Henry Bernard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec le baron Henri Bernard (1900 – 1987).
Henry Bernard
Présentation
Naissance 21 février 1912
Albertville
Décès 10 décembre 1994
Nationalité française
Activité(s) Architecte en chef des bâtiments civils et palais nationaux, chef d'atelier à l'École des beaux-arts
Diplôme Architecte DPLG
Œuvre
Distinctions Premier grand Prix de Rome en 1938
Académie des beaux-arts (1968)

Henry Bernard, né à Albertville le 21 février 1912 et mort le 10 décembre 1994, est un architecte et urbaniste français.

Famille[modifier | modifier le code]

Fils d'Henri Bernard né le 25 septembre 1880 à Albertville (Savoie) et de Louise Jeanne Marie dite « Lily » Vallat née le 22 août 1882 à Saint-Étienne (Loire), mariés le 22 mai 1911 à Sury-le-Comtal (Loire). Henry Bernard a deux frères, Pierre, né en 1913 et Jean, né en 1933 d'un second mariage.

Biographie[modifier | modifier le code]

Architecte diplômé par le gouvernement (DPLG) en 1938 et Premier Grand Prix de Rome, Henry Bernard est architecte des bâtiments civils et palais nationaux[1], urbaniste en chef de la ville de Grenoble puis de l'Atelier parisien d'urbanisme (APUR)[2] et chef d'atelier à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Il est élu membre de l'Académie des beaux-arts en 1968 au fauteuil du peintre et décorateur Jean Dupas, transféré à la section d'architecture. Il en devient président de 1988 jusqu'à sa mort en 1994.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Après la Seconde Guerre mondiale, il participe, sous la direction de Marc Brillaud de Laujardière, à la reconstruction de Caen :

Il est également l’architecte de :

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dossier de carrière conservé aux Archives nationales, sous la cote 19950176/1.
  2. Des archives relatives à ses activités d'urbaniste à Paris sont conservées aux Archives nationales sous la cote458AP (voir la notice relative à ce fonds dans la Salle des inventaires virtuelle des Archives nationales).
  3. Site de la Direction des affaires culturelles de Basse-Normandie, Liste des sites et monuments protégés dans le Calvados - communes C [PDF]
  4. « Église Saint-Julien », base Mérimée, ministère français de la Culture

Lien externe[modifier | modifier le code]