 mètres de long sur 13 mètres de large). Elle est ornée de trente-deux tableaux de grandes dimensions célébrant les actions militaires glorieuses de l'histoire de France depuis la bataille de Tolbiac en 496 jusqu'à celle de Wagram en 1809. Le peintre le plus sollicité a été Horace Vernet.

Le musée de l'histoire de France du château de Versailles, dédié « à toutes les Gloires de la France », est inauguré officiellement par Louis-Philippe le 10 juin 1837, dans le cadre des festivités qui marquent le mariage du prince royal avec la princesse Hélène de Mecklembourg. Il comprend notamment la Salles des Croisades dont les frises portent les armes et les noms des chevaliers croisés ouverte au public en 1843.

Le musée rencontre un très grand succès. Victor Hugo commente :

« Ce que le roi Louis-Philippe a fait à Versailles est bien. Avoir accompli cette œuvre, c'est avoir été grand comme roi et impartial comme philosophe ; c'est avoir fait un monument national d'un monument monarchique ; c'est avoir mis une idée immense dans un immense édifice ; c'est avoir installé le présent dans le passé, 1789 vis-à-vis de 1688, l'empereur chez le roi, Napoléon chez Louis XIV ; en un mot, c'est avoir donné à ce livre magnifique qu'on appelle l'histoire de France cette magnifique reliure qu'on appelle Versailles[98]. »

Les réceptions officielles de Napoléon III[modifier | modifier le code]

Sous le Second Empire, on assiste seulement à la « mise en place d'une salle commémorant les victoires de Crimée et d'Italie. Toutefois Napoléon III s'attache à conserver le Château et ses dehors dans les meilleures conditions possibles[99][réf. incomplète]. En 1855, il dîne avec la reine Victoria dans la galerie des Glaces[100].

L'impératrice Eugénie, qui vouait un culte à Marie Antoinette[réf. nécessaire], fut à l'origine d'un regain d'intérêt pour le château de Versailles. C'est sous son influence que lors de l'Exposition universelle de 1867, des meubles prestigieux furent réintégrés dans le Patrimoine du château. Ainsi, le grand serre-bijoux de Schwerdfeger ou le bureau de Roentgen.

De 1870 à nos jours[modifier | modifier le code]

Les troubles de 1870-1871[modifier | modifier le code]

La proclamation du roi de Prusse Guillaume Ier comme empereur d'Allemagne, à Versailles.

La France est vaincue et le château devient le quartier général de l’armée prussienne lors du siège de Paris, pendant la Guerre de 1870 (la Galerie des Glaces sert d'hôpital[101], 400 lits sont installés dans le château et 1 000 pièces d'artillerie sur la place d'Armes[102]). Le roi et sa Cour investissent Versailles le 5 octobre[102] ; ils fêtent Noël et le réveillon dans les appartements royaux, dînant des plats à base de salade de hareng[102]. Le prince héritier du royaume de Prusse décore ses soldats sous la statue équestre de Louis XIV[102]. L’Empire allemand est proclamé dans la galerie des Glaces, le 18 janvier 1871 avec l'union décidée entre la confédération de l'Allemagne du Nord et les états du Sud sous l'égide du chancelier Otto von Bismarck. Le roi de Prusse ne loge alors pas au château, mais à la préfecture[103]. Les troupes ne partent que le 6 mars, alors qu'Adolphe Thiers signe l'armistice.

L'état de délabrement du château fait dire à Émile Zola en 1874 : « Quand l'homme ferme portes et fenêtres et qu'il part, c'est le sang de la maison qui s'en va. Elle se traîne des années au soleil, avec la face ravagée des moribondes ; puis, par une nuit d'hiver, vient un coup de vent qui l'emporte. C'est de cet abandon que meurt le château de Versailles. Il a été bâti trop vaste pour la vie que l'homme peut y mettre »[104].

La République s'installe à Versailles[modifier | modifier le code]

En 1871, la Commune de Paris amène le gouvernement français et son administration à s'établir à Versailles[103] et notamment à la préfecture[105]). On installe alors l'Assemblée nationale dans l'ancien Opéra royal, puis on regroupe les 23 000 prisonniers de la Commune dans l'Orangerie. Quelques-uns sont exécutés dans le parc, au mur des Fédérés (à Satory)[103]. En 1875, les lois constitutionnelles organisent un Parlement bicaméral : le Sénat continue de siéger dans l'Opéra royal alors que la Chambre des députés se dote d'une nouvelle salle, la salle du Congrès, plus grand hémicycle parlementaire d'Europe[106] construit dans l'ancienne grande cour de l'aile du Midi.

En application de la loi du 22 juillet 1879 relative au siège du pouvoir exécutif et des chambres à Paris, les deux assemblées regagnent Paris en 1879, tout en conservant des locaux au sein du château jusqu'en 2005[103].

Sous les IIIe, IVe et Ve Républiques, le château reste en effet le lieu de réunion du Congrès du Parlement, chargé d'élire le président de la République française jusqu'en 1962 et de réviser la Constitution[103].

Le Versailles de Nolhac[modifier | modifier le code]

Pierre de Nolhac arrive au château de Versailles en 1887, en tant qu'attaché de conservation, puis est nommé conservateur du musée le 18 novembre 1892[107]. Entre-deux, le château et les jardins a été déserté pendant vingt ans, si bien qu'on en a même oublié le nom des bassins[103]. Dès son arrivée au château, il envisage de mettre en place de véritables galeries historiques, organisées de façon scientifique, par opposition à Louis-Philippe qui avait créé les premières galeries d'histoire dans une optique de glorification de l'histoire de France. Parallèlement, il entreprend de rendre au château son aspect antérieur à la Révolution. Pour atteindre ces deux buts, Nolhac supprime des salles, décroche des œuvres, remet au jour certains décors historiques, etc. Il raconte par exemple dans ses Mémoires : « la première salle sacrifiée fut celle des rois de France qui alignait sur la cour de Marbre les effigies imaginaires, ou authentiques, de nos rois depuis Clovis »[108]".

La Révolution opérée par Nolhac donne une notoriété nouvelle au château. Des membres de la haute société et de la noblesse se pressent pour découvrir les nouveaux aménagements, tel le duc d'Aumale, l'ancienne impératrice Eugénie ou encore Marcel Proust[103]. Nolhac s'emploie également à faire venir des personnalités étrangères. Le 8 octobre 1896, le tsar Nicolas II et son épouse arrivent à Versailles[109]. Nolhac organise également des événements qui visent à faire connaître le château à des donateurs potentiels. Le propriétaire du journal New York Herald, Gordon Bennett, donne 25 000 francs permettant de restructurer les salles du XVIIIe siècle. Le développement des dons privés amène à la création de la Société des amis de Versailles, en juin 1907.

Les deux guerres mondiales[modifier | modifier le code]

Le traité de Versailles de 1919, dans la galerie des Glaces, Johannes Bell (Allemagne) signe avec Hermann Müller à côté de lui. De gauche à droite: le général Tasker Howard Bliss, le colonel Edward Mandell House, Henry White, Robert Lansing, le président Woodrow Wilson, Georges Clemenceau (France), Lloyd George, Andrew Bonar Law, Arthur Balfour, Alfred Milner, George Nicoll Barnes, Saionji Kinmochi (Japon).

À l'approche de la Première Guerre mondiale, Nolhac met en place différents dispositifs visant à protéger le château. Les tapisseries de l'Histoire du Roy sont mises en caisse. Les œuvres et les objets précieux sont stockés sous l'aile Gabriel et l'accès est muré[102]. Ces précautions ont été inutiles parce qu'aucune destruction n'a été à déplorer au cours du conflit.

En souvenir de l'humiliation subie par la France en 1871, le gouvernement français décide de faire signer dans la galerie des Glaces le traité de Versailles. Le 28 juin 1919 est signé ce traité de paix par David Lloyd George, Georges Clemenceau, et Thomas Woodrow Wilson aux côtés des représentants allemands. Ainsi la France récupère l'Alsace-Lorraine au même endroit où elle l'avait perdue. Le château et ses jardins demeurent néanmoins dans un piteux état[103].

Le 3 juillet 1919, Nolhac quitte ses fonctions, après trente-deux ans consacrés à Versailles.

L'effort de Nolhac pour sortir de l'oubli le château n'a pas permis d'établir un financement pérenne. Ainsi, au sortir du conflit, le château qui n'a pas été entretenu fait face à d'importantes difficultés financières. À la suite de sa visite en France, John Davison Rockefeller décide de financer la réhabilitation du château de Versailles (notamment le gros œuvre et les pièces d'eau, dans le parc[103]). Il effectue un premier versement en 1924, un second en 1927. La générosité de ce ressortissant américain incite le gouvernement français à allouer un budget de restauration annuel au château.

À l'approche de la Seconde Guerre mondiale, l'inspecteur général des Beaux-Arts Pierre Ladoué prend des dispositions pour protéger les œuvres (les boiseries sont déposées et les pièces majeures sont envoyées en Sarthe ; on mure les accès à la galerie des Glaces[110]). Le drapeau nazi flotte sur le château[103], mais lorsque les Allemands arrivent, il ne reste pour tout personnel que le conservateur en chef, son épouse, et un pompier handicapé[110]. Cette période est marquée par les images de soldats allemands visitant la galerie des Glaces, lieu de naissance de l'Empire allemand. En juillet 1941, Goebbels visite le château[111]. À la fin de la guerre, les œuvres sont raccrochées et des travaux de restauration commencent, notamment dans la chambre de la Reine. En septembre 1944, le quartier général allié s'installe à l'hôtel Trianon Palace tout proche. Fred Astaire danse pour les soldats américains devant le château (du côté des jardins), lesquels visitent aussi les bâtiments pour observer les toiles[110].

La période Mauricheau-Beaupré[modifier | modifier le code]

Déjà, en 1951, le conservateur en chef, Charles Mauricheau-Beaupré alerte le sous-secrétaire d'État aux Beaux-Arts, André Cornu, sur l'état de délabrement de Versailles : il pleut dans la galerie des Glaces, et les peintures sont menacées[112]. Après une visite d'une journée, le ministre chiffre les travaux de rénovation à environ 5 milliards de francs ; en février 1952, il sollicite, par voie radiophonique, l'aide des Français en leur faisant prendre conscience de l'état de l'ancien palais royal : « Vous dire que Versailles menace de ruine, c'est vous dire que la culture occidentale est sur le point de perdre un de ses plus nobles fleurons. Ce n'est pas seulement un chef-d'œuvre que l'art de la France doit craindre de voir disparaître, mais en chacun de nous une image de la France qu'aucune autre ne saurait remplacer »[112]. Aussitôt, plusieurs mécènes se font connaître : le gouverneur de la Banque de France (il donne dix millions de Francs), Georges Villiers (président du Conseil national du patronat français) ainsi que de nombreux artistes (les écrivains Roger Nimier et Jean Cocteau, les peintres Henri Matisse et Maurice Utrillo)[112], et surtout la population (enfants, soldats, etc.).

La période Van der Kemp[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gérald Van der Kemp.

Versailles a servi de palais national à la disposition de la présidence de la république. Il sert à accueillir des chefs d’État étrangers, comme John Kennedy en 1961[105], Élisabeth II en 1957[106] et 1972, le shah d’Iran en 1974, Mikhaïl Gorbatchev en 1985 ou Boris Eltsine en 1992. Pour cela, en 1959, le général de Gaulle réaménage le Grand Trianon, pour loger les chefs d'État étrangers et leur entourage[106] : une aile est par ailleurs réservée au président de la République française (avec « chambres, salons, cuisines, chapelle »etc.[106]) ; en 1999, ces pièces sont restituées au château. Le pavillon de la Lanterne est, lui, réservé au Premier ministre, jusqu'à 2007, où Nicolas Sarkozy en fait une résidence présidentielle secondaire[106].

Lieu symbolique, le château de Versailles est l’objet d’un attentat dans la nuit du 25 au 26 juin 1978[113]. La bombe à retardement posée par deux nationalistes bretons endommage une dizaine de salles dont la galerie des batailles, faisant pour trois millions de francs de dégâts.

En 1982, du 4 au 6 juin, il abrita le « sommet de Versailles», la 8e réunion du G7 avec les dirigeants des sept pays démocratiques les plus industrialisés.

Galerie des batailles, château de Versailles.

La création de l'Établissement public[modifier | modifier le code]

Le 28 avril 1995, par le décret no 95-463[114], le gouvernement a procédé à la création de l'Établissement public du musée et du domaine national de Versailles regroupant dans une structure unique le musée national du château de Versailles et le Domaine national de Versailles. Ce nouveau statut confère à l'établissement public une autonomie de gestion financière et la personnalité juridique. En 2010, par le décret no 2010-1367[115], le nom de l'établissement public est modifié et devient Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Dernières institutions publiques disposant de locaux au sein du château (d'environ 25 000 m2 de locaux principalement dans l’aile du Midi), en vertu de la loi du 22 juillet 1879 relative au siège du pouvoir exécutif et des chambres à Paris et de l’ordonnance no 58-1100 du 17 novembre 1958, l'Assemblée nationale et le Sénat acceptent en 2005, en adoptant une proposition de loi émise par Jean-Louis Debré, alors président de l’Assemblée nationale, de « mettre à la disposition du public les locaux dits du Congrès, au château de Versailles »[116]. Toutefois, en adoptant un amendement, le Sénat a refusé la restitution de la salle des séances du Congrès, considérée comme un « lieu de mémoire de l’histoire parlementaire de notre pays ».

Depuis septembre 2005, l'établissement public de Versailles a lancé le projet « Grand Versailles numérique » qui consiste à faire de Versailles le laboratoire du numérique culturel. L'objectif de ce programme, soutenu par le ministère de la Culture et de la Communication, est d'imaginer, tester et déployer des outils numériques d'enrichissement de la visite réelle ou virtuelle du château et du domaine. Les premières expérimentations numériques ont été lancées en juin 2006.

Le château fait également partie du réseau des résidences royales européennes[117].

Le château actuel[modifier | modifier le code]

Le château de Versailles témoigne de l'art français aux XVIIe et XVIIIe siècles. Pour cela, le château ainsi que le domaine font l'objet de plusieurs protections au titre des monuments historiques[118]. Après une première mention sur la liste des monuments historiques de 1862, un arrêté détaillé est pris le 31 octobre 1906. Il concerne le palais et ses dépendances, le petit parc et ses dépendances, les deux Trianon avec leurs parcs respectifs et dépendances (dont la ferme de Gally), ainsi que le grand parc[118]. Un périmètre de protection étendu, en lieu et place des 500 mètres habituellement créés autour des monuments historiques est créé par décret du 15 octobre 1964. Il concerne une zone de cinq kilomètres de rayon autour de la Chambre du Roi[118] et d'un quadrilatère dans le prolongement du grand canal, de six kilomètres de long et de 2 à 3,5 kilomètres de large suivant les endroits[118]. L'ensemble du domaine est inscrit depuis 1979 sur la liste du patrimoine mondial établie par l'UNESCO[119].

Château[modifier | modifier le code]

Les cours[modifier | modifier le code]

Trois cours ouvertes imbriquées, vues depuis la place d'Armes

Le château situé face à la ville, à la convergence du trident formé par l'avenue de Saint-Cloud, l'avenue de Paris et l'avenue de Sceaux. Il est organisé autour de trois cours ouvertes imbriquées qui donnent sur la place d'Armes, où se trouve depuis 2009 la statue équestre de Louis XIV. Chaque cour se distingue des autres par une rupture, coïncidant avec le degré d'approche du château. De la place d'Armes, on franchit la grille d'honneur pour accéder à la plus grande des cours, la cour d'Honneur. Vient ensuite la grille royale, entièrement dorée, fermant l'accès à la cour royale. Tout au fond de la cour royale, surélevée de cinq marches, se trouve la cour de Marbre, pavée de marbre noir et blanc.

Corps central[modifier | modifier le code]

vue aérienne du château
Aile du Midi

Aile du Midi[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Aile du Midi.

Aile du Nord[modifier | modifier le code]

Aile du nord vue depuis le Rond-Point des Philosophes. Le toit à gauche est celui de l'opéra, celui de droite appartenant à la chapelle.
Article détaillé : Aile du Nord.

Dépendances[modifier | modifier le code]

Jardin[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jardin de Versailles.

Le jardin comprend des parterres, des bosquets.

Au pied du château se trouvent les parterres d'Eau, du Nord et du Midi sous lequel se trouve l'Orangerie.

Dans l'axe de la grande perspective qui part du parterre d'Eau, se trouvent le parterre de Latone et le Tapis vert qui ouvrent sur le Grand Canal.

Les bosquets principaux[120] sont : le bosquet des Bains d'Apollon, le bosquet de la Colonnade, le bosquet des Dômes et celui des Rocailles.

Les jardins accueillent les grandes eaux musicales et nocturnes organisées par Château de Versailles Spectacles, d’avril à octobre[121].

Parc[modifier | modifier le code]

Parc de Versailles tel que représenté dans l'Atlas de Trudaine.

Six structures subsidiaires sont situées aux alentours du château de Versailles comptent dans l’histoire et dans l’évolution du château : la Ménagerie, le Trianon de porcelaine, le Grand Trianon – dit également Trianon de Marbre, le Petit Trianon, le Hameau de la Reine et le Pavillon de la Lanterne.

Versailles et les arts[modifier | modifier le code]

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Le château est le lieu où se tient l'intrigue des romans d'Annie Jay se déroulant au temps de Louis XIV.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Le domaine est le cadre de nombreux films, et ce dès le début du XXe siècle[122]. Certains films ont marqué le château.

En 1954, Sacha Guitry réalise l'histoire du château de Versailles à sa manière, au travers de quelques épisodes et portraits des personnalités qui y ont vécu. Si Versailles m'était conté... reste célèbre notamment par sa distribution prestigieuse, mais aussi par les qualités de narration propres à son auteur[réf. souhaitée].

En 2006, Sofia Coppola réalise Marie-Antoinette, qui reçoit l'Oscar des meilleurs costumes.

En 2012 Benoît Jacquot réalise Les Adieux à la reine tiré du livre éponyme de Chantal Thomas.

Bande dessinée et manga[modifier | modifier le code]

Le château fut représenté en 1979 dans la série animée Lady Oscar, créée d'après le manga shōjo de Riyoko Ikeda La Rose de Versailles paru en 1972.

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Soit dix fois moins qu'à l'époque.
  2. a et b

    « Le 8 avril 1632, fut présent l’illustrissime et révérendissime Jean-François de Gondi, archevêque de Paris, seigneur de Versailles, reconnoît avoir vendu, cédé et transporté... à Louis XIII, acceptant pour Sa Majesté, messire Charles de L'Aubespine, garde des sceaux et chancelier des ordres du roi, et messire Antoine Rusé, marquis d'Effiat, surintendant des finances, etc., la terre et seigneurie de Versailles, consistant en vieil château en ruine et une ferme de plusieurs édifices ; consistant ladite ferme en terres labourables, en prés, bois, châtaigneraies, étangs et autres dépendances ; haute, moyenne et basse justice... avec l’annexe de la grange Lessart, appartenances et dépendances d’icelle, sans aucune chose excepter, retenir, ni réserver par ledit sieur archevêque, de ce qu’il a possédé audit lieu de Versailles, et pour d’icelle terre et seigneurie de Versailles, et annexe de la grange Lessart, jouir par Sadite Majesté et ses successeurs rois, comme de choses appartenantes. Cette vente, cession et transport faits, aux charges et devoirs féodaux seulement, moyennant la somme de soixante-mille livres tournois, que ledit sieur archevêque reconnoît avoir reçues de Sadite Majesté, par les mains de..., en pièces de seize sous, de laquelle somme il se tient content, en quitte Sadite Majesté et tout autre, etc. »

    — Jacques-François Blondel, Architecture françoise, ou Recueil des plans, élévations, coupes et profils des églises, maisons royales, palais, hôtels & édifices les plus considérables de Paris., t. 4, Paris, Charles-Antoine Jombert,‎ 1752-1756, p. 93.

  3. De la mort de Louis XIII, en 1643, jusqu'à celle de Mazarin, en 1661, aucun travail d'envergure n'est réalisé à Versailles : ce n'est qu'après la fête donnée à Vaux-le-Vicomte par Fouquet en 1661 que Louis XIV relance le chantier de Versailles (Solnon 2003, p. 28-29)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Château », sur chateauversailles.fr (consulté le 14 mars 2011)
  2. Guérard 1840, p. 125.
  3. Blondel 1752-1756, p. 92-93.
  4. a et b Blondel 1752-1756, p. 93.
  5. Verlet 1961, p. 15.
  6. Verlet 1961, p. 16.
  7. Da Vinha, Masson, Versailles pour les Nuls, 2011.
  8. Verlet 1961, p. 19.
  9. Lemoine 2004, p. 14
  10. a, b et c Garrigues (2001), p. 35
  11. Arizzoli-Clémentel (2007)[précision nécessaire]
  12. a, b, c, d et e Solnon 2003, p. 17
  13. On ignore le nom de l'architecte mais le maître maçon se nomme Nicolas Huau.
  14. a, b et c Alexandre Gady, Versailles : La fabrique d'un chef-d’œuvre, Éditions Le Passage,‎ 2011, 238 p. (ISBN 2847421750)
  15. a et b Yves Bottineau, Versailles, miroir des princes, Arthaud,‎ 1989, p. 31
  16. Dans l'aile nord, les cuisines et le logement du concierge, dans l'aile sud, au sud le garde-meuble et les latrines ; sous les toits, des chambres pour les compagnons du Roi.
  17. Le Guillou 2011, p. 109
  18. Lemoine 2004, p. 14
  19. Le Guillou 2011, p. 98
  20. Vincent Maroteaux, Pierre Arizzoli-Clémentel, Versailles. Le roi et son domaine, Éditions A&J Picard,‎ 2000, p. 58
  21. Batiffol (1909), p 841-869
  22. Solnon 2003, p. 18
  23. Batiffol (1913), p. 341–371
  24. Verlet (1985), p. 19
  25. Alexandre Maral, Le roi, la Cour et Versailles, Perrin,‎ 2013, p. 221
  26. Solnon (2003), p.20
  27. Dominique Garrigues, Jardins et jardiniers de Versailles au grand siècle, Éditions Champ Vallon,‎ 2001, p. 37
  28. Garrigues (2001), p. 40
  29. Garrigues (2001), p. 36
  30. André Pératé, Versailles, H. Laurens,‎ 1912, p. 4
  31. Chérot (1901), p. 371
  32. a et b Michel de Grèce, Louis XIV - L'envers du soleil, Olivier Orban, 1990, p.18
  33. Jean-Marie Constant, Dictionnaire du Grand Siècle, sous la dir. de François Bluche, Fayard, 1990, p.1313
  34. Michel de Grèce, Louis XIV - L'envers du soleil, Olivier Orban, 1990, p.22
  35. Claude Lelong, Anne d'Autriche, Hachette 1980 et librairie académique Perrin, 2000, p.302
  36. 1- Lettre de Louis XIII à Richelieu le 1er octobre 1641, citée par Pierre de Nolhac, in Versailles et la cour de France ; volume 1 ; La Création de Versailles, Paris, Louis Conard, 1925, p.17
  37. Jean-Claude Leguillou, Versailles avant Versailles' - Au temps de Louis XIII, Perrin, 2011, p.276, ISBN 978-2-262-03065-0
  38. Mathieu da Vinha, Le Versailles de Louis XIV, Perrin, 2009, ISBN 978-2-262-02521-2
  39. Jean-Claude Leguillou, Versailles avant Versailles' - Au temps de Louis XIII, Perrin, 2011, p.279-281, ISBN 978-2-262-03065-0
  40. Jean-Claude Leguillou, Versailles avant Versailles' - Au temps de Louis XIII, Perrin, 2011, p.287, ISBN 978-2-262-03065-0
  41. Jean-Claude Leguillou, Versailles avant Versailles - Au temps de Louis XIII, Perrin, 2011, p.286-288, ISBN 978-2-262-03065-0
  42. Vincent Maroteaux, ‘’L’administration du domaine de Versailles sous l’Ancien Régime’’, In : Bibliothèque de l’École des chartes, 1985, tome 143, p.275-312
  43. Jean-Claude Leguillou, Versailles avant Versailles - Au temps de Louis XIII, Perrin, 2011, p.290, ISBN 978-2-262-03065-0
  44. AN, 01 10, f° 196 v°. Intendance de Versailles en faveur de Blouin.
  45. Dominique Garrigues, ‘’Jardins et jardiniers de Versailles au Grand Siècle’’, Éditions Champ Vallon, 200, p.278
  46. Mathieu Da Vinha, Le Versailles de Louis XIV, Perrin, 2009, p.25, ISBN 978-2-262-02521-2
  47. Gazette de France, 1660, p.1090
  48. Vincent Maroteaux-Jacques de Givry ‘’Versailles – Le Grand Parc’’, Château de Versailles /GDG, 2004, p.29
  49. Jean-Claude Leguillou, Versailles avant Versailles - Au temps de Louis XIII, Perrin, 2011, p.297-298, ISBN 978-2-262-03065-0
  50. Jean-Claude Le Guillou, « Le domaine de Versailles, de l’Aube à l’Aurore du Roi Soleil (1643-1663) », in Versalia’’, n°5, p46-68, 2002.
  51. Jérôme Janczukiewicz, « La prise du pouvoir par Louis XIV : la construction du mythe », ‘’XVIIe siècle’’, n°227, 2005, p.243-264 - ISBN 2130551475
  52. Jean-Claude Leguillou, Versailles avant Versailles - Au temps de Louis XIII, Perrin, 2011, p.302-303, ISBN 978-2-262-03065-0
  53. Bluche (2004), p. 288-289
  54. Dussieux (1881), p.11
  55. Rouvroy, Louis de, duc de Saint-Simon, (1856), Tome 12, chap. XIX, div. 42
  56. Clément, p. 37
  57. Anonyme (1673)
  58. a et b Félibien (1668), p. 4
  59. a, b, c, d, e, f et g Nolhac (1899), p. 161-171
  60. a et b Clément (1868), p. 282-284
  61. Bluche (1986)
  62. Dussieux (1881), p. 41
  63. Félibien (1674), p. 12
  64. Dussieux (1881), p. 21
  65. Nolhac (1913), p. 116-117
  66. Félibien (1668)
  67. Marie (1972), p. ? ; Verlet (1985), p. ?
  68. Clément (1868), p. 226
  69. Verlet (1985)
  70. GEO Histoire de janvier 2011 p.64
  71. Nolhac (1911) ; Verlet (1985)
  72. a et b « 1715 : Réception de l'ambassade de Perse », sur chateauversailles.fr (consulté le 10 juillet 2011)
  73. « Louis XV (le Bien Aimé) », sur insecula.com (consulté le 10 juillet 2011)
  74. Bernard Hours, "15 juin 1722 : Louis XV rentre à Versailles", dans Château de Versailles n°9, avril-juin 2013
  75. Pierre Narbonne, Journal des règnes de Louis XIV et Louis XV de l'année 1701 à l'année 1744, A. Durand,‎ 1866, 659 p. (lire en ligne)
  76. Jacques Levron, Les inconnus de Versailles : les coulisses de la cour, Librairie Académique Perrin,‎ 2003, 286 p.
  77. Mathieu da Vinha, Raphaël Masson, Versailles Pour les Nuls, First,‎ 2011 (lire en ligne), p. 153
  78. a et b « 1742 : Visite de l'ambassade de la Sublime Porte », sur chateauversailles.fr (consulté le 10 juillet 2011)
  79. Duc de Luynes, Mémoires
  80. Meyer (2002) p. 132-133
  81. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l L'Express, Grand Format n°2, « Versailles jamais vu », juillet 2011, page 46.
  82. Louis XIV et Versailles, revue GéoHistoire, hors-série n°14, janvier 2011[réf. incomplète]
  83. a, b, c, d et e L'Express, Grand Format n°2, « Versailles jamais vu », juillet 2011, page 50.
  84. L'Express, Grand Format n°2, « Versailles jamais vu », juillet 2011, page 48.
  85. Jérémie Benoît, Napoléon et Versailles, éd. de la Réunion des musées nationaux, 2005, p. 19.
  86. M. Fenaille, État général des tapisseries de la manufacture des Gobelins depuis son origine jusqu'à nos jours, 1600-1900, Paris, Imprimerie nationale, 1912, p. 220-221 et p. 234-235.
  87. Jérémie Benoît, Napoléon et Versailles, éd. de la Réunion des musées nationaux, 2005, p. 19-20.
  88. Jérémie Benoît, Napoléon et Versailles, éd. de la Réunion des musées nationaux, 2005, p. 21.
  89. Jérémie Benoît, Napoléon et Versailles, éd. de la Réunion des musées nationaux, 2005, p. 22.
  90. Jérémie Benoît, Napoléon et Versailles, éd. de la Réunion des musées nationaux, 2005, p. 23.
  91. Jérémie Benoît, Napoléon et Versailles, éd. de la Réunion des musées nationaux, 2005, p. 24.
  92. Jérémie Benoît, Napoléon et Versailles, éd. de la Réunion des musées nationaux, 2005, p. 25.
  93. Comte de Las Cases, Mémorial de Sainte-Hélène, t. V, p. 188-189.
  94. Jérémie Benoît, Napoléon et Versailles, éd. de la Réunion des musées nationaux, 2005, p. 18.
  95. Béatrix Saule, La France et la Religion soutenant les armes de la France, notice du catalogue Versailles, décor sculpté extérieur, Château de Versailles, 2005.
  96. Thomas W. Gaehtgens, Versailles. De la résidence royale au musée historique. La galerie des batailles dans le musée historique de Louis-Philippe, Paris, Albin Michel, 1984.
  97. a et b L'Express, Grand Format n°2, « Versailles jamais vu », juillet 2011, page 52.
  98. Hugo (1954), p. 33, cité par Antonetti (2002), p. 784
  99. Caffin-Carcy (1991)
  100. L'Express, Grand Format n°2, « Versailles jamais vu », juillet 2011, page 75.
  101. L'Express, Grand Format n°2, « Versailles jamais vu », juillet 2011, page 54.
  102. a, b, c, d et e L'Express, Grand Format n°2, « Versailles jamais vu », juillet 2011, page 55.
  103. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j L'Express, Grand Format n°2, « Versailles jamais vu », juillet 2011, page 47.
  104. L'Express, Grand Format n°2, « Versailles jamais vu », juillet 2011, page 9.
  105. a et b L'Express, Grand Format n°2, « Versailles jamais vu », juillet 2011, page 58.
  106. a, b, c, d et e L'Express, Grand Format n°2, « Versailles jamais vu », juillet 2011, page 60.
  107. Versailles pour les Nuls, p. 261
  108. Versailles pour les Nuls, p. 229
  109. Une exposition réunit pour la première fois les plus belles photos du château depuis 1850. Un formidable voyage à travers le temps…, sur le site gala.fr
  110. a, b et c L'Express, Grand Format n°2, « Versailles jamais vu », juillet 2011, page 57.
  111. Interview de Fabien Oppermann, conservateur du patrimoine, hors-série Le Point- Historia "Les derniers secrets de Versailles", juin-juillet 2012, p. 30.
  112. a, b et c L'Express, Grand Format n°2, « Versailles jamais vu », juillet 2011, page 8.
  113. Journal télévisé d'antenne 2, 30 juin 1978, INA
  114. Décret no 95-463 95-463 du 27 avril 1995
  115. Décret 2010-1367 du 11 novembre 2010
  116. « Loi n° 2005-844 du 26 juillet 2005 tendant à mettre à la disposition du public les locaux dits du Congrès, au château de Versailles », sur Assemblée nationale,‎ 26/07/2005 (consulté le 18/10/2014)
  117. Association des Résidences Royales Européennes ARRE - Réseau des Résidences Royales Européennes - Château de Versailles, France
  118. a, b, c et d « Domaine national », base Mérimée, ministère français de la Culture
  119. « Palais et parc de Versailles », UNESCO (consulté le 25 juillet 2011)
  120. Pierre Lemoine, Guide du Musée et domaine national de Versailles et Trianon, p. 223
  121. Chateau de Versailles - spectacles, chateauversailles-spectacles.fr, consulté le 20 avril 2013
  122. « Liste des films tournés à Versailles entre 1904 et 2011 », sur chateauversailles.fr (consulté le 14 avril 2011)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages utilisés pour rédiger cet article[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Anonyme, Les Plaisirs de l'Isle enchantée. : Course de bague, collation ornée de machines ; comédie, meslée de danse et de musique ; ballet du Palais d'Alcine ; feu d'artifice ; et autres festes galantes et magnifiques, faites par le Roy à Versailles le VII may M.D.LXIV et continuées plusieurs autres jours., Paris : Imprimérie royale,‎ 1673
  • Jacques-François Blondel, Architecture françoise, ou Recueil des plans, élévations, coupes et profils des églises, maisons royales, palais, hôtels & édifices les plus considérables de Paris., t. IV, Paris, Charles-Antoine Jombert,‎ 1752-1756 (lire en ligne)
  • Bluche, Louis XIV., Paris, Arthème Fayard,‎ 1986
  • François Bluche, Louis XIV., Paris, Hachette, coll. « Pluriel »,‎ 2004
  • Henri Brocher, À la cour de Louis XIV : Le rang et l'étiquette sous l'ancien régime., Évreux, Imprimerie Hériseey,‎ 1934
  • Odile Caffin-Carcy et Villard Jacques, Versailles - Le château, la ville, ses monuments., Paris, Picard éditeurs,‎ 1991
  • Louis Dusieux, Le Château de Versailles : Histoire de Description, Versailles, L. Bernard,‎ 1881
  • Pierre Clément, Lettres, instructions et mémoires de Colbert., vol. V, Paris, Imprimerie impériale,‎ 1868
  • André Félibien, Relation sur la feste de Versailles du dix-huitième Juillet mil six cens soixant-huit., Paris, P. Le Petit,‎ 1668
  • André Félibien, Description sommaire du chasteau de Versailles., Paris,‎ 1674
  • Dominique Garrigues, Jardins et jardiniers de Versailles au Grand Siècle., Seyssel : Éditions Champ Vallon,‎ 2001
  • Benjamin Guérard, Cartulaire de l'abbaye Saint-Père de Chartres., vol. 1-2, Paris, Paris : Imprimerie de Crapelet,‎ 1840
  • Victor Hugo (préf. Henri Guillemin), Journal, 1830-1848., Paris, Librairie Gallimard,‎ 1954
  • François (Alain Corbin éd.) Lebrun, 1515 et les grandes dates de l'histoire de France, vol. « 1682. Le Palais de Versailles devient la résidence de Louis XIV », Paris, Le Seuil,‎ 2005
  • Jean-Claude Le Guillou, Versailles avant Versailles, Paris, Perrin,‎ 2011 (ISBN 978-2-262-03065-0)
  • Pierre Lemoine, Guide du Musée et Domaine national de Versailles et Trianon., Paris, Réunion des musées nationaux,‎ 2004 (ISBN 2-7118-4485-4)
  • Christophe Levanthal, Louis XIV : chronographie d'un règne, Paris, Infolio, coll. « Pluriel »,‎ 2009
  • Alfred et Jeanne Marie, Mansart à Versailles, Paris, Éditions Jacques Freal,‎ 1972
  • Danile Meyer, Le mobilier de Versailles., Dijon, Faton,‎ 2002
  • Pierre de Nolhac, Histoire de Versailles., Paris,‎ 1911
  • Pierre de Nolhac, Les Jardins de Versailles., Paris, Goupil & Cie,‎ 1913
  • Jean-Marie Pérouse de Montclos et Robert Polidori, Versailles, Cologne, Könemann,‎ 1996
  • Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, Mémoires de Saint-Simon, Paris, Édition Cheruel,‎ 1856 (lire en ligne)
  • Jean-François Solnon, Histoire de Versailles, Paris, Éditions Tempus,‎ 2003
  • Pierre Verlet, Le château de Versailles, Paris, Librairie Arthème Fayard,‎ 1961

Revues, articles et divers[modifier | modifier le code]

  • Batiffol, Louis, « Origine du château de Versailles », La Revue de Paris,‎ avril 1909, p. 841–869
  • Chérot, S.J., Henri, « Bulletin d'Histoire », Études publiées par des pèresde Compagnie de Jésus, vol. 87,‎ 1901 (avril-mai-juin), p. 371
  • Établissement public du musée et du domaine national du Château de Versailles, « Un grand projet pour Versailles », Grand Versailles numérique,‎ 2003 (lire en ligne)
  • Établissement public du musée et du domaine national de Versailles, « Rapport d'activité - 2009 »,‎ 2009 (consulté en 07.06.2011)
  • Le Figaro, « La restauration de Versailles et le contresens des dévots culturels », Le Figaro,‎ 17 juillet 2007 (lire en ligne)
  • Leloup, Michèle, « Versailles en grande toilette », L'Express,‎ 7 août 2006 (lire en ligne)
  • Ministère de la culture et de la communication et Groupe Monnoyeur, « Restitution de la grille royale du château de Versailles », Mission du mécénat (version électronique),‎ 30 juin 2008 (lire en ligne)

Autres ouvrages[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Château de Versailles.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur le château

Sur les parcs et jardins de Versailles

Sur les Trianons

Sur les communs

Musée

Divers

Châteaux et palais contemporains

Ville de Versailles

Architectes

Autres

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :