Tarn (département)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tarn.
Tarn
Image illustrative de l'article Tarn (département)
Tarn (département)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Création du département 4 mars 1790
Chef-lieu
(Préfecture)
Albi
Sous-préfectures Castres
Président du
conseil général
Thierry Carcenac (PS)
Code Insee 81
Code ISO 3166-2 FR-81
Démographie
Gentilé Tarnais
Population 377 675 hab. (2011)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Superficie 5 758 km2
Subdivisions
Arrondissements 2
Circonscriptions législatives 3
Cantons 46
Intercommunalités 27
Communes 323

Le Tarn (prononcé [taːʁ ] ou [taʁn ]) est un département français de la région Midi-Pyrénées, traversé par la rivière éponyme. L'Insee et la Poste lui attribuent le code 81.

Les habitants sont nommés les Tarnais et Tarnaises.

Le département actuel résulte d'une longue histoire et d'une géographie qui oppose est et ouest. Cette dualité se retrouve dans la démographie et l'économie. Département le plus industriel de Midi-Pyrénées après la Haute-Garonne, il conserve une part agricole riche qui participe à la renommée de la cuisine tarnaise. Le tourisme et la culture contribuent à la part importante du tourisme dans le développement économique du Tarn.


Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire du Tarn.

Le département a été créé à la Révolution française, le 4 mars 1790 en application de la loi du 22 décembre 1789, à partir d'une partie de la province du Languedoc. Ses limites reposent sur celles des anciens diocèses d'Albi, Castres et Lavaur. En vertu de la loi du 28 pluviôse an V, les départements de l'Hérault et du Tarn ont échangé le canton d'Anglès (qui faisait partie du diocèse de Saint-Pons) et le canton de Saint-Gervais-sur-Mare (qui faisait partie du diocèse de Castres).

Cette histoire est toutefois beaucoup plus ancienne.

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Les vestiges humains les plus anciens datent de 500 000 ans près du confluent entre Tarn et Agout[1]. Bien des siècles plus tard, des vestiges des néanderthaliens montrent leur intérêt pour le silex de la vallée de la Vère[1]. L'arrivée d'Homo sapiens sapiens se produit il y a environ 35 000 ans[2].

Au paléolithique apparaissent les premières traces d'art rupestre à Penne et au néolithique, de nombreux menhirs sont érigés autour de Lacaune. Le défrichage et l'établissement de premiers villages permanents leur est contemporain[1].

Des fouilles archéologiques dans le quartier du Castelviel à Albi, ont mis au jour un ancien oppidum[3], comme à Montans, Berniquaut[4] ou dans la forêt de la Grésigne sont également reconnus.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Au IVe siècle av. J.-C., l'arrivée des Rutènes sur une aire qui représente approximativement les actuels départements de l'Aveyron et du Tarn, provoque un développement économique (agriculture, mines de fer et cuivre) et démographique.

Après la guerre des Gaules, le territoire est annexé à la Gaule aquitaine.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Croisade des Albigeois.

Le Tarn est inclus dans le royaume Wisigoth de Toulouse, puis est conquis par les Francs après la bataille de Vouillé.

Période moderne[modifier | modifier le code]

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Blason[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« D’or au chef-pal de gueules chargé d'une croix clêchée, vidée et pommetée de douze pièces d’or »

Drapeau[modifier | modifier le code]

TarnFlag.gif

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie du Tarn.
Carte du département du Tarn.

Le Tarn fait partie de la région Midi-Pyrénées. Il est limitrophe des départements de l'Aveyron, de l'Hérault, de l'Aude, de la Haute-Garonne et de Tarn-et-Garonne. La principale rivière est le Tarn. Tandis que la vallée du Tarn forme une plaine, le centre du département est vallonné. Le sud est formé d'un massif rocheux : la Montagne Noire. Le Tarn possède également un site géologique unique en France avec le Sidobre.

Géologie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géologie du Tarn.

Climat[modifier | modifier le code]

Le Tarn possède 2 types de climats bien distincts :

- Le climat océanique dégradé : Il concerne l'ouest du département. Les hivers sont doux et pluvieux et les étés chauds avec une tendance orageuse. Les vents sont assez rares, si bien que l'Autan peut parfois souffler à la limite d'Albi.

- Le climat continental dégradé (ou montagnard) : La façade est du département est influencée par un climat plutôt continental du fait de la proximité du Massif Central. C'est là qu'il neige le plus sur le Tarn, et qu'il fait le plus froid l'hiver.

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie du Tarn.

Les habitants du Tarn sont les Tarnais et les Tarnaises.

Économie[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Économie du Tarn et Agriculture du Tarn.

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture dans le Tarn.

Langue régionale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Occitan.

Le Tarn est situé au cœur de l'occitanie. Le patois local languedocien est une variante de l'occitan. Même si le nombre de locuteurs à beaucoup baissé, un renouveau fait apparaître des panneaux bilingues aux entrées d'agglomération, et des cours sont dispensés.

Personnages marquants de la culture occitane dans le Tarn : Daniel Loddo, La Talvera, Louisa Paulin

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cuisine tarnaise.

Le Tarn est à cheval entre les cuisines languedocienne et gasconne.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Personnages liés à la culture dans le Tarn[modifier | modifier le code]

Eugénie et Maurice de Guérin Henri de Toulouse-Lautrec, Marcel Briguiboul, Raymond Lafage

Évènements culturels[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Festivals[modifier | modifier le code]

Le sport[modifier | modifier le code]

Rugby à XV[modifier | modifier le code]

Photo couleur d'une équipe en bleu et blanc sous les confettis.
Équipe du Castres Olympique, vainqueur du Top 14 en 2013 avec le bouclier de Brennus.

Le Tarn appartient à la terre d'ovalie. Plusieurs clubs ont marqué son histoire et le rugby professionnel est bien présent.

Le Castres olympique a gagné le championnat de France à 4 reprise en 1949, 1950, 1993 et 2013. L'équipe joue au stade Pierre-Antoine.

L'autre club champion de France est l'US Carmaux en 1951. Le club résulte de la fusion de deux clubs antagonistes en 1940. Le déclin du club se fera parallèlement à l'activité minière. En 2015, Carmaux joue en fédérale 3. Il a successivement joué au stade de Solages de 1940 à 1948, puis de 1948 à 1970 dans celui devenu historique des Amouries et depuis stade de Solages de 1940 à 1948. Puis de 1948 à 1970, celui des Amouriès accueilla les rencontres et depuis 1971 sur le stade Jean Vareilles[5].

D'autres clubs tarnais ont marqué leur époque. Le sporting club graulhetois, le sporting club albigeois, l'union athlétique gaillacoise, le sporting club mazamétain ou le Association sportive vauréenne.

La liste non exhaustive de joueurs nés dans le Tarn et ayant porté le maillot de l'Équipe de France de rugby à XV montre que le département est une terre de formation de grands joueurs : Daniel Revallier, (14 sélections)Yannick Jauzion. (73) D'autres, nés ailleurs ont marqué leur carrière de leur passage dans le Tarn : Lucien Mias, (29 sélections) Guy Laporte, (16) Ugo Mola (12). Enfin, Gaillac à donné le nom de Bernard Laporte au stade Laborie en 2003.

Rugby à XIII[modifier | modifier le code]

Albi Rugby League XIII, Réalmont XIII, Racing Club Lescure-Arthès XIII

Football[modifier | modifier le code]

Castres Football Club, Union sportive d'Albi, Association Sportive de La Poste et France Télécom Albi (féminines) Stephanie Roche, joueuse d'Albi, a vu un de ses but arriver en finale du trophée Puscas du plus beau but mondial.

Autres sports collectifs[modifier | modifier le code]

Albi Volley-Ball - USSPA, Castres Volley-Ball

Athlétisme[modifier | modifier le code]

photo couleur d'un terrain gazonné ceint d'une piste ocre avec deux tribunes aux sièges jaunes.
Stadium municipal d'Albi avec son terrain de rugby et sa piste d'athlétisme.

Championnats de France d'athlétisme 2011, où Christophe Lemaitre a battu le record de France du 100m en 9,92 s. DécaNation 2012, Marathon d'Albi, Ronde givrée su Sidobre.

Natation[modifier | modifier le code]

Autres sports individuels[modifier | modifier le code]

Sports de plein air[modifier | modifier le code]

Sports mécaniques[modifier | modifier le code]

Circuit d'Albi, Rallye du Sidobre, Rallye des Côtes du Tarn

Tourisme[modifier | modifier le code]

Les résidences secondaires[modifier | modifier le code]

Selon le recensement général de la population du 1er janvier 2008, 7,7 % des logements disponibles dans le département étaient des résidences secondaires.

Ce tableau indique les principales communes du Tarn dont les résidences secondaires et occasionnelles dépassent 10 % du total des logements.

Transports[modifier | modifier le code]

Routier[modifier | modifier le code]

Le système de transport public départemental comporte notamment Tarnbus. Via l'autoroute A68, Tarnbus a mis en place une ligne express reliant Lavaur, Saint-Sulpice, Lisle-sur-Tarn et Gaillac à Albi en mettant en place des parkings relais (P+R).

L'artère principale du département est l'axe Toulouse-Lyon via la A68 (et la RN88 entièrement en 2x2 voies dans le département) desservant Saint-Sulpice, Gaillac, Albi et Carmaux.

Le Conseil général ne promeut pas le covoiturage au niveau du département.

La construction d'une autoroute entre Toulouse et Castres est en cours de discussion[6], avec ses acteurs institutionnels[7] et ses détracteurs[8].

Ferroviaire[modifier | modifier le code]

Le train est celui du système de TER Midi-Pyrénées[9] ainsi qu'une liaison grande ligne qui dessert le Tarn nord via le réseau intercités (Ligne Albi-Paris). Le Chemin de fer touristique du Tarn, disponible seulement le dimanche, est une attraction touristique davantage qu'une offre de transport public.

Aérien[modifier | modifier le code]

Le seul aéroport commercial tarnais est celui de Castres-Mazamet. Il propose trois vols dans chaque sens vers et en provenance de Paris-Orly du lundi au vendredi et un vol dans chaque sens le dimanche à la date du 4 mars 2015[10].

L'ancien aéroport d'Albi a été fermé au trafic commercial régulier en 1995. En 2003, un audit financé par la chambre de commerce et d'industrie, le conseil général et mairie d'Albi a démontré la nécessité de rallonger la piste de 400 mètres. Ce coût prohibitif a fait envisager la fermeture[11]. Un comité de défense a été monté, mettant en avant la pérennité d'un site centenaire. En 2010, des élus locaux ont rétorqué que le coût de fonctionnement est élevé pour une structure morte avec l'arrêt des vols réguliers. Les idées de valorisation du site sont nombreuses et les 40 hectares du site sont convoités[12].

Fluvial[modifier | modifier le code]

Photo couleur d'une gabarre remplie de touristes. La rivière est verte et la ville en arrière plan en bruques rouges.
Une gabarre touristique à Albi s'apprête à passer sous le Pont vieux vers l'aval.

Depuis l'époque gallo-romaine, le Tarn a relié l'Albigeois à Bordeaux. Soumises aux caprices des eaux du Tarn, les gabarres descendaient vin et céréales de Gaillac vers la Garonne, avec des ports à Lisle-sur-Tarn et Rabastens. Des chaussées et écluses ont été construites a ces emplacements pour ralentir les crues, mais des querelles existaient en période d'étiage entre meuniers et bateleurs sur l'usage de l'eau stockée. Au cours du XIXe siècle, des projets de canal ou d'aménagement du lit de la rivière ont permit d'envisager de rallonger la navigation jusqu'à Albi, voire au saut du Tarn. Ces projets couteux tardent à être se mettre en place et l'arrivée du chemin de fer à Albi en 1854 ruine les espoirs des bateliers. En 1926, le Tarn est déclassé des voies navigables françaises et les éléments présents sur le quai Saint-Jacques de Gaillac sont emportés par la crue des 2 et 3 mars 1930.

Ce passé révolu laisse des lieux de promenade au bord de l'eau avec les quais de Gaillac, Lisle-sur-Tarn et Rabastens, des restes de chemins de halage et des écluses[13].

Entre Albi et Aiguelèze (base nautique sur le Tarn sur la commune de Rivières) circule une gabarre l'été. Elle permet de découvrir les berges du Tarn depuis la rivière avec sites naturels, pont de Marssac et berges du Tarn à Albi, inclues dans le classement au patrimoine mondial de la cité épiscopale[14]. À Castres, le coche d'eau « Le Miredames » fait découvrir le centre ville de Castres et la zone verte du parc de Gourjade[15].

Politique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Conseil général du Tarn.

Administration[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Administration du Tarn.

Préfecture Albi, sous-préfecture Castres.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Histoire du département du Tarn », site « tarn.fr » (consulté le 2 mars 2015)
  2. collectif sous la direction de Michel Demelin et Alain Zambeaux, Le Tarn, encyclopédie illustrée, Privat,‎ avril 2004, 303 p. (ISBN 2-7089-5832-1), p. 19
  3. E. G., « Sur l'oppidum du Castelviel », La Dépêche du Midi,‎ 21 mars 1999 (lire en ligne)
  4. « L'oppidum de Bernicaud », Site « ville-soreze.fr » de la ville de Sorèze (consulté le 2 mars 2015)
  5. « Historique de l'Union Sportive Carmauxsine », Site « u.s.carmaux.free.fr » du club (consulté le 6 mars 2015)
  6. http://www.ladepeche.fr/article/2013/07/12/1669599-castres-toulouse-le-debat-continue.html
  7. http://www.autoroute-castres-toulouse.midi-pyrenees.gouv.fr/
  8. http://collectifrn126.sitego.fr/
  9. http://www.ter-sncf.com/Regions/midi_pyrenees/Fr/Default.aspx
  10. « Horaires », Site « castres-mazamet.aeroport.fr » (consulté le 4 mars 2015)
  11. « -Aéroport d'Albi-Le Séquestre : une fermeture pure et simple n'est pas exclue... », La Dépêche du Midi,‎ 3 avril 2003 (lire en ligne)
  12. « Albi. Faut-il conserver l'aéroport? », La Dépêche du Midi,‎ 12 juin 2010 (lire en ligne)
  13. « La navigation sur le Tarn », Site « syndicat-riviere-tarn.fr » du syndicat Mixte de Rivière Tarn. (consulté le 4 mars 2015)
  14. « En gabarre sur le Tarn », Site « albi-croisieres.com » (consulté le 4 mars 2015)
  15. « Coche d'eau le Miredames », Site « tourisme-tarn.com » (consulté le 4 mars 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]