Scandinavie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Scandinavie
Drapeau du Danemark Danemark
Drapeau de la Finlande Finlande
Drapeau de la Norvège Norvège
Drapeau de la Suède Suède
Drapeau de l'Islande Islande
Drapeau des Îles Féroé Îles Féroé
Carte de la Scandinavie.
Scandinavie en hiver depuis l'espace.
  •      Les trois monarchies scandinaves
  •      Les autres pays nordiques
Densité de la population.
Scandinavie.

La Scandinavie est une région située dans le nord de l'Europe. Elle comprend, au sens le plus strict, la Norvège et la Suède, qui se partagent la péninsule de Scandinavie. Au sens le plus courant, on ajoute le Danemark, qui partage avec les deux premières nations une histoire et une culture communes. La Scandinavie est en effet la terre d'origine d'une partie des peuples germaniques et des Vikings. Elle comprend aussi, au sens plus large, la Finlande (constituant ainsi la Fennoscandie), l'Islande et les Îles Féroé.

En raison des vagues successives de glaciation qui l'ont frappée, la Scandinavie a été plusieurs fois dépeuplée et dépourvue de faune et flore terrestres.

Définitions[modifier | modifier le code]

Sens strict[modifier | modifier le code]

On y inclut, en général, la péninsule Scandinave qui correspond à la Norvège et à la Suède ainsi que le Danemark; cet ensemble est assez homogène ethniquement et linguistiquement, hormis les Samis et les Finnois. Ces trois pays ont également une longue histoire commune, souvent réduite à tort à la période viking du VIIIe siècle et du XIe siècle au XIIe siècle, puisqu'ils ont été souvent réunis sous la même couronne (notamment dans l'Union de Kalmar).

Depuis les années 1850, la Scandinavie incluait, politiquement et culturellement, le Danemark, la Norvège et la Suède. Géographiquement, la péninsule scandinave inclut la Norvège et la Suède, alors que la péninsule du Jutland inclut le Danemark et une petite région de l'Allemagne (le Danemark n'a plus aucun territoire sur la péninsule scandinave depuis le début du XIXe siècle).

Le Danemark, la Norvège et la Suède sont vus comme région politique et culturelle unie pendant la montée des mouvements nationalistes dans ces pays au milieu du XIXe siècle (Voir scandinavisme). Avant le milieu du XIXe siècle, la limite a couvert une plus grande région de l'Europe nordique comprenant les régions adjacentes de l'Allemagne et de la Russie encadrant la Finlande et l'Estonie. Cette dernière, par sa proximité linguistique avec la Finlande, se revendique autant nordique que balte.

Aujourd'hui, les similitudes linguistiques (scandinaves et germaniques) autant qu'historiques et culturelles permettent d'unir la Scandinavie. Ces similitudes ont en outre persisté après l'hostilité des politiques de ces pays pendant les deux guerres mondiales et la Guerre froide, et les positions différentes sur l'adhésion aux organismes internationaux (par exemple l'OTAN et l'Union européenne).

Autres définitions[modifier | modifier le code]

Au sens large, on y inclut parfois la Finlande, longtemps sous domination suédoise et dont la minorité suédophone réside dans les centres urbains, et l'Islande, longtemps gouvernée par le Danemark et de peuplement originellement norvégien, ainsi que les Îles Féroé, région autonome du Danemark et au sens maximal, le Svalbard et le Groenland car dépendant respectivement de la Norvège et du Danemark[réf. souhaitée]. Dans l'utilisation actuelle, le terme Scandinavie est souvent employé par erreur comme synonyme de « pays nordiques », qui désigne sans ambiguïté le Danemark, la Norvège, la Suède, la Finlande et l'Islande, tous pays membres du Conseil nordique.

Toutefois, alors que l'inclusion de l'Islande et des territoires dépendant du Danemark peut se défendre (leur peuplement et leur langue découlent du Danemark et du danois), celle de la Finlande est incorrecte sur le plan historique et géographique. En effet, la langue finnoise n'a aucun rapport avec les langues scandinaves (le finnois n'appartient pas à l'ensemble indo-européen), et la Finlande forme un ensemble géographique distinct de la péninsule scandinave.

Rigoureusement, l'addition de la Finlande et de la Scandinavie est désignée sous le terme de Finnoscandie ou de Fennoscandie.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Trois hypothèses d'origine expliquent le nom « Scandinavie ».

  • Un dérivé depuis le nom de la province historique de Skåne (Scanie dans la partie la plus au sud de la péninsule scandinave, en Suède).
  • Un dérivé de Skadi, nom scandinave de la déesse-géante du froid, de la chasse et de l'hiver

En celtique, brittonique et gaélique, Llychlyn (gallois), Lec'hlenn (breton), Lochlann (prononcer Locklann) ou Loghlin qui vient de loch, logh = lac + lann, lin = lande, terre. La Scandinavie ainsi que la Norvège, sont appelées en Écosse, Land of the Lochs [La Terre des Lacs].

Géographie[modifier | modifier le code]

La région comprend la quasi-totalité de la péninsule Scandinave, du Jutland et des îles dans l'intervalle. De plus petites parties des péninsules appartiennent à la Finlande et à l'Allemagne.

Environnement[modifier | modifier le code]

Les pays scandinaves bénéficient d'une nature sauvage et d'une faune exceptionnellement bien conservées pour l'Europe, ainsi que de paysages peu anthropisés[réf. nécessaire]. La forêt y est cependant de plus en plus artificialisée et intensivement exploitée pour répondre aux demandes en bois et pâte à papier du pays et des autres pays[réf. nécessaire].

La zone a été touchée, deux fois, par le nuage de Tchernobyl et par des rejets radioactifs venant de l'est.

La mer Baltique, semi fermée est très polluée, avec plusieurs zones mortes, probablement en raison de l'eutrophisation, de la pollution générale et localement de graves pollutions liées aux munitions immergées après les deux Guerres mondiales[2], dont des milliers de tonnes de munitions chimiques qui commencent à fuir[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la Scandinavie.

Les Scandinaves ont été christianisés lors des Xe-XIIIe siècles ce qui eut pour résultat trois royaumes consolidés :

  • le Danemark formé des « Terres du Danemark » : Scania (Skåneland), Zealand (Sjælland) et le Jutland (Jylland) en incluant quelques parties de la Suède actuelle ;
  • la Suède formée des « Terres de Suède » ;
  • la Norvège incluant quelques parties de la Suède actuelle et avec l'Islande, le Groenland, les îles Féroé, les îles Shetland, les Orcades et les Hébrides.

Les trois royaumes ont alors réuni dans l'union de Kalmar durant tout le XVe siècle puis l'union a été coupée en deux moitiés :

  • « Danemark Norvège » (possessions d'outre-mer y compris dans le nord de l'océan Atlantique) ;
  • « Suède » (dont la Finlande actuelle et d'autres territoires dans la mer Baltique).

Au milieu du XVIIe siècle, les traités de Brömsebro et de Roskilde ont, de manière permanente, transféré quelques provinces et îles de la Norvège et du Danemark à la Suède.

Après les guerres napoléoniennes, la Scandinavie a été réorganisée en trois unions monarchiques personnelles :

À la suite de la Seconde Guerre mondiale, une Union de défense scandinave (accord de défense entre la Suède, la Norvège et le Danemark) a été tentée mais a avorté.

Langues[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Langues scandinaves et Langues finno-ougriennes.

La plupart des langues scandinaves (danois au Danemark, suédois en Suède et en Finlande, et norvégien en Norvège) sont mutuellement intelligibles. Les Scandinaves peuvent facilement comprendre les langues de chacun de leurs voisins car elles apparaissent quotidiennement dans la presse et sont entendues à la radio et à la télévision. Le danois, le suédois et le norvégien sont traditionnellement vus en tant que des langues différentes alors qu'elles sont plutôt des dialectes d'une langue commune. Cette langue est liée aux autres langues germaniques du nord, l'islandais et le féroïen qui descendent du vieux norrois. Depuis le Moyen Âge, le danois, le suédois et le norvégien ont été influencés à des degrés divers par l'allemand. Une quantité substantielle de cette influence provient de l'activité économique gérée par les hanses germanophones.

Les Norvégiens, qui ont deux formes d'écriture parallèles et une forte présence de dialectes locaux, sont accoutumés à des variations et peuvent percevoir le danois et le suédois comme des dialectes légèrement plus éloignés.

Les langues scandinaves sont, en tant que famille de langue, entièrement indépendantes du finnois, des langues sames et de l'estonien, qui comme langues finno-ougriennes sont liées au hongrois. Cependant, il y a toujours eu beaucoup d'emprunts à la langue suédoise par ces langues.

À la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, le mouvement « ethnique-nationaliste » de Fennoman en Finlande a lutté pour une égalité des droits de langue entre les personnes parlant le finnois et l'élite parlant le suédois.

Politique[modifier | modifier le code]

la Scandinavie et la « mer gelée » telles que représentées par la carte de Ptolémée (Codex de 1467). Noter la représentation d'éléments rocheux (Le Groenland a pour partie fondu à l'époque de Charlemagne et des Vikings lors d'un épisode de réchauffement et de montée du niveau marin, durant lequel certains sols étaient pour partie végétalisés)
Visions nationalistes durant le XIXe siècle

L'utilisation moderne du terme Scandinavie provient du Mouvement politique de Scandinavie, qui était en activité au milieu du XIXe siècle, principalement entre la Première Guerre de Schleswig (Slesvig) (1848-1850), dans laquelle la Suède-Norvège a montré sa considérable force militaire et la Seconde Guerre du Schleswig (1864) où le Parlement de la Suède a rejeté les promesses du roi d'apporter un appui militaire.

Le roi a proposé l'unification du Danemark, de la Norvège et de la Suède en « royaume-uni ». Ceci après les évènements tumultueux pendant les guerres napoléoniennes qui menèrent à la division de la Suède (la partie orientale devenant le grand-duché de Finlande en 1809) et du Danemark. La Finlande devenant une partie de la Russie impériale signifiait alors qu'elle devrait être laissée hors de toute tentative d'union politique entre pays nordiques.

La Scandinavie géographique incluait la Norvège, la Suède et des régions de Finlande, mais la Scandinavie politique incluait également le Danemark. Politiquement la Suède et la Norvège ont été unies dans une union sous un monarque et la Finlande a constitué une partie de la Suède. Le Danemark comportait également les territoires d'Islande, des Îles Féroé et le Groenland dans l'océan Atlantique (qui cependant historiquement avait appartenu à la Norvège, mais involontairement resté avec le Danemark selon le traité de Kiel).

La fin du mouvement politique scandinave est arrivée lorsque le Danemark a refusé son appui militaire à la Suède-Norvège pour l'annexion du duché de Schleswig. La Seconde Guerre du Schleswig suivit en 1864. Ce fut une brève mais désastreuse guerre entre le Danemark et la Prusse (soutenue par l'Autriche). Le Schleswig-Holstein a été conquis par la Prusse, et après le succès de la Prusse dans la guerre franco-prussienne de 1870, un Empire allemand a été créé et un nouvel équilibre autour de la mer Baltique fut établi.

Même si une union politique scandinave n'est jamais apparue, il y eut une Union monétaire scandinave avec la Couronne comme devise commune qui dura de 1873 au début de la Première Guerre mondiale.

Après la Première Guerre mondiale, la coopération scandinave repris avec la participation de la Finlande nouvellement indépendante et, depuis 1944, l'Islande. En 1952, les Pays nordiques s'associèrent au sein du Conseil nordique.

Structure politique historique[modifier | modifier le code]

Siècle Scandinavie et pays nordiques
XXIe siècle Danemark (UE) Îles Féroé Islande Norvège Suède (UE) Finlande (UE)
XXe siècle Danemark Suède Finlande
XIXe siècle Danemark Suède-Norvège Grand-duché de Finlande (Russie)
XVIIIe siècle Danemark-Norvège Suède
XVIIe siècle
XVIe siècle
XVe siècle Union de Kalmar
XIVe siècle Danemark Norvège Suède
XIIIe siècle
XIIe siècle Îles Féroé État libre islandais Norvège
Peuple Danois Féringien[3] Islandais[3] Norvégien Suédois Finlandais

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire des noms de lieux – Louis Deroy et Marianne Mulon (Le Robert, 1994) (ISBN 285036195X)
  2. Etat de l’environnement de la mer Baltique sur http://assembly.coe.int. Consulté le 06/06/2011. Extrait de Scandinavie liste des éditions de cette œuvre
  3. a et b Les colons des îles Féroé et de l'Islande étaient d'origine nordique (principalement norvégienne), avec d'importants éléments d'origine celtique ou picte (d'Écosse et d'Irlande).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Kessler, Scandinavie, Paris, Presses Universitaires de France,‎ novembre 2009, 406 p. (ISBN 2130563813, résumé)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]