La Maison Nucingen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le film de 2008, voir La Maison Nucingen (film).
La Maison Nucingen
Image illustrative de l'article La Maison Nucingen

Auteur Honoré de Balzac
Genre Roman réaliste
Pays d'origine Drapeau de la France France
Lieu de parution Paris
Éditeur Edmond Werdet
Collection Scènes de la vie parisienne
Date de parution 1838
Dessinateur Alcide Théophile Robaudi
Série La Comédie humaine
Chronologie
Précédent César Birotteau Splendeurs et misères des courtisanes Suivant

La Maison Nucingen est un roman d’Honoré de Balzac écrit en 1837, d'abord roman-feuilleton paru dans La Presse, d’octobre à novembre 1837, édité en volume en 1838 chez Werdet. Il fait partie des Scènes de la vie parisienne de La Comédie humaine. Le titre initialement prévu par Balzac était la Haute Banque, terme qui désignait à l’époque une poignée de banquiers qui avait acquis une prépondérance absolue sur les marchés financiers et dont Nucingen fait partie.

Le baron de Nucingen apparaît pour la première fois dans Le Père Goriot, puis dans Melmoth réconcilié où il est évoqué par l’intermédiaire de son caissier. Balzac n’avait d’ailleurs pas terminé l’écriture de Melmoth lorsqu’il entreprit la construction de La Maison Nucingen. En réalité, dans les deux romans, l’auteur est inspiré par le même sujet : la spéculation boursière, l’agiotage qui font rage à une époque d’industrialisation sans précédent, où la folie des investissements hasardeux peut conduire au triomphe ou à la ruine. Mais si Nucingen reste proche de la réalité, Melmoth (qui sera classé dans Les Études philosophiques) ayant vendu son âme au diable, ramène au mythe de Faust.

Le roman est clairement une description de l'ascension en Europe de la maison Rothschild, avec la description du fameux coup de bourse lors de la bataille de Waterloo.

Résumé[modifier | modifier le code]

Eugène de Rastignac était devenu l’amant de Delphine de Nucingen, femme du grand banquier Nucingen en 1819 dans Le Père Goriot. En 1833, date à laquelle commence la Maison il rompt avec Delphine, mais il continue à travailler avec son mari dans des affaires frauduleuses, où il gagne beaucoup d’argent au point qu’il se trouve bientôt en position de prétendre au titre de pair de France.

Dans le salon particulier d’un célèbre restaurant parisien, un homme surprend la conversation de quatre journalistes échauffés par un bon repas, Andoche Finot, Émile Blondet, Couture et Jean-Jacques Bixiou. Ceux-ci commentent l’étonnante réussite de Rastignac, qui doit son succès à la maison Nucingen, la fameuse banque parisienne. Nucingen pense « que l’argent n’est une puissance que quand il est en quantités disproportionnées », raison pour laquelle il se lance dans des opérations complexes qui peuvent se résumer ainsi : il fait monter les prix de titres et les rachète quand il les a fait baisser artificiellement. Il va même jusqu’à utiliser des hommes bien considérés dans la sphère parisienne, dont Rastignac fait partie, pour faire croire à sa ruine imminente et pour alimenter la panique qui lui permet ensuite de spéculer à des taux faramineux. Nucingen a l’art de combiner de fausses faillites, d’avancer ses pions sous forme d’hommes de paille. Il se retrouve ainsi à la tête de capitaux énormes et il peut racheter à très bas prix les actions qu’il avait d’abord fait surestimer, puis baisser.

Sa première liquidation lui permet d’acquérir un luxueux hôtel particulier et de se lancer dans une extravagante affaire en commandite par action dans les mines de Worschin. Il pourra jongler ensuite avec une deuxième, puis une troisième liquidation. Nucingen a utilisé un grand nombre d'hommes de paille, parmi lesquels le très respectable Eugène de Rastignac, le comte des Lupeaulx qui tous se sont enrichis à ses côtés. Il a cependant fait perdre beaucoup d'argent au très habile Ferdinand du Tillet, qui pourtant l'admire et prend leçon de ses méthodes.

Balzac expose ici un véritable traité de technique financière telle qu’elle fonctionnait dans une période de fébrilité boursière, pas très éloignée des méthodes pratiquées à notre époque. Il avait sous les yeux l’exemple du banquier Laffitte et surtout celui du banquier Beer Léon Fould, qui se trouva deux fois en cessation de paiement (1799 et 1810), mais qui se releva dès 1825 et compta parmi l’un des membres de la haute banque.

Les manœuvres à double ou triple détente de Nucingen donnent le vertige et l’on comprend ici le mot d’ordre lancé par Guizot : Enrichissez-vous !

Adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ruth Amossy, « Du banquet au roman ‘réaliste’ : la Maison Nucingen », Le Roman de Balzac : recherches critiques, méthodes, lectures, Montréal, Didier, 1980, p. 153-62.
  • Maurice Bouvier-Ajam, « Les Opérations financières de la Maison Nucingen », Europe, 1965, n° 429-30, p. 28-53.
  • Roger J. B. Clark, « Vers une édition critique de La maison Nucingen », Balzac and the Nineteenth Century: Studies in French Literature Presented to Herbert J. Hunt, Leicester, Leicester U.P., 1972, p. 85-97.
  • Danielle Dupuis, « Du Neveu de Rameau à La Maison Nucingen », L'Année balzacienne, 1997, n° 18, p. 221-34.
  • Andrea Goulet, « Optiques: The Science of the Eye and the Birth of Modern French Fiction », Philadelphia, U of Pennsylvania P., 2006.
  • Patricia Kinder, « Balzac, Girardin et la publication de La Maison Nucingen », L’Année balzacienne, 1979, p. 15-46.
  • Armine Kotin, « La Maison Nucingen, ou le récit financier », Romanic Review, 1978, n° 69, p. 60-71.
  • Anne-Marie Meininger, « Nucingen : d’une révolution l’autre », L’Année balzacienne, 1990, n° 11, p. 77-88.
  • Alexandre Péraud, « Sociopoétique de la rumeur dans Lucien Leuwen, La Maison Nucingen et Le Comte de Monte-Cristo », Stendhal, Balzac, Dumas : un récit romantique ?, Toulouse, PU du Mirail, 2006, p. 301-17.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :