Munich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Munich (homonymie).
Munich
München
À partir du haut à gauche : cathédrale Notre-Dame, château Nymphenburg, siège de BMW, nouvel hôtel de ville, Hofgarten et Allianz Arena.
À partir du haut à gauche : cathédrale Notre-Dame, château Nymphenburg, siège de BMW, nouvel hôtel de ville, Hofgarten et Allianz Arena.
Blason de Munich
Héraldique
Drapeau de Munich
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Drapeau de Bavière Bavière
District
(Regierungsbezirk)
Haute-Bavière
Arrondissement
(Landkreis)
Munich (ville-arrondissement)
Nombre de quartiers
(Ortsteile)
28
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Dieter Reiter (SPD)
(depuis 2014)
Partis au pouvoir SPD, Verts et Rosa Liste München
Code postal 80000–81929
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
09 1 62 000
Indicatif téléphonique 089
Immatriculation M
Démographie
Population 1 474 223 hab. (31/05/2014)
Densité 4 749 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 09′ 00″ N 11° 34′ 30″ E / 48.15, 11.57548° 09′ 00″ Nord 11° 34′ 30″ Est / 48.15, 11.575  
Altitude 520 m
Superficie 31 043 ha = 310,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Munich

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Munich
Liens
Site web www.muenchen.de

Munich [mynik] (München en allemand, prononcé : [ˈmʏnçən] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter ; Minga en bavarois) est une ville du sud de l'Allemagne et la capitale du Land de Bavière. Avec 1 474 223 habitants intra-muros au 30 mai 2014[1] et 2 351 706 habitants dans son aire urbaine[2], elle est la troisième ville d'Allemagne par la population après Berlin et Hambourg. La Région métropolitaine de Munich, qui englobe également Augsbourg et Ingolstadt, compte quant à elle plus de cinq millions d'habitants. Traversée par l'Isar, affluent du Danube, elle se situe dans le district de Haute-Bavière, au pied des Alpes bavaroises.

Le nom de la ville provient du vieux haut-allemand Munichen (« par les moines »), en raison de la présence d'un monastère bénédictin à l'emplacement actuel de la vieille ville ; la héraldique fait par ailleurs figurer un moine. Mentionnée pour la première fois en 1158, Munich devient la ville de résidence des ducs de Bavière en 1255 et de l'empereur romain germanique Louis IV. En 1506, après deux siècles de division, les principautés s'unifient pour former la Bavière. Ville catholique - ce dont témoigne la Cathédrale Notre-Dame, principal édifice religieux de la ville -, elle est l'un des foyers de la Contre-Réforme. Devenue capitale de l'électorat de Bavière (1623) puis du Royaume de Bavière (1805), elle devient un des principaux centres culturels, artistiques et scientifiques allemands au XIXe siècle, sous l'impulsion du roi Louis II.

Au cours du XXe siècle, Munich connaît un important développement industriel, devenant le premier pôle économique de la République fédérale allemande (1949-1990) puis de l'Allemagne réunifiée. Elle accueille notamment le siège de grandes sociétés dont Siemens, Allianz, BMW, Münchener Rückversicherung, Linde, Airbus Deutschland et HypoVereinsbank. Selon Eurostat, la zone urbaine élargie de la région métropolitaine de Munich est la plus importante d'Allemagne en termes de PIB avec 117,6 milliards d'euros, devant Hambourg, Berlin et Francfort. Avec un PIB par habitant de 53 073 euros, Munich est également l'une des villes les plus riches de l'Union européenne[2].

Deuxième destination touristique d'Allemagne après Berlin, Munich est célèbre pour sa traditionnelle fête de la bière, l'Oktoberfest, qui se déroule chaque année de fin septembre à début octobre. Outre la cathédrale, la ville a également un important patrimoine, composé notamment du Château de Nymphenbourg et de deux vastes jardins, le Hofgarten et le Englischer Garten (jardin anglais). Réputée être l'une des villes les plus agréables à vivre au monde, Munich accueille de nombreux évènements internationaux, dont les Jeux olympiques d'été de 1972, qui furent le théâtre d'une prise d'otages. Enfin, elle est le lieu de résidence de l'un des principaux clubs de football d'Europe, le Bayern Munich, qui joue dans l'Allianz Arena, au nord du centre-ville.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Le village de « Munichen » (chez les moines en vieil-allemand) voit le jour au IXe siècle près d'une abbaye bénédictine (le moinillon des armoiries de la ville rappelle cette origine).

En 1158, Henri le Lion, duc de Saxe, reçoit Frédéric Barberousse le duché de Bavière.

Pour récupérer la taxe sur le sel des mines de Bad Reichenhall, perçue jusque-là par l'évêque de Freising, il incendie volontairement le pont de l'évêché existant à Unterföhring, pont situé au nord, et édifie un pont en amont au niveau de l'île sur l'Isar à la place de l'actuel Ludwigsbrücke, « zu den Munichen » car proche d'un monastère bénédictin établi depuis le VIIIe siècle. Un village qui prend le nom de München est fondé autour du pont et Henrich lui donne le droit de battre monnaie et de tenir marché. On parle pour la première fois de Munich en 1158 en tant que Villa Munichen (München en allemand vient des moines Mönchen). Avec le pont, et donc avec le marché du sel, Munich s'empare du droit de la monnaie et de douanes.

En 1180, Otton de Wittelsbach devient duc de Bavière et fonde une dynastie qui règne sur la région jusqu'en 1918. Au XIIIe siècle, Munich reçoit une charte communale et des fortifications. En 1255, le duché de Bavière est séparé en deux parties ; Munich devient la capitale de la Haute-Bavière.

En 1327, la ville est détruite par un incendie et l'empereur Louis IV la fait reconstruire assez rapidement. Bien que Munich devienne ville de résidence de l'Empereur en 1328, la croissance de Munich en une grande ville ne se fit que 450 ans plus tard.

Après la guerre de Trente Ans[modifier | modifier le code]

En 1632, durant la guerre de Trente Ans, la ville tombe aux mains de Gustave II Adolphe de Suède. Et en 1634, la peste lui fait perdre les deux tiers de sa population. Entre 1651 et 1679, sous le règne de l'électeur Ferdinand-Marie de Bavière et grâce à sa femme Henriette-Adélaïde de Savoie, Munich s'enrichit de monuments de style baroque italien (Theatinerkirche, château de Nymphenburg...) En 1705, pendant la guerre de Succession d'Espagne, l'électeur Maximilien II ayant pris parti pour les Bourbons, la ville retourne sous le patronage des Habsbourgs. L'Académie bavaroise des sciences est créée en 1759.

Capitale de la Bavière[modifier | modifier le code]

À partir de la fin du XVIIIe siècle, Munich grandit rapidement. Lorsque la ville devient la capitale du nouveau royaume de Bavière créé sous l'égide de Napoléon Bonaparte en 1806, cette croissance s'accélère. En effet, alors qu'elle n'est peuplée en 1700 que de 24 000 habitants, Munich voit ensuite sa population doubler tous les trente ans : entre 1870 et 1933, la population passe de 170 000 à 840 000 habitants.

Sous le règne du roi Louis Ier de Bavière (1825-1848), Munich devient également un centre artistique réputé. La plupart des bâtiments de la ville datent du XIXe siècle, en particulier du règne de Maximilien II : les architectes classiques Leo von Klenze et Friedrich von Gärtner ont construit la Ludwigstraße, la Königsplatz, le Ruhmeshalle et la Résidence.

Sous le prince régent Luitpold (1886-1912), Munich connaît un important développement culturel et artistique avec, notamment, la construction de la Prinzregentenstraße et du Prinzregententheater. Schwabing devient, au tournant du siècle, le quartier des artistes, accueillant un grand nombre d'écrivains et de peintres célèbres. En 1896, le journal culturel munichois Jugend (Jeunesse) paraît pour la première fois, ainsi que la revue satirique Simplicissimus.

À travers ses cabarets, quelques fois nommés théâtres intimes, la ville attire de nombreux artistes. Nombre d'entre eux, tel Frank Wedekind, rayonnèrent bien au-delà de Munich, et par exemple initièrent la naissance du mouvement Dada quelques années plus tard, à Zurich[3]. Cette vogue du cabaret induit une modification majeure dans le rapport avec la poésie qui, au lieu d'être simplement lue en silence, devint clamée à forte voie. Frank Wedekind, au cabaret des Onze Bourreaux, a été un représentant important de cette approche. Cette innovation influera sur le développement du futurisme et, de là, sur tout le mouvement de la performance artistique[4].

Après la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Après la Première Guerre mondiale, Munich traverse une période révolutionnaire tourmentée, qui commence par la chute de la monarchie le 7 novembre 1918. Le ministre-président social-démocrate Kurt Eisner est assassiné le 21 février 1919 et, le 7 avril, les conseils révolutionnaires de la ville proclament la république des Conseils de Bavière (Bayerische Räterepublik) qui est finalement écrasée dans le sang le 2 mai 1919. Dans les années suivantes, Munich voit naître le nazisme et devient le chef-lieu du mouvement d'Adolf Hitler. En novembre 1923, Adolf Hitler et ses compagnons tentent un coup d'État (le putsch de la brasserie) mais ils échouent et le Führer est emprisonné.

Munich après les bombardements massifs des Alliés, en 1945.

Arrivés au pouvoir, les nazis construisent plusieurs édifices entre 1933 et 1945. Le 20 mars 1933, le premier camp de concentration permanent d'Allemagne est ouvert par Himmler à Dachau dans la banlieue de Munich. En 1938, les accords de Munich sont signés entre Hitler, Mussolini, Chamberlain et Daladier. Ils donnent les Sudètes au dirigeant nazi. En 1939, Johann Georg Elser essaye en vain d'assassiner Hitler avec une bombe.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, un groupe d'étudiants munichois fonde La Rose blanche (Die Weiße Rose), l'un des plus célèbres mouvement de la résistance allemande au nazisme. Comme la plupart des grandes villes allemandes, Munich subit d'importantes destructions dues aux bombardements massifs des Alliés, mais elle est reconstruite pendant l'occupation américaine et devient la plus importante zone économique de l'Allemagne du sud.

Après la reconstruction, Munich se développe comme place vouée aux nouvelles technologies, à l'instar du groupe MBB. En outre, un grand nombre d'entreprises de services s'y installe, telles que des entreprises de médias, d'assurances et de services bancaires. Les musées (par exemple l’Alte Pinakothek', la Neue Pinakothek et la Pinakothek der Moderne, la Glyptothèque, le Deutsches Museum) connaissent également un regain d'intérêt.

En 1972, Munich accueille les Jeux olympiques d'été à l'occasion desquels la ville inaugure sa première ligne de métro. Le 5 septembre 1972, l'organisation palestinienne Septembre noir tue deux Israéliens et en prend neuf autres en otage. Tous les otages sont tués, ainsi que cinq des huit terroristes et un policier. Les jeux sont interrompus pendant une journée et certains athlètes décident de quitter la compétition[5]. En juin 2012 l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, s'appuyant sur un rapport du Service fédéral de Renseignement (BND) révèle que deux militants néo-nazis auraient aidé l'organisation palestinienne dans les préparatifs du massacre des athlètes israéliens [6].

Avec le XXIe siècle, de nouveaux quartiers émergent, au centre comme à la périphérie, qui mêlent immeubles d'habitation et bureaux, commerces et institutions culturelles.

Géographie[modifier | modifier le code]

Munich est une des villes allemandes les plus vastes en superficie. Son altitude la plus élevée est Warnberg avec 579 m au-dessus du niveau de la mer, son altitude la plus faible est 482 m au-dessus du niveau de la mer à Feldmoching.

Un surfeur sur l'Eisbach

L'Isar traverse la ville du sud-ouest au nord-est sur une distance de 13,7 km. L'île sur la rivière la plus connue est l'île du musée, sur laquelle se trouve le Deutsches Museum. Aux alentours de Munich se trouvent un grand nombre de lacs, par exemple le Tegernsee, l'Ammersee, Wörthsee ou le Starnberger See. Les autres rivières sont la Würm, qui coule du Starnberger See et traverse l'ouest de la ville, le Hachinger Bach, l'Eisbach, l'Auer Mühlbach et le Brunnbach. Les ruisseaux de la ville se trouvent pour la plupart au voisinage de l'Isar, d'autres coulent également dans le centre-ville, les ruisseaux dans le centre sont pour la plupart souterrains (dans des canalisations) d'autres ont été asséchés au moment de la construction du réseau de métro (U-Bahn) et du chemin de fer urbain (S-Bahn). Les lacs à l'intérieur de la ville sont le Kleinhesseloher See dans l'Englischer Garten (littéralement jardin anglais), le lac sur le site olympique et les Feldmochinger See, Lerchenauer See et Fasanerie See, au nord de la ville.

Bords du Lac de Feldmoching, le Feldmochinger See

Expansion[modifier | modifier le code]

La surface totale de la ville de Munich est de 31 043 hectares, ce qui fait de Munich, après Berlin, Hambourg, Cologne, Dresde et Brême la sixième ville la plus vaste d'Allemagne. Sur les 310 kilomètres carrés, 44 % sont constitués de bâtiments et des surfaces libres y attenant, 16,9 % sont des surfaces de campagne, 14,7 % des surfaces de récupération, 4,4 % des surfaces boisées, 1,2 % des surfaces d'eau et 2,2 % des surfaces pour d'autres utilisations. Les points extrêmes nord et sud de la ville sont séparés de 20,9 km tandis que ses points extrêmes est et ouest le sont de 26,8 km.

Secteurs et municipalités voisines[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des secteurs de Munich.

Avec la réorganisation de la ville en 1992, le nombre de secteurs (appelés Stadtbezirke) de la ville a été réduit de 41 à 25.

Les communes suivantes sont attenantes à la ville (citées dans le sens horaire en commençant par le nord) : Oberschleißheim, Garching, Ismaning, Unterföhring, Aschheim, Feldkirchen, Haar, Putzbrunn, Neubiberg, Unterhaching, Perlacher Forst, Oberhaching, Grünwald, Pullach, Forstenrieder Park, Neuried, Planegg, Taufkirchen et Gräfelfing (tous du landkreis de Munich), Germering, Puchheim et Gröbenzell (du Landkreis de Fürstenfeldbruck) et Karlsfeld (Landkreis de Dachau).

Climat[modifier | modifier le code]

La ville de Munich se trouve dans une zone de transition entre le climat humide atlantique et le climat sec continental. D'autres facteurs influant sur le climat sont les Alpes et le Danube. En raison de cette configuration, le temps est relativement changeant. Le foehn apporte du sud de manière non régulière de l'air chaud et sec vers Munich. Ainsi la visibilité est souvent très bonne - le célèbre ciel bleu bavarois - et il est possible de voir très clairement les Alpes bavaroises depuis Munich. La température la plus élevée mesurée par le service météorologique allemand est de 37,2 °C en juillet 1983 à Munich-Nymphenburg. La ville est très souvent frappée par des orages (l'orage du 12 juillet 1984 a causé des dommages évalués à 1,5 milliard d'euros). En raison de la proximité des Alpes, Munich est également la grande ville la plus enneigée d'Allemagne. Localement, une étude sur les statistiques météorologiques a montré que la partie méridionale de la ville est la plus ensoleillée, que la partie nord est plus nuageuse, ou encore que les quartiers occidentaux sont plus secs que les quartiers orientaux. C'est l'une des conséquences des différences d'altitude à l'intérieur de la ville, qui génèrent des microclimats et expliquent les variations climatiques d'est en ouest, de part et d'autre de l'Isar.

Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −5 −3,7 0,4 2,9 7,1 10,4 12 11,7 8,8 4,5 0,2 −3,5 3,8
Température moyenne (°C) −2,2 −0,4 3,4 7,6 12,2 15,4 17,3 16,6 13,4 8,2 2,8 −0,9 7,8
Température maximale moyenne (°C) 1,1 2,5 8,4 13,3 18 21,4 23,8 22,9 19,4 13,6 6,5 2,3 12,8
Ensoleillement (h) 61 84 128 157 199 209 237 213 173 129 69 49 1 708
Précipitations (mm) 54 45 60 70 93 124 118 115 90 69 71 58 967
Source : Le climat à Munich (en °C et mm, moyennes mensuelles 1971/2000 et records depuis 1876) meteostats-bzh (lien cassé / merci à ceux qui savent de corriger).


Religion[modifier | modifier le code]

La Bavière étant historiquement à majorité catholique, Munich a une population issue du catholicisme. La ville est le siège de l'archidiocèse de Munich et Freising depuis 1821, toutefois depuis une trentaine d'années ses habitants tendent à abandonner la pratique religieuse catholique, dont 40 % se réclament encore, et à se déclarer athées ou adeptes de nouvelles confessions. Ses églises sont nombreuses, surtout dans la vieille ville dominée par la Frauenkirche qui sert de cathédrale et l'église Saint-Pierre. Certaines sont remarquables par leur style architectural comme l'église Saint-Michel, la célèbre Asamkirche baroque, ou la Bürgersaalkirche qui abrite la tombe du résistant Rupert Mayer, SJ.

14 % de la population de Munich est de confession luthérienne. La population d'origine turque de plus de 43 000 personnes bénéficie de nouvelles mosquées et s'affirme par son dynamisme démographique. La communauté juive rassemble 9 700 personnes (0,4 %). Enfin l'immigration de populations est-européennes a permis l'ouverture de paroisses orthodoxes. On peut aussi noter l'apparition depuis une trentaine d'années de cultes d'origine américaine comme les adventistes ou les mormons.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La chancellerie, siège du gouvernement de la Bavière

En tant que capitale de Land, Munich est le siège du Landtag (parlement du Land) de Bavière et du gouvernement de l'État de Bavière. En plus, Munich est le siège du gouvernement de Haute-Bavière (Oberbayern), du secteur de Haute-Bavière et du Landkreis de Munich.

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Traditionnellement, les partis de centre-gauche dominent la vie politique munichoise, ce qui est assez rare en Bavière. C'est ainsi que la circonscription de Munich Nord fut la seule de Bavière à élire en mandat direct un député SPD (Sozialdemokratische Partei : Parti social-démocrate) aux élections législatives de 2002 et 2005. Depuis 2014, la ville est dirigée par le maire (Oberbürgermeister) social-démocrate Dieter Reiter. Depuis, le conseil municipal de Munich est dirigé par une coalition entre le SPD et CSU.

Résultats des élections 2008
Partage des sièges au conseil municipal depuis 1996[7].
Année SPD CSU Grüne FDP ödp REP Rosa Liste PDS/Linke autres Total Pourcentages
1978 31 42 - 6 1 80 61,8
1984 35 35 6 4 80 63,6
1990 36 25 8 4 6 1 80 65,4
1994 29 30 9 3 1 4 4 80 59,2
1996 31 32 8 2 1 1 1 - 4 80 52,8
2002 35 30 8 3 1 1 1 1 - 80 51,0
2008 33 23 11 5 1 - 1 3 3 80 47,6
2014 25 26 13 3 2 - 1 2 7 80 42

Districts[modifier | modifier le code]

La ville de Munich est divisée en 25 districts dont la population élit pour chacun un parlement. Ces parlements de districts sont chargés des tâches locales.

Les dernières élections ont eu lieu en 2002, en même temps que les élections communales. Les sociaux-démocrates du SPD occupent la présidence de seize de ces districts, contre seulement huit pour les démocrates-chrétiens de la CSU et un pour la Rosa Liste.

Les 649 sièges de ces 25 parlements de districts se divisent ainsi : 285 sociaux-démocrates, 262 démocrates-chrétiens, 77 Verts, 19 libéraux, 3 membres de la Rosa Liste et 3 représentants d'autres partis.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Le blason de la ville de Munich montre sur fond d'argent un moine en robe noire à bords dorés et chaussures rouges tenant un livre dans sa main gauche et bénissant de la main droite. Les couleurs de la ville sont le noir et le jaune. Le blason actuel est constitué des « petites amoiries » votées en 1957 par le conseil municipal. Mais il existe également les « grandes armoiries » qui montrent une porte de la ville rouge flanquée de deux tours rouges dont les toits noir et or ont des bandes en zig-zag ; un lion d'or rugissant et couronné surplombe le moine des petites armoiries. Dans l'administration, les grandes armoiries ne sont plus utilisées. Le moine des armoiries se transforma au fil du temps en un « enfant munichois » (Münchner Kindl[8], devenu le symbole de la ville - et dont personne ne peut dire avec certitude s'il s'agit d'un garçon ou d'une fille...

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Munich est jumelée avec :

Institution scientifique[modifier | modifier le code]

L'Académie bavaroise des sciences créée en 1759 par Maximilien III Joseph de Bavière.

Culture[modifier | modifier le code]

Oktoberfest (2003).

« Munich est lovée entre l’art et la bière comme un village entre deux collines » écrivait Heinrich Heine il y a plus 150 ans. Entre la fête de la bière et l’opéra, la Hofbräuhaus et la Pinacothèque, BMW et le FC Bayern München, Munich s’entend fort bien à concilier tradition bavaroise et activités frénétiques. Munich est une ville enracinée dans le Sud de l’Allemagne et est connue internationalement pour ses collections d'art ancien et classique. Ainsi l'Alte Pinakothek, la Neue Pinakothek, la Pinakothek der Moderne, et le Lenbachhaus font partie des musées les plus renommés du monde. Le Deutsches Museum consacré aux sciences et techniques est avec plus d'un million de visiteurs par an, l'un des musées les plus visités d'Europe. La Glyptothèque et le Staatliche Antikensammlungen abritent des collections d'antiquités prestigieuses. Mais d'autres musées font également partie des musées les plus connus d'Allemagne, tels que le Völkerkundemuseum (musée d'ethnologie), le Paläontologisches Museum (qui présente la collection préhistorique de l'État) ou le Münchner Stadtmuseum (musée municipal). Il y a également dans l'enceinte de la ville le Bayerische Staatsoper (Opéra d'État de Bavière), le Bayerische Staatsschauspiel (Théâtre de l'État de Bavière) qui a sa scène principale dans l'ancien théâtre de la Résidence.

Les manifestations les plus connues sont le festival de l'opéra et le festival du film. La célèbre Oktoberfest, plus connue en France sous le nom de Fête de la bière, est la plus grande foire foraine et fête populaire de ce style et est visitée par des touristes du monde entier. Cette fête est également appelée Wiesn par les Munichois du fait qu'elle a lieu sur le Theresienwiese (Pré de Thérèse) ; elle fut à l'origine organisée en souvenir de la fête populaire qui eut lieu pour le mariage de la princesse Thérèse de Saxe-Hildburghausen avec Louis Ier de Bavière.

Munich organise avec sa jumelle Cincinnati un échange d'artistes et des expositions dans les deux villes.

Architecture[modifier | modifier le code]

Centre[modifier | modifier le code]

La Marienplatz est le point central de Munich, au cœur de la vieille ville. Elle est bordée par l'Altes Rathaus (ancienne mairie) et le Neues Rathaus (nouvelle mairie). Le bâtiment le plus emblématique de la ville est sans doute la cathédrale Frauenkirche (église Notre-Dame), en brique rouge, avec ses deux tours reconnaissables à leur toit en oignon. Non loin de là, se trouvent les anciens hauts lieux du pouvoir politique, comme le palais de la Résidence, ou le « marché aux victuailles » Viktualienmarkt.

Au sud de la Résidence, devant l'opéra, commence la Maximilianstraße, construite au XIXe siècle en tant qu'avenue destinée aux parades militaires. Enjambant l'Isar, elle relie la vieille ville aux quartiers de l'est et au Maximilianeum, le siège du Parlement bavarois. Aujourd'hui, l'avenue est bordée de commerces de luxe.

Au Nord du centre-ville, directement devant le palais de la Résidence, se trouve l'Odeonsplatz (place de l'Odéon), avec la Feldherrnhalle, et l'église Theatinerkirche (église des Théatins), qui est de style baroque (à l'intérieur rococo). À l'ouest de cette dernière, un autre église, la Salvatorkirche, en briques, de style gothique et érigée en 1493, est prêtée, par l'Église catholique, à l'Église grecque orthodoxe depuis plusieurs décennies. Vers le nord, la deuxième plus grande avenue de Munich, la Ludwigstrasse continuée par la Leopoldstrasse, mène à la Ludwig-Maximilians-Universität (Université Louis-et-Maximilien) et à l'arc de triomphe Siegestor (porte de la victoire) à travers Schwabing, le quartier des étudiants et des artistes.

Aux alentours du Deutsches Museum, se trouve dans le quartier 'Au' le Müllersches Volksbad (Bains populaires Müller), qui ouvrit en 1901 après quatre ans de travaux. Il s'agit des bains publics les plus anciens de Munich (style Art nouveau).

Une autre place réputée est la Königsplatz (place royale), avec la Glyptothèque et la Staatliche Antikensammlungen (collections d'antiques de l'État).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Ouest[modifier | modifier le code]

Plus éloigné du centre ville vers l'ouest, se trouve le château de Nymphenburg. Avec son architecture et son parc unique, il servait de résidence d'été à la famille royale des Wittelsbach. Il y a un jardin botanique dans le parc du château. Derrière les murs de l'enceinte du parc se trouve le château de Blutenburg d'un style post-gothique.

Nord[modifier | modifier le code]

Olympiasee

Au nord de la ville se trouve le domaine olympique construit pour les Jeux olympiques d'été de 1972. L'ensemble architectural et touristique constitué du stade, de la piscine et du gymnase olympique est célèbre dans le monde entier pour ses formes en toits de tente. Ici se trouve également l'Olympiaturm (tour olympique), émetteur de radio et de télévision, d'une hauteur de 291 mètres. Elle a ouvert en 1968, et comporte un restaurant qui tourne sur lui-même à 101 mètres de hauteur. Le domaine olympique comprend aussi l'Olympiaberg (la montagne olympique), colline artificielle construite avec les gravas des bombardements de la Seconde Guerre mondiale.

Un autre site sportif important est le stade Allianz Arena ouvert en mai 2005, également situé au nord, où ont lieu les matchs à domicile du FC Bayern de Munich et de Munich 1860.

Les fontaines[modifier | modifier le code]

La Fontaine aux poissons

Il y a à Munich environ mille deux cents fontaines dont sept cents sont municipales. La plus vieille d'entre elles est la Fischbrunnen (fontaine aux poissons) sur la Marienplatz. Une autre fontaine importante est la Wittelsbacher Brunnen (fontaine des Wittelsbach) sur la Lenbachplatz, due à l'artiste Adolf von Hildebrand.

Quartiers[modifier | modifier le code]

Parcs[modifier | modifier le code]

Connu dans le monde entier, l'Englischer Garten (jardin anglais) s'étire du centre de Munich vers la limite nord de la ville, avec une surface de 4,17 km2, il est un peu plus étendu que Central Park à New York. On peut citer également l'Olympiapark (parc olympique) sur le site olympique qui offre une vue imprenable sur la ville et ses environs du haut de l'Olympiaberg. Il existe en outre un nombre important de parcs tels que les Westpark et Ostpark (collines artificielles créées avec les déblais du métro, ski de fond en hiver), le parc du château de Nymphenburg, qui font de Munich une ville extrêmement verte en été et permettent de faire de longues promenades en hiver.

Du nord au sud de la ville, les berges de l'Isar offrent un environnement vert où il est possible de se promener à pied ou à vélo. La partie qui s'étend du Deutsches Museum à l'île Flaucher sont des lieux privilégiés pour des grillades et la baignade (également le naturisme).

Pour le Bundesgartenschau 2005 (salon de jardinage), un nouveau parc a été aménagé à l'est de Munich, le Riemer Park, sur l'emplacement de l'ancien aéroport.

Orchestres et chœurs[modifier | modifier le code]

Les trois principaux orchestres de Munich, mondialement connus :

Les autres formations :

  • Philharmonischer Chor München (Chœur de l'orchestre philharmonique de Munich)
  • Münchner Symphoniker (Orchestre symphonique de Munich)
  • Münchner Rundfunkorchester (Orchestre de la radio de Munich)
  • Chor des Bayerischen Rundfunks (Chœur de la radio bavaroise)
  • Münchener Bach-Chor (Chœur Bach de Munich) (amateurs)
  • Münchener Kammerorchester (Orchestre de chambre de Munich)
  • Bayerische Kammerphilharmonie (Philharmonique de chambre de Bavière)
  • Sinfonietta München (un des orchestres de l'Université)
  • Abaco-Orchester (un des orchestres de l'Université)
  • Jugend Symphonie Orchester München (Orchestre symphonique de la jeunesse de Munich)
  • Akademisches Symphonieorchester München (Orchestre symphonique académique de Munich)
  • Gruppe für alte Musik : Ensemble de musique ancienne

Musées[modifier | modifier le code]

Manifestations et événements[modifier | modifier le code]

Oktoberfest, la fête de la bière, à Theresienwiese, est une des plus grandes fêtes populaires du monde.
  • Février/mars : différentes manifestations pendant la Starkbierzeit (période de la bière forte) par exemple à Nockherberg
  • Avril : la Frühlingsfest (fête du printemps) sur la Theresienwiese
  • Avril/mai : Auer Dult (Maidult)
  • Mai-août : Münchner Bladenight la plus grande randonnée en roller le soir d'Europe
  • Mai/juin : StuStaCulum le plus grand festival de théâtre et de musique d'Allemagne, organisé par les étudiants
  • Juin : Streetlife-Festival
  • Juin/juillet : Tollwood-Festival
  • Juillet : Christopher Street Day (équivalent de la Gay Pride)
  • Juillet : Feierwerk-Festival
  • Juillet : Festival d'opéra de Munich (Münchner Opernfestpiele) organisé par l'opéra d'État de Bavière (Bayerische Staatsoper) dans plusieurs salles (Nationaltheater, Prinzregententheater, Cuvilies Theater, Allerheiligen Hofkirche): reprise des productions phares de la maison, galas avec des stars du chant, concerts retransmis sur écran géant (programme Oper für alle)
  • Juillet : Auer Dult (Jakobidult)
  • Juillet : été musical Bell'Arte Musikalischer dans le Brunnenhof (cours de la fontaine) au palais de la résidence
  • Août : fête de l'été au parc olympique
  • Septembre : Streetlife-Festival
  • De mi-septembre au premier dimanche d'octobre : Oktoberfest (Fête de la bière) à la Theresienwiese (Wiesn)
  • Septembre/octobre : Auer Dult (Kirchweihdult)
  • Novembre/décembre : SPIELART - Le festival du théâtre de Munich
  • Novembre/janvier : Tollwood
  • Décembre : Christkindlmärkte (marché de Noël)

Spécialités culinaires[modifier | modifier le code]

  • Auszogne (beignets)
  • Weißwurst (sorte de boudin blanc, à manger avant que « midi sonne »)
  • Leberkäse (littéralement « fromage de foie », mais ne contient ni fromage ni foie)
  • Brezn (Brezzel)
  • La Weissbier qui fait la fierté des brasseries bavaroises (bière de blé) qui existe en variante brune également
  • Obazda (un mélange salé de fromage blanc, de beurre et de camembert (rien à voir avec le camembert de Normandie), epicé de poivre et de paprika et accompagné de sticks salés)
  • Schweinsbraten : rôti de porc avec couenne sauce à la bière servi avec Kartoffelknödel (sorte de quenelles de pommes de terre)
  • Apfelstrudel (litt. tourbillon aux pommes, servi chaud traditionnellement avec de la crème anglaise à la vanille)
  • Schweinshaxe (jarret de porc grillé servi avec choucroute ou Knödel de pommes de terre)

Transports[modifier | modifier le code]

Transport aérien[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Munich est situé à 29 kilomètres au nord-est de la ville. Avec 38,7 millions de passagers en 2013, il est le 2e aéroport d'Allemagne et le 7e d'Europe. L'aéroport est desservi par deux lignes de trains du réseau S-Bahn, la ligne S1 et la ligne S8. En raison du nombre toujours plus élevé de passagers, un deuxième terminal a été construit et ouvert en 2003. L'État libre de Bavière a décidé de relier le centre de Munich à l'aéroport par un Transrapid (train monorail utilisant la lévitation magnétique) ; cette décision fut d'abord refusée par la majorité municipale avant d'être finalement acceptée lors d'une session parlementaire du 24 octobre 2006, où le Dr Karl-Friedrich Rausch a admis qu'aucune autre solution que le Transrapid n'était valable pour relier le centre de Munich à l'aéroport. Une telle liaison est censée raccourcir le temps de parcours jusqu'à l'aéroport à 9 minutes. En raison de l'envol des coûts, le projet a été abandonné le 27 mars 2008[10].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Munich est également bien relié au réseau ferré international. La gare principale (Hauptbahnhof) est, avec ses 350 000 passagers par jour, la deuxième d'Allemagne après celle de Hambourg. Les lignes de trains conduisent dans toutes les directions : les lignes ICE (Inter City Express) 11 Berlin-Francfort-Munich-Innsbruck et 25 Hambourg-Nuremberg-Munich-Garmisch-Partenkirchen; plus éloignée, commencent ici les lignes 28 Augsburg-Nuremberg-Berlin, 41 Ingolstadt-Nuremberg-Francfort et 42 Stuttgart-Francfort-Cologne-Dortmund. Il existe également deux autres gares importantes que sont la gare de Munich-Pasing et la Ostbahnhof (gare de l'est). Toutes ces gares sont reliées aux réseaux de U ou S-bahn.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Le réseau munichois

La ville dispose d’un réseau de lignes de trains régionaux (S-Bahn) et de métro (U-Bahn) desservant toutes le centre-ville ainsi qu'un réseau de lignes de tramways et de bus.

La compagnie S-Bahn München (filiale de la Deutsche Bahn) exploite dix lignes du réseau S-Bahn de Munich (trains régionaux) et la MVG (Société de transport de Munich) exploite six lignes de métro du réseau U-Bahn de Munich, 12 lignes de tramway (Straßenbahn) et un nombre important de lignes de bus. D'autres lignes de bus sont gérées par des entreprises privées.

Tous les exploitants conduisent sous les tarifs unifiés de la MVV (Fédération de transports de Munich). Le réseau de métro de Munich est, avec 100,8 kilomètres, le troisième plus long d'Allemagne (le réseau souterrain est le deuxième plus long) et est utilisé chaque jour par 900 000 personnes. Les trains de la S-bahn sont produits par Alstom et Bombardier entre 1999 et 2005. Les trains de la U-bahn sont en majorité plus anciens, ils sont fabriqués entre 1970 et 2005.

Pour les transports individuels, des pistes cyclables existent dans toute la ville et de nombreux taxis circulent. Des voies rapides font le tour de la ville, et sont actuellement en travaux pour certaines, afin de les rendre souterraines.

Le billet de transport pour une journée est de 6 € (décembre 2013).

Économie[modifier | modifier le code]

Munich est l'un des principaux pôles économiques de l'Union européenne après Paris et Londres. La ville se distingue par l'implantation de nombreux sièges sociaux, notamment celui de BMW, ainsi que par son excellence dans la recherche scientifique[11] et les biotechnologies, dont les activités sont essentiellement concentrées dans la commune de Planegg. L'économie munichoise est également portée par le secteur des médias, de l'automobile et de l'aérospatiale[12]. Munich est considérée comme la 9e place financière d'Europe[13] et la 2e d'Allemagne derrière Francfort grâce à l'implantation de nombreuses compagnies d'assurance.

Munich est la 2e ville au monde après New York qui compte le plus d'entreprises dans le secteur de l'édition. Enfin, elle accueille plusieurs foires commerciales renommées à l'emplacement de l'ancien aéroport de Riem.

Sièges d'entreprises[modifier | modifier le code]

BMW

Un nombre important de grandes entreprises ont leur siège à Munich. En particulier, après la Seconde Guerre mondiale, beaucoup d'entreprises se sont déplacées de Berlin ou de l'Allemagne de l'Est vers Munich.

Médias[modifier | modifier le code]

Munich est le siège de la Bayerischer Rundfunk (Radio bavaroise). En outre, il se trouve à Munich un nombre important de radios privées. L'industrie du film et de la télévision sont également fortement représentées (studios de télévision à Unterföhring et de cinéma à Geiselgasteig).

Avec 250 entreprises éditrices qui y ont leur siège, Munich est un des lieux les plus importants de la presse papier (par exemple Burda Verlag avec Focus, Deutscher Taschenbuch Verlag, Langenscheidt Verlag, Süddeutscher Verlag). À côté des éditeurs de livres et de presse, on peut également citer le quotidien Süddeutsche Zeitung (SZ), le Münchner Merkur, l'Abendzeitung (AZ), le Tageszeitung (TZ), le magazine gratuit de la ville In-München et les magazines en ligne munichx.de et munich-online.de.

L'école de journalisme allemande forme à Munich des journalistes pour tous les médias.

À Geiselgasteig et Unterföhring, il y a également beaucoup d'entreprises de l'industrie du film et de la télévision (par exemple Bavaria Filmstudios, PREMIERE, ProSiebenSat.1, RTL2).

Institutions et service public[modifier | modifier le code]

Les autorités fédérales, services publics et institutions suivantes ont leur siège à Munich :

  • ADAC e. V.
  • Börse München
  • Bayerischer Oberster Rechnungshof
  • Bayerischer Rundfunk
  • Bundesfinanzhof
  • Bundespatentgericht (tribunal fédéral des brevets)
  • Deutsches Patent- und Markenamt (bureau allemand des brevets)
  • Erzbistum München und Freising
  • Europäisches Patentamt (Office européen des brevets)
  • Evangelisch-Lutherische Kirche in Bayern (église évangélique-luthérienne de Bavière)
  • FC Bayern München e.V.
  • Fraunhofer-Gesellschaft zur Förderung der angewandten Forschung e. V.
  • Goethe-Institut Inter Nationes e. V.
  • Hauptzollamt München (service des douanes principales de Munich)
  • Institut für Ostrecht München e. V.
  • Institut für Städtebau und Wohnungswesen
  • Max-Planck-Gesellschaft
  • Oberfinanzdirektion des Bundes (direction des finances supérieure fédérale)
  • Prüfungsamt des Bundes München
  • Diocèse orthodoxe russe
  • Sanitätsamt der Bundeswehr (service de santé de l'armée)
  • Verein für Sozialarbeit e. V. (association pour le travail social)
  • Verwaltungsamt für innere Restitutionen München
  • Zollfahndungsamt München

L'administration de la capitale de Land Munich a elle-même 11 services (service de construction, de santé et d'environnement, du travail et de l'économie, pour la planification urbaine, communal, d'administration, de la culture, personnel et d'organisation, de l'école et du culte, social et la chambre communale).

Clubs sportifs[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

À Munich sont né(e)s :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Articles connexes[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. a et b http://www.urbanaudit.org/DownloadPDF.ashx?CityCode=DE003C
  3. Roselee Goldberg, La Performance : Du futurisme à nos jours, Thomas & Hudson / L'univers de l'art (ISBN 978-2-87811-380-8), p. Chapitre 3 : Dada, Wedekind à Munich
  4. François Orsini, « Expressionnisme allemand et Futurisme italien », paragraphe 51, Germanica [En ligne], 10 | 1992, mis en ligne le 25 juin 2013, consulté le 13 novembre 2013.
  5. Le film Munich réalisé en 2005 par Steven Spielberg s'inspire de cet événement.
  6. http://www.lefigaro.fr/international/2012/06/20/01003-20120620ARTFIG00527-des-neonazis-allemands-au-cote-de-septembre-noir.php
  7. (de) Résultats des élections sur le site de la ville de Munich
  8. http://www.stadtmuseum-online.de/archiv/kindl2.htm
  9. Lothringen signifie Lorraine
  10. L'Allemagne arrête son Transrapid, LeFigaro.fr, 28 mars 2008
  11. http://www.mgm.fr/ARECLUS/page_auteurs/rozen_veuro.pdf Étude comparative des villes européennes
  12. http://www.muenchen.de/Wirtschaft/Invest_in_Munich/76267/index.html Site de la ville de Munich
  13. http://www.zyen.com/PDF/GFC%207.pdf Global Financial Centres Index

Liens externes[modifier | modifier le code]