RMC

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir RMC (homonymie).

RMC

alt=Description de l'image Logo RMC 2002.png.
Présentation
Pays Drapeau de la France France
Siège social 12, rue d’Oradour-sur-Glane
75740 Paris Cedex 15

Studios :

12, rue d’Oradour-sur-Glane
75740 Paris Cedex 15
Propriétaire NextRadioTV (99,9 %) et Principauté de Monaco (0,1 %)
Slogan Votre radio d'opinions
Langue Français
Statut Généraliste nationale privée de catégorie E
Site Web www.rmc.fr
Historique
Ancien nom Radio Monte-Carlo (1943-1981)
RMC (1981-2001)
RMC Info (2001-2002)
Création 1er juillet 1943 (71 ans)
Diffusion
AM oui Oui (entre 04h30 et 00h05)
216 kHz en Grandes Ondes ou L.W.
FM oui Oui[1]
RDS RMC 103,1 (Île-de-France)
RMC INFO (Province)
Numérique oui Oui (à Paris et Lyon)
Numérique terrestre Non Non
Satellite oui Oui Astra 19°2 Est sur CANALSAT RADIOS (numérique en clair) sur 12.207 GHz en polarisation verticale
Streaming oui Oui
Podcasting oui Oui

RMC, acronyme de Radio Monte Carlo désigne une radio généraliste monégasque de catégorie E, à capitaux français. Station nationale de la principauté de Monaco, RMC a été l'une des premières radios privées « périphériques » à être reçues sur le sol français lorsque le monopole d'État interdisait les stations commerciales durant les années 1945 à 1981.

Depuis sa reconversion qui a démarré le 22 janvier 2001 par Alain Weill, ancien directeur général de NRJ Group qui crée le groupe NextRadioTV, les programmes de RMC se focalisent sur deux piliers : l'actualité et l'information sportive, avec une place importante dans les talk-shows. Les émissions d’actualité, traitée de manière subjective, misent sur l'interactivité, les personnalités et l'expression libre des opinions. L'autre pilier de RMC est le sport avec 70 heures d'antenne par semaine sous forme d'information, de directs et de talk, présentées par une équipe de consultants composée de champions et d'entraîneurs anciens ou en activité.

Avec 49 sondages consécutifs à la hausse sur 50 depuis septembre-octobre 2001 et une audience cumulée de 8.2 % (d'après le sondage Médiamétrie publié le 14 janvier 2014 contre 7,9 % en octobre 2012, RMC se place comme la troisième radio commerciale et la première radio généraliste de France sur le public de moins de 50 ans devant RTL, France Inter et Europe 1, en audience cumulée, part d'audience et au quart d'heure moyen. Elle poursuit sa progression et rassemble désormais 4,33 millions d'auditeurs quotidiens[2].

Sommaire

Historique[modifier | modifier le code]

1943-1998 : l’ère Sofirad[modifier | modifier le code]

1943-1974 : Les années soleil[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

En juin 1933, la deuxième conférence internationale de Lucerne sur le plan de fréquences européen attribue une longueur d'onde radio internationale à l'État souverain de la Principauté de Monaco. Le propriétaire de Radio Méditerranée, Max Brusset, qui avait tenté de créer une station de radio périphérique à Monaco à la fin des années 1930 et qui a tissé des liens avec Otto Abetz, l'ambassadeur d'Allemagne à Paris, et des fonctionnaires du régime de Vichy, amène ses relations allemandes à s'intéresser à son projet. Le 6 juillet 1941, débutent à Vichy des négociations entre Max Brusset et le docteur Sonnenholl, secrétaire à l’ambassade d'Allemagne, sur le projet de création de cette radio qui serait une radio de propagande avec laquelle l’occupant allemand pourrait couvrir le sud de la France et l'Italie en la diffusant sur la fréquence monégasque inutilisée. Mais Monaco étant un état neutre, les protagonistes des deux pays ne peuvent disposer à leur guise de la fréquence convoitée dont la concession ne peut être accordée par la Principauté qu'à une société monégasque. Ils utilisent alors l'artifice de sociétés écrans pour créer le 14 mars 1942 la société anonyme monégasque Radio Monte-Carlo, conjointement détenue par Deutsche Auslands Rundfunk Gesellschaft Interradio, l'organisme nazi chargé de contrôler les radios à l'extérieur du Reich et l’Omnium français d’études et de participations (OFEPAR), créé spécialement avec l'aide de banques au tout début de 1942 pour gérer les intérêts français dans la société franco-allemande. La pression de l'allié italien pour le respect de la convention d'armistice oblige Interradio à céder la moitié de ses parts à la société nationale italienne Ente Italiano Audizioni Radiofoniche le 1er mai 1942, tandis que l'OFEPAR transfère toutes les siennes le 11 novembre à la SOFIRA (Société Financière de Radio) nouvellement créée quatre jours plus tôt pour contrôler pour le compte de l'État français des radios privées[3] et permettre à Pierre Laval, revenu au pouvoir en avril 1942, d'évincer Brusset et de limiter les ambitions d'Otto Abetz sur cette radio en en devenant l'opérateur. Le 1er juillet 1943, l'hymne monégasque suivi d'une brève allocution de Maurice Chevalier inaugurent cette radio « au service de l’Europe nouvelle » qui est placée sous contrôle du ministère des Affaires étrangères allemand et qui commence à émettre de façon expérimentale sur 242 mètres (701 kHz) le 17 juillet 1943 à 19h depuis le Sporting d’hiver de Monte-Carlo au moyen de l'émetteur onde moyenne de 10 kW de Radio-Méditerranée installé aux Plateaux Fleuris à Antibes, à l'arrêt depuis le début de la guerre, et qui est loué par Brusset à Radio Monte-Carlo. Cet émetteur passe ensuite à 30 kW. Les émissions régulières commencent le 1er août 1943 et sont diffusées de 19h00 à 21h45, puis, dès la semaine suivante, comportent une session le midi. Le programme est d'abord uniquement musical, à base de jazz américain. En effet, les administrateurs français font tout pour retarder la mise à l'antenne des programmes d'information contrôlés par les Allemands qui comptent les utiliser à des fins de propagande, ce qui finit par agacer Otto Abetz, qui impose Charles Morice au poste de directeur général. Ainsi, Radio Monte-Carlo diffuse les informations de la Propagandastaffel dès mars 1944[4]. Le 15 août 1944, les alliés bombardent Saint Laurent du Var pour préparer le débarquement de Provence, ce qui coupe le circuit reliant le studio de Monaco et l'émetteur d'Antibes. Radio Monte-Carlo doit alors diffuser ses émissions directement depuis l'émetteur des Plateaux-Fleuris dont les installations techniques sont détruites à la masse et le pylône abattu par l'armée allemande en retraite le 24 août 1944. Les émissions s'arrêtent.

Quelques émissions sont à nouveau diffusées à partir du 27 septembre 1944 grâce à Arthur Crovetto et à Paul Gilson, avec l'aide technique de l'armée américaine, mais cette initiative est stoppée trois jours plus tard sur ordre du gouvernement français. Radio Monte-Carlo ne reprend ses activités à titre expérimental que le 23 juin 1945 et de façon officielle le 1er juillet 1945 après que les gouvernements français et monégasque ont confisqué et repris les parts allemandes et italiennes dans la radio, la France détenant 83,33 % de son capital par l’intermédiaire de la SOFIRA, et la Principauté 16,67 %, ainsi qu'une redevance sur la concession de diffusion qu'elle détient correspondant à 7 % du chiffre d'affaires. La radio diffuse ses programmes sur ondes moyennes 205 mètres (1 467 kHz) grâce au nouvel émetteur de 10 kW du centre émetteur de Fontbonne sur les pentes du Mont Agel mis en service le 10 octobre 1945, suivi rapidement par 2 émetteurs ondes courtes de 30 kW, diffusant sur 49,71 mètres et 42,05 mètres, puis par un nouvel émetteur onde moyenne de 120 kW en 1949.

Dans les années 1950, Francis Blanche, Cilette Badia et Anne de la Valette sont les principaux animateurs de l’antenne qui reprend largement les émissions produites par les Programmes de France ("Ploum ploum tra la la", "le Crochet radiophonique", "Reine d'un Jour", "Quitte ou double", "la Chose"...), diffusées également sur Radio Luxembourg. En 1952, la station atteint 7 % de parts de marché sur le territoire français, mais son audience est beaucoup plus forte dans le Midi de la France, et surtout dans les Alpes-Maritimes, grâce au nouvel émetteur dont la puissance est progressivement portée à 200 kW cette même année et à 400 kW en 1954. Jo Darlay's donne quelques piges épisodiques pour stimuler la connaissance des dates de galas de variétés dans le Sud-Est.

Dans les années 1960, Maurice Gardett anime Gardett Party, les matinales de la station, et les radio-crochets et feuilletons radiophoniques sont à l'antenne. Radio Monte-Carlo est très écoutée en Afrique du Nord, notamment durant la guerre d'Algérie. À cette époque, Radio Monte-Carlo qui dispose d'une zone d'écoute diurne limitée aux Alpes-Maritimes, au Var et aux Alpes-de-Haute-Provence ainsi qu'à une partie des Bouches-du-Rhône, entre dans le monde des grandes radios en inaugurant en 1965 son premier centre émetteur grandes ondes situé à 1 000 mètres d'altitude à quelques kilomètres de Monaco, sur le territoire de la commune de Peille (Alpes-Maritimes), l'émetteur de la Madone qui, avec une puissance de 1 200 kW, permet d'élargir sa zone d'écoute au sud d'une ligne Valence-Bordeaux. La station ouvre des studios à Paris au 8, rue Magellan et des bureaux régionaux à Marseille, Montpellier et Bordeaux.

Le 6 mars 1966, une seconde version de Radio Monte-Carlo en langue italienne est diffusée sur ondes moyennes sur 702 kHz avec une puissance de 1 200 kW depuis un pylône de l'émetteur de la Madone orienté vers Milan, autorisant une réception confortable du nord de l'Italie jusqu'aux portes de Rome. L'animateur vedette de la station, Noël Coutisson, en prend la direction.

Du côté des animateurs, Pierre Lescure, José Sacré ou Julien Lepers font leurs débuts sur Radio Monte-Carlo. En 1964, Jean-Pierre Foucault est le lauréat d'un concours d'animateur organisé par la radio. Pendant cette période, les émissions sont populaires, ponctuées de jeux et divertissements. Certaines sont produites en partenariat avec la Radio des Vallées qui les diffuse également, comme "Toute la ville joue et gagne… à Radio Match", jeu enregistré sous le chapiteau géant du Radio Circus, produit et présenté par Noël Coutisson. La radio revendique ses origines méridionales, elle est amusante, sans prise de tête et les estivants la considèrent comme « la radio des vacances » que tout le monde prend plaisir à écouter dans le Sud, sans parisianisme aucun.

1974 - 1981 Les années "grandes ondes"[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

En 1974, la station inaugure un nouveau centre émetteur Grandes Ondes à Roumoules, dans le département des Alpes-de-Haute-Provence, (voir "émetteur de Roumoules") et triple ainsi sa zone d'écoute originelle qui s'étend désormais au sud d'une ligne (approximative) Nantes-Paris-Reims-Dijon-Lons-le-Saunier. Elle entre en concurrence frontale avec RTL, Europe 1 et France Inter. Autrement plus dégagé par rapport à la chaîne des Alpes, ce centre dispose d'une puissance supérieure (2000 kW) à celui de la Madone (1200 kW). Le premier émetteur est mis en service le 15 juillet 1974 et le second, le 15 octobre de la même année. L'audience, mesurée comme aujourd'hui, entre octobre 1974 et juin 1975 passe de 1 200 000 à 2 750 000 auditeurs. Elle frôlera même les 14 % à la fin de la décennie 1970.

Radio Monte-Carlo se diversifie et transforme durant l'été 1974 le centre émetteur GO initial en centre de diffusion OM et diffuse sur 428 mètres (702 kHz) un programme à destination de l'Italie, et toujours sur 1 467 kHz, le programme français. Entre 1978 et 1981, sous la direction de Michel Bassi sont ouverts 4 programmes FM spécifiques aux auditeurs de la Côte d'Azur, qui accueille des touristes venus du monde entier. Ainsi naissent "RMC Côte d'Azur", "RMC Rock", "RMC Classique" et un programme en anglais, audibles de Saint-Tropez à Bordighera.

Alain Chabat et Christian Borde font leurs débuts sur Radio Monte-Carlo à cette période.

Radio Monte-Carlo renforce également sa présence dans les régions en ouvrant progressivement des bureaux régionaux à Toulouse, Lyon, Grenoble, Nice, Clermont-Ferrand et Ajaccio. Dans ces années là, 300 collaborateurs officient à Monaco, une quarantaine en régions et plus d'une centaine à Paris. Franck Fernandel est l'animateur qui apportera à la station, la meilleure image de la chanson française, comme la couleur méridionale indispensable aux auditeurs.

1981-1998 : l’inéluctable déclin[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

En 1981, la nouvelle direction supprime ou déplace certains programmes emblématiques (Quitte ou Double de Zappy Max ou la matinale de Jean-Pierre Foucault) pour proposer de nouvelles émissions visant à éduquer le public. Mais les auditeurs ne sont pas prêts à ce chamboulement et ne suivent pas ce mouvement. En 1983, alors que la station a déjà perdu beaucoup de ses auditeurs, la direction reprogramme des émissions populaires. Mais l'arrivée des radios libres marque la fin du monopole de RMC sur le sud de la France. Face à cette érosion de l'audience, les principaux animateurs quittent la station, à l'instar de Jean-Pierre Foucault qui rejoint RTL en septembre 1989. En 1986, Jean-Louis Filc, alors présentateur des grands journaux de la matinale, est nommé directeur du service des sports et le restera jusqu'en 2000.

RMC décide de s'aventurer au Nord de la France et crée plusieurs décrochages locaux en FM. D'abord à Paris, où la station obtient la fréquence 103.1 Mhz en 1987, puis RMC Champagne (102.1 Mhz) le 12 février 1988 qui est inaugurée par Jean-Pierre Foucault qui y réalise son émission en direct le 29 février depuis le Café du Palais à Reims de 8h30 à 11h00 suivront RMC Côtes d'Armor à Perros-Guirec et Dinan inaugurés par Childéric Muller en direct dans son émission Bachibouzouk. Ces décrochages s'arrêtent tous en juin 1989 à l'exception de la fréquence parisienne.

L'État français tente alors la privatisation à plusieurs reprises (en 1986, 1992, 1994 et 1996[5]), mais sans pouvoir conclure l'affaire, à cause du coût exorbitant de la station et de sa restructuration. En attendant un désengagement de l'État français et une éventuelle vente, la station change de directeur tous les deux ans et demi en moyenne. Chacun imprime sa marque en voulant faire de RMC tantôt un programme national, tantôt régional et tout cela coûte cher[réf. nécessaire].

En 1990, la dernière grande tournée d'été radiophonique est animée par Childéric Muller avec Patrick Sebastien et de nombreux artistes. Elle réunira plus de 400 000 spectateurs sur les plages de France [6] .

En guise de plan de rigueur, RMC vend en 1993 à la Principauté l’immeuble dont elle était propriétaire à Monaco pour 30 000 000 d’euros. En contre partie, elle devient locataire de l’immeuble qui lui appartenait.

Les grilles se succèdent pour remonter l’audience. Cette année-là Jérôme Bellay, fondateur de France Info puis LCI, remplace Yves Mourousi à la direction des programmes avec pour objectif de faire de RMC une radio "talk and show". Il engage Hervé Pouchol, Jean-Claude Bourret et Yves Calvi. Mais son public traditionnel, populaire et issu du sud de la France, ne se retrouve pas dans une station aux ambitions nationales et perçue comme parisienne.

Le 30 octobre 1993, RMC cesse pour cause de déficit la diffusion de ses programmes FM " RMC Côte d’Azur", "RMC Rock" et "RMC Classique" lancés entre 1978 et 1981 à destination du public de la Côte d’Azur.

Au printemps 1994, Jean-Pierre Foucault devient directeur des programmes de RMC. Il entend reconquérir le public traditionnel de la station : Julien Courbet, qui avait quitté RMC pour NRJ, revient animer la matinale Radio Monté Courbet, Jean-Claude Bourret présente les journaux d’information, Patrick Sabatier réalise des interviews dans La Grande Vie et le duo des Chevaliers du fiel est débauché à Sud Radio. Le 29 novembre 1994, le gouvernement monégasque renouvelle pour vingt ans le contrat de concession de RMC jusqu'au 1er octobre 2013.

La Cour des comptes épingle sévèrement RMC pour sa gestion financière. Les rentrées d’argent se font moindres du fait de la baisse des recettes publicitaires consécutives à une audience en chute libre, mais à RMC, on continue de dépenser sans compter et de vivre comme à la belle époque de la fin de la décennie 70 où l’audience était gratifiée de presque 14 points. Les effectifs diminuent sensiblement mais les masses salariales augmentent de façon significative. Les déficits se creusent d'année en année pour atteindre environ 70 millions d'euros sur la période cumulée 1989/1997, dont environ 17 rien que sur l'année 1997.

L’audience remonte depuis le retour de Jean-Pierre Foucault et se stabilise autour de 3,8 % à 4 %. Mais l’État français, actionnaire principal, confronté à un déficit abyssal impossible à résorber sauf à y injecter des sommes colossales, trouve enfin un repreneur pour la station.

1998-2000 : le démantèlement et l'ère Sud Communication[modifier | modifier le code]

Le groupe RMC est démantelé en 1998 : le groupe de médias Sud Communication, filiale des laboratoires Pierre Fabre et du Groupe NRJ, déjà propriétaire de Sud Radio, se porte acquéreur des parts de la Sofirad dans le groupe RMC mises en vente par l’État français et prend le contrôle opérationnel de RMC, tandis que le groupe NRJ devient opérateur de Nostalgie et que Montmartre FM est vendue à LV&Co, la société de Gérard Louvin. On assiste à une nouvelle vague de départs du personnel ainsi qu'à la fermeture des bureaux régionaux. La grille des programmes est chamboulée sur un week- end, les animateurs à l'antenne le vendredi faisant place le lundi à un fil musical entrecoupé plusieurs fois par heure de chroniques courtes. Le nouveau format fait penser à un mélange de RFM et France Info. RMC fait donc totalement peau neuve le 1er mars 1998 et propose un programme beaucoup moins coûteux mélangeant les traditionnels rendez-vous d'information (RMC Matin, journaux de 13 heures et 18 heures) et des tranches musicales de quatre heures où, comme sur les radios FM, les animateurs s'auto-réalisent. Le but avoué est de féminiser et rajeunir l'audience (cible des 35-49 ans), le flux musical devient plus formaté et resserré autour des grands standards consensuels des trente dernières années, dont 60 % de morceaux français. Deux fois par heure, il est interrompu par de courtes chroniques de deux ou trois minutes consacrées à la vie quotidienne, la culture ou l'évasion.

À partir de septembre 1999, Bernard Tapie dialogue chaque matin avec les auditeurs, mais Allo Bernard est la seule émission d'interactivité de la station. Le reste de la grille est très économique : de longues plages musicales entrecoupées de courtes chroniques. En mars 2000, RMC redevient généraliste : Jean-Luc Reichmann anime une matinale avec des jeux, José Sacré pilote les fins d'après-midi et François Sorel anime une quotidienne sur les nouvelles technologies.

Depuis 2001 : positionnement sur le format « Info, Talk, Sport » et renaissance sous l'ère NextRadioTV[modifier | modifier le code]

Le 5 juillet 2000, NRJ Group cède au groupe Fabre sa participation de 20 % dans Sud Communication et lui rachète toutes ses parts dans RMC, devenue exsangue et moribonde avec une audience de 1,9 % d'après le dernier sondage Médiamétrie de l'année 2000[réf. souhaitée], pour en faire une radio nationale "news-talk" suivant le modèle américain[7]. Mais, la loi française interdisant à un même groupe de desservir par le biais de ses différents réseaux radiophoniques plus de 150 millions d'auditeurs potentiels, NRJ Group (qui édite déjà NRJ, Chérie FM, Nostalgie et Rire et Chansons) se retrouve en infraction. Le 13 novembre 2000, NRJ Group annonce donc qu'il renonce à RMC pour se mettre en conformité avec la loi.

Alain Weill, vice-président de RMC

À la fin du mois de novembre 2000, Alain Weill, alors directeur général de NRJ Group pour lequel il conduisait le projet de reformatage de RMC, démissionne de ses fonctions pour créer Nextradio, dont il prend la présidence du directoire, et racheter les parts de Sud Communication dans RMC[8],[9].

RMC vend à NRJ Group les 20 % de parts qui lui restaient dans le capital de Nostalgie et les déficits de la station sont en très grande partie épongés. Afin de permettre l'assainissement de la situation financière, seul un effectif de 110 personnes est maintenu (François Sorel, Alain Marschall, Jean-Louis Filc, Denis Lemoine, Jean Rességuiéetc.) sur les quelques 600 employés que comptait RMC.[réf. souhaitée]

Un nouveau format est mis au point par trois anciens personnages de NRJ, le président Alain Weill, Marc Laufer et le directeur des programmes Franck Lanoux.

Version 1 : janvier à août 2001[modifier | modifier le code]

Le reformatage de RMC est mis à l'antenne le 22 janvier 2001[10],[11]

Du lundi au vendredi, de 6h à 10h, avec Matinales info jusqu'à 9h puis le magazine RMC Vous, Yvon Le Gall propose toutes les demi-heures un journal sur l'actualité générale (présenté par Patricia Navarro) et sur l'actualité politique (avec Philippe Lapousterle) suivi d'un journal des sports (présenté par Jean Rességuié). José Sacré anime la pré-matinale de 5h à 6h.

Le pédiatre Christian Spitz, devenu célèbre en animant en tant que consultant dans l'émission Lovin' Fun avec l'animateur Difool sur la radio musicale Fun Radio, rejoint RMC pour animer Médecin sur RMC une émission sur la médecine et la psychologie de 10h à midi[12]. Alain Weill fait également appel à des personnalités de la télévision comme l'ancienne animatrice de Parole d'Expert sur France 3 Valérie Expert qui officie sur LCI et Sylvain Attal, animateur d'Argent Public sur France 2. La première s'attachera aux problèmes quotidiens des auditeurs et les solutions qu'ils y ont apporté dans RMC Consommation de 14h à 16h et le second proposera une émission autour de sujets délicats liés à l'actualité et souvent délaissés par les médias avec l'intervention des auditeurs dans RMC Controverses de 16h à 18h[13]. L'ancien animateur de Vidéo Gag sur TF1 Alexandre Delpérier, qui officie sur M6, rejoint aussi RMC pour y animer RMC Sport chaque samedi et dimanche de 18h45 à 22h[14].

Le reste de la grille est consacré à l'actualité, l'économie et le sport. De 12h à 12h50 puis de 18h à 18h45, Alain Marschall présente un journal d'informations, de 12h50 à 14h, Bruno Dranesas anime La bourse facile et Christophe Pacaud anime RMC Sport de 18h45 à 21h.

Le week-end, François Sorel présente De quoi j'me mail une émission consacrée aux nouvelles technologies qu'il anime depuis juin 2000. Des rediffusions des shows de la semaine, des flashs d'informations et des évènements sportifs sont diffusés occupent le reste de la grille du week-end.

Version 2 : septembre 2001 à août 2002[modifier | modifier le code]

À la rentrée 2001, RMC change de nom et devient RMC Info[15].

Jean-Jacques Bourdin, journaliste à RTL pendant plus de 25 ans rejoint RMC Info dès juin pour présenter une matinale-libre antenne de 7h à 10h[15]. L'ancienne actrice pornographique Brigitte Lahaie est l'autre recrue phare de RMC Info où elle anime une émission sur la sexualité de 14h à 16h dès la mi-août[16]

Christian Spitz, Sylvain Attal et Alain Marschall continuent leurs émissions tandis que José Sacré, Valérie Expert, Bruno Dranesas et Christophe Pacaud quittent RMC. Nicolas Grebert anime la pré-matinale d'information de 5h à 7h et Véronique Rosa-Donati devient animatrice de C'est plus pratique, un rendez-vous consommation entre 13h et 14h[15].

François Pesenti, transfuge de RTL est le nouveau directeur des sports[15]. Alexandre Delpérier succède à Christophe Pacaud (parti sur RTL) pour présenter RMC Sport chaque soir de 18h45 à 21h avec Christophe Cessieux, transfuge d'Europe 1 et les soirs de matchs, il y a l'Intégrale Foot de 21h à 23h[17].

Le week-end, les tranches d'informations sont assurées par Céline Martelet et Jean-Christophe Dimino de 5h à 10h. Véronique et Davina présentent une émission de fitness, Véronique et Davina en forme, chaque dimanche de 10h à 12h. L'émission dédiée aux nouvelles technologies, De quoi j'me mail, présentée par François Sorel passe les samedis et dimanches entre 13h et 14h. Jean-Jacques Lachaud, transfuge d'Europe 1, présente les informations de 12h à 13h et de 18h à 19h. Le reste de la grille du week-end est consacré aux sports, Jean-Philippe Lustyk présente Intégrale Sport de 14h à 18h et Olivier Bruneau présente Intégrale Foot de 19h à 23h[15].

En octobre 2001, Jean-Michel Larqué rejoint RMC Info, il intervient dans RMC Sport chaque vendredi 20h à 21h pour la rubrique 3e mi-temps. Lors des soirées de championnat, après les matchs de 22h à 23h, Jean-Michel Larqué revient à chaud sur les faits marquants. Enfin, chaque dimanche, dans Dimanche foot, entre 19h et 20h, aux côtés de François Pesenti, Jean-Michel Larqué commente l'actualité du football français et européen[17].

L'effectif de la radio à Monaco se limite désormais à une seule personne au siège social, Jean-Louis Filc, qui a la charge de cette gestion dans le pays d'origine de RMC. Un décrochage quotidien couvrant le territoire monégasque est alors diffusé à 7h50.

En janvier 2002, RMC achève l'aménagement de ses matinales du week-end. Ainsi, la tranche d'information qu'animaient jusqu'à présent, le samedi et le dimanche de 5 heures à 10 heures, Céline Martelet et Jean-Christophe Dimino, laisse la place, entre 7 heures et 10 heures, à François Sorel accompagné d'une tribu de spécialistes. Le samedi, Patrick Mioulane, parle jardinage de 7 heures à 8 heures. Il est suivi, pour un nouveau tour de cadran, de Rémi Bricoltout, expert en voitures, puis de l'éditeur Christian Pessey, qui parlera maison. Le dimanche, toujours dans l'ordre, Laetitia Barlerin conte la vie des animaux, Jean-Pierre Chanial délivre quelques tuyaux côté voyages et Julie Andrieu, donne ses conseils culinaires[18].

Olivier Bruneau qui présentait les soirées football dans Intégrale Foot de 19h à 23h a démissionné de la station et est remplacé par Alexandre Delpérier qui anime aussi RMC Info Sport le vendredi de 18h à 21h tandis que François Pesenti et Christophe Cessieux s'occupent désormais de RMC Info Sport du lundi au jeudi de 18h à 21h.

En avril 2002, l'ancien pilote de Formule 1 Patrick Tambay rejoint RMC Info pour commenter les épreuves de F1 avec Alexandre Delpérier[19]. La station est devenue l'unique détenteur des droits de retransmission du Championnat du monde de Formule 1[20].

La station retransmet la quasi-totalité des rencontres de la coupe du monde de football 2002 avec Jean-Michel Larqué comme consultant[21]. Bernard Lama et Denis Balbir sont également de la partie. Pendant la même période, RMC Info engage la joueuse de tennis Sarah Pitkowski pour suivre les Internationaux de France de tennis 2002.

Du 6 au 28 juillet, RMC Info retransmet en direct le Tour de France. La radio souligne que cette retransmission vise à conforter sa position de « première radio sur le sport », avec le championnat du monde de Formule 1 et après la coupe du monde de football 2002[20]. Dans RMC Info Sport, Yann Lavoix propose des invités, des reportages et commentaires sur l'étape entamée[22].

Version 3 : septembre 2002 à août 2004[modifier | modifier le code]

À la rentrée 2002, Alain Weill organise le positionnement de la station autour de trois piliers : infos, talk-shows et sports, inspirés des radios « talk » américaines.

De nombreuses émissions changent de nom : la matinale de Jean-Jacques Bourdin devient Bourdin & Co, les émissions de Christian Spitz et de Brigitte Lahaie deviennent respectivement Christian Psy Show et Lahaie, l'Amour et Vous.

L'ancien animateur phare de Tout est possible sur TF1 Jean-Marc Morandini rejoint RMC Info pour présenter une émission sur la télévision de 12h à 14h[23]. Les journalistes Alain Marschall et Olivier Truchot prennent les commandes de RMC Info Controverses de 16h à 18h suite au départ de Sylvain Attal. La matinale de Jean-Jacques Bourdin gagne une heure en commençant à 6h et Philippe Dufreigne anime la pré-matinale de 5h à 6h.

Alexandre Delpérier, Guy Kédia et Sarah Pitkowski sont à la tête de DKP (initiales de Delpérier, Kédia, Pitkowski) un talk show alliant sport et humour chaque soir de la semaine, de 21h à 23h. Précédé de RMC Sport entre 18h et 21h présenté par François Pesenti et Christophe Cessieux. Le dimanche matin de 10h à 12h, Jean-Michel Larqué devient animateur de Larqué Foot avec Jean Rességuié[24] suivi de Jean-Luc Roy avec Motors émission consacrée aux sports mécaniques chaque dimanche de midi à 14h.

Le week-end, François Sorel anime les matinales de 6h à 10h consacrées aux loisirs, Votre jardin (samedi 6h-8h) avec Patrick Mioulane, Votre maison (samedi 8h-10h) avec Christian Pessey, Vos animaux (dimanche 6h-8h) avec Laetitia Barlerin et Votre auto (dimanche 8h-10h) avec Gérard Cayeux. François Sorel continue toujours à animer De quoi j'me mail, désormais chaque samedi de 12h à 14h. Jean-François Maurel anime les après-midi sports (Intégrale Sport) de 14h à 18h, puis Gilbert Brisbois anime les soirées foot (Intégrale Foot) de 18h à 23h.

En 2003, la station, déficitaire depuis vingt ans, renoue pour la première fois avec les bénéfices. Ce montant s'élève à 1 000 000 €[25].

En juillet 2003, Jean-Marc Morandini est licencié suite à une interview parue dans Le Parisien, dans laquelle il critiquait sévèrement la politique menée par les dirigeants de NextRadioTV, les qualifiant de « financiers » et non de « journalistes »[26]. Il est remplacé par l'animatrice de C'est mon choix sur France 3 Évelyne Thomas qui anime On l'a vu à la télé de 10h à 12h (rediffusion samedi 10h-12h) tandis que le Christian Psy Show passe de 12h à 14h. Alain Marschall et Olivier Truchot ont rebaptisé leur émission anti-langue-de-bois (ex-Controverses) On nous la fait pas[27].

L'ancien footballeur international et entraîneur Luis Fernandez rejoint RMC pour animer du lundi au jeudi, de 18h à 19h, Luis Attaque, avec François Pesenti et Christophe Cessieux qui animent toujours RMC Sport entre 19h et 20h30[28].

DKP gagne une demi-heure et commence à 20h30 et Larqué Foot remplace Luis Attaque le vendredi de 18h à 19h.

Version 4 : depuis septembre 2004[modifier | modifier le code]

Évelyne Thomas et Christian Spitz quittent RMC et leurs émissions sont supprimées[29].

Bourdin & Co passe de 6h-10h à 7h-11h. La tranche 11h-14h est confiée au duo Marschall-Truchot entouré de Grandes Gueules issus de la société civile. Guillaume Cahour, transfuge d'Europe 1, rejoint RMC pour animer le 5/7[30].

À partir de 16h, la grille est consacrée aux sports avec DKP jusqu'à 18h animée par Alexandre Delpérier, Guy Kédia et désormais Frédérique Bangué suivi de Luis Attaque qui gagne une demi-heure, Jean Rességuié remplace le duo Pesenti-Cessieux[31]. Le journaliste de France 2 Yann Lavoix rejoint RMC et est aux commandes de Lavoix des Sports du lundi au vendredi, de 19h30 à 21h et d'À vos marques chaque samedi matin avec Sarah Pitkowski de 10h à 12h[32]. Tony Parker devient animateur du Tony Parker Show émission hebdomadaire chaque jeudi de 22h à 23h avec Pierre Dorian et François Giuseppi[33].

En 2005, avec l'arrivée de la TNT en France, Alain Weill manifeste son désir de créer une chaîne d'information sportive RMC Sports mais le projet n'est pas retenu par le CSA. Le groupe NextRadioTV propose alors un autre projet de chaîne d'information en continu à vocation économique, BFM TV, qui est retenu par le CSA.

En août 2005, l'entraîneur de football Rolland Courbis devient animateur d'une émission éponyme Coach Courbis[34], avec Yann Lavoix, qui anime aussi Global Sports[35]. Le vendredi l'ancien rugbyman Vincent Moscato remplace Rolland Courbis pour animer Viril mais Correct une émission consacrée au rugby avec François Pesenti et Jacques Verdier du Midi olympique.

Le 4 avril 2006, RMC lance l'émission After Foot animée par Gilbert Brisbois. L'objectif est de débriefer et disséquer à chaud jusqu'à minuit les rencontres de la soirée[36].

Rentrées 2006 et 2007[modifier | modifier le code]

RMC renforce ses programmes en matière de sports et de politique fidèle au « triptyque » d'Alain Weill : « interactivité, personnalités et opinion ». RMC reconduira donc toute sa grille en la renforçant. Pour la présidentielle, Alba Ventura (en provenance d'Europe 1) rejoint ainsi la station[37].

Côté sports, les principales arrivées sont celles du sélectionneur du XV de France Bernard Laporte qui anime Direct Laporte avec François Pesenti chaque vendredi (18h-19h30)[38], de l'entraîneur de la Juventus Didier Deschamps intervenant dans Luis Attaque chaque lundi et du milieu du FC Barcelone Ludovic Giuly intervenant chaque jeudi dans Luis Attaque[37]. Entre 16h et 18h, DKP accueille une nouvelle venue en la personne d'Alessandra Bianchi. Elle viendra donc compléter le duo que forme Alexandre Delperier avec Guy Kédia. Le sport est diffusé jusqu'à minuit sur RMC avec la conservation de L'After Foot après les matchs de football et avec la nouvelle libre antenne de sport Radio Moscato animée par Vincent Moscato les soirs sans matchs de 22h à minuit précédée de Coach Courbis de 20h à 22h avec Rolland Courbis et désormais Jean Rességuié qui est remplacé par Florian Genton à la tête de Luis Attaque[39].

En décembre 2006, RMC cesse de partager son antenne avec les programmes de Trans World Radio, qui étaient diffusés à 5h30 chaque jour. Le seul programme religieux qui subsiste est l'émission du père Keppel, diffusée en FM après minuit dans la nuit du samedi au dimanche.

Lors de l'élection présidentielle de 2007, Jean-Jacques Bourdin a invité tous les candidats pour un « entretien d'embauche pour devenir Président » et les confronte au manifeste réalisé par la station dans le cadre de son interview matinale Bourdin 2007 diffusé en simultané sur BFM TV. Lors des deux tours de ce scrutin, les dimanches 22 avril et 6 mai, RMC réalise 30 heures de programme toujours animée par Jean-Jacques Bourdin qui propose les réactions des principaux hommes politiques et des électeurs[40].

En août 2007, Romain Desarbres anime la pré-matinale RMC Première qui remplace Le 5/7 de Guillaume Cahour[41]. DKP est supprimée au profit de Luis Attaque de 16h à 18h[42]. Vincent Moscato s'occupe de la case 18h-20h pour le Moscato Show[43] et Alexandre Delpérier anime l'After Foot de 22h à 0h avec Daniel Riolo[44]. Les émissions de Bernard Laporte et Tony Parker sont supprimées de la grille des programmes de RMC.

Rentrée 2008[modifier | modifier le code]

Erik Izraelewicz nouveau directeur général du quotidien La Tribune quitte Europe 1 pour RMC et devient le spécialiste économie de RMC dans la matinale Bourdin & Co[45]. Eve Pellizzoni puis Fabien Crombé remplacent Romain Desarbres à la tête de RMC Première.

Côté sport, le dispositif de RMC connaît quelques bouleversements avec les départs de Florian Genton pour Orange sport[46] et d'Alexandre Delpérier pour Europe 1[47]. Florian Genton qui coanimait Luis Attaque est remplacé par Karim Bennani[48], Genton animait aussi le multiplex de Ligue 1 et est remplacé par Fabien Lefort, Alexandre Delpérier qui animait l'After Foot est remplacé par Gilbert Brisbois, il commentait aussi les Grands Prix de Formule 1 aujourd'hui c'est Jean-Luc Roy.

En décembre 2008, Christophe Jakubyszyn, journaliste politique au quotidien Le Monde, devient directeur de la rédaction de RMC à la place de François Pesenti, qui s'occupe désormais de l'agence RMC Sport. Il présente aussi du lundi au vendredi à 7h25, Les Coulisses de la politique et remplace Alba Ventura parti sur RTL[49].

Depuis avril 2009, une émission de paris sportifs Les Paris RMC remplace À vos marques qui passe de 12h à 14h. L'émission De quoi j'me mail est désormais diffusée en Podcast[50].

Rentrées 2009 et 2010[modifier | modifier le code]

Sportisimon animée par Serge Simon est la nouveauté de cette saison[51]. Le 30 janvier 2010, RMC se lance dans le sport hippique avec un partenariat avec le PMU et une émission (Les Courses RMC)[52].

À la rentrée 2010, Jean-Jacques Bourdin prend l'antenne de 6 heures à 10 heures, les Grandes Gueules officient désormais de 10 heures à 13 heures[53] et laissent la place à Carrément Brunet entre 13 heures et 14 heures, animée par le polémiste de droite Éric Brunet (Le Grand Show de l'Info de Christophe Jakubyzsyn entre septembre et novembre)[54]. Guillaume Cahour habituel joker de Jean-Jacques Bourdin quitte RMC et retourne sur Europe 1[55] et François Lenglet devient le spécialiste économie à la place d'Erik Izraelewicz qui quitte La Tribune et RMC[56].

Florian Genton reprend la présentation de Luis Attaque[57] avec deux arrivants : Ali Benarbia[58] et Olivier Dacourt[59]. L'émission Direct Laporte a repris du 10 janvier 2011 au 27 juin 2011[60].

Rentrées 2011 et 2012[modifier | modifier le code]
L'émission l'After Foot le 19 juin 2013 à Toulouse.

La saison 2011-2012 de RMC est marquée par l'élection présidentielle de 2012 et les élections législatives, ainsi que l'élection présidentielle américaine. Bourdin 2012 commence à 4h30, avec RMC Première jusqu'à 6h, animé par Charles Magnien et Matthieu Belliard qui remplacent Fabien Crombé[61]. Jean-Jacques Bourdin poursuit son interview politique du matin entre 8h30 et 9h. C'est sur cette même tranche qu'il reprend ses entretiens d'embauche avec les différents candidats à l'Élysée. Durant la huitième saison des Grandes Gueules, Alain Marschall et Olivier Truchot ont reçu des députés et des sénateurs pour tenir leur conseil des Grandes Gueules[62]. Le 22 février 2012, RMC lance l'Intégrale Présidentielle et un site d'opinions.

En ce qui concerne les nouvelles recrues de cette année, Grégory Coupet devient chroniqueur dans le carré magique de Luis Attaque[63]. Sébastien Chabal et Nikola Karabatic deviennent chroniqueur dans le Moscato Show[64],[65] et Tony Parker redevient consultant[66]. En mars 2012, le pilote de Formule 1 Romain Grosjean rejoint RMC.

En juin 2012, Daniel Riolo de l'After Foot devient animateur, avec Hugues Obry et Antonin Teisseire, d'une émission de poker qui s'intitule Docteur Poker chaque vendredi de 0h à 1h[67].

Depuis la rentrée 2012, une déclinaison sportive des Grandes Gueules animée par Gilbert Brisbois et Serge Simon remplace les émissions Larqué Foot Dimanche, SportiSimon et Les Paris RMC[68]. Le journaliste économique François Lenglet, devenu rédacteur en chef du service France sur France 2[69] est remplacé par Nicolas Doze[70].

Luis Fernandez qui entame sa 10e saison de Luis Attaque n'anime plus son émission avec Florian Genton, parti sur beIN Sport, mais avec Christophe Paillet[71]. Jean Rességuié prend les rennes de l'Intégrale Foot du mardi au dimanche à 20h avec Jean-Michel Larqué, Rolland Courbis ou Ali Benarbia, il est remplacé par Jean-François Pérès quand il n'y a de matchs. Ce dernier anime aussi l'émission After Foot du vendredi au dimanche.

En octobre, le directeur de la rédaction de RMC Christophe Jakubyszyn annonce qu'il quitte la station pour devenir directeur adjoint, chargé du service politique de TF1[72]. Il est remplacé par Jean-François Achilli (ex-France Inter)[73].

Rentrée 2013[modifier | modifier le code]

Le directeur de la rédaction et éditorialiste politique Jean-François Achilli est remercié en juillet 2013 par Alain Weill patron du groupe NextRadioTV en raison des tensions entre Jean-Jacques Bourdin et lui, à la suite de l'interview exclusive de Jérôme Cahuzac[74]. Il est remplacé par son ancien adjoint Nicolas Grébert et Véronique Jacquier le remplace pour la chronique Les coulisses de la politique dans Bourdin and Co[75]. Jean-Marc Daniel rejoint aussi la matinale de Jean-Jacques Bourdin pour Les coulisses de l'économie.

La saison 2013-2014 de RMC est marquée par deux événements sportifs, les Jeux olympiques d'hiver à Sotchi en Russie et la Coupe du monde de football au Brésil. Pour cela, RMC a recruté Edgar Grospiron et Vincent Jay pour le premier événement, Juninho et Frank Lebœuf pour le second. Ces derniers sont chaque jeudi de 16h à 16h45 dans Luis Attaque avec Luis Fernandez et Pierre Dorian, nouveau co-animateur (et toujours co-animateur du Moscato Show). Ali Benarbia et Grégory Coupet sont désormais chroniqueurs dans Luis Attaque tous les mardis de 16h à 16h45, ils interviennent aussi dans l'Intégrale Foot avec Jean-Louis Tourre (transfuge de RTL) les soirs sans matchs[76]. Lors de cette rentrée, Carine Galli devient animatrice de l'émission After Foot du vendredi au dimanche.

Rentrée 2014[modifier | modifier le code]

Les après-midi sports de RMC sont remaniées, le Moscato Show devient le Super Moscato Show et est désormais programmé de 16h à 19h. Tandis que Luis Fernandez continue son émission Luis Attaque du lundi au jeudi mais de 19h à 20h30 et accompagné de Gilbert Brisbois. Daniel Riolo intervient dans Luis Attaque le lundi pour un débat face à Luis, Julien Cazarre rejoint l'émission quotidiennement. Frank Lebœuf et Juninho sont respectivement présents dans l'émission chaque mercredi et chaque jeudi de 19h à 20h. Larqué Foot est désormais programmé le vendredi de 19h à 20h30 et le samedi et dimanche de 18h à 20h.

Éric Brunet et Laurent Neumann rejoignent la matinale de Jean-Jacques Bourdin, Bourdin and Co, pour proposer un duel de polémistes, rendez vous d’opinion du lundi au vendredi à 7h50. Éric Brunet continue Carrément Brunet de 13h à 14h.

Controverses et positionnement[modifier | modifier le code]

Mises en gardes et mises en demeures du CSA[modifier | modifier le code]

La radio a été mise en demeure ou en garde par le CSA à plusieurs reprises [77].

Le 4 mars 2008, le CSA a mis en demeure RMC, suite aux propos diffusés le 29 novembre 2007 dans l'émission Les Grandes Gueules mettant en cause la communauté asiatique, de respecter la loi qui interdit la diffusion de propos pouvant inciter à la haine pour raisons de race[78]. Le CSA a adressé deux mises en demeure et une mise en garde à RMC, après la diffusion de propos « susceptibles d'encourager des comportements discriminatoires » ou qui « portaient atteinte à la dignité de la personne humaine. » Ces propos ont été tenus dans Carrément Brunet.

Une mise en demeure a ainsi été adressée par le CSA après la diffusion, le 30 août 2011, de propos « susceptibles d'encourager des comportements discriminatoires en raison de l'appartenance à une ethnie ou à une nation. » Une pratique en contradiction avec les stipulations de l'article 2-4 de la convention de la station. L'émission d'Éric Brunet a écopé d'une seconde mise en garde après la diffusion, le 19 septembre 2011, de propos évoquant « une personne impliquée dans une procédure judiciaire ont été tenus à l'antenne », ce qui est en contradiction avec les stipulations de l'article 2-5 de la convention de la station, précise le CSA. Enfin, le conseil a adressé une mise en garde après la diffusion le 5 septembre 2011 de propos « qui portaient atteinte à la dignité de la personne humaine ont été tenus à l'antenne, sans intervention modératrice du journaliste. » Une pratique en contradiction avec les stipulations de l'article 2-6 de la convention de la station, a indiqué le CSA[79].

Le 2 décembre 2011, le CSA met en garde la radio pour l'émission Moscato Show accusée d'une « certaine complaisance à l’égard des auteurs présumés » d'agression sexuelle, en l’occurrence des joueurs de l'équipe d'Angleterre de Rugby[80].

Enfin, en janvier 2013, Sophie de Menthon et Franck Tanguy ont des propos polémiques concernant l'affaire Dominique Strauss-Kahn. D'abord la chef d'entreprise indique que le viol de Nafissatou Diallo était ce qu'il « lui était arrivé de mieux » et elle est sûre qu'il y a « des femmes dans la rue, qui ont pensé ça, en se disant j'aimerais moi être femme de chambre dans un hôtel et que ça m'arrive », puis le conseiller en investissement financier poursuivra en disant que la femme de chambre vivait « conte de fée » avant de déclarer : « C'est un tromblon. Elle n'a rien pour elle. Elle ne sait pas lire, pas écrire, elle est moche comme un cul et elle gagne 1,5 million. C'est extraordinaire cette histoire ! »[81],[82]. Des excuses ont été données quatre jours après[83],[84]. Cependant, le CSA met en demeure la station, pour « propos injurieux, misogynes, attentatoires à la dignité de la personne et à connotation raciste » [85]

Positionnement[modifier | modifier le code]

L'association de critiques des médias Acrimed constate un choix éditorial favorables aux hommes. Une très large majorité des auditeurs intervenants dans l'émission du matin Bourdin and Co sont des hommes, tandis qu'une seule femme possède une émission en semaine. Ce choix est assumé par la direction de la station, indiquant que les hommes « adorent disséquer l'info », tandis que les femmes « écoutent l'info puis s'occupent de leur famille et leur enfants ». Le propriétaire de la radio indique lui que cette cible est visée à des fins économiques pour les annonceurs[86].

En décembre 2012, Acrimed publie un article dans lequel elle relève entre autres que « Ce contraste entre la place accordée aux « petits patrons » et à leur salariés n’est finalement pas si surprenant que cela, RMC ayant fait des premiers une cible éditoriale et commerciale prioritaire. Elle crée néanmoins une distorsion notable : la caisse de résonance qui leur est ainsi offerte favorise leur vision de la société mais aussi leurs intérêts, au détriment de ceux des salariés. »[87].

En septembre 2014, l'imitateur Nicolas Canteloup, imite Jean-Jacques Bourdin et plaisante en disant qu'RMC signifie "Radio Marine Championne - Télé Bière Foot" et considère RMC comme une radio de beaufs située à l'extrême-droite. Jean-Jacques Bourdin, pourtant accusé par une auditrice d'être trop incisif face au numéro 2 du Front national, répondra violemment à cette pique[88].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Logos[modifier | modifier le code]

Slogans[modifier | modifier le code]

  • Du soleil, comme s'il en pleuvait (années 1970)
  • Plus près, plus chaud (années 1980)
  • La station des stations (1984)
  • Écoutez la radio qui vous écoute (1985)
  • On est fait pour s'entendre (1986)
  • On est fait pour être ensemble (1986)
  • On a tout à gagner à écouter RMC (1987)
  • Le don du soleil (1989)
  • La vie à 100 % (1992)
  • La vie du bon côté (1994)
  • La valeur sud (1996)
  • Changez d'air ! (1999)
  • Info, talk, sport (2001)
  • Maintenant, c'est là que ça se passe ! (2005)
  • Votre radio d'opinions (depuis 2011)

Organisation[modifier | modifier le code]

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Présidents :

Vice-présidents et Administrateurs délégués :

Directeurs Généraux :

  • Charles Morice : 03/1944 - 24/08/1944
  • Robert Schick : 23/07/1945 - 13/04/1962
  • Jean-Roger Gondre : 13/04/1962 - 27/12/1963
  • Jean Béliard : 01/01/1964 - 1966
  • Jacques Maziol : 1966-1973
  • Henri Dolbois : 1973 - 09/1977
  • Michel Bassi : 09/1977 - 1981
  • Jean-Claude Héberlé : 1981-1984
  • Gérard Unger : 07/1984 - 01/1985
  • Jean-Pierre Hoss : 01/1985-1986
  • Pierrick Borvo : 1986-1988
  • Hervé Bourges : 1989-1991
  • Jean-Noël Tassez : 1991 - 29/03/1996
  • Georges Vanderschmidt : 1996 - 29/03/1998
  • Jean-Marie Ferrand : 1998 - 17/02/2000
  • Frédéric Courtine : 18/02/2000 - 2001
  • Marc Laufer : 2001 - 27/07/2006
  • Frank Lanoux : depuis le 27 juillet 2006

Directeurs des programmes :

Directeurs de la Rédaction :

Directeurs des sports :

Capital[modifier | modifier le code]

RMC est éditée par la société anonyme de droit monégasque Radio Monte-Carlo, au capital social de 2.287 500 euros, immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Monaco sous le numéro 56 S 00509[89] et au registre du commerce et des sociétés de Paris sous le numéro 788 185 288. Cette société est titulaire de la concession de service public de l'État monégasque pour émettre sur plusieurs fréquences de radio et a également obtenu l'autorisation de re-émettre en France.

De 1943 à 1945, Radio Monte-Carlo était contrôlée à 50 % par la SOFIRA (Société Financière de Radio), chargée de contrôler pour le compte de l'État français (Vichy) des radios privées et représentée par Jacques Trémoulet, à 25 % par Interradio (Deutsche Auslands Rundfunk Gesellschaft Interradio), l'organisme nazi chargé de contrôler les radios à l'extérieur du Reich et dirigé par Léo Eigner, et à 25 % par l'Ente Italiano Audizioni Radiofoniche (société nationale italienne).

À la Libération de 1945, les parts allemandes et italiennes du capital de Radio Monte-Carlo sont reprises par la Sofirad qui contrôle 83,33 % du capital et par la Trésorerie générale de la Principauté de Monaco qui prend 16,67 % des parts. En 1998, la Sofirad vend ses parts à la holding Sud Communication, filiale des Laboratoires Pierre Fabre et de NRJ Group, qui les cède le 5 juillet 2000 à NRJ Group. Pour ne pas être en infraction, NRJ Group renonce à cette acquisition le 13 novembre 2000.

En novembre 2000, RMC est détenue à 83,33 % par le groupe NextRadioTV et à 16,67 % par la Principauté de Monaco. Depuis, la principauté a diminué sa participation jusqu'à 4,66 % qu'elle échange en janvier 2013 contre 1,77 % de NextRadioTV[90].

Depuis janvier 2013, NextRadioTV détient 99,9 % de RMC, la Principauté de Monaco conserve 0,1 % du capital, auxquels s'ajoutent les 3 % de NextRadioTV qu'elle détient[91].

Sièges[modifier | modifier le code]

Les premiers studios de Radio Monte-Carlo sont installés dans le Sporting d'hiver de Monte-Carlo. La radio s'installe en 1946 dans un ancien palace de la principauté, l'hôtel Prince de Galles, situé au 16 boulevard Princesse Charlotte à Monte-Carlo. RMC vend cet immeuble en 1993 à la Principauté pour 385 millions de francs, ce qui lui permet d’éponger une partie de ses déficits mais, en contre partie, elle devient locataire de l’immeuble qui lui appartenait. En 2001, la radio abandonne son siège historique voué à la démolition[92] et déménage son siège social dans des locaux plus modernes situés au 10/12 Quai Antoine Ier au bord du port de Monaco.

La station ouvre des studios à Paris dans les années 1960 au 8 rue Magellan, puis au 46 avenue Kléber en 1986 qu'elle quitte en 2002 pour rejoindre les locaux plus spacieux (1 100 m2) de NextRadioTV situés au 12 rue d'Oradour-sur-Glane dans le quinzième arrondissement de Paris, au sixième étage d'un immeuble de verre bordant le périphérique parisien et qui abrite aujourd'hui les studios de la station, l'agence RMC Sport ainsi que BFM Business et BFM TV.

Émissions de RMC[modifier | modifier le code]

Années 1960[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]

  • Quitte ou double (Zappy Max)
  • Cherchez le disque (Jean-Pierre Foucault, José Sacré, Sylvie puis Max Lafontaine)
  • Le journal (Jean-Pierre Defrain, Jean Amadou)
  • L'invité du jour (Jean-Louis Filc)
  • Taxi (Frank Lipsik)
  • Nouvelles et musique
  • Hit-Parade (Jean Meledo puis Patrick Roy)
  • Multitop Nuggets-RMC-La Cinq (Childeric Muller)
  • Hit RMC des FM (Yves Carra)
  • Le monde du jazz (Michel Pacaud)
  • Panorama musique (Liliane Rose)
  • Flashback (Pierre Weill)
  • Vie Privée (Frédéric Gérard, Docteur Renaud)
  • Les Matinales (Jean-Pierre Foucault, Léon)
  • Le Carloto (Frédéric Gérard, Philippe Clay)
  • Le programme à la lettre (Jean-Pierre Foucault, Léon)
  • L'incroyable vérité (Benoit Alemane)
  • RMC Midi (Bernard Spindler)
  • RMC-Evasion (Jean-Louis Filc)
  • A notre âge… à l'heure qu'il est (Marc Toesca, Christian Borde)
  • Les plus belles chansons du monde (Billie puis Carole Chabrier)
  • Les millionnaires (Jean Meledo puis Frédéric Gérard)
  • De la cave au grenier (Paule, François)
  • Le magazine du disque (Michel Pacaud)
  • Spécial Tiercé et triplets (Bernard Campaux)
  • Hôtel de Paris (Jacques Paoli)
  • Disco-Club (Michel Cotet)
  • Hit des Clubs (Gabriel Boudana)
  • Ça baigne (Childéric Muller, Valérie Payet)
  • 11h chez vous (Christian Morin)
  • L'accent tonic (Franck Fernandel)
  • Les meilleurs des meilleurs (Michel Denisot)
  • Chansons-passions (Jean Meledo)
  • Passé-Présent (Dany puis Patrick Roy)
  • Plein Jazz (Gérard Renouf)
  • J'ai retrouvé votre oncle d'Amérique (Jean-Pierre Foucault)
  • Musique Classique (Liliane Rose)
  • En direct dans les régions (Marie-Christiane Courtioux)
  • Service et centres d'intérêt (Marc Toesca)
  • Un regard différent (Dominique Guihot)
  • Méridienne (Nicole Cimadore)
  • Carnet de Bal (Frédéric Gérard)
  • Communication (Nicole Cimadore)
  • Vous avez dit divers ? (Pierre Dumayet)
  • La tauromachie (Pierre Cordelier)
  • Insolite (Michel Pacaud)
  • Le million (José Sacré)
  • Le magazine du disque (Michel Pacaud)
  • Si c'est pour la culture, on a déjà donné (Pierre Desproges, Valérie Mairesse)
  • La bonne addition du dimanche (Carole Chabrier)
  • La fabuleuse histoire (Dick Rivers)
  • La grille musicale (Pauline Sulak)
  • Les meilleurs (Michel Denisot)
  • Boîte à rythmes (Sylvie Poinsot)
  • Radio Music Circus (Michel Denisot)
  • L'accent tonic (Franck Fernandel)
  • Bachi-Bouzouk (Childéric Muller)
  • La Politique autrement (Yves Mourousi)

Années 1990[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

Années 2010[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Personnalités de RMC[modifier | modifier le code]

Années 1950[modifier | modifier le code]

Années 1960[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]

Années 1990[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

Années 2010[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Animateurs[modifier | modifier le code]

Éditorialistes[modifier | modifier le code]

Chroniqueurs « loisirs »[modifier | modifier le code]

Chroniqueurs « Grandes Gueules »[modifier | modifier le code]

Consultants sportifs[modifier | modifier le code]

Reporters et commentateurs sportifs[modifier | modifier le code]

Commentateurs courses hippiques[modifier | modifier le code]

Chroniqueurs sportifs[modifier | modifier le code]

Reporters/présentateurs de journaux[modifier | modifier le code]

  • Claire Andrieux
  • Pauline Baduel
  • Rémy Barret
  • Barthelemy Bolo
  • Adrien Borne
  • Claire Checcaglini
  • Marie Dupin
  • Jean-Baptiste Durand
  • Marine Machefer
  • Aurélia Manoli
  • Nicolas Marsan
  • Céline Martelet
  • Pierre Rigo
  • Annabel Roger
  • Laurent Saigre
  • Benjamin Smadja
  • Véronique Verdin
  • Jamila Zeghoudi

Présentateurs météo/trafic[modifier | modifier le code]

  • Yasmina Adila
  • Yasmina Benbekaï
  • Géraldine de Mori
  • Loïc Rivières

Remplaçants[modifier | modifier le code]

Diffusion[modifier | modifier le code]

Les grandes ondes[modifier | modifier le code]

RMC est diffusée depuis l'été 1965 en grandes ondes (GO) sur 216 kHz, de 6 h à 1 heure depuis l'émetteur de la Madone puis depuis septembre 1974 de 5 heures du matin à minuit par l'émetteur de Roumoules avec une puissance pouvant aller jusqu'à 2400 kW, ramenée depuis 2008 à 1500 kW de 6 h à 20 heures et à 900 kW en dehors de cette tranche horaire, compte tenu de la forte progression de sa couverture FM au nord de la Loire.

RMC peut être captée en grandes ondes au sud d'une ligne Nantes-Dijon, en Italie, en Espagne et dans une grande partie du bassin méditerranéen jusqu’aux pays du Maghreb.

La FM[modifier | modifier le code]

RMC souffre d'un déficit de fréquences FM (en cours de rattrapage) par rapport à RTL et Europe 1 qui bénéficient d'une couverture FM quasiment nationale. 18 agglomérations comptant plus de 100 000 habitants dont celles de Strasbourg, Angers, Arras, Calais, Cambrai, Caen, Colmar, Besançon, Valenciennes ou Metz ainsi que le département de la Meuse ne reçoivent toujours pas RMC en FM.

Autres moyens de diffusion[modifier | modifier le code]

RMC est diffusée en clair sur le bouquet radio de Canalsat, sur le bouquet radio des câblo-opérateurs Monaco Télécom et Numéricable ainsi que sur ceux des opérateurs ADSL Freebox TV et le Bouquet TV de SFR.

Le site internet de la radio permet son écoute en streaming (en direct) et propose de nombreux podcasts gratuits. RMC est aussi disponible sur la plupart des postes de radio Internet en streaming.

Adaptations télévisuelles[modifier | modifier le code]

Certaines des émissions de la station ont également bénéficié d'une adaptation à la télévision :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Les fréquences » sur le site officiel de RMC
  2. RMC : "Encore un nouveau record" Ozap.com
  3. Eldoradio, mars 1942
  4. Eldoradio, mars 1944
  5. RMC: échec de la troisième tentative de privatisation, Les Échos n° 17086 du 14 février 1996
  6. http://www.dailymotion.com/video/xa186y_spectacle-patrick-sebastien-avec-tf_shortfilms
  7. Le groupe NRJ rachète RMC, Les Échos n° 18188 du 6 juillet 2000
  8. « Historique du groupe », sur le site du groupe NextRadioTV (consulté le 14 octobre 2012).
  9. « Agrément du CSA à la reprise de RMC par Nextradio », sur le site du Conseil supérieur de l'audiovisuel,‎ 28 novembre 2000 (consulté le 14 octobre 2012).
  10. « 22 janvier 2001 : Alain Weill convertit RMC au « news & talk » », sur Le Transistor (Sources Le Monde, Midi Libre, Télérama) (consulté le 14 octobre 2012).
  11. « RMC - Le nouvel organigramme », sur RadioActu,‎ 08 janvier 2001 (consulté le 14 octobre 2012).
  12. « RMC - Présentation de la nouvelle grille », sur RadioActu,‎ 06 février 2001 (consulté le 14 octobre 2012).
  13. Valérie Expert et Sylvain Attal arrivent sur RMC Le Parisien
  14. Delpérier rebondit à la radio Le Parisien
  15. a, b, c, d et e « RMC Info - Information, proximité et interactivité », sur RadioActu,‎ 08 janvier 2001 (consulté le 14 octobre 2012).
  16. « L'ex-star du porno Brigitte Lahaie, reconvertie dans l'audiovisuel, présente depuis la mi-août une émission sur la sexualité sur RMC Info », sur Télé Satellite,‎ 23 août 2011 (consulté le 14 octobre 2012).
  17. a et b « Dispositif sportif RMC Info - Jean-Michel Larqué consultant football », sur RadioActu,‎ 08 octobre 2001 (consulté le 14 octobre 2012).
  18. RMC Info aménage ses matinales Le Parisien
  19. RMC Info - Patrick Tambay, consultant F1 pour RMC Info Lefilradio.fr
  20. a et b Alain Constant, « RMC Info force la porte des grands », sur Le Monde,‎ 27 mai 2002 (consulté le 13 octobre 2012).
  21. RMC Info - La Coupe du Monde sur tout le territoire radioactu.com
  22. RMC Info - Le Tour de France en intégralité radioactu.com
  23. RMC Info - Jean-Marc Morandini à la rentrée radioactu.com
  24. RMC Info : Jean-Michel Larqué le dimanche matin Le Fil Radio
  25. « Bénéfice pour RMC », sur PureMédias,‎ 1er décembre 2004 (consulté le 14 octobre 2012).
  26. RMC Info - Plainte contre Jean-Marc Morandini radioactu.com
  27. Evelyne Thomas arrive sur RMC Info sur le site internet du Parisien
  28. Évelyne Thomas, présentatrice de C'est mon choix sur France 3, et l'ancien joueur et entraîneur de football Luis Fernandez seront les deux nouvelles voix de la rentrée de RMC Info sur le site internet de Télé Satellite
  29. RMC : Tony Parker arrive, Evelyne Thomas et Christian Spitz s'en vont Stratégies.fr
  30. RMC - Information et sport pour la rentrée Radioactu.com
  31. RMC Info met des sportifs à l'antenne sur le site internet du Parisien
  32. RMC Info - Rentrée 2004 : sport et débat d'opinion Lefilradio.fr
  33. RMC Info a recruté pour la rentrée le basketteur français Tony Parker Télé Satellite
  34. RMC recrute Rolland Courbis Ozap.com
  35. La radio RMC, filiale de NextRadioTv, a présenté une grille 2005-2006 encore plus axée sur le sport Télé Satellite
  36. RMC Info - Un nouveau show sur les soirées de football Le Fil Radio
  37. a et b Rentrée : RMC reste fidèle à son format Ozap.com
  38. Bernard Laporte sur RMC tous les vendredis Ozap.com
  39. [Conférence de presse] La rentrée de RMC lezappingdupaf.com
  40. RMC - Dispositif spécial Présidentielles 2007 radioactu.com
  41. [1] Ozap.com
  42. RMC: Delpérier perd son émission quotidienne Jean-Marc Morandini
  43. Vincent Moscato prend les rênes du 18/20 d'RMC lezappingdupaf.com
  44. RMC : Alexandre Delpérier décroche les "Multiplex"
  45. Eric Izraelewicz quitte Europe 1 pour RMC Jean-Marc Morandini
  46. Florian Genton (2006 - 2008) Luis Attaque
  47. Alexandre Delpérier passe de RMC à Europe 1 Ozap.com
  48. RMC: Karim Bennani remplace Florian Genton Studec
  49. (fr) « Changements annoncés à RMC, BFM et BFM TV » sur le blog de Jean-Marc Morandini, 18 décembre 2008
  50. RMC lance son émission de paris sportifs Ozap.com
  51. RMC - La station continue à tracer sa "troisième voie" radioactu.com
  52. Julien Mielcarek, « RMC se lance dans les paris hippiques avec le PMU », sur Ozap.com,‎ 27 janvier 2010
  53. RMC: Jean Jacques Bourdin désormais dès 6h du mat ! Jean-Marc Morandini
  54. RMC modifie son 13h/14h dès aujourd'hui Ozap.com
  55. Guillaume Cahour quitte RMC et BFM TV pour Europe 1 Jean-Marc Morandini
  56. La Tribune : François Lenglet succède à Erik Izraelewicz Le Figaro
  57. (fr) Bertrand-Régis Louvet (Le Parisien), « Florian Genton revient dans Luis attaque sur RMC », sur brl-tv.blog.leparisien.fr,‎ 23 août 2010
  58. Luis : " Benarbia, ma nouvelle recrue !! " Luis Attaque
  59. (fr) Bertrand-Régis Louvet (Le Parisien), « Olivier Dacourt rejoint Luis Attaque sur RMC », sur brl-tv.blog.leparisien.fr,‎ 24 septembre 2010
  60. Bernard Laporte RMC : Direct Laporte dès le 10 janvier 2011
  61. (fr) « BFM construit sa tranche du week-end », sur Le Journal du dimanche,‎ 17 juillet 2011
  62. (fr) RMC met en garde les copieurs ! coulissesmédias
  63. Bertrand-Régis Louvet (Le Parisien), « Grégory Coupet devient consultant pour la radio RMC », sur brl-tv.blog.leparisien.fr,‎ 2 septembre 2011
  64. Sébastien Chabal rejoint la Dream Team Rugby du "Moscato Show" radioactu.com
  65. Nikola Karabatic Le blog du Moscato Show
  66. Bertrand-Régis Louvet (Le Parisien), « Le Tony Parker Show revient sur RMC le 10 octobre », sur brl-tv.blog.leparisien.fr,‎ 26 septembre 2011
  67. « Docteur Poker », le nouveau talk-show poker sur RMC Info sur livepoker.fr
  68. RMC lance « les Grandes Gueules… du sport » Le site En Pleine Lucarne
  69. France 2 : François Lenglet, nouveau rédacteur en chef du service France Le site du Monde
  70. Frank Lanoux : «RMC peut dépasser Europe 1» Le site du Figaro
  71. Bertrand-Régis Louvet (Le Parisien), « Christophe Paillet succèdera à Florian Genton et co-animera Luis attaque sur RMC », sur brl-tv.blog.leparisien.fr,‎ 15 mai 2012.
  72. EXCLUSIF : Christophe Jakubyszyn remplace François Bachy Le Point
  73. RMC - Jean-François Achilli quitte France Inter pour prendre la direction de la rédaction radioactu.com
  74. (fr) Jean-François Achilli limogé de RMC, victime de l'égo de Jean-Jacques Bourdin L'Express
  75. (fr) Nicolas Grébert est nommé directeur de la rédaction de RMC categorynet.com
  76. (fr) RMC fait sa rentrée avec Europe 1 dans le viseur Télérama
  77. À quoi sert RMC ? À quoi sert le CSA ? Michel Ducrot, Acrimed, 3 février 2013
  78. Propos sur la communauté asiatique : RMC mise en demeure Conseil supérieur de l'audiovisuel
  79. (fr) Émission "Carrément Brunet": Le CSA met en demeure RMC JeanMarcMorandini.com
  80. RMC mise en garde pour propos déplacés dans l’émission Moscato Show
  81. Sur RMC, Nafissatou Diallo ou « le conte de fée » d’une « mocheté » Rue89, 24 janvier 2013
  82. Dérapage sur RMC : le viol de Nafissatou Diallo comparé à un "conte de fées" PureMédias, 24 janvier 2013
  83. RMC s'excuse après un dérapage sur Nafissatou Diallo Puremedias, 25 janvier 2013
  84. « Le conte de fées » de la « mocheté » Nafissatou Diallo : les excuses de RMC Nolwenn Le Blevennec, Rue89, 25 janvier 2013
  85. Le CSA met RMC en demeure pour le « conte de fée » de Diallo Zineb Dryef, Rue89, 29 janvier 2013
  86. RMC : Où sont les femmes ? Blaise Magnin, Denis Perais, Acrimed, 16 janvier 2013
  87. RMC, taille (petit) patron Acrimed 04/12/2012
  88. http://www.huffingtonpost.fr/2014/09/10/bourdin-canteloup-video-colere-menace-sketch-imitation_n_5795634.html
  89. Registre du Commerce de la Principauté de Monaco
  90. http://www.boursier.com/actions/cours/nextradio-FR0010240994,FR.html
  91. « NextRadioTV: détient la quasi-totalité du capital de RMC » (consulté le 1 février 2013)
  92. RADIO MONTE-CARLO 16 Bd Princesse Charlotte, film réalisé avant la destruction des locaux de Radio Monte Carlo au 16 Bd Princesse Charlotte Monaco. 27 Media, 2004.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]