Londres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Londres
À partir du haut à gauche : Buckingham Palace, gare de Saint-Pancras, Canary Wharf, The Shard, St James's Park et Palais de Westminster.
À partir du haut à gauche : Buckingham Palace, gare de Saint-Pancras, Canary Wharf, The Shard, St James's Park et Palais de Westminster.
Administration
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Nation Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Région Londres
Comté Cité et Grand Londres
District Cité et 32 districts
Statut Région et subdivision administrative
Maire
Mandat
Boris Johnson (PC)
2008-2016
Indicatif 020
Démographie
Population 8 416 535 hab. (2013[1])
Densité 5 354 hab./km2
Population Aire urbaine 15 010 295 hab. (2012)
Géographie
Coordonnées 51° 30′ 18″ N 0° 04′ 43″ O / 51.504872, -0.07857 ()51° 30′ 18″ Nord 0° 04′ 43″ Ouest / 51.504872, -0.07857 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 24 m
Superficie 157 200 ha = 1 572 km2
Divers
Devise Domine Dirige Nos
Traduction Seigneur, guide-nous
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

Voir la carte administrative du Royaume-Uni
City locator 14.svg
Londres

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

Voir la carte topographique du Royaume-Uni
City locator 14.svg
Londres
Liens
Site web http://www.london.gov.uk

Londres (prononcé [lɔ̃dʁ ] ; en anglais London [ˈlʌn.dən ]), située au sud-est de la Grande-Bretagne, est la capitale et la plus grande ville du Royaume-Uni ; longtemps capitale de l'Empire britannique. Fondée il y a presque 2 000 ans par les Romains (Londinium), Londres était au XIXe siècle la ville la plus peuplée du monde. Aujourd'hui largement dépassée dans ce domaine par de nombreuses mégapoles, elle reste une métropole de tout premier plan[2], en raison de son rayonnement et de sa puissance économique considérable, due notamment à son statut de premier centre financier mondial[3].

La région de Londres, composé de Inner London et Outer London, compte 8 416 535 habitants mi-2013[1]. Il réalise 19 % du produit intérieur brut du Royaume-Uni[4]. L'aire urbaine de Londres comptait 9 787 426 habitants, son agglomération 11 140 445, tandis que l'aire métropolitaine (sa zone urbaine élargie) ou zone d'influence directe, comptait 12 317 800 d'habitants en 2009. En Europe, seules les agglomérations de Moscou, Istanbul et Paris[5],[6] ont un poids démographique comparable. Les habitants de Londres sont appelés Londoniens (en anglais : Londoners).

Londres, seule ville à avoir organisé trois fois les Jeux olympiques (1908, 1948, 2012), est dynamique et très diverse sur le plan culturel. Elle joue un rôle important dans l'art et dans la mode. C'est aussi une importante destination touristique. Elle reçoit 27 millions de touristes par an[7] et compte quatre sites listés au patrimoine mondial ainsi que de nombreux monuments emblématiques : le Palais de Westminster, le Tower Bridge, la Tour de Londres, l'Abbaye de Westminster, le Palais de Buckingham mais également des institutions telles que le British Museum ou la National Gallery.

Géographie et climat[modifier | modifier le code]

Définition de Londres[modifier | modifier le code]

Situation du Grand Londres en Angleterre.

La dénomination courante Londres peut désigner plusieurs ensembles géographiques ou administratifs différents, pouvant parfois porter à confusion.

L'emploi le plus courant fait référence au Grand Londres (Greater London), une des neuf subdivisions régionales de l'Angleterre, formé du territoire sous l'autorité du Greater London Authority et du maire de Londres. Grand Londres est considéré comme une région NUTS-1 au sein de l'Union Européenne. C'est cet ensemble d'environ 1 600 km2 pour 7,5 millions d'habitants qui est couramment désigné lorsque l'on parle de la capitale britannique. Grand Londres est divisé en deux zones; Inner London et Outer London. Les deux zones sont considérées des régions NUTS-2. Cependant, le Grand Londres n'est pas officiellement une cité, dont le statut, strictement défini au Royaume-Uni, est attribué à une ville par le monarque britannique sur des critères précis. Avant sa création en 1965, le territoire du Grand Londres faisait partie des comtés du Kent, Middlesex, Surrey, Essex et du Hertfordshire.

La cité de Londres (City of London, abrégé en City, ou bien Square Mile en référence à sa superficie de 1 mile carré), située au cœur du Grand Londres, correspond à la définition historique de Londres. C'est là que la ville moderne est née et c'est aujourd'hui le plus ancien quartier de la capitale. C'est également une circonscription à part entière avec un statut spécial. La cité de Londres[8] et le reste du Grand Londres[9] forment deux régions de "Lieutenance" (Lieutenancy areas) différentes.

La vaste agglomération londonienne peut être décrite par la région urbaine de Londres, qui correspond à la zone occupée par les banlieues, et qui occupe un territoire à peu près similaire à la région du Grand Londres mais avec une population légèrement supérieure. Au-delà de la région urbaine se trouve l'aire urbaine de Londres (London commuter belt ou London Metropolitain Area) qui regroupe les territoires habités par des personnes se déplaçant quotidiennement (commuters) pour aller travailler à Londres. La région urbaine de Londres s'est considérablement agrandie durant l'époque victorienne puis de nouveau pendant l'entre-deux-guerres. Son expansion s'est arrêtée dans les années 1940 à cause de la Seconde Guerre mondiale et de la politique dite de la ceinture verte et sa superficie n'a pas beaucoup évolué depuis. Les limites du district de la Metropolitan Police et de la zone desservie par les transports londoniens ont évolué au fil du temps mais correspondent aujourd'hui approximativement à celle du Grand Londres.

D'autres termes tels que Inner London, Outer London, Central London, North London, South London, East London, East End of London, West London ou bien West End of London sont parfois utilisés, non traduits, pour désigner des quartiers, des unités statistiques ou des circonscriptions de Londres,

Contrairement à de nombreuses autres capitales, le statut de « capitale du Royaume-Uni » de Londres n'a jamais été officiellement accordé à la ville par décret ou par charte écrite. Sa position actuelle s'est établie par convention constitutionnelle, Londres étant le siège du pouvoir britannique. Son statut de capitale de facto en fait un élément de la constitution non écrite du Royaume-Uni. La capitale de l'Angleterre a été transférée de Winchester à Londres après la conquête normande.

Il se peut que les Romains aient marqué le centre de Londinium avec la pierre de Londres, toujours visible à Cannon Street[10]. Les coordonnées du centre de Londres (traditionnellement situé à la Croix d'Éléonore à Charing Cross, près de l'intersection de Trafalgar Square et de Whitehall) sont approximativement 51° 30′ 29″ N 0° 07′ 29″ O / 51.50806, -0.12472 (). Trafalgar Square est également devenu un lieu central de célébration et de manifestation.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue satellite de Londres

Le Grand Londres se situe dans le Sud-Est de l'Angleterre, à 50 km à l'ouest de l'estuaire de la Tamise et s'étend sur une superficie de 1 579 km2, ce qui place la ville à la trente-septième place des agglomérations les plus étendues[11]. L'altitude varie du niveau de la mer jusqu'à 245 m à Biggin Hill, au sud de l'agglomération[12].

Le fleuve, qui traverse la ville d'ouest en est, a eu une influence majeure sur le développement de la ville. Londres a été fondée à l'origine sur la rive nord de la Tamise et n'a disposé, pendant plusieurs siècles, que d'un seul pont, le pont de Londres (London Bridge). Le foyer principal de la ville s'est en conséquence cantonné sur cette rive de la Tamise, jusqu'à la construction, au XVIIIe siècle, d'une série d'autres ponts. La ville s'est alors étendue dans toutes les directions, cette expansion n'étant gênée par aucun obstacle naturel, dans une campagne presque dépourvue de reliefs, à l'exception de quelques collines (Parliament Hill, Primrose Hill).

La Tamise était autrefois plus large et moins profonde qu'aujourd'hui. Les rives du fleuve ont été massivement aménagées, la plupart des affluents ont été détournés et sont à présent souterrains, parfois transformés en égouts (ainsi, la rivière Fleet d'après laquelle est nommée la Fleet Street, l'ancienne rue des journalistes). La Tamise est sujette à la marée et Londres est largement inondable. Les menaces d'inondation augmentent d'ailleurs avec le temps compte tenu de l'élévation régulière du niveau de l'eau à marée haute et de la lente inclinaison de la Grande-Bretagne (relèvement au nord, abaissement au sud) causée par un phénomène de relèvement isostatique. Un barrage, la Thames Barrier, a été construit à travers la Tamise à Woolwich dans les années 1970, pour pallier cette menace. En 2005 cependant, il a été suggéré la construction d'un barrage d'une quinzaine de kilomètres de long plus bas en aval pour parer les risques futurs d'inondation.

Quartiers[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Central London, Inner London et Outer London.

On décrit souvent Londres par quartiers (Bloomsbury, Mayfair, Whitechapel par exemple). Ces noms n'ont pas d'utilisation officielle mais désignent souvent des paroisses (parishes) ou des circonscriptions (city wards) et sont restés en usage par tradition, chacun faisant référence à un quartier distinct avec ses propres caractéristiques mais sans délimitation officielle.

Il existe cependant une zone centrale de Londres qui possède une définition et un statut stricts, la Cité de Londres (City of London). Souvent appelée simplement la City, c'est l'un des plus grands quartiers financiers (central business district) mondiaux[13]. La City possède son propre corps gouvernant et ses propres frontières, lui donnant ainsi une complète autonomie politique et administrative. Le nouveau quartier financier et commercial des docklands se situe à l'est de la City et est dominé par Canary Wharf. L'autre quartier d'affaires se trouve dans la Cité de Westminster qui abrite également le gouvernement britannique et l'Abbaye de Westminster.

West End est le principal quartier commerçant et regroupe les principales attractions telles que Oxford Street, Leicester Square, Covent Garden et Piccadilly Circus. West London regroupe des zones résidentielles huppées telles que Notting Hill, Knightsbridge ou le district de Kensington et Chelsea où le prix moyen d'une maison dans certains quartiers est d'environ 5 500 000 livres[14] et où une maison a été vendue 60 millions de livres[15]. D'après un classement 2007 réalisé par le groupe immobilier Knight Frank et Citi Private Bank, filiale de Citigroup, Londres est la ville la plus chère du monde dans le domaine de l'immobilier résidentiel de luxe : 36 800 euros en moyenne par mètre carré dans ce secteur[16].

Un autre quartier huppé est celui de Hampstead dans le District de Camden, où vivent d'ailleurs de nombreuses personnalités londoniennes.

Les zones situées à l'est de Londres regroupent l'East End et les banlieues de l'Essex. Ces zones, situées au plus près du port de Londres, sont connues pour avoir une proportion élevée d'immigrants et pour être une des plus pauvres de la capitale[réf. nécessaire]. La zone appelée East London a vu naître le développement industriel de Londres. Les nombreux terrains abandonnés qu'on y trouve aujourd'hui sont en plein redéveloppement, notamment grâce au plan Thames Gateway, qui inclut London Riverside et la Lower Lea Valley, qui a pu accueillir le parc olympique ainsi que le stade des Jeux olympiques d'été de 2012. North London et South London sont également des termes utilisés pour désigner les deux zones de Londres séparées par la Tamise.

Urbanisation[modifier | modifier le code]

La densité de population varie considérablement à Londres. Le centre regroupe de nombreux emplois tandis que la périphérie de la ville regroupe des zones résidentielles plus ou moins densément peuplées, la densité étant plus élevée dans la proche banlieue (Inner London) que dans les banlieues plus éloignées (Outer London). Les zones densément peuplées regroupent principalement des immeubles de grande hauteur et les gratte-ciels de Londres sont concentrés dans les deux quartiers d'affaires, tels que le 30 St Mary Axe, Tower 42 et l'immeuble de la Lloyd dans la Cité de Londres, One Canada Square, 8 Canada Square et 25 Canada Square à Canary Wharf.

Récemment, la construction de très grands bâtiments a été encouragée par le plan londonien et de nombreux hauts bâtiments devraient voir le jour, particulièrement dans la cité de Londres et à Canary Wharf[17]. Le Shard London Bridge, de 310 m pour 72 étages, près de London Bridge station, la tour Bishopsgate Tower de 288 m ainsi que 30 autres projets de gratte-ciel de plus de 150 m de hauteur proposés ou en construction, tels que la Boomerang Tower de 170 m, pourraient transformer l'apparence de la ville.

Gratte-ciel de la City (premier plan à gauche) et de Canary Wharf (arrière-plan à droite)

D'autres bâtiments remarquables de Londres incluent la mairie à Southwark, le Muséum d'histoire naturelle de Londres[18], la British Library à Somers Town, la grande cour du British Museum et le Dôme du millénaire près de la Tamise à Canary Wharf. La centrale électrique de Battersea, aujourd'hui désaffectée mais en voie de réhabilitation, est un symbole marquant, tandis que certaines gares, notamment Saint-Pancras et Paddington, sont de bons exemples de l'architecture victorienne.

Il n'existe pas un unique style architectural permettant de décrire Londres. Différents styles et influences se sont accumulés et mélangés au fil des années. De nombreux bâtiments sont construits en briques de couleur rouge-orangé ou brun foncé comme à Downing Street, décorés de ciselures et de moulures. Nombre de quartiers sont caractérisés par des bâtiments en stuc ou blanchis à la chaux. Peu de constructions sont antérieures au grand incendie de 1666 à l'exception de quelques restes romains, de la tour de Londres et de quelques restes de l'époque Tudor. La majorité des constructions datent de l'époque édouardienne ou victorienne.

De nombreux monuments célèbrent des personnalités ou des événements qui ont marqué la ville. Le Monument, situé dans la cité de Londres, commémore le grand incendie de 1666, offrant une vaste perspective sur le cœur historique de la ville, où l'incendie a débuté. Marble Arch et Wellington Arch, situées respectivement à l'extrémité nord et sud de Park Lane, sont liées à la monarchie britannique de même que l'Albert Memorial et le Royal Albert Hall à Kensington. La Colonne Nelson est un monument national situé à Trafalgar Square et sert généralement à marquer le centre de Londres.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Londres symbolise parfaitement le climat de type océanique. Les précipitations sont régulières toute l'année sous forme de pluies de faible intensité et de longue durée, contrairement à l'ouest du Royaume-Uni où elles sont d'intensité plus forte. La moyenne annuelle des précipitations s'établit à 622,5 mm[19], février étant le mois le plus sec de l'année. Ce niveau est inférieur à Rome ou Sydney. Londres est en fait une des capitales européennes les plus sèches, disposant de ressources d'eau par personne inférieures à celles d'Israël par exemple[20], l'impression de temps maussade vient surtout du fait que l'ensoleillement annuel est faible. Des villes très pluvieuses mais avec un ensoleillement élevé ne provoquent pas cette impression de temps maussade qu'on trouve à Londres.

Tamise gelée à Londres en 1677

Les étés sont tempérés, les jours de fortes chaleurs sont rares et les hivers sont froids mais rarement glaciaux. Le mois le plus chaud est juillet avec une température moyenne à Kew Gardens de 18.0 °C n'excédant que rarement les 33 °, quoique des niveaux plus élevés soient devenus plus fréquents récemment, les températures estivales en journée varient généralement entre 20 et 25 °C. La plus haute température fut de 38,1 °C, mesurée dans les jardins botaniques royaux de Kew, le 10 août 2003, pendant la canicule de 2003[21]. Le mois le plus froid est janvier avec des températures moyennes de 2,4 °C à 7,9 °C. La température la plus froide fut de -16,1 °C, le 1er janvier 1962 à Northolt (en)[22].

Les chutes de neige abondantes sont presque inconnues. Au cours des hivers les plus récents, la neige a rarement excédé un pouce d'épaisseur (soit moins de 3 cm). Ceci est notamment dû au fait que la vaste agglomération londonienne crée un microclimat, avec une chaleur enfermée par les immeubles de la ville. La nuit, la température y est parfois de 5 à 9 °C supérieure aux zones environnantes[23]. Le célèbre smog londonien, mélange de brouillard et de fumée, est devenu rarissime dans les rues de la capitale anglaise. En 1954, il avait provoqué la mort de 4 000 personnes[24].

Relevé météorologique de Londres Kew Gardens (période : 1981-2010)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,8 1,7 3,4 4,7 7,9 10,8 13 12,7 10,3 7,4 4,1 2,1 6,7
Température moyenne (°C) 5 5,2 7,5 9,6 13 15,9 18,3 18 15,2 11,6 7,7 5,3 11,1
Température maximale moyenne (°C) 8,2 8,7 11,6 14,4 18 21 23,5 23,2 20 15,8 11,3 8,5 15,4
Ensoleillement (h) 59,8 79,9 118,2 173,3 205,3 203,6 218,4 211,1 146,4 117,2 70,6 49,6 1 653,3
Précipitations (mm) 57,2 41,9 42,8 45,3 48,8 49,3 46,8 51,2 52,2 69,7 60,6 56,6 622,5
Source : Met Office[25]


Histoire[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Histoire de Londres et Chronologie de Londres.

Londres romain[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Londinium.
Londres en 400.

Les régions aux alentours de Londres (aujourd'hui situées à l'intérieur des frontières du Grand Londres) semblent avoir été habitées par des Bretons insulaires depuis les temps préhistoriques, mais aucune trace archéologique n'a été mise au jour au nord du pont de Londres, lieu où la ville est véritablement née et d'où elle s'est développée. Les plus anciennes traces certaines d'installations durables remontent à l'an 43 et sont dues aux Romains qui, à la suite de la conquête de la Bretagne par les Romains, y ont bâti une première ville[26]. Ce premier campement était appelé Londinium. Le pont de Londres se trouvait au centre du tout nouveau réseau de routes créé par les Romains et était un lieu de passage privilégié pour traverser la Tamise, ce qui a attiré de nombreux commerçants et ainsi contribué à la croissance de la ville. Londres est vite devenue un important centre d'échanges et de commerce, la Tamise permettant d'acheminer facilement des marchandises jusqu'au cœur de la ville[27].

Seulement 18 ans après la fondation de la ville par les Romains, la reine Boadicée, à la tête du peuple celte des Iceni, s'est élevée contre l'invasion romaine et a pris Londres pour cible[28]. Le gouverneur Suetonius Paulinus, alors occupé à exterminer les druides sur l'île d'Anglesey, ne put constituer à temps une armée pour contrer l'invasion celte. La ville fut partiellement évacuée mais des milliers de commerçants furent cependant tués. Londres fut alors totalement pillée et détruite. Des fouilles archéologiques ont permis de mettre au jour la présence de débris brûlés recouvrant des pièces et des poteries datant de 60, à l'intérieur des limites de la ville romaine[28].

La ville fut rapidement reconstruite et a vite de nouveau prospéré, à l'image du commerce en Bretagne, et a remplacé Colchester en tant que capitale de la province romaine de Bretagne. Il n'existe cependant pas d'informations permettant de dater et d'expliquer le transfert de la capitale. Vers le IIe siècle, la ville s'est entourée de murailles : le Mur de Londres. Pendant plus d'un millénaire, les frontières de la ville ont été marquées par ce mur qui délimitait une zone largement englobée aujourd'hui par celle de la City. À son apogée au IIIe siècle, la population de Londinium a atteint de 45 000 à 60 000 personnes suivant les sources. Lorsque l'Empire romain a commencé à décliner, les troupes protégeant la ville ont été rappelées sur le continent, Londres a donc également commencé à péricliter et sa population diminua. Il existe peu d'informations sur cette période appelée Dark Ages of London (« Les âges sombres de Londres »), mais après le départ des Romains de Bretagne en 410, il est largement établi qu'au Ve siècle, Londres était en ruine et pratiquement abandonnée[29].

Occupation anglo-saxonne[modifier | modifier le code]

Cependant la position privilégiée de la ville sur la Tamise en a toujours fait un lieu stratégique et vers l'an 600, les Anglo-Saxons ont établi une nouvelle ville Lundenwic à environ 1 km en amont de la ville romaine, à l'endroit où se trouve aujourd'hui Covent Garden[29]. Il y avait probablement un port de pêche et de commerce à l'embouchure de la rivière Fleet. Lundenwic a prospéré jusqu'en 851 lorsque la ville a été envahie et complètement rasée par les Vikings. Après cette occupation viking, le nouveau roi d'Angleterre Alfred le Grand a rétabli la paix et fait déplacer la ville dans les murailles de la vieille cité romaine (alors appelée Lundenburgh). La ville originale est devenue Ealdwic (« vieille ville »), dont le nom a survécu jusqu'à aujourd'hui pour donner Aldwych.

Ensuite, sous le contrôle de plusieurs rois anglais, Londres a de nouveau prospéré et est devenue un lieu de pouvoir ainsi qu'un centre d'échanges et de commerce. Cependant, les raids vikings ont repris au Xe siècle et atteint leur apogée en 1013 lorsque la ville fut assiégée par le roi Knut II de Danemark et qu'Æthelred II d'Angleterre fut contraint de s'enfuir. Lors d'une contre-attaque, l'armée du roi Æthelred a remporté une victoire en détruisant le pont de Londres alors que la garnison danoise se trouvait dessus. Le contrôle des Anglais fut ainsi rétabli.

Knut a pris le contrôle du trône anglais en 1017, régnant ainsi sur la ville et le pays jusqu'en 1042. À sa mort, les Anglo-Saxons ont repris le contrôle sous l'autorité d'Édouard le Confesseur, qui a refondé l'Abbaye de Westminster ainsi que le Palais de Westminster. À cette époque, Londres était devenu la cité la plus grande et la plus prospère d'Angleterre bien que le siège du gouvernement se trouvait toujours à Winchester.

Londres médiévale[modifier | modifier le code]

Après la bataille de Hastings, Guillaume le Conquérant, alors duc de Normandie a été couronné roi d'Angleterre dans la toute nouvelle Abbaye de Westminster, le jour de Noël 1066. Il a accordé certains privilèges aux habitants de Londres tout en construisant un château au sud-est de la ville pour maintenir le contrôle sur la population. Ce château, agrandi par les rois suivants, a servi de résidence royale puis de prison et est aujourd'hui connu sous le nom de Tour de Londres.

En 1097, Guillaume II a commencé la construction du Hall de Westminster, près de l'abbaye du même nom. Ce hall a servi de base au nouveau palais de Westminster, la résidence royale tout au long du Moyen Âge. Westminster est devenu le siège de la cour royale et du gouvernement tandis que la Cité de Londres voisine était un centre d'échanges et de commerce et prospérait sous l'autorité de sa propre administration, la Corporation of London. Finalement, les villes aux alentours se sont développées et ont formé la base du cœur de Londres moderne, remplaçant Winchester en tant que capitale de l'Angleterre au XIIe siècle.

Londres au Temps Modernes[modifier | modifier le code]

Après la défaite de l'Invincible Armada espagnole en 1588, une certaine stabilité politique en Angleterre a permis à Londres de se développer davantage. En 1603, Jacques VI d'Écosse est monté sur le trône d'Angleterre et a principalement tenté d'unifier les deux pays. Ses lois anticatholiques l'ont cependant rendu très impopulaire et il a été victime d'une tentative d'assassinat le 6 novembre 1605, la fameuse conspiration des poudres.

Le grand incendie de Londres qui a détruit une partie de la ville en 1666

Des épidémies de peste noire ont, à de nombreuses reprises, touché Londres au début du XVIIe siècle, l'épisode culminant étant la grande peste de Londres de 1665-1666 qui tua environ 20 % de la population. Le grand incendie de 1666 est né dans la cité originale et s'est rapidement répandu à travers les maisons en bois de Londres, détruisant une grande partie de la ville. La reconstruction qui s'en est suivie a duré plus de 10 ans.

Panorama de Londres au XVIIe siècle.

Histoire contemporaine[modifier | modifier le code]

Le Palais de Westminster vu depuis l'ancien pont de Westminster dans les années 1890

De 1825 à 1925, Londres est la ville la plus peuplée au monde[30]. Cette croissance a été accélérée par la construction des premières lignes de chemin de fer à Londres, ce qui a considérablement rapproché les villes avoisinantes. Porté par un essor boursier exceptionnellement rapide, ce réseau ferroviaire s'est rapidement étendu et a permis à ces villes de croître tout en permettant à Londres de s'étendre et d'englober les villages aux alentours (exemple de Kensington). L'apparition des premiers embouteillages en centre-ville a mené à la création, en 1863, du premier système de transport souterrain au monde, le métro de Londres, ce qui a encore accéléré le développement de l'urbanisation[31]. Grâce à cette croissance rapide, Londres est devenue une des premières villes à dépasser le million d'habitants et la première à dépasser les cinq millions.

Le gouvernement local de Londres a eu des difficultés à gérer l'expansion rapide de la ville, surtout au niveau des infrastructures. Entre 1855 et 1889, le Metropolitan Board of Works a supervisé la croissance des infrastructures. Il a ensuite été remplacé par le comté de Londres qui été géré par le London County Council de 1889 à 1965 ; ce fut la première assemblée élue au niveau de la ville.

Rue de Londres durant le Blitz lors de la Seconde Guerre mondiale

Le Blitz et les bombardements allemands de la Luftwaffe durant la Seconde Guerre mondiale ont tué environ 30 000 personnes[32] et détruit de nombreuses habitations et bâtiments dans la ville. La reconstruction dans les années 1950, 60 et 70 a été caractérisée par une absence d'unité architecturale, typique du Londres moderne. En 1965, les limites de Londres ont été modifiées pour tenir compte de l'expansion de la ville en dehors du comté de Londres. Le nouveau territoire agrandi a été nommé Grand Londres et administré par le Greater London Council.

Dans les décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, une large immigration provenant des pays du Commonwealth a fait de Londres une des villes européennes les plus ethniquement cosmopolites. L'intégration des nouveaux immigrants ne s'est pas toujours faite en douceur avec par exemple les émeutes de Brixton dans les années 1980 mais s'est tout de même mieux déroulée que dans d'autres régions britanniques.

London Eye, un des symboles du Londres moderne

Le renouveau économique des années 1980 a rétabli Londres sur le devant de la scène internationale. Cependant, en tant que siège du gouvernement et principale agglomération du Royaume-Uni, la ville a connu de nombreux épisodes terroristes. L'Armée républicaine irlandaise provisoire a tenté de mettre le gouvernement britannique sous pression au sujet des négociations en Irlande du Nord, interrompant fréquemment les activités de la ville avec des alertes à la bombe ou des attentats jusqu'au cessez-le-feu de 1997. Le 7 juillet 2005, une série d'attentats a été perpétrée dans les transports en commun londoniens par des kamikazes islamistes, 24 heures seulement après que l'organisation des Jeux olympiques de 2012 eut été confiée à la ville.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

City Hall de nuit, siège du Greater London Authority.

Administration locale[modifier | modifier le code]

La gestion de Londres s'effectue sur deux niveaux : au niveau de la ville, sous l'autorité du Greater London Authority (GLA) et à un niveau plus local au sein des 33 districts londoniens.

Le Greater London Authority est responsable du plan londonien définissant la stratégie de développement de Londres, des services de police ( Metropolitan Police Authority), de lutte contre les incendies (London Fire Brigade), de la plupart des transports (Transport for London) et du développement économique (London Development Agency). Le GLA est composé du maire de Londres, qui dispose des pouvoirs exécutifs, et de la London Assembly qui examine les propositions du maire et vote ou rejette ses propositions de budget chaque année. Le GLA est une administration relativement récente (2000) créée afin de remplacer le Greater London Council (GLC) aboli en 1986. Le siège de la Greater London Authority et du maire de Londres (City Hall) se trouvent au bord de la Tamise, près du Tower Bridge.

Depuis le 3 mai 2008, le poste de maire de Londres est occupé par le conservateur Boris Johnson, qui a battu le maire sortant Ken Livingstone, élu une première fois en 2000 en tant que candidat indépendant puis réélu en 2004 en tant que candidat du Parti travailliste.

Les 33 districts sont formés des 32 boroughs et de la Cité de Londres et sont responsables des services locaux non pris en charge par le GLA tels que l'aménagement local, les écoles, les services sociaux, les routes locales et le ramassage des ordures. Chacun des districts a à sa tête un conseil (council) élu tous les quatre ans. La cité de Londres n'est pas dirigée par une autorité locale classique mais par la Corporation of London élue par les résidents et les entreprises et qui n'a pratiquement pas changé de forme depuis le Moyen Âge. La Corporation of London a à sa tête le Lord Mayor of London, qui est un poste différent de celui du maire de Londres.

Carte des 33 districts londoniens
  1. Cité de Londres 1 2
  2. Cité de Westminster 2
  3. Kensington et Chelsea 2
  4. Hammersmith et Fulham 2
  5. Wandsworth 2
  6. Lambeth 2
  7. Southwark 2
  8. Tower Hamlets 2
  9. Hackney 2
  10. Islington 2
  11. Camden 2
  12. Brent
  13. Ealing
  14. Hounslow
  15. Richmond sur la Tamise
  16. Kingston sur la Tamise
  17. Merton
LondonNumbered.png
  1. Sutton
  2. Croydon
  3. Bromley
  4. Lewisham 2
  5. Greenwich
  6. Bexley
  7. Havering
  8. Barking et Dagenham
  9. Redbridge
  10. Newham 2
  11. Waltham Forest
  12. Haringey 2
  13. Enfield
  14. Barnet
  15. Harrow
  16. Hillingdon
Notes :
  • 1 : la Cité de Londres n'est pas désignée comme un district (borough).
  • 2 : ce district fait partie de Inner London actuel, selon l'ONS et Eurostat NUTS.

La cité de Londres possède sa propre force de police, la City of London Police indépendante du Metropolitan Police Service qui est responsable du reste du Grand Londres.

Les services de santé sont gérés par le gouvernement national grâce au National Health Service, sous la responsabilité, à Londres, d'un seul NHS Strategic Health Authority[33].

Administration nationale[modifier | modifier le code]

Londres est le siège du gouvernement du Royaume-Uni situé au Palais de Westminster à Westminster. Plusieurs annexes du gouvernement sont situées aux alentours du Parlement, particulièrement le long de Whitehall où se trouve la résidence du Premier ministre au 10 Downing Street.

Bien qu'utilisée pour la première fois au XIXe siècle par John Bright pour décrire l'Angleterre elle-même[34], l'expression Mother of the Parliament (mère des parlements) est souvent utilisée pour faire référence au parlement britannique[35] car il est souvent considéré comme le premier à avoir instauré un système composé d'une chambre haute et d'une chambre basse élues et a été suivi par beaucoup d'autres systèmes politiques, notamment en Europe et dans les pays du Commonwealth.

Londres est représenté à la Chambre des communes par 74 députés (Members of Parliament, MPs) qui correspondent au découpage en circonscriptions de la ville. Sur ces 74 membres, 44 sont issus du Parti travailliste, 21 du Parti conservateur, 8 des Démocrates libéraux et un du Parti du respect.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Des relations sont en construction avec Drapeau du Japon Tokyo (Japon) et Drapeau de la République populaire de Chine Shanghai (Chine)[36].

Démographie[modifier | modifier le code]

Londres a toujours été un important foyer de population. À la fois, ville, aire urbaine et région urbaine la plus peuplée du Royaume-Uni, elle a également été la plus peuplée d'Europe et du monde avant de connaître un léger déclin.

Population[modifier | modifier le code]

Le Grand Londres, composé de Inner London et Outer London, compte 8 615 000 habitants en 2014. L'aire urbaine de Londres compte près de 10 millions d'habitants tandis que l'aire métropolitaine, sa zone d'influence directe, compte 15 millions d'habitants. D'après Eurostat, Londres est la première ville la plus peuplée et la deuxième aire urbaine la plus importante de l'Union européenne après Paris[37]. La ville se classe également au quinzième rang des villes les plus peuplées du monde et au quinzième rang des aires urbaines les plus peuplées.

La région du Grand Londres occupe une superficie de 1 572 km2 et la densité de population est de 5 285 habitants par km2, soit une densité plus de 10 fois supérieure à celle de l'Écosse, de l'Irlande du Nord, du Pays de Galles ou de n'importe que quelle autre région anglaise. Cette densité cache cependant des disparités au sein de 32 districts. En 2005, le district de Kensington et Chelsea (Inner London) comptait 16 178 hab./km2 contre 2 011 pour Bromley (Outer London)[38].

La structure de la population de Londres est légèrement différente de celle de l'Angleterre ou du Royaume-Uni. L'attractivité de Londres a entraîné une immigration vers la capitale de personnes en âge de travailler depuis le reste du pays ou l'étranger. La proportion de personnes entre 20 et 44 ans représente 42,8 % contre 35,1 à l'échelle nationale. En contrepartie, la proportion de personnes âgées de 60 ans et plus (14,4 %) est inférieure à la moyenne nationale (18,4 %)[39].

Pyramide des âges de Londres en 2001 (population totale : 7 172 091)[40]
Hommes Classe d’âge Femmes
8 611 
90 et plus
28 656 
23 218 
85 - 89
52 485 
46 706 
80 - 84
78 533 
76 158 
75 - 79
109 156 
99 788 
70-74
120 432 
119 113 
65-69
128 734 
137 288 
60-64
145 568 
155 664 
55-59
167 366 
199 509 
50-54
211 306 
203 589 
45-49
213 935 
252 639 
40-44
258 338 
311 034 
35-39
322 920 
341 087 
30-34
354 918 
331 760 
25-29
360 393 
254 024 
20-24
276 980 
212 044 
15-19
204 762 
222 100 
10-14
213 302 
230 721 
5-9
221 067 
243 740 
0-4
234 447 

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Londres comptait sans doute un peu plus de 50 000 habitants en 1500. Elle s'est rapidement développée aux XVIee siècle et XVIIe siècle. Un peu avant 1700, elle dépasse les 500 000 habitants et devient la ville la plus peuplée d'Europe devant Paris. Elle est environ vingt fois plus peuplée que Bristol, la deuxième ville d'Angleterre à l'époque[41]. En 1801, lors du premier recensement, la ville comptait 959 300 habitants[42]. Après cette date, dans un contexte d'industrialisation rapide, la population s'accroît fortement et 1831, la ville atteint 1 655 000 habitants[42]. Sa population dépasse celle de Pékin, et la ville devient donc la plus peuplée au monde. Elle le reste jusqu'en 1925, date à laquelle elle est dépassée par New York[43]. La population de Londres a culminé à 8 615 245[42] en 1939 puis a décliné jusqu'à 6 608 598 au recensement de 1981 avant de remonter jusqu'à 8 173 900 lors du recensement de 2011.

Diversité ethnique[modifier | modifier le code]

Groupe ethnique (2011)[44]
Blanc 59,8 %
Asiatique 18,4 %
Noir 13,3 %
Métis ou autres 8,4 %
Pays de naissance Population
en 2011[N 1]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 5 175 677
Drapeau de l'Inde Inde 262 247
Drapeau de la Pologne Pologne 158 300
Drapeau de l'Irlande Irlande 129 807
Drapeau du Nigeria Nigeria 114 718
Drapeau du Pakistan Pakistan 112 457
Drapeau du Bangladesh Bangladesh 109 948
Drapeau de la Jamaïque Jamaïque 87 467
Drapeau du Sri Lanka Sri Lanka 84 542
Drapeau de la France France 66 654
Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud 66 654
Drapeau du Kenya Kenya 66 311
Somalie Somalie 65 333
Drapeau des États-Unis États-Unis 63 920
Drapeau de l'Italie Italie 62 050
Drapeau du Ghana Ghana 62 896
Drapeau de la Turquie Turquie 59 596
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 55 476
Drapeau de l'Australie Australie 53 959
Roumanie Roumanie 44 848
  1. Seuls les 20 premiers pays apparaissent.

Londres est l'une des villes possédant la plus grande diversité d'origines. D'après le recensement démographique britannique de 2011, 59,8 % des 8,2 millions de Londoniens se considèrent comme appartenant au groupe « blanc », 12 % des habitants se considèrent comme indiens, pakistanais ou bangladeshis, 13,3 % se considèrent comme noirs (environ 7 % de noirs africains et 4,2 % de noirs des Caraïbes), 1,5 % se disent chinois et 5 % se considèrent comme issus de plusieurs origines.

En 2001, 27 % des Londoniens sont nés en dehors du Royaume-Uni et 21,8 % hors de l'Union européenne. Les Irlandais (d'Irlande et d'Irlande du Nord) sont environ 200 000, tout comme les Écossais et les Gallois.

Londres est également une des villes les plus actives du monde sur le plan linguistique. Une étude menée en 2005 a montré que plus de trois cents langues différentes y sont parlées et qu'on peut y trouver 50 communautés ethniques comptant plus de 10 000 membres[45].

Résidents nés à l'étranger[modifier | modifier le code]

Les chiffres de l'Office for National Statistics montrent que le nombre de Londoniens nés à l'étranger atteignait 2 288 000 en 2006 contre 1 630 000 en 1997[46].

Le tableau ci-contre donne le pays de naissance des résidents de Londres en 2011, date du dernier recensement britannique.

Religion[modifier | modifier le code]

D'après le recensement de 2011, on dénombrait à Londres 48,4 % de chrétiens (catholiques, protestants, anglicans ou autres), 12,4 % de musulmans, 5 % d'hindous, 1,8 % de juifs, 1,5 % de sikhs, 1 % de bouddhistes, 0,6 % d'autres religions, 20,7 % de personnes sans religion et 8,5 % de personnes ne déclarant pas leur religion[47].

Du point de vue de la religion, Londres a été, tout au long de son histoire, dominée par le christianisme et compte un nombre important d'églises, notamment dans la City. La cathédrale Saint-Paul ainsi que la cathédrale de Southwark sont à la tête de l'Église anglicane tandis que les cérémonies officielles et royales se déroulent soit à Saint-Paul soit à l'abbaye de Westminster (à ne pas confondre avec la cathédrale de Westminster qui est un édifice relativement récent ainsi que la plus grande cathédrale romaine catholique d'Angleterre et du Pays de Galles). Malgré ceci, le pourcentage d'anglicans pratiquants est très bas. En revanche, ce taux est beaucoup plus élevé dans les communautés romaines catholiques et chrétiennes orthodoxes[48],[49].

Londres abrite également d'importantes communautés musulmane, hindoue, sikhe et juive. De nombreux musulmans vivent à Tower Hamlets et à Newham et le plus important édifice musulman est la grande mosquée de Londres près de Regent's Park. On estime à 600 000 le nombre de musulmans vivant dans la capitale britannique[50].

La communauté hindoue de Londres réside dans les quartiers nord-ouest de Harrow et de Brent, où se trouve un des plus grands temples hindous d'Europe, le temple Neasden[51]. La communauté sikhe se trouve elle dans l'est et dans l'ouest de Londres, qui abrite également un des plus grands temples sikhs situés hors d'Inde. La majorité des Britanniques de confession juive se trouve à Londres, particulièrement à Stamford Hill et Golders Green dans le nord de Londres[52].

Économie[modifier | modifier le code]

Par le PIB, Londres est en 2005 la sixième ville du monde, et la deuxième d'Europe après Paris[53]. Le Grand Londres réalise environ 20 % du PIB du Royaume-Uni, et l'aire métropolitaine de Londres environ un tiers[54]. La productivité est nettement supérieure à la moyenne nationale[55]. Très fortement tertiarisée[56], Londres connaît une importante spécialisation dans la finance. La capitale britannique est la première place financière du monde et l'un des principaux centres d'affaires internationaux[57]. L'immigration joue un rôle majeur, elle concerne des personnes de qualification très diverses, mais une des caractéristiques de la ville est sa capacité à attirer les hauts revenus[58].

Les inégalités économiques sont fortes. Londres compte de nombreuses poches de pauvreté et le taux de chômage est plus élevé que la moyenne nationale (5,5 % au Royaume-Uni au deuxième trimestre 2006 contre 7,7 % à Londres et jusqu'à plus de 10 % dans certains quartiers de l'Inner London[59]) et 53 % des enfants de ces quartiers vivent dans un état de pauvreté[60].

Attractivité[modifier | modifier le code]

L'économie de Londres s'est orientée vers les services beaucoup plus tôt que d'autres villes européennes, surtout après la Seconde Guerre mondiale. Le succès de Londres dans le secteur tertiaire s'explique surtout par plusieurs des facteurs[61] :

  • l'anglais est une langue de communication internationale ;
  • sa position de capitale de l'Empire britannique ;
  • ses relations particulières avec les États-Unis et plusieurs pays d'Asie ,
  • sa position géographique qui permet à ses horaires de bureau de correspondre à ceux d'autres pays qui comptent pour 99 % du PNB mondial[réf. nécessaire] ;
  • le droit anglais est le droit des contrats le plus utilisé en commerce international ;
  • les infrastructures multiculturelles (écoles, lieux de culte, organisations culturelles et sociales) ;
  • un niveau d'impôt relativement peu élevé surtout pour les étrangers (les résidents non domiciliés au Royaume-Uni ne payent pas de taxe sur les profits réalisés à l'étranger) - cependant, la taxe du comté (équivalent de la taxe d'habitation française) payée chaque mois est très élevée (environ 100-150 livres/mois/logement) ;
  • de bonnes infrastructures de transport, surtout dans le trafic aéroportuaire ;
  • une économie dérégulée avec peu d'intervention du gouvernement.

Services et finance[modifier | modifier le code]

Environ 85 % de la population du Grand Londres (soit 3,2 millions de personnes) travaillent dans le secteur des services. 500 000 personnes travaillent dans l'industrie et la construction (en proportions égales).[réf. nécessaire]

Londres a 5 centres principaux centres d'affaires : la City, Westminster, Canary Wharf, Camden & Islington et Lambeth & Southwark.[réf. nécessaire]

Quartier d'affaires Superficie de bureau (m²) Secteur d'activité
La City 7 740 000 Finance, courtage, assurance, droit
Westminster 5 780 000 Sièges sociaux, immobilier, banque, fonds spéculatifs, administration
Camden & Islington 2 294 000 Finance, création artistique, mode, architecture
Canary Wharf 2 120 000 Banque, média, service juridique
Lambeth & Southwark 1 780 000 Comptabilité, société de conseils, administration locale

La principale activité économique de Londres est le secteur financier dont les exportations financières, (c'est-à-dire les services aux entreprises fournis par des sociétés londoniennes à des entreprises étrangères dans le secteur des services financiers (indépendamment de l'immobilier)), contribuent grandement à la balance des paiements du Royaume-Uni[62]. Environ 300 000 personnes travaillent dans le secteur de la finance de Londres qui abrite plus de 480 banques, soit plus que n'importe quelle autre ville au monde.[réf. nécessaire] Chaque année, il s'investit plus d'argent à Londres que dans les 10 villes européennes suivantes réunies.[réf. nécessaire] La City est le plus grand centre d'affaires d'Europe[réf. nécessaire] et concurrence de plus en plus New York, notamment à cause des lois Sarbanes-Oxley qui accroissent les exigences comptables pour les entreprises cotées à la bourse de Wall Street. Lors d'une récente étude publiée par Mastercard, Londres surpasse New York dans quatre des six domaines de l'étude dont la stabilité économique, la facilité de faire des affaires et le volume des flux financiers[63]. Le maire de New York Michael Bloomberg a déclaré que New York risquait de perdre son statut de capitale financière du monde au profit de Londres à cause du droit et des systèmes de régulation et d'immigration moins stricts du Royaume-Uni[64].

Un second centre financier se développe à Canary Wharf, à l'est de la City, et compte le quartier général des banques HSBC et Barclays, de l'agence Reuters ainsi que de nombre des plus grands cabinets d'avocats au monde. En 2005, Londres a traité 31 % des transactions sur le marché des changes et traite quotidiennement environ 753 milliards de dollars, soit plus qu'à New York[65],[66].

La Banque d'Angleterre, banque centrale du Royaume-Uni.

Plus de la moitié des 100 premières entreprises britanniques (FTSE 100) et plus de 100 des 500 plus grandes entreprises européennes ont leur siège à Londres. Plus de 70 % des entreprises du FTSE 100 ont leur siège dans l'aire urbaine de Londres et 75 % des entreprises du Fortune 500 ont un bureau à Londres.[réf. nécessaire]

Les médias sont particulièrement concentrés à Londres et l'industrie de la distribution des médias en est le deuxième secteur le plus compétitif[67]. La BBC est un employeur clé de la ville tandis que de nombreux autres médias ont leur siège à Londres. De nombreux journaux nationaux sont édités dans la ville et ont longtemps été associés à Fleet Street dans la City. Soho est le cœur de l'industrie de la postproduction.[réf. nécessaire]

Le port de Londres a été le plus important du monde mais arrive aujourd'hui en troisième position au Royaume-Uni. 50 millions de tonnes de marchandises y transitent chaque année[68]. La plupart de ces marchandises transitent cependant par Tilbury qui se trouve en dehors des limites du Grand Londres.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Londres est une des principales destinations touristiques au monde. Ce secteur génère entre 280 000[69] et 350 000[70] emplois selon les sources. En 2008, 26,1 millions de touristes ont visité Londres, ce qui représente des revenus de 10,5 milliards £[71]. De ces 26,1 millions de touristes, 14,8 millions étaient de l'outremer[71].

Londres bénéficie de son statut de capitale anglophone en Europe et attire ainsi chaque année de très nombreux étudiants du continent venus apprendre la langue anglaise. Une importante économie du tourisme estudiantin s'est développée autour de cette manne, certains n'hésitant pas à en profiter par des pratiques à la limite de la légalité[72].

Les principaux sites touristiques londoniens sont concentrés dans le West End, qui comprend les grands magasins d’Oxford Street, les théâtres, et les quartiers tels que Soho, Covent Garden, Mayfair, Piccadilly Circus et la place de Leicester Square. Les monuments les plus célèbres de Londres sont le British Museum, la Tate Gallery, le Tate Modern, Madame Tussauds, les palais de Westminster et de Buckingham, l’Imperial War Museum, le Science Museum, la National Gallery, la National Portrait Gallery, la Tower Bridge, Big Ben, la Tour de Londres, London Eye, Cathédrale St Paul et Arsenal Football Club Museum.

Transports[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Transport à Londres.

Les transports sont un des quatre domaines de compétence du maire de Londres[73] bien que son contrôle financier soit assez limité et qu'il n'ait aucun pouvoir sur le réseau ferré (mais le North London Railway est sous sa responsabilité depuis novembre 2007).[réf. nécessaire] Le réseau de transport public, géré par Transport for London (TfL), est un des plus étendus au monde[74] mais subit tous les jours des embouteillages, retards et problèmes de maintenance. Un programme de 7 milliards de livres a été mis en place pour tenter d'améliorer le réseau à l'horizon de 2012, pour l'inauguration de Jeux olympiques[75]. Malgré un coût des plus élevés d'Europe, l'ensemble du réseau londonien a cependant été déclaré meilleur réseau de transport au monde (devant New York et Paris) par 25 % des 2 000 personnes interrogées lors d'un sondage réalisé par TripAdvisor[76].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Métro de Londres[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Métro de Londres.

L'élément central du réseau de transport de la capitale britannique est le métro de Londres, Underground ou London Tube appelé familièrement The Tube, composé de 274 stations et 16 lignes interconnectées pour une longueur totale de 408 km. Il existe de nombreux projets d'extensions, notamment au sud de la ville, et même la construction d'une nouvelle ligne de Wimbledon à Epping.[réf. nécessaire], qui a comme nom initial Chelsea-Hackney Line. Inauguré en 1863, c'est le plus ancien réseau au monde[31]. Il comporte même la toute première ligne de métro électrique, la City & South London Railway, mise en service en 1890[77]. Trois millions de trajets par jour, soit environ un milliard par an, sont effectués sur l'ensemble du réseau du métro[78], qui dessert principalement le centre historique de Londres ainsi que les banlieues de la ville situées au nord de la Tamise mais s'étend jusqu'au-delà des frontières du Grand Londres. Du fait de la nature des sols,[réf. nécessaire] les banlieues sud et sud-est sont moins desservies par le métro mais bénéficient d'un important réseau de trains de banlieue. Le Docklands Light Railway, inauguré en 1987, dessert l'est de Londres et Greenwich sur les deux rives de la Tamise.

Trains de banlieue[modifier | modifier le code]

Les trains de banlieue ne traversent généralement pas la ville mais s'arrêtent dans une des 14 gares de la ville situées autour du centre historique. Crossrail est un projet de réseau express régional qui devrait entrer en fonction en 2015 et qui permettra de relier les banlieues est et ouest en traversant Londres dans un souterrain, un train urbain, l'overground qui est entré en service en novembre 2007. Le service de train Eurostar relie la gare de Saint-Pancras à Lille et Paris (France) en h 20 et h 15 respectivement, et Bruxelles (Belgique) en h 50. Il y a aussi des projets de réinsertion du tramway dans le centre de Londres.

Transport routier[modifier | modifier le code]

Bus à impériale à Londres

Bien que la vaste majorité des transports du cœur de Londres soit effectuée en transport en commun, l'usage de la voiture domine en banlieue.[réf. nécessaire] Le London Inner Ring Road (périphérique situé autour du centre de Londres), les routes A406 et A205 (dans la banlieue) ainsi que l'autoroute M25 (plus éloignée) contournent la ville et relient les nombreuses voies allant vers le centre-ville de Londres (Inner London). Un projet d'autoroutes sillonnant l'agglomération (appelées London Ringways) avait été lancé en 1962 mais a été en grande partie abandonné au début des années 1970-1971 à cause des objections des riverains et des coûts élevés[79]. En 2003, un péage urbain a été introduit afin de réduire le trafic en centre-ville. À quelques exceptions près, les automobilistes doivent payer 8 livres par jour pour pénétrer à l'intérieur d'une zone correspondant au centre de Londres. Les automobilistes résidant au sein de la zone payante payent 10 %, payables soit pour 5 jours au tarif de 4 £ ou 16 £ pour quatre semaines.

Taxi londonien

La plupart des lignes d'autobus du réseau de Londres fonctionnent en journée et en soirée. Certaines lignes fonctionnent même 24 heures sur 24. L'autobus est le moyen de transport principalement utilisé pour les déplacements locaux et transporte plus de passagers que le métro[80]. Chaque jour de la semaine, les bus londoniens transportent 6 millions de passagers sur plus de 700 itinéraires différents. Le nombre de voyages a atteint1,8 milliard en 2005/2006[81]. Les bus à impériale rouges sont un des symboles de Londres, de même que les taxis noirs et le métro.

Londres, pour soutenir sa politique d'éradication de la voiture, investit très lourdement dans le transport individuel cycliste. C'est ainsi qu'en 2006 Londres a investi 38 millions d'euros dans les voies cyclables et les parkings à vélo.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Londres est également une plate-forme de correspondance aérienne mondiale. Pas moins de 150 millions de passagers transitent dans un des 8 aéroports qui contiennent "London Airport"[réf. nécessaire] dans leur nom mais pratiquement tout le trafic international transite par les 6 aéroports principaux (Heathrow, Gatwick, Stansted, Luton, London City et London Southend). L'aéroport d'Heathrow est le plus important au monde en termes de passagers internationaux[82] et propose une gamme complète de vols domestiques, européens ou intercontinentaux. Une part importante du trafic international ainsi que nombre de vols de compagnies aériennes à bas prix sont prises en charge par l'aéroport de Gatwick. Les aéroports de Stansted et de Luton sont spécialisés dans les vols court-courriers des compagnies à bas prix. L'aéroport de Londres City, le plus petit et le plus proche de Londres, est plutôt, de par sa proximité avec les centres financiers de la capitale, spécialisé dans les vols privés et accueille des vols court-courriers ainsi qu'un important trafic de jets privés[83]. L'aéroport de Londres Southend est le nouveau venu dans le choix des voyageurs.

Transport fluvial[modifier | modifier le code]

Un bateau de tourisme sur la Tamise.

La Tamise est usée par les bateaux de tourisme et les bateaux-bus. Les services sont pourvus par London River Services.

Les jetées principales sont:

  • Putney Pier
  • Chelsea Harbour Pier
  • Millbank Millennium Pier
  • Westminster Millennium Pier
  • London Eye Pier
  • Festival Pier
  • Embankment Millennium Pier
  • Blackfriars Millennium Pier
  • London Bridge City Pier
  • Bankside Pier
  • Tower Pier
  • Saint Katherine's Pier
  • Canary Wharf Pier
  • Greenwich Pier

Éducation[modifier | modifier le code]

Entrée principale du Royal Holloway, un des collèges de l'Université de Londres.

Accueillant nombres d'universités et autres établissement d'enseignement supérieur, Londres compte environ 378 000 étudiants[84] et est un important centre de recherche et développement. La plupart des écoles primaires et secondaires de Londres suivent le système éducatif anglais.

Avec 125 000 étudiants, l'université de Londres est la plus grande université du Royaume-Uni et d'Europe[85]. Elle est composée de 20 colleges ainsi que de nombreux instituts, chacun ayant une large autonomie dans la délivrance des diplômes. Les colleges, tels que UCL, King's et Royal Holloway ou des instituts plus spécialisés tels que Imperial College, la London School of Economics, SOAS, la Royal Academy of Music et l'Institute of Education, ont leur propre procédure d'admission et constituent des universités à part entière bien que les diplômes soient délivrés par l'université de Londres. En 2007, Imperial College a officiellement quitté la fédération de l'Université de Londres en même temps que la célébration de son centenaire, et délivre ses propres diplômes. Plusieurs autres universités sont en train d'évaluer la possibilité de délivrer leurs propres diplômes tout en restant au sein de la fédération[86].

Les autres universités basées à Londres, telles que la City University, l'université Brunel, la London Metropolitan University, l'université du Middlesex, l'UEL, l'université de Westminster et la London South Bank University, ne font pas partie de l'université de Londres. Certains étaient des instituts de technologie qui se sont vu accorder le statut d'université par le Further and Higher Education Act en 1992. Londres est également renommé pour ses formation en commerce et business[réf. nécessaire] avec la London Business School, la Cass Business School ou encore l'école de commerce d'origine française ESCP Europe, qui a installé son campus londonien dans le quartier de Hampstead.

Londres accueille également de nombreux musées qui sont une des attractions de la ville mais qui participent également à la recherche. Le muséum d'histoire naturelle, le Science Museum et le Victoria and Albert Museum sont tous trois regroupés dans le « quartier des musées » à South Kensington, tandis que le British Museum regroupe des collections historiques du monde entier. La British Library, qui se trouve dans le quartier de St Pancras, est la bibliothèque nationale du Royaume-Uni, hébergeant plus de 150 millions d'ouvrages[87]. La ville abrite également de nombreuses collections d'art, principalement dans la National Gallery, au Tate Britain ou au Tate Modern.

Culture[modifier | modifier le code]

Divertissements[modifier | modifier le code]

L'O2, un des plus grands dômes dans le monde, construit à l'origine pour célébrer le nouveau millénaire, cette structure fait aujourd'hui partie d'un projet de reconstruction et accueille beaucoup d'événements majeurs
Bond Street, une des principales rues commerçantes de Mayfair.

Au sein de la cité de Westminster, le quartier de West End regroupe un grand nombre d'attractions autour de Leicester Square, où de nombreux films sont joués en avant-première britannique et mondiale, et Piccadilly Circus et ses publicités électroniques couvrant de nombreux bâtiments.

The Albert, Victoria Street, l'un des pubs les plus célèbres de Londres.

Dans cette zone se trouvent également le quartier des théâtres de Londres qui regroupe de nombreux cinémas, bars, pubs, boîtes de nuit, restaurants ainsi que le quartier chinois de Londres. Un peu plus à l'est se trouve Covent Garden où se situe l'avenue des stars, inspirée du Walk of Fame d'Hollywood. Shoreditch et Hoxton, situés à Hackney dans l'East End regroupent également de nombreux bars, restaurants, night-clubs et galeries. Upper Street, une rue de 2 km de long du district d'Islington, compterait plus de bars que n'importe quelle autre rue au Royaume-Uni. C'est également la première rue à proposer un accès internet sans fil dans ses cafés.[réf. nécessaire] Oxford Street, souvent citée comme étant la plus longue rue commerçante au monde, regroupe plus de 300 commerces sur environ 2 km, depuis Marble Arch, et accueille près de 200 millions de clients par an[88]. Bond Street à Mayfair abrite de nombreuses boutiques de luxe, de même que le quartier de Knightsbridge où se situe Harrods. Les quartiers de Knightsbridge (Sloane Street), Mayfair (Bond Street, Brook Street) et Chelsea (King's Road) regroupent de nombreux créateurs et boutiques de mode dont Vivienne Westwood, John Galliano, Stella McCartney, Manolo Blahnik et Jimmy Choo. Londres abrite également de nombreux marchés, dont Camden market pour la mode, Portobello Road pour les antiquités et Borough Market pour les produits bios.

Films et littérature[modifier | modifier le code]

Charles Dickens (1812-1870), écrivain de Londres de l'époque victorienne.

Londres a inspiré de nombreux auteurs et été le sujet de nombreuses œuvres de littérature. William Shakespeare a passé une grande partie de sa vie et a également travaillé à Londres. Son contemporain Ben Jonson a également vécu à Londres et certains de ses écrits, notamment l'Alchimiste, se déroulent dans la ville. Deux écrivains sont étroitement associés à la ville : Samuel Pepys (1633 - 1703) qui a notamment relaté de grands événements comme l'épidémie de peste de Londres et le grand incendie de 1666 ainsi que Charles Dickens (1812 - 1870) dont la description d'un Londres embrumé, neigeux et crasseux aux rues remplies de balayeurs et pickpockets a eu une influence majeure sur la perception de la ville à l'époque victorienne. De nombreuses œuvres majeures ont la ville pour décor. Life of Johnson, la biographie de James Boswell se déroule principalement à Londres et est à l'origine de la fameuse citation de Samuel Johnson : « Quand un homme en a assez de Londres, il en a assez de la vie car il y a à Londres tout ce que la vie peut apporter » (When a man is tired of London, he is tired of life; for there is in London all that life can afford)[89]. Le Journal de l'année de la peste de Daniel Defoe est une œuvre de fiction basée sur la grande peste de 1665. Le Londres du XIXe siècle et du début du XXe siècle est décrit dans les romans de Dickens déjà cités et dans les aventures de Sherlock Holmes d'Arthur Conan Doyle. Le roman de 1933 de George Orwell Dans la dèche à Paris et à Londres décrit la vie des pauvres dans les deux capitales britannique et française. Peter Ackroyd est un écrivain moderne qui a également été influencé par la ville, notamment dans London: The Biography, The Lambs of London et Hawksmoor. Bloomsbury et le quartier d'Hampstead ont traditionnellement été au cœur du courant de littérature libertarienne de Londres.

Londres joue également un rôle important dans l'industrie cinématographique. Quatre grands studios sont situés dans la ville : Pinewood, Shepperton, Elstree et Leavesden, ainsi que de nombreuses entreprises spécialisées dans la postproduction et les effets spéciaux. De nombreux films ont été tournés à Londres même : Coup de foudre à Notting Hill (1999) et 28 jours plus tard (2002), Match Point (2005). Sweeney Todd (2008) et surtout la célèbre saga Harry Potter qui s'est déroulée entre autres à Londres (gare de King's Cross par exemple).

La série Sherlock, qui voit se dérouler les aventures de Sherlock Holmes et son ami John Watson, se passe aussi à Londres.

Londres abrite également de nombreuses écoles des arts du spectacle comme la Central School of Speech and Drama, d'où sont sortis Judi Dench et Laurence Olivier, la London Academy of Music and Dramatic Art, où ont été formés Jim Broadbent et Donald Sutherland entre autres, ainsi que la Royal Academy of Dramatic Art, qui compte Joan Collins et Roger Moore parmi ses anciens élèves. Le Festival du film de Londres, organisé par le British Film Institute, se tient dans la ville tous les ans en octobre.

Musées[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des musées de Londres.

Londres possède un panel de musées parmi les plus importants au monde. C'est par ailleurs la ville au monde qui possède le plus grand nombre de galeries et de musées d'art par habitant.[réf. nécessaire] On trouve des musées dans tous les domaines : art, sciences, histoire, loisirs, etc. En voici quelques exemples, parmi les plus connus : le British Museum (musée d'histoire et de culture humaine), la National Gallery (musée d'art), le Tate Modern (musée d'art contemporain), Victoria and Albert Museum (musée d'histoire britannique), le musée d'Histoire Naturelle…

Musique[modifier | modifier le code]

Londres est une des capitales mondiales de la musique classique et pop/rock.[réf. nécessaire] La ville abrite le siège d'une des quatre grands majors du disque, EMI Group, ainsi que d'innombrables musiciens, groupes, orchestres et professionnels de la musique.

Musique classique[modifier | modifier le code]

Le Royal Albert Hall accueille de nombreux concerts.

Cinq orchestres professionnels sont basés à Londres : l'orchestre symphonique de Londres, l'orchestre philharmonique de Londres, l'orchestre philharmonique royal, l'orchestre Philharmonia et l'orchestre symphonique de la BBC. De nombreux autres orchestres sont également situés dans la ville : l'orchestre de l'âge des Lumières, le London Sinfonietta et les ensembles London Mozart Players et English Chamber Orchestra. Le point culminant de la saison classique se produit tous les ans en été avec The Proms, une série d'environ 70 concerts de musique classique au Royal Albert Hall.

Opéra et ballets[modifier | modifier le code]

Londres possède deux principaux opéras : le Royal Opera House et le Coliseum Theatre. Les ballets Royal Ballet et l'English National Ballet se produisent au Royal Opera House, au Sadler's Wells Theatre et au Royal Albert Hall.

Musique pop / rock[modifier | modifier le code]

Londres abrite de nombreuses salles de concerts pop/rock telles Earls Court et Wembley Arena, la Carling Brixton Academy ou l'Hammersmith Apollo, et d'innombrables salles plus intimistes. De nombreux artistes résidents à Londres et dans les Home Counties environnants. La ville a vu s'ouvrir le tout premier Hard Rock Cafe ainsi que les célèbres studios Abbey Road.

En tant que principale agglomération du Royaume-Uni, Londres a joué un rôle majeur dans la naissance des différents courants de musiques urbaines, Punk et électroniques,[réf. nécessaire] tels que le drum and bass, garage, grime et dubstep. De nombreux artistes de hip-hop britannique[90] habitent également à Londres.

En 2006, DJ Magazine a publié une enquête réalisée auprès de 600 DJ internationaux qui a établi que Londres abritait trois des meilleurs night-clubs au monde : le Fabric[91], The End et le Turnmills. En 2007, lors d'un nouveau sondage, le Fabric a été classé en deuxième position et The End en quatrième position ; six clubs londoniens se trouvent dans les cinquante premières places[92].

Sport[modifier | modifier le code]

Stade de Wembley, le stade le plus cher au monde[93].

Au XXe siècle, Londres a accueilli à de nombreuses occasions des événements sportifs d'envergure mondiale, comme les Jeux olympiques d'été à trois reprises, en 1908, en 1948 et en 2012, ce qui en fait la première ville à recevoir les J.O. à trois reprises. En 1934, les Jeux du Commonwealth se sont également tenus dans la capitale britannique.

Le sport le plus populaire à Londres est le football (tant par le nombre de joueurs que par le nombre de spectateurs)[94]. La ville possède quatorze clubs de foot de League dont six qui évoluent en Premier League pour la saison 2013/2014 (Arsenal, Chelsea, Crystal Palace, Fulham, Tottenham Hotspur et West Ham United), les autres clubs évoluant dans les trois divisions inférieures (l'AFC Wimbledon, Brentford, Charlton Athletic, Dagenham & Redbridge, Leyton Orient, Millwall, Queens Park Rangers et Watford). Il existe également de nombreux clubs non-leagues ou amateurs. Londres compte quatre clubs de rugby évoluant dans le championnat d'Angleterre (London Irish, Saracens, London Wasps et Harlequins) bien que seuls les Harlequins jouent vraiment à Londres (les autres clubs jouent en dehors du Grand Londres). Le club des Harlequins Rugby League évolue lui en Super League. Les autres clubs londoniens de rugby sont Richmond FC, Blackheath RC, Rosslyn Park et Barnes R.F.C..

Twickenham, dans l'ouest de Londres, est le stade national de rugby et peut accueillir 82 000 spectateurs. Le nouveau stade de Wembley peut accueillir désormais jusqu'à 90 000 spectateurs pour l'équipe d'Angleterre de football ainsi que pour les finales de la Coupe d'Angleterre de football, la Coupe de la ligue de football et de rugby. Les autres stades de football principaux sont Craven Cottage pour Fulham, Emirates Stadium pour Arsenal, Stamford Bridge pour Chelsea, White Hart Lane pour Tottenham Hotspur et Upton Park pour West Ham.

Le cricket se joue principalement à Londres sur deux terrains de test cricket, le Lord's Cricket Ground (qui accueille le Middlesex CC) à St. John's Wood et l'Oval (qui accueille le Surrey CC) à Kennington. Le baseball devient de plus en plus populaire avec Londres ayant plusieurs ligues et équipes fortes comprenant Croydon Pirates and London Mets. Les autres rendez-vous annuels sportifs à Londres incluent le tournoi de Wimbledon qui se tient au All England Lawn Tennis and Croquet Club à Wimbledon, le marathon de Londres qui accueille 35 000 participants et la Boat Race qui, depuis 153 ans, voit s'affronter sur la Tamise, entre Putney et Mortlake, les clubs d'aviron, de l'université de Cambridge et d'Oxford.

Jeux olympiques de 2012[modifier | modifier le code]

Parc olympique des JO de 2012.

Londres a accueilli les Jeux olympiques d'été en 2012. La Lower Lea Valley est choisi pour devenir le parc et le village olympique. Les installations sont reliées entre elles par une navette à haute vitesse, surnommé The Olympic Javelin. Des transports sont créés pour être capables de déplacer 240 000 personnes par heure[95]. Après la clôture des jeux, la région est transformée en un grand parc urbain[96], en bureaux et en logements.

Média[modifier | modifier le code]

Siège de Reuters à Canary Wharf.

Londres est un des premiers centres de communication au monde avec la présence d'un grand nombre d'entreprises de communication[97]. La plupart des grands média britanniques et tous les grands réseaux de télévisions nationaux, dont BBC News, le plus important service d'information au monde[98], ont leur siège à Londres. Environ 53 % des emplois britanniques liés à la télévision et à la radio sont concentrés à Londres[99]. Cette concentration a souvent amené certains commentateurs à critiquer le centrage du Royaume-Uni sur Londres[97]. Cela a amené certains grands média à délocaliser certains de leurs locaux : la BBC a annoncé en juin 2004 que ses services sport et jeunesse seraient transférés à Manchester, au nord de l'Angleterre[100]. Les autres réseaux installés à Londres comptent parmi eux ITV, Channel 4, Channel 5 et BSkyB. Tout comme la BBC, ces média produisent parfois leurs programmes ailleurs au Royaume-Uni mais Londres reste tout de même le principal lieu de production. Les programmes locaux sont proposés par les services régionaux des principaux réseaux : BBC London sur BBC One et ITV London sur ITV1.

Il existe de nombreuses chaînes de radio disponibles à Londres. Les radios locales comprennent Capital Radio, Heart 106.2, Kiss 100 et Xfm. Les radios d'informations et de débats comprennent BBC London, LBC 97.3 et LBC News 1152.

Siège de Channel 4 sur Horseferry Road.

Le marché des journaux à Londres est dominé par les éditions nationales des grands journaux britanniques, tous édités dans la capitale. Jusque dans les années 1970, la plupart des journaux nationaux étaient concentrés sur Fleet Street mais dans les années 1980, ils ont été délocalisés dans des entrepôts plus spacieux, susceptibles d'accueillir des imprimeries automatiques. La plupart se trouvent aujourd'hui dans l'est de Londres. À Wapping, en 1986, SOGAT 82, le syndicat des imprimeurs s'est fortement opposé à ces délocalisations, menant à de nombreux affrontements avec les forces de police[101]. La dernière grande agence de presse de Fleet Street, Reuters, a déménagé à Canary Wharf en 2005 mais Fleet Street reste un terme toujours fortement associé à la presse nationale.

Il existe deux journaux locaux à Londres, l'Evening Standard et Metro, tous les deux gratuits. Ils sont disponibles dans la rue ainsi que dans le métro et les gares. Time Out Magazine, un guide indépendant hebdomadaire fournit la liste des concerts, films, pièces de théâtre et autres activités culturelles depuis 1968. Il existe de nombreux autres journaux locaux dans l'agglomération londonienne, rapportant des informations très locales.

Londres est au centre de l'industrie télévisuelle et cinématographique britannique, avec les principaux studios à l'ouest de la ville et un important secteur de post-production basé à Soho. Londres est, avec New York, un des deux principaux centres d'édition de langue anglaise.

Londres dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Les personnages de Sherlock Holmes, Jack l'Éventreur et de Oliver Twist sont connus et rattachés à l'histoire culturelle de Londres.

Personnalités londoniennes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « mid-2013 population estimates », sur neighbourhood.statistics.gov.uk,‎ juin 2014
  2. (en) [PDF]The Competitive Position of London as a Global Financial Centre, City of London Corporation.
  3. Londres est aujourd'hui (2008), le premier centre financier mondial toutes activités confondues devant New York. La capitalisation des bourses de New York et de Tokyo sont en revanche supérieures à celles du London Stock Exchange
    (en) [PDF]World Federation of Exchanges, juin 2007.
    (en) [PDF]Mastercard, Worldwide Centers of Commerce Index 2008
  4. (en) [PDF]« London's Place in the UK Economy, 2005-6 », p. 8, Oxford Economic Forecasting, chiffres de 2002.
  5. citypopulation.de
  6. Liste des agglomérations européennes
  7. (en) For London tourists, it's almost business as usual, USA Today, 12 juillet 2005.
  8. (en) Lieutenancies Act 1997
  9. (en) Lieutenancies Act 1997
  10. (en) Trafalgar Square History, site du Maire du Londres.
  11. (en) Largest cities in the world ranked by land area.
  12. (en) London: Topography, Geology and Main Features, Department for Environment, Food and Rural Affairs.
  13. (en) Yahoo! Education, London, city, England, Economy : London is one of the world's foremost financial […] centers. Columbia University Press
  14. (en) Chelsea dominates house prices, BBC News, 16 février 2007.
  15. (en) Il s'agit d'une maison de Kensington Palace Gardens achetée par l'homme d'affaires Lakshmi Mittal, (voir Overseas home buyers boost prices in London, Financial Times, 2 mars 2006).
  16. (en) [PDF]Citi, Knight Frank '07 Annual Wealth Report. Prime Resdential Property..
    voir un compte-rendu du Figaro : « A Londres, le mètre carré atteint des sommets », Le Figaro du 08/05/2007, [lire en ligne], Le Figaro du 08/05/2007
  17. (en) London - Full Summary of Projects, SkyscraperCity, 24 novembre 2006
  18. http://www.nhm.ac.uk/visit-us/history-architecture/waterhouse-building/ Waterhouse Building, Musée de l'histoire naturelle
  19. (en) Greenwich 1971-2000 averages, Meteorological Office.
  20. (en) The London Climate Change Partnership's, London Resilience Partnership.
  21. (en) August 2003 - hot spell, Meteorological Office.
  22. (en) The British weather in the 20th and 21st centuries, organized by years.
  23. (en) [PDF]London's Urban Heat Island: A summary for decision makers, Mairie de Londres, octobre 2006.
  24. Jean Demangeot, Les milieux « naturels » du globe, Paris, Armand Colin, 10e édition, 2002, p. 107
  25. http://www.metoffice.gov.uk/public/weather/climate/greenwich-greater-london#?tab=climateTables
  26. Francis Sheppard 2000, p. 9
  27. Francis Sheppard 2000, p. 13-14
  28. a et b Francis Sheppard 2000, p. 23
  29. a et b Francis Sheppard 2000, p. 51
  30. (en) Largest Cities Through History, www.about.com
  31. a et b London Underground: History, Transport for London.
  32. (en) Air Raid Precautions.
  33. Strategic Health Authorities in London, National Health Service.
  34. (en) UK Politics: Talking Politics, The 'Mother of Parliaments' , BBC News, 3 juin 1998.
  35. (en) Mother of Parliaments, Encarta.
  36. http://www.london.gov.uk/mayor/international/city_partnerships/partnerships.jsp
  37. voir PopulationData.net, un site très riche sur la question des classements des villes par population
  38. (en) Local authority population and vital statistics: London, 2005, ouvrir Ch01 Population and Migration.zip puis 1.03.xls, Office for National Statistics.
  39. (en) [PDF]Section 3: Economic and demographic trends, Greater London Authority, 2005.
  40. (en) London, Census 2001, Office for National Statistics.
  41. Paul Bairoch, De Jéricho à Mexico. Villes et économie dans l'histoire, Gallimard.
  42. a, b et c (en) Population of London, 'King's College London.
  43. (en) Largest Cities Through History, d'après Chandler Tertius, Four Thousand Years of Urban Growth: An Historical Census, Éd. Edwin Mellen Pr, ISBN 978-0-88946-207-6.
  44. (en) « Ethnic Groups in London », Census Update, Office for National Statistics,‎ 11 décembre 2012 (consulté le 12 décembre 2011), p. page 1
  45. "Every race, colour, nation and religion on earth", Guardian Unlimited, 21 janvier 2005.
  46. (en) One Third of Londoners born outside Britain, Evening Standard, 13 novembre 2006.
  47. (en)2011 Census, Key Statistics for Local Authorities in England and Wales
  48. [PDF]Anglican Church Attendance Figures.
  49. Catholic Church Attendance Figures.
  50. Montée des oppositions à la mosquée géante de Londres, Libération, 30 mai 2007.
  51. Hindu London, BBC News, 6 juin 2005.
  52. Jewish Communities in London, BBC News, 1er mars 2006.
  53. En parité du pouvoir d'achat, estimation PricewaterhouseCoopers, [1]
  54. [PDF]The Economic Positioning of Metropolitan Areas in North Western Europe, The Institute for Urban Planning and Development of the Paris Île-de-France Region, décembre 2002.
  55. [PDF]Dans le grand Londres, la productivité du travail était 1,27 fois supérieure à la moyenne nationale en 2004 (Oxford Economic Forecastings London's Place in the UK Economy, 2005-06, novembre 2005, p. 13 (18 du PDF)
  56. [PDF]Les services représentent près de 90 % des emplois (Oxford Economic Forecastings(London's Place in the UK Economy, 2005-06, novembre 2005
  57. [PDF]Selon une étude Mastercard, Londres est le deuxième centre d'affaires du monde derrière Hong Kong. Dans cette étude, la notion de centre d'affaires regroupe plusieurs critères commerciaux, et d'autres tel le nombre d'hôtels cinq étoiles (Worldwide Centers of Commerce Index 2008)
  58. En 2006, 11 des 23 milliardaires londoniens n'avaient pas la nationalité britannique (Paul Maidment, London's Billionaires, Forbes, 16 novembre 2006
  59. Labour Market: Unemployment rate above average, Office for National Statistics, 22 juin 2007.
  60. (en) 53 % of inner London children live in poverty, The Guardian, 19 novembre 2002.
  61. [PDF]London's Place in the UK Economy, 2006-07, Oxford Economic Forecasting for the City of London, novembre 2006.
  62. (en) Financial Services, UK Trade & Investment, 11 mai 2006.
  63. (fr) Londres, capitale mondiale du commerce, La Tribune, 12 juin 2007.
  64. (fr) Londres, nouvelle reine des finances ?, La Presse Affaire, 22 mars 2007.
  65. (en) [PDF]riennial Central Bank Survey, Bank for International Settlements, mars 2005.
  66. (en) Key facts, Corporation of London.
  67. (en) [PDF]London's Place in the UK Economy, Oxford Economic Forecasting, juin 2006.
  68. (en) [PDF]Trade Statistics, Port of London Authority, Annual Report and Accounts 2005.
  69. (en) Marketing & Promoting London, London Development Agency.
  70. London is the HR centre of opportunity in the UK, PersonnelToday.com, 15 février 2007.
  71. a et b [PDF]Statistiques 2008
  72. Témoignage de stage à Londres
  73. (en) The Mayor of London, Mairie de Londres.
  74. (en) Transport for London - » Company Profile, Prospects - The Official Graduate Careers Website.
  75. (en) London Mayor Considering 7 Billion-Pound Commuter Rail Plan, Bloomberg, 16 novembre 2005.
  76. (en) London voted best for transport, BBC News, 29 août 2006.
  77. (en) Schwandl, Robert (2001) London Underground UrbanRail.net
  78. (en) How to Best Use the London Underground, The Travel Insider, 4 juillet 2004.
  79. (en) Ringways, Chris's British Road Directory - Site décrivant le système routier britannique.
  80. (en) Transport - facts and figures, Mairie de Londres.
  81. (en) [PDF]London Buses Performance: Financial Year 2005/06, Transport for London.
  82. (en) Lorsque le terminal 5 de l'aéroport sera terminé, Heathrow redeviendra le premier aéroport au monde. About Heathrow, BAA Heathrow.
  83. (en) London City Airport - Corporate Information
  84. About the London Sector", London Higher.
  85. About the University, Université de Londres.
  86. "http://en.wikipedia.org/wiki/University_of_london"
  87. "Some facts and figures", British Library.
  88. (en) Oxford Street gets its own dedicated local police team, Mairie de Londres.
  89. (en) The Samuel Johnson Sound Bite Page, www.samueljohnson.com, collection de citation de Samuel Johnson
  90. voir éventuellement Groupes de hip-hop britanniques
  91. (en) Fabric (London), www.djmag.com.
  92. (en) The results of the most important club poll in dance music, www.djmag.com.
  93. (en) Wembley kick-off: Stadium is ready and England play first game in fortnight, Daily Mail, 9 mars 2007.
  94. (en) Football (from London), Encyclopædia Britannica.
  95. "Stratford Olympic Park". 25 January 2006.Archived from the original on 20 March 2007. Retrieved 6 March 2007.
  96. "A lasting legacy – A new park". Our vision. London 2012. Archived from the original on 31 March 2007. Retrieved 30 March 2007.
  97. a et b (en) London in the media, London School of Economics, juin 2006.
  98. (en) This is BBC News, BBC News, 18 novembre 2004.
  99. (en) [PDF]Employment in Scotland's cultural sector, Université de Glasgow, décembre 2003, p. 15 et 16.
  100. (en) All sport and children's to go north in BBC Manchester move, The Guardian, 7 décembre 2004.
  101. (en) 1986: Printers and police clash in Wapping, BBC News.

Sur les autres projets Wikimedia :

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]