Drôme (département)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Drôme.
Drôme
Image illustrative de l'article Drôme (département)
Drôme (département)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Création du département 4 mars 1790
Chef-lieu
(Préfecture)
Valence
Sous-préfecture(s) Die
Nyons
Président du
conseil général
Didier Guillaume (PS)
Préfet Didier Lauga
Code Insee 26
Code ISO 3166-2 FR-26
Code Eurostat NUTS-3 FR713
Démographie
Gentilé Drômois
Population 502 877 hab. (2014)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Superficie 6 530 km2
Subdivisions
Arrondissements 3
Circonscriptions législatives 4
Cantons 36
Intercommunalités 22
Communes 369

Le département de la Drôme est un département français situé dans le quart sud-est de la France, et dont le nom vient de la rivière du même nom. Le département de la Drôme fait partie de la région Rhône-Alpes. L'Insee et la Poste lui attribuent le code 26. Ses habitants sont les Drômois et Drômoises.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la Drôme.
La Drôme et les provinces et États qui occupaient son territoire avant la Révolution :

Le département a été créé à la Révolution française, le 5 mars 1790 en application de la loi du 22 décembre 1789, à partir d'une partie de la province du Dauphiné à laquelle il appartenait avec l'Isère et les Hautes-Alpes, et de parties issues de Provence et du Comtat venaissin[1] [2] [3] (voir Drôme provençale).

Les limites du département furent plusieurs fois modifiées à la suite de l'annexion du Comtat Venaissin en 1792 puis de la création du département de Vaucluse en 1793. Les villes de Carpentras et Valréas, notamment, firent partie de la Drôme de façon éphémère. Ces modifications créèrent une enclave de Vaucluse (canton de Valréas) dans la Drôme, la seule enclave de ce genre persistante en France (mais il en existait beaucoup sous l'Ancien régime: voir notamment la page Enclave des papes).

Démographie[modifier | modifier le code]

Les 10 plus grandes villes du département sont :

Politique[modifier | modifier le code]

Blason de la Drôme

Géographie[modifier | modifier le code]

Les pays de la Drôme
Arrondissements et cantons de la Drôme
Article détaillé : Géographie de la Drôme.

La Drôme fait partie de la région Rhône-Alpes. Elle est située dans le sud-est de la France. Elle est limitrophe des départements de l'Ardèche, de l'Isère, des Hautes-Alpes, des Alpes-de-Haute-Provence et de Vaucluse.

Le département très étendu et au relief tourmenté appartient au massif des Alpes occidentales intégrant les Préalpes du Vercors, Diois, Dévoluy, Baronnies à l'Est et la vallée du Rhône à l'Ouest. Le point culminant est situé dans le massif du Dévoluy à 2 456 mètres, le Rocher Rond.

On y distingue parfois :

  • La Drôme des collines au nord, au caractère verdoyant semblable aux monts du Lyonnais,
  • La plaine de Valence à l'ouest du cul du loup,
  • Le Vercors à l'est (Parc Naturel Régional),
  • La vallée de la Drôme et le Diois au pied du Vercors (où se situent les plus hauts sommets du département),
  • La Drôme provençale au sud.

Ces appellations récentes ont des bases géologiques (Drôme des Collines, Vercors), climatolgiques (la drôme des Collines est marquée par un climat semi-continental, beaucoup plus pluvieux et moins ensoleillé que le climat méditerranéen la Drôme provençale), historiques (pour une partie des communes de la Drôme provençale, tandis que les différences linguistiques (qui marquent l'actuelle Drôme au niveau des aires de répartition des langues anciennes) sont assez difficiles à faire coïncider avec cette délimitation (Dans la moitié sud de la Drôme était parlé le provençal, avec une variété locale appelée le vivaro-alpin (au nord de la ligne "ch") et des variations locales; dans la partie nord était parlé le franco-provençal ou "arpitan").

Une particularité de la Drôme est également d'entourer complètement un territoire qui fait partie du département voisin du Vaucluse, l'Enclave des papes.

Le département tire son nom de la Drôme, rivière préalpine affluente du Rhône, longue de 110 km trouvant sa source à la limite des Hautes Alpes et de la Drôme, à La Bâtie-des-Fonds.

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat de la Drôme.

Le climat de la Drôme est très hétéroclite: il est plutôt de type semi-continental à influence méditerranéenne au nord de Livron et plus généralement au nord de la Drôme (la rivière). Le climat est plutôt méditerranéen à influence continentale entre Livron-sur-Drôme et Montélimar. Le climat devient méditerranéen au sud de Montélimar.Les locaux et les naturalistes s'accordent pour fixer le défilé de Donzère comme limite du véritable climat méditerranéen[4] [réf. souhaitée]. C'est à cet endroit que s'arrête l'aire naturelle de répartition des chênes verts, des cystes, des rolliers d'Europe et autres espèces typiquement méditerranéennes. Le climat est plutôt montagnard à l'est.

L'ensoleillement est d'environ 2500 heures annuelles à Nyons contre 2000 à Tain l'Hermitage. Malgré ces différences, la Drôme occupe la 12ème place des départements les plus ensoleillés de France devant l'Aude.

Il existe 2 types de vents principaux : le mistral (vent du nord) et le marin (vent de sud). Le mistral assèche l'air tandis que le marin apporte de l'air doux et humide de Méditerranée. Ces vents peuvent être violents, notamment en vallée du Rhône.

La pluviométrie annuelle est assez importante : environ 850 à 950 mm pour les stations de plaine. Les pluies sont assez bien réparties sur les 12 mois de l'année au nord et prennent de plus en plus d'importance en automne tout en devenant de plus en plus rares l'été et l'hiver (les deux saisons sèches) en allant vers le sud.

On compte environ 20 jours avec chutes de neige en moyenne sur le nord de la Drôme (bien plus en montagne) et de moins en moins en allant vers le sud (10 jours avec chutes de neige à Montélimar). Les épisodes neigeux importants (>10 cm au sol) ne sont pas rares en vallée du Rhône et même ces dernières années : mars 2010, janvier 2010, janvier 2006 (par 2 fois), avril 2005, janvier 2003, février 2001, novembre 1999, janvier 1997, décembre 1996, etc.

La Drôme est un des départements les plus foudroyés par les orages avec le Vaucluse et l'Ardèche. Les orages sont intenses surtout en automne, mais peuvent l'être également en été en cas de flux d'est avec un peu d'air frais en altitude (205 mm tombés en 2 heures lors d'un orage isolé à Montélimar le 20 septembre 1982).

L'amplitude thermique est importante : 4 °C environ de température moyenne sur la moitié nord du département en janvier contre 22 °C environ pour juillet ; 5 °C environ de température moyenne sur la moitié sud du département en janvier contre 23 °C environ en juillet.

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie de la Drôme.

L'essentiel de l'économie drômoise se situe à l'ouest du département, le long du Rhône. Cette zone, qui concentre la majorité de la population du département, est en outre desservie par des voies de communications majeures comme l'autoroute A7 ainsi que par les lignes ferroviaires LGV Rhône-Alpes et LGV Méditerranée. L'activité économique de la région valentinoise a été dynamisée par la mise en service de la gare de Valence TGV en 2001.

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'agriculture du département est caractérisée par ses nombreuses petites exploitations aux cultures très diverses (fruits et légumes, vigne, plantes aromatiques et médicinales, fruits à noyaux, élevages...) sauf dans la plaine de Valence et la Valdaine près du rhône, où sévit une agriculture intensive sur de grosses parcelles, dans des territoires déboisés et dénués de chemins de promenade à la différence de la frange est du département et de la Drôme provençale.

L'arboriculture fruitière a beaucoup souffert du virus de la sharka et à la suite de l'extension de la maladie dans les exploitations environnantes de la station de l'INRA au Domaine de Gotheron (Saint-Marcel-lès-Valence) est née une polémique sur la présence et l'origine de ce virus sur le territoire français. Des producteurs privés ont engagé des poursuites contre l'INRA et l'État. En mars 2012 le tribunal administratif de Marseille a relevé dans son jugement que l'INRA a importé des milliers d'arbres de plusieurs variétés en provenance de pays d'Europe de l'Est fortement touchés par le virus de la sharka[5].

La Drôme, c'est aussi le premier département Biologique de France avec 13% de sa SAU certifiée, et également en nombre d'exploitations. Chaque année, le département participe au salon International de l'Agriculture, et affirme sa position de 1er département Bio de France.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tourisme dans la Drôme.

Les chiffres du tourisme 2009 :

  • 4 700 emplois salariés permanents (hors emplois non salariés et emplois saisonniers) ;
  • 7,9 millions de nuitées touristiques (55 % des nuitées sont réalisées sur les mois de juillet et août) ;
  • 40e rang des départements pour les nuitées des touristes français ;
  • 200 000 000 € de consommation touristique des Français ;
  • près de 1,7 million de visiteurs accueillis dans les sites touristiques drômois.

Sites touristiques payants les plus visités :

Les résidences secondaires[modifier | modifier le code]

Selon le recensement général de la population du 1er janvier 2008, 8,2 % des logements disponibles dans le département étaient des résidences secondaires.

Ce tableau indique les principales communes de la Drôme dont les résidences secondaires et occasionnelles dépassent 10 % des logements totaux.

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de la Drôme.

Les habitants de la Drôme sont les Drômois. En janvier 2007, le département de la Drôme comptait officiellement 473 422 habitants, se situant en 53e position sur le plan national.

En huit ans, de 1999 à 2007, sa population s'est accrue de près de 36 000 unités, soit d'environ 4 500 personnes par an. Mais cette variation est différenciée selon les 557 communes que comporte le département.

La densité de population du Drôme, 72,5 habitants par kilomètre-carré en 2007, est inférieure du tiers à celle de la France qui est de 100,5 pour la même année.

Valence, Romans et Montélimar sont les trois communes les plus peuplées du département.

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture dans la Drôme.

Langues[modifier | modifier le code]

Le département connaît deux langues minoritaires : la majeure partie du département se trouve en Occitanie, tandis que le pays albonais, c'est-à-dire la pointe au nord du département, ayant reçu l'influence culturelle de Vienne[réf. souhaitée], est dans la zone de locution du francoprovençal[réf. nécessaire]

L'ensemble des parlers historiques du département se rattachent à deux langues romanes : l'occitan et le francoprovençal. Drôme (prononcé [dʁoːm ] se dit Droma en occitan et en francoprovençal, prononcé respectivement [ˈdru.mɔ ] et [ˈdʁoːma ]), Droumo en provençal.

On utilise parfois l'appellation imprécise de « drômois ». Cependant, dans la classification linguistique (dialectologique), il n'existe pas un idiome « drômois » qui coïnciderait avec les limites du département. Les parlers de la Drôme sont classés ainsi :

  • L'occitan couvre presque toute la Drôme.
    • L'occitan de la Drôme appartient au dialecte vivaro-alpin, qui s'étend du Vivarais, d'Yssingeaux et de Saint-Bonnet-le-Château à l'ouest jusqu'aux Alpes italiennes à l'est, en passant par la Drôme. Le vivaro-alpin se divise lui-même en deux sous-dialectes:
      • Le vivaro-dauphinois, qui couvre l'ensemble de la Drôme et le nord du Vivarais (ou nord de l'Ardèche) ainsi que les régions d'Yssingeaux (Haute-Loire) et de Saint-Bonnet-le-Château (Loire).
      • L'alpin, qui couvre surtout les Alpes du Sud (en France et en Italie) et qui frôle l'est de la Drôme.
    • L'occitan du Sud de la Drôme (ou Drôme provençale) fait la transition entre le dialecte vivaro-alpin et le dialecte provençal.
  • Le francoprovençal couvre environ la moitié nord de la Drôme des Collines. Les parlers occitans (vivaro-alpins) de la région de Romans-sur-Isère (Tournon-sur-Rhône, Tain-l'Hermitage et jusqu'à Saint-Donat-sur-l'Herbasse) connaissent des traits de transition vers le francoprovençal, mais restent malgré tout occitans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel de la Torre, DRÔME: le guide complet de ses 371 communes, Deslogis-Lacoste,‎ 1992 (ISBN 2-7399-5026-8)
  2. Jean Pagnol, Valréas et "l'enclave des papes" tome 1, Aubenas, Lienhart,‎ 1979, 298 p.
  3. Réédition de la carte de Cassini, section 121 (Vaison), environs de 1750
  4. Jean Mercier, Haute-Provence dromoise et Haut-Comtat, Aix-en-Provence, EDISUD,‎ 1978
  5. virus de la sharka des arboriculteurs déboutés sur www.leparisien.fr consulté le 21 juillet 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]