Eschau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eschau
Église Saint-Trophime.
Église Saint-Trophime.
Blason de Eschau
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Strasbourg-Campagne
Canton Geispolsheim
Intercommunalité Communauté urbaine de Strasbourg
Maire
Mandat
Yves Sublon
2014-2020
Code postal 67114
Code commune 67131
Démographie
Gentilé Escoviens
Population
municipale
4 746 hab. (2011)
Densité 401 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 29′ 19″ N 7° 43′ 00″ E / 48.48861111, 7.7166666748° 29′ 19″ Nord 7° 43′ 00″ Est / 48.48861111, 7.71666667  
Altitude Min. 142 m – Max. 148 m
Superficie 11,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Eschau

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Eschau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Eschau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Eschau
Liens
Site web http://www.eschau.fr/

Eschau est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située à environ 10 km au sud de Strasbourg. Elle fait partie du canton de Geispolsheim et de la Communauté Urbaine de Strasbourg. Eschau est reliée à la commune allemande de Neuried par le pont Pierre-Pflimlin.

Wibolsheim, aujourd'hui un quartier au sud d'Eschau, est à l'origine un hameau qui partage l'histoire d'Eschau. Les autres quartiers composant la commune sont le Centre où se situe la mairie, les Vergers (au nord), les Grands Prés (au sud-est) et le Hetzlader (au nord-est).

Eschau a été récompensée par trois fleurs au concours des villes et villages fleuris.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Eschau
Fegersheim Illkirch-Graffenstaden Strasbourg
Ichtratzheim Eschau Neuried (Bade-Wurtemberg)
Hipsheim Nordhouse Plobsheim

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

  • Le Rhin.
  • Le Rhin tortu.
  • Le Schwarzwasser.
  • La Petite Ill.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Eschau a eu comme précédents toponymes Hascgaugia, Hascowia, Aschowa et Eschowe.

Le mot Eschau se décompose en deux éléments, Esch ou die Esche, le frêne et die Au ou Aue désignant une île basse ou une étendue de terre ou de prairie humide au bord de l'eau. Eschau signifie donc « l'île aux frênes ». Le terme de « Au » est une appellation courante de part et d’autre du Rhin, notamment en plaine (comme pour Rhinau et Rheinau par exemple).

Histoire[modifier | modifier le code]

Eschau date du VIIe siècle, vers 770, époque où l'évêque de Strasbourg Remigius fonda un couvent de bénédictines.

Dépendant de la seigneurie de Lichtenberg, le village était un fief des Rathsamhausen[1],[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Eschau

Les armes d'Eschau se blasonnent ainsi :
« D'azur à la gerbe de blé d'or. »[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 en cours Yves Sublon Sans étiquette  
2001 2014 Jean-Louis Freyd Divers Droite  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 746 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
970 948 974 1 232 1 265 1 268 1 222 1 239 1 336
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 367 1 390 1 398 1 378 1 354 1 379 1 438 1 488 1 533
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 616 1 691 1 675 1 607 1 627 1 710 1 712 1 719 1 822
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
2 099 2 490 2 881 3 109 3 828 4 410 4 758 4 746 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Jumelages[modifier | modifier le code]

Eschau est jumelé avec :

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Abbatiale Saint-Trophime et l'ancienne abbaye Sainte-Sophie
L'église Saint-Trophime[6],[2] est une abbatiale préromane qualifié d'ottonien du Xe siècle. L'église est la deuxième plus ancienne d'Alsace. Elle se présente comme une basilique à trois nefs dont la nef centrale est anormalement large. Les bras du transept sont plus bas que la nef et font figure d'éléments indépendants. Le chœur prolonge directement la nef, sans avant-chœur. De l'abbaye, ruinée à la Révolution, ne subsiste plus aujourd'hui que l'abbatiale romane.
  • Le jardin monastique et ses plantes médicinales, issu en 1987 d'un ancien hôpital pour pèlerins fondé en 1143[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Remigius ou Remi de Strasbourg

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Schweitzer, La toponymie alsacienne, éditions Jean-Paul Gisserot, 2001

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]