Immeuble de grande hauteur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans le droit français, un immeuble de grande hauteur (couramment abrégé IGH) est une construction relevant, du fait de sa hauteur, de procédures spécifiques dans le domaine de la prévention et de la lutte contre l'incendie. C'est ce qu'on appelle couramment une tour ou un gratte-ciel. Le premier IGH c'est Gratte-ciel à Villeurbanne, il existe depuis 1934.

On trouve de nombreux immeubles de grande hauteur à l'ouest de Paris, dans le quartier de La Défense, le plus grand quartier d'affaires d'Europe.

Définition[modifier | modifier le code]

Selon les dispositions de l'article R122-2 du Code de la construction et de l'habitation français, « constitue un immeuble de grande hauteur, [...] tout corps de bâtiment dont le plancher bas du dernier niveau est situé, par rapport au niveau du sol le plus haut utilisable pour les engins des services publics de secours et de lutte contre l'incendie :

  • à 50 mètres pour les immeubles à usage d'habitation [...] ;
  • à plus de 28 mètres pour tous les autres immeubles.

Ne sont toutefois classés IGH, que les immeubles « dont la destination implique normalement la présence de moins d'une personne par 100 mètres carrés de surface de plancher à chacun des niveaux »[1].

Exception (Ne sont pas classés IGH) :

« Ne sont pas soumis aux dispositions du présent chapitre ; les immeubles de grande hauteur dont la destination implique normalement la présence de moins d'une personne par 100 mètres carrés de surface de plancher à chacun des niveaux. »[1]

Les IGH font l'objet d'une classification administrative, parmi lesquels on trouve les catégories suivantes :

Classe Usage
A habitation
O hôtel
R enseignement
S dépôt d’archives
U sanitaire
W1 bureau entre 28 et 50 mètres
W2 au-dessus de 50 mètres
Z mixte
G.H.T.C. Tours de contrôle
I.T.G.H. Très grande hauteur


La catégorie ITGH (Immeuble de Très Grande Hauteur) rassemble les bâtiments dont le plancher bas du dernier niveau, mesuré comme ci-dessus, est situé à plus de 200 mètres.

Réglementation spécifique[modifier | modifier le code]

Les IGH sont soumis, selon leur type, à un règlement de sécurité particulier édicté initialement par l'arrêté du 30 décembre 2011 (remplaçant l'arrêté du 18 octobre 1977). Ce texte a subi depuis de nombreuses modifications successives destinées à la mise en œuvre des principes de sécurité définis à l'article R 122-9 du Code de la construction et de l'habitation :

  • « permettre de vaincre le feu avant qu'il n'ait atteint une dangereuse extension », notamment en divisant l'immeuble en compartiments (niveaux isolés les uns des autres) et demi compartiments (par niveaux) capables d'empêcher la propagation de l'incendie de l'un à l'autre, et en limitant les sources de matériaux combustibles (limitation du potentiel calorifique à 400 MJ/m² en général) ;
  • assurer une évacuation horizontale et verticale aisée des occupants, notamment par la présence de circulations de dimensions adaptées à l'effectif présent, d'au moins deux escaliers par compartiment ;
  • assurer une détection rapide de l'incendie, et mettre à disposition des moyens efficaces de lutte contre l'incendie ;
  • empêcher le passage des fumées d'incendie de la zone sinistrée aux compartiments indemnes ;
  • empêcher la propagation d'un incendie frappant le voisinage de ce bâtiment à l'IGH (volume de protection).

Les propriétaires sont tenus de maintenir et d’entretenir les installations en conformité avec la réglementation IGH, sous le contrôle de la Commission consultative départementale de sécurité et d'accessibilité territorialement compétente.

Impact de la réglementation[modifier | modifier le code]

Le coût des mesures imposées au titre de la réglementation IGH lors de leur construction (résistance au feu des structures, équipements de détection et d'alarme incendie, équipements facilitant l'intervention des pompiers...) puis pendant toute la vie de l'immeuble (contrôles réguliers et mise à jour des équipements de sécurité, présence permanente d'une équipe de sécurité incendie financée par les utilisateurs de l'immeuble...), tend à limiter en France les gratte-ciel aux activités générant le plus de rentabilité locative, soit, concrètement, aux immeubles de bureaux de prestige.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]