Rhône (département)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rhône (homonymie).
Rhône
Image illustrative de l'article Rhône (département)
Rhône (département)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Création du département 12 août 1793
Chef-lieu
(Préfecture)
Lyon
Sous-préfecture(s) Villefranche-sur-Saône
Présidente du
conseil général
Danielle Chuzeville (UDI)
Préfet Jean-François Carenco
Code Insee 69
Code ISO 3166-2 FR-69
Démographie
Population 1 744 236 hab. (2011)
Densité 537 hab./km2
Géographie
Superficie 3 249 km2
Subdivisions
Arrondissements 2
Circonscriptions législatives 14
Cantons 54
Intercommunalités 41
Communes 293

Le département du Rhône est un département français traversé par le fleuve du même nom. L'Insee et la Poste lui attribuent le code 69. Ses habitants sont appelés les Rhodaniens et Rhodaniennes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire du Rhône.

Le département du Rhône (prononcé [ ʁon ]) a été créé pendant la Révolution française, en 1793, par démembrement du département de Rhône-et-Loire qui correspondait à l'ancienne province du Lyonnais.

Le département s'est agrandi à plusieurs reprises de communes des environs de Lyon, détachées des départements voisins de l'Ain et de l'Isère.

Après la victoire des coalisés à la bataille de Waterloo (18 juin 1815), le département est occupé par les troupes autrichiennes de juin 1815 à novembre 1818 (voir occupation de la France à la fin du Premier Empire).

Géographie[modifier | modifier le code]

Le département tire son nom du Rhône, fleuve qui le traverse.

La majeure partie du territoire est composé des moyennes montagnes des monts du Beaujolais au nord, et des monts du Lyonnais au sud. Elles sont bordées à l'est par la plaine de la Saône, puis, à partir de Lyon, par la vallée du Rhône. À l'est de Lyon, la plaine de l'Est lyonnais forme une excroissance caractéristique.

Le département du Rhône fait partie de la région Rhône-Alpes. Il est limitrophe des départements de l'Ain, de l'Isère, de la Loire et de la Saône-et-Loire.

Climat[modifier | modifier le code]

Éclairs lors d'un orage sur Lyon.

Le climat du Rhône est de type semi-continental avec des influences alternées des climats méditerranéen, continental et océanique. Les hivers sont assez rigoureux (gelées parfois fortes et chutes de neiges épisodiques) et les étés sont chauds et ensoleillés. Le vent y souffle souvent : la bise se fait sentir régulièrement à partir du nord de la vallée du Rhône, y compris dans le département, et le vent de sud souffle souvent et parfois violemment à l'avant des perturbations en provenance du sud-ouest. Ce régime de vent d'orientation méridienne (nord/sud) est dû à l'alignement des vallées Saône-Rhône et aux reliefs à l'ouest (Massif central) et à l'est (Alpes), qui canalisent le vent dans la vallée.

Les orages d'étés peuvent être violents et fréquents.

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie du Rhône.

Secteur primaire[modifier | modifier le code]

Le Beaujolais est consacré sur les coteaux orientaux à la vigne et exporte la plupart de ses crus à l'étranger, au Japon plus particulièrement. Le Haut-Beaujolais est consacré à l'exploitation du bois ; une petite exploitation de type polyculture, où l'élevage est dominant, existe toujours, mais ce type d'exploitation de taille moyenne ou petite est sur le déclin. La vigne de façon générale est exploitée hors du Beaujolais au sud-ouest de l'agglomération lyonnaise, sur les coteaux des monts du Lyonnais et sur ceux de Condrieu. La polyculture (l'élevage laitier en particulier) est, comme dans le Beaujolais, à signaler dans le reste du département. De façon générale, le département du Rhône, de par son relief, n'incite guère à une exploitation en plein champ, même si on la trouve au nord de Lyon ou au sud-est du département. Les industries agroalimentaires sont toutefois présentes. Une usine de conditionnement de saucisson est présente à Saint-Symphorien-sur-Coise ; Candia, no 1 du lait en France, est installé à Lyon, de même que le groupe Panzani-William Saurin.

Secteur secondaire[modifier | modifier le code]

Le secteur secondaire est caractérisé par la technopole de Lyon, dans des secteurs de pointe : médicale avec les groupes bioMérieux et Aventis dont les sièges sociaux sont implantés à Lyon même ; l'informatique avec les logiciels pour entreprises. La liste serait longue mais l'industrie de pointe donne à Lyon une stature européenne. Les pôles technologiques sont répartis pour la plupart dans l'agglomération lyonnaise. Le secteur automobile est héritier des usines Berliet. Renault Trucks est présent à Vénissieux et produit une gamme de bus et de camions. Chimie, pétrochimie et toute autre activité liée aux hydrocarbures se concentrent au sud du département sur les communes de Saint-Fons, Pierre-Bénite, Solaize ou Feyzin, toutes situées le long de l'autoroute A7. La vallée du Gier connaît une difficile reconversion d'activités industrielles liées à l'extraction et à la transformation de matières premières. La crise du textile n'a pas non plus épargné le département. Les activités de travail de la soie sont réduites, et servent à alimenter le marché des produits de luxe. Les grandes industries demeurent rares.

Secteur tertiaire[modifier | modifier le code]

Le secteur tertiaire est tourné vers les activités de service : de type bancaire et financier (Lyonnaise de Banque-CIC, Crédit Lyonnais, Banque populaire, assurances), services aux entreprises liées comme le travail de la soie à l'activité traditionnelle de négoce de Lyon. Ces activités sont concentrées à Lyon principalement. Le tertiaire non marchand (Poste, administrations) est dispersé sur l'ensemble du département. Villefranche-sur-Saône, mais aussi Tarare, Givors ou encore à plus petite échelle Anse ou l'Arbresle sont des centres de services appréciables en milieu rural. Le secteur touristique est mieux réparti dans l'ensemble du département. Si Lyon reste la principale destination du département, le tourisme vert et culinaire bénéficie d'atouts évidents dans le département tel l'ouest lyonnais ou les coteaux s'étendant de Condrieu à Belleville.

Démographie[modifier | modifier le code]

Les gratte-ciel de Villeurbanne.
Article détaillé : Démographie du Rhône.

Les habitants du Rhône sont les Rhodaniens.

Les trois quarts de la population habitent dans le Grand Lyon. Les principales villes du département en font toutes partie à part Villefranche-sur-Saône :

Le Rhône a 3 aires urbaines :

2 aires urbaines dont la ville-centre n'est pas dans le département :

Le département du Rhône regroupait 1 725 177 habitants en 2010, c'est le 4e département le plus peuplé. Avec 531 hab./km2, c'est le huitième département le plus densément peuplé.

La seule ville importante située hors du Grand Lyon est la sous-préfecture, Villefranche-sur-Saône (34 686 habitants).

Selon l'INSEE, 35,6 % des enfants nés en 2011 dans le département du Rhône, soit 9 244 sur 25 928, ont au moins un parent né à l'étranger (quelle que soit sa nationalité), 13,8 % ont un père né au Maghreb[1].

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture dans le Rhône.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tourisme dans le Rhône.

Économie touristique[modifier | modifier le code]

En 2009, la consommation touristique du Rhône représente environ 7 % de la consommation touristique en Rhône-Alpes. En moyenne, les touristes dépensent environ 36 euros par jour pour un séjour dans le Rhône[2].

À voir, à faire[modifier | modifier le code]

Le département est un haut lieu touristique français, les touristes viennent dans le Beaujolais avec ses vins de renommée mondiale et les villages des pierres dorées, dans la région du Lyonnais, au sud-est, pour la détente et les randonnées dans un paysage de moyenne montagne ; mais surtout à Lyon, où son site historique est inscrit au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO. De plus, le Rhône propose de nombreuses activités touristiques dont le Chemin de fer touristique d'Anse.

Les résidences secondaires[modifier | modifier le code]

Selon le recensement général de la population du 1er janvier 2008, 2,3 % des logements disponibles dans le département étaient des résidences secondaires.

Ce tableau indique les principales communes du département du Rhône dont les résidences secondaires et occasionnelles dépassent 10 % des logements totaux.

Politique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Conseil général du Rhône.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Listes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]