Dordogne (département)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dordogne.
Dordogne
Dordogne (département)
Dordogne (département)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Création du département 4 mars 1790
Chef-lieu
(Préfecture)
Périgueux
Sous-préfecture(s) Bergerac
Nontron
Sarlat-la-Canéda
Président du
conseil général
Bernard Cazeau (PS)
Préfet Jacques Billant
Code Insee 24
Code ISO 3166-2 FR-24
Code Eurostat NUTS-3 FR611
Démographie
Population 415 168 hab. (2011)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Superficie 9 060 km2
Subdivisions
Arrondissements 4
Circonscriptions législatives 4
Cantons 50
Intercommunalités 26
Communes 557

Le département de la Dordogne (prononcé [dɔʁ.ˈdɔɲ ]) est un département français de la région Aquitaine qui doit son nom au cours d'eau du même nom qui le traverse. L'Insee et la Poste lui attribuent le code 24.

Histoire[modifier | modifier le code]

La préfecture de la Dordogne à Périgueux.
Article détaillé : Histoire de la Dordogne.

Le département a été créé à la Révolution française, le 4 mars 1790, en application de la loi du 22 décembre 1789, sur une partie de l'ancienne province du Périgord.

En 1793, les communes de Boisseuilh, Coubjours, Génis, Payzac, Saint-Cyr-les-Champagnes, Saint-Mesmin, Salagnac, Savignac, Saint-Trié et Teillots sont détachées du département de la Corrèze pour être réunies à la Dordogne.

La Dordogne a cédé, en 1793 ou 1794, Cavarc au Lot-et-Garonne[1].

Le 6 Nivôse An III (26 décembre 1794), la commune de Parcoul est détachée de la Charente-Inférieure et réunie à la Dordogne[2].

En 1819, la commune de Beaurepos est soustraite du département et fusionne avec Souillac dans le Lot[3].

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Blason[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« De gueules aux trois lions d'or couronnés, armés et lampassés d'azur. »[réf. nécessaire]

Drapeau[modifier | modifier le code]

Drapeau fr département Dordogne.svg

Politique[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la Dordogne
Article détaillé : Géographie de la Dordogne.

La Dordogne, 3e département français par sa superficie, fait partie de la région Aquitaine. C'est également avec 45 % de son territoire boisé, le 3e département forestier de France [4].

Elle est limitrophe des départements de la Haute-Vienne, de la Corrèze, du Lot, de Lot-et-Garonne, de la Gironde, de la Charente-Maritime et de la Charente.

  • Longitude : entre 0°3' ouest et 1°25' est.
  • Latitude : entre 44°35' et 45°43' nord

Points extrêmes du département de la Dordogne :

Structures les plus hautes de la Dordogne :

  • Audrix, émetteur de communications d'Audrix : 205 m
  • Bergerac, émetteur de Monbazillac : 60 m
La Dordogne séparée entre 4 parties, formant le Périgord.

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat de la Dordogne.

Économie[modifier | modifier le code]

Le secteur du bois est le second employeur industriel de Dordogne, avec nombre de scieries et de transformateurs[4].

La viticulture avec les vignobles de bergerac, de monbazillac et de pécharmant est aussi une grande pourvoyeuse d'emplois et de création de richesses, et une véritable attraction touristique.

Principalement établis au sud-est du département, 200 producteurs de tabac fournissent 15 % de la production nationale[5].

En 2012, le tourisme représente 21 % du PIB du département et a un potentiel encore fort à développer, notamment vers les visiteurs anglo-saxons, amateurs de gastronomie française[6].

Au niveau industriel, 3 271 entreprises réparties sur tout le département emploient environ 23 800 personnes[7].

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de la Dordogne.

Les habitants de la Dordogne sont appelés Périgourdins ou Périgordins (par analogie entre le département actuel et l'ancienne province du Périgord qui lui correspondait)[réf. souhaitée]. Les appellations Dordognais, voire Dordognots, sont également usitées[8].

Les ressortissants du Royaume-Uni sont plus de 20 000 (en 2006) à y habiter mais la plupart font attention à ne pas séjourner plus de six mois et un jour pour éviter d'être considérés résidents en France. Officiellement, le nombre de Britanniques résidant en Dordogne s'élève à 6 300 en 2006, ce qui représente un britannique sur deux vivant en Aquitaine[9].

Culture[modifier | modifier le code]

Langue[modifier | modifier le code]

La langue traditionnelle du Périgord est l'occitan, de dialecte limousin au nord d'une ligne allant approximativement de Montazeau à Nadaillac, et de dialecte languedocien au sud de cette ligne. Seules les communes de Parcoul et de La Roche-Chalais (en partie) sont dans l'aire des langues d'oïl (saintongeais).

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Le foie gras d'oie et de canard, le caviar périgourdin de Montpon, l'escargot du Périgord, le tourin (ou tourain), le cassoulet du Périgord, le canard (magrets, aiguillettes, grattons, fritons, saucisses sèches, rillettes, pâtés, confits, gésiers, cous farcis, ...), les demoiselles, le poulet fermier du Périgord, le coq fermier au vin de Bergerac, la poularde en estouffade, les confits de dinde, l'oie, les confits, les gésiers, les saucisses sèches d'oie, le pâté de Périgueux, le pâté de foie d'oie truffé, les pieds de cochons farcis aux cèpes, les miques, les cagouilles de Périgueux, les enchauds ou confits de viande de porc, la sauce Périgueux, le brochet aux lardons, la carpe au confit, les omelettes aux cèpes, aux morilles et à la truffe, les pommes de terre sarladaises, le trappe Échourgnac, le monial, les champignons dont la truffe, le cèpe et la morille, les noix du Périgord, l'huile de noix, les tartes aux noix, les arlequins de Carlux, les nogailloux du Périgord, les merveilles de Sarlat, les kiwis, les mirabelles, les maras des bois, les gariguettes et les fraises précoces du Périgord, les framboises, les mûres, les châtaignes, les pommes, les prunes, les poires, les miels, les vins de Domme près de Sarlat, mais surtout le bergerac, le monbazillac ainsi que le pécharmant, le saussignac et le montravel, la bière et le vin de noix, les eaux-de-vie de prune, de poire, le ratafia, les liqueurs de framboise, de mûre, de mirabelle, de noisette sauvage, de châtaigne et de truffe.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Environ 120 films ont été tournés dans le département de 1928 à 2013[10].

Symbole[modifier | modifier le code]

  • Le sculpteur allemand Jochen Gerz a réhabilité le monument aux morts de Biron, inauguré le 13 juillet 1996. « Qu'est-ce qui est, selon vous, assez important pour risquer votre vie ? » est la question posée aux habitants du village. Les réponses sont retranscrites sur des plaques fixées sur le monument. Les messages parlent d'amour, de peur, de paix[11]...

Religion[modifier | modifier le code]

La Dordogne possède un important patrimoine religieux, qui peut trouver sa légitimité de par la concordance géographique entre le département et les différents chemins de Saint-Jacques de Compostelle[12]. Ainsi, entre cloîtres, abbayes, chapelles et même cathédrales, le Périgord offre un large éventail d'édifices religieux reflétant tous les styles architecturaux, souvent classés monuments historiques et parfois même inscrits au Patrimoine mondial de l'UNESCO[13], comme l'Abbaye de Cadouin, ou la Cathédrale Saint-Front, à Périgueux. À titre d'exemple, on pourrait citer l'abbaye Notre-Dame de Bonne-Espérance d'Échourgnac, qui allie patrimoine architectural et gastronomique avec notamment le Trappe Échourgnac, considéré comme étant le plus ancien fromage de Dordogne[14].

Transport[modifier | modifier le code]

Réseau routier de la Dordogne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Réseau routier de la Dordogne.

Au 31 décembre 2010, la longueur totale du réseau routier du département de la Dordogne est de 18 945 kilomètres, se répartissant en 103 kilomètres d'autoroutes, 129 kilomètres de routes nationales, 4 965 kilomètres de routes départementales et 13 741 kilomètres de voies communales.

Train[modifier | modifier le code]

Le réseau ferroviaire de la Dordogne est composé de 42 gares.

Aérodromes[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tourisme en Dordogne.

détaillant les :

Les châteaux de Castelnaud et de Beynac en vallée de la Dordogne.
  • Lieux les plus visités de la Dordogne
  • Châteaux et demeures de la Dordogne
  • Les Plus Beaux Villages de France
  • Monuments historiques de la Dordogne
  • Parc naturel régional Périgord-Limousin
  • Forêt de Dordogne
  • Sites Natura 2000 de la Dordogne
  • Sites naturels remarquables
  • Jardins remarquables
  • Arbres remarquables
  • Voies vertes
  • Sentiers de grande randonnée
  • Sites d'escalades
  • Édifices religieux
  • Lanternes des morts
  • Ponts médiévaux
  • Musées
  • Écomusées
  • Parc de loisirs
  • Parc zoologique
  • Chemin de fer touristique
  • Tourisme gastronomique

Les résidences secondaires[modifier | modifier le code]

Selon les estimations de la population au 1er janvier 2008, 14,6 % des logements disponibles dans le département étaient des résidences secondaires[15].

Ce tableau indique les principales communes de la Dordogne dont les résidences secondaires et occasionnelles dépassent 10 % des logements totaux.

Santé[modifier | modifier le code]

Le département comprend dix hôpitaux d'une capacité de 2 368 lits, soit par importance[16] :

En 2011, la Dordogne compte 163 médecins généralistes pour 100 000 habitants (183 pour 100 000 au niveau national), 87 spécialistes pour 100 000 habitants (137 pour 100 000 en France) et 174 pharmacies pour l'ensemble du département[17].

Personnages célèbres de la Dordogne[modifier | modifier le code]

Les personnalités citées ci-dessous le sont par leur rattachement au département de la Dordogne, entité administrative créée en 1790. Pour les personnalités antérieures à cette date, voir l'article Périgord.

Personnalités politiques[modifier | modifier le code]

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Personnalités militaires[modifier | modifier le code]

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Personnalités religieuses[modifier | modifier le code]

XVe siècle[modifier | modifier le code]

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Artistes[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Cinéma, théâtre, acteurs[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Banquiers, économistes, industriels, hommes d'affaires[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Écrivains, philosophes, poètes, chansonniers, journalistes[modifier | modifier le code]

XIIe siècle[modifier | modifier le code]

XVIe siècle[modifier | modifier le code]

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Historiens[modifier | modifier le code]

  • Guy Penaud, né le 6 février 1943 à Pau, ancien commissaire de police, est un historien périgordin.

Musique, musiciens[modifier | modifier le code]

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Scientifiques, ingénieurs, érudits[modifier | modifier le code]

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

  • Sicaire Dardan (Brantôme 1763 - Sélestat 1814), qui, selon une biographie soupçonnée d'avoir été inventée de toutes pièces[19], aurait fait une étude remarquable des maladies infectieuses, au point que Louis Pasteur aurait écrit dans une « Note » : « Sans Sicaire Dardan, l'étude des agents d'infection serait encore dans les limbes. »

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Sportifs[modifier | modifier le code]

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir la page de discussion de Cavarc.
  2. Notice communale de Parcoul sur le site Ldh/EHESS/Cassini, consulté le 21 mars 2012.
  3. Notice communale de Beaurepos sur le site Ldh/EHESS/Cassini, consulté le 21 mars 2012.
  4. a et b Journal Sud-Ouest, édition Périgueux du 24 octobre 2008, article d'Hervé Chassain : La forêt patchwork
  5. Sud Ouest édition Dordogne du 10 décembre 2011.
  6. Le Périgord veut attirer toujours plus de touristes, Sud Ouest édition Dordogne du 13 mars 2012.
  7. Virginie Desmet, Le Périgord industriel, Sud Ouest édition Dordogne du 21 mars 2012.
  8. Palle Spore, Départements et régions : syntaxe et dérivation, Odense (Danemark), Odense University Press,‎ 1984, 176 p. (ISBN 978-87-7492-466-1, lire en ligne), p. 130 et 140, consulté le 17 décembre 2010.
  9. « La Dordogne : terre d'accueil des Britanniques », sur Site de l'Insee (consulté le 6 septembre 2013)
  10. Eurydice Baillet, La manne du cinéma, Sud Ouest édition Périgueux du 23 avril 2014, p. 12-13.
  11. Jochen Gerz: Le Monument Vivant de Biron
  12. « Patrimoine religieux en Dordogne », sur Dordogne Périgord Tourisme (consulté le 7 septembre 2013)
  13. « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France », sur Site de l'UNESCO (consulté le 2 septembre 2013)
  14. « Abbaye Notre Dame de Bonne Espérance – Fromagerie de la Trappe », sur Site de l'office du tourisme de Bergerac (consulté le 7 septembre 2013)
  15. Insee - résumé statistique, consulté le 9 novembre 2010.
  16. hopital.fr, l'hôpital à votre service
  17. Julie Martinez, L'ordonnance des candidats, Sud Ouest édition Dordogne du 6 juin 2012.
  18. Guy Penaud, Dictionnaire bibliographique du Périgord, Éditions Fanlac,‎ décembre 1999 (ISBN 2-86577-214-4)
  19. Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, p. 285, Périgueux, 1999, qui renvoie au Bulletin de la Société d'histoire et d'archéologie du Périgord, 1965, p. 130, et 1987, p. 276.
  20. Périgourdins célèbres : Jean Brossel
  21. (fr) Didier Dagueneau, le célèbre viticulteur, est mort dans un accident d'ULM lepoint.fr, 18 septembre 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]