Siège de Mayence (1793)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Siège de Mayence.
Siège de Mayence (1793)
Die Belagerung von 1793 a.jpg
Informations générales
Date 10 avril- 23 juillet 1793
Lieu Mayence
Issue Victoire des coalisés
Belligérants
Flag of France.svgRépublique française Flag of the Kingdom of Prussia (1750-1801).svg Royaume de Prusse
Drapeau de l'Autriche Archiduché d’Autriche
Banner of the Holy Roman Emperor (after 1400).svg Saxe-Wittemberg
Flag of Hesse.svg Hesse-Darmstadt
Flag of Hesse.svg Hesse-Cassel
Flagge Großherzogtum Sachsen-Weimar-Eisenach (1813-1897).svg Saxe-Weimar-Eisenach
Électorat palatin
Commandants
François Ignace Ervoil d'Oyré
Alexandre de Beauharnais
Jean-Baptiste Kléber
Annibal Aubert-Dubayet
Friedrich Adolf von Kalckreuth
Frédéric-Guillaume II de Prusse
Charles-Guillaume-Ferdinand de Brunswick
Forces en présence
23 000 hommes
184 canons
36 000 hommes
puis
44 000 hommes
207 canons
Pertes
4 000 morts ou blessés 3 000 morts ou blessés
Première coalition
Batailles
Guerre de la Coalition

Porrentruy — Marquain — Verdun — Thionville — Valmy — Lille — 1er Mayence — Jemappes — Namur — Maastricht — Francfort — Neerwinden — Landau — St-Amand (en) — Famars — San Pietro — 2e Mayence — 1er Arlon — Valenciennes (en) — Dunkerque — Hondschoote — Avesnes (en) — Méribel — Menin — 1re Wissembourg — Kaiserslautern — Maubeuge — Wattignies — Wœrth — 2e Wissembourg — Martinique — St-Florent (en) — Bastia (en) — Guadeloupe — 2e Arlon — 1er Landrecies — Villers-en-Cauchies (en) — Troisvilles (en) — Mouscron (en) — Tourcoing — Tournai — Ouessant (navale) — Fleurus — Calvi — Tripstadt (en) — Sprimont — Luxembourg — Helder — Gênes (navale) — Groix (navale) — Quiberon — Hyères (navale) — 3e Mayence — Ettlingen (en) — Friedberg — Neresheim — Irlande (1796) — Droits de l'Homme (navale) — Amberg — Friedberg — Terre-Neuve (en) — Würzbourg (en) — Biberach — Emmendingen — Schliengen (en) — Kehl — Fishguard — Cap Saint-Vincent (navale) — Neuwied — Diersheim (en) — Santa Cruz de Ténérife (navale) — Camperdown (navale)


Guerre du Roussillon
Le Boulou 1 — Mas Deu — Bellegarde — Peyrestortes — Trouillas — Fort-Liberté - Toulon — Le Boulou 2 — Bastan - Orbaitzeta - Roses - Montagne Noire — Golfe de Rosas


Campagne d'Italie
Saorge (en) — 1e Dego — Loano — Voltri (en) — Montenotte — Millesimo — 2e Dego — Ceva (en) — Mondovi — Cherasco — Fombio — Pont de Lodi — Borghetto — Mantoue — Lonato — Castiglione — Peschiera — Rovereto — Bassano — Pont d'Arcole — Rivoli — La Favorite — Faenza —Valvasone — Tyrol —Tarvis (en) — Leoben — Pâques véronaises — Chronologie de la campagne

Lors de ce siège eut lieu la prise de la ville de Mayence par les Prussiens et les Autrichiens.

Article détaillé : Histoire de Mayence.

Déroulement[modifier | modifier le code]

La ville fut encerclée le 14 avril 1793 par 32 000 soldats de la Première coalition (surtout des Prussiens) ; 23 000 Français défendaient la ville, ce qui suffisait pour tenir les fortifications, même lorsque les assiégeants reçurent 11 000 Autrichiens en renfort. D'abord les Prussiens tentèrent sans succès une série de manœuvres visant à s'emparer des forts. Puis dans la nuit du 17 juin 1793 ils entreprirent le bombardement de la ville. Cet épisode a été raconté en détail par le jeune Johann Wolfgang von Goethe dans son livre « Die Belagerung von Mainz ».

En ville, le siège et le bombardement suscitaient une tension croissante entre les citadins, la municipalité et l'état-major français qui, depuis le 2 avril, avait pratiquement pris le pouvoir. C'est ainsi que le 13 juillet la loi martiale fut instituée, irritant davantage la population restante. Les renforts ne parvenant pas, l'état-major dut se résigner le 17 juillet à des pourparlers avec l'assiégeant. Il capitula le 23 juillet, obtenant que les 18 000 soldats défendant encore la ville puissent repartir libres. En contrepartie, l'état-major promit de ne plus s'attaquer aux armées étrangères. L'armée défaite, menée par le général Kleber, arriva à Nantes le 6 septembre. La forteresse Mayence devint ainsi un avant-poste prussien.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le bombardement avait défiguré la ville : de vénérables hôtels particuliers, bourgeois ou nobles, la folie La Favorite, le prieuré, la prévôté de la cathédrale de Mayence, les églises Sainte-Marie aux Marches et des Jésuites avaient disparu à jamais.

À plus long terme, le siège et l'occupation avaient détourné les structures et les symboles aristocratiques de leur signification première. C'est ainsi que les événements de l'année 1793 marquèrent le déclin de l'aristocratique Mayence : la ville perdit son statut de siège de l'archevêché, de l'électorat de Mayence et par là-même son meilleur atout.

Article détaillé : Prise de Mayence.

Articles de la capitulation[modifier | modifier le code]

Proposée par le général d’Oyré commandant en chef de Mayence, Cassel et les postes qui s'y rapportent, et signée par le général prussien Kalkreuth à Marienborn, le 23 juillet 1793. Le traité comporte quatorze articles, dont deux furent refusés ou acceptés sous certaines conditions.

  • Article I.

L’armée française livrera à S.M. le Roi de Prusse la ville de Mayence et Cassel ainsi que leurs fortifications et tous les postes qui en dépendent dans leur état actuel avec les bouches à feu, les réserves de munition et vivres, hormis les objets réservés ci-après.

  • Article II.

La garnison sortira avec tous les honneurs de la guerre, emportant ses armes, ses bagages et autres effets appartenant en propre aux individus de la garnison et des vivres pour sa route.

(En marge, la précision : « Accordé, à condition que la garnison ne servira point durant un an contre les armées des puissances coalisées », et sous réserve de droit de visite des chariots couverts.)
  • Article III.

Il sera accordé à la garnison d’emmener avec elle ses pièces de campagne et ses caissons

(refusé).

Suivent des articles fixant le sort des chevaux et voitures, ainsi que le délai pour quitter la place.

  • Article IV.

L’échange de la monnaie de siège, l’ordre de marche pour la France, le transport des malades et blessés. Défense est faite aux habitants hors de Mayence d’y rentrer avant l’entière évacuation de l’armée française. Sont prévues l’occupation par « l’armée assiégeante » des forts, et la nomination d’un commissaire des guerres pour la remise des magasins. - admis.

  • Article V.

Les forces d'occupation demeurent dans la citadelle 48 heures après de la capitulation, et si ce délai ne suffit pas à l'évacuation des dernières divisions, une prolongation de 24 heures sera garantie. - admis.

  • Article VI.

Il est permis au commandant de la ville de dépêcher un ou plusieurs plénipotentiaires munis de laissez-passers visés de Sa Majesté Royale de Prusse, afin de ramener les sommes nécessaires au paiement des dettes de l'armée, et jusqu'au paiement de ces dettes, ou jusqu'à ce qu'une modification de cet accord intervienne, les forces d'occupation fournissent des otages, qui pourront compter sur la protection de Sa Majesté Royale. - admis.

  • Article VII.

Les forces d'occupation de Mayence et les postes qui en dépendent, dès leur retrait, prennent immédiatement le chemin de la France en plusieurs colonnes séparées et en plusieurs fois. Chaque colonne bénéficiera pour sa sécurité d'une escorte prussienne jusqu'aux frontières. Le général d'Oyré a la permission de dépêcher officiers d'ordonnance et commissaires de guerre pour assurer l'approvisionnement et l'hébergement des troupes françaises. - admis.

  • Article VIII.

Au cas où les chevaux et les chariots de l'armée française concernés par les points précédents ne suffiraient pas au déménagement de leurs campements et au transport de leur matériel, on leur en procurera en quantité dans les pays qu'ils traverseront. - admis.

  • Article IX.

Dans la mesure où les malades, et singulièrement les blessés ne peuvent être transportés à travers le pays sans mettre leur vie en péril, les bateaux utiles à leur évacuation seront affrêtés au frais de la nation française, pour les faire amener à Thionville et Metz, et pour prodiguer à ces valeureuses victimes les soins nécessaires. - admis.

  • Article X.

Il est interdit à tout Mayençais, qui pour le moment se trouve à l'extérieur de la ville, d'y retourner avant le retrait complet des forces d'occupation françaises. - accepté.

  • Article XI.
Île Saint Pierre

Dès la signature de la capitulation, les assiégeants peuvent prendre possessions avec leurs troupes des avant-postes suivants : le fort-Charles, le fort des Wallons, le fort-Élisabeth, le fort-Saint-Philippe, la double tenaille, le Linsenberg, l'Hauptstein, le fort de Mars, l'île Saint Pierre, et les deux portes de Kastel menant à Francfort et Wiesbaden. Elles pourront également, à côté des forces françaises,occuper le Neutor et l'extrémité du pont sur la rive droite du Rhin. - accepté.

  • Article XII.

Le colonel Douay, commandant du train, son adjoint le lieutenant-colonel la Riboissure, et le lieutenant-colonel Varin, commandant le génie, remettront leurs plans, armes, munitions etc. sans délai au Chef de l'artillerie et du génie de l'armée prussienne, d'après les conditions de reddition qui les engagent. - accepté.

  • Article XIII.

On nommera en outre un commissaire de guerre pour la restitution des magasins et des munitions qui s'y trouvent.

  • Article additionnel: XIV

Les déserteurs des armées alliées seront remis sans faute.


fait à Marienborn, le 22 juillet 1793
signé comte von Kalckreuth
signé d'Oyre [1]

Personnalités de Siège de Mayence[modifier | modifier le code]

Merlin de Thionville à la tête de l'armée du Rhin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Privilegierte Mainzer Zeitung, n° 1 du 29 juillet 1793

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Arthur Chuquet: Les Guerres de la Révolution : 7. Mayence (1792-1793); (1892)
  • Schmittlein,Raymond: Un Recit de Guerre de Goethe le Siege de Mayence II. Editions Art et Science. Mayence. 1951.
  • Smith, D. The Greenhill Napoleonic Wars Data Book. Greenhill Books, 1998.
  • Goethe, Johann Wolfgang: Die Belagerung von Mainz. (de)
  • Mainz - Die Geschichte der Stadt - Mayence - Histoire de la ville; Editeurs: Franz Dumont, Ferdinand Scherf, Friedrich Schütz; 1. Aufl.; Éditeur Philipp von Zabern, Mainz 1998
  • Franz Dumont: Une Révolution rurale sur le Rhin? L’exemple de la république de Mayence en 1792/93 en: L’image de Révolution française, Volume II, dirigé par Michel Vovelle, communications présentées lors du Congrès Mondial pour le Bicentenaire de la Révolution. Sorbonne, Paris 6-12 juillet 1989

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :