Mundolsheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mundolsheim
Image illustrative de l'article Mundolsheim
Blason de Mundolsheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Strasbourg-Campagne
Canton Mundolsheim
Intercommunalité Communauté urbaine de Strasbourg
Maire
Mandat
Béatrice Bulou
2014-2020
Code postal 67450
Code commune 67309
Démographie
Population
municipale
4 867 hab. (2011)
Densité 1 159 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 38′ 40″ N 7° 42′ 54″ E / 48.6444, 7.71548° 38′ 40″ Nord 7° 42′ 54″ Est / 48.6444, 7.715  
Altitude Min. 137 m – Max. 184 m
Superficie 4,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Mundolsheim

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Mundolsheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mundolsheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mundolsheim

Mundolsheim est une commune française de la communauté urbaine de Strasbourg (CUS) située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Mundolsheim se situe à 8 kilomètres au nord de Strasbourg (latitude 48,65 ; longitude 7,7), dans l’arrondissement de Strasbourg-Campagne, à une altitude comprise entre 137 mètres (au niveau de la Souffel) et 185 mètres (au lieu-dit du Holderberg) et s’étend sur 412hectares.

Par sa situation géographique, elle est rapidement passée du statut de commune rurale à celui de petite ville dynamique, puisqu’elle compte sur son territoire de nombreuses entreprises réparties sur trois espaces : les zones d’activités des Maréchaux et des Floralies et le Parc des Découvertes. Elle est également desservie par de nombreux axes de communication : le chemin de fer, l’autoroute A4 et la route de Brumath.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par plusieurs moyens de transport.

Bus 
La ligne 71 de la Compagnie des Transports Strasbourgeois dessert la commune (départ des halles Sébastopol) en 15 minutes environ[1]. L'itinéraire et les horaires de la ligne 71 sont disponibles en mairie.
Vélo 
L'itinéraire cyclable franco-allemand de la piste des forts, qui épouse l'ancienne ceinture de la place fortifiée de Strasbourg sur 85 kilomètres, passe notamment par Mundolsheim. Le plan des pistes cyclables de Strasbourg et de la CUS est disponible en mairie.
Train 
La gare de Mundolsheim est desservie par la ligne Strasbourg – SaverneSarrebourg ainsi que la ligne Strasbourg - Vendenheim - Haguenau - Wissembourg/Niederbronn[2]. Les horaires sont disponibles en mairie.

La SNCF a choisi de ne plus desservir les gares de Mundolsheim et de Vendenheim pendant les périodes estivales de 2013 (la période du date 6 juillet au 25 août 2013) rendant l'accessibilité à cette ville d'autant plus difficile que la Compagnie des transports strasbourgeois a décidé de fortement réduire la fréquence de ses bus et que des travaux importants ont été effectués sur l'autoroute A4[2].

Voiture 
Accès autoroute A4 – sortie no 49.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les vestiges les plus anciens qui ont été retrouvés datent de 5 000 ans avant J.-C. À cette époque, trois villages d’agriculteurs existaient à l’emplacement du village actuel. Par la suite, la présence de population sur le secteur restera toujours très importante.

  • Au fil des siècles

Le nom du village est cité pour la première fois en 1120. La première mention d’un château fortifié qu’on pense pouvoir situer sur le Glœckelsberg, à l’emplacement de l’actuel site botanique apparait en 1198. Du XIIe au XVIIIe siècle, le village fut le théâtre de plusieurs batailles. Il a particulièrement souffert lors du XVIIe siècle. Durant la guerre de Trente Ans, le village fut pillé, détruit, épuisé par les cantonnements et la population dut payer de lourdes contributions de guerre. De plus, en 1644, le village fut mis à sac par les Croates. Durant la guerre de Hollande (1673-1679), des soldats prirent leurs quartiers dans le village. On exigea des habitants du pain, du vin, de la viande, du foin et de l’avoine pour les chevaux. Durant la même période, un orage d’une rare violence ravagea toute la région et détruisit la moitié des céréales d’hiver et la totalité des récoltes d’été. Enfin, en février 1675, arrivèrent les armées impériales qui firent beaucoup plus de dégâts que la guerre de trente ans. L’hiver 1788-89 fut d’une extraordinaire rigueur et ce fut la disette.

  • Les heures les plus sombres de Mundolsheim

En une seule nuit (27 juin 1815), pendant la bataille de Souffel-Hœnheim, le village perdit 39 maisons et 84 autres bâtiments dans la bataille que livra le général RAPP pour protéger Strasbourg. Le reste des maisons fut fortement endommagé. En tout, 168 familles furent précipitées dans le malheur et les plus pauvres réduits à la mendicité. L’élan de solidarité qui s’ensuivit fut sans précédent.

En 1818, toutes les communes d’Alsace, connurent une période de disette et de grande pauvreté. De plus, la commune dut faire face à sa reconstruction quasi totale.

  • Du château médiéval du Haldenbourg au parc botanique

De 1901 à 1902 une batterie, la «Kirschbaum-Batterie», fut construite sur le site historique du Glœckelsberg où se trouvait, au Moyen Âge, le château du Haldenburg. Au début de la Seconde Guerre mondiale, la «Batterie des Cerisiers» a servi pour pilonner la rive droite du Rhin. Pendant l’occupation, les canons ont été démontés et l’ouvrage n’a donc pas pu servir lors de la Libération de l’Alsace en 1945. À l’issue de la guerre, les fortifications de Strasbourg n’ont plus présenté d’intérêt militaire et la «Batterie des Cerisiers» a été entièrement détruite. Le site a été acquis par la commune en vue d’aménager un dépôt d’ordures ménagères. Recouvert de terre végétale après sa fermeture, le site a été aménagé en 1992 en parc botanique. Malheureusement, ces bouleversements de terrain ont fait disparaître les traces de la «Batterie des Cerisiers» et celles des vestiges du château médiéval du «Haldenbourg».

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Mundolsheim

Les armes de Mundolsheim se blasonnent ainsi :
« D'argent au sautoir alésé de gueules. »[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 2014 Norbert Reinhardt    
mars 2014 en cours Béatrice Bulou    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 867 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
436 364 342 386 417 424 423 418 428
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
405 413 423 407 439 571 483 764 748
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
638 646 740 661 773 965 1 262 1 356 1 584
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
2 015 3 226 3 545 3 343 4 698 5 270 5 050 4 867 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Rue de l’église. Le portail intérieur fait partie du clocher primitif du XIIe siècle, des animaux fabuleux y figurent. En 1729, la nef qui n’est pas reliée au clocher porche est rehaussée d’environ 1,50 m et les grandes fenêtres sont percées. L’église, dont le porche est classé monument historique, abrite les tombeaux de huit Joham de Mundolsheim, seigneurs des lieux. Le clocher abrite trois cloches dont la plus ancienne, fondue par Mathias Edel, date de 1769. L’orgue de Michel Stiehr et Xavier Mockers de Seltz y est installé en 1822.

  • L’ancienne mairie

Angle rue du général de Gaulle, rue Petite. Le bâtiment qui abrite la bibliothèque est l’ancienne mairie construite en 1855. Elle a été édifiée à l’emplacement de la Laube, une modeste construction composée d’un toit sur des piliers, destinée à surveiller les cabaretiers qui ne devaient vendre que le vin des Joham, les seigneurs du village.

  • Le centre ancien

Le centre possède de belles maisons à pans de bois. On remarquera notamment l’école, 29 rue du général de Gaulle. Construite au XVIIIe siècle grâce à un don royal, elle était destinée à remplacer celle détruite en 1663 lors de la bataille livrée entre le prince royal, futur roi de Wurtemberg et l’armée française du général Rapp.[pas clair] C’est la plus ancienne école de Mundolsheim. À noter également l’ancienne forge, 36 rue du général de Gaulle, qui était déjà présente en 1741. C’est l’un des rares bâtiments à avoir échappé à l’incendie de 1815.

  • Le Gloeckelsberg

Sur le coteau, le jardin botanique du Gloeckelsberg jouit d’un double panorama sur le Kochersberg et sur l’agglomération strasbourgeoise et permet une promenade instructive et bucolique. On y accède par la piste des forts.

Mundolsheim a la particularité de posséder deux ouvrages des fortifications militaires édifiées par les Allemands après la cession de Strasbourg en 1871 : le fort Roon, rebaptisé Desaix, et le fort Podbielski, aujourd’hui fort Ducrot. Les fossés du premier ont été aménagés en stands d’entraînement par la société de tir de Strasbourg. Le second servira en 1939 à pilonner la ligne Siegfried puis, en 1945, de cantonnement aux soldats américains de la VIIe armée et ceux de la 3e division d’infanterie algérienne, jusqu’à la contre-offensive menée contre la poche de Gambsheim. L’accès en est interdit car dangereux.

  • Boulangerie traditionnelle Moschenros.
  • Église catholique.
  • Emmaüs (salle de vente - bric à brac - dépôt d'objets).
  • Tabac Presse Loto Goettlé.
  • Gare de Mundolsheim.

Événements et fêtes à Mundolsheim[modifier | modifier le code]

  • Deuxième week-end de septembre : Messti du village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

  • École maternelle Leclerc, liée à l'école primaire Leclerc aussi ;
  • École maternelle du Haldenbourg ;
  • Collège Paul-Émile Victor.

Clubs sportifs de Mundolsheim[modifier | modifier le code]

  • AS Mundolsheim (football)
  • Pétanque club der Mundolsheim
  • CS mundolsheim (handball)
  • Cercle d'échecs de Mundolsheim
  • Basket club de Mundolsheim
  • Judo club de Mundolsheim
  • Badminton club de Mundolsheim

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :