Poitou-Charentes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Poitou-Charentes
Détail
Détail
Administration
Pays Drapeau de la France France
Préfecture Poitiers
Départements Charente (16)
Charente-Maritime (17)
Deux-Sèvres (79)
Vienne (86)
Chefs-lieux Angoulême
La Rochelle
Niort
Poitiers
Arrondissements 14
Cantons

Communes
157

1 462
Conseil régional Conseil régional de Poitou-Charentes
Présidente Ségolène Royal (PS)
2010-2016
Préfète Élisabeth Borne
ISO 3166-2 FR-T
Démographie
Gentilé Picto-Charentais ou Pictocharentais
Population 1 777 773 hab. (2011)
Densité 69 hab./km2
Langue
régionale
Poitevin-saintongeais
(poitevin et saintongeais),
occitan
Géographie
Superficie 25 809 km2
Localisation
Localisation de Poitou-Charentes
Liens
Site web http://www.poitou-charentes.fr

Poitou-Charentes est une des 22 régions administratives de la France métropolitaine. Elle regroupe quatre départements : Charente, Charente-Maritime, Deux-Sèvres et Vienne, issus des anciennes provinces d'Angoumois, d'Aunis, d'une partie du Poitou (Haut-Poitou) et de Saintonge. Elle a pour capitale Poitiers, plus grande ville et unité urbaine de la région. Les autres villes importantes sont La Rochelle, Niort, Angoulême, Châtellerault, Saintes, Rochefort et Royan.

Située dans le Grand Sud-Ouest français[1], elle regroupe une population de 1 777 773 habitants en 2011[2], appelés Picto-Charentais ou Pictocharentais (nom formé à partir du peuple gaulois des Pictons), population répartie sur 25 809 km², soit une densité moyenne de 69 hab/km². Il existe cependant d'importantes disparités entre des territoires agricoles marqués par une certaine déprise démographique, des régions littorales en croissance constante (Aunis, îles de et d'Oléron, Côte de Beauté) et des agglomérations souvent densément peuplées.

Cette région marquée par la ruralité est réputée pour ses vignobles, qui produisent cognac, pineau des Charentes mais aussi vins du Haut-Poitou, ses produits maraîchers (melons, dont elle est la première région productrice au niveau national[3]) ou ses productions laitières (fromages de chèvre et de vache, beurre de Charentes-Poitou). Le tourisme, notamment balnéaire, constitue un pan important de l'économie locale, de même que les services. La région compte deux universités (Poitiers et La Rochelle), quatre pôles universitaires décentralisés (Angoulême, Niort, Royan et Châtellerault), deux écoles supérieures de commerce, sept écoles d'ingénieur et plusieurs pôles de recherche et de transfert de technologie.

Poitou-Charentes est délimitée par le Centre et les Pays de la Loire au nord, le Limousin à l'est et l'Aquitaine au sud. Sa bordure occidentale s'ouvre sur l'océan Atlantique et sur l'estuaire de la Gironde, plus vaste estuaire d'Europe, lui offrant une large façade maritime.

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie de Poitou-Charentes.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Le Marais poitevin.

Les bas plateaux formés de roches calcaires d'âge jurassique sont souvent recouverts de dépôts argileux ou siliceux répandus au tertiaire depuis les massifs anciens voisins. Leurs sols sont peu fertiles et portent des forêts et des landes (brandes), ainsi que des cultures ou des prairies sur les argiles à châtaigniers de l'ouest. Ces plateaux sont localement entaillés par les vallées peu encaissées des cours d'eau rejoignant au nord la Loire et au sud la Charente. Dans les plaines de terrains calcaires plus tendres (Crétacé), situées en avant des plateaux précédents, les formes de relief s'adoucissent.

Dans le Châtelleraudais et l'Angoumois, le relief de cuestas prédomine et côtoie les plaines voisines comme celles de Neuville et de Matha.

Sur le littoral atlantique où la région dispose d'une vaste façade maritime et estuarienne, des zones de marais aménagés, la grande majorité poldérisés au XIXe siècle, alternent avec la plaine calcaire de l'Aunis et le plateau gréseux de la Saintonge. De l'embouchure de la Sèvre niortaise, au nord, jusqu'à celle de la Seudre, au sud, se succèdent le Marais poitevin, le marais de Rochefort et le marais de Brouage. De part et d'autre de l’estuaire de la Seudre jusqu’à l'estuaire de la Gironde s'individualisent les marais de la Seudre et une partie des marais girondins, au sud de Mortagne-sur-Gironde sur la rive droite de l'estuaire.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat, en Poitou-Charentes, est de nature océanique aquitain pour la partie charentaise, et océanique parisien pour la partie poitevine[4]. Le seuil du Poitou agit comme une relative barrière climatique entre le Poitou au nord et les Charentes au sud, et il y a environ 1,2 ° de différence entre les températures moyennes à Poitiers et Cognac (12,5 ° à Cognac), et 0,2 ° entre Cognac et Bordeaux[5],[6],[7].

Les précipitations, réparties sur l'ensemble de l'année, varient environ entre 650 mm et 900 mm, le nord-est de la région (nord du département de la Vienne) étant moins arrosé que l'ouest (littoral de la Charente-Maritime et hauteurs des Deux-Sèvres, partie du Massif armoricain)[8]. Le climat de la Charente limousine, partie du Massif central, est, lui aussi, plus arrosé et plus frais[9].

Les hivers sont doux, les étés chauds mais sans excès. La région bénéficie d'un ensoleillement important (plus de 2000 heures par an dans les Charentes). Malgré des pluies réparties sur l'ensemble de l'année, l'évapotranspiration est élevée durant les mois d'été : de mai à septembre.

La neige ne dure jamais longtemps, et les gelées sont de courte durée.

Végétation[modifier | modifier le code]

Sur les sols les moins fertiles, forêts et prairies couvrent de grands espaces, souvent bocagers. À l'inverse, les labours dominent dans les plaines découvertes constituant les paysages d'openfield caractéristiques appelés « campagnes ».

Environnement et écologie[modifier | modifier le code]

De par sa position biogéographique, l'écopotentialité de la région est importante. Les zones humides d'importances se sont cependant dégradés depuis le début du XXe siècle. Les marais se différencient selon qu'ils ont été drainés (marais dits « desséchés ») ou non (marais « mouillés »), et suivant leur état de culture ou d'abandon. Le Marais gât regroupe des marais convertis en prairies. Ayant souvent succédé à des marais salants, certains, près du rivage, ont été transformés en parcs à huîtres. Des forêts de pins couvrent de petits secteurs littoraux méridionaux (forêt de la Coubre) ou de l'intérieur (Double saintongeaise).

Le littoral est concerné par la surpêche de certaines espèces : 28 stocks de population de poissons sur 34 sont en mauvais état, voire en très mauvais état dans le golfe de Gascogne. La population de sole commune (Solea solea) par exemple est surexploitée[10]. La biomasse des géniteurs est en baisse depuis 1993 et les captures portent de plus en plus sur les classes jeunes. L'anguille européenne est aussi menacée par une sur-pêche en estuaire et le braconnage des civelles et par la pollution de l'eau. En Poitou-Charentes, cette espèce autrefois parmi les plus communes est depuis peu classée dans la liste rouge des espèces piscicoles menacées.

En mai 2011, la région et la DREAL ont commencé à élaborer leur SRCE[11], avec un site[12] consacré à la Trame verte et bleue régionale.

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Poitou-Charentes.

Les habitants de Poitou-Charentes sont les Picto-Charentais ou Pictocharentais.

La population, après un déclin dû à l'exode rural, connaît une augmentation légère mais continue, due pour l'essentiel au solde migratoire. Si jusque dans les années 1990, seuls la Charente-Maritime et la Vienne voyaient leur population augmenter, c'est désormais le cas dans les 4 départements de la région. En 2006, la population de Poitou-Charentes était de 1 724 123 habitants, soit 84 000 de plus qu'au dernier recensement de 1999. Depuis 1999, la région a progressé au rythme de 0,74 %, pourcentage dû essentiellement à l'immigration, l'accroissement naturel étant un des plus faibles du pays.

Ainsi en 2006, selon l'Insee[13], 165 000 personnes résidant dans la région n'y habitaient pas 5 ans auparavant, ce qui signifie que près de 10 % de la population résidente s’est installée dans la région depuis moins de 5 ans (soit 2 points de plus que la moyenne des régions de métropole). Poitou-Charentes est ainsi la 3e région française sur ce critère d’attractivité résidentielle. La région occupe d’ailleurs le 1er rang pour sa part de nouveaux arrivants pour les cadres, les artisans et les commerçants. Une forte proportion (87 %) des nouveaux résidants de la région viennent d'une autre région de France, et 21 000 viennent de l'étranger, dont 41 % de ressortissants britanniques (la proportion atteignant 61 % en Charente et 50 % en Deux-Sèvres).

Parallèlement, toujours selon l'Insee, près de 109 000 personnes ont quitté Poitou-Charentes et habitent dans une autre région française. Au jeu des migrations avec le reste de la France, la région est donc gagnante : le solde des migrations internes est de 35 000 personnes, soit 7 000 par an. La région gagne en moyenne 44 personnes par an pour 10 000 habitants grâce aux échanges avec le reste de la France, ce qui la place au 6e rang des régions françaises pour son taux de migration interne.

Tous les départements n'ont cependant pas le même niveau d'attractivité : ainsi la Charente-Maritime est de loin le département le plus attractif de la région, et enregistre près de 5 000 nouvelles personnes du seul fait des migrations avec le reste de la France. Suivent la Vienne, qui attire principalement des étudiants, et les Deux-Sèvres. La Charente présente un solde migratoire avec le reste de la France quasi-nul.

La population rurale reste majoritaire dans les Deux-Sèvres et en Charente. Globalement dans la région, les agglomérations ont bénéficié de soldes démographiques positifs. Au dernier recensement de 2006, si dans certains cantons les plus ruraux la population continue de diminuer dangereusement (départ des éléments les plus jeunes), dans l'ensemble la population s'accroit même dans les zones rurales. Les nouvelles facilités de communication (TGV, autoroutes A10 et A83) permettent d'aller travailler dans les grandes villes, pas nécessairement celles de la Région (Angers, Tours, Limoges, Bordeaux, Nantes, voire Paris). Le fait nouveau depuis les années 1980, par rapport à la croissance de la banlieue proche lors des années 1960 et 70, est le déplacement de cette croissance en périphérie de plus en plus éloignée. Ce phénomène de rurbanisation ne concerne pas que les quatre principales agglomérations de Poitou-Charentes, il touche également les villes moyennes comme Saintes, Rochefort, Châtellerault, s'étendant dans un rayon qui dépasse les 20 km alentour, voire 30 km pour les plus grandes agglomérations.

Poitou-Charentes est l'une des seules régions dans l'Ouest à ne pas posséder de grande métropole qui tire la région vers le haut (ex : Tours pour le Centre, Angers et Nantes en Pays de la Loire, Bordeaux en Aquitaine). Cela se ressent fortement au niveau démographique, comme évoqué ci-dessus. Bien que Niort soit la quatrième place financière française[14] derrière Paris, Lyon et Lille, elle reste méconnue notamment par sa qualité de ville moyenne - 60 000 habitants.

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie de Poitou-Charentes.

Panorama de l'économie régionale[modifier | modifier le code]

La viticulture est fortement orientée vers la production de cognac ; le pineau des Charentes est également un débouché important. La fin programmée de l'exception de la double affectation parcellaire des terrains viticoles a poussé la région à promouvoir le vin de pays charentais. Il rencontre un succès très appréciable, compte tenu de la proximité du bordelais. Dans le nord de la région s'étend le vignoble du Haut-Poitou.

La maïsiculture irriguée dominante est durement touchée par la sécheresse notamment en Deux-Sèvres et en Charente-Maritime.

La production d'huîtres à Marennes-Oléron occupe une bonne partie du littoral maritime.

Le développement du tourisme est une direction visiblement choisie par les administrations locales, avec le soutien au développement de parc à thèmes (Futuroscope, l'Ile aux serpents, la Vallée des singes, etc.). Le Parc du Futuroscope près de Poitiers, ainsi que le Zoo de La Palmyre près de Royan, représentent à eux deux 50 % des recettes touristiques de la région.

Le choix du tourisme est une alternative de compensation importante à la perte d'emplois industriels.

Les services sont particulièrement bien représentés avec la présence de sièges de société d'assurance à Niort et de centres d'appel à La Rochelle.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Distillerie au Maine-Giraud, Charente

Des grands secteurs de l'économie régionale qui ont le plus évolué depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, c'est l'agriculture qui vient en tête. L'abandon de la profession par de nombreux exploitants trop âgés pour cultiver leurs terres ou trop jeunes - et donc en difficulté pour en acquérir de nouvelles -, le regroupement des exploitations entre quelques mains et la mécanisation ont conduit à une spécialisation aux dépens de la polyculture, pourtant de tradition dans nombre de régions du Centre-Ouest.

Chaque ferme, souvent de petite dimension, se livrait autrefois à des cultures variées (céréales, plantes fourragères, vigne, arbres fruitiers) et à l'élevage (vaches, porcs, moutons, chèvres, volailles et ânes - baudet du Poitou notamment). Aujourd'hui, une exploitation de 30 à 50 ha se consacre à la culture de deux ou trois produits : céréales (blé ou maïs), oléagineux (tournesol ou colza), tabac dans quelques terroirs favorisés de la Vienne, vigne en Charente (pour la distillation) et dans quelques secteurs donnant des vins de qualité supérieure (plaine de Neuville), exceptionnellement d'appellation d'origine contrôlée (AOC), comme au nord de la Vienne et des Deux-Sèvres (appartenant aux vignobles du Val de Loire). Suivant les endroits, l'élevage du gros bétail est pratiqué pour la fourniture de lait ou de viande (race bovine parthenaise, originaire de Parthenay), avec recours aux plantes fourragères et de plus en plus aux aliments composés.

Les élevages ovins et caprins, le plus souvent en plein air, fournissent agneaux et fromages de chèvre réputés (chabichou).

Bon an mal an, la région se situe aux premières places des producteurs français pour le lait de chèvre, le blé, le tournesol, le tabac et les graines de plantes fourragères.

Parmi les produits d'appellation d'origine contrôlée ou d'indication géographique protégée enregistrés auprès de l'INAO Poitou-Charentes produit notamment[15] :

  • le Beurre des Charentes-Poitou avec des zonages plus restrictifs pour les Charentes et les Deux-Sèvres (Décret du 29/08/1979)
  • le Chabichou du Poitou (Décret du 29/06/1990 modifié)
  • le Cognac (Décret n° 2009-1146 du 21 septembre 2009)
  • le Pineau des Charentes blanc ou rouge (Décret n° 2009-1132 du 18 septembre 2009)
  • l'Agneau de Poitou-Charentes (N° national du dossier : IG/03/98)
  • les Volailles du Val de Sèvres (N° National du dossier : IG/29/94)
  • le Melon du Haut-Poitou (N° National du dossier IG/14/95)
  • les Huitres de Marennes - Oléron (N° CEE : FR-PGI-005-591/16.02.2007)

Les eaux-de-vie obtenues dans la région d'appellation pour la fabrication du célèbre cognac, après une période de vieillissement dans les chais d'au moins trois ans, sont exportées dans le monde entier par les grandes maisons de négociants. Le pineau des Charentes est l'autre fleuron régional.

Pêche[modifier | modifier le code]

Cette activité à laquelle se livrent quelques ports du littoral, principalement ceux de la Cotinière et de La Rochelle-La Pallice, ne connaît plus le même succès qu'autrefois. L'ostréiculture est toujours en plein essor dans le bassin de Marennes-Oléron, le premier de France pour les quantités expédiées. La mytiliculture prospère sur le littoral d'Aunis. L'aquaculture, avec l'élevage d'autres coquillages et de poissons, en est encore à ses débuts.

Industrie[modifier | modifier le code]

Les collectes effectuées par les laiteries coopératives ou privées ont donné naissance, depuis un siècle, à une importante production de beurre, de fromages et de produits dérivés (poudre de lait), plaçant l'agroalimentaire à un niveau convenable. L'abattage des bêtes d'élevage n'a, en revanche, pas entraîné une grande industrie de traitement de la viande. D'anciennes industries ont dû se spécialiser pour survivre : la papeterie charentaise fournit aujourd'hui des papiers spéciaux, des scieries traitent des grumes importées pour en faire des panneaux de contreplaqués et d'agglomérés.

Les industries extractives sont particulièrement bien représentées, la géologie y permettant une grande variété d'exploitations. Les deux-sèvres, riches en roches dures de type diorite, fournissent les granulats pour la viabilité et le ballast des lignes à grande vitesse. La rareté de ces roches font que ces matériaux descendent jusqu'à Bordeaux ou remontent à Paris. Les roches sédimentaires (calcaire) que l'on trouve en Charente et Charente-Maritime sont exploitées pour en faire de la pierre de taille, des matériaux de terrassement, des charges minérales pour des applications industrielles ou agricoles, ou du ciment. Poitou-Charentes compte 3 cimenteries : Airvault, la Couronne et Bussac-Forêt. On peut y ajouter l'extraction de sables alluvionnaires et de sables marins qui servent à la production de béton.

Les industries des matériaux de construction (briques, tuiles, produits réfractaires…), quelques branches de la chimie et surtout les industries mécaniques - allant de l'électrotechnique au matériel de transport (voitures de chemins de fer, TGV, pièces détachées pour automobiles, avions, bateaux de plaisance), en passant par des engins pour la défense nationale - complètent la gamme des activités régionales. La réussite de quelques firmes a intéressé des sociétés étrangères ; certaines ont pris des participations dans leur capital, voire les ont totalement absorbées.

Transports et voies de communication[modifier | modifier le code]

Liaisons SNCF en Poitou-Charentes
Article détaillé : TER Poitou-Charentes.

Poitou-Charentes est une région de transit sur l'axe Paris-Bordeaux et Centre-Europe Atlantique, mais également une destination touristique (Royan, marais poitevin, etc.). Son rôle de région de transit l'implique notamment dans le développement de la liaison TGV Paris-Bordeaux-Espagne-Toulouse. Son rôle de région touristique la pousse à développer les infrastructures routières « terminales » : mise à deux voies de la liaison Autoroute-Royan, autoroute de La Rochelle, contournement de Royan.

Poitou-Charentes est traversée du nord au sud par la route nationale 10, voie historique de l'axe Paris-Bordeaux, dédoublée il y a quelques années par l'autoroute A10 dont le tracé a été décalé à l'ouest pour des raisons économiques et touristiques. Privant ainsi le département de la Charente et Angoulême (1re ville du département en termes de population) de l'autoroute. Depuis l'ouverture de l'A10, la promesse a été faite que la Nationale 10 serait intégralement mise en 2x2 voies rapidement, ce qui n'est toujours pas le cas aujourd'hui (prévue pour 2015[16]). L'autoroute A10 dessert des grandes villes de la région telles que Châtellerault, Poitiers, Niort, Saintes. L'essentiel du réseau autoroutier est géré par les Autoroutes du Sud de la France (ASF) et une petite partie par Cofiroute. Les ASF décomposent leur réseau dans la région en trois tronçons d'une centaine de kilomètres cumulés chacun :

  • Niort, qui comprend une partie de l'A83 ;
  • Saintes, qui comprend le petit tronçon de l'A837 ;
  • Ambarès.

À titre indicatif, en 2005 on a pu relever sur chacun des tronçons :

  • Niort : 4,2 millions de transactions pour un montant avoisinant 90 millions d’euros ;
  • Saintes : 5,4 millions de transactions pour un montant avoisinant 50 millions d’euros ;
  • Ambarès : 6,5 millions de transactions pour un montant avoisinant 55 millions d’euros.

Il y a aussi la ligne TGV Paris- Bordeaux qui dessert Poitiers et Angoulême et la ligne Atlantique La Rochelle-Paris (via Niort, Saint-Maixent-l'École et Poitiers), qui permet de rejoindre la gare de Paris-Montparnasse.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le tourisme régional est largement dominé par le littoral de la Charente-Maritime qui draine la majorité des touristes de la région.

La façade atlantique a suscité dès le XIXe siècle le développement du tourisme balnéaire, qui est devenu familial au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, attirant à chaque période estivale les habitants des villes du Centre-Ouest et même de toute la France septentrionale. Le domaine insulaire charentais (îles de , d'Oléron et d'Aix) est devenu particulièrement attractif ainsi que les stations balnéaires agréablement aménagées de Royan, Fouras et Châtelaillon-Plage pour ne citer que les plus cotées du littoral charentais. Sur cette côte particulièrement animée en été, La Rochelle fait figure de phare pour toute la région, étant l'une des villes de France les plus visitées aussi bien sur le plan touristique que culturel.

Pour retenir les touristes qui affluent majoritairement vers la côte atlantique, la région a fourni de gros efforts pour le développement du tourisme culturel, qu'il soit urbain ou rural. À l'intérieur des terres notamment, la région a mis en valeur des monuments historiques prestigieux, sinon dignes d'intérêt (châteaux et manoirs, églises romanes et abbayes, musées et écomusées…) et des sites géographiques remarquables (vallée de la Charente, Marais poitevin, grottes de l'Angoumois…) qu'il est possible de découvrir le long d'itinéraires touristiques balisés. De même, les villes de l'intérieur de la région comme Poitiers, Rochefort, Saintes, Cognac ou Angoulême essaient de retenir ces mêmes touristes grâce à l'excellence de leur patrimoine urbain et historique ou par l'organisation de manifestations culturelles fort originales que sont les nombreux festivals.

S'il est vrai qu'un grand nombre de vacanciers, dont beaucoup se dirigent plus au sud, ne font qu'une brève étape en région, à l'image de ceux venant visiter le Futuroscope à Poitiers, il n'en reste pas moins que le littoral charentais a fait de la Charente-Maritime la deuxième destination touristique de France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de Poitou-Charentes.

Articles détaillés pour la période antérieure à la création des départements :

L'histoire de Poitou-Charentes en tant qu'entité administrative commence avec la création des Régions, sous le régime de Vichy. La région comprend alors cinq départements, incluant la Vendée, correspondant aux Charentes au sud et au Poitou au nord. Supprimées à la Libération, les régions renaissent en 1956 sous la forme de circonscriptions de programmes d'actions régionales. Poitou-Charentes est alors constituée des quatre départements actuels.

Cette région, à cheval sur le Sud-Ouest et le Centre-Ouest de la France, qui n'avait jadis aucune homogénéité historique, a été créée pour combler le vide d'influence entre Tours et Bordeaux, en réunissant d'anciennes provinces : une partie du Poitou, Angoumois, Saintonge et Aunis. Poitiers a été choisie comme préfecture, non à cause d'une prééminence quelconque (elle fait alors la même taille que La Rochelle), mais parce qu'elle avait une université.

Chronologie des évènements marquants[modifier | modifier le code]

  • - 5000-3000 av. J.-C. : prolifération des dolmens en Poitou.
  • IIIe siècle : débuts de la christianisation.
  • 350 : saint Hilaire, premier « docteur » de la foi, devient évêque de Poitiers.
  • Ve siècle : les Wisigoths s'emparent de la région.
  • 507 : Clovis bat les Wisigoths près de Poitiers. La région devient franque.
  • 799 : première incursion viking.
  • 845 : les Vikings prennent Saintes.
  • 1152 : en plus de l'Aquitaine, Aliénor apporte les territoires correspondant à l'actuel Poitou-Charentes à son nouvel époux, Henri Plantagenêt, comte d'Anjou. Quand celui-ci devient, en outre, roi d'Angleterre, ses domaines français sont alors aussi étendus que ceux du roi lui-même. Toute la guerre de Cent Ans découle de cette situation.
  • 1204 : première prise de Poitiers par Philippe Auguste. La seconde, en 1224, sera définitive.
  • 1534-1535 : Calvin prêche à Saintes, Poitiers, Angoulême.
  • 1630-1700 : des centaines de résidents locaux s'embarquent pour l'Acadie, aujourd'hui région du Canada où beaucoup de leurs descendants vivent toujours.
  • 1790 : la province du Poitou est partagée en trois départements : les Deux-Sèvres, la Vienne (Haut Poitou) et la Vendée (Bas Poitou). L’Aunis et la partie ouest de la Saintonge sont réunies pour former la Charente-Inférieure. Le département de la Charente correspond à l’Angoumois et la partie est de la Saintonge.
  • 1822 : « complot » des quatre sergents de La Rochelle.
  • 1945 : Royan est anéantie par les bombardements alliés.
  • 1991 : nomination d’Édith Cresson, maire de Châtellerault (86), au poste de Premier ministre. C'est la première femme à occuper ce poste. Elle démissionnera en mars 1992 après la cuisante défaite de son parti aux élections régionales.
  • 2002 : nomination de Jean-Pierre Raffarin, président de Poitou-Charentes, au poste de Premier ministre. Il sera remplacé en mai 2005, au lendemain de la victoire du Non au référendum visant à adopter la Constitution européenne.
  • 2004 : Ségolène Royal fait basculer à gauche le conseil régional de Poitou-Charentes dont elle devient présidente en réalisant le meilleur score du PS en France aux régionales cette année-là.

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules à cinq châteaux d'or donjonnés de trois pièces en sautoir.
Commentaires : Ce blason est le plus souvent utilisé pour représenter Poitou-Charentes. Bien qu'il n'ait aucune reconnaissance administrative, la légion départementale de gendarmerie utilise ce blason[17]. Ce blason est à l'origine celui de la commune de Scorbé-Clairvaux dans la Vienne. A l'image des régions[18], en 2010, la Monnaie de Paris lance des pièces en argent gravées par Joaquin Jimenez. L'emblème de la pièce de Poitou-Charentes s'inspire directement de ce blason en reprenant les « cinq châteaux d'or »[19].
  • Bien que ce blason soit une référence d'Alphonse de Poitiers et de la Castille, cet emblème semble avoir été incorporé dans la culture populaire. Les châteaux du blason ont été assimilés à la légende de Mélusine la bâtisseuse. De plus, les cinq châteaux peuvent aussi représenter les cinq « pays » de Poitou-Charentes, à savoir : le Poitou, l'Aunis, la Saintonge, l'Angoumois et le Limousin de l'Est charentais et Sud-Est de la Vienne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Les données de la géographie administrative[modifier | modifier le code]

Poitou-Charentes est formée de quatre départements qui rassemblent 14 arrondissements administratifs dont 3 dans le département de la Charente, 5 dans celui de la Charente-Maritime, 3 dans celui des Deux-Sèvres et trois également dans celui de la Vienne.

Les quatre départements pictocharentais regroupent 157 cantons et 1 462 communes.

Conseil régional[modifier | modifier le code]

Sur le plan politique, la région est devenue une terre de gauche. En 2004, Ségolène Royal fait basculer à gauche le conseil régional dont elle devient présidente, réalisant le meilleur score du Parti socialiste en France aux élections régionales cette année-là.

CR Poitou-Charentes 2007.png

Tendances politiques et élections[modifier | modifier le code]

Élection / collectivités Gauche Droite
Élection présidentielle (2012) (2nd tour) 55,51 % (François Hollande) 44,49 % (Nicolas Sarkozy)
Conseillers régionaux (2010) 39 (liste menée par Ségolène Royal) 16 (liste menée par Dominique Bussereau)
Conseils généraux (2011) 2 2
Députés (2012) 13 2
Sénateurs (2008) 2 7
Villes chefs-lieux de département (2014) 2 (Poitiers, La Rochelle) 2 (Niort, Angoulême)

Identité régionale[modifier | modifier le code]

La région administrative, créée en 1956, regroupe les quatre départements formés à la Révolution française à partir des anciennes provinces du Poitou, de l'Aunis, de la Saintonge et de l'Angoumois. Seule la première a perdu sa partie occidentale, le bas Poitou, devenu département de la Vendée (Pays de la Loire). À l'Angoumois a été rattaché le Confolentais limousin, ainsi qu'une partie de la Saintonge, quelques paroisses du Poitou et du Périgord, pour constituer le département de la Charente.

Cet ensemble, sans identité historique ni géographique, a été créé pour combler le vide d'influence entre Tours et Bordeaux. Poitiers a été choisie comme préfecture, non à cause d'une prééminence quelconque (elle comptait alors à peu près autant d'habitants que La Rochelle), mais parce qu'elle avait une université.

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture de Poitou-Charentes.

Manifestations culturelles[modifier | modifier le code]

Principales salles de spectacle et de congrès[modifier | modifier le code]

Scènes nationales[modifier | modifier le code]

Les chef-lieux des quatre départements de la région sont chacun dotés d'une scène nationale :

Ce lieu comporte trois salles, dont la plus grande, baptisée « Le Grand Théâtre », peut accueillir 1003 spectateurs. La Coursive est installée dans l'ancien Couvent des Carmes, construit en 1665, vendu à la Révolution et séparé en deux (une partie devient successivement manufacture de tabac, marché aux poissons et salle des sports et l'autre partie est transformée en entrepôt utilisé par les douanes). En 1979, on décide de construire sur l'emplacement du couvent une Maison de la Culture (seuls la façade et le cloître intérieur seront conservés) ; celle-ci deviendra en 1990, après une nouvelle phase de travaux, « La Coursive », scène nationale de La Rochelle.

Scène nationale construite en 1986, elle comporte deux salles dont la plus grande peut accueillir 940 spectateurs.

Inauguré en 2008, il comprend un théâtre de 722 places, un auditorium de 1021 places et un cinéma d'arts et essais.

L'édifice date de 1870, son aspect extérieur d'origine est préservé mais l'intérieur a été entièrement requalifié en 1997. Il comporte trois salles, dont la plus grande peut accueillir 722 spectateurs.

Autres lieux de spectacles et de congrès[modifier | modifier le code]

Films réalisés en Poitou-Charentes[modifier | modifier le code]

  • Il était une fois en Poitou-Charentes. (2013). Réalisation Thomas Souchard, musique du compositeur niortais Sébastien Maye.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Carte schématique de l'implantation des mégalithes en France. Les zones de couleur verte et orange marquent les régions de forte implantation de dolmens, menhirs et cromlechs.
  • Patrimoine préhistorique et gallo-romain
Dolmen de la Garde-Epée, à Saint-Brice, en Charente.

Poitou-Charentes se trouve au cœur du sillon ouest-européen d'implantation des mégalithes édifiés entre la fin du Ve millénaire av. J.-C. et la fin du IIIe millénaire av. J.-C. ; ce sont pour la plupart des dolmens et tumuli, souvent situés en plein champ, mais certains sont parfois visibles en ville, telle la Pierre levée de Poitiers. De nombreux sites du paléolithique et du néolithique ont également été découverts dans la région, surtout en Charente : citons les grottes de de la Trache et du Quéroy et le site de La Quina. Enfin, les témoignages de la présence romaine dans la région ne manquent pas, parmi les mieux conservés on peut mentionner le Théâtre gallo-romain des Bouchauds, les Thermes de Chassenon, l'Amphithéâtre de Saintes

  • L'art roman

Les quelque 600 monuments qui jalonnent la région sont autant de témoins d'une architecture née au Xe siècle sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, et plus spécifiquement sur la via Turonensis, qui traverse la région du nord au sud. Ces édifices, de style roman pour la plupart, témoignent d'une architecture fervente, pétrie d'influences, faite d'invention mais aussi de mesure et d'équilibre. On en trouve un grand nombre en Saintonge, considéré comme le fleuron de l'Art roman, où chaque église de village est une œuvre de l'art des campagnes, mais aussi un peu partout dans la région, où les chantiers ont fleuri par centaines aux XIe et XIIe siècles. Citons les plus importants : l'Abbaye aux Dames de Saintes, la Cathédrale Saint-Pierre d'Angoulême, l'Église Saint-Pierre-de-la-Tour d'Aulnay, l'Église Saint-Hilaire de Melle et l'Église Notre-Dame la Grande de Poitiers.

  • Principaux monuments et lieux à découvrir
en Charente en Charente-Maritime dans les Deux-Sèvres dans la Vienne
Centre historique d'Angoulême (Hôtel de ville, Cathédrale Saint-Pierre, Église Saint-André) Abbaye de Fontdouce à Saint-Bris-des-Bois Abbaye royale de Celles-sur-Belle Abbaye Notre-Dame de l'Étoile d'Archigny
Église monolithe Saint Jean d'Aubeterre-sur-Dronne Centre historique de Saintes (Amphithéâtre gallo-romain, Arc de Germanicus, Cathédrale Saint-Pierre, Basilique Saint-Eutrope, Abbaye aux Dames et Église Saint-Pallais) Château d'Oiron Abbaye Saint-Sauveur de Charroux
« Cassinomagus », complexe monumental gallo-romain établi sur l'actuelle commune de Chassenon Hôtel de ville, Vieux-Port de La Rochelle et ses fortifications (de la Chaîne, de la Lanterne et Saint-Nicolas), Cathédrale Saint-Louis, Église Saint-Sauveur, rues bordées d'immeubles à arcades, Aquarium de La Rochelle Château Renaissance de Coulonges-sur-l'Autize Cité médiévale et château de Chauvigny
Château de La Rochefoucauld Cité médiévale de Pons (Donjon et Hôpital des pèlerins classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco) Église Saint-André, Église Notre-Dame, Place de la Brêche, Donjon et pilori de Niort Abbaye Saint-Martin de Ligugé
Centre historique de Cognac (Château des Valois, maisons à colombages, Place et Parc François Ier, Église Saint-Léger) Église Saint-Pierre d'Aulnay Abbatiale Saint-Maixent de Saint-Maixent-l'École Abbaye Saint-Junien de Nouaillé-Maupertuis
Royan, ses plages et son patrimoine moderniste (Église Notre-Dame, Palais des Congrès, Marché central, Front de mer, Port de Royan) Centre historique de Poitiers (Cathédrale Saint-Pierre, Baptistère Saint-Jean, Église Notre-Dame la Grande, Église Saint-Hilaire le Grand)
Bastide de Talmont-sur-Gironde, Église Sainte-Radegonde et cimetière marin Abbaye Saint-Benoît de Quinçay de Saint-Benoît
Château de la Roche-Courbon à Saint-Porchaire Abbaye de Saint-Savin
Rochefort, ville nouvelle du XVIIe siècle (Corderie royale, Église Saint-Louis, Théâtre, Place Colbert) Château de Marconnay et site gallo-romain d'Herbord, sur la commune de Sanxay
Place-forte et marais de Brouage, Tour de Broue

Gastronomie[modifier | modifier le code]

  • Huîtres de Marennes-Oléron, cognac, pineau des Charentes, beurre AOC, mogettes, cagouilles (escargots), agneau, fromage de chèvre, chabichou…, la liste est loin d'être exhaustive et témoigne de l'extraordinaire richesse gastronomique de Poitou-Charentes. Ici, la nature est généreuse et donne en abondance les produits nécessaires à une cuisine saine et authentique. Réputés pour leur saveur, les fleurons du terroir régalent les gourmets et figurent en bonne place sur les tables des plus grands restaurants.
  • cognac : s'étend sur la Charente, la Charente-Maritime et les Deux-Sèvres. Il y a six crus : la Grande Champagne, la Petite Champagne, les Borderies, les Fins Bois, les Bons Bois, les Bois Ordinaires et les Bois Communs. Depuis plus de quatre siècles, cette eau-de-vie au bouquet subtil et délicat constitue la principale richesse de la région.
  • pineau des Charentes : il n’est pas seulement le fruit de la vigne, mais aussi celui du hasard. Blanc, rouge ou rosé, fait d'un mélange de subtil jus de raisin des Charentes et de Cognac.
  • Les vins du Haut-Poitou : les cépages du « Haut-Poitou » sont devenus les indispensables compagnons de la cuisine régionale.

Le Chardonnay s'harmonise avec les crustacés et les poissons en sauce. Le Sauvignon accompagne aussi bien les fruits de mer que les fromages de chèvre. Le Gamay, léger et fruité, s'accorde avec les cochonnailles et les potées hivernales alors que le Cabernet se sert avec les viandes et les volailles.

  • L'angélique : C'est une plante aromatique cultivée traditionnellement dans la région de Niort mais aussi en Charente-Maritime, pour la confiserie et la liquoristerie.

L'angélique est une plante bisannuelle de la famille des ombellifères pouvant atteindre 2 mètres de hauteur en terrain frais et ensoleillé. La plante fleurit lors de la 3e année de végétation. Elle possède des propriétés toniques, stimulantes, digestives et antispasmodique.

L'angélique se consomme directement ou s'utilise en pâtisserie pour parfumer la galette au beurre. Surnommée « l'herbe des anges » dans les Deux-Sèvres, l'angélique se consommait autrefois pour le goûter accompagnée d'une tartine de pain.

La liqueur d'angélique est un liquide translucide d'un vert dense contenant 40 % d'alcool en volume, très légèrement sirupeux, composé d'angélique de cognac, de sucre (saccharose) et d'eau distillée. La liqueur d'angélique se consomme glacée en digestif aussi bien pure que sur de la glace pilée. Elle est très utilisée dans la préparation de nombreux cocktails, sorbets et desserts.

  • Les huîtres de Marennes-Oléron : l’alliance des eaux douces et salées sous un climat ensoleillé fait du bassin de Marennes-Oléron le plus important lieu de production d'huîtres de France et l'unique de France qui pratique la culture en claires.
  • Les fruits de la pêche : le poisson fait partie de la culture culinaire régionale.

Les céteaux se mangent grillés ou meunières. Les barbarins (petits rougets) cuisent dans du gros sel avant d'être dégustés. La sardine « royan » s'apprécie fraîche ou grillée.

  • L'agneau de Poitou-Charentes : est issu d'une longue tradition d'élevage pour sa viande dont la qualité et la saveur sont unanimement reconnues. Sa saveur délicate en fait un des plats régionaux parmi les plus appréciés.
  • Les vaches de race limousine et parthenaise : la parthenaise est une race bovine issue d'une longue tradition d'élevage. Sa viande « haut de gamme » (certifiée Label rouge) aux muscles volumineux, de couleur appétissante, rouge bien vif, est juteuse et savoureuse en bouche.
  • Autres viandes : le « Porc de la Frairie » certifie aux consommateurs un produit de qualité reconnue. Le lapin reste une production de tradition qui place l'élevage de la région en troisième position.
  • Les fromages de chèvre : Poitou-Charentes collecte les trois quarts du lait de chèvre français et offre toute une gamme de fromages ronds, en boîte, parmi lesquels le « Bougon », le « Mothais », le « Saint-Loup »… parfois garnis de feuilles de châtaignier.
  • Le beurre Charentes-Poitou : appellation d'origine contrôlée, fabriqué exclusivement à base de crème de lait pasteurisé. Ce beurre haut de gamme est produit dans les deux Charentes et des trois départements (Vienne, Deux-Sèvres et Vendée) de l'ancienne province du Poitou.
  • Le melon charentais : le terroir ensoleillé de Poitou-Charentes permet la culture de melons de grande qualité. Poitou-Charentes est la troisième région productrice de France. Aujourd'hui, le melon charentais est mondialement reconnu.

Figures importantes de la Région[modifier | modifier le code]

  • Charles Martel, grand-père de Charlemagne qui a repoussé les Arabes à Poitiers.
  • François Ravaillac, né en 1577 à Magnac sur Touvre près d'Angoulême, le célèbre régicide d'Henri IV.
  • François de la Rochefoucauld, né à Paris en 1613, issu de l'illustre famille des La Rochefoucauld dont le château de famille se situe à l'est d'Angoulême, gouverneur du Poitou, il reste surtout célèbre pour son recueil de « Maximes » dont il rédigea une grande partie au château de Verteuil au nord de l'Angoumois sur la Charente, alors qu'il était exilé sur ses terres par le roi.
  • Alfred de Vigny (1797-1863), ancien « mousquetaire rouge » à l'aspect souffreteux, météore littéraire lancé par Victor Hugo, le poète passa de longues années « dans sa tour d'ivoire », sur ses terres du Maine-Giraud, près d'Angoulême.
  • Émile Zola, né en 1840, l'auteur de Nana passe souvent ses vacances à Royan, chez son éditeur. Il y tombe amoureux d'une jeune lingère, Jeanne, avec qui (bien que déjà marié) il aura deux enfants.
  • Pierre Loti, né à Rochefort en 1850 et enterré à l'île d'Oléron, Julien Viaud (de son vrai nom) est aussi célèbre pour ses romans exotiques que pour ses excentricités. Il a passé sa vie à fuir sa Charente-Maritime natale pour mieux y retourner. Sa maison à Rochefort est devenue un musée.
  • René Monory, homme politique français, né en 1923 et mort en 2009 à Loudun, ville dont il fut maire pendant 40 ans (1959-1999). Il est l'un des fondateurs du Futuroscope de Poitiers. Il fut, entre autres, président du Sénat (1992-1998), trois fois Ministre et président du conseil régional.
  • Jean Bernard, professeur en médecine, membre de l'académie française, décédé en 2006, enterré à Aizecq en Charente où il avait sa maison de famille.
  • Paul Ramadier, né en 1888 à La Rochelle, il fut notamment ministre à plusieurs reprises sou la IIIe République, ministre du ravitaillement au sein gouvernement provisoire, et Président du Conseil des ministres sous la IVe République.
  • Ségolène Royal, née en 1953 à Dakar : présidente du Conseil régional, femme politique de poids au Parti socialiste dont elle fut la candidate à l'élection présidentielle de 2007, où elle a obtenu au second tour 47 % des voix.
  • Laurent Cantet, cinéaste né à Melle le 15 juin 1961. Palme d'or à Cannes en 2008 pour « Entre les murs » (à l'unanimité des membres du jury).

Langues[modifier | modifier le code]

Article connexe : Langues de la Charente.

Il y a trois parlers traditionnels en Poitou-Charentes  :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Système d'Information Régional Poitou-Charentes
  2. Insee - Populations légales des régions 2011
  3. Le poids des activités économiques agricoles et maritimes, site de Poitou-Charentes
  4. Habitats faune-flore Natura2000 en Pays-de-Loire
  5. Météo-France, « Climatologie mensuelle à la station départementale de la Vienne à Poitiers-Biard de 1961 à 1990 »,‎ 2012 (consulté le 13 janvier 2013)
  6. Météo-France, « Climatologie mensuelle à la station départementale de la Charente à Cognac de 1961 à 1990 »,‎ 2012 (consulté le 13 janvier 2013)
  7. Météo-France, « Climatologie mensuelle à la station départementale de la Gironde à Bordeaux-Mérignac de 1961 à 1990 »,‎ 2012 (consulté le 13 janvier 2013)
  8. Météo-France, « Climatologie mensuelle à la station l'île d'Oléron (Charente-Maritime) de 1961 à 1990 »,‎ 2012 (consulté le 13 janvier 2013)
  9. Météo-France, « Climatologie mensuelle à la station départementale de la Haute-Vienne, à Limoges, de 1961 à 1990 »,‎ 2012 (consulté le 13 janvier 2013)
  10. Ifremer, 2004, cité par l'Observatoire Régional de l’Environnement Poitou-Charentes
  11. La Trame Verte et Bleue Direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement Poitou-Charentes, Comité de préfiguration du Schéma Régional de Cohérence Écologique, 2011/01/03
  12. [ http://www.tvb-poitou-charentes.fr/ Site consacré à la trame verte et bleue de Poitou-Charente]
  13. Insee - Population - 165 000 personnes arrivées en Poitou-Charentes en 5 ans
  14. Poitou-Charentes - Filières - Prévention des risques
  15. Consultation du site http://www.inao.gouv.fr avec les mots-clés « Poitiers, Cognac, Saintes, Marans, Châtellerault, Angoulême, Marennes »
  16. Journal La Charente libre, « RN 10: la surprenante promesse du préfet »,‎ 2011 (consulté le 10 juin 2011)
  17. Écussons de gendarmerie
  18. Vingt-six pièces de 10 euros en argent à l'effigie des régions de France Journal Le Monde
  19. L'euro des Régions Journal Sud Ouest
  20. http://www.sep86.fr/projet-200
  21. http://www.apmac.asso.fr/Complexe-Culturel-Chatellerault-p6?id_salle=388
  22. http://www.scenoscope.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=21&Itemid=15&type_en_cour=get_lieudiff&type=get_lieudiff&detail=51&lien_retour=7,get_pmorale
  23. http://www.futuroscopecongres.com
  24. « À ma sœur », sur la Cyber-Gazette du pays royannais, no 73,‎ (consulté le 09 juin 2013)
  25. Le poitevin-saintongeais est dans la liste des langues de France, langues d'oïl, depuis début 2010, sur le site de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF), service du Ministère de la Culture, sous le libellé suivant : « poitevin-saintongeais [dans ses deux variétés : poitevin et saintongeais] ». Voir site de la DGLFLF : DGLF - Ministère de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]