Basse-Normandie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Basse-Normandie
Détail
Détail
Détail
Détail
Administration
Pays Drapeau de la France France
Préfecture Caen
Départements Calvados (14)
Manche (50)
Orne (61)
Chefs-lieux Caen
Saint-Lô
Alençon
Arrondissements 11
Cantons

Communes
141

1 812
Conseil régional Conseil régional de Basse-Normandie
Président Laurent Beauvais (PS)
2010-2015
Préfet Jean Charbonniaud
ISO 3166-2 FR-P
Démographie
Gentilé Bas-Normand
Population 1 475 684 hab.[1] (2011)
Densité 84 hab./km2
Langues
régionales
Normand
Géographie
Superficie 17 589 km2
Localisation
Localisation de Basse-Normandie
Liens
Site web http://www.region-basse-normandie.fr

La Basse-Normandie est une région de France, créée en 1956, qui regroupe trois départements : le Calvados, l'Orne et la Manche. Elle correspond à la partie occidentale de l'ancienne province de Normandie et d'une partie du Perche. La notion de Basse-Normandie est déjà une réalité au XVIe siècle, voire au XIVe siècle[2], sans couvrir précisément le même territoire.

Dans le cadre de la réforme territoriale, la Basse-Normandie devrait fusionner avec la région Haute-Normandie pour le 1er janvier 2016 [3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la Basse-Normandie.

Littérature[modifier | modifier le code]

Racine situe sa pièce Les Plaideurs (1668) « dans une ville de Basse-Normandie »[4].

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Circonscriptions législatives[modifier | modifier le code]

La Basse-Normandie compte au total 13 circonscriptions (soit une moyenne de 113 000 hab. par circonscription).

Considérée comme conservatrice, la Basse-Normandie a longtemps envoyé des députés centristes ou de droite, quelques bassins ouvriers comme Caen, Cherbourg et Argentan-Flers faisant figurent d'exception notamment à partir de 1973. Lors des élections législative de 1986 (au scrutin proportionnel), le RPR et l'UDF remportent ensemble 8 sièges (4 sièges chacun) contre 6 sièges au PS et divers gauche. Lors des élections législatives de 1993, Louis Mexandeau est le seul député socialiste élu dans toute la région tandis que lors des élections législatives de 1997, 6 députés de gauche et 8 députés de droite sont élus à l'assemblée nationale. En 2002, la droite réalise le grand chelem dans les 14 circonscriptions de la région avant de concéder 3 députés à la gauche en 2007. Lors des élections législatives de 2012, la gauche bas-normande réalise un score historique en s'emparant de 9 des 13 circonscriptions.

Calvados Manche Orne
Circonscription Département
Calvados Manche Orne
Première Philippe Duron Philippe Gosselin Joaquim Pueyo
Deuxième Laurence Dumont Guénhaël Huet Véronique Louwagie
Troisième Clotilde Valter Stéphane Travert Yves Goasdoué
Quatrième Nicole Ameline Bernard Cazeneuve
Cinquième Isabelle Attard
Sixième Alain Tourret

Conseil régional[modifier | modifier le code]

Conseil Régional Basse-Normandie.JPG

Le président du conseil régional est Laurent Beauvais (PS).

Il comporte 47 membres (22 pour le Calvados, 16 pour la Manche et 9 pour l'Orne) et siège dans les bâtiments conventuels de l'abbaye aux Dames à Caen.

Départements[modifier | modifier le code]

Code Département Préfecture Préfet Population Superficie Président du Conseil général Tendance politique
14 Calvados Caen Jean Charbonniaud 664 000 hab. 5 548 km2 Jean-Léonce Dupont NC
50 Manche Saint-Lô Danièle Polvé-Montmasson 489 500 hab. 5 938 km2 Jean-François Le Grand Divers droite
61 Orne Alençon Jean-Christophe Moraud 292 337 hab. 6 103 km2 Alain Lambert Divers droite

La Basse-Normandie est actuellement la seule région de France à avoir tous ses Conseils Généraux à droite sur l'échiquier politique.

Arrondissements[modifier | modifier le code]

Arrondissements bas-normands2.JPG

La Basse-Normandie comporte 11 arrondissements.

Calvados Manche Orne

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie de la Basse-Normandie.

Carte routière de la région

La Basse-Normandie et les provinces de l'Ancien Régime.

La Basse-Normandie correspond à la partie occidentale de l'ancienne province de Normandie et à la partie nord de l'ancien comté du Perche. Elle est bordée au nord et à l'ouest par la mer de la Manche, au nord-est par la région Haute-Normandie, au sud-est par la région Centre, au sud par la région Pays de la Loire et au sud-ouest, sur une petite portion, par la Bretagne.

Cinq ensembles assez distincts composent la région. D'abord, sur tout le flanc ouest, le Bocage normand. Au centre, de Caen jusqu'à Alençon, une grande plaine, la plaine de Normandie. Au nord-est, le pays d'Auge. Au centre-est, le pays d'Ouche ornais. Au sud-est, le Perche ornais.

Les 470 kilomètres de littoral de la Basse-Normandie[5] offrent de nombreuses zones humides, comme la baie des Veys ou du mont Saint-Michel, mais elles sont aussi terrestres, comme les marais arrière-littoraux ou de fonds de vallées alluviales mais également tourbières et prairies humides. Pendant le XXe siècle, ces zones humides ont perdu 65 % de leurs superficies[6].

On appelle Cotentin la presqu'île qui s'avance dans la mer de la Manche ainsi que les terres un peu plus en arrière, avec pour extrémité la pointe de Cherbourg.

Caen, située sur sa plaine, est arrosée par l'Orne qui se jette dans la Manche 10 km plus loin. Sur ces 10 km séparant Caen de la mer, l'Orne est adjointe du canal de Caen à la mer.

Le point culminant de Basse-Normandie (même de l'ensemble du Grand Ouest) est le signal d'Écouves (altitude : 417 m). Le mont des Avaloirs, située à quelques kilomètres au sud-ouest, mais en Mayenne, culmine exactement à la même altitude. On dit parfois[évasif] que les deux sommets sont frères jumeaux[7].

Trois parcs naturels régionaux ont des terres bas-normandes :

Deux zones notables, dont une intégralement en Basse-Normandie, ont la particularité de présenter toutes les deux des reliefs engendrés par des cours d'eau, offrant des paysages particulièrement préservés :

Ces régions plus ou moins montagneuses (collines de Normandie) se sont donc vues donner les surnoms de « Suisse » et d'« Alpes ».

Langues[modifier | modifier le code]

Le normand n'a pas le statut de langue officielle. Elle est classée par l'UNESCO comme étant sérieusement en danger[8].

Environnement[modifier | modifier le code]

À l'interface entre terre et mer, la région joue un rôle important pour la trame verte et bleue nationale, qui doit s'y décliner aux échelles locales via le SRADT et la trame verte et bleue régionale / SRCE (Schéma Régional de Cohérence Écologique), conformément à la loi Grenelle II [9].

Transports[modifier | modifier le code]

L'axe Cherbourg-OctevilleCaenParis est devenu l'« épine dorsale »[10] de la Basse-Normandie, tant ferroviaire (Trains Grandes lignes) que routière (A13/N13). Cette voie de communication principale relie les territoires les plus peuplés et économiquement les plus dynamiques (agglomération cherbourgeoise, région caennaise, pays d'Auge), aux dépens d'un sud bas-normand plus rural. Cette structuration oriente dès lors la région davantage vers Paris et la basse Seine (Rouen et Le Havre) que vers les capitales du Grand Ouest (Rennes, Nantes)[10].

Articles détaillés : Route nationale 13 et Autoroute A13.

Autoroutes et voies rapides[modifier | modifier le code]

Voies ferrées[modifier | modifier le code]

Article détaillé : TER Basse-Normandie.

Voir aussi : Gares de Caen, de Cherbourg, de Lisieux, d'Argentan, d'Alençon, de Saint-Lô, de Coutances, d'Avranches, de Flers, de Trouville-Deauville, de l'Aigle et de Valognes.

Aéroports[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Caen-Carpiquet est le plus important de Normandie pour ce qui est du nombre de passagers. Des lignes régulières vers Lyon permettent des liaisons internationales.

L'aéroport de Deauville-Normandie assure quelques liaisons avec l'Angleterre.

Ports maritimes[modifier | modifier le code]

Les ports passagers de Caen-Ouistreham et de Cherbourg permettent de lier par ferry l'Angleterre et l'Irlande à la Normandie.

Les ports de Granville et de Barneville-Carteret (Manche) permettent la desserte des îles Anglo-Normandes (Jersey, Guernesey et Chausey).

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie de la Basse-Normandie.

La Basse-Normandie est :

  • la première région agricole notamment pour la production de beurre, de fromages frais et de fromages à pâte molle, la production de pommes à cidre et de produits cidricoles, la production de poireaux et navets,
  • la première région en nombre de chevaux, avec 12 % du cheptel équin national,
  • la quatrième région pour l'industrie automobile.

Chaque année, la MIRIADE organise le concours de l'innovation bas-normand afin de récompenser des projets innovants, dans les domaines technologiques et organisationnels.

Spécialités régionales[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cuisine normande.

La position géographique de la Normandie détermine sa cuisine qui bénéficie de ses fertiles terroirs lui fournissant à foison les produits agricoles tandis que la mer la pourvoit généreusement en poissons et crustacés divers.

La Normandie aime la bonne chère et sa cuisine se distingue essentiellement par sa production agricole et piscicole. Les produits laitiers y tiennent le haut du pavé : l’usage fait par les Normands du beurre et de la crème dans leur cuisine est quasi-légendaire.

Entrées et soupes

Viande, produits de la mer et charcuterie :

Fromages, beurres et crèmes :

Vache de race normande

Fruits et légumes :

La teurgoule, dessert traditionnel normand
Map aoccalvados.jpg

Boulangerie, pâtisserie et confiseries :

Boissons :

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de la Basse-Normandie.

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture de la Basse-Normandie.

Religions[modifier | modifier le code]

Pour l'Église catholique, la Basse-Normandie fait partie, avec la Haute-Normandie, de la province ecclésiastique de Rouen. Le territoire régional est divisé entre les diocèses de Bayeux-Lisieux, Coutances-Avranches et Séez.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/recensement/populations-legales/france-regions.asp?annee=2011
  2. Michel de Boüard, Histoire de la Normandie, Privat, 1970, p. 268-269
  3. [1]
  4. Racine sur le site de la BNF
  5. La région Basse-Normandie
  6. « Zones humides de Basse-Normandie, un patrimoine régional d'intérêt international », sur site de la Direction Départementale de l'Agriculture et de la Forêt de la Manche,‎ avril 2005 (consulté le 18 juillet 2009)
  7. Même si les deux sommets ont la même altitude, il est davantage d'usage de dire que c'est le mont des Avaloirs qui est le point culminant du Grand Ouest.
  8. (fr) Atlas interactif UNESCO des langues en danger dans le monde, sur le site de l'UNESCO
  9. Site officiel du Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE) de la région Basse-Normandie
  10. a et b Armand Frémont, Portrait de la France, villes et régions, Flammarion, 2001, p. 103-114

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel de Boüard, Histoire de la Normandie, Toulouse, Privat,‎ 2001, 523 p. (ISBN 2-7089-1707-2)
  • Jean Seguin, Comment naît, vit et meurt un bas-normand ; 1re éd. : Paris : Clavreuil, 1937 ; 2e éd. : impr. de L'opinion de la Manche ; 3e éd.: Paris : Guénégaud, 1978, 147 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]