Munster (Haut-Rhin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Munster.
Munster
Mairie de Munster
Mairie de Munster
Blason de Munster
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Colmar
Canton Munster
(chef-lieu)
Maire
Mandat
Pierre Dischinger
2008-2014
Code postal 68140
Code commune 68226
Démographie
Gentilé Munstérien(ne)s
Population
municipale
4 864 hab. (2011)
Densité 563 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 02′ 31″ N 7° 08′ 05″ E / 48.0419444444, 7.13472222222 ()48° 02′ 31″ Nord 7° 08′ 05″ Est / 48.0419444444, 7.13472222222 ()  
Altitude Min. 341 m – Max. 794 m
Superficie 8,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Munster

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Munster

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Munster

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Munster
Liens
Site web http://www.ville-munster68.fr

Munster (en alsacien Mìnschter) est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace. Nichée dans la vallée de la Fecht, au cœur du massif des Hautes-Vosges, la ville est célèbre pour son fromage de caractère : le munster. La commune est également le siège du Parc naturel régional des Ballons des Vosges. Ses habitants sont appelés les Munstériens et les Munstériennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

À l'est, la vallée débouche sur Gunsbach, patrie du Docteur Albert Schweitzer, puis sur Colmar et la plaine d'Alsace.

À l'ouest, la vallée est barrée par la crête des Vosges et par les sommets du Hohneck et du Rothenbachkopf.

On peut accéder a Munster en empruntant la D417 depuis Colmar.

La vallée de Munster et la tradition marcaire[modifier | modifier le code]

La vallée de Munster offre tous les aspects d'un véritable « Land em Land » (pays dans le pays). En effet elle se caractérise et se distingue assez nettement du reste de l'Alsace par son aspect alpestre qui lui a valu le surnom de Kleini Schwitz (petite Suisse). La forme du dialecte alsacien parlé peut être difficile à comprendre pour qui vient d'une autre région même avoisinante.

Ce qui fait vraiment l'originalité de la vallée ce sont les Malker ou marcaires, dont la tradition remonte au IXe siècle. Ce sont des fermiers de haute montagne qui ont modelé le paysage des chaumes et transformé par leur dur labeur ce coin de terre alsacienne. Le marcaire qui passe l'hiver dans la vallée monte avec son troupeau de bovins sur les alpages à la fin mai. Il y reste tout l'été et ne redescend qu'après la Saint-Michel, lorsque les tempêtes et les bourrasques d'automne l'obligent à quitter sa marcairie et ses chères montagnes. Sa principale occupation consiste en la fabrication du fromage de Munster.

Histoire[modifier | modifier le code]

Munster en hiver.

Le nom de Munster provient de la région du Munster en Irlande et n'a rien à voir avec Münster (monastère ou cathédrale en allemand), ce sont des moines irlandais ex-compagnons de Samson de Dol, de Mac Low et Brieg qui ont fondé une communauté et une abbaye dans cet endroit et ont commencé à fabriquer des fromages quand ils sont venus évangéliser la Gaule.

Entourée de remparts en 1308, elle s'associa avec d'autres villes pour fonder la Décapole en 1354.

Au XVIe siècle, la ville passa à la Réforme protestante.

La guerre de Trente Ans ravagea les environs de 1618 à 1648 avant que catholiques et protestants ne se reconnaissent mutuellement.

L'abbaye de Munster fut fermée en 1791.

Toute la région souffrit cruellement de la Première Guerre mondiale et de la Seconde Guerre mondiale (Munster fut libérée le ). La ville de Munster a été détruite à 85 % lors de la Première Guerre mondiale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis la Révolution française
Période Identité Étiquette Qualité
1790   Johann Isenarm (1749-1808)    
1792   Citoyen Barth    
1792 1795 André Hartmann (1746-1837)   Industriel
1795 1799 Christian Lucé    
1799 1815 André Hartmann   Industriel
1815 1820 Jean-Baptiste Roth    
1820 1832 Charles-Georges Bartholdi (1762-1849)    
1832 1842 Jean Hummel (1798-1842)    
1842 1848 Jean Ruhland (1798-1872)    
1848   Henri Loewel (1795-1856)    
1848 1857 Jean Ruhland    
1857 1880 Frédéric Hartmann (1822-1880)   Industriel
1881 1885 Jacques Frédéric Christmann    
1886 1907 Jean Ruhland (1834-1907)    
1908 1918 Dr Pierre Spindler (1863-1927)    
1918 1919 Jacques Leonhart    
1919 1925 Jean-Martin Ruhland (1868-1932)   Maréchal-ferrant
1925 1929 André Hartmann (1865-1950)   Industriel
1929 1940 Dr Georges Heid    
1940 1945 Maire par intérim    
1945   Othon Bach    
1945 1947 Aloyse Gutzwiller    
1947 1952 Othon Bach    
1952 1961 Frédéric Haas    
1961 1977 Robert Schmitt    
1977 1995 Dr Christian Wollbrett    
1995 2008 Dr Marc Georges   Chirurgien-dentiste
2008 - Pierre Dischinger   Commerçant

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 864 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 027 2 207 2 861 3 545 4 340 3 953 3 350 4 437 4 646
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
4 914 4 995 4 762 4 616 5 148 5 136 5 390 5 664 5 800
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6 085 6 082 5 974 3 932 4 641 4 907 4 772 5 064 4 974
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
4 965 4 888 4 932 4 661 4 657 4 884 5 108 5 041 4 889
2011 - - - - - - - -
4 864 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

La ville de Munster a un collège public d'enseignement secondaire, le collège Frédéric Hartmann. Il y a également un lycée, le lycée Frédéric Kirschleger, créé en 1993[3].

Économie[modifier | modifier le code]

Munster (vue panoramique).

Située dans la vallée de la Fecht, Munster fut longtemps un centre d'industrie textile, secteur aujourd'hui en crise. Ses indiennes avaient une renommée européenne.

L'agriculture, essentiellement tournée vers l'élevage et la production laitière, demeure une activité ancrée dans la vallée, tirée par la production du fromage de Munster.

L'exploitation forestière constitue également un secteur de premier plan à l'échelle locale.

De plus, le tourisme s'y développe de manière sensible : un environnement privilégié, l'accroissement des offres de loisirs - parmi lesquelles de nombreux sentiers de randonnée - sont des atouts majeurs en termes d'attractivité pour les visiteurs.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les ruines de l'ancienne abbaye bénédictine Saint-Grégoire fondée vers 660. Les arcades subsistantes datent du XVIIe siècle.
  • L'Hôtel de Ville (1550).
  • Le Lion héraldique (1576) sur la fontaine de la place du marché.
  • Le bâtiment de la Laub construit entre 1867 et 1869 (avec reprise des éléments de l'ancienne Laube, salle de réunion du conseil du val et de la ville de Munster et halle de marché).
  • L'Église protestante néo-romane construite du printemps 1868 à décembre 1873, et inaugurée le 1er janvier 1874. Architecte : Louis-Frédéric de Rutté.
  • L'église catholique : protestante de 1553 à 1685, puis simultaneum de 1685 à 1873, elle a été agrandie et rénovée à la fin du XIXe siècle.
  • Ruines du château de Schwartzenbourg[4] à 522 mètres d'altitude sur les communes de Munster et Griesbach-au-Val, au coeur de la forêt du Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Divers[modifier | modifier le code]

  • Le centre de réintroduction des cigognes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Munster

Les armes de Munster se blasonnent ainsi :
« D'argent au portail d'église, les deux tours et le fronton sommés de croix, le tout de gueules, ouvert du champ et ajouré de sable. »[6]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique Toursel-Harster, Jean-Pierre Beck, Guy Bronner, Dictionnaire des monuments historiques d’Alsace, Strasbourg, La Nuée Bleue,‎ 1995, 663 p. (ISBN 2-7165-0250)
    Monuments historiques de Munster, pp. 252 à 256
  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du moyen âge en France, Strasbourg, Editions Publitotal,‎ 4ème trimestre 1979, 1287 p. (ISBN 2-86535-070-3)
    Griesbach-au-Val, p. 590 Schwartzenbourg

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]