Marne (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marne.
Marne
Bord de la Marne au niveau de Noisy-le-Grand.
Bord de la Marne au niveau de Noisy-le-Grand.
Localisation du cours de la Marne.
Localisation du cours de la Marne.
Caractéristiques
Longueur 514 km
Bassin 12 920 km2
Débit moyen 110 m3/s (Gournay-sur-Marne)
Régime pluvial océanique
Cours
Source Côte aux Clos, plateau de Langres
· Localisation Balesmes-sur-Marne, France
· Altitude 423 m
· Coordonnées 47° 49′ 07″ N 5° 20′ 59″ E / 47.8186, 5.3497 (Source - Marne)  
Confluence Seine
· Localisation Alfortville/Charenton-le-Pont, France
· Altitude 29 m
· Coordonnées 48° 49′ 01″ N 2° 24′ 34″ E / 48.8169, 2.4094 (Confluence - Marne)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Blaise, Petit Morin, Somme-Soude, Grand Morin
· Rive droite Rognon, Moivre,Saulx, Ourcq
Pays traversés Drapeau de la France France
Régions traversées Champagne-Ardenne, Picardie, Île-de-France

Sources : SANDRE, Géoportail et Banque Hydro

La Marne, située à l'Est du bassin parisien, est la plus longue rivière française (514 km)[1]. Principal affluent de la Seine, la Marne prend sa source sur le plateau de Langres, à Balesmes-sur-Marne (Haute-Marne) et se jette dans la Seine entre Charenton-le-Pont et Alfortville (Val-de-Marne). Elle donne son nom à quatre départements français.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Son nom provient du gaulois, attesté dans De la Guerre des Gaules de Jules César et La Moselle de Ausone sous la forme latine Matrona, il est apparenté à Modron[2].

Départements et principales villes traversés[modifier | modifier le code]

Principaux affluents[modifier | modifier le code]

Source de la Marne

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Après le lac du Der-Chantecoq[modifier | modifier le code]

À Frignicourt, commune de l'arrondissement de Vitry le François, située entre le grand lac du Der-Chantecoq et le confluent avec la Saulx, le débit moyen annuel de la Marne, calculé sur 48 ans (de 1959 à 2006), est de 39,9 m3/s pour une surface de bassin de 3 290 km2. La rivière présente des fluctuations de débit saisonnières, mais dans l'ensemble on peut dire que son débit est assez régulier. Elle est puissamment régularisée depuis la création du grand lac du Der-Chantecoq. Au total, à Frignicourt, la Marne est déjà une rivière puissante bien alimentée par les précipitations relativement abondantes de la Champagne humide.

Les hautes eaux sont hivernales et atteignent des moyennes mensuelles de 50 à 61 m3/s, de décembre à avril inclus. Les basses eaux d'été, qui vont de juin à août atteignent leur minimum moyen en juin avec 21,8 m3/s [3]. Avant la création du lac, le minimum s'établissait en juillet et était de 14,7 m3/s.

La lame d'eau écoulée dans le bassin est de 383 millimètres annuellement, soit nettement plus que la moyenne du bassin de la Marne ou de la Seine. Le débit spécifique (ou Qsp) se monte à 12,1 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Durant cette période de 48 ans, le débit instantané maximal enregistré a été de 448 m3/s, le 12 avril 1983.

À Châlons-en-Champagne[modifier | modifier le code]

Après avoir reçu les eaux de son plus important affluent, la Saulx (25,3 m3/s), la Marne est devenue une puissante rivière de plaine. À Châlons-en-Champagne, le débit moyen annuel de la Marne, calculé sur 50 ans (de 1957 à 2006), est de 72,5 m3/s pour une surface de bassin de 6 280 km2. Le débit de la rivière présente les mêmes variations saisonnières, tout en restant assez régulier.

Les hautes eaux hivernales atteignent des moyennes mensuelles de 103 à 130 m3/s, de décembre à mars inclus, avec un maximum en janvier-février. Les basses eaux d'été, qui vont de juin à septembre atteignent leur minimum moyen en août avec 34,3 m3/s [4].

La lame d'eau écoulée dans cette portion de bassin est de 365 millimètres annuellement, toujours nettement plus que la moyenne de la totalité du bassin de la Marne ou de la Seine. Le débit spécifique ou Qsp se monte à 11,5 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Durant cette période de 50 ans, le débit journalier maximal enregistré a été de 640 m3⋅par seconde, le 27 février 1958.

À l'entrée de Paris - Gournay-sur-Marne[modifier | modifier le code]

Confluent de la Marne et de la Seine à Alfortville dans l'agglomération parisienne

Le débit moyen annuel de la Marne, calculé sur 35 ans (de 1974 à 2008 à Gournay-sur-Marne localité toute proche de son confluent avec la Seine), est de 110 m3/s pour une surface de bassin de 12 660 km2. La rivière présente des fluctuations de débit saisonnières. Les hautes eaux sont hivernales et atteignent en moyenne de 143 à 183 m3/s, de décembre à avril inclus. Les maigres d'été, qui vont de juin à septembre voient le débit moyen chuter à 56 m3/s au mois d'août[5].

Le VCN3 peut chuter jusque 20 m3, en cas de période quinquennale sèche.

D'autre part les crues peuvent être assez importantes[6]. En effet, le débit instantané maximal enregistré a été de 550 m3/s le 1er avril 1983, tandis que la valeur journalière maximale était de 544 m3/s le 31 mars 2001. Le QIX 10 est de 510 m3/s, le QIX 20 de 570 m3 et le QIX 50 de 650 m3. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 360 et 450 m3. D'où il ressort que les crues d'avril 1983 et de mars 2001, dont il a été question plus haut, n'étaient même pas vicennales en théorie, et donc pas du tout exceptionnelles. Mais les calculs de type QIXn sont très théoriques, ils ont été souvent démentis par les données historiques.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Gournay-sur-Marne
(Données calculées sur 35 ans)

À titre de comparaison, rappelons que le QIX 10 de l'Yonne à Montereau-Fault-Yonne vaut 710 m3⋅par seconde, tandis que son QIX 50 est de 960 m3.

La lame d'eau écoulée dans le bassin est de 274 millimètres annuellement (exactement comme l'Yonne). Le débit spécifique ou Qsp se monte dès lors à 8,7 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin, ce qui est assez supérieur à la moyenne du bassin versant de la Seine.

Sur les 328 mètres cubes roulés chaque seconde par la Seine à Paris, un tiers est donc dû à la Marne.

Article détaillé : Débit de la Seine à Paris.

Débits des cours d'eau du bassin de la Marne[modifier | modifier le code]

Nom Localité Débits en m³ par seconde Côte
max(m)
Max.
instant.
Max.
journ.
Lame
d'eau
(mm)
Surface
(km²)
Module VCN3
(étiage)
QIX 2 QIX 5 QIX 10 QIX 20 QIX 50
Marne Marnay-sur-Marne 3,70 0,520 40 47 52 56 62 3,27 49,7 44,2 325 360
Traire Louvières 1,57 0,018 24 33 39 45 - 2,90 32,3 27,1 492 101
Suize Chaumont 0,79 0 8,3 11 13 15 - 1,68 16,6 15,7 173
Rognon Doulaincourt 9,23 0,490 83 120 140 160 180 2,69 144 134 476 614
Marne Saint-Dizier 26,60 1,200 180 260 310 350 420 3,98 394 496 353 2 380
Der-Chantecoq (lac de régularisation)
Marne Frignicourt 39,90 3,400 170 220 260 290 340 3,57 448 376 383 3 290
Saulx Vitry-en-Perthois 25,70 1,100 140 200 230 260 300 4,17 278 273 387 2 100
Marne Châlons-en-Champagne 72,50 6,000 340 470 550 640 740 3,81 - 640 365 6 280
Surmelin Saint-Eugène 2,70 0,570 30 44 54 63 75 2,60 47,7 46 188 454
Petit Morin Jouarre 3,39 0,570 17 24 29 34 39 2,91 52,2 45,5 177 605
Ourcq Chouy 2,12 0,530 12 17 20 23 - 2,21 20,9 19,6 194 345
Thérouanne Congis 0,60 0,260 2,2 3,2 3,9 4,5 5,4 1,24 11,2 7,7 114 167
Grand Morin Montry 7,61 2,000 57 90 110 130 - 3,96 144 135 202 1 190
Beuvronne Compans 0,41 0,130 2 3 3,7 4,4 - 1,48 4,5 3,4 134 98
Marne Gournay-sur-Marne 110,00 20,000 360 450 510 570 640 5,66 550 544 273 12 660

Navigation[modifier | modifier le code]

Ecluse du bord de Marne aux environs de Dormans

La Marne est classée navigable et canalisée sur 183 km depuis Épernay jusqu'à son confluent. Ses écluses présentent un gabarit de 45 m sur 7,80 m.

Elle est connectée à l'Aisne par le Canal de l'Aisne à la Marne qui arrose Reims, et indirectement, par l'intermédiaire du Canal latéral à la Marne, au Rhin par le Canal de la Marne au Rhin et à la Saône par le Canal de la Marne à la Saône, tous au gabarit Freycinet.

La Marne n'est pas navigable entre Neuilly-sur-Marne et Vaires-sur-Marne, à cause du barrage de Noisiel situé près de l'ancienne chocolaterie Menier. Sur ce tronçon, la navigation passe par le canal de Chelles, parallèle à la rivière et long de 8,5 km environ.

La Marne présente la particularité de permettre à un bateau de parcourir intégralement sa vallée, jusqu'à passer presque sous sa source par la voûte de Balesmes. Cette source est toute proche de la grotte dans laquelle le rebelle gaulois Sabinus est réputé s'être réfugié en compagnie de sa femme pendant neuf ans, avant d'être capturé par les Romains. En fait la légende qui dit que Sabinus s'est caché dans la grotte qui surplombe la source de la Marne à Balesmes sur Marne, en compagnie de sa femme Eponine n'est étayée par aucun écrit ni trace réelle tangible. D'ailleurs à l'entrée de la grotte on peut y lire cette information en point d'interrogation. Mais il plaît aux Haut-Marnais du sud de perpétuer cette légende à la gloire du rebelle gaulois.

Dans les arts[modifier | modifier le code]

Les bords de la Marne (ici à Nogent) ont inspiré les peintres


Paul Cézanne, Les rives de la Marne, vers 1888

Au XIXe et au XXe siècle, les rives de la Marne ont inspiré de nombreux peintres:

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Marne (F---0100) » (consulté le 19 juin 2014)
  2. Julius Pokorny, Indogermanisches Etymologisches Wörterbuch (Dictionnaire étymologique indoeuropéen, 1959
  3. Banque Hydro - station H5091010 - La Marne à Frignicourt (ne pas cocher la case "Station en service")
  4. Banque Hydro - station H5201010 - La Marne à Châlons-sur-Marne (ne pas cocher la case "Station en service")
  5. Banque Hydro - station H5841020 - La Marne à Gournay-sur-Marne (ne pas cocher la case "Station en service")
  6. Préfecture de Seine-et-Marne, « PPRI vallée de la Marne » (consulté le 29 avril 2012)