Rhône (département)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rhône (homonymie).
Rhône
Rhône (département)
Rhône (département)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Création du département
Chef-lieu
(Préfecture)
Lyon (provisoire)[1]
Sous-préfectures Villefranche-sur-Saône
Président du
conseil départemental
Christophe Guilloteau (UMP)
Préfet Michel Delpuech
Code Insee 69D[2]
Code ISO 3166-2 FR-69
Démographie
Gentilé Rhodaniens
Population 471 026 hab. (2015)
Densité 173 hab./km2
Géographie
Superficie 2 715 km2
Subdivisions
Arrondissements 1
Circonscriptions législatives 14[note 1]
Cantons 13[3]
Intercommunalités 14
Communes 228

Le département du Rhône (prononcé [ ʁon ]), appelé parfois « Nouveau-Rhône » depuis le 1er janvier 2015, est un département français de la région Rhône-Alpes. Ses habitants sont appelés les Rhodaniens et Rhodaniennes. La Poste lui attribue le code 69, qu'il partage avec la métropole de Lyon, tous deux faisant partie pour ce qui concerne l'administration de l'État de la circonscription départementale du Rhône. L'INSEE lui attribue le code 69D[2].

Historiquement constitué de l'agglomération lyonnaise et de territoires de moyenne montagne environnants, le Rhône ne compte plus, depuis le , que les territoires extérieurs à la métropole de Lyon.


Histoire[modifier | modifier le code]

Carte du Rhône en 1852.
Article détaillé : Histoire du Rhône.

Le département du Rhône est créé en 1793 par démembrement de celui de Rhône-et-Loire, à la suite du soulèvement de Lyon contre la Convention nationale. À cette époque, le fleuve homonyme marque la limite du département du Rhône avec celui de l'Isère.

Le développement d'une zone urbanisée autour de Lyon entraîne en 1852 l'annexion au département du Rhône de cinq communes de la rive gauche du Rhône situées en Isère (Bron, La Guillotière qui devient le 3e arrondissement de Lyon, Vaulx-en-Velin, Vénissieux et Villeurbanne)[4]. Le est créée la communauté urbaine de Lyon : comme il n'est alors pas possible pour une intercommunalité de réunir des communes de plusieurs départements, 6 communes de l'Ain et 23 communes de l'Isère sont intégrées au département du Rhône afin de rejoindre la nouvelle communauté urbaine. Le département est de nouveau agrandi en 1971, quand Colombier-Saugnieu est à son tour détachée de l'Isère.

Le , les 59 communes de la communauté urbaine de Lyon sont détachées du département pour former la métropole de Lyon[5]. Par souci d'économie, le siège de la préfecture reste à Lyon dans l'actuel hôtel de préfecture. En attendant un éventuel transfert de chef-lieu à l'extérieur du territoire de la métropole qui sera fixé par décret après les élections départementales[6], le conseil général du Rhône peut continuer de siéger à Lyon[1],[6].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le département tire son nom du Rhône. À la suite de la création de la métropole de Lyon, ce fleuve ne traverse plus le territoire du département que sur cinq kilomètres environ, entre Sérézin-du-Rhône et Ternay ; il sert également de limite avec le département de l'Isère entre Loire-sur-Rhône et Condrieu. La création de cette métropole a également coupé le département en deux parties distinctes, une bande de terrain le long du Rhône ayant été prélevée sur le territoire de Millery afin de relier les communes de Grigny et Vernaison, afin d'assurer la continuité territoriale de la métropole de Lyon dont ces deux dernières communes sont membres.

Le département du Rhône fait partie de la région Rhône-Alpes. Il est limitrophe de la métropole de Lyon et des départements de l'Ain, de l'Isère, de la Loire et de Saône-et-Loire.

En dehors de la vallée du Rhône et de la plaine de l'Est lyonnais, le Rhône est un département de moyennes montagnes : la partie nord du territoire est occupée par les monts du Beaujolais et le sud-ouest par les monts du Lyonnais. Les communes qui entourent la métropole de Lyon font partie de l'aire urbaine de Lyon.

Climat[modifier | modifier le code]

Éclairs lors d'un orage sur Lyon.

Le climat du Rhône est de type semi-continental avec des influences alternées des climats méditerranéen, continental et océanique. Les hivers sont assez rigoureux (gelées parfois fortes et chutes de neiges épisodiques) et les étés sont chauds et ensoleillés.

Le vent souffle souvent : la bise se fait sentir régulièrement à partir du nord de la vallée du Rhône et le vent de sud souffle souvent et parfois violemment à l'avant des perturbations en provenance du sud-ouest. Ce régime de vent d'orientation méridienne (nord/sud) est dû à l'alignement des vallées Saône-Rhône et aux reliefs à l'ouest (Massif central) et à l'est (Alpes), qui canalisent le vent dans la vallée. Les orages d'étés peuvent être violents et fréquents.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie du Rhône est fortement influencée par la métropole de Lyon, qui abrite un important secteur industriel (couloir de la chimie, pétrochimie, automobile) et de services. La vallée du Gier connaît une difficile reconversion d'activités industrielles liées à l'extraction et à la transformation de matières premières. La crise du textile n'a pas non plus épargné le département.

Le nord du département, et particulièrement le Beaujolais, est plutôt rural et est réputé pour ses vins. La viticulture est également présente au sud-ouest du département, sur les coteaux des monts du Lyonnais et sur ceux de Condrieu, parmi lesquels on peut citer le Comtés-rhodaniens.

Le Haut-Beaujolais est consacré à l'exploitation du bois. La polyculture, où l'élevage est dominant, existe bien que ce type d'exploitations de taille moyenne ou petite est sur le déclin. De façon générale, le département du Rhône, de par son relief, n'incite guère à une exploitation en plein champ

La principale zone touristique du département est le Beaujolais avec ses vins de renommée mondiale et les villages des pierres dorées

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie du Rhône.

La métropole de Lyon, qui concentrait les trois quarts de la population du Rhône, ayant été détachée du département, le Rhône ne compte plus que 471 026 habitants. Le sud-est du département fait partie de l'aire urbaine de Lyon.

Dans le reste du département, les principales aires urbaines sont celles de Villefranche-sur-Saône et de Tarare.

Transports[modifier | modifier le code]

Le département du Rhône est desservi par les autoroutes A6 et A89.

La gare de Lyon-Saint-Exupéry TGV est la principale gare du département.

Les transports en commun sont organisés par le SYTRAL, qui dépend conjointement du département et de la Métropole de Lyon. Le territoire du département est desservi par les cars du Rhône et la communauté d'agglomération Villefranche-Beaujolais-Saône dispose sur certaines de ses communes du réseau Libellule. Quelques communes périphériques de la Métropole, comme Chasselay ou Chaponost par exemple, sont desservies par les transports en commun lyonnais (TCL) et le service Optibus.

Le département est desservi par l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry qui se situe à Colombier-Saugnieu. Cet aéroport est relié à la gare de Lyon-Part-Dieu (Métropole de Lyon) par la ligne de tramway Rhônexpress.

Culture[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

Conseil départemental[modifier | modifier le code]

Le conseil départemental du Rhône administre le département. Il a longtemps été dominé par des élus de centre-droit, UDF puis UDI, puis par l'UMP suite aux élections départementales de 2015.

Bien que la métropole de Lyon soit détachée du département du Rhône depuis le , la législation prévoit que les deux collectivités territoriales continuent de disposer de certaines institutions sur toute la circonscription départementale du Rhône[7] :

Le siège du conseil départemental du Rhône est toujours situé dans la commune de Lyon, bien qu'elle ne fasse plus partie du département[1].

Services de l'État[modifier | modifier le code]

Pour l'organisation des services déconcentrés de l'État, le département du Rhône fait partie de la « circonscription départementale du Rhône », avec la métropole de Lyon : le préfet du Rhône est également représentant de l'État dans la métropole de Lyon et les directions départementales qui en dépendent sont communes[9] (ce qui explique que la métropole et le Rhône continuent tous deux de porter le code 69)[7]. Les arrondissements de cette circonscription départementale ont été redécoupés pour suivre les nouvelles frontières des collectivités : l'arrondissement de Lyon correspond au territoire de la métropole de Lyon et l'arrondissement de Villefranche-sur-Saône correspond au nouveau territoire du département du Rhône.

Communes[modifier | modifier le code]

La carte des établissements publics de coopération intercommunale dans le département du Rhône.

227 communes du Rhône sont regroupées en 14 intercommunalités et une commune fait partie d'une intercommunalité dont le siège est en Isère.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes

  1. Le découpage des circonscriptions législatives du Rhône ne tient pas compte de la création de la métropole de Lyon.

Références

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]