Chaîne des Puys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chaîne des Puys
Carte de localisation de la chaîne des Puys.
Carte de localisation de la chaîne des Puys.
Géographie
Altitude 1 465 m, puy de Dôme
Massif Massif central
Longueur 45 km
Largeur 3 à 5 km
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Géologie
Âge de 8 000 à 95 000 ans
Roches Roches volcaniques

La chaîne des Puys, aussi appelée monts Dôme, est un ensemble volcanique de 80 volcans français s'étirant sur plus de 45 km au nord du Massif central.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La chaîne des Puys est située dans le parc naturel régional des volcans d'Auvergne, à l'ouest de Clermont-Ferrand, dans le département du Puy-de-Dôme et la région Auvergne. Il s'agit d'un groupe de volcans alignés selon un axe orienté nord-sud, sur une bande de 3 à 5 km de large pour un peu plus de 45 km de longueur[1].

Les monts Dôme sont entourés par les régions naturelles suivantes :

Topographie[modifier | modifier le code]

La chaîne des Puys, orientée nord-sud, se situe sur un horst qui domine à l'est le graben de la plaine de Limagne (rift continental). Les deux ensembles sont séparés par une faille normale de même direction. La chaîne comporte une centaine de volcans appelés puys.

Ces volcans datent de l'ère quaternaire, les premières éruptions ont eu lieu il y a 95 000 ans environ[2], les plus récentes il y a moins de 8 000 ans, ce qui fait dire à la communauté scientifique qu'une reprise de l'activité volcanique dans cette région n'est pas improbable[1]. Certains de ces puys ont des cratères, d'autres pas. La quasi-totalité des puys, à l'inverse des volcans du Cantal ou des monts Dore, sont des édifices monogéniques : la construction des volcans résulte d'une seule phase d'activité éruptive ; c'est pourquoi ces volcans sont de taille si modeste.

En effet, la hauteur absolue des puys varie généralement entre 100 et 300 m ; seul le puy de Dôme dépasse notablement cette hauteur, puisqu'il s'élève à 550 m au-dessus du socle cristallin[1]. La chaîne des puys comprend aussi des maars de hauteur encore moindre.

Géologie[modifier | modifier le code]

C'est en 1751 que Jean-Étienne Guettard (1715-1786) détermina la nature volcanique de ces monts en forme de « taupinières »[2]. Après des contestations, Malesherbes attribua définitivement la paternité de cette découverte à ce dernier. Mais il semblerait que les Romains, lors de la conquête de la Gaule, avaient déjà correctement identifié la nature de ces montagnes, étant originaires d'un pays où les volcans sont nombreux. Ainsi, le nom de Volvic vient du latin volcani vicus qui signifie « village du volcan »[2].

La chaîne des Puys est une vitrine du volcanisme, plusieurs types de volcans y cohabitant :

  • le type strombolien, le plus fréquent dans la chaîne : le cône est formé par l'accumulation des scories éjectées (appelées « pouzzolane » dans la région), au sommet se forme un cratère. Des coulées de lave sont émises, formant ce que l'on appelle des « cheires ». La lave étant généralement assez fluide, ces coulées peuvent être très longues. Certaines, en barrant le lit d'une rivière, peuvent former des lacs, comme le lac d'Aydat ;
  • le type peléen se forme par l'extrusion progressive d'une lave très visqueuse, s'accumulant en forme de dôme. Le dôme peut exploser brutalement libérant des gaz : les nuées ardentes qui partent à l'horizontale à très grande vitesse, détruisant tout sur leur passage. Aucun cratère n'est visible, il n'y a pratiquement pas de coulée de lave, celle-ci étant trop visqueuse. Le puy de Dôme est le sommet le plus connu de ce type, mais il y en a plusieurs autres : le puy Chopine, le Grand-Sarcouy, etc. ;
  • les maars qui sont des dépressions, généralement formant aujourd'hui un lac, résultant du percement du plateau sous l'effet d'une éruption phréato-magmatique : par exemple, le gour de Tazenat. Un certain nombre de maars anciens ont été totalement comblés par les sédiments, au point de ne plus être visibles dans le paysage. C'est le cas du maar de Jaude, localisé sous le centre de Clermont-Ferrand.

Si les premières éruptions datent de 95 000 ans BP (maar de Saint-Hippolyte), la grande majorité des volcans de la chaîne des Puys datent de moins de 70 000 ans BP et se concentrent surtout sur une période allant de 45 à 30 000 ans BP. Il s'agit surtout d'éruptions de trachybasalte ou de trachyandésite sur la fin de la période. Une seconde phase active, beaucoup plus récente, s'étend entre 11 et 8 500 ans BP et se manifeste par des éruptions de lave de plus en plus visqueuse et acide (trachybasalte puis trachyte). Les dernières éruptions sont particulièrement violentes (autour de 8 500 ans BP) et conduisent à l'édification du puy Chopine et du cratère Kilian. Si l'on excepte les puys de la Vache et de Lassolas (qui se sont formés encore plus tard, 7 600 ans BP, et qui sont formés de trachybasalte), on constate que les laves émises sont de plus en plus acides et peu fluides. Par conséquent, les éruptions sont potentiellement de plus en plus dangereuses surtout si le magma rencontre de l'eau en surface (éruptions phréato-magmatiques), ce qui est probable car l'eau est partout présente dans la chaîne des Puys (et aussi dans la plaine de la Limagne toute proche où toutes les éruptions se sont produites sous forme de maars, y compris à l'emplacement même de la ville de Clermont-Ferrand). La prochaine éruption dans la chaîne des Puys pourrait donc être de ce type[2].

Panorama de la Chaîne des Puys vue depuis le Puy-de-Dôme en hiver.

Liste non exhaustive des volcans[modifier | modifier le code]

La chaîne des Puys depuis le Puy-de-Dôme
La chaîne des Puys depuis le Puy-de-Dôme également

Au centre de la chaîne des Puys, le puy de Dôme (1 465 m) domine nettement ses voisins puisqu'il s'élève à 600 m environ au-dessus du plateau (environ 800 m d'altitude) sur lequel ils sont tous situés (les autres ne dépassant pas les 200 m).

Les puys sont du nord au sud :

Un peu à part, plus à l'est, près de Royat, se trouve le puy de Gravenoire, juste en bordure de la faille.

Activités[modifier | modifier le code]

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

Logo du Parc naturel régional des Volcans d'Auvergne

La région fait partie du parc naturel régional des Volcans d'Auvergne.

Associée à la faille de Limagne, la chaîne des Puys est candidate à l'inscription sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. La valeur universelle revendiquée par le site de la chaîne des Puys et de la faille de Limagne repose sur deux des critères définis par l'UNESCO[3] pour reconnaître la valeur universelle d'un site :

  • « critère vii : représenter des phénomènes naturels ou des aires d'une beauté naturelle et d'une importance esthétique exceptionnelles » : l'alignement remarquable de plus de 80 volcans mis en piédestal par le plateau des dômes, formant une esthétique ligne de crête est mis en avant au titre de ce critère ;
  • « critère viii : être des exemples éminemment représentatifs des grands stades de l'histoire de la terre, y compris le témoignage de la vie, de processus géologiques en cours dans le développement des formes terrestres ou d'éléments géomorphiques ou physiographiques ayant une grande signification » : site majeur de l'émergence de la volcanologie moderne, la chaîne des puys et la faille de Limagne rassemblent sur un espace très restreint les grands mécanismes de formation des continents : soulèvement puis érosion (plateau des dômes), rift continental (faille et plaine de Limagne), sédimentation (plaine de Limagne), volcanisme (chaîne des Puys et ses coulées) et inversion de reliefs (coulée inversée de la montagne de la Serre). La candidature met en avant le fait que ces phénomènes sont bien visibles dans le paysage et sont tous rassemblés sur un espace restreint, formant ainsi une sorte de maquette géologique à ciel ouvert.

Le site a été inscrit sur la liste indicative française le 11 novembre 2011[4] et il a été officiellement proposé par la France à l'UNESCO en janvier 2013[5], entrant ainsi dans la phase d'évaluation internationale.

Randonnée[modifier | modifier le code]

Elle est traversée par un sentier de grande randonnée, le GR4, qui relie l'océan Atlantique à la mer Méditerranée.

Vulcania[modifier | modifier le code]

Le Centre Européen du Volcanisme Vulcania est une réalisation qui a été initiée dans les années 1990 puis inaugurée en 2002 par Valéry Giscard d'Estaing, à l'époque Président de la Région Auvergne. Le choix fut critiqué, notamment par les écologistes, pour son implantation au cœur même de la chaîne des Puys et pour son coût. Après une période difficile, qui a vu la fréquentation baisser chaque année et s'est terminée par un important plan social, le Nouveau Vulcania a été lancé en 2007, s’appuyant sur trois nouveautés. Les chiffres sont repartis à la hausse, Vulcania affichant une augmentation de 25 % sur sa fréquentation estivale.

Au sud-ouest de cette chaîne de volcans datant du quaternaire, on aperçoit au loin un autre massif volcanique : la chaîne des Monts Dore et les monts du Cantal qui datent, eux, de l'ère tertiaire.

La chaîne des Puys.

Festival[modifier | modifier le code]

Le festival Volcadiva est l'unique festival au pied de la chaîne des Puys. Il s'agit du festival des artistes lyriques en récital, qui a lieu chaque année du 1er au 8 juillet au théâtre du casino de Royat à Chamalières.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Maurice Krafft et François-Dominique de Larouzière, Guide des volcans d'Europe et des Canaries, Paris,‎ 1991, 455 p. (ISBN 2-603-00813-7), p. 58-62
  2. a, b, c et d Alain de Goër de Herve, Volcans d'Auvergne, la menace d'une éruption ?, Editions Ouest France,‎ 1997 (ISBN 978-2-7373-2119-1)
  3. Valeur universelle de la chaîne des Puys et de la faille de Limagne, consulté le 8 septembre 2012
  4. Liste indicative de la France sur le site de l'UNESCO
  5. L'Auvergne se félicite de la présentation de la chaîne des Puys à l'Unesco, site du Parisien, 24 janvier 2013