Hautes-Alpes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hautes-Alpes
Image illustrative de l'article Hautes-Alpes
Hautes-Alpes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Création du département 4 mars 1790
Chef-lieu
(Préfecture)
Gap
Sous-préfecture(s) Briançon
Président du
conseil général
Jean-Yves Dusserre (UMP)
Préfet Pierre Besnard
Code Insee 05
Code ISO 3166-2 FR-05
Code Eurostat NUTS-3 FR822
Démographie
Gentilé Haut-Alpins
Population 138 605 hab. (2011)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Superficie 5 549 km2
Subdivisions
Arrondissements 2
Circonscriptions législatives 2
Cantons 30
Intercommunalités 19
Communes 172

Les Hautes-Alpes (prononcé [o.(ə).zalp ]) sont un département français de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. L'Insee et la Poste lui attribuent le code 05.

Gentilé[modifier | modifier le code]

Les habitants des Hautes-Alpes sont les Haut-Alpins (ou Hauts-Alpins).

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire des Hautes-Alpes.

Les Hautes-Alpes sont l'un des 83 départements créés le 4 mars 1790, en application de la loi du 22 décembre 1789. Il fut constitué de la partie sud-est du Dauphiné à laquelle ont été rattachées quelques communes de la Provence en 1811.

À la création du département, les communes de La Grave et de Villar-d'Arêne (val de Romanche) réclamèrent leur rattachement aux Hautes-Alpes parce qu'elles espéraient bénéficier ainsi du statut avantageux des Escartons du Briançonnais.

Département et arrondissements :

  • 1790 (4 mars) : création du département des Hautes-Alpes (4 districts (Briançon, Embrun, Gap, Serres), 39 cantons), chef-lieu Chorges
  • 1790 : le chef-lieu du département est transféré de Chorges à Gap ;
  • 1800 (17 février) : création des arrondissements : Gap, Briançon, Embrun et nouveau découpage des cantons ;
  • 1926 (10 septembre) : suppression de l'arrondissement d'Embrun.

Limites départementales :

Principales modifications ayant affecté les communes :

voir article Anciennes communes des Hautes-Alpes.

Après la victoire des coalisés à la bataille de Waterloo (18 juin 1815), le département est occupé par les troupes autrichiennes et piémontaises de juin 1815 à novembre 1818 (voir occupation de la France à la fin du Premier Empire).

Le département des Hautes-Alpes est occupé par l’Italie fasciste de novembre 1942 à septembre 1943[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes des Hautes-Alpes

Les armes des Hautes-Alpes se blasonnent ainsi : « Parti, en 1 de gueules à la croix cléchée, vidée et pommetée de douze pièces d'or et en 2 d'or au dauphin d'azur crêté, barbé, loré, peautré et oreillé de gueules ; au chef d'azur semé de fleurs de lys d'or. »

Politique[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie des Hautes-Alpes.
Hautes-Alpes.jpeg

Les Hautes-Alpes sont un département situé dans les Alpes du Sud, encadré par les départements des Alpes-de-Haute-Provence, de la Drôme, de l'Isère et de la Savoie ainsi que par l'Italie.

Il ne comprend que cinq agglomérations qui peuvent être véritablement qualifiées de villes, Gap, Briançon, Embrun (autrefois sous-préfecture, jusqu'en 1926), Laragne et Veynes.

C'est un département très montagneux, le plus haut en moyenne en France (altitude moyenne la plus élevée, plus du tiers de la surface dépasse 2 000 m). Elle varie de 470 m sur la commune de Ribiers dans le Buëch à 4 102 m (Barre des Écrins). C'est aussi le département avec le réseau routier le plus élevé, avec une altitude moyenne de l'ordre de 1 000 m. On y trouve également la mairie la plus haute de France, Saint-Véran, village situé à 2 042 m d'altitude. Gap est la préfecture la plus élevée de France (740 m)[2] devant Mende en Lozère, et Briançon (1 326 m) l'une des villes les plus élevées de l’Union européenne.

Le département comprend de nombreux cours d'eau parmi lesquels la Durance, le Drac, le Buëch, la Clarée, le Guil, la Guisane, la Séveraisse, la Haute-Romanche. En outre, il possède un lac de 3 000 hectares, le lac de Serre-Ponçon avec une commune centrale : Savines-le-Lac.

Les Hautes-Alpes regroupent plusieurs régions naturelles : le Briançonnais, le Bochaine (ou le pays du Buëch), le Champsaur, le Dévoluy, l'Embrunais, le Gapençais, le Guillestrois, le Laragnais, le Queyras, le Serrois - Rosanais, le Veynois, le Valgaudemar et le Pays des Écrins.

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat des Hautes-Alpes.

Conséquence de l'influence méditerranéenne d'une part, et de la faible influence des précipitations océaniques d'autre part (les précipitations se déchargeant sur le massif des Écrins), le fort ensoleillement de 300 jours par an, qui vaut au département un tourisme d'hiver comme d'été.

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie des Hautes-Alpes.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Lac de Serre-Ponçon

Le tourisme est la principale activité du département. Selon les derniers chiffres communiqués par l’Observatoire du Tourisme (saison 2002-2003), la dépense touristique totale dans les Hautes-Alpes s’élèverait à 931 millions d’euros. Rapportée au chiffre d’affaires réalisé par les entreprises sur la même période (2 427 M€ sur la saison 2002-2003), cette dépense représenterait donc 38,4 %. La part de l’emploi salarié touristique est très importante puisque qu'elle représente plus de 15 % de l’emploi salarié total. La fréquentation se répartit l’hiver entre les stations de ski de moyenne et grande taille, telles que Serre Chevalier avec un domaine alpin de 250 km ou Vars, Risoul, Montgenèvre, Puy-Saint-Vincent, Orcières-Merlette, SuperDévoluy les Orres et La Joue du Loup, et beaucoup d'autres de taille plus modeste réduite à un ou plusieurs villages (Saint-Léger-les-Mélèzes, Céüze, Réallon, Ancelle, Saint-Michel-de-Chaillol et Laye), et l’été entre la fréquentation des cimes (randonnée pédestre ou équestre, alpinisme) et des rives du lac de Serre-Ponçon (toutes activités nautiques et aquatiques).

Le massif des Écrins, avec la vallée de Vallouise ou le Queyras, protégés par leur statut de parc national et de parc naturel régional, sont des sites privilégiés pour l'alpinisme et la randonnée de haute et moyenne montagne.

La Durance, ses principaux affluents et d'autres torrents offrent de nombreuses possibilités pour les amateurs de rafting ou de kayak.

Les communes de Tallard et Saint-Crépin avec leurs aérodromes attirent les pilotes de vol à voile ainsi que les parachutistes. On notera aussi que le site de Chabre, reconnu pour son aérologie exceptionnelle, a été sélectionné pour accueillir le 17e championnat du monde de deltaplane du 20 juin au 4 juillet 2009.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

On y trouve également quelques sites historiques comme les forteresses de Mont-Dauphin et Briançon, Fort Queyras, des sites archéologiques comme les mines d'argent du Vallon du Fournel[3] à l'Argentière-la-Bessée, des monuments historiques du Patrimoine religieux, comme l'Abbaye Notre-Dame de Boscodon du XIIe siècle ou bien encore le Prieuré de Saint-André-de-Rosans, plusieurs cathédrales dont la cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Arnoux de Gap et l'ancienne cathédrale Notre-Dame d'Embrun, des villages de montagne typiques comme Saint-Véran, Névache ou Dormillouse, hameau accessible seulement à pied dans la zone centrale du Parc national des Écrins.

Les résidences secondaires[modifier | modifier le code]

Répartition des résidences secondaires dans les Hautes Alpes en 2008

Selon le recensement général de la population, 46,1 % des logements disponibles dans le département sont des résidences secondaires.

Ce tableau indique les principales communes des Hautes-Alpes dont les résidences secondaires et occasionnelles dépassent 10 % des logements totaux.

Démographie[modifier | modifier le code]

Signalisation bilingue en occitan et en français à Gap (Hautes-Alpes).
Article détaillé : Démographie des Hautes-Alpes.

La population municipale légale des Hautes-Alpes s'élevait en 2011 à 138 605 habitants selon l'Insee[4]. Le département est ainsi l'un des plus faiblement peuplés de France.

Après avoir atteint un minimum dans les années 1950, la population s'accroît depuis lors régulièrement.

Cette croissance profite surtout à la commune de Gap, qui regroupe près de 30 % des habitants du département. Elle est également significative dans la plupart des communes de la vallée de la Durance et des deux Buëch.

Villes de plus de 3000 habitants des Hautes-Alpes :

Rang Nom de la commune Population municipale (2011)
1 Gap 40 654
2 Briançon 11 876
3 Embrun 6 155
4 Laragne-Montéglin 3 668
5 Veynes 3 187

Transports[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Aérodrome de Gap-Tallard.

Le département est desservi par les Transports Express Régionaux de la SNCF, notamment par trois lignes principales :

La SNCF assure une liaison quotidienne entre Paris et Briançon par Corail-Lunéa.

Il existe également des lignes de car régionales correspondant au LER. Digne-les-Bains - VeynesGap GrenobleGap MarseilleGapBriançon MarseilleGapBarcelonnette NiceDigne-les-Bains - Gap

Enfin, des lignes de car départementales fonctionnent. Elles relèvent du transport public.

Transport départemental
Historique 

Depuis le 1er septembre 2009, l'offre de transport départemental a été modifiée. Afin d'améliorer son fonctionnement, un appel d'offre fut lancé par le Conseil général des Hautes-Alpes, auquel les transporteurs locaux ont répondu sous la SAS Alpes Mobilité Transport. L'idée était de proposer une offre locale par des professionnels du transport. Chaque transporteur possède une part égale d'actions dans la SAS, dont la présidence est assurée par Vincent Jacob. Une centrale de réservation téléphonique, appelée « 05 Voyageurs », a été mise en place afin de renseigner les usagers sur le fonctionnement de ces lignes et assurer les relations avec les transporteurs. Le directeur est Cédric Bourne-Chastel. La centrale est accessible 7 jours sur 7, de 7 h à 19 h[5]. L’idée est de proposer une offre globale de transport en commun pour les hauts-alpins. À savoir, une offre domicile/travail, une offre accès aux services, une offre loisirs et une offre gare/lieux d’hébergements.

Missions de 05 voyageurs 

1) Auprès des usagers : Il s’agit avant tout de constituer une interface unique par son site et son centre d’appels. Cinq opératrices répondent tous les jours de 7 h à 19 h. Elles renseignent sur les horaires, les lignes, les coûts, le réseau de points de vente dans le département. Elles effectuent des réservations sur certains services (SRD), gèrent les réclamations… 2) Auprès des transporteurs : La gestion des titres de transport, c'est-à-dire de l’impression des titres, leur distribution jusqu’à la remontée des recettes de par les factures. Du matériel embarqué est en place dans les cars. Cette billetique entraîne des remontées vers l’exploitant et 05 Voyageurs. Cela permet d’obtenir des statistiques de fréquentation et à terme d’adapter les horaires à la demande. Il y a une interaction constante entre 05 Voyageurs et les transporteurs pour la mise en place des SRD et rendre un service de qualité aux usagers. 3) Auprès du Conseil Général : 05 Voyageurs participe à la définition de l’offre de transport de par sa relation directe avec les usagers, la production de données statistiques et les rencontres avec les acteurs du territoire. Chaque mois, il remonte les recettes au Conseil Général.

Lignes du réseau et transporteurs 
Secteur du Briançonnais
  • Ligne Briançon Montgenèvre Oulx.
  • Ligne Briançon Le Monêtier les Bains.
  • Ligne Briançon Névache Bardonecchia (Bardonecchia n'est desservi qu'en été).
  • Ligne Briançon L'Argentière Vallouise Pelvoux Puy St Vincent.
Secteur du Queyras
  • Ligne Montdauphin Guillestre Le Queyras : par Ville Vieille, Château Queyras, Arvieux, Molines, St Véran, Aiguilles, Abriès et Ristolas.
  • Ligne Montdauphin Guillestre Ceillac.
  • Ligne Montdauphin Guillestre Risoul.
  • Ligne Montdauphin Guillestre Vars.
Secteur de l'Embrunais
Secteur du Gapençais
de Veynes
Secteur du Dévoluy
Secteur du Laragnais
Secteur du Champsaur

Culture[modifier | modifier le code]

Le département des Hautes-Alpes s'illustre par la qualité et le nombre des peintures murales[6].

Article détaillé : Culture dans les Hautes-Alpes.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]