Chef-lieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un chef-lieu (au pluriel : chefs-lieux) est une ville qui est administrativement prééminente dans une division territoriale ou administrative.

Afrique[modifier | modifier le code]

Algérie[modifier | modifier le code]

En Algérie, le terme chef-lieu est utilisé pour désigner le siège administratif des wilayas et des communes. Pour la wilaya, il s'agit de la commune, et pour la commune il s'agit de la localité (ville ou village) principale. C'est dans le chef-lieu de la wilaya que se situe l'assemblée populaire de wilaya et dans le chef-lieu de la commune que se situe l'Assemblée populaire communale.

Maroc[modifier | modifier le code]

Au Maroc, on appelle chef-lieu la localité qui est à la tête d'une des subdivisions territoriales.

Tunisie[modifier | modifier le code]

En Tunisie le terme chef-lieu est également utilisé pour désigner la capitale d'un gouvernorat. Chacun des 24 gouvernorats est subdivisé en délégations. Chaque délégation possède une ville centrale nommée chef-lieu de délégation.

Amérique[modifier | modifier le code]

Canada[modifier | modifier le code]

Nouveau-Brunswick[modifier | modifier le code]

Chacun des 15 comtés du Nouveau-Brunswick a un chef-lieu. Ils n'ont plus de fonctions officielles, mais jusque dans les années 1960, chacun possédait un conseil municipal, une prison, un palais de justice, etc. Le chef-lieu n'est pas nécessairement la ville la plus importante du comté, et peut même être un hameau d'un village[1].

Québec[modifier | modifier le code]

Au Québec, le chef-lieu d'une municipalité régionale de comté est la municipalité dans laquelle est établi le conseil de la MRC ainsi que ses bureaux.

Asie[modifier | modifier le code]

Liban[modifier | modifier le code]

Au Liban le terme chef-lieu est également utilisé pour désigner la capitale d'une Mouhafazah ou d'un caza.

Europe[modifier | modifier le code]

Belgique[modifier | modifier le code]

Le chef-lieu en Belgique est le siège administratif de chacune des dix provinces sous la direction de Gouverneurs. Trois d'entre eux ont donné leur nom à leur province (Anvers, Liège et Namur).

France[modifier | modifier le code]

En métropole[modifier | modifier le code]

Le chef-lieu de région/département, dit communément préfecture, est la commune où siège le préfet du département et où sont généralement installés les services directement sous sa dépendance, dans un bâtiment lui aussi appelé préfecture. Dans chaque région française, l'un des préfets de département a prééminence sur les autres, et son préfet porte le titre de préfet de la région X…, préfet du département Y… et la ville où il siège est qualifiée de chef-lieu de région ou, communément, préfecture de région, les services étant toutefois assurés par la préfecture du département. Il s'agit généralement de la principale commune (sur le plan démographique) du département, mais pas nécessairement : ainsi Châlons-en-Champagne est la préfecture de la Marne et de la région Champagne-Ardenne, alors que la principale ville tant du département que de la région est Reims. On retrouve ce cas de figure en Haute-Normandie également, dont Rouen est la préfecture alors que la ville la plus peuplée est Le Havre, qui n'est que sous-préfecture. De même, lors de la création du département en 1790, le chef-lieu de la Seine-et-Marne a été fixé à Melun alors que dans le temps, les villes les plus importantes du département étaient Fontainebleau, Meaux puis Chelles. De même, Basse-Terre est la préfecture de Guadeloupe tandis que le pôle urbain de l'archipel est Pointe-à-Pitre. Dans le Val-d'Oise, le chef-lieu du département a été fixé à Pontoise à la création de celui-ci (décret du 25 février 1965) ; depuis lors, les bureaux de l'administration préfectorale et le Conseil général ont été installés sur la commune voisine de Cergy. Si Pontoise demeure officiellement le chef-lieu du département[2], elle n'héberge qu'une sous-préfecture, ce qui constitue un cas unique en France.

Le chef-lieu d'arrondissement, dit communément sous-préfecture, est la ville où siège le sous-préfet de l'arrondissement, et où sont généralement installés les services directement sous sa dépendance, dans un bâtiment lui aussi appelé sous-préfecture. L'arrondissement où se trouve la préfecture du département ne dispose pas d'un sous-préfet ni d'une sous-préfecture, l'administration en étant confiée en général au secrétaire général de la préfecture du département, qui fait fonction de sous-préfet pour cet arrondissement.

Le chef-lieu de canton n'a de rôle que nominal (le canton est la circonscription servant à l'élection des conseillers généraux). C'est en général la commune la plus peuplée du canton, et actuellement aucun service spécifique n'y est formellement attaché. Cependant, à l'origine, chaque canton disposait d'une brigade de gendarmerie, d'une recette-perception des impôts et d'une justice de paix.

Le chef-lieu de commune est la localité principale de la commune qui lui donne son nom (la commune de Valdeblore constituant un contre-exemple), les autres localités de la commune étant qualifiées de hameaux. Les typographes du Journal officiel réservent la majuscule à l’article (Le, La, Les, L') en début du toponyme aux seules localités ayant rang de commune[3] : on écrit donc la Défense et La Courneuve.

Dans les Collectivités d'outre-mer[modifier | modifier le code]

Le chef-lieu de la collectivité est l'endroit où siège le préfet (à Saint-Pierre-et-Miquelon, Mayotte), le préfet délégué (représentant du préfet de Guadeloupe à Saint-Martin et à Saint-Barthélemy), le Haut-commissaire de la République en Polynésie française ou l'administrateur supérieur de Wallis-et-Futuna. À Wallis-et-Futuna, seule collectivité habitée de la République française à ne pas être subdivisée en commune, mais en royaumes, districts et villages coutumiers, le village de Mata-Utu fait office de chef-lieu.

Nouvelle-Calédonie[modifier | modifier le code]

En Nouvelle-Calédonie le chef-lieu peut designer :

Exemple : Limousin : Limoges, Guéret et Tulle. et Auvergne : Moulins, Aurillac, Le Puy-en-Velay et Clermont-Ferrand

Italie[modifier | modifier le code]

Dans la région autonome Vallée d'Aoste, bilingue français-italien, le terme chef-lieu est employé en français pour désigner le siège d'une commune, qui traduit le terme en italien capoluogo.

Le terme chef-lieu est utilisé également dans les statuts de la région autonome Vallée d'Aoste[4] pour désigner le siège de l'administration régionale, Aoste.

Luxembourg[modifier | modifier le code]

Le Grand-Duché de Luxembourg est divisé en deux arrondissements, trois districts, douze cantons et cent dix-huit communes. Une commune regroupe des localités. Chaque arrondissement, district, canton et commune a son chef-lieu. En particulier, dans chaque chef-lieu de district il y a un commissaire de district chargé spécialement de surveiller l'administration des communes.

Suisse[modifier | modifier le code]

En Suisse le terme chef-lieu est également utilisé pour désigner la capitale d'un canton. Dans 16 des 26 cantons et demi-cantons, le territoire est subdivisé en districts. Chaque district possède une ville centrale nommée chef-lieu de district et un préfet.

Prononciation[modifier | modifier le code]

Dans chef-lieu le f se fait entendre (comme dans le mot chef lui-même) contrairement à chef-d'œuvre où il est muet.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

Dans La Fiancée du pirate, un film de Nelly Kaplan (1969), l'action se passe dans un hameau où les personnages passent leur temps à se préoccuper de ce que l'on va penser au chef-lieu de la commune.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]