Petite France (Strasbourg)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Petite France.
Petite France
La Petite France
La Petite France
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Ville Strasbourg
Canton Canton de Strasbourg-1
Géographie
Coordonnées 48° 34′ 51″ N 7° 44′ 26″ E / 48.580923, 7.7406348° 34′ 51″ Nord 7° 44′ 26″ Est / 48.580923, 7.74063  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Strasbourg

Voir la carte administrative de Strasbourg
City locator 14.svg
Petite France

Géolocalisation sur la carte : Strasbourg

Voir la carte topographique de Strasbourg
City locator 14.svg
Petite France

La Petite France est un quartier historique de Strasbourg. Il est situé sur la Grande Île, qui est classée au Patrimoine mondial de l'Humanité par l'UNESCO depuis 1988.

Historique[modifier | modifier le code]

Le quartier tire son nom de l’hospice des vérolés, construit à la fin du XVe siècle pour accueillir les soldats revenant de la campagne d’Italie atteints de syphilis, appelée également le « mal français »[1]. La Petite France comportait de nombreuses tanneries et était de ce fait le « quartier des tanneurs » de Strasbourg.

Description[modifier | modifier le code]

Quartier pittoresque, très prisé par les touristes et comportant de nombreux restaurants, la Petite France est traversée par plusieurs canaux. Elle a conservée un grand nombre de maisons à colombages, dont la Maison des Tanneurs et la Maison Haderer.

La Petite France compte deux églises: l'Ancienne Église Saint-Martin, à coté du pont du même nom, qui accueille aujourd'hui le théâtre TJP et l'Église méthodiste de Sion sur la Place Benjamin Zix juste en face de la Maison des Tanneurs.

Les Anciennes Glacières de Strasbourg ont cessé leur activité en 1990. Elles abritent désormais un hôtel.

Les Ponts Couverts ferment le quartier à l'ouest.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Strasbourg insolite et secret, L. Maechel & T. Rieger, p. 74.

Autres projets[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]