Chlef

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chlef
Noms
Nom algérien الشلف
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Chlef
Daïra Chlef
Code postal 02000
Code ONS 0201
Démographie
Population 178 616 hab. (2008[1])
Géographie
Coordonnées 36° 10′ 26″ N 1° 20′ 12″ E / 36.173911, 1.33655536° 10′ 26″ Nord 1° 20′ 12″ Est / 36.173911, 1.336555  
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Chlef.
Localisation de la commune dans la wilaya de Chlef.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Chlef

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Chlef

Chlef (arabe : الشلف), anciennement Castellum Tinginitum à l'époque romaine, Orléansville à l'époque française, puis El-Asnam après l'indépendance, est une commune de la wilaya de Chlef dont elle est le chef-lieu, située à 200 km au sud-ouest d'Alger et à 210 km au nord-est d'Oran.

La ville a connu deux tremblements de terre majeurs. Le premier le 9 septembre 1954 (bilan  : 1 340 morts et 5 000 blessés), et le second le 10 octobre 1980 qui a détruit la ville à 80 %. Après ce nouvel évènement tragique, la ville est renommée Chlef en 1982.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Chlef est située au cœur de la vallée du Chelif, au milieu d'une vaste plaine comprise entre les reliefs de Medjadja intégrée à la chaîne du Dahra au nord et les monts de l'Ouarsenis au sud, au lieu de confluence de l'oued Chélif et de l'oued Tsighaout.

Située au centre de la wilaya de Chlef, la commune de Chlef est limitée par les communes de Ouled Fares et Labiod Medjadja au nord, la commune de Chettia à l'ouest, la commune de Oued Sly au sud-ouest, la commune de Sendjas au sud, la commune de Harchoun au sud-est et la commune d'Oum Drou à l'est.

Communes limitrophes de Chlef
Ouled Fares Ouled Fares • Labiod Medjadja Labiod Medjadja
Chettia Chlef Oum Drou
Oued Sly Sendjas Harchoun

Relief, géologie, hydrographie[modifier | modifier le code]

la ville de Chlef a été frappée par un tremblement de terre le 10 octobre 1980. Cette catastrophe a permis la prise de décisions importantes pour la construction en Algérie et particulièrement dans la zone sinistrée, où les différentes études et actions entreprises pour la connaissance du comportement des sols et des constructions ont contribué depuis à :

  • La production d'une réglementation parasismique algérienne (le RPA). Cette réglementation a été en continuelle évaluation et actualisation ces 20 dernières années en fonction des nouvelles connaissances éprouvées ;
  • La définition d'un zonage sismique national où la Wilaya de Chlef est classée zone III, région très sismique.
  • La production d'une microzonation sismique urbaine pour le Chef-lieu de la Wilaya et pour huit autres agglomérations urbaines qui ne sont autres que les Dairates de la Wilaya[réf. souhaitée].

Climat[modifier | modifier le code]

Données climatiques à Chlef.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température moyenne (°C) 11 12 13 16 20 25 29 29 26 20 15 11 19
Précipitations (mm) 43 57 39 40 34 11 2 6 12 51 53 62 410
Source : Weatherbase, statistiques de 1961 à 1990[2].


Transports[modifier | modifier le code]

Chlef est desservie par un aéroport situé à environ 10 km au nord de la ville. L’aéroport de Chlef est un aéroport civil international desservant la ville de Chlef et sa région (wilayas de Chlef, de Wilaya de Relizane, de Wilaya de Mostaganem, Wilaya de Tismsilt, Wilaya de Tiaret et Wilaya d'Aïn Defla.

L’aéroport est géré par l'EGSA d'Alger. Trois compagnies aériennes désertent la région dont deux compagnies français : Aigle Azur (au départ de Marseille), Air Algérie (au départ de Marseille) et Air Méditerranée (au départ de Lyon et de Paris-Charles de Gaulle).

La ville dispose d'une gare ferroviaire, d'une gare routière et d'une station de taxis ainssi que d'hopitaux (2: chorfa et ouled mohammed)et de cliniques privées,.

Lieux-dits, quartiers et hameaux[modifier | modifier le code]

- Centre Ville (appelé Bled);

- Hay El Houria (El Firem);

- Hay Nasser (Radar - Ouled Mohamed);

- Hay Abbad (Gaz);

- El Hamadia - Cité Olympique (Route d'Oran);

- Hay Meddahi (Zebboudj);

- Hay el Badr (Chorfa);

- Hay Chegga et Cherayet;

- Hassania ;

- Hay Ben Souna.

- La cité Ruiz, cité des vergers, la city, La cia, Lala aouda, Quouasmia, Tgegra,

- Hay Es-Salem (El Boccaa);

Urbanisme[modifier | modifier le code]

L'évolution de Chlef est marquée par une urbanisation formée d'une succession de plans d'urgence entrepris lors des différents séismes successifs. La configuration spatiale de certaines villes de la région s'explique aisément[Comment ?]. Il existe trois types de constructions :

  • Le bâti ancien : ce bâti ancien est ce bâti rescapé des secousses successives qui ont touché la région. Il est très réduit et le plus souvent ce sont des constructions en maçonnerie à un seul niveau. Le même type de construction se rencontre parfois au centre des agglomérations avec un et deux niveaux suites au renforcement de l'après séisme de 1954.
  • Le bâti préfabriqué : l’important programme d'urgence de relogement en préfabriqué dans la zone sinistrée constitue plus de 20 ans après le plus grand parc immobilier (13 000 chalets uniquement pour la ville d’El-Asnam, désormais Chlef).
  • Le bâti moderne : on désigne sous ce terme les constructions édifiées après le 10 octobre et celles ayant fait l'objet de réparation suite aux dommages du 10 octobre. Ce type obéit à une réglementation très sévère produite sur les enseignements du séisme de 1980. Il y a lieu de souligner le plus grand soin qui est apporté depuis à la conception structurale sans en négliger la conception architecturale et l'esthétique de la construction.[réf. souhaitée]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la ville provient du nom de l'oued Chlef, connu dans l'Antiquité sous le nom Chinalaph, et dérivant probablement du berbère asif ou acif, signifiant « oued », « rivière » ou « fleuve »[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le dernier recensement datant d'avril 2008, Chlef est la dixième (10e) grande ville du pays de par sa population estimée à 295 000 habitants[réf. nécessaire].

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Commissaires civils et Maires[modifier | modifier le code]

Vie quotidienne[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

L'ASO Chlef est l'équipe de football de la ville, créée en 1947. Elle portait à l'époque le nom de Groupement Sportif Orléansvillois (G.S.O) . Puis Asnam Sportive Olympique après l'Indépendance en 1962. Durant la saison 81/82 période, L'ASO, l'ASTO et DNC deviennent désormais CSO (Chlef sportif olympique). En 1989, l'ASO récupère son sigle d'origine.

Gallery[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

[4]== Sources, notes et références ==

  1. « Wilaya de Chlef : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  2. « Chlef, Algeria », sur www.theweathernetwork.com (consulté le 21 mars 2011).
  3. Mohand-Akli Haddadou, Dictionnaire toponymique et historique de l'Algérie, Tizi Ouzou, Éditions Achab,‎ 2012 (ISBN 9789947972250), p. 234.
  4. Orléansville naissance et destruction d'une ville-sa résurrection de René-Yves DEBIA

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :